« Le monde musulman doit se ressaisir », par Jawad Kerdoudi, président de l'IMRI (Maroc)

 |   |  935  mots
Jawad Kerdoudi, Président de l'Institut marocain des relations internationales (IMRI)
Jawad Kerdoudi, Président de l'Institut marocain des relations internationales (IMRI) (Crédits : Alfred Mignot)
Président de l'Institut marocain des relations internationales (IMRI), Jawad Kerdoudi analyse ici comment la multiplicité des attentats jihadistes dans le monde a provoqué un mouvement d'islamophobie, particulièrement en Europe et aux États-Unis. Une « alerte » à laquelle les musulmans se doivent de réagir, estime-t-il : en réfutant « les arguments fallacieux de Daech », en mettant fin à « la lutte fratricide entre chiites et sunnites », en promouvant « l'État de droit et la démocratie »…

Ce sont les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, et du 2 décembre 2015 à San Bernardino aux États-Unis, attribués à des éléments islamistes radicaux, auront été la goutte qui a fait déborder le vase.

Aux États-Unis, après les attentats de Paris, le candidat républicain aux élections présidentielles américaines Donald Trump n'a pas hésité à proposer l'interdiction de l'entrée des musulmans dans le pays. Auparavant, il avait également proposé l'enregistrement des musulmans sur un registre spécial afin de mieux les surveiller, et refusé l'accueil des réfugiés syriens aux États-Unis. Il a également demandé la surveillance des mosquées et leur fermeture en cas de risque d'attentats. Il a enfin déclaré que de nombreux musulmans sont favorables au jihad violent. Malgré ces propositions et déclarations aberrantes, Donald Trump bénéficie toujours de 30% des intentions de vote des républicains.

« La porte ouverte à une islamisation du pays »

En Europe, la montée de l'islamophobie est une réalité. Les dernières élections régionales en France ont crédité le parti extrémiste Front national de 30 % de votes au premier tour. On a dénombré 330 agressions, menaces et dégradations anti-islamiques en France de janvier à septembre 2015.

Les autres partis extrémistes européens ne sont pas en reste. Le parti d'extrême-droite FPO en Autriche a réalisé un score de 32 % lors des élections municipales. Il est suivi par l'UDC en Suisse avec un score de 29 % aux élections fédérales. En Suède, pays des droits de l'Homme et de la tolérance, le parti SD anti-immigration a bénéficié de 25 % d'intentions de vote. Enfin le parti nationaliste DF au Danemark a obtenu un score de 21%. À cela il faut ajouter 10 000 personnes qui se sont rassemblées en Allemagne à l'appel du Pegida, part des « Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident ».

Les pays de l'Europe de l'Est partagent la même tendance. Les élections polonaises ont offert 39 % de voix en mai 2015 au parti conservateur Droit et Justice, qui présente l'immigration comme « la porte ouverte à une islamisation du pays qui ruinerait son héritage chrétien ». Le Premier ministre hongrois Victor Orban a déclaré à la presse en septembre dernier : « Les immigrés sont avant tout des musulmans qui mettent en péril l'identité chrétienne de l'Europe ».

« Réfuter les arguments fallacieux de Daech et de ses criminels »

Nous, musulmans, devons considérer comme une alerte cette montée de l'islamophobie aux États-Unis et en Europe. Certes, des voix s'y sont élevées  pour combattre ces dérives extrémistes. Le porte-parole de la Maison-Blanche a déclaré : « Le respect de la liberté du culte est inscrit dans notre déclaration des droits de l'Homme » et « les discriminations religieuses sont condamnées par la constitution américaine ».

Marc Boot, qui est républicain et expert en histoire militaire, a qualifié Trump de « fasciste ». John Noonan, Conseiller du candidat républicain Jeb Bush, a précisé que l'enregistrement fédéral obligatoire des citoyens américains sur la base d'une identité religieuse est du fascisme. Le New York Times a dénoncé « les mensonges racistes de Donald Trump ». La républicaine Liz Mair a créé une nouvelle société «Trump Card LLC » pour « vaincre et détruire Donald Trump ». En Europe également, Manuel Valls a déclaré que « Donald Trump attise la haine contre les musulmans » et David Cameron que « Donald Trump veut semer le désordre ».

Nous aussi, musulmans, devons réagir à cette alerte. Nous devons tout d'abord expliquer que Daech et les jihadistes qui commettent des attentats sont une infime minorité de la communauté musulmane forte de 1,6 milliard d'individus. Cette infime minorité ne peut se revendiquer l'Islam, qui pour une immense majorité de croyants, est une religion de paix et de tolérance.

« Combattre le terrorisme militairement et idéologiquement »

L'Organisation de la coopération islamique (OCI) devrait partout dans le monde expliquer les vrais fondements de l'Islam et réfuter les arguments fallacieux de Daech et de ses criminels qui répandant la terreur partout dans le monde. Les grandes nations musulmanes d'Asie - Indonésie, Pakistan, Malaisie, Turquie - devraient se manifester davantage, car elles sont elles aussi concernées par l'islamophobie. Il faut aussi mettre fin à la lutte fratricide entre chiites et sunnites qui affaiblit le monde musulman.

Il est nécessaire partout dans le monde musulman d'entamer et de poursuivre les réformes structurelles pour promouvoir les droits de l'Homme, notamment l'égalité homme/femme, l'État de droit et la démocratie. Il faut également promouvoir l'éducation et éradiquer l'analphabétisme dans tous les pays musulmans.

« Pour vaincre définitivement Daech... »

Parallèlement à cette action idéologique et médiatique, il faut aussi mettre fin à Daech qui est la source du terrorisme jihadiste international. Il faut à ce sujet saluer l'initiative de l'Arabie saoudite qui a mis sur pied une coalition de 34 pays musulmans pour « combattre le terrorisme militairement et idéologiquement partout dans le monde musulman ». Font partie de cette coalition des pays asiatiques tels que le Pakistan et la Turquie, et des pays africains comme l'Égypte, le Maroc et le Sénégal.

Les frappes aériennes contre Daech ont montré jusqu'à maintenant leur inefficacité. Pour vaincre définitivement Daech, la coalition menée par l'Arabie saoudite doit mettre sur pied une armée de 100 000 hommes pour récupérer au sol les territoires irakien et syrien sous l'égide de l'État islamique.     
En conclusion, le monde musulman doit se ressaisir pour s'assurer un avenir décent parmi la communauté internationale.

...

> Retour au SOMMAIRE EUROMED-AFRIQUE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2016 à 18:17 :
Ce brave homme ignore ou fait semblant d' ignorer que l' Islam et son code la charia est le code de vie unique et intangible que doit suivre le croyant.
On ne peut donc pas demander la démocratie, l' égalité homme/femme, autoriser homosexualité, autoriser l' apostat et l' athéisme etc ... et être musulman car le musulman se soumet -islam- d' abord à Allah et à ses règles.
C est aussi simple que cela. Tout est reste c' est de l' enfumage.
Jawad Kerdoudi ne peut réclamer de ces valeurs 'occidentales' décadentes pour l' Arabie Saoudite s'il est un bon musulman.
a écrit le 11/01/2016 à 17:08 :
Tout à fait d'accord mais ce sera difficile et je vous donne une exemple.il se trouve dans le journal algérien el watan sous le titre "comment les manuels scolaires diabolisent les non musulmans ".les enfants algériens sont conditionnés pour croire que l'islam est supérieur aux autres religions !
a écrit le 11/01/2016 à 11:18 :
Sans parler de l’antisémitisme qui a une histoire pluri-millénaire.

Il a fallu près de 3 siècles pour que les chrétiens catholiques et protestants arrêtent de se persécuter mutuellement en Europe et jusqu'à il y a encore peu de temps, on parlait plus de tolérance mutuelle que de franche amitié.

La paix religieuse n'a pu se faire en France qu'avec la laïcisation de l'état, qui a séparé les questions de doctrine religieuse de celles de la politique profane. Ce qui a largement évité jusqu'à maintenant de politiser la religion et vice versa (et prions pour que ça continue).

Les guerres au Moyen-Orient ne s’arrêteront que lorsque la politique et la religion ne seront plus inséparables, ça vaut pour les conflits sunnites-chiiites (en réalité un combat arabe contre perse) comme pour la guerre palestino-israélienne (le dernier état colonial moderne).
a écrit le 11/01/2016 à 10:18 :
On attend avec impatience la venue de la démocratie, du droit et de l'égalité dans le monde musulman !!!
a écrit le 11/01/2016 à 4:49 :
Euh ! (Voir à "tonton Fanfois) Au lu de cet intéressant document,
je me demande si les agresseurs des femmes en Allemagne étaient sunnites
ou bien chiites ? Peut-être les deux hein ? Tout comme ceux qui "caillassent"
les pompiers et autres policiers ? Agressent et insultent les gens
dans les transports en commun ? Bref, la problématique me semble bien difficile
à comprendre . Sinon que .... c'est pas bien correct ça hein ? Il n'y a RIEN de républicain dans ces attitudes "banalisées" à l'extrême ? Faudrait peut-être l'envisager autrement qu'en le déniant ? Non ? Ah ! Bon ! Scusez !
a écrit le 10/01/2016 à 20:08 :
Trop tard pour revendiquer l'identité chrétienne de l'Europe. Certains pays voulaient l'inscrire dans le traité de Lisbonne, mais la majorité était contre...dont la France. On voit le résultat dans les urnes aujourd'hui. On n'imposera pas l'universalisme aux peuples malgrè eux.
a écrit le 10/01/2016 à 19:30 :
Le problème c'est la religion, on ne peut pas espérer que les gens croient en des phénomènes imaginaires sans que cela puise à un moment ou à un autre engendrer des conséquences irrémédiables.
a écrit le 10/01/2016 à 19:01 :
Tribune naïve jusqu'à l'ineptie. Entre autres non-sens relevés, appeler à en finir avec "la guerre fratricide entre sunnites et chiites" et louer plus loin l'arabie saoudite alors qu'elle en est la première instrigatrice avec l'Iran, me semble le plus ridicule.
Réponse de le 10/01/2016 à 23:05 :
L'auteur de l'article ne loue pas l'Arabie Saoudite, il se félicite juste qu'elle prenne partie contre l'Etat islamique.
Réponse de le 22/01/2016 à 21:05 :
Si j'ai salue l'initiative de l'Arabie saoudite c'est que j'estime que la priorité est d'éradiquer Daech qui s'est rendu coupable d'actes de barbarie et qui porte un tort considérable à l'Islam. Cela ne veut pas dire que je partage l'idéologie wahhabite que je récuse totalement . Je suis comme d'ailleurs mon pays le Maroc pour un Islam ouvert et tolérant qui veut vivre en bonne intelligence avec les autres religions .
a écrit le 10/01/2016 à 17:43 :
LOL, dans l'avant-dernier paragraphe, l'auteur appelle a "poursuivre les réformes structurelles pour promouvoir les droits de l'Homme, notamment l'égalité homme/femme, l'État de droit et la démocratie." Et dans le dernier, il loue l'Arabie Saoudite, pays dont on sait a quel point elle est a la pointe de la défense de ces valeurs. Cherchez l'erreur...
a écrit le 10/01/2016 à 16:23 :
Le printin arabe c est le crime à travers le monde des innocents pas des politiques el Asafa Poutine Obama Merkel junker Kadhafi Arabie saoudite et j'en passés Schengen responsable les dieux à leurs place
a écrit le 10/01/2016 à 14:44 :
Ouais????????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :