La Tribune

La France décroche même de l'Europe du Sud

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Par Alexandre Mirlicourtois, directeur des études économiques du groupe Xerfi  |   -  1133  mots
La France décroche par rapport à l'Allemagne, mais aussi de ses voisins du sud de l'Europe. Partant de plus bas, l'Espagne et l'Italie voient leur croissance accélérer, alors que l'économie française patine. Pour résoudre l'équation, la baisse des charges sociales sera utile à court terme, mais à long terme, c'est d'un effort d'investissement massif dont a besoin notre pays.

Le redressement de la France sera plus difficile que celui de l'Espagne ou de l'Italie. C'est ce qui ressort de nos dernières prévisions à court terme sur ces trois pays. Certes, leur niveau de croissance en 2013, moins de 1%, sera comparable. Mais l'Espagne et l'Italie partent de beaucoup plus bas. Pour résumer, les économies espagnole et italienne vont accélérer alors que l'économie française va patiner. Alors pourquoi ce décrochage en France ?

Le haut de gamme sous la domination des pays du Nord de la zone euro

On le sait, notre positionnement sur l'entrée et le milieu de gamme et notre incapacité à monter en niveau ont été la principale cause de nos pertes de production sur le territoire ces dernières années. Des pertes qui se sont en partie concentrées sur la partie Nord de la zone euro, en particulier vers l'Allemagne avec à la clé un déficit multiplié par 2,5 entre 2000 et 2011, pour atteindre plus de 16 milliards d'euros. Ce groupe de pays du Nord de la zone euro bénéficie aujourd'hui des effets positifs des politiques de l'offre menées au début des années 2000. Une politique qui permet à leurs entreprises d'être offensives grâce à une rentabilité retrouvée et une forte compétitivité. Des pays qui ont pris des positions fortes dans les productions haut de gamme. Positions que les entreprises françaises sont dans l'incapacité d'aller contester. Le niveau et l'évolution des taux de marge de nos firmes industrielles sont à ce titre un élément important d'explication. Le constat a le mérite d'être simple. Les taux de marge dans l'industrie manufacturière française sont tombés nettement sous la barre des 30%. Du jamais vu depuis le début des années 80. Or quand les marges sont comprimées, la capacité des entreprises à investir, innover, exporter, augmenter les salaires, et in fine créer des emplois chute. En un mot comme en cent : pas de croissance sans capacité à prendre des risques. Pas de prise de risques sans marges satisfaisantes.

Le bas de gamme verrouillé par les pays émergents

Loin du haut de gamme, les entreprises françaises sont également écartées des productions d'entrée de gamme par les pays à bas coût de main d'oeuvre, notamment dans les biens de consommation. L'analyse de la balance commerciale française en la matière suffit pour s'en convaincre. En 2000, soit un an avant l'entrée de la Chine dans l'OMC, la France affichait un excédent de plus de 3 milliards de dollars dans les biens de consommation. Dix ans plus tard, l'excédent s'est transformé en un gouffre de près de 20 milliards de dollars. Et notre déficit commercial dans les biens de consommation a peu de chance de se réduire à court terme. C'est d'autant plus improbable que des filières entières ont disparu. Certes, la Chine cède du terrain sur les produits d'entrée de gamme pour la bonne et simple raison que les donneurs d'ordre délocalisent de plus en plus de Chine leurs productions à faible valeur ajoutée. Pas en Europe, bien sûr, encore moins en France. Mais dans d'autres pays émergents comme l'Indonésie, le Vietnam ou encore le Bangladesh.

Le moyen de gamme, zone de concurrence intense

Reste le moyen de gamme, la zone où se situe le coeur de notre production. Et c'est bien ici que la bataille s'intensifie avec nos voisins du Sud. Il faut bien comprendre deux facteurs. D'abord, en écrasant leur demande intérieure via des politiques économiques ultra-rigoureuses, l'essentiel de la production industrielle de ces pays est disponible à l'exportation. Ensuite, compte tenu de la déflation salariale à l'oeuvre dans ces pays, les coûts salariaux vont se réduire alors même que leur niveau en valeur absolue était déjà inférieur à ceux de la France. En 2010, dans l'industrie, le coût horaire de la main d'oeuvre charges comprises était nettement supérieur en France à celui des pays de la zone euro Sud. Sans exception. Même avec l'Italie, son plus proche poursuivant, l'écart est de 35%. Un écart qui atteint 232% avec le Portugal. Capacité de production libéralisée et compétitivité renforcée forment un cocktail qui devrait permettre à ces pays de rapidement gagner des parts à l'exportation. Et la France sera la cible privilégiée des pays du sud, compte tenu de la proximité de gamme des produits proposés. En outre, l'état de santé précaire des entreprises des pays du Sud offre l'opportunité aux pays émergents, qui regorgent de liquidité, de faire des bonnes affaires. C'est une occasion unique de racheter des fleurons industriels et de poser le pied au sein même de la zone euro. Les pays du Sud devenant ainsi le porte-avion des émergents.

Concurrence européenne directe mais aussi extra-européenne. La Chine doit désormais absolument monter en gamme et modifier son modèle de compétitivité, mais sans renoncer à sa stratégie mercantiliste. Désormais moins compétitive sur les biens de consommation, elle s'est déjà tournée vers les biens d'équipement à plus forte valeur ajoutée, à plus haute intensité technologique. La Chine devient donc un concurrent potentiel de plus pour les producteurs français. A cela s'ajoute l'intensification de la concurrence avec les Etats-Unis. Les entreprises américaines peuvent de nouveau s'appuyer sur l'expansion du marché domestique pour obtenir des marges de manoeuvre suffisantes pour repasser à l'offensive à l'export.

Pour un bond de productivité gigantesque

Le noeud du problème est notre positionnement trop milieu de gamme et notre perte de compétitivité. Ce serait une erreur de croire que la solution se trouve dans la déflation salariale. A ce petit jeu là, il y a toujours un pays pour produire moins cher. Il faut donc absolument se doter des moyens pour aller par étapes vers des productions à plus forte valeur ajoutée. En clair, il nous faut des entreprises rentables. A court terme, pas d'autre solution d'urgence que la baisse rapide et déterminée des charges sociales pour alléger le coût du travail. Mais le deal doit être très clair. Il s'agit de rétablir les marges, pour stimuler la prise de risque, et donc l'investissement productif. Un investissement qui doit être stimulé vers l'innovation, mais aussi vers les gains de productivité. Car on oublie souvent de rappeler qu'il y une autre voie que la baisse des salaires pour augmenter la productivité du travail : c'est celle de l'investissement massif pour moderniser notre appareil productif en tirant résolument parti de l'immense potentiel des technologies de l'informatisation et de l'automatisation. C'est sans doute là que la France à sa meilleure carte à jouer pour les 10 prochaines années.

 

 

 

 

Retrouvez cet article sur www.xerfi.com.

Réagir

Commentaires

Julien  a écrit le 16/03/2012 à 9:15 :

On parle compétitivité?
Cela fait des décennies qu'on est en sous investissement en technologies. Apple, Microsoft, Google, les nouveaux géants ne sont même pas européens. Airbus français? C'est un consortium européen.
Rappelons que l'europe n'a pas de matières premières, si elle est mauvaise en tehnologies, elle est perdue. Les Japonais investissent 5% du PIB en technologies, nous n'arrivons même pas au niveau du traité de Lisbonne à 3%.
C'est aussi pour cela que l'europe n'a jamais atteint le plein emploi, en particulier la France. Nous serons cette décennie marginalisés, d'autant que l'activité mondiale se fait autour du Pacifique, USA inclus.

Faire des fonctionnaires c'est bien, mais quel avenir? Et pourquoi les salariés n'auraient pas droit à la sécurité d'emploi? L'OCDE demande à la France de revoir le déploiement de son Etat... quelle est la place de l'Etat? Il dépense plus que les autres pour une moindre performance, ce faisant il ne justifie pas sa légitimité. Quelle est démocratie dont l'administration ne justifie pas ses comptes? C'est un problème institutionnel.

La PLF Fillon est claire, on admet que l'Etat est en faillite, mais on augmente les prélèvements. Avec les torpilles que prennent l'Europe il faut mettre en face des dépenses une recette... nous prélevons 43% officiellement, 50% réellement pour 57% de dépenses.
Nous avons donc un ajiornamento idéologique à faire.

Ce qui est funeste on le voit bien, c'est l'économie de la dette, la croissance à crédit, 50 milliards de coût c'est 2,5% de PIB... qui dit qu'on s'enrichit en s'endettant à ce niveau là?
Le laxisme a conduit l'Europe du Sud à la perdition avec des taux de chômage collossaux, suivrons-nous cette voie?
La question des abcès est toujours une affaire pendante de la République, comme il en existe de nombreuses. A Marseille les dokers ont réduit l'activité du port de 50% et fait fermer nombre d'entreprises. Même chose avec Sea France, c'est bien l'Etat qui est responsable de ces comportements mafieux. Qui va aller travailler quand un doker sans qualifications gagne 5 smics nets à faire 15 heures?
L'activité passe donc à côté. On a bien la formidable sortie de la social-démocratie de l'Allemagne et les réformes Hart du gouvernement de gauche ont conduit l'allemagne au plein emploi, à rétablir son niveau de production d'avant crise et à résorber son déficit.
Ainsi le niveau de vie des français est menacé: 85 milliards de déficit prévisionnel 2012 pour 1,5% de croissance quand on fait récession pour 117 milliards 2011 de salaires et pensions du public...

Yaniv L.  a écrit le 15/03/2012 à 19:06 :

On oublie souvent de dire que l'Allemagne est aussi compétitif sur les produits d'entrée de gamme. Ce qui explique, par exemple, l'abondance des produits allemands dans les pays d'Europe centrale.

brieska13  a écrit le 11/03/2012 à 12:08 :

Suppressions des "Allocs" au delà de 3 enfants,revoir les ravages des cotisations URSSAF, 400.000 postes de Fonctionnaires de plus qu'en Allemagne alors que ce pays compte 80 millions d'habitants.....etc la liste de poches purulentes à assainir est longue,
mais nous n'y arriverons pas sans un clash.

Jevousyprend  a répondu le 11/03/2012 à 21:58:

Hélas, c'est à craindre.

sergent poivre  a répondu le 13/03/2012 à 13:29:

J'aimerais qu'un jour quelqu'un vous appelle une "poche purulente". Je pense que vous en seriez ravi !

Réformes  a écrit le 11/03/2012 à 9:29 :

Tant qu'elle ne se réformera pas en profondeur, la France sera le maillon faible de l'euro. Il est urgent de renoncer au socialisme.

secretbancaireuUP  a écrit le 10/03/2012 à 21:22 :

Bonjour pour être un bon citoyen honnête Français vous devez :

Partir de chez vos parents le plus tôt possible, l'isolement vous fera payer tout au prix maximum vous serez rentables.
Vous irez ensuite vous prosternez devant l'employeur.
Vous prosternez pour avoir un crédit, vous fesant payer tout au prix double et vous rendant docile jusqu'a remboursement.
Si vous ne faites pas crédit vous devez tout dépenser.
Si vous ne dépensez pas vous devez épargner en banque si possible sur des comptes bloqués lol.
Si vous n'épargnez pas en banque vous serez suivi par les services communistes à la solde du grand capital et spolié pour des motifs douteux et sans preuves.
Vous retournerez ainsi vous prosternez devant les deux ci-dessus.
Vous devez aussi partir en vacances tout les 3 mois, fêter noël, le nouvel an francais et chinois, sans oublier les anniversaires, la fêtes des mères des pères des cousins....
Prenez des assurances aussi ont sait jamais lol...
Achetez une voiture à crédit aussi lol c'est bien ça, sans oublié la copine et faites des enfants on payera vos impôts pas de soucis les amis.
Oubliez pas l'iphone qui bientot sera votre porte monnaie virtuel lol, vous serez bien servi.
Et souscrivez au prélèvement automatique là vous serez un model proche de la perfection, si si.

Voila un model économique à fuire BEURRRRK.
Faites comme moi tout le contraire sinon vous serez finito.

secretbancaireuUP  a écrit le 10/03/2012 à 21:21 :

qu'ils retablisse l'egalité entre les etrangers qui peuvent depenser 15000 euros en espèces alors que les citoyens francais qui payent les impôts c'est 3000 maximum, quelle honte même un non citoyen à plus de droit.

Augmente nous le seuil à 15000 et vite au lieu de proposer des truc bidons.

Dutti85  a écrit le 10/03/2012 à 17:24 :

La productivité via l'informatisation et l'automatisation n'est qu'une vue à court terme. Car certes elle va permettre aux entreprises fortes de ces secteurs de sortir leur épingle du jeu, et les autres d'amorcer une courbe de productivité dans le bon sens, mais dès lors que les machines auront remplacées nos agents de production, nos techniciens, qu'adviendra-t-il d'eux ? Les entreprises augmenteront leurs parts de marchés, les résultats n'en seront toujours que meilleurs, mais quel avenir sombre se dessine-t-il pour nos employés ?
L'analyse reste encore une fois au niveau financier.
La vrai richesse de nos futures sociétés, la vrai clé à nos errements, sera avant tout de remettre l'Homme au c?ur de nos systèmes et de nos impératifs.

castor  a répondu le 11/03/2012 à 11:05:

Personne n?arrête le progrès et votre réaction fait penser aux Canuts Lyonnais qui manifestaient contre l'introduction du métier a tisser dans les usines.On connait la suite.

Jevousyprend  a répondu le 11/03/2012 à 22:01:

La vraie clé sera de remettre l'ortographe au centre de vos préoccupations!

r88  a écrit le 10/03/2012 à 13:25 :

"Le haut de gamme sous la domination des pays du Nord de la zone euro"

C'est sans doute vrai pour les voitures mais pour le reste il faut arréter de tirer sur la marque France et dire n'importe quoi !

La France c'est le haut de gamme reconnu pour les produits de luxe (LVMH premiere entreprise mondiale dans ce domaine), la couture (Dior, Chanel, etc), la gastronomie (desormais reconnue patrimoine mondial), l'aeronautique avec Rafale et Airbus, l'aerospatiale avec Ariane, la production audiovisuelle (3eme cinéma du monde, création de jeux vidéo et de films d'animation reconnus comme parmi les meilleurs dans le secteur), etc ... la liste est longue des secteurs où l'industrie francaise joue dans le haut de gamme ! Les allemands sont peut-etre excellents pour faire des voitures ou des machines-outils mais pour le design et le chic rien ne vaut la touche francaise ou italienne ! d'ailleurs les marques francaises sont celles qui sont les plus copiées en Chine ... c'est revelateur...

C'est fini le temps où les pays devaient produire de tout dans tous les secteurs, aucun pays ne peut etre bon partout, la France a toujours une carte à jouer dans l'industrie de luxe et le haut de gamme.



lca  a écrit le 10/03/2012 à 11:41 :

C'est le privé (les gros du privé évidemment) qui ruine la France en étant sous perfusion d'Etat avec les marchés publics et qui sont proches de Nicolas Sarkozy, par ailleurs.

L'Etat doit avoir le contrôle et le monopole des ressources naturelles du pays ainsi que de l'énergie, pour une meilleure gestion.

Le privé doit faire de l'argent et il ne peut le faire face à des économies étrangères où on méprise l'être humain.

famuck  a écrit le 10/03/2012 à 10:59 :

essayons de revoir la crise de 1929 .... la france a été la dernière touché et aussi la dernirèe a se redresser ceci apres la deuxième guerre et le plan marchals rejetté par nos amis communistes.....je reviens d'afrique et hier j'étais a chantilly (maire M Woerth) certaines routes du Burkina Faso sont en meilleurs état que les rues de Chantilly je ne parle pas de certains quartiers de Paris genre les invalides ou les rues sont à l'état d'épave (ce n'est pas le gel) donc notre pays qui est toujours considéré comme un grand pays ??? fait l'objet d'une analyse trés favorable par les médias, hier sur une radio qui se dit la première économique j'ai entendu la journaliste spécialité en économie se faire ramoner sur le pib industriel -celui de la GB est de plus de13 % celui de la france a peine 12 % elle était surprise, ensuite j'ai entendu un autre journaliste de cette meme radio dire que le plan grec portait sur les actions;.. alors que ce sont des obligations, je ne parlerai pas des découveres économiques de M HOLLANDE ET SARKOSY l'économie de base et les problèmes journalier des francais ???? tiens qui me dire de quel taux la CNAV va augmenter les retraites au 01 04 2012 ?? idem quel sera les augmentation des retraite AGIRC (l'année dernière 0.4 %)..... silence total de tous le monde par contre le Carnet de C E stagne car l'inflation doit baisser......

GUITARD  a répondu le 11/03/2012 à 13:56:

2 %

RE GUITARD  a répondu le 11/03/2012 à 14:33:

Pour plus d information va te renseigner aupres des organisations syndicales.En 2O11 elle fut de 2% ET NON de 0,4%...Un retraite syndique

monreve  a écrit le 10/03/2012 à 9:25 :



que les gens de gauche aillent dans les départements pairs
et les gens de droite dans les départements impairs.....

loctroi  a répondu le 10/03/2012 à 19:08:

Laisser Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Lille à la droite ? Jamais !

fin de partie  a écrit le 10/03/2012 à 7:53 :

Effectivement, il faut abandonner le discours stéréotypé sur la baisse des charges sociales; ce dernier n'etant que le reflet de notre declin, nos entreprises passant petit à petit vers le moyen et la bas de gamme detenu par des pays en voie de développement et prive notre état de ressources qui seraient nécessaires ailleurs.
Il serait sans aucun doute plus utile d'utiliser cet argent pour les fondamentaux d'une veritable politique industrielle en insufflant rapidement une dynamique d'innovation au sein des entreprises. Un debut avec OSEO, mais loin d'etre suffisant.

LeDocteur  a écrit le 10/03/2012 à 5:55 :

Baisser les charges sociales NIET ! Nous n'allons pas nous affamer et nous soummetre aux lois du marché pour plaire a une poignée de nantis parasites qui ne representent pas l'entreprise ( les vrais entrepreneurs, j'en connais plein ! y sont pas lourd a gagner de quoi payer l'ISF ! ) sont en partie responsable de l'immobilisme du pays !
Rentes de situation, enjeux de monopoles ! Tout cela ne fait pas bon ménage avec le social ! Ceci vient d'une volonté de nivellement par le bas ! Je rapelle que selon le traité de Lisbonne rien ne doit s'opposer au marché ! pas meme notre doit a vivre dignement !
Alors si les Richissimes veulent fuir, d'accord, mais qu'ils payent leurs impots ou le fisc les poursuivra avec séverité ! A quand les premieres sommations de payer a tiers detenteur ?

sam  a répondu le 11/03/2012 à 8:04:

Les charges sociales en France sont supérieures de 30% par rapport aux autres pays en moyenne.Un salarie coute le double du salaire qu'il perçoit a l'employeur. L'activite economique est realise par les milliers d'entreprises, souvent des PM qui n'ont rien a voir avec ce que vous decrivez et qui sont ecrasées par les charges.
Pour que chacun vive dignement ce n'est pas en tapant sur quelques uns que cela ira mieux.

Well  a écrit le 09/03/2012 à 22:51 :

La France ne se relèvera jamais. Elle sombre dans la misère avec en plus une immigration-invasion, véritable bombe à retardement. Pour les jeunes diplômés, la seule planche de salut c'est l'exil vers d'autres horizons. Livre idéaliste "les corps indécents". Imaginons la France dans dix ans quand on a connu la France d'il y a seulement dix ans et que l'on voit se qui se passe aujourd'hui dans le pays.Grave. Très grave.

exile  a répondu le 10/03/2012 à 7:31:

oui d'accord avec vous la seule planche c'est l'exil notamment vers la russie qui regorge de medecins, chirurgiens, ingénieurs, biologistes notamment francais... Ils en sont les bienvenus... conclusion : les très hauts niveaux de compétences sont déjà partis ... AILLEURS....... EN FRANCE IL RESTERA le reste cad des fonctionnaires surtout des HAUTS..

johnmckagan  a écrit le 09/03/2012 à 18:42 :

@johngalt
Qu'est ce qui vous permet de dire que l'état ne produit rien?Ou de balancer des chiffres comme le poids de l'état dans le PIB?
Le nombre de fonctionnaire dans un pays n'est pas une donnée qui se suffit à elle-même. Un état a des dépenses publiques dont certaines sont presques incompressibles. Les USA ont beaucoup moins de fonctionnaires et pourtant leurs finances publiques sont en plein dérapage. Faire sous-traiter le service public par le privé n'a un sens que si le privé se montre plus efficace. Or aux usa, visiblement ce n'est pas le cas.
Dans un pays bien structuré, seul un service public peut en toute transparence apporter un service éducatif, la sécurité, un système de santé et aménager le territoire sans risque de conflit d?intérêt. Confiez l'aménagement du territoire à une entreprise privée et elle construira des routes devant son siège social.
Le travail accompli par les fonctionnaires est comptabilisé dans le calcul du PIB, car l'état fournit un service a une valeur marchande au sens économique du terme.
Certes l'état ne produit pas de produits manufacturés mais la majorité du tissu économique français non plus.

Nostradamus  a écrit le 09/03/2012 à 14:43 :

Une majorité de Français n'aime pas ses entreprises et les entrepreneurs, la réussite sociale est bannie au nom d'un égalitarisme réducteur. Il ne faut pas s'étonner que la France soit reléguée en deuxième division, dès qu'elle a un champion, elle fait tous pour lui faire jouer la course économique avec des énormes boulets aux pieds et un sac sur le dos...

luc75  a écrit le 09/03/2012 à 13:52 :

ce qui a, avant tout, permis à la France de mieux résister, ce sont les acquis sociaux du salariat qui ont servi d?amortisseurs à la crise

john galt  a répondu le 09/03/2012 à 14:20:

@ luc75 :

le problème, c'est que c'est ce qui nous a permis de résister à court terme qui nous coule à long terme ....

citizen1963  a répondu le 09/03/2012 à 14:21:

Et qui financent ces amortisseurs sinon l'industrie ?
Les gens ! et qui financent les gens ?






Estienne80  a écrit le 09/03/2012 à 13:34 :

Essayez de prendre une initiative audacieuse en France, une initiative qui défie les lois en vigueur du conformisme absolu qui nous étreint et vous allez voir ce qui se passe : on vous étouffera et vous serez obligés de revoir tout à la baisse, si tant est que vous puissiez travailler efficacement.
Dans l'état d'esprit actuel, il ne sera pas possible de faire redécoller ce pays, il est entravé pieds et poings liés par mille décrets, lois, règlements, procédures, demandes d'autorisations, contraintes, commissions, associations de tous poils ou autres décrets qui se contredisent les uns les autres ...
Il faudrait labourer cette terre et la semer de nouveau... au lieu de la bétonner.

energol  a répondu le 09/03/2012 à 15:27:

Etienne, te doutes-tu qu'une énergie gratuite est refusée par tous les décisionnaires (preuves à l'appui)?
Négation d'une révolution technologique ou défense des intérêts de nos énergéticiens ?

kipushi  a écrit le 09/03/2012 à 12:57 :

La France meurt de sa générosité ? nous sommes les seuls à offrir des retraites à tout étranger de 60 ans qui vit en France depuis 5ans même sans jamais avoir travaillé , nous sommes les seuls à donner la prestation ATA , Allocations AEEH ,complément familial, revenu de solidarité active ,nous sommes les seuls à donner autant de prestations sociales,de regroupement familial de RSA,de RMI,d'allocation logement ;de rentrée des classes ,de vacances , de femme seule ,
Nous sommes les seuls à soigner tous les étrangers gratuitement: opération du coeur, lunettes, dentaires etc ... l'Algerie a elle seule doit 582000? à l'hopital de hautepierre à Strasbourg et refuse de payer!!!! imaginer tous les hopitaux de France et tous les pays du Maghreb ????? . Ce n'est pas la fonction publique qui peut fournir cet argent car elle ne produit RIEN ! donc c'est le privé qui paie parces charges sociales et ses impots sur les entreprises ! le cout des fabrications etant doublé par ces charges ,nos usines font faillite car nos produits coutent beaucoup plus chers que les produits importés et quand on ne vend rien on dépose le bilan .Et c'est le cercle viscieux : pour payer les chomeurs et les fonctionnaires ont augmentent les taxes et ainsi de suite ................si on ne réduit pas les charges sur l'industrie il n'y aura plus de fric pour payer les fonctionnaires ! et ce sera la spirale grecque . C'est bien beau d'acceuillir le monde entier mais le bateau est entrain de couler . Rocard l'avait dit !

CPI  a répondu le 09/03/2012 à 13:20:

+1000

john galt  a répondu le 09/03/2012 à 13:32:

+ 10 000

un français normal dirait : je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, car tout est de la faute aux riches qu'il faut kon fasse payer !!

la_republique_de_la_verite  a répondu le 09/03/2012 à 14:07:

C'est avec des clichés tels que ceux que vous multipliez que l'on maintient notre pays dans la mauvaise voie. Les affirmations gratuites ne font pas une vérité et le simplisme une politique.

D'abord, si la France est dans le haut du panier des dépenses sociales en Europe, elle dépense moins par habitant que la Suède ou le Danemark, par exemple, pays dont vous conviendrez qu'ils n'ont pas la réputation de gâcher l'argent public et d'être mal gérés. Nous dépensons également à peu près la même chose que les Allemands. Bien sûr nous devons avoir le souci d'optimiser ces dépenses mais nous sommes loin de la caricature que vous faites de notre système. Système qui, rappelons-le, a permis d'absorber une partie du choc social engendré par la crise.

Ensuite concernant la fonction publique la réponse est simple : supprimez la complètement si elle ne sert à rien. Comment pouvez-vous dire que l'Education, la recherche publique, les collectivités locales et tant d'autres n'apportent rien aux entreprises et à leur productivité?? Comment soutenir que les infrastructures publiques comme les réseaux de communication étudiées, décidées et aménagées par la fonction publique n'apportent rien à la productivité des entreprises? Je pense que là vous tombez vraiment dans une caricature indigne du débat public.

Vous soulignez que les produits importés coûtent moins cher à fabriquer à l'étranger. Mais quel est votre objectif? Alignez les coûts de fabrication français sur ceux des Chinois ou même des Roumains? Si oui j'avoue que vous m'inquiétez. Les choses sont bien plus complexes. Il s'agit non pas de nous aligner sur la Chine, ce qui est impossible, mais de développer l'industrie dans des niveaux de gamme différents et c'est ce qui est dit dans l'article.

Enfin puisque vous parlez de Rocard je vous complète en citant son propos car je pense qu'il est très malpoli de déformer le propos d'une personne en le tronquant :
"La France ne peut accueillir toute la misère du monde mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part."

john galt  a répondu le 09/03/2012 à 14:26:

@ la république :

blablabla

qui multiplie donc les clichés si ce n'est vous ? pour la suède, elle a diminué de 19 pints de pib sa dépense publique en 25 ans, elle a abrogé les statuts des fonctionnaires, etc etc etc ...

Pour l'allemagne, il suffit d'aller voir un autre artiche sur le site de la tribune pour voir qu'elle dépense 10 points de pib de moins que nous au total et que sur la santé, en libéralisant son système et en mettant de la concurrence, elel a réussi a avori un sysètème qui coute moins que le notre et qui est plus efficace.

Mais si ce que je dis c'est des clichés, allez donc vous renseigner et revenez avec des chiffres qu'on rigole.

Et les réseaux de communication sont aménagés par des entreprises privées ...

Et le but n'estp as d'être payé comme des chinois,m ais d'être suffisamment productifs pour être bien payés.

Pour cela, il faut de l'investissement, donc du capital, donc de l'épargne, donc baisser les impots sur l'épargne, donc baisser la csg, le PFL, oups !!!

tout ce que sarkozy et compagnie ne font pas ...

La France meurt de trop de socialisme ....

john galt  a écrit le 09/03/2012 à 11:25 :

La france est un pays qui fait du capitalisme sans capital car on matraque l'épargne depuis 40 ans.
Or, sans épargne, pas d'investissement, pas de hausse de productivité.
Heureusement les dernières mesures prises par Sarkozy : hausse de la CSG de 10 à 15.5%, hausse du PFL de 16 à 21 voire 24 % ainsi que les mesures à venir de Hollande (imposer le capital comme le travail) vont toutes dans le même sens : décourager l'épargne.
La France est clairement foutue, la seule vraie question est : quand est-ce que nous faisons faillite ?

Wallou  a répondu le 10/03/2012 à 17:33:

En France si on réussit on vous crache dessus. Surtout que les jeunes diplômés aillent s'installer ailleurs. Ils seront les bienvenus pour créer des richesses et des emplois ailleurs ou leurs talents seront reconnus. Pas en France ou la jalousie et l'hypocrisie règnent. Pas le moindre d'avenir pour ceux qui veulent réussir en France.

a revoir  a écrit le 09/03/2012 à 9:51 :

il y a déficience du management français des entreprises ,particulièrement des PME .

john galt  a répondu le 09/03/2012 à 14:03:

c'est tout le contraire, ce sont clairement des génies.

Arriver à faire survivre leur entreprise alors que toute la société tire contre eux, c'est plus que du génie, c'est de l'abnégation.

churchill  a écrit le 09/03/2012 à 9:01 :

afin d'attirer les investisseusr, le president propose un matraquage fiscal intense;......... je suggere un impot de 75% sur les entreprises qui font plus d'un million de benefices, afin qu'elles aillent s'installer ailleurs definitivement

dédé  a répondu le 09/03/2012 à 10:53:

ha! ha!il y a tellement de vrai la dedans.mais alors comment payer les emplois de complaisance ou fictifs dont se régale la société française?

dede  a répondu le 09/03/2012 à 11:36:

je suis pour ficher les citoyens, il yen a un qui m'a volé mon identité.
le vrai dede c'est l'autre

Déjà trop taxés  a écrit le 09/03/2012 à 8:56 :

La France est une Grèce en puissance si elle reste incapable de se réformer. Le défaut est au bout du chemin du conservatisme collectiviste et du mépris pour la libre entreprise. Au moins 180 milliards de dépenses publiques doivent être économisés en urgence pour trouver l'équilibre budgétaire, soit la somme du déficit et du rollover sur la dette accumulée). Mais cela ne suffira pas à relancer la croissance. A partir de l'équilibre budgétaire retrouvé, 120 milliards de baisses supplémentaires de charges pourront libérer l'activité des entreprises, complétés par l'abrogation des règlements ubuesques (code du travail, seuils sociaux, etc.) qui étouffent le développement. Nous sommes déjà trop taxés.

coco  a répondu le 09/03/2012 à 10:55:

l'embauche de nouveaux fonctionaires est indispensable pour compenser les coupes absurdes du régime sarko.il est temps que les entreprises acceptent de contribuer un peu plus au fonctionement de l'etat.sinon nous sombrerons dans l'anarchie

john galt  a répondu le 09/03/2012 à 11:34:

@ coco :

Les entreprises privées en France sont imposées à environ 90 % de leur valeur ajoutée (soit 50 % du PIB français, l'état ne produisant rien par lui-même). Que voulez vous de plus ? nous sommespassés de 3 millions de fonctionaires en 1981 à 8.2 millions et assimilés (chiffres insee) en 2012, que voulez vous de plus ?
Le communisme, c'est dingue, mais cela ne marche pas ....

salluste  a répondu le 09/03/2012 à 12:00:

La horde des fonctionnaires administratifs en poste entretient un chaos administratif digne de l'URSS. La faillite sera l'occasion de tailler à la hache dans le peuple des nécessiteux du PS. Il est possible de baisser le nombre de fonctionnaires tout en disposant au bout du compte de plus de prof et d'infirmières, il faut faire le vide dans les inspections académiques à Bercy au Trésor à la Banque de France au ministère de la culture à la DGA au ministère du travail.

coco  a répondu le 09/03/2012 à 13:21:

je souhaite que les collectivités locales embauchent pour accélérer la décentralisation

john galt  a répondu le 09/03/2012 à 14:04:

@ coco :

c'est ce qu'elles font depuis 10 ans, à tour de bras, avec pour seule conséquence la hausse des impôts et des chômeurs ....

coco  a répondu le 10/03/2012 à 5:42:

la hausse des impots est normale si on veut un meilleur service.tous les experts le diront:après sarko il manque de nombreux postes de fonctionaires.une bonne façon de reduire le chomage et d'aider les gens.les besoins en fonctionaires du pays sont immenses,il faut que la france se relance avec sa fonction publique.et que les entreprises privées soient plus solidaires du developpement national.c'est une évidence

odilon  a répondu le 10/03/2012 à 7:03:

Vous avez entendu parler de la loi de Laffer ?

rafa  a répondu le 10/03/2012 à 22:51:

Entièrement d'accord avec coco: l'augmentation des impôts est normale et sert à financer les acquis sociaux dont vous bénéficiez tous et que vous critiquez encore plus. Les anglais ont fait l'expérience de l'ultra libéralisme, il n'y a plus qu'à leur demander s'ils vivent mieux depuis.

jeandupond  a écrit le 09/03/2012 à 8:42 :

pour pouvoir produire il faut comme vous le dites d'une certaine volontéet puissance financière .mais comment voulez vous que l'investissement se fasse si l'état submerge par des taxes de toutes sortes phénoménales car l'appétit gouvernemental est énorme et il faut beaucoup de finances pour payer ces haut dignitaires gouvernementaux que sont ces gouvernants et associés députés et senateurs celà coute cher et les cadeaux octroyez a certains font que ca devient dur pour investir en outre la preuve que celà n'interresse pas nos dirigeants actionnaires chez renault a 30% on préfère délocaliser ne peut ont pas produire avec des usines nouvelles et automaisées comme a tanger chez nous en france enfin bref toute cette desescalade nous menera au font du puit et celà aura peut etre a faire baisser l'atractivité de venir s'installer chez nous

Kaka Dada  a écrit le 09/03/2012 à 7:32 :

Comparer La France à l'Espagne en parlant de perspective de croissance, alors que ce pays est au bord de l'émeute, c'est peut-être un peu précipité en terme d'analyse stratégique.

Mais bon, ce qui m'a surtout interpeller, c'est cette analyse dépassée de vouloir produire, et de ne mettre en perspective que les différences de coûts salariaux.

La vraie question, est surtout de se demander quoi produire en France et quelle stratégie de production adopter.

Vouloir concurrencer le textile chinois à 1 ?, ou les berlines allemandes à 50 k?, pourquoi pas, mais cela me semble un peu vain.

Just my 2 cents...

poto  a écrit le 09/03/2012 à 6:41 :

il faut arreter de nommer a la direction de entreprises des dirigeants dont le principal fait d'armes et d'avoir été copain des autres ou chef de cabinet d'un ministère
A quand un carriere par l'interieur et pdg au bout de 20 ans de boulot apres avoir fait ses preuves dans le metier?

Havoc  a écrit le 09/03/2012 à 6:39 :

En gros: « si on abaissait salaires actif et passif des employés, cadres et ouvriers des entreprises françaises, on se retrouverait à la tête d'une armée d'esclaves et la croissance repartirait ».

Eh bien non, c'est faux.

alex  a écrit le 09/03/2012 à 6:01 :

Pas d?accord sur le commentaire sur la Chine, les produits chinois ne montent pas en gamme, très peu de recherche développement notamment dans les PME PMI qui représentent la plus grande partie de l?industrie chinoise. Aujourd?hui 90 % de la technologie en Chine est au main des étrangers, avec l?augmentation continue de la main d??uvre l?industrie chinoise va connaitre de très graves difficultés d?ici 5 a 10 ans

letroll  a répondu le 09/03/2012 à 8:16:

les mouvements sociaux ont déjà commencé. Si on ajoute toutes les affaires de fraudes et de corruption , plus les dettes des collectivités dont certaines sont déjà en faillite , plus l'explosion prévisible de la bulle immobilière et des dettes liées ... ça fait un joli pétard. La Chine est probablement l'Espagne à la puissance 10.

Licence to live  a répondu le 09/03/2012 à 14:42:

Plutôt 10 puissance 10

Florian  a répondu le 10/03/2012 à 13:48:

C'est le problème des pays asiatiques, on cache ou maquille les chiffres qui font désordre. Bien sûr la Chine deviendra à terme une grande puissance. Mais, comme le Japon il y a 20 ans l'éclatement de la bulle spéculative va d'abord faire un peu de ménage.

alex  a écrit le 09/03/2012 à 5:59 :

Pas d?accord sur le commentaire sur la Chine, les produits chinois ne montent pas en gamme, très peu de recherche développement notamment dans les PME PMI qui représentent la plus grande partie de l?industrie chinoise. Aujourd?hui 90 % de la technologie en Chine est au main des étrangers, avec l?augmentation continue de la main d??uvre l?industrie chinoise va connaitre de très graves difficultés d?ici 5 a 10 ans

Nicognito  a écrit le 08/03/2012 à 23:32 :

"pas d'autre solution d'urgence que la baisse rapide et déterminée des charges sociales pour alléger le coût du travail"
Cher M.Mirlicourtois, vous proposez de réduire les pensions des retraités actuels de quel pourcentage ? Et de réduire le budget de la Sécu de quel pourcentage ?

dédé  a répondu le 09/03/2012 à 10:59:

faisons le contraire alors:augmentons les salaires ,la dépense et empruntons donc plus.ça devrait marcher,non?

justinien10  a écrit le 08/03/2012 à 23:05 :

Excellent article : oui, les entreprises françaises doivent massivement investir. Pour investir, il leur faut emprunter aux banques, qui prêtent grâce à l'épargne déposée par les particuliers. Mais N. Sarkozy comme F. Hollande ont déclaré la guerre à l'épargne (asinus asinum fricat), et veulent l'accabler d'impôts, en oubliant que l'épargne (le "capital") est ce qui reste du salaire non-consommé... après impôts ! Taxer l'épargne c'est taxer 2 fois les salaires ! Et accessoirement c'est empêcher les banques de prêter aux entreprises, donc empêcher les entreprises d'investir, donc détruire l'emploi en France... Au nom de la lutte cotre "le capital", nos gouvernants vont détruire l'emploi des Français.

Yves  a répondu le 09/03/2012 à 8:25:

Vous avez raison, mais c'est trop compliqué à comprendre pour la majorité des citoyens...

guigillet  a répondu le 09/03/2012 à 10:27:

Vous avez entièrement raison...
A quand de vrais économistes dans un gouvernement ???

Licence to live  a répondu le 09/03/2012 à 14:46:

En fait de taxation du capital on devrait la réserver aux fonds de pension américains, arabes, chinois... bref la finance apatride. Voila une mesure patriotique mais il s'agit d'un gros mot aujourd'hui

johnny-ali  a écrit le 08/03/2012 à 23:01 :

on le sait depuis des lustres qu il faut baisser les charges mais on est socialiste en france monsieur

GUITOUNE  a répondu le 11/03/2012 à 14:04:

La droite au pouvoir=socialisme en france;vivement la gauche pour avoir une politique de droite.......

Lucas  a écrit le 08/03/2012 à 22:33 :

Oui, enfin, dans cette longue successions de clichés mal (voire pas du tout) étayés, on lit beaucoup d'approximations et beaucoup d'oublis. Les économistes, les analystes ont décidément une mémoire de poisson pané. Qui se souvient de 2009, quand la crise faisait toucher le fond à l'Allemagne alors que la France résistait tant bien que mal - au point que The Economist, bien connu pour sa francophilie légendaire, mettait la France sur la plus haute marche du podium en couverture ? Qui se souvient du tout récent trimestre délirant de germanophilie hystérique que nous avons subi avant d'apprendre que fin 2011 la France larguait l'Allemagne de presque un demi-point de croissance trimestrielle ? Tout ça ne veut rien dire ? C'est possible, mais alors il faudra un jour nous expliquer pourquoi les chiffres n'ont un sens que s'ils sont défavorables à la France. Il faudra aussi nous expliquer pourquoi nos brillants analystes continuent de pérorer et de prévoir tous azimuts alors que toutes leurs prévisions sont fausses. Ce demi-point de croissance, ce n'est rien sans doute, mais ce qui est intéressant, c'est que tout le monde misait sur le contraire.

Franchement, comment prendre au sérieux un écrivain de science-fiction qui croit que le marché intérieur américain repart à la hausse ? Avec des convictions de ce genre, on nous fera bientôt croire que les Américains ont gagné la guerre en Irak...

Quant à la simultanéité des déficits commerciaux français et de l'entrée de la Chine dans l'OMC, oui, certes, mais simultanéité aussi avec l'euro et la politique de déflation salariale allemande. Laquelle ne sert à rien à l'extérieure (l'Allemagne n'est pas compétitive, elle est en déficit commercial avec la Chine, la Russie ou le Japon et ne fait pas mieux à l'export vers les USA que l'Autriche) mais la sert prodigieusement quand les pays vers lesquels elle exporte majoritairement n'ont plus le contrôle de leur monnaie nationale. Jouons l'égoïsme prédateur, nous aussi, et nous verrons quelles sont les raison véritables de la "compétitivité allemande".

Bref, les analyses et les solutions contenues dans cet article sont les habituelles banalités des habituels spécialistes de la mauvaise prédiction. Mais si, à la vitesse à laquelle la crise reprend et se propage, nous voyons l'ordre économique mondialisé et financiarisé se fissurer à nouveau, nous verrons les admirables modèles s'effondrer à nouveau à toute vitesse, pays exportateurs les premiers. Ce qui n'empêchera pas nos brillants analystes de nous expliquer à nouveau pourquoi ce sont eux qui, depuis le début, on raison.

PS : peut-on suggérer à l'auteur de cet article de prendre rapidement quelques leçons de grammaire élémentaire ?

Moi même  a répondu le 09/03/2012 à 11:05:

Je n ai rien a ajouter je suis comme vous, lecteur de Xerfi en analyse sectorielle ou ils sont bien informés à défaut d être bons Par contre dans l analyse macro ils démontrent avec ce commentaire qu ils sont loin d être bon : remarquez, c est comme si on demandait à l anchois de nous présenter la pizza

johnmckagan  a écrit le 08/03/2012 à 20:25 :

L'auteur de cet article n'a pas l'air d'être au courant de l'intensité de la crise dans les pays du sud ni des dernières prévisions de "croissance" pour ces pays. Même si l?Espagne avait une croissance double de celle de la France en 2013, cela ne serait qu'un rattrapage partiel du fossé qui se sera creusé avec la France pendant la crise.
Quand au reste de l'article évidemment , il faut augmenter les marges, il faut faire de la haute valeur ajoutée, il faut baisser les charges, il faut être plus compétitif, il faut augmenter la productivité. Du blabla.
La France a assez de problèmes comme ça pour en rajouter.

Réformiste  a écrit le 08/03/2012 à 20:13 :

L'image sarko-lepéniste de la France n'arrange pas les choses, elle nous entraine dans un cercle vicieux de perte de clients, perte de rentabilité, moins d'investissement, perte d'emplois, perte de pouvoir d'achat, perte de clients et à nouveau, image odieuse d'une France encore plus sarko-lepéniste, et encore plus de perte de clients ... c'est du suicide.

fourbi  a écrit le 08/03/2012 à 18:43 :

La France décroche même par rapport à la corée du nord ?

PaulDe  a écrit le 08/03/2012 à 18:29 :

donc en résumé la France n'ayant rien de spécial à vendre est en compétition avec les pays émergeants.. c'est un peu ça le problème de ce pays ; beaucoup de mots pour rendre complexe des situations simples... Moi je préfère les chiffres ; rapport encadrement/ensemble du personnel, au Etats-Unis c'est 16%, en France 23%, trop de chefs pas assez d'indiens comme on dit au Québec, et en plus l'écart des salaires entre le chef et son subalterne (au US on dirait plutôt les gars de l'équipe) est en France plus élevé, l'ascension professionnelle étant une sorte d'ascenseur vers des rentes de situations... bref la société Française est une société du Sud... Avant de rejoindre la course des technologies de l'informatisation et de l'automatisation, course qui est déjà commencée depuis longtemps, il faut une réforme sociale qui bannisse l'élitisme dans le système éducatif afin que, plus tard, ces futurs adultes respectent le travail de chacun et se sentent le droit de dénoncer les abus et points faibles... cela prendra plusieurs générations de démilitarisation de l'esprit avant que les Français troquent l'obéissance pour la discipline.

Licence to live  a répondu le 09/03/2012 à 14:52:

Pourquoi personne ne comprend que la France n'est pas l'Allemagne ?

thargor  a écrit le 08/03/2012 à 18:23 :

Il ne sert à rien d'être plus productif si c'est pour produire des déchets.
Les produits de consommation sont ce qu'ils sont : tout juste bon à être jetés.
Article médiocre ne servant qu'à satisfaire les différents décideurs du monde économique.

Yves  a écrit le 08/03/2012 à 18:14 :

Et ce n'est pas avec notre capitaine de pédalo qu'on va prendre le bon cap...

libertad46  a répondu le 09/03/2012 à 0:15:

C'est toujours mieux qu'avec l actuel capitaine du Titanic !

dede  a répondu le 09/03/2012 à 12:45:

bravo pour la replique j'apprecie mais, que voulez il y en a qui ne peuvent que faire de de grande chose meme des grands trous et ...de grand sabordage meme de leur parti du moment que cela ait de la gueule

Licence to live  a répondu le 09/03/2012 à 14:55:

Au moins il restera jusqu'au bout sur le pont de son navire pas comme dans un pays du sud de l'Europe que tout le monde aura situé...

Gilles1  a écrit le 08/03/2012 à 18:03 :

35 heures et Code du travail dépassé freinent la compétitivité. De plus il n'y a aucune stabilité fiscale. Ce qui est vrai un jour peut changer le lendemain.

libertad46  a répondu le 09/03/2012 à 0:16:

Relisez l article , vous vererz que les 35 heures et le code du travail ( heureusement) ne sont pas les causes. Mais les esclavagistes ont la vie dure !

EIFFEL  a écrit le 08/03/2012 à 17:40 :

La France est très mal gérée par des oligarques incapables payés en millions d'euros par mois ou par an. Le pays est surpeuplée, avec plein d'allocataires au RSA, 5 millions de chômeurs, des millions de personnes qui s'adonnent à l'alcool et aux drogues, de nombreux fraudeurs. La course à l'assistanat est le sport favori de beaucoup de résidents et l'objectif d'obtenir un appartement en HLM entretient cet état d'esprit déplorable qui détruit toute créativité et tout esprit d'initiative.

jerome  a répondu le 08/03/2012 à 20:08:

tout à fait de votre avis

Havoc  a répondu le 09/03/2012 à 6:37:

Intéressantes, ces réactions de Vladimir Poutine et Dimitiri Medvediev.

Il faut faire du pédalo  a répondu le 09/03/2012 à 8:43:

Le sport c'est bon pour la santé !

dede  a répondu le 09/03/2012 à 11:33:

retirons le pouvoir a NS et confions le a celui qui est aux antipodes de la gestion actuelle JLM

dédé  a répondu le 09/03/2012 à 13:25:

on ne peut plus confier le pays a JLM:il est mort.jean luc mourousi est mort d'un cancer il y a plusieurs années,et je ne vois pas ce qu'un presentateur télé pourrait apporter a la conduite de l'etat