Audrey Lieutaud réinvente l'e-commerce du bikini

 |   |  1210  mots
Audrey Lieutaud, fondatrice de Monpetitbikini.com
Audrey Lieutaud, fondatrice de Monpetitbikini.com (Crédits : DR)
Acheter un maillot de bain en ligne, même quand la température extérieure est inférieure à zéro ? Simple comme Monpetitbikini.com, un précurseur en matière d'e-commerce et qui se taille une jolie place au soleil.

Comme toutes les idées innovantes, celle qui germe un beau jour d'hiver dans l'esprit d'Audrey Lieutaud part d'un constat aussi simple qu'étonnant : comment dégoter un maillot de bain, lorsque les températures frôlent zéro degré et que sont prévues vacances au soleil et farniente, les doigts de pieds en éventail ? Pas possible ! Du moins jusqu'en 2010, l'année où cette jeune Réunionnaise décide de passer à l'action et de transformer en projet d'entreprise le manque constaté lors d'une conversation entre copines :

« Les offres de voyage de dernière minute à prix cassés venaient de démocratiser les séjours au soleil en période hivernale », souligne Audrey Lieutaud.

L'entreprenariat, justement, elle n'est pas tout à fait tombée dedans quand elle était petite, mais le virus l'a assez vite contaminée :

« Certains rêvent de devenir chanteurs ou médecins. Petite fille, je me voyais déjà bien en femme d'affaires, avoue-t-elle. Mais je ne savais pas encore que cela signifiait être chef d'entreprise. »

Le plongeon dans le grand bain

C'est aux côtés de la dirigeante de la marque de bijoux fantaisie Les Néréides qu'Audrey fourbit ses premières armes professionnelles. Elle le dit avec reconnaissance aujourd'hui : c'est au contact de la PDG de la marque qu'elle développe son goût pour l'entreprise, qu'elle apprend certains rouages et qu'elle se crée un réseau - ce qui, plus tard, lui servira grandement.

Il faut dire aussi que sa formation - un master en management spécialisation luxe - lui offre un regard et un esprit d'anticipation absolument nécessaires. On n'oubliera pas, comme ingrédient à la recette de l'entreprenariat heureux, la curiosité et, surtout, l'indispensable et bien salvatrice remise en question quasi permanente. C'est ce trait de caractère qui recèle peut-être une partie de l'explication du succès de Monpetitbikini.com.

Lorsqu'elle décide de créer son entreprise, Audrey Lieutaud retourne sur les bancs de l'école et plus précisément sur ceux de Skema, l'école de commerce installée à Sophia-Antipolis, où elle intègre l'incubateur interne et où elle apprend à écouter ses professeurs. Parfois leurs recommandations bouleversent ses plans, l'obligent à revoir ses idées et à sortir de sa zone de confort, mais Audrey les accepte et encore maintenant dit à quel point remettre le travail sur son ouvrage est nécessaire pour conserver son avance et ne pas échouer.

Pour autant, Audrey édulcore le côté conte de fée et reconnaît que les premières années ne lui ont pas évité le découragement, notamment au bout de quelques mois lorsque les pertes financières enregistrées lui occasionnent ce qu'elle considère encore aujourd'hui comme un échec.

« C'était ma première entreprise, j'avais 26 ans et à cet âge c'est très dur psychologiquement. Mais être entrepreneur, c'est se relever les manches et se battre. J'ai demandé conseil autour de moi, j'ai beaucoup écouté et j'ai décidé de tout remettre à zéro, comme un nouveau départ. »

Au sein de Skema, donc, elle apprend. Et organise - et ce n'est pas pour faire joli dans la légende - les débuts de sa logistique dans son garage. Immédiatement, elle applique à la marque les codes du haut-de-gamme avec des photos et un site Internet soignés. Surtout, elle assure la notoriété de Monpetitbikini.com en remportant la distribution de marques de maillot de bain parfois introuvables en France. Une différenciation qui lui fait marquer des points et qu'elle doit à son opiniâtreté, n'hésitant pas à prendre souvent son bâton de pèlerin, son enthousiasme accroché en bandoulière.

L'atomisation du retail classique

Aujourd'hui, Monpetitbikini.com recense 3.000 produits et 35 marques, cible la femme de tout âge - de 7 à 77 ans - et de toute morphologie - de la taille 6 ans à la taille 52. Depuis l'an dernier, Audrey Lieutaud a également lancé sa propre marque appelée logiquement Monpetitbikini dont elle dessine les modèles et qui s'est rapidement affirmée comme un succès de vente, grâce à son positionnement prix abordable.

Pour la jeune dirigeante, sa réussite - elle revendique la place de chef de file de la vente en ligne - s'explique par un « bon référencement naturel, une communication innovante et notre expertise en webmarketing. Nous avons ouvert le marché en 2010, ce qui nous laisse un fort avantage concurrentiel. Cela nous a également permis de tisser des liens avec les marques qui nous octroient des exclusivités. »

Inévitablement, le succès de Monpetitbikini. com a fait des émules qui, pour l'heure, d'après la dirigeante azuréenne, demeurent des « suiveurs ». Pour conserver la place de leader, il faut se réinventer constamment et apporter du nouveau incessamment. C'est le mantra d'Audrey Lieutaud.

« Nous faisons en sorte d'avoir régulièrement soit de nouvelles marques, soit une campagne de communication ou des actions marketing différenciantes, qui étonnent. Notre propre marque, Monpetitbikini, est également un élément à forte valeur ajoutée, car c'est une marque d'entrée de gamme, très tendance, et qui contribue à apporter un avantage concurrentiel. »

Aller de l'avant signifie aussi passer à l'international. Un pas franchi l'an dernier avec l'ouverture de Monpetitbikini.com en Espagne et en Italie, où, comme en France cinq ans auparavant, « nous avons ouvert le marché ». Depuis un mois, la startup est également en ligne en Allemagne et le sera au Royaume-Uni en mars. Cet été, Monpetitbikini.com devrait être présente physiquement via des boutiques éphémères, dans des lieux qui restent à déterminer. À noter qu'Audrey Lieutaud développe sa petite entreprise en continuant à maîtriser le capital, sans être jamais passée par la case levée de fonds.

Pour l'avenir proche, l'augmentation de la gamme et du nombre de références est prévue, tout comme une refonte totale du site, plus moderne et en version responsive (site qui s'adapte au terminal utilisé). La startup emploie sept salariés et voit son chiffre d'affaires poursuivre sa croissance - un +100 % réalisé en 2014 - atteignant 2,3 millions d'euros en 2015.

« Aujourd'hui l'entreprise est rentable et saine. Monpetitbikini.com, c'est une famille et un style de management participatif. Les résultats de l'entreprise, les chiffres et la stratégie sont partagés. »

________

MODE D'EMPLOI

Où la rencontrer ? Dans les bureaux colorés de sa startup à Mougins. Sur les plages de Cannes, de l'île de la Réunion et aux quatre coins du monde, à la recherche des dernières tendances.

Comment l'aborder ? Par réseau ou par l'intermédiaire d'un ami commun : « J'aime travailler en réseau et j'accorde difficilement ma confiance quand je ne connais pas. »

À éviter ! Les clichés : « Ne pas me prendre au sérieux parce que je suis une jeune femme et que je vends des petits bikinis... Je suis beaucoup plus dure en affaires que les hommes et je ne laisse pas de place à l'amateurisme. »

TIME LINE

  • 1984 Naissance.
  • 2007 Master en management, spécialisation luxe, à la Skema Business School de Sophia-Antipolis.
  • 2010 Ouverture du site, en décembre.
  • 2012 Le boom : une croissance supérieure à 100 % et un site rentable.
  • 2013 Le premier million d'euros de CA.
  • 2015 Lancement de la marque en propre Monpetitbikini et ouverture à l'international.
  • 2016 Monpetitbikini.com s'ouvre à l'Allemagne (janvier) et à l'Angleterre (mars).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2016 à 8:00 :
Les syndicats et les élus (gouvernement, Parlement, Sénat, Régions, Mairie ...) devraient lire cet article, vivre la même expérience d'entrepreneur et ensuite revenir à leur poste. On verra s'ils ne changent pas d'avis sur les demandes du patronnat. Et s'ils ne changent pas c'est que ce sont vraiment des égoistes qui ne pensent qu'à leur égo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :