Un CESE EuroMed « donnerait un coup de jeune à une dynamique essoufflée » (Philippe de Fontaine Vive)

 |   |  597  mots
Philippe de Fontaine Vive, co-président de l'Ocemo
Philippe de Fontaine Vive, co-président de l'Ocemo (Crédits : DR - Capture Daiymotion)
Participant aux XIes Rendez-vous économiques de la Méditerranée (Marseille, 7 novembre), Philippe de Fontaine Vive, co-président de l'Ocemo, a annoncé son projet de créer un Cese euroméditerranéen, en démarrant avec un noyau fondateur de six CES nord-sud.

L'ancien vice-président de la BEI qui, en sa qualité de « patron » de la Femip* a écumé assidûment la Méditerranée pendant dix ans et plus, est assurément l'un des meilleurs connaisseurs français et européens des dirigeants et des sociétés civiles du Sud et de l'Est méditerranéens. Selon lui, ainsi qu'il le confiait à La Tribune hebdo du 6 novembre, « en 2011, la révolution tunisienne a lancé un printemps arabe dont les conclusions nationales, régionales et mondiales sont loin d'être claires et durables. Le tout récent prix Nobel de la paix, attribué au dialogue national tunisien, récompense une évolution remarquable où la société civile s'est spontanément organisée pour faire aboutir les idéaux de justice et de démocratie. » Mais, ajoute Philippe de Fontaine Vive, « les sociétés méditerranéennes sont [encore] en pleine pleine ébullition. Pour toute la région, il est donc urgent d'organiser et de valoriser des espaces de dialogue et d'échange, dans lesquels les différentes composantes de la société civile peuvent s'exprimer. »

Ainsi Philippe de Fontaine Vive a-t-il pris l'initiative de fédérer autour d'un projet commun les CES de six pays, trois du sud de la Méditerranée - Algérie, Liban et Maroc - et trois du nord - Luxembourg, France et Malte. Ensemble, ils ont ainsi répondu à un appel d'offres ad hoc de la Commission européenne, à laquelle ils remettront leur projet, le 20 novembre prochain.

Selon Philippe de Fontaine Vive, qui était déjà en 2011 à l'origine de la création de l'Ocemo** dont la volonté de « porter la voix des sociétés civiles en Méditerranée » est l'un des objectifs, le Cese EuroMed permettrait notamment d'organiser une forme de représentation de la jeunesse : « Nous avons besoin de donner une voix institutionnelle aux sociétés civiles, et particulièrement à la jeunesse. Si les sociétés civiles se mobilisent, la question méditerranéenne deviendra - enfin - un sujet politique. Je crois que l'on peut contribuer à faire bouger les lignes en intervenant en amont du politique. Créer le Cese EuroMed permettrait de donner un coup de jeune à une dynamique [de partenariat euroméditerranéen] qui s'est essoufflée. Nous avons besoin de cette dynamique nouvelle. »

On saura en début d'année prochaine si le projet piloté par l'Ocemo en coproduction avec les six CES partenaires aura obtenu l'agrément de la Commission européenne. Pour cela, il lui aura fallu être plus convaincant qu'un projet concurrent, émanant d'entités patronales et syndicales.

Mais le précédent du Luxembourg apparaît comme un exemple plaidant pour la faisabilité d'un CES international nord-sud : « Nous avons réussi à créer un CES transfrontalier incluant six régions de quatre pays différents, et nous avons notamment coproduit un accord-cadre sur la formation professionnelle », témoignait en effet la Secrétaire générale du Conseil économique et social du Luxembourg, Marianne Nati-Stoffel, qui participait également à ces XIes Rendez-vous, coorganisés par l'Institut de la Méditerranée et le Cercle des économistes, en journée de clôture de la Semaine économique 2015, à la Villa Méditerranée de Marseille.

...

* Femip : Facilité euroméditerranéenne d'investissement et de partenariat, instrument de la Banque européenne d'investissement (BEI) dans les pays partenaires du Sud et de l'Est méditerranéens, créée en 2004.

** Ocemo : Office de coopération économique pour la Méditerranée et l'Orient, sis à Marseille, créé en 2011.

...

Retour au SOMMAIRE EUROMED- AFRIQUE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2017 à 19:52 :
Connaissant très bien cet homme de dossier , honorable banquier et social qui observe minutieusement , écoute attentivement avec aisance toutes les catégories sociales. Il les analyse soigneusement et traduit positivement leurs besoins en action conformément à la réalité socioculturelle de l'espace d'intervention. vous les lecteurs qui le connaissent pas , Je vous invite de lire son CV et les activités qu'il avait réalisées dans la Méditerranée. C'est un homme de parole, sociable, souriant, modeste , ouvert. Un homme providentiel parmi les rares grandes personnalités internationales qui peut apporter des solutions satisfaisantes, durables, acceptables, accessibles, fiables, vendables, solidaires et sociales, transparences au sein de la Banque Mondiale et pour humaniser la planète.
a écrit le 09/11/2015 à 16:18 :
Surtout pas , notre CESE est déjà une aberration de notre système, inutile dans créer un de plus .
a écrit le 09/11/2015 à 11:50 :
Le crédit de photo n'est pas DR mais Marsactu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :