Audi Q2 : le SUV fait pour la ville

 |   |  784  mots
L'Audi Q2 mesure 19cm de moins qu'un Q3. Il a réussi à dessiner des proportions très équilibrées sur le segment très étroits des citadines version SUV (B-SUV).
L'Audi Q2 mesure 19cm de moins qu'un Q3. Il a réussi à dessiner des proportions très équilibrées sur le segment très étroits des citadines version SUV (B-SUV). (Crédits : Audi)
Le Q2 est parvenu à convaincre qu'il était possible de dessiner un SUV au standing Audi sur l'étroit segment B, c'est-à-dire avec des proportions harmonieuses et équilibrées. Mieux: il affiche une allure moderne et élégante à la fois. Elle s'intègre merveilleusement dans un environnement urbain. On regrette néanmoins la mauvaise acoustique qui gâche en partie l'ambiance à bord...

Évacuons d'emblée toutes les réserves que nous avions soulevées dès la divulgation de la Q2 par Audi au salon de Genève en mars 2016. Pourquoi un SUV plus petit que le déjà compact Q3 ? Qu'est-ce qu'Audi avait besoin de se mêler de cette course au B-SUV dans laquelle concourent des marques plutôt généralistes comme Renault ou Peugeot ? De la perplexité, nous avons finalement constaté que l'Audi Q2 n'avait rien d'un ersatz de SUV qui aurait sacrifié l'harmonie des proportions pour aboutir à une silhouette étriquée.

Audi Q2

Au contraire, les proportions sont brillamment équilibrées, un véritable défi sur ce segment. Avec ses 4,19 m de longueur, elle est plus courte de 19 cm que la Q3, et de quelques centimètres de plus à peine que le Renault Captur (4,12m) et le Peugeot 2008 (4,15m). Paradoxalement, le Q2 offre le plus petit coffre de ces deux derniers concurrents avec seulement 405 litres.

Élégance et modernité

Cela n'a pas empêché l'Audi Q2 de se doter d'une vraie personnalité. Ses lignes sont plus tranchées que sur la génération précédente de SUV de la marque aux anneaux pour plus d'élégance et de modernité. Les arêtes donnent du relief au capot, tout en renforçant la robustesse des flancs sans verser dans le look baroudeur (cela reste une Audi tout de même). La signature lumineuse achève superbement cette carrosserie au style très abouti. Reste toutefois cette cloison de portière arrière, ou panneau de custode, qu'il est possible de personnaliser avec une couleur différente que celle de la carrosserie. C'est sous ce contraste qu'Audi a choisi de communiquer sur le lancement de sa gamme. Ce contraste fait toutefois diversion, et dissimule l'élégance et le style des lignes de cette Q2...

Audi Q2

Ce vent de modernisme transpire jusque dans l'intérieur de l'habitacle. Si d'autres marques ont tendance à reproduire la même planche de bord sur tous leurs modèles, Audi la fait évoluer au fil de ses modèles, ce qui est bien appréciable. Celle-ci se veut moderne et sobre, mais ne déroge pas non plus à l'esprit Audi : baguette de chrome et cuir cousu, mais toujours ces plastiques austères. Les technologies se déploient entre l'écran GPS et le tableau de bord personnalisable. Moins sophistiqué et plus intuitif que sur le Q7, on se sent bien dans cet environnement de conduite. On regrette néanmoins cette fonction régulateur-limiteur de vitesse, encore trop complexe à régler sur cette commande trop mal placée (en bas derrière le volant).

Une conduite dynamique

Mais l'habitacle est généreux, la visibilité à l'avant est excellente. L'Audi Q2 est bien un SUV ! Pour le vérifier davantage encore, il suffit de rouler avec. Nous avons eu la chance de la conduire sur une version très haut de gamme, c'est-à-dire 190 chevaux, quatre roues motrices et châssis sport. Autrement dit, loin du le cœur de gamme. Mais à ce niveau de prestation, l'Audi Q2 assure une excellente dynamique de conduite. Le conducteur pourra se mettre en mode sport pour se faire plaisir, et ajouter de l'émotion à sa conduite. Les suspensions sont excellemment bien réglées et donnent de belles sensations avec une certaine volupté. Pourtant, malgré ces indéniables qualités, nous avons été déçus par l'acoustique de la voiture. Le Q2 n'est pas du tout dans les standards dont la marque nous avait habitués, et c'est bien dommage. Le moteur n'est pas trop bruyant, mais l'isolation est très mauvaise si bien qu'on entend la résistance au vent, le bruit extérieur des autres voitures, le roulement au sol... Cela gâche malheureusement l'ambiance feutrée que nous apprécions habituellement dans des Audi. C'est d'autant plus dommageable que cela ne permet pas de profiter de la très bonne qualité du système de son.

Une voiture haut de gamme

Au final, c'est désormais une certitude, la présence d'Audi sur le segment des B-SUV n'est pas superflue. La voiture est particulièrement bien pensée et finie, et répond parfaitement à un usage urbain, peut-être plus encore que ses grandes soeurs. Avec un prix de départ à 25.000 euros, il faut néanmoins aller sur du 29.000 euros si on veut un Q2 équipé d'un moteur qui permette de profiter d'une conduite dynamique (essence 150 chevaux), et du 32.000 euros pour atteindre le second niveau de finition (35.000 euros en diesel 150 chevaux). Certes, à ce prix-là, Audi offre le meilleur en termes de qualité de conduite et de confort intérieur... Excepté cette mauvaise acoustique, pourtant un fondamental des marques premium...

Audi Q2

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2017 à 11:27 :
Bonjour, pourquoi encore faire la promotion de ces voitures énormes (emprise au sol de 12 m2) flattant l'égocentrisme de ces conducteurs certe riches, mais appauvrissant:
-l'espace public
-les poumons des personnes et par la même occasion, avec une incroyable assurance d'être innocents ceux de leurs enfants...ou petits -enfants.
Merci aux conducteurs de ce genre de véhicules de voir un peu plus loin que...le capot de leurs voitures ;)
-
a écrit le 05/02/2017 à 15:33 :
Le traitement de la face avant ne fait pas très haut de gamme, l' intérieur non plus. Audi a de plus en plus de mal à se renouveler et ce défaut acoustique en plus d' un design banal est tout de même rédhibitoire à ce niveau de prix. J' observe que le constructeur s' est fait déposer en 2016 par les deux autres premiums allemands, comme quoi rien n' est jamais acquis et alors que les suites du dieselgate ne sont pas encore éteintes pour la marque en Europe...
a écrit le 05/02/2017 à 14:11 :
Pour la ville, il ne faut pas ces camions qui prennent une place pas possible et qui polluent.
Pour la ville, il faut des petites citadines de préférence électriques. Ou encore mieux, des vélos , des minibus et des transports en commun modernes. Les constructeurs sont toujours en retard d'une guerre. Diesel, avec ces particules fines par ex. Souvenons- nous
du Concorde lancé en pleine crise pétrolière.
a écrit le 05/02/2017 à 11:49 :
je garde mon captur. Plastic toc, et accessoire cheep mais silence absolu à bord même à 130, boite auto douce avec toutes les options (BPS, bi-ton,..), 120 CV largement suffisant (pas besoin de conduite "sport" ?) , je fait régulièrement 600 Km d autoroute en 5 heures sans fatigue.bien assis, grand coffre avec banquette modulable, Tout ça pour 10 000 euros de moins, Le Q2 ça fait cher pour épater les voisins.
ps : par contre je regrette l'option 4X2.
a écrit le 05/02/2017 à 10:24 :
arrêtez de mettre toutes les allemandes au pinacle ! à quoi bon un SUV urbain à 30 ou 40.000 Euro ! on en a marre de voir AUDI partout ! et croyez-moi beaucoup en reviennent des AUDI, Mercedes et autres BM car le prix est une chose mais l'entretien en est une autre : une révision toute simple c'est quelques milliers d'Euro pour simplement lever le capot !
a écrit le 05/02/2017 à 8:37 :
Plus de 30000 euros pour une voiture dite urbaine ? Et que faire de 190 cv en ville ?
a écrit le 04/02/2017 à 21:31 :
Je l'ai vu au mondial de l'auto, je n'ai pas aimé. L’intérieur fait vraiment trop bas de gamme avec du plastique partout. Dommage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :