Nouvelle Audi Q5 ou la passion du premium

 |   |  666  mots
L'Audi Q5 creuse l'écart avec le Tiguan qui est pourtant bien monté en gamme.
L'Audi Q5 creuse l'écart avec le Tiguan qui est pourtant bien monté en gamme. (Crédits : Audi)
Avec son nouveau SUV, la marque allemande redéfinit les termes du premium et creuse l'écart : connectivité intuitive, agrément de conduite au top, ambiance feutrée... Il faudra toutefois casser la tirelire pour s'offrir ce véritable bijou de l'automobile...

Il y a un an, nous avions essayé le Volkswagen Tiguan... Le SUV de la marque mère nous avait agréablement surpris par le niveau et la qualité des prestations autant intérieures que dans l'agrément de conduite (lire notre essai de la Tiguan). Au point de nous demander ce qu'il pouvait alors rester au vrai premium incarné par Audi et son Q5. La nouvelle version du SUV star d'Audi vient de nous prouver qu'elle ne prenait pas ombrage de la montée en gamme de sa cousine, au contraire, elle a placé la barre encore un peu plus haut... Charge aux autres de suivre !

La continuité du style

Nul besoin de s'attarder sur le design extérieur... L'Audi Q5 ne change pas fondamentalement de look. Même allure, même carrosserie imposante. On note toutefois des arêtes beaucoup plus marquées sur les flancs qui modernisent résolument les lignes. Bien entendu, la signature lumineuse est totalement revue. Les phares avant sont également plus travaillés. La marque aux anneaux veut croire que les fans de ce SUV veulent absolument garder une continuité dans le style.

Audi Q5

A l'intérieur, en revanche, c'est le grand chambardement. Alors certes, notre voiture d'essai dispose de la finition supérieure Design Luxe. A cet égard, nous n'avons pas été déçus même s'il faut reconnaître que la planche de bord a encore du mal à sortir de sa tonalité austère. Les grilles d'aération, comme la commande climatisation chauffage, manque d'originalité ou de finesse. Pareil pour l'écran GPS qui se greffe presque maladroitement au-dessus de l'aération... Heureusement, cette très élégante baguette en chrome brossé se charge de donner à l'Audi Q5 la touche premium qui fait toute la différence. Du contraste de couleur à la noblesse de la texture de ce matériau, il faut bien avouer que l'effet est saisissant.

Audi Q5

En réalité, tout, dans l'Audi Q5 participe à installer le conducteur et les passagers dans une ambiance feutrée... Une fois que l'on est installée au volant, on découvre le virtual cockpit, ce système qui permet de déporter sur le tableau de bord des informations sur l'écran de gauche (GPS, musique, téléphonie, paramètres de conduite...). La connectivité poussée est un véritable plus pour l'agrément de conduite. Ajoutez à cela l'habitacle, la position de conduite très haute (les pneus 20 pouces en option avec les jantes alu à 1.630 euros), l'assise très confortable des sièges... L'intérieur de l'Audi Q5 offre un remarquable niveau de confort à la fois haut-de-gamme et résolument contemporain.

Un excellent agrément de conduite

Mais, c'est sur route que le dernier SUV de la marque aux anneaux révèle ses plus beaux atouts. L'agrément de conduite est tout simplement brillant. La qualité des suspensions consacre encore un peu plus la douceur sur route à laquelle nous avait habitué son prédécesseur. Il faut dire que notre voiture d'essai disposait de l'option Adaptive air suspension (2.350 euros). Nous avons également été étonnés par l'excellente précision de la tenue de route. Sur la motorisation, nul besoin d'aller au-delà de cette version 190 chevaux, côté diesel en tout cas. Elle s'est montrée parfaitement efficace avec une consommation de carburant tout à fait raisonnable compte tenu de sa puissance et du gabarit. On regrette néanmoins la poussivité au démarrage, ou parfois en dépassement, sans trop savoir s'il faut remettre en cause le stop & start trop laborieux dans un cas, ou des suspensions qui inhibent un peu la réactivité moteur dans l'autre cas.

Audi Q5

Côté prix, pas de surprise, nous sommes sur une Audi... La version de base sur cette motorisation démarre à 48.000 euros. Il faut ajouter 10.000 euros de plus pour être équipé de la finition Design Luxe. Il faudra ajouter un certain nombre d'options aussi onéreuses pour atteindre le niveau de confort de ce SUV résolument et définitivement haut-de-gamme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2017 à 15:56 :
Les allemands produisent de belles autos ,lourdes luxueuses et puissantes mais polluantes çà va de pair. Ils sont par contre très en retard sur l'électrique. Il faut avoir le courage de surtaxer ces gros véhicules qui nous empoisonnent lentement et qui ne servent pas à grand chose. J'espère que ce nouveau gouvernement sera plus audacieux à tous égards concernant ce point crucial.
a écrit le 14/05/2017 à 14:26 :
Bonjour,

Je pense que la comparaison avec le Tiguan (et non la Tiguan ;)) est inappropriée, les segments sont en effet differents. Tiguan serait à comparer au Q3.
a écrit le 14/05/2017 à 10:00 :
Toujours le même déboulé de jaloux dès qu'il s'agit d'Audi , c'est incroyable ... comme d'habitude la marque fait dans le qualitatif et le raffiné ; et surtout dans l'innovation technologique et l'écologie puisque malgré leur puissance les moteurs Vag sont les plus économes et les plus aboutis sur les émissions de gaz polluants ... Belle réussite en tout cas .
a écrit le 13/05/2017 à 21:50 :
Combien de français au chomage pour chaque Audi achetée ?
a écrit le 13/05/2017 à 19:24 :
190 chevaux... ridicule. Et pas assez gros pour mon égo, dans tous les cas. Avec ça, tu pollues pas assez, c'est clair.
a écrit le 13/05/2017 à 19:09 :
Audi est la seule marque "Premium" qui régresse au T1 Europe.
C' est peut être que les clients sont blasés d' avoir les mêmes voitures banales années après années. Mercedes est redevenu le vrai "Premium" grâce a des modèles plus séduisant.
Réponse de le 15/05/2017 à 16:18 :
Et moins chers
a écrit le 13/05/2017 à 17:08 :
C'est du "copié-collé" du prospectus d'Audi?
a écrit le 13/05/2017 à 12:52 :
Audi est d' une tristesse sans nom encore fortement imprégné du scandale du Wolkswagengate. Ce modèle n' apporte par parenthèse aucune innovation majeure ni stylistique ni technique. La marque est d' ailleurs très fortement exposée à des soucis récurrents de fortes consommations d' huiles sur ses moteurs essence et à une fragilité hors norme de ses bv auto .

A 50 000 euros le morceau, convenez que c ' est un peu fort de café.!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :