Toyota C-HR : un beau pari gâché par la boite de vitesse

 |   |  673  mots
Difficile de décrire cette silhouette tant elle est atypique. Elle ne ressemble à aucune autre carrosserie.
Difficile de décrire cette silhouette tant elle est atypique. Elle ne ressemble à aucune autre carrosserie. (Crédits : Toyota)
Le design clivant du C-HR est le bienvenu dans un segment où les carrosseries se bousculent et se ressemblent. Malheureusement, la dynamique de conduite ne reflète pas les lignes futuristes et agressives de ce SUV.

C'est un vrai pari pour Toyota. Le constructeur automobile japonais a décidé de revenir sur le segment des SUV avec une offre très audacieuse, tant sur le choix de la technologie que sur le design. Le résultat de cette stratégie a donné le C-HR, un SUV de segment C. Il faut dire que dans cette catégorie, l'offre est tellement pléthorique (Qashqai, Kadjar, Tiguan, 3008, Ateca, Duster...) que tout nouvel entrant doit désormais se démarquer.

Un concept-car? Non, le modèle de série...

Avec le C-HR, Toyota a poussé le bouchon loin, un peu trop loin selon certains. Présenté au salon de Genève 2016, des journalistes ont interrogé Toyota sur cet étrange "concept car"... Sauf qu'il s'agit du modèle de série ! Mais Toyota assume le caractère clivant du C-HR.

Toyota C-HR

Difficile de décrire cette silhouette tant elle est atypique. Elle ne ressemble à aucune autre carrosserie. Le bouclier donne une impression de robustesse. Du Prius, il reprend ces lignes qui prennent source du logo pour donner naissance aux phares. De là, une autre ligne va contourner les portes arrière par le bas avant de remonter sur les feux arrières. Cela donne des flancs musclés et galbés, mais surtout de la hauteur à la silhouette. Bien vu pour un SUV ! C'est à l'arrière que le design est le plus fou. Le toit fuyant est un évident clin d'œil à la mode des SUV coupés des BMW et Mercedes. Cela donne de la sportivité. Si on ajoute à cela les feux qui se prolongent sur les flancs avant d'entourer légèrement le coffre, le C-HR verse quasiment dans l'agressivité. On aime ou on n'aime pas...

L'originalité transpire jusqu'à l'intérieur

A l'intérieur, l'ambiance est également à l'originalité... La planche de bord a été pensée par étage avec des effets matières intéressants. Une surface en cuir surplombe une baguette en chrome brossé, argent ou d'une autre couleur pour un beau contraste, puis on retombe sur du plastique classique. Là encore, c'est une question de goût, mais pas question de critiquer la prise de risque là où d'autres redoublent d'austérité. En revanche, cette planche de bord prend beaucoup de place... Un peu trop en réalité ! On se sent assez vite à l'étroit, et le passager n'a pas le confort aux jambes qu'il a pourtant dans une Prius. En revanche, on aime ces petits panneaux carbones sur les parois des portières.

Toyota C-HR

Au-delà des considérations subjectives autour du style et du parti-pris de l'aménagement intérieur, il convient également de se pencher sur l'agrément de conduite de cette voiture hybride. De ce point de vue, c'est plutôt la déception. Un an après avoir essayé la Prius dont nous avons chanté les louanges, nous avons été surpris par le C-HR.

Maudite boîte CVT...

Si le moteur tient bien la distance, nous ne sommes en revanche absolument pas convaincus par sa boite CVT. Celle-ci pêche par son absence de réactivité que ce soit en côte ou en relance. Oh qu'elle n'aime pas ça ! Attendez-vous à l'entendre crier tout le long d'une côte. Vous souffrirez de la soumettre à un dépassement un peu sportif sur une bretelle d'autoroute. En clair, Toyota nous vend une voiture au design plein de testostérone, mais à condition de la conduire avec beaucoup (beaucoup bis) de douceur... Vraiment dommage puisque sur du plat, ce moteur essence hybride n'a aucun problème pour assurer sur du 130 km/h voire davantage si on ne fait pas attention...

On salue l'audace et la recherche stylistique. Le C-HR assume une vraie personnalité distinctive, un vrai plus sur un marché automobile saturé. On regrette néanmoins une boite CVT qui gâche tout ce que Toyota a pourtant l'habitude d'offrir en matière d'agrément de conduite. On fait le pari que ce défaut sera vite réparé et révélera ce que le potentiel réel du C-HR.

Toyota C-HR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2017 à 23:02 :
CHR en France c'est un acronyme bien connu et qui n'a rien de très flatteur avec en plus ce design de juke version ridée... On se demande si il y a une équipe marketing chez Toyota. Alors si en plus de ça on flanche au niveau mécanique avec une boîte de vitesse molassonne. Un flop assuré.
a écrit le 21/03/2017 à 20:43 :
Il n'y a pas de boite de vitesse sur les hybrides Toyota !
Un train épicycloïdal piloté fait office de transmission à variation continue. Il répartit le couple transmis par le moteur thermique tantôt vers les roues, tantôt vers le générateur.

Pas un à-coup. La gestion remarquable est bien plus aboutie que sur n'importe quelle autre. Conduite douce et fluide au programme, c'est bien agréable. Reste que en forte accélération en montée , on a l'impression que le "moteur s'emballe" et c'est un peu sonore...Pour moi le plus désagréable c'est à l'arrêt au feu rouge ou dans les embouteillages les désagréments sonores et les odeurs générés par les mazouts !
a écrit le 21/03/2017 à 19:42 :
Toujours les mêmes rengaines à chaque test de véhicule hybride Toyota (auris, CH-R). C'est une fois de plus une méconnaissance du système et surtout une mauvais utilisation de la boite. C'est sur que le bruit peut-être un peu pénible en montagne sous forte sollicitation mais ailleurs c'est un bonheur à conduire. Surtout face à une boite auto type dsg la fiabilité et le risque de panne est plus faible et l'entretien réduit a néant !
C'est une autre manière de conduire, messieurs faudrait songer a abandonner vos boites mécanique du siècle passé...
(Je roule en auris hsd)
a écrit le 20/03/2017 à 14:01 :
Je trouve que c'est plutôt une copie de la Nissan Juke , au niveau du design.
a écrit le 19/03/2017 à 20:43 :
Je pense que ce type de voiture ne peut pas être essayé et compris par un utilisateur basique. J'ai justement choisi une Toyota Prius pour sa boite CVT et son système hybride, pour sa douceur et son agrément de conduite, mais également pour l'intelligence de la conception qui fait sa fiabilité. Les hybrides Toyota ne s essayent pas comme les autres autos. Et c'est parce que les sensations sont différentes que je l'ai choisie. Ce n'est pas une voiture de sport et pourtant dans son utilisation, il y a de la ressource lorsque l'on enfonce la pédale. On ne le sent pas, mais on s'en rend contre lorsqu'on se frotte à un conducteur embêtant. Mais pour rouler toujours comme ça le bruit du moteur dans les tours devient désagréable. Pas grave, ce n'est tout de même pas une sportive, mais une bonne routière ! Une smart car !
a écrit le 19/03/2017 à 20:41 :
Je pense que ce type de voiture ne peut pas être essayé et compris par un utilisateur basique. J'ai justement choisi une Toyota Prius pour sa boite CVT et son système hybride, pour sa douceur et son agrément de conduite, mais également pour l'intelligence de la conception qui fait sa fiabilité. Les hybrides Toyota ne s essayent pas comme les autres autos. Et c'est parce que les sensations sont différentes que je l'ai choisie. Ce n'est pas une voiture de sport et pourtant dans son utilisation, il y a de la ressource lorsque l'on enfonce la pédale. On ne le sent pas, mais on s'en rend contre lorsqu'on se frotte à un conducteur embêtant. Mais pour rouler toujours comme ça le bruit du moteur dans les tours devient désagréable. Pas grave, ce n'est tout de même pas une sportive, mais une bonne routière ! Une smart car !
a écrit le 19/03/2017 à 8:08 :
Le journaliste n'a rien compris quand à l'utilisation d'une boîte CVT et pourquoi elle est idéale sur une motorisation full hybride...
Pathétique...
a écrit le 18/03/2017 à 18:40 :
" une boite CVT qui gâche tout ce que Toyota a pourtant l'habitude d'offrir en matière d'agrément de conduite"

Vous avez essayé les autres modèles hybrides de Toyota? C'est exactement la même boîte...
a écrit le 18/03/2017 à 17:32 :
Quand vous aurez compris q avec une boîte cvt hybride il faut appuyer a fond sur la pédales de droite et relâcher que quand vous atteint la vitesses souhaitée, on aura fait un grand pas avant.
Ce n'est pas par hasard si ce type de boîte a été interdite en f1, elle procurait un trop gros avantage pour avoir des relance instantanée sans action du pilote
Réponse de le 19/03/2017 à 8:11 :
Nul besoin d'appuyer à fond pour délivrer une accélération correcte permettant d'atteindre la vitesse de croisière sur route ou voie rapide.
Appuyer à fond à chaque relance fait grimper la consommation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :