Davos : la quatrième révolution industrielle, vraiment ?

 |   |  1987  mots
La Quatrième Révolution Industrielle vue à Davos en janvier 2016.
La Quatrième Révolution Industrielle vue à Davos en janvier 2016. (Crédits : DR)
Klaus Schwab, le patron de Davos, a réussi à dépasser en ambition Jeremy Rifkin et sa « troisième révolution industrielle ». En choisissant pour thème la « quatrième » révolution industrielle, le forum économique mondial tente d'exorciser ses propres démons, que sont la montée des inégalités et des populismes sur fond d'effondrement des classes moyennes. Face à l'accélération technologique, le monde du business hésite entre stupeur et tremblements. À lui d'apprendre à maîtriser le monstre ainsi lâché au cœur du capitalisme.

Quatrième révolution industrielle, vraiment, la vague technologique qui, faite de numérique, mais aussi de robotique, d'internet industriel, d'automatisation, d'ordinateurs surpuissants, de biotechs..., déferle sur l'économie-monde ? À écouter Klaus Schwab, le fondateur du forum de Davos, qui y consacre un petit livre sorti juste pour la 46e édition du forum de Davos, c'est un véritable « tsunami » technologique qui déferle et est en train de rebattre les cartes, toutes les cartes, du business, voire de l'humanité. Passons sur la querelle de chiffre avec Jeremy Rifkin, auteur de la « Troisième révolution industrielle » qui, à le lire, ressemble furieusement à la quatrième, sauce Schwab et intéressons-nous au fond.

À Davos, donc, en 2016 plus encore que lors des précédentes éditions du World Economic Forum, on ne parle que de ça. Impossible d'échapper au sujet, auquel sont consacrées une vingtaine de sessions rassemblant les meilleurs spécialistes de l'intelligence artificielle, du « brain », le cerveau, encore inégalé heureusement, mais aussi de l'internet des objets (IoT, « internet of Things ») ou même de l'Internet industriel (IIoT), objet de toutes les passions des nombreux patrons présents dans la station suisse des Grisons.

« La vitesse, nouvelle monnaie du business »

« Tout est remis en question » : les patrons de Schneider Electric (Jean-Pascal Tricoire), de HP (Meg Whitman) ou d'Alcoa (Klaus Kleinfeld) réunis pour un débat sur la transformation digitale de l'industrie l'ont volontiers reconnu. Pour le meilleur : oui, car cela ouvre de nouvelles pistes de business, par la valorisation des données, nouveau graal, mais aussi par l'optimisation des process, par la recherche de plus grandes performances, énergétiques notamment. La digitalisation et la connectivité, la généralisation des imprimantes 3D, tout cela transforme en profondeur l'industrie qui entre dans l'âge du 4.0. « Speed is the new currency of business » (« la vitesse est la nouvelle monnaie ») a souligné Marc Benioff, le patron de Salesforce, ce à quoi Meg Whitman d'HP ajoute : « le futur appartient au rapide ».

Mais à quel prix pour les hommes ? La principale limite, ce n'est pas, ce n'est plus la technologie, qui est exponentielle, mais l'humain. « On ne peut pas aller plus vite qu'on n'est capable de le penser », résume la patronne de HP. Sinon, on risque de casser l'entreprise. Il faut donc mettre l'accent sur la formation des hommes pour réussir la transformation de l'intérieur. Deuxième conséquence majeure pour l'industrie de la rapidité des changements en cours : impossible de rester seul : l'avenir appartient aux entreprises « agiles » et collaboratives : la clef du succès est dans la coopération, à laquelle encouragent les nouvelles technologies. C'est donc aussi une révolution du management qui est à l'œuvre.

Une nouvelle Renaissance ?

Révolution alors ? Oui, sans aucun doute. Dans une session intitulée « une brève histoire des révolutions industrielles », Ian Goldin, d'Oxford, la compare à la Renaissance, une période où tout a été inventé, pas tant seulement dans le domaine des arts ou des techniques, avec Galilée, Copernic, Léonard de Vinci, ou bien l'imprimerie qui a diffusé les connaissances, mais surtout dans le domaine des idées. La Renaissance, époque des grandes découvertes, a été une ère de réinterprétation du rapport de l'homme au monde. Or, c'est un peu ce que nous vivons, à une puissance exponentielle, aujourd'hui. Le télescope Hubble réinvente les grandes découvertes, le LHC incarne l'explosion des limites humaines, Google fait oublier l'encyclopédie universelle et Internet ringardise l'imprimerie. Une révolution comparée à la Renaissance, ce serait plutôt une bonne nouvelle donc, quoique, car elle a aussi connu sa part d'ombre, l'Inquisition, les guerres de religion, des tensions géopolitiques et un choc des civilisations.

Destruction créatrice ou bien création... destructrice ?

Alors, bonnes ou mauvaises les révolutions industrielles... ? Celles du passé ont toujours été accompagnées par un progrès social et humain, avec un temps de transition. Mais au final, la première révolution industrielle (celle, anglaise, du charbon et de la machine à vapeur), puis la seconde (celle, américaine, de l'électricité et du travail à la chaîne), voire même la troisième (dans la définition de Schwab, celle, globale, de l'informatisation) ont toujours conduit à des progrès de productivité et à la création, en net, de plus d'emplois qu'il n'en a été détruit. Bien sûr, qui dit révolution industrielle dit destruction créatrice, à la Schumpeter, et la diligence a bien été remplacée par le chemin de fer puis l'automobile, mais en générant des emplois nouveaux pour nourrir les classes moyennes, ancre de stabilité économique et politique de nos sociétés modernes.

Avec la Quatrième révolution industrielle, nous entrons dans une sorte d'inconnue, peut-être une forme de création destructrice. Et cela inquiète autant que cela enthousiasme les « Davosiens ». Une très intéressante étude intitulée « The future of jobs », publiée par le World Economic Forum pour l'ouverture de Davos, souligne qu'en net, 5 millions d'emplois seront détruits d'ici 2020 dans les pays développés d'ici 2020. Le numérique et la robotique créeraient 2 millions d'emplois, mais en détruiraient 7 millions dans les cinq ans à venir. Une prédiction qui va dans le même sens que les études de l'Université d'Oxford et du cabinet Roland Berger, selon lesquelles près de la moitié des métiers actuels vont disparaître d'ici une vingtaine d'années.

L'homme de Davos s'appelle Hubo : c'est un robot !

L'Homme de Davos, sorte de produit idéal issu de la mondialisation, n'est pas humain, mais une machine. C'est un robot de 80 kg, baptisé Hubo, présent tous les jours dans le centre des congrès. Construit par des Coréens (le « Advanced institute of science and technology »), Hubo a gagné un prix international de 2 millions de dollars décerné par le ministère de la défense américain. Il est censé pouvoir tout faire, monter et descendre des marches, conduire un véhicule, porter des charges. Surtout, il est destiné à remplacer l'homme partout où il y a danger, par exemple pour aller dans la centrale nucléaire radioactive de Fukushima. « Meet the robot », propose donc le programme de Davos à ses participants. Expérience au final assez peu convaincante, mais ce n'est qu'un début...

Un burn-out digital mondial

Pris d'une sorte de vertige, les participants au Forum hésitent. Entre techno-optimistes et pessimistes du progrès, entre transhumanistes prêts à télécharger leurs cerveaux dans une machine pour vivre éternellement et bioconservateurs, décidés à freiner le mouvement, les avis sont assez tranchés. Et si nous humains perdions le contrôle ? Et si la trop faible croissance s'expliquait par le caractère déflationniste du progrès technologique. Ou bien sait-on vraiment mesurer le réel impact de cette révolution industrielle ? Pour certains économistes, les statisticiens nationaux, dépassés ne savent pas comment appréhender cette nouvelle économie. À Davos, donc, on nage en plein paradoxe de Solow, l'économiste qui soulignait que l'on voyait l'informatique partout, sauf dans les statistiques de la croissance et de la productivité. Avec un FMI, présent au plus haut niveau avec la Française Christine Lagarde et son adjoint, et peut être successeur, le chinois Min Zhu, qui vient fort peu opportunément de réviser une nouvelle fois en baisse la prévision de croissance mondiale pour 2016, de 3,6 à 3,4%, et ne s'attend à guère mieux en 2017, les business leaders sont au bord du burn-out digital ! Dans l'étude annuelle que réalise PwC auprès de 1400 chefs d'entreprise de 83 pays, membres de la communauté de Davos, le moral est en berne. Seuls 27% du panel prévoit une amélioration de la croissance cette année, soit 10 points de moins que l'an dernier. Paradoxalement, ce sont les patrons européens qui voient le plus l'avenir le plus en rose alors que leurs homologues américains sont « gloomy ». Il faut dire que la hauteur de vue du débat politique outre-Atlantique, avec un Donald Trump incontrôlable qui rend Hillary Clinton plus populaire que jamais, n'engage guère à l'enthousiasme en cette année d'élection présidentielle américaine.

Jo Biden, ce gauchiste invétéré

Mais le fin mot de toute cette histoire, c'est Jo Biden, le vice-président des États-Unis, qui l'a le mieux résumé. Invité mercredi soir à ouvrir le forum, « Middle class Jo » comme on le surnomme affectueusement outre-Atlantique a délivré une leçon bien sentie aux business leaders venus l'écouter en nombre. Dans un discours que n'aurait pas renié Jean-Luc Mélenchon, le VP américain a déplacé l'enjeu. La quatrième révolution industrielle, si c'est ainsi qu'on veut la nommer, "c'est très bien, c'est une transformation de l'économie qui se produira quoiqu'il arrive". Mais le vrai sujet posé par le tsunami technologique, selon lui, c'est la place de l'homme, du travailleur de la classe moyenne des grandes métropoles, base de la démocratie et de la stabilité politique. Cette classe moyenne, dont l'idéal se résume selon Biden en un mot, celui de « possibilité » (possibilité de trouver un job, d'avoir un bon salaire, d'offrir un avenir à ses enfants), est en train de disparaitre, sous les coups de la mondialisation et de l'accélération technologique. Car, et ce serait la première fois dans toute l'histoire des révolutions industrielles, la progression des salaires ne suit pas celle de la productivité, en particulier aux Etats-Unis où, selon Joseph Stiglitz, le salaire réel des plus bas revenu est au même niveau qu'il y a ... 60 ans.

Résultat, un écart immense se creuse, bien résumé par l'étude, critiquable dans sa méthode de calcul, mais que personne ne conteste au fond, réalisé par l'ONG Oxfam pour l'ouverture du forum de Davos : 62 personnes, multimilliardaires, sont aussi riches que les 50% des plus pauvres de l'humanité, soit 3,6 milliards de personnes. Ce phénomène de concentration unique dans l'histoire est la vraie inquiétude. « Inequality » : le magazine Foreign Affairs, peu soupçonnable d'altermondialisme, y consacre sa Une de janvier et le distribue abondamment dans les travées du forum avec en sous-titre : « what causes it ? Why it matters ? What can be done ?

Jo Biden lui, a sa recette. Elle tient en cinq points et pourrait servir de programme pour la primaire des Démocrates si jamais, comme on le dit de plus en plus l'affaire des mails d'Hillary Clinton l'empêchait d'aller au bout de sa candidature. Ces cinq points sont simples, mais révélateurs des défaillances du modèle américain : plus d'éducation et de formation aux métiers de demain ; plus de protections pour les travailleurs ; plus d'investissements dans les infrastructures ; plus de progressivité dans les systèmes fiscaux... Là, il faut le dire, Jo Biden a fait frissonner Davos avec son idée d'un impôt progressif, on aurait cru entendre Piketty ! Et enfin, cinquième mesure, donner plus d'accès au capital pour les néo-entrepreneurs pour encourager l'innovation et faire naître ces nouveaux jobs qui viendront remplacer les anciens. Un programme pas si compliqué à mettre en œuvre. Emmanuel Macron, qui viendra vendredi, après Manuel Valls, faire une visite à Davos, aurait pu tenir un discours similaire. Mais attention, il y a urgence : avec la montée de la pauvreté, avec l'écrasement des classes moyennes, il ne faudrait pas que la quatrième révolution industrielle ne finisse en révolution tout court...ce ne serait pas bon pour les affaires...

Le dernier mot devrait revenir à Ettore Scola, qui a eu la mauvaise idée de mourir le jour de l'ouverture du forum de Davos. Dans un des dialogues de "Nous nous sommes tant aimés" ( ), le réalisateur italien résume tout : "nous voulions changer le monde. Mais c'est le monde qui nous a changés"...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2016 à 0:48 :
ce phénomène ce passe par tout dans le monde les machines remplace plus employer dans les usines de fabrication (sa ne fait penser au film Terminator :D :D)mais je pense qu'aucune machine ne peu remplacer l'homme mais à madagascar recrute alors si sa vous a ronge aller voire par vous même http://www.boite2.com/dirickx-madagascar-recrutement/
a écrit le 21/01/2016 à 13:22 :
Merci pour cette synthèse très intéressante sur le première journée du Forum de Davos
a écrit le 21/01/2016 à 12:15 :
Vraiment exhaustif et synthétique cette présentation claire est un constat, troublant comme cette ambiance à Davos et les prophéties ne meublent que du vide en matière de solution. A invoquer l'exemple de la Renaissance, l'on ne peut y voir des similitudes dans les domaines humains des valeurs avec les idées religieuses.
Que sont nos valeurs à l'heure actuelle ? L'émission hier de " C'est dans l'air" l'a bien pointé à propos de cette Union Européenne où s'entrechoquent juridisme exigeant des traités et principe démocratique délections régulières ; l'essentielle conséquence en étant la subordination ou la souveraineté des Etats-Nations.
Toujours sur nos valeurs, de quoi sait-il ( how much ? ) quand elles sont confiées aux enchères boursières, sinon de loteries ? Le 20/01/2010, qua donc dit à Davos le discours d'ouverture d'un chef d'Etat ? sa substance n'a-t-elle pas été répétée à l'identique deux ans après dans une campagne électorale d'un adversaire ?
Toujours sur les valeurs, ne sont-elles pas le ferment de guerre de religion ou de civilisation actuelle entre un Occident et un Grand Moyen-Orient ravagé et révolté ?
Secondairement, ne reconnait-on pas aujourd'hui que l'U.E tolère l'indiscipline budgétaire de la France parce qu'elle se charge du sale boulot militaire en Afrique
autour du Sahel ainsi qu'en appui en Syrie et en Irak ?
Au total, que deviennent nos valeurs actuellement ? Que veut-on ?
a écrit le 21/01/2016 à 11:24 :
Les idees sont bonnes mais je doute qu elles oit applicable car la nature humaine est ainsi faite que personne ne veut payer plus pour l autre (un peu comme les nobles francais & l eglise en 1788 qui refusaient de payer des impots). Sinon il y a un point faible dans le raisonnement de Joe Binden: comment faire avec une croissance demographique hors controle (certes c est surtout dans le tiers monde) ? Former les gens coute cher et necessite du temps. Faisable si vous avez 1-2 enfants. Impossible si 5 ou plus ! et je parle meme pas de l effet sur le chomage 20 ans plus tard. en france on a toujours pas compris que notre politique lapiniste est une des raison de notre chomage massif !!!
Réponse de le 21/01/2016 à 14:06 :
Si nous avons eu le Siècle des Lumières ce début du XXI e siècle est pour beaucoup celui du néant de la pensée .
Que penser en effet ce cette expression "notre politique lapiniste" ?
a écrit le 21/01/2016 à 9:49 :
Bonne analyse, merci.

Mais comme ce sont les propriétaires des médias de masse ce sont eux qui font le language et donc ils vont s'auto valider cette idée de "quatrième révolution industrielle" à marche forcée pour les peuples du monde pourtant mais ils s'en foutent, n'évoluant pas au sein de la réalité mais dans celui de leur réalité qui concerne tout au plus 15% de la population et bien ils continuent aveuglement de répandre la misère et la mort (chute des salaires et conditions de travail désatreuses menant à une augmentation permanente des accidents du travail et morts au travail dans le monde).

Ils sont certainement très mal conseillés certes puisque cernés de bons serviteurs dont le principal objectif est de bien servir afin d'avoir de bonnes caresses et des félicitations, le besoin de reconnaissance de certain est largement sous estimé dans sa capacité à détruire l'humanité. Mais cela ne leur enlève en rien l'immense responsabilité de ce catastrophique état de fait.
a écrit le 21/01/2016 à 9:19 :
Enfin la présence de l'homme commence à être prise en compte dans les évolutions à venir .Pour autant reste ignorée devant cet optimisme béat des possibilités technologiques l'éventualité d'un enchaînement d'événements imprévisibles qui réduiraient à néant les milliards de données du bigdata !!! .
a écrit le 21/01/2016 à 8:16 :
Même les robots ont besoin d'énergie pour naitre et pour vivre.
a écrit le 21/01/2016 à 8:05 :
La 4eme révolution industrielle est basée sur l'énergie et les économistes ne tiennent pas compte de l'énergie dans leur raisonnement.
a écrit le 21/01/2016 à 8:02 :
Et le 6eme point concerne une taxe sur l'énergie pour financer les charges sociales. Mais cela concerne surtout la France.
Réponse de le 21/01/2016 à 8:35 :
L'énergie remplace le travail. L'énergie doit participer au financement des charges sociales.
a écrit le 21/01/2016 à 1:08 :
Clair que le net leur fait peur. Ainsi, la populace apprend. Mince. Ils se battent en propagande, mais, les manipulations ONT leurs ... limites. Mince, que fait-on pour défendre ce statut..?? En 1789, la royauté fut balayée par l'argent, MAIS l'argent n'est pas forcément la solution. Allez, croyons tous en des "dieux", histoire de mieux se faire bercer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :