Les Français ont-ils raison d'être mécontents de la campagne électorale ?

 |   |  1046  mots
(Crédits : DR)
Les Français ont-ils raison de se plaindre de cette campagne électorale, des débats, des candidats, d'une longueur excessive? Par Pierre-Yves Cossé, ancien commissaire au Plan

Les Français ne sont pas satisfaits de la campagne pour l'élection présidentielle, ni des débats, ni des candidats, ni de la longueur jugée excessive. Ils hésitent plus que d'habitude et s'abstiendraient davantage. C'est au moins ce que répètent à satiété sondeurs et observateurs politiques. Est-ce justifié ? Il ne semble pas.

 Ce que la grande majorité d'entre eux rejetait, c'était la répétition du face à face de 2012, Hollande/Sarkozy. Cela a été évité par les Primaires. N Sarkozy a été sèchement battu au premier tour et Hollande les redoutant s'est retiré. Succès indiscutable de la procédure ! Le débat opposant les candidats a été dans l'ensemble de bonne tenue et a même abordé des thèmes nouveaux avec B Hamon. Quant au fait que le vainqueur à droite soit poursuivi par la justice n'à rien à voir avec les primaires. Celles-ci ne sont pas plus responsables du refus par Marine Le de répondre à la convocation d'un juge.

 Une classe politique corrompue?

Source de mécontentement manifeste: toute la classe politique serait corrompue. Il n'en est probablement rien. Les corrompus et les voleurs ont toujours existé, comme le montre malheureusement l'histoire de nos républiques. Ce qui a changé, c'est le contrôle devenu beaucoup plus strict et les exigences des Français. Les affaires récentes ont suscité la mise en place d'autorités spécialisées et de procédures efficaces. François Fillon affirme que dans le passé il n'aurait pas été poursuivi dans les mêmes conditions. Cela est exact. Suite au scandale Cahuzac, une loi qu'il n'a pas votée, a créé un parquet national financier pour ce genre d'affaires. Nous vivons une période de transition ; la vigilance s'est accrue mais les comportements des élus ne se sont pas adaptés. Le résultat est une suspicion généralisée des électeurs avec ses excès : immixtion dans la vie privée dont se complaisent les media. Faut-il qu'Emmanuel Macron rende compte de l'usage de revenus déclarés et fiscalisés à un taux élevé ?

 Insatisfaction

Insatisfaction forte liée au déroulement de la campagne. Aucun thème majeur n'a émergé. N'est-ce pas plutôt un signe de maturité ? Les thèmes de « La fracture sociale » chère à Jacques Chirac et du « travailler plus pour gagner plus » de Nicolas Sarkozy se sont effacés à l'épreuve du pouvoir. La complexité du monde et des problèmes a pour conséquence qu'une demi-douzaine de questions doivent être affrontées simultanément : sécurité, chômage, changements technologiques et formation, immigration, développement durable, sécurité internationale, Europe. Cela complique certes la tâche des commentateurs et ... des électeurs. C'est le prix de la démocratie au vingt et unième siècle.

Les formes du débat ont changé. L'affrontement direct à la télévision des cinq principaux candidats, une première, est un progrès, même si la contrepartie est une importance excessive donnée à l'image des candidats au détriment des programmes.

L'importance prise par les réseaux sociaux est à la fois positive et négative. Les excès ont été plus marqués lors des dernières élections anglaise et américaine et les efforts de décodage des falsifications plus systématiques en France. Mais il faut prendre au sérieux cette demande nouvelle de participation à la vie démocratique, à laquelle devra répondre le prochain président ; une «  invention démocratique » s'impose pour mettre en place des lieux et des procédures, où les citoyens puissent s'exprimer entre deux élections.

 Une décomposition politique bien antérieure à l'élection

L'affaiblissement des partis politiques de gouvernement, qui déboussole les observateurs et une partie des électeurs est bien antérieur à l'élection présidentielle. Le constat des électeurs, absence de résultats dans le domaine économique depuis plusieurs mandatures et incapacité des deux derniers présidents à jouer leur rôle de protecteur et de modérateur avec dignité, a eu pour effet une décomposition politique que les élections présidentielles mettent au premier plan. N'est-ce pas salubre ? Les élections ne sont pas la cause de cette décomposition mais la manifestation et les périodes de décomposition sont douloureuses, tant que la recomposition n'est pas apparue.

Dans un tel contexte, n'est-ce pas normal que l'électeur soit hésitant, alors qu'il est fortement intéressé par l'élection. Il lui faut sortir des sentiers battus, ce qui est toujours difficile.

 Un processus électoral à revoir, malgré tout

Estimer excessives les réactions des Français ne veut pas dire que le processus soit parfait, même si les imperfections ne sont pas nouvelles. Quelques exemples des points critiques.

La durée de la campagne est excessive. Elle serait plus acceptée si l'on revenait au mandat de sept ans (mais non renouvelable)

Le débat présidentiel a dérivé en débat pour des législatives, beaucoup trop détaillé sans perspective d'ensemble. Aucun candidat n'a tenté sérieusement d'expliquer aux Français quelle serait la place de la France dans un monde globalisé ? Quand cessera-t'on de pleure un monde disparu, au lieu de regarder devant soi ? La pression des medias et des lobbys incite à multiplier les propositions, dont beaucoup resteront lettre morte. Comment revenir à la lettre et à l'esprit de la constitution de 1958 ? E Macron le veut sans avoir précisé la méthode.

Le nombre des candidats ne devait pas dépasser six. Au-delà, c'est le tohu-bohu et l'électeur est perdu. Personne ne s'entend et le débat démocratique est étouffé. Trois candidats pour l'extrême gauche dans un pays de plus en plus à droite, cela est déplacé pour une élection présidentielle. Comment faire pour contenir le nombre de candidats ? Cela serait plus aisé s'il existait des espaces démocratiques où les petits groupes pourraient se faire entendre et des élections à la proportionnelle permettraient une plus grande diversité.

L'insatisfaction manifestée par les électeurs devrait inciter experts et observateurs à faire des propositions dès maintenant en vue d'améliorer le dispositif applicable en 2022. Il serait souhaitable que les principaux candidats se prononcent pour que l'on ne redécouvre pas le problème fin 2021.

Pierre-Yves Cossé

Avril 2017

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2017 à 0:55 :
Aucun n'a parlé des vrais problèmes ni de solutions proposées
a écrit le 20/04/2017 à 21:11 :
Commentaire superficiel et sans intérêt
Réponse de le 20/04/2017 à 22:29 :
Décidément les soutiens du petit chouchou font feu de tous bois sur tous les forums...Si les commentaires sont superficiels et sans intérêt alors pourquoi les commenter vous, ce n'est pas très cohérent...
a écrit le 20/04/2017 à 14:37 :
Ah...Il fallait s'y attendre une dernière petite courbette à votre petit chouchou chez Monsieur PYC, c'est vraiment pitoyable...Vous êtes vraiment épuisé...Au point de ne pas avoir réussi à écrire entièrement le patronyme d'une candidate ainsi rebaptisée Marine Le...Si Monsieur Macron n'est pas élu ce sera vraiment à désespérer du lobbying et de tous ses rouages...Dont les plus vieux et les plus rouillés...
a écrit le 20/04/2017 à 13:38 :
Mécontents de quoi ? Les candidats racontent leurs salades et l'électeur intelligent vote en son âme et conscience, et blanc si aucun candidat ne le satisfait. Qu'est-ce qu'il y a de compliqué ?
a écrit le 20/04/2017 à 11:59 :
Les électeurs se demandent à quoi va servir leur vote. En agissant au contraire de ses promesses, Hollande à grandement contribué à ce climat de pourrissement. Le Président est à la fois un monarque absolu et un impuissant notoire puisque les décisions sont prises à "Bruxelles" (ou Berlin), quand ce n'est "par les marchés". La confiance dans la démocratie, voire la démocratie tout court, ne reviendront que si l'échelon électoral direct correspond au niveau de la prise de décision. Sinon le vote protestataire paraitra le seul vote utile.
a écrit le 20/04/2017 à 9:59 :
Tout notre développement économique est lié à l'usage de l'énergie. Mais personne ne parle du role de l'énergie. Sans énergie, nous serions au Moyen Age. Nos économistes vivent encore au Moyen Age. Il faut lire la note n°6 du CAE. Mais qui est capable d'en parler? Notre prix Nobel d'économie, Jean Tirole, évoque bien l'idée de taxer l'énergie pour protéger le climat. Il suffirait d'envisager d'utiliser cette taxe pour réduire le cout du travail, mais cela demande un effort de réflexion hors de portée des Français. Que faut il faire? Les Allemands et les Suédois l'ont compris. Pas nous!
a écrit le 20/04/2017 à 9:42 :
Comment qualifier cette "campagne" puisqu'il faut la denommer ainsi ?
Une vaste galejade. Quelle democratie digne de ce nom accepterait parmis les pretendants deux mis en examen ?
A vous degoutter a tout jamais, cette corruption a tous les etages et strates de ce vieux pays gangrene par la faute de ses politiques depuis plus de trente ans. Le francais lambda s'en satisfait, moi ca me donne envie de sortir la guillotine, mais de participer a ce cirque, nein danke.
a écrit le 20/04/2017 à 9:27 :
Quand on sait que tout candidat élu devra appliquer le GOPE pondue par Bruxelles, on nous fait encore croire que l'on a le choix!
a écrit le 20/04/2017 à 8:42 :
Les élections étant dans quelques jours la propagande néolibérale envahi les esprits.

Les français ont raison de détester cette campagne parce que vous pouvez dire tout ce que vous voulez fillon est mis en examen et se présente quand même, et ce n'est pas parce que autrefois, quand il n'y avait pas internet donc, la vérité était mieux cachée que cela l'excuse en quoi que ce soit. Vous déraisonnez et c'est moche ce que vous défendez là du coup mine de rien.

Vous réclamez par ailleurs moins de candidats alors que les gens veulent plus de possibilité de gestion populaire, bref vous vous faites l’interprète des possédants et c'est vraiment moche à tel point que je ne comprends pas, vous faites régulièrement de bons papiers même si j'avoue que ces dernières semaines ils étaient de moins en moins intéressants pour arriver à ce réquisitoire pro-possédants, à cette messe néolibérale insipide voir détestable.

Tout est contestable dans votre article, la peur vous fait dire n'importe quoi, quelel déception majeur, si j'avais le temps à savoir que les trolls hystériques néolibéraux de ce forum ne me harcelaient pas pour faire les inquisiteurs, je les reprendrais point pas point, vos bons papiers démontrant que vous valez vraiment la peine mais l’hystérie des élections fait que cela n'est pas possible.

Nous devons travailler plus pour gagner moins à cause des gens que vous défendez systématiquement nous autres n'avons pas le temps de venir prêcher sur les forums.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :