Macron élu... et ensuite ?

 |   |  915  mots
(Crédits : DR)
S'il parvient à l'Elysée, Emmanuel Macron devra affronter des difficultés inédites pour un président, sous la cinquième République. Par Pierre-Yves Cossé, ancien commissaire au Plan

Un peu de politique- fiction. Le 7 Mai, le plafond de verre a tenu. Marine Le Pen n'a obtenu que 45% des suffrages. Emmanuel Macron est largement élu, avec néanmoins un pourcentage élevé d'abstention, six points de plus que lors de l'élection de François Hollande. Une partie des électeurs de la droite, frustrés d'avoir perdu une élection imperdable, a voté avec ses pieds.

La "révolution"  chère au nouveau président, l'a-t-elle définitivement  emporté ?  En cinquième République, gagner l'élection présidentielle est le fait majeur autour duquel s'organise la vie politique. Forts de la légitimité du suffrage universel, les nouveaux présidents constituent des gouvernements à leur main qui disposent d'une majorité franche à l'Assemblée, à l'exception près de celui  de Michel Rocard, qui ne disposait que d'une majorité toute relative et recourut au 49.3 et à des accords ponctuels avec les communistes et les centristes. Autrement, ils utilisent leur droit de dissolution (1962, 1968)

 L'obstacle des législatives

En 2017, franchir l'obstacle des législatives sera une étape pleine d'embûches. Certes, le nouveau président  a lancé un appel à candidatures « en vue de construire une majorité de projet » et il devrait y avoir un candidat macronien dans toutes les circonscriptions, soit un « nouveau » issu d'En Marche et de la société civile, soit une personnalité ralliée, ancienne députée ou ministre. Le dosage du cocktail sera délicat : renouveau et expérience, dynamisme et  réalisme, tout en arbitrant entre les groupes de pression.

Obtenir une majorité "En Marche" aux législatives est hors de portée. Même, le général de Gaulle, en 1958, n'y est pas parvenu. Les sortants dans un système majoritaire, appuyés par des structures locales bien implantées disposent d'un indéniable avantage.

 Le président sait que le 8 mai il n'aura pas définitivement gagné et que beaucoup restera à faire. Imaginons. Son premier gouvernement, limité dans le temps et dans ses pouvoirs, sera en quelque sorte un gouvernement d'essai, provisoire, pas nécessairement représentatif  de celui qui sera constitué après les élections législatives. Il sera restreint, pour laisser de la place à ceux qui enteront dans la majorité parlementaire. Il devra associer des nouveaux et des anciens et être une première incarnation de ce nouveau progressisme. Il devra avoir à sa tête un politique expérimenté, qui aura à conduire la campagne électorale d'une première majorité présidentielle, et pas un simple « collaborateur »

 Être en prise directe avec les réalités du pouvoir

C'est là peut-être que gît la plus grande difficulté pour le nouveau président : inventer quelques dirigeants politiques qui soient en prise directe et immédiate avec les réalités du pouvoir. N'oublions pas que les ratages initiaux du précédent quinquennat sont pour une part dus à l'inexpérience gouvernementale du numéro un et du numéro deux. Une place sera faite à des ouvriers de la douzième heure au grand déplaisir des ouvriers des premières heures. À l'issue des élections s'ouvrirait une période de recherche d'une majorité parlementaire associant le président, le Premier ministre et les leaders principaux des groupes. C'est à ce moment-là que serait élaboré un véritable programme, qui serait présenté au Parlement.

Quel projet de société?

Commentateurs et hommes politiques ont tort d'exiger un programme-catalogue pour la présidentielle, à un moment où l'on devrait parler « projet de société »

Ce travail pourrait prendre plusieurs semaines, durée habituelle dans de nombreuses démocraties parlementaires. Le moment est favorable à des recompositions politiques, au moins partielles, sous des formes variées et plus ou moins avouées : groupes parlementaires nouveaux, intergroupes. Le programme de gouvernement devrait inclure l'introduction partielle de la représentation proportionnelle, en vue de faciliter la recomposition politique. L'interprétation de nos institutions serait plus parlementaire. En cas d'échec, si les conservatismes l'emportaient, le second gouvernement Macron devrait s'appuyer sur des majorités variant selon les projets et sur le 49.3, dont l'usage a été limité dans la dernière réforme constitutionnelle.

La complexité d'une "révolution" par voie démocratique

Le Président ne peut en effet user de son droit de dissolution durant l'année qui suit les élections de l'Assemblée. Il est probable qu'ultérieurement, pour desserrer la contrainte, il utiliserait ce droit. En cas de succès, l'on serait dans le positionnement habituel du président en cinquième république. En cas d'échec ce serait la cohabitation, la troisième depuis 1962.

Certaines des positions actuelles du candidat pourraient s'expliquer par les perspectives incertaines du troisième et quatrième tour, notamment son refus de se lier les mains dès maintenant sur des propositions détaillées, de fermer des portes à des alliés de demain ou de s'enfermer dans des alliances avec les partis tels qu'ils existent aujourd'hui. Il se doit de ménager des marges de manœuvre.

Donner quelques clartés sur ce qui se passerait après le 7 mai est de nature à stimuler les électeurs, par exemple expliciter quelques mesures simples en termes précis, à caractère parlementaire, mais aussi législatif. L'élection vaudrait- politiquement- approbation de ces mesures qui s'imposeraient à la nouvelle assemblée, quelle que soit sa couleur.

 Tout ceci peut paraître  compliqué et  éloigné des préoccupations des citoyens. Mais faire une « révolution » par la voie démocratique, cela implique du temps et de la complexité.

 Pierre-Yves Cossé

Février 2017

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2017 à 13:32 :
Habilement les investitures En Marche aux législatives seront annoncées à l'entre 2 tours de la présidentielle. Si Macron accède à la finale, il y aura de nombreux ralliements de députés sortants (la parité et le renouvellement pourrait en souffrir).
a écrit le 22/02/2017 à 9:29 :
après avoir lu les commentaires, et votre article Monsieur, je pense qu'il ressort un grand désemparement, devant le flou supposé du programme de Mr Macron, devant sa latitude à gouverner, et surtout avec qui? On ne sait rien de tout cela.Mais en face de lui il y a Mr Fillon: avec lui au moins on sait où l'on va, on voit revenir une vieille droite ringarde et brutale.Son programme est celui du MEDEF, sa majorité à l'assemblée acquise et connue, sa campagne, il la fera en "négatif", en creux, moi ou le chaos face au FN.Il se servira ,en rusé renard, de la peur qui est un si puissant moteur!Alors, rassurant ce Mr Fillon?Face au spectre du FN qui ferait de la France la honte et la risée de l'Europe, n'avons-nous pas d'autre voie que de choisir Mister Hyde?Pour pouvoir encore respirer, je choisirai Mr Macron.
a écrit le 18/02/2017 à 13:21 :
que vient faire MACRON dans cette galère :est-il un sous marin de notre cher président:tout s'expliquera alors car il a pour soutient tout l'appareil de notre cher état.Ne cherchez pas plus loin?
a écrit le 17/02/2017 à 20:42 :
A force de chercher des alliés, de ratisser large par électoralisme, de rester dans le flou, et de faire des interventions sur des sujets qui n'intéressent pas grand monde ou qu'il ne maîtrise pas, Macron perd aussi des voix, et va finir entouré de gens qui ne peuvent pas se voir. Gouverner, sil arrive au pouvoir, sera un vrai casse-tête
a écrit le 17/02/2017 à 19:21 :
Les partis sont des machines à dé-démocratiser. Ils se visent qu' a maintenir une caste de profiteurs qui ne cherchent qu' a vivre de la politique et même pour certains de s'en enrichir.
Qu' il n'y est pas de parti établi ne me gêne pas. L' important c' est d' avoir une vision et et libérale pour les plus dynamiques et entrepreneurs, sociale pour les plus faibles, démocrate en décentralisant, ouverte dans le débat, puis forte dans son fonctionnement et dans l' application de ses règles et et de s'y tenir, bref ce qui n'est pas arrivé depuis de Gaulle.
a écrit le 17/02/2017 à 17:54 :
Ah! a! une fois élu et bien n'ayez surtout pas peur , il est comme les autres ( vive les banques ).
a écrit le 17/02/2017 à 17:49 :
L'intérêt majeur de sa candidature est justement qu'il ne disposera pas d'une majorité automatique. Sera-t-il capable d'embaucher dans les deux camps pour sortir des automatismes partisans et s'attaquer aux vrais problèmes ?
a écrit le 17/02/2017 à 16:58 :
peut être qu'il remettra la main sur son programme... pardon, son projet ! et qu'il daignera nous en faire part.

Et c'est là que les problèmes vont commencer parce que personne n'aura mis les mêmes choses derrières les paroles vides et les verbiages creux.

Mais je ne suis pas inquiet, dans 3 semaines Macron sera retombé sous les 15%, le temps que les gens commencent à comprendre que Macron a pour projet de continuer la politique que Hollande avait commencé (et qui lui a si bien réussi...).
a écrit le 17/02/2017 à 15:45 :
C'est le scénario d'un Macron président et d'une majorité composite et large autour d'un projet de gouvernement qui est justement la chance inespérée de voir notre pays bien réformé.
a écrit le 17/02/2017 à 14:07 :
Merci PYC, on a cru deviner une forme de jouissance en libérant enfin votre préférence. Une logorée quasi orgasmique...Décidemment avec Pierre Bergé les soutiens des vieux pédants de notre bourgeoisie de l'ancien siècle à leur jeune favori est sans faille...
a écrit le 17/02/2017 à 13:13 :
Macron le rocardien sera le seul capable d'attirer les banques les entreprises (brexit) en France et créer de nombreux emplois en baissant fortement les charges et cotisations sur les entreprises ce qui diminuera les déficits et donc la dette !
Réponse de le 17/02/2017 à 21:59 :
Demain on rase gratis....
a écrit le 17/02/2017 à 13:12 :
La réforme essentielle consiste à basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, autrement dit, à mettre une taxe sur l'énergie pour financer les charges sociales, chomage et retraites, des entreprises, et à respecter l'équité de cette mesure avec une allocation universelle. Cela consiste à appliquer la note n°6 du CAE. Macron devrait le mettre en priorité dans son programme.
a écrit le 17/02/2017 à 12:50 :
Moi je m’inquiéterai plutôt si Fillon était élu....et ensuite ?
a écrit le 17/02/2017 à 12:43 :
Dans le cas ou Marine obtiendrait 45 % des suffrages, aux législatives , il y aura forcément
des triangulaires voir plus. Un candidat Macron, FN, RI et PS. Comme d'habitude, les partis du système vont appeler au votre républicain. Comme pour la présidentielle, les places vont être chères pour pouvoir s'opposer au FN. Macron aura t-il 289 députés
pour avoir la majorité absolue? Peu probable, il va y avoir un parfum de retour à la 4ème république , tractations , postes à pourvoir etc... C'est pas ça qui va faire avancer le schmilblick .
a écrit le 17/02/2017 à 12:26 :
Une fois en place rien de plus facile que de suivre les recommandations, les directives et réformes de la commission de Bruxelles ou d'accepter les sanctions si l'on écoute un tant soit peu les doléances des français! Pourquoi avoir un programme? Le principal c'est d'avoir un CDD bien payer pendant 5 ans!
a écrit le 17/02/2017 à 11:44 :
"Marine Le Pen n'a obtenu que 45% des suffrages"

Rien que cette phrase est totalement déprimante puisque dorénavant quand le FN fait 45% on le précède de "que". Quand à macron il est moins pire que fillon certainement mais bon il incarne toujours le vieux monde réactionnaire et conservateur, celui incapable de penser l'avenir car seulement campé sur le patrimoine de son réseau.

Élections piège à gonds.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :