La Tribune

Acheter « Made in France » est-il bénéfique pour l'emploi ?

Compte tenu de la faible taille des pays européens par rapport aux leviers de compétitivité dans l'industrie automobile, seule une action de type "acheter européen" semble avoir du sens et serait bénéfique. Photo : Reuters
Compte tenu de la faible taille des pays européens par rapport aux leviers de compétitivité dans l'industrie automobile, seule une action de type "acheter européen" semble avoir du sens et serait bénéfique. Photo : Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Philippe Véry et Emmanuel Métais, professeurs, EDHEC Business School  |   -  720  mots
L'Etat français doit-il encourager l'achat d'une Toyota fabriquée en France à celui d'une Renault-Dacia fabriquée en Roumanie ? A première vue, la Toyota contribue à l'emploi en France, alors que la Dacia procure du travail aux Roumains. Donc si l'Etat veut favoriser l'emploi en France, on conclura qu'il doit promouvoir, paradoxalement, l'achat du véhicule de marque japonaise. Mais est-ce si évident ?

L?industrie automobile européenne est, par nature, profondément internationale, pour une raison simple : un constructeur européen ne peut survivre à l?échelle de son pays. En effet, les volumes de vente dans tout pays européen, quel qu?il soit, sont insuffisants pour assurer la rentabilisation des investissements consentis pour développer et fabriquer un modèle. En fait, dans cet univers où la rivalité concurrentielle est intense, il est nécessaire d?être compétitif en matière de coûts, en particulier de coûts de production. Ces coûts ne sont pas qu?une question de salaire : il existe aussi une taille optimale d?usine permettant de maximiser les économies d?échelle. Or, cette taille, mesurée en types et nombres de véhicules produits, est supérieure à la capacité d?absorption de chaque pays européen : les volumes produits par une usine doivent donc être écoulés dans plusieurs pays. Au surplus, le choix de localisation des usines répond aussi à un impératif de limitation des coûts logistiques. Les constructeurs ont donc pour obligation de vendre dans plusieurs pays, tout en fabriquant au plus près de leurs marchés. Or, dans le cas de Renault, la France ne représente désormais plus que 45% de ses ventes en Europe et 28% de ses ventes dans le monde.

Examinons l?organisation industrielle de Renault pour ses véhicules électriques. La Zoe est produite par l?usine de Flins, en France. La Twizy est montée à Valladolid en Espagne. L?usine MCA de Maubeuge produit le véhicule utilitaire Kangoo Electrique, tandis que la Fluence électrique sort de l?usine OYAK-Renault de Bursa en Turquie. L?objectif de Renault est de dominer le marché européen de la voiture électrique. La Zoe sera le fer de lance de cette stratégie ; la Fluence a été lancée en 2011 sur deux marchés : Israël et Danemark. Renault spécialise donc une usine en Europe pour chaque modèle qui est ensuite commercialisé sur tout le continent.
Compte tenu des caractéristiques de cette industrie, tous les constructeurs font de même. Toyota a dédié l?usine française de Valenciennes à la production des Yaris. Les modèles Avensis achetés en France viennent de son usine de Burnaston (GB). En bref, la réflexion stratégique des constructeurs en Europe est clairement multi-pays, c?est une question de survie.
Que signifie « acheter français » dans ce contexte ?

Notre analyse engendre deux commentaires :
- primo : s?il s?agit strictement de lutter contre le chômage en France, l?Etat semble a priori fondé à encourager l?achat d?une Yaris. Cependant, puisque la performance des constructeurs se construit au niveau européen, l?achat d?une Toyota au détriment d?une Renault, même produite à l?étranger, pénalise le constructeur français dans sa compétitivité globale. L?Etat peut alors s?attendre à moins de recettes fiscales ainsi qu?à d?éventuelles répercussions sur l?emploi chez Renault, y compris en France. Au niveau européen, il s?agit donc d?un système de vases communicants: selon l?objectif poursuivi, on remplit un vase au détriment de l?autre.
- secundo : qu?arriverait-il si les autres pays européens recommandaient, logiquement, dans la foulée de la France, d?« acheter national », c?est-à-dire de favoriser des produits fabriqués sur leur territoire domestique ? En pareil cas, les ventes de la Yaris, produite à Valenciennes, pourraient s?effondrer, engendrant des difficultés pour Toyota et l?emploi local, direct comme induit. Et les constructeurs français seraient pénalisés sur tous les territoires où ils ne sont pas implantés.

En définitive, si l?on observe la proportion d?emplois domestiques des constructeurs généralistes européens, les ratios sont globalement identiques. Il n?y a donc pas d?exception française en la matière, mais bien une tendance généralisée en Europe. Compte tenu de la faible taille des pays européens par rapport aux leviers de compétitivité dans l?industrie automobile, seule une action de type « acheter européen » semble avoir du sens et serait bénéfique. On en revient encore et toujours à l?Europe. Tout du moins pour l?automobile.

Réagir

Commentaires

Rico  a écrit le 22/02/2012 à 16:56 :

L'"Acheter français" ne peut pas être promu trop ostensiblement par l'Etat, sous peine de représailles anti-protectionniste.
C'est aux citoyens et à la société de se charger de faire valoir l'idée.
Mais avec le déséquilibre actuel lié à la bulle immobilière, il est difficile pour beaucoup de français de choisir délibérément de payer plus cher ses biens de consommation. Pour les aspirants à la propriété et pour ceux qui doivent rembourser un prêt extrêmement cher, le choix est difficile sinon périlleux.

Expat  a écrit le 22/02/2012 à 15:13 :

En fait, on s'en fiche de se genre de raisonnement..la mondialisation est là et il faut faire "avec"....si tous les pays jouaient le jeu alors ok. Le problème c'est que cela est loin d'être le cas: des grosse puissances non européennes ont des outils mis à leurs dispositions avec l'aval des grands organismes internationaux (droits de douanes, cotas,..). Si les règles étaient les mêmes pour tout le monde, que nous faisions levier grâce à nos atouts made in France (l'innovation par exemple), et que notre économie s'adaptait un peu (fin des grands avantages pour les grands groupes, aides aux financements d'entreprise TPE/PME et arrêt de la pressurisation par les grands groupes, optimisation du train de vie de l?État (ex: collectivité territoriale)), syndicats vraiment puissant et raisonnable, cela ne serait pas si grave. Après tout, il ne serait pas grave de perdre son emploi à 50ans si on était sûr d'en retrouver un....Mais les gens ont-ils vraiment envie de changer de système? Tout le monde est d'accord pour changer le système... tant qu'on ne touche pas à ses propres petits avantages!! c'est peut-être cela la différence avec l'Allemagne, non ?

Tomibiker  a écrit le 22/02/2012 à 10:03 :

ne pas confondre le made in Germany ou le made in France, ce n'est pas tout à fait la même chose !

jmlp  a écrit le 22/02/2012 à 9:53 :

article débile qui aurait pu être intéressant si l'auteur ne s'était pas trompé d'analyse :
Comme toujours, une opposition est faite entre les groupes français et les groupes étrangers produisant en France.
Le but est de créer de la richesse, de réduire le chômage (plus de chômage = plus de déficits) afin de réduire
les déficits de l'état.
L'opposition doit être faite entre les groupes qui participent à ces créations (richesse, emploi,..) d'un coté
(peugeot, renault citroen, toyota) et ceux qui n'en créent pas en France (tous les autres).
Effectivement, la richesse créée par toyota, sur le sol Français est uniquement de la production (+ sous traitant),
alors que pour les constructeurs Français ce sont production (de moins en moins), R&D, achat, ... (+sous traitant

johndoe  a écrit le 22/02/2012 à 8:41 :

Une entreprise qui ou paye l'IS ou embauche des gens que se targuer d'etre -locale-. Le probleme sont les produit venant de societe qui n'ont rien rien rien en France, ni employés ni siege social.

bob  a écrit le 22/02/2012 à 8:38 :

Article pitoyable, cousu du fil blanc, des le 2ieme paragraphe on voit clairement ou l'auteur veut aller, et comment il s'arrange pour que SA formule marche. Les argument sont tronqués, peu d'objectivité, le raisonement n'ai pas fini. Bref, des le titre ca sentait mauvais.

Gulp  a répondu le 22/02/2012 à 9:35:

Tout à fait. Aveuglement européiste aux dépends des salariés français. Allez donc travailler en Allemagne, en Pologne ou en Roumanie, si c'est si bien !

bancopasillico  a répondu le 22/02/2012 à 13:05:

si y'avais pas cette foutue barrière de la langue, j'irai bien tenté ma chance en allemagne.. la pologne et la roumanie quand on est investisseur, y'a des affaires à faire mais aps pour tout le monde.. la france se vide alors que l'allemagne rayonne.

GABUZO  a écrit le 22/02/2012 à 7:48 :

Allez expliquer à des salariés français (par exemple ceux d'Honeywell à Condé sur Noireau dont l'usine va fermer pour être transférée en Roumanie que le raisonnement se fait à l'échelon européen. Est ce une Hyundai ou une Kia faite en slovaquie eou en Hongrie c'est bon pour l'Europe?

Jean-Christophe Destailleur  a écrit le 22/02/2012 à 1:10 :

Ce débat, visant à comparer les avantages d'une Toyota "japonaise" sortant de l'usine de Valenciennes, à ceux d'une Renault "française" fabriquée dans un pays à bas coûts, n'est pas sans me rappeler ces byzantins, qui en 1452, discutaient du sexe des anges... Un an plus tard, on sait ce qu'il adviendra ...

Les Allemands ne se posent pas ce type de questions ...
Les Mercedes-Benz sont fabriquées ... en Allemagne à Stuttgart (idem pour Porsche), les BMW en Bavière, tandis que les Volkswagen et Audi sont également, dans leur immense majorité, "Made in Germany".

Bilan des courses : L' Allemagne produit désormais 3 fois plus de véhicules que la France. Ses marques ( Mercedes, BMW, Audi, Volkswagen etc.) synonyme de qualité et de sérieux, bénéficient d'une excellente image. Elles embauchent et produisent en Allemagne, tournent à plein régime ... et exportent.

=> Pourquoi ? Parce qu'elles ont fait un effort de COMPÉTITIVITÉ...

Aussi, pour répondre à la question initiale de l'article, acheter une Peugeot fabriquée à Sochaux est bien évidemment BÉNÉFIQUE pour l'emploi, une Toyota de Valentiennes l'est un peu moins, une Renault fabriquée en Turquie l'est nettement moins, tandis qu'une Kia "made in Korea" ne l'est pas du tout...

Le seul combat qui vaille, est par conséquent celui de la compétitivité de la zone France.











Rico  a répondu le 22/02/2012 à 16:57:

Je pense que c'est le commentaire le plus pertinent de la file. Merci à vous.

Observateur  a répondu le 22/02/2012 à 20:20:

Seul problème:
Plus d'une voiture sur trois vendue en France est allemande, et absolument aucune n?est fabriquée en France ( à part la Smart !). *
Quand les Français cesseront de se précipiter sur les voitures allemandes, ils mériteront d?avoir davantage d?usines (et de travail) en France.
En attendant ce jour, c?est tous les Français qui continueront à payer dans leurs impôts pour les chômeurs et la dette qui résultent de ces importations massives, d'abord motivées par un certain snobisme et la volonté de paraitre malin ?
Mais tout va bien en Allemagne, merci pour eux ....
* Quand à Toyota, un seul modèle est assemblé en France: la Yaris

ptitpère  a écrit le 22/02/2012 à 0:58 :

Il faut produire des vélos pour les français qui n'auront plus les moyens de s'offrir de voitures, il faut produire des vélos et des casquettes à hélice.

bancopasillico  a répondu le 22/02/2012 à 8:45:

oui, pis faudra pas oublier la sonnette et les lunettes de soleil intégré à la casquette avec une oreillette pour ecouter la radio ou le mp3.. moi, j'aimerai bien circuler à cheval.. c'est moins fatiguant!!
.

hades  a répondu le 22/02/2012 à 10:28:

moi aussi, je suis pour le cheval . . !!

ptitpère  a écrit le 22/02/2012 à 0:57 :

Combien pour cet article?

cracra  a écrit le 21/02/2012 à 22:13 :

Bien sûr ! Ces lumières vont plus tard nous expliquer qu'il faut acheter des kia fabriquées en corée pour notre bien !

Jean-Christophe Destailleur  a répondu le 22/02/2012 à 1:37:

à Cracra : Votre post est certes un peu provoc... mais hélas très pertinent !

Certains nous diront en effet qu'acheter des voitures aux Coréens n'est pas gênant... dans la mesure où nous leur vendons du Champagne !

Au final, avec ce type de raisonnements fallacieux, notre balance commerciale n'a jamais été aussi déficitaire :(

Pour autant, je ne suis pas en faveur du protectionnisme, bien au contraire, mais il faut améliorer de notre compétitivité, et sensibiliser les consommateurs aux vertus économiques du "Made in Europe" et surtout du ... "Made in France" !

bancopasillico  a répondu le 22/02/2012 à 8:46:

y'a plus rien de made in france.. même le lait provient en majorité de l'UE!! les franças veulent bien mais quand on voit que le pamplemous des usa coute 2 fois moins cher que celui espagnol.. arrive un moment, avec un petit salaire, on regarde le prix.

Peut être que  a écrit le 21/02/2012 à 18:48 :

Il faut favoriser les entreprises (qu'elle soit Française ou Étrangère), qui investissent en France et qui créent des emplois. Les entreprises Françaises qui créent des entreprises hors Europe et qui viennent revendre leurs produits sur le territoire nationale doivent se voir appliquer une taxe plus élevée.

ou l'inverse...  a répondu le 21/02/2012 à 21:59:

Il faut détaxer les entreprises qui investissent et créent des emplois en France. Bref, il faut baisser les charges sociales et les impôts, donc baisser massivement les dépenses publiques.

gerard mentor  a répondu le 22/02/2012 à 5:46:

@ou l'inverse:surtout pas d'aides ciblées aux entreprises,c'est une distortion de concurrence,mais une baisse unilatérale simple des charges et impots pour toutes les entreprises.et baisser drastiquement la dépense publique en parallele

Patrickb  a écrit le 21/02/2012 à 17:57 :

Je releve de grosses ?faussetes?: 1) les employes de l?etranger ne paient pas d?impots en France (donc manque a gagner) et 2) les chomeurs en France sont indemnises par le système francais (donc encore une perte) et qui n?a pas de salaire ne peut consommer (encorew une perte pour l?economie). Mais bien entendu, ces deux comperes de je ne sais encore quelle ecole plus bidon que bidon vont nous dire que l?important, ce sont les couts salariaux :-)

Patrick sonne creux  a répondu le 21/02/2012 à 22:02:

La consommation ou les impôts, on s'en fout. La production est à l'origine de la croissance, pas la consommation. Le seul moyen de s'en sortir, c'est de libérer la production des taxes, charges et réglementations qui la détruise.

Yoh  a répondu le 21/02/2012 à 22:45:

Produire ne sert à rien s'il n'y a personne pour consommer. Par conséquent votre argument est nul et non avenue.

churchill  a écrit le 21/02/2012 à 17:28 :

pour le reste, l'economie est bcp plus imbriquee que prevue; c'est decrit dans robert reich, the work of nations, 1993 ( pour l'aeronautique); une voiture francaise va avoir des boites de vitesse allemandes, des pneus belges, des amortisseurs espagnols.......... et de meme sur la voiture espagnole......... alors hormis de la gesticulation politique et de la braillerie ' a la francaise'', le debat est sterile

Pas si sterile  a répondu le 22/02/2012 à 8:00:

Le troupeau de moutons doit avoir quelque chose ou quelqu´un contre qui s´exciter pour aller voter pour tel personne ou tel parti.... Ensuite il faut les aiser à choisir en présentant les choses de facon simpliste dans un monde hyper imbriqué.... sinon, ils vont devoir réfléchir par eux-même...et ca ils ne veulent pas et ceux qui les manipulent comme des marionnettes trouvent cela très dangereux.... Donc ils les amusent avec des infos simplissimes pour Mr Con et ca arrange tout le monde.