La Tribune

Les plus grosses urnes au monde

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Pierre Lemieux  |   -  528  mots
Pierre Lemieux est professeur associé à l'université du Québec en Outaouais, auteur de « Une crise peut en cacher une autre » (Les Belles Lettres, 2010).

Les Américains votent sans arrêt. Le président est élu tous les quatre ans et, comme il entre en fonction deux mois après son élection, il est au pouvoir depuis à peine trois ans quand il se replonge en campagne électorale. Les représentants au Congrès se présentent devant l?électorat tous les deux ans. Les sénateurs, eux, ont des mandats de six ans, mais le tiers du Sénat fait face à l?électorat tous les deux ans. Chacun des 50 États élit ses législateurs et son gouverneur ; dans certains États, les shérifs (commissaires de police) et les juges sont élus. Plusieurs États tiennent des référendums d'initiative populaire. Des élections régulières ont lieu pour choisir les dirigeants des 89.476 administrations locales (villes, communes, administrations scolaires). Dans certains États, tous les citoyens ont droit de vote dans les assemblées populaires locales. Il y a également les élections primaires, au moyen desquelles les deux grands partis choisissent leur candidat à la présidence. Certaines de ces primaires donnent même droit de vote aux électeurs qui n'appartiennent pas au parti qui choisit son candidat.

Au cours du "Super Tuesday" de la semaine dernière, dix États tenaient leur primaire républicaine. Le lecteur se rapellera que Mitt Romney a remporté la majorité des États (Ohio, Vermont, Massachusetts, Idaho, Alaska, Virginie), que Rick Santorum a obtenu la victoire dans les autres (North Dakota, Oklahoma, Tennessee), à part la Georgie,qui est allée à Newt Gingrich. Ron Paul, candidat libertarien radical, a fait bonne figure au Super Tuesday en arrivant bon deuxième au Vermont, au Dakota du Nord et en Virginie. Samedi, Romney a également emporté le Wyoming, alors que Santorum prenait le Kansas. Plusieurs autres primaires restent à venir avant la convention républicaine d'août.

Ces élections à répétition comportent des avantages. Les politiciens sont perpétuellement contestés, doivent sans cesse se justifier et sont toujours sur le qui-vive. Quand une campagne électorale les tient occupés, les politiciens font moins de mal, bien qu'ils en promettent beaucoup. Le politicien américain ressemble à un marchand de tapis. Notez que les politiciens sont marchands de tapis partout dans le monde, ce n'est que plus franc et plus visible en Amérique.

Le système a aussi ses inconvénients. Tout y est extra politisé, les électeurs ont l'impression de tout décider, et les bourbes des élus s'en trouvent légitimées.

À proprement parler, d'ailleurs, ce ne sont pas "les Américains" qui votent tout le temps. Plusieurs savent que la politique n'est pas une panacée. La participation électorale ne dépasse pas 60% aux élections présidentielles, et plafonne souvent à 25 % aux élections locales.

Comme le suggérait Friedrich Hayek, lauréat Nobel d'économie en 1974, les élections sont un bon moyen de changer les gouvernants - de "chasser les canailles", comme on dit moins cérémonieusement en Amérique -, mais elles ne jouissent d'aucune vertu métaphysique pour choisir des valeurs. Dans ce que Bertrand de Jouvenel appelait "la démocratie totalitaire", les scrutins politiques reviennent à décider quelle partie de l'électorat imposera ses valeurs au reste.

Réagir

Commentaires

pathindetr  a écrit le 14/03/2012 à 17:45 :

@ vous savez bien que la France excellent dans le genre film comique, on à pas besoin de voir un interwien à la télé ou dans les réunions politique c'est digne du grand GUIGNOL se demande qui va manger l'autre et en fin d'émission il s'embrasse et se font des compliments sur leur prestation.

Pattipage  a écrit le 13/03/2012 à 2:13 :

D'excellents commentaires, comme toujours!