La Tribune

Nationaliser temporairement les banques

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Christophe Audebert)
Marc Fiorentino  |   -  532  mots
Principales victimes ou responsables de la crise boursière des dernières semaines : les valeurs bancaires. Pas besoin de regarder les cotations. Si vous voyez le CAC baisser de 4% c'est que les valeurs bancaires ont baissé de 8% ! En quelques semaines, toutes les banques ou presque ont perdu plus de 50% de leur valeur. Et les actionnaires sont perdus. Ceux qui détiennent encore des valeurs bancaires directement ou à travers des fonds d'investissement qui en ont encore souvent en portefeuille sont dé-bous-so-lés. Complètement perdus et on les comprend.

Je ne suis pas analyste financier, et encore moins analyste financier spécialiste du secteur bancaire. Je suis, comme vous, un observateur des marchés financiers. Et je ne peux pas m'empêcher de me poser des questions simples : est-ce que l'action Société Générale vaut les 143,70 euros de son record historique de 2007, les 40 euros de son plus-haut de 2011 ou les moins de 20 comme en début de semaine passée ? Est-ce que la BNP vaut les 92,40 euros de mai 2007, les 50 euros du printemps 2011 ou les 30 euros de cette semaine ?

Les spécialistes des valeurs bancaires affirment, et je les crois, que les valeurs bancaires sont à des cours tellement déconnectés de leurs fondamentaux qu'on peut gagner 50 % ou 100 % en quelques mois en les achetant. Que les cours sont tout simplement à la casse. La casse justement. C'est bien là le problème. Le même jour, les dirigeants des banques donnent des interviews pour expliquer qu'elles n'ont pas de problème de liquidité, ce qui est toujours inquiétant, et Christine Lagarde, la patronne du FMI, nous parle d'un besoin de recapitalisation de 200 milliards d'euros pour les banques européennes alors qu'une banque d'affaires américaine célèbre chiffre ce besoin à 1.000 milliards et les banquiers eux-mêmes considèrent que l'excès de régulation va les empêcher de gagner de l'argent... ? Il y a de quoi être perdu non ?

J'aurais tendance à essayer de raisonner simplement - trop, sûrement. Les éléments de valorisation d'une banque me semblent être son bilan et ses revenus futurs. Or, sur les bilans, on trouve entre autres des dettes souveraines, beaucoup de dettes souveraines. Combien ? On ne sait pas exactement. Combien par pays à risque ? On ne sait toujours pas. Et ces dettes ne sont pas valorisées à leurs valeurs de marché. On apprend même qu'une dette « restructurée » comme la dette grecque est encore comptabilisée à près de 80 % de sa valeur alors qu'elle cote entre 10 % et 40 % de sa valeur sur les marchés...

Quant aux revenus, là encore cela semble assez simple. Si les banques continuent à spéculer, elles pourront gagner beaucoup d'argent mais en prenant des risques qui deviennent de plus en plus inacceptables. Et si elles se concentrent sur leur métier de base, le dépôt et le crédit aux entreprises et aux ménages, elles gagneront peu d'argent mais présenteront un risque très limité.

Aujourd'hui les banques dites privées bénéficient d'une garantie de fait de l'État. C'est ce qui explique que les actionnaires paniquent alors que les déposants sont sereins. Chacun se dit qu'en cas de pépin l'État paiera. On finit par se demander si le sort de l'État, donc des contribuables, et des banques étant tellement lié, on ne ferait pas mieux de sauter le pas et de nationaliser les banques pendant trois ou quatre ans le temps de détruire une fois pour toutes leurs stocks d'armes de destruction massive et de les reconcentrer sur leur rôle de financement de l'économie.

Une banque ne vaut finalement que le prix de la confiance. Et cette confiance n'a pas de prix...

Réagir

Commentaires

odette  a écrit le 14/09/2011 à 23:59 :

Bonjour, ne croyez-vous pas que nous devrions revenir aux banques d'affaires financières et aux banques de commerce et industrie ( séparées ) comme le firent les Etats-Unis dans les années 1919. Nationaliser actuellement avec la dette 1 640 Md ! quel coût encore supplémentaire vous n'en parlez pas. Quand tout va bien on se fiche du client quand tout fout le camp on nationalise ! c'est un peu fort !

pipolino  a écrit le 14/09/2011 à 6:10 :

C'est bizarre ...de vouloir nationaliser les banques ,est ce une désinformation organiser par la gauche et ses média en générale et/ou la trilatérale et autres,suis septique sur les finalités ...voir les objectifs orientés d'un tel article.

yikat  a écrit le 13/09/2011 à 16:29 :

Merci encore une fois M. Fiorentino pour vos analyses fines et pédagogiques dans une cacaphonie ambiante de langues de bois et paroles "mesurées", intéressées ou timorées.
@kenzo: oui, les banques françaises ont remboursé et notre État a ainsi fait une plus-value notable.
À la date d'un lundi noir où les capitalisations boursières des 3 grandes banques ne vaudraient que 30 milliard d'euros, bien sûr que l'état français devrait entrer en masse dans le capital de ces banques. Au moment où tout le monde s'affole, bien sûr que nos dirigeants politiques devraient avoir une vision à long terme et savoir agir dans l'immédiat... Mais ne rêvons pas, nous ne voyons que des visions très court terme (2012 et/ou réelection d'élus), et une incapacité à décider (il ne suffit plus de dire "n'ayez pas peur" ou "je vais le faire... un jour"). Alors une nationalisation temporaire?... ne risque-t-elle pas de voir le jour quand elle coûtera cher et n'aura plus d'effet?

paul  a écrit le 12/09/2011 à 21:18 :

Mr FIORENTINO a toujours une excellente analyse de la situation...... un seul mot : BRAVO!!! et que l'on puisse l'écouter lors de l'émission "C dans l'air"........

kenzo  a écrit le 12/09/2011 à 18:58 :

NATIONALISER ça veut bien dire aller chercher de l'argent du contribuable pour mettre des rustines non ? mais ont elle déjà remboursées ce que l'état leur a prêter pour les sortir de leur première chute , ha est ce que quelqu'un a la réponse car l'état (donc les impôt à injecter il me semble pas loin des 100 milliards déjà dans nos banque, ou en est le REMBOURSEMENT des cet argents public ?) alors les nationaliser, déjà faudrait faire des vrai bilan avec tout ce que possède ou ne possède pas ces banque est a des cours actuel pas a des cours qui arrange tout ces masturbé du cerveau ! ensuite je pense que c'est comme partout, résultat décevant baisse de revenu (tout confondue) pour les personnes qui dirige, comme dans le privé un mec qui est patron de sont entreprise si il gère mal ben il gagne moins donc ben faisons d'abord le bilan de toute ces banques qui on soit disant de la valeur, mais quel valeur ont elle a part NOS DEPOTS et LEUR FOND PROPRE, mais sachant que nos dépôts ne leur appartienne pas il ne leur reste que leur fond propre !!!!!!!!!
Dans tout les cas de figure ne vous inquiéter pas, le contribuable va devoir payer l'addition de tout cette débâcle de 25 ans de politique je-m?en-foutiste, et de clopinage de bas de gamme qui à fait évoluer les incompétents au détriment des compétents qui n'étaient pas d'accord sur les principes de MAGOUILLE est COMPAGNIES !!!!!
Alors prépare vous à subir la déferlante des GRAND GESTIONNAIRE DE NOTRE GRAND PAYS !!!!!!!

ICIDEMAIN  a écrit le 12/09/2011 à 15:20 :

Je suis d'accord pour séparer la banque de détail de la banque d'affaires pour les établissements qui pratiquent le concept de banque universelle. Mais que veut dire nationaliser une banque? Si cela peut améliorer la situation économique en Europe,pourquoi pas!

Michel P.  a écrit le 12/09/2011 à 14:42 :

Qu'attend-on pour séparer les Banques d'Affaires et les Banques de dépôt.? Leurs faillites peut-être!!!

RK - Le secret du succès en France réside dans les reformes sociales et de compétitivité dans ce pays!!  a écrit le 12/09/2011 à 13:05 :

Bien sur mais c'est une solution mais très partielle qui as par ailleurs le défaut de faire perdre la notation triple A à la France!

Le secret du succès en France réside dans les reformes sociales et de compétitivité dans ce pays!!

bcfc2010  a écrit le 12/09/2011 à 12:52 :

Il y a eu trop d'erreurs, motivées par l'appat du gain, qui ont coutées chères aux contribuables du monde occidental. cela pourrait bien reccommencer. Je suis partisan de la nationalisation des 200 premières banques du monde occidental, du licenciement de leurs principaux dirigeants, d'un nettoyage de leur bilan sous l'égide du FMI ou d'une autre orgnisation mondiale de renom et d'une séparation des activvités de financement de l'économie réelle de celles de nature plus spéculatives

Alain  a écrit le 12/09/2011 à 12:31 :

Si on menace les banques de les nationaliser elles cesseront de se plaindre à coup sur.
J'aimerais bien avoir une banque, moi aussi.

Bernie  a écrit le 12/09/2011 à 11:56 :

le peuple (le contribuable) n'a pas droit de recevoir des bonus des banques ... maintenant que ces memes banques vont mal, le neuneu contribuable est appele en rescousse. Est ce que la Soge est au secteur bancaire ce que la Grece est a l'Europe ?

gerardc27  a écrit le 12/09/2011 à 10:06 :

Retour sur 1981 ou comment nationaliser les banques. Décidément l'histoire bégaie.

Nationaliser, il n'y aura pas d'autre possibilité  a écrit le 12/09/2011 à 9:27 :

Je suis tout à fait d?accord avec Marc Fiorentino car tous sommes au bord de la catastrophe. Il faut demander à nos politiques de faire leur travail et d?exiger des banques qu?elles se concentrent sur leur métier de base, le dépôt et le crédit aux entreprises et aux ménages, elles gagneront peu d'argent mais présenteront un risque très limité.
Si elles veulent spéculer qu?elle le fassent avec l?argent des spéculateurs. Il faut rappeler que c?est sous un gouvernement socialiste que Monsieur Bérégovoy a supprimé la séparation des banques de dépôts et des banques d?affaires, on en voit le résultat aujourd?hui.

bili hari  a écrit le 12/09/2011 à 7:38 :

Il est stupéfiant de constater que l'AMF laisse tenir ce type de propos dans les médias, et fait mumuse dans les forums de boursicoteurs. M.Fiorentino, dont le fond de commerce visiblement est le spectaculaire, est en train de ruiner sa faible crédibilité. On peut se demander à quel titre ses propos sont relayés par les médias.

NIET  a écrit le 12/09/2011 à 7:34 :

C'est TROP FACILE de se sucrer quand les affaires tournent et d'appeler l'Etat à la rescousse quand ça va mal. Les dirigeants de ces banques doivent prendre leurs responsabilités après tout ils touchent des salaires mirobolants, ça doit être pour quelque chose, non ?!?

caca40  a écrit le 12/09/2011 à 7:06 :

Je me demande souvent si M Baroin ainsi que les autres ministres des finances européens comprennent tout. Le jargon financier est tellement vaste et maintenant les robots qui s'y mettent, y'a de quoi perdre la boule. Pour nos pauvres têtes politiques souvent pas à la bonne place et incompétentes cela doit être difficile de rester les yeux ouverts.

Patrickb  a répondu le 12/09/2011 à 7:44:

@caca40: tu ne sembles pas avoir compris un facteur crucial: en politique, c'est pas tes compétences qui t'amènent à un poste de minsitre, mais tes connaissances. Baroin ne parle pas anglais (élément incontorunable dans le monde de la finance) et ne comprend probablement rien à l'économie, et ce sont les sous-fifres qui lui soufflent ce qu'il faut dire.

blaz  a écrit le 12/09/2011 à 7:05 :

nationaliser les banques ? en l'état c'est hors de question ! ça serait nationaliser leurs pertes du à leur spéculation mais avec notre argent !
Au nom de quoi les citoyens français devraient éponger les pertes dues à leur mauvaise gestion ? (investissement dans les subprimes, dans les crédits à des états aux finances douteuses etc).

Les banques jouent sur le fait que ce sont des banques dites universelles, derrière une marque, vous trouvez deux grand types de métier, la banque de détail, c'est la banque de M. tout le monde avec gestion des comptes courants, des cartes bleues et des prêts immobiliers et la banque d'investissement, c'est la partie casino boursier (les subprimes, les crédits structurés, les CDOs etc)
En 2008, lors de l'éclatement de la crise des subprimes, cest la partie banque d'investissement qui a subi des pertes, et les PDG de ces banques (BNP, société générale etc) ont argué du fait que si ils coulaient ils emportaient les économies de monsieur tout le monde (la banque de détail). et c'est ainsi qu'en 2008 l'état , sous le coup de ce chantage a prêté 20 milliards d'euros aux banques.

Et maintenant on veut nous refaire le coup ? mais appliquons les règles du libéralisme, quand une entreprise est mal gérée elle fait faillite, point barre, sinon, c'est une économie de crypto socialistes. nationaliser les banques ? comme mittérand en son temps ???? la cagade du crédit lyonnais n'a pas suffit comme leçon ?

Si on doit nationaliser pour sauver l"économie réelle, ce n'est que la partie banque de détail. La partie banque d'investissement, mais qu'elle crève! le monde peut bien vivre sans goldman sachs, la SGIB (filiale de société générale) ou BNP Asset management.

A noter que l?Angleterre s?apprête par la loi à ordonner la séparation de la banque de détail de la banque d'investissement au sein d'un même établissement bancaire.

Patrickb  a répondu le 12/09/2011 à 7:46:

@ blaz: tout à fait d'accord, mettons fin au pseudo-capitalisme avec l'argent du contribuable !!!

aiglenoir  a répondu le 12/09/2011 à 7:51:

O.K. j'ai rien à ajouter. Enfin si: ne pas ignorer que toute la hiérarchie de la banque "d'affaires" (cf "affaires" en politique, sans doute...) se nourrit sur ses gains faramineux en temps de vaches grasses et sur nos économies quand ca va mal (voyez la manière dont se sont multipliés et ont enflés les divers frais bancaires,ces derniers temps).

COco  a écrit le 12/09/2011 à 6:32 :

Depuis les scandales de 2008, qui a encore été assez fou pour faire confiance aux banques ??? Les fous, justement.

daralmat  a écrit le 12/09/2011 à 6:12 :

Dans ce cas pour aller jusqu'au bout du raisonnement il faudrait interdire aux banques de preter aux etats impecunieux ou mal gérés et donc a la France aussi . Le probleme n'est pas les Banques mais la gestion des Etats car enfin les banques sont bien gèrées contrairement aux Etats cependant la séparation de l'activité de banque de depot et de trading doivent etre séparées

fxfred  a répondu le 12/09/2011 à 16:09:

Je suis d'accord avec vous. La crise financiére actuelle n'est ni la faute des banques, ni la faute des activités de marchés, de ces dites banques; mais bel et bien la faute du laxisme des états, des politiques stériles, et de la peur des politiques qui n'osent pas prendre de décision vitales et stratégiques pour chouchouter l'opinion publique. Le bien du pays est vital, mais être réélu... c'est mieux.

olivier  a répondu le 12/09/2011 à 18:31:

"La crise financiére actuelle n'est ni la faute des banques, ni la faute des activités de marchés, de ces dites banques"
vous avez la mémoire courte: les crédits subprime, la spéculation sur les cds, les matières, j'en passe. Vous êtes où là? Bientôt, la crise, ce sera la faute de votre postier à ce rythme là!

aiglenoir  a répondu le 15/09/2011 à 14:22:

Toutes ces maladies contagieuses que vous énumérez ont-elles été, oui ou non, inventées par les banquiers? ...ou par le facteur!

dd  a écrit le 12/09/2011 à 5:21 :

Le bon sens pres de chez vous!!!