La Tribune

"J'ai fait un rêve : un gouvernement sans politiciens"

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : VIA BLOOMBERG NEWS)
latribune.fr  |   -  618  mots
Une tribune de Marc Fiorentino, fondateur de monfinancier.com

Avant vendredi à 18 heures les candidats à l'élection présidentielle devront déposer leurs 500 signatures. Le suspense continue pour certains candidats.Il faudra ensuite attendre les mois de Mai et Juin pour savoir qui nous gouvernera. Quel président ? Quel premier ministre un choix sans importance si Nicolas Sarkozy est élu car il cumule depuis cinq ans les fonctions de Président et de Chef du gouvernement, un choix essentiel si François Hollande est élu car il a plus le profil d'un président du conseil de la 4ème République et que Aubry ce n'est ni Sapin, ni Moscovici, ni Ayrault. Quel gouvernement ?

Mais nous n'avons pas besoin d'attendre pour parvenir à la seule conclusion qui nous intéresse : quel que soit le président, quel que soit le premier ministre, quels que soient les ministres, nous serons gouvernés par des politiciens. Et des politiciens sont incapables de gérer un pays. Gérer au sens premier du terme. Gérer nos finances, gérer notre budget, gérer notre dette, gérer nos emplois, gérer notre avenir. On n'apprend pas la gestion « basique » dans les écoles d'administration et même ceux qui ont fait un passage par des écoles de commerce ont oublié depuis longtemps les règles élémentaires de la gestion à force de compromis et de man?uvres politiciennes.

Cela fait trente ans ou presque que la situation économique et financière du pays se dégrade. Si vous êtiez actionnaire d'une société gérée par la même catégorie de personnes depuis 30 ans et que l'endettement s'aggravait année après année, que le déficit se creusait et que les dirigeants passaient la moitié de leurs temps, au mieux, à faire des calculs pour conserver leurs postes, leurs statuts, leurs voitures de fonction, est ce que vous continueriez à recruter le même profil de dirigeants ? Non.

En 100 jours, Mario Monti a plus réformé l'Italie qu'en 30 ans

Etant donné que nous n'avons pas des politiciens qui parviennent à faire passer l'intérêt du pays avant leur ambition personnelle comme c'est le cas en Allemagne, nous devons faire comme l'Italie : nommer un gouvernement de techniciens. J'ai dit de techniciens. Pas de technocrates. Surtout pas de technocrates. Des professionnels. Des vrais. Pas des professionnels de la politique. Des hommes et des femmes qui connaissent les règles du fonctionnement du monde réel.

Il y a trois mois, l'Italie était au fond du gouffre et était la risée du monde entier. En 100 jours, Mario Monti a plus réformé l'Italie qu'en 30 ans. En profondeur. Pourquoi ? Parce que ses ministres ont été nommés à leurs postes en fonction de leurs compétences et pas pour répondre à des savants équilibres post électoraux. Et parce que ni Mario Monti ni ses ministres ne cherchent ni à défendre leurs petits privilèges ni la prochaine élection. Il nous faut le même gouvernement. Composé de techniciens et d'entrepreneurs. Mario Monti chef du gouvernement et ministre de l'Economie est un économiste et un homme qui connaît les entreprises.. Le ministre du Développement économique est un chez d'entreprise. Le Ministre des affaires étrangères a fait toute sa carrière à l'étranger, le ministre de la Défense est un amiral, la ministre de la Justice est une vraie avocate pas une politicienne devenue automatiquement avocate parce qu'elle a été ministre.

Moi aussi "I have a dream". Je rêve que les politiciens de tous les camps reconnaissent leur incapacité à nous sortir de la crise et s'accordent à nommer un gouvernement composé de professionnels. Un gouvernement de techniciens. Sans politiciens. Pendant deux ans au moins.

Retrouvez Marc Fiorentino sur le site monfinancier.com

Réagir

Commentaires

céquoiqécon  a écrit le 22/03/2012 à 16:44 :

Sarko a fait un rêve:
j'ai plein de copains du cac 40 et ailleurs mais je ne savais pas qu'ils ne payaient pas ou très peu d?impôts en France.
Rien qu'un mensonge pareil, affirmé avec tout l?aplomb qu'on lui connait, mériterai une mis eau pilori de cette démocratie d'élus!
Art 2 al5 de la constitution française/ gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple!
qu'elle blague. Pas de Stochocratie = un peuple qui se torche avec sa feuille de route.

Dubalais  a écrit le 22/03/2012 à 8:52 :

J'ai un rêve aussi ne plus voir Fiorentino à la Tribune, quand à l'autre Touati, l'économiste le plus représentatif de la nullité absolue française qui n'a absolument rien vu venir et qui maintenant parade sur tous les bus de la capitale (son portrait) pour vanter les mérites et les lumières de son soi disant bouquin "quand la zone euro explosera" ou un truc du genre, probablement du réchauffé cacahuète bourré de contrepèteries, d?approximations, d'idées recuites et archi recuites. Tout ça ne valorise en rien la France, ni les français, ni notre capacité réelle à comprendre les choses et d les faire évoluer pour et avant toute chose l'intérêt général.

céquoiqécon  a écrit le 22/03/2012 à 7:32 :

votre rêve s'appel la stochocratie.
voici un lien qui vous permettra d'élaborer avec toutes les parties prenantes une stochocratie moderne.
http://www.le-message.org/
merci de diffuser largement

céquoiqécon  a écrit le 22/03/2012 à 7:29 :

votre rêve à un nom, il existat il y a plus de 2500 ans.
Cela s'appel la stochocratie.
voici une piste pour élaborer une stochocratie moderne.
http://www.le-message.org/
merci de diffuser très largement

Piazzolla  a écrit le 21/03/2012 à 16:15 :

J'ai fait un rêve, une société sans financier-technicien dépourvu d'éthique et prédateur de l'économie réelle pour son seul bénéfice, et celui de ses commanditaires ....
J'ajouterai que quand les banques (re)feront enfin leur métier, à savoir alimenter l'économie réelle et prendre de vrais risques, la société et toutes les économies iront également mieux ....et pas besoin d'attendre un nouveau président pour ça. Si ?
Chiche ?

Nostradamus  a écrit le 19/03/2012 à 16:06 :

Le but d'un homme politique c'est de se faire réélire, donc dépenser pour les gogos qui croient à leur promesses, et faire rembourser les dettes par ses successeurs. Le plus retors à ce jeux fut Mitterand.
Ceux qui gouvernent réellement sont les hauts fonctionnaires, leur intérêt n'est pas non plus celui du pays : c'est d'augmenter leur pouvoir, leur avantages etc (d'ou inflation de fonctionnaires qui votent pour des fonctionnaires etc..).
Finalement il faut peut-être mieux élire Hollande, comme ça le pays sera rapidement en faillite, et on appelera un vrai gestionnaire, et les Français accepterons enfin toutes les réformes nécessaires..

globaltom  a écrit le 19/03/2012 à 10:31 :

Cela s'appelle un gouvernement d'union nationale, et dans l'histoire cela ne se fait que lorsque le pays est au bord du précipice. Des managers a la place de politiciens cela nous ferait du bien.

xavier-marc  a écrit le 19/03/2012 à 0:54 :

Il y a déjà des spécialistes, mais ils ne sont pas visibles, mais sont dans les ministères, c'est pour cela que nos politiciens au gouvernement peuvent se payer le luxe d'écrire des livres, aller de soirées en soirées ou cocktails et voyager; et finalement un ministre passera le plus clair de son temps à faire de la représentation, serrer des mains et discuter de qui placer où.. . donc en fait le problème est de mettre les politiciens au travail, et non de faire croire qu'ils travaillent.
Il y a un gouvernement invisible qui existe déjà, et propose des choix aux élus, et les ministres sont là pour trancher les décisions quand cela est nécessaire selon les choix philosophiques sur lesquels ils ont été élus.
Certains disent qu'il faudrait en fait interdire à un énarque de devenir politicien, et que tout mandat soit unique; et , totalement à l'opposé de Fiorentino, il existe aussi des propositions pour élire des gens au hasard, la démocratie à l'athénienne, et, cela semble assez bien marcher toutes les fois où cela a été testé( et cela force le système à se simplifier pour être "compréhensible" pour tout nouveau venu), donc la principale raison de la réussite et de la performance: le mandat unique, et ainsi la fin du politicien ou dirigeant professionnel, parce que même les "spécialistes" veulent rester au pouvoir.

T137  a écrit le 16/03/2012 à 16:56 :

Je suis d'accord! bravo monsieur Fiorentino.Plutôt que d'élire des politiciens qui servent les banquiers, autant mettrent les banquiers directement en place.Alors première mesure on va allé faire la guerre, je c pas en iran par exemple, au hasard faut trouver un pays qui à l'air méchant, pis si vraiment il est pas assez méchant on envoie les médias déformer leur propos hin comme çà, çà à l'air sérieux.Ensuite on dépense l'argent des Français dans les armes salaires des armées etc et on prend au passage notre petit impôt sur le revenu annuel avec les intérêts de la dette engendrée.C'est beau la finance quand même.Allez vive pompidou et honnis soient les traitres.

Jorge  a écrit le 16/03/2012 à 15:45 :

La solution pour ce probleme est simple.
Arreter que les politiciens soient reelus.

dav  a écrit le 15/03/2012 à 21:48 :

Moi aussi, je partage ce rêve. Pourvu qu'il se réalise. Malheureusement, les politiciens sont comme les salariés qu'on licencie par vague chez Arcelor et compagnie, ils ne lâcheront pas leur "nonos" facilement.

ENERM  a écrit le 15/03/2012 à 20:58 :

Moi aussi, je suis partisan de mettre tous les politiques à la retraite, mais j'hésite, parce que ce sont les seuls à promettre d'acheter de la croissance pour la distribuer aux pauvres.

Gérard Foucher  a écrit le 15/03/2012 à 20:51 :

Mais d'où vous vient donc cette idée que les hommes ont besoin de spécialistes pour être dirigés ?
Les personnes, les idées, l'humanité entière ne sont-elles donc pour vous qu'une pâte à modeler, un troupeau à diriger ? La société est-elle une machine ayant besoin de mécaniciens spécialisés pour l'entretenir ou la conduire ?
Comme disait Frédéric Bastiat, "Il y a trop de grands hommes dans ce monde."
A quelle hauteur au-dessus de l'humanité se sont-ils donc placés pour prendre le droit de diriger, de décider, de planifier à leur guise ?
N'oubliez jamais, candidats bergers, que ce troupeau que vous voulez mener n'est pas formé d'animaux dénués de conscience et de discernement.
Vous êtes face à une société humaine dont vous n'êtes qu'un élément parmi d'autres. Nous sommes des Hommes et des Femmes libres, tout comme vous, et nous n'avons pas besoin de vous pour juger, agir, et décider ce qui nous convient le mieux.

Flo  a écrit le 14/03/2012 à 14:15 :

et pourquoi pas une dictature!

Arpagon  a écrit le 14/03/2012 à 13:33 :

Concernant le gouvernement Monti, le ledemain de son entrée il aété nommé sénateur à vie !!!!!

Pour le reste du gouvernement Monti composé que de millionnaires grâce à la providence de 'état (contribuable) ( QUI N'A PAS ETE ELU ) , il est intéressant de lire cette article écrit par un journaliste du Telegraph.

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/italy/9098399/Italian-austerity-government-full-of-millionaires.html#disqus_thread

Arpagon  a écrit le 14/03/2012 à 13:21 :

Pour la forme, n'oublions pas que suite aux dernières élections, la Belgique n'avait pas de gouvernement officiel pendant 500 jours, l'acien gouvernement , de manière restreinte s'occupait des affaires courantes(récolte d'impôts).

iCitoyen  a répondu le 14/03/2012 à 16:37:

Et la Belgique est le pays qui a le mieux traverser la crise !
Les comparaisons ont été faite et sont éloquentes! Le plus bel exemple étant les USA dont la situation est pire que les projections faites sont interventions (chiffre du Trésor)

iCitoyen  a écrit le 14/03/2012 à 13:02 :

Ajoutons le fait de ne pas pouvoir cumuler plus de deux mandats dans sa vie pour ne pas tenter des techniciens de devenir technocrates ou politiques et cela sera un rêve parfait!

Fiorentino = idéaliste ?  a écrit le 14/03/2012 à 13:00 :

C'est assez drôle de constater les différents points de vue!!!

Voici en quelques lignes le discours de DSK à Cambridge, qui a priori est "mort" politiquement parlant. On peut donc faire l'hypothèse d'un discours objectif :
http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20120313trib000688100/la-lecon-d-economie-que-le-professeur-strauss-kahn-a-donnee-a-cambridge.html

Bref, c'est surtout la conclusion qui est importante ici :
"Ce que nous devons tous garder en tête est que pour définir un système monétaire international efficace, pour gérer la mondialisation, et pour résoudre le problème de la crise et construire l'Europe, le défi n'est pas technique, mais démocratique".

Pas trop d'accord  a écrit le 14/03/2012 à 12:42 :

Je suis un peu surpris de voir majoritairement des commentaires positifs concernant cet article.
C'est vite oublier que les dirigeants de grandes entreprises ont conduit et conduisent exactement les mêmes politiques que nos gouvernements. Que dire alors de Véolia dont les dettes dépassent les entendements, ou EDF, qui ne cesse de s'étendre à l'internationale en utilisant l'argent public (notre argent) ? D'Areva ?
Et quid dernières crises ? les problèmes semblent d'avantage arriver quand les financiers se mettent à faire de la politique.

Leur vision à court terme empêche par exemple les développements futures. On peut prendre pour seul exemple les technologies pour l'utilisation des énergies renouvelables. On voit bien que les états libéraux qui vantent les bienfaits de leur système sont de loin les moins biens lotis concernant le développement de ces technologies sur leur territoire (le gaz ou le charbon coutant moins cher).

Malgré les transformations rapides et brutales de notre société, on voit bien que pour apporter des solutions à long terme sur les questions sociales, énergétiques, d'éducation, etc., à savoir, les questions qui nous concernent directement, la politique est indispensable. Reste à écarter ceux qui ne se soucient que de leur propre réussite. Mais j'ai quand même du mal à accepter le raccourcis "Politicien => truand égoïste". Je pense qu'une majorité d'entre eux (et je ne parle pas forcément des plus visibles) dépensent beaucoup d'énergie pour améliorer notre quotidien et lutter contre les attaques libérales qui auraient par exemple conduit à la diminution de nos salaires et de nos conditions de vie pour équilibrer le coût du travail avec les pays en développement. Notre salut ne se résume pas qu'à des notions économiques.

clem  a répondu le 14/03/2012 à 13:36:

Amen

Parvemi  a écrit le 14/03/2012 à 10:06 :

Bravo m. Fiorentino aucune ligne a ajouter

Patrice  a écrit le 14/03/2012 à 8:54 :

Les cent jours de Monti .... Ouais . Non . Attendons de voir, et s'il ne lui pousse pas une bosse, à Super Mario . En France, commençons par associer les hauts-fonctionnaires à l'action du gouvernement, comme aux Pays-Bas, où le cabinet des ministres se compose de leur secrétaire et de leur chauffeur
Supprimons le devoir de réserve .
Créons des conseils comme le CPB ou le SER néerlandais pour évaluer les effets des projets du gouvernement . Supprimons les arrêtés ministériels, que les lois votées soient immédiatement en vigueur comme elle sont été votées .
Etc . La gestion est un sport collectif et la législation doit être une science exacte .

raphael  a écrit le 14/03/2012 à 8:30 :

tout à fait d'accord, mais pour se faire il faudrait un coup de pouce des médias et de certains politiciens. Aussi il aurait fallu que des hommes et des femmes dirigeants du secteur privé se soient présentés. Mais là, peut-on aussi penser qu'il n'y a pas un peu de pression politique ( ex ce qui c'était passé pour coluche ).

Clearview  a écrit le 14/03/2012 à 8:28 :

Bravo et encore bravo pour cet excellent article Mr Fiorentino! Ça fait tout drole de voir qu'il y a encore des esprits lucides et libres de pensées uniques politiciennes qui puissent s'exprimer encore dans ce monde-système....
La révolution viendra un jour, et votre analyse met exactement le doigt où devront converger les nouveaux modèles. Vive la compétence et le talent !!

Technocrate  a écrit le 14/03/2012 à 8:08 :

Sans politiciens, c'est donc sans démocratie, cher Monsieur le technocrate.

Doonse  a répondu le 14/03/2012 à 10:32:

Je suis d'accord que la démocratie ne peut vivre qu'au rythme des élections. Seuls des personnes élues doivent donc parvenir aux responsabilités. C'est la théorie bien basique de bon sens.

Soyons maintenant pragmatiques : Est-ce que nos technocrates ont été capables/compétents durant ces 30 dernières années ? Bien sûr que non, sinon nous n'en serions pas à nous demander comment financer notre société ! C'est bien là tout le raisonnement de cet article magnifique !

De droite comme de gauche, les politiciens ont abandonné le peuple pour satisfaire à leurs carrière, nous berçant avec des chimères.

A nous maintenant de leur demander de rendre temporairement leur pouvoir pour remettre le pays sur les rails. Ils ne recupèreront leur poste qu'une fois les réformes indispensables réalisées et le principe de "carrière politique" abolie.

iCitoyen  a répondu le 14/03/2012 à 13:01:

La démocratie n'implique pas d'être un politique PROFESSIONNEL.
La démocratie c'est le fait que les fonctions exécutives et législatives soient exercées par des personnes élues au sein des citoyens du pays.

Alain  a écrit le 14/03/2012 à 7:21 :

Je suis tout a fait d'accord avec cette analyse. Mais pour cela, il faut des conditions et un moment particulier. L'opinion publique, notamment par la télévision, est bien trop manipulée pour qu'un jour ces conditions soient remplies. La bi-polarisation arrange les 2 formations qui amènent le peuple à la pauvreté, et à la richesse 5 % de la population. Maisb le constat est vrai, les politiciens sont incompétents, comme d'ailleurs les grands patrons. Et pour cette dernière catégorie, c'est plutôt récent.

France mon amour ?  a écrit le 14/03/2012 à 7:20 :

Dis moi garçon toi qui nous fais l'éloge de cette italie : ne serais tu point d'origine italienne ? "FLORINO" c'est bien ton nom n'est-ce pas ?
Evite de cracher dans la soupe et TA CAUSA NOSTRA n'ai pas la grandeur de celle de la France.
Vive la france et ses patriotes !

dictature  a écrit le 14/03/2012 à 6:42 :

Monsieur Fiorentino italien de coeur je suppose ce qui vous empêche de voir la réalité de ce pays. Monsieur Monti est un politicien sénateur à vie et l'Italie va redevenir une dictature. Quand le vote n'existe plus les militaires ne sont pas loin. Si c'est votre souhait M Fiorentino je crains que votre réflexion soit limité et que votre condition sociale ne vous aveugle. C'est souvent le problème des enfants de pauvres qui ont réussi grâce à l'école de la république, ils ont la mémoire qui flanche.

Trebbiane  a répondu le 19/03/2012 à 9:42:

Française d'origine italienne, et venant souvent dans ce pays, laissez moi vous dire que c'est bien mal le connaître que de parler comme vous le faites... Lorsque l'Italie allait mal - et il n'y a pas si longtemps que cela - nous avons tous condamné la déliquescence du gouvernement Berlusconi, dont les alliances avec la Ligue du Nord empêchait toute réforme et a mené le pays au bord du gouffre.. ce que les Italiens doivent assumer à présent ! Monti sénateur à vie, cela est dû à la Constitution Italienne.. Quant aux enfants de pauvre qui ont réussi grâce à l'école de la République, sachez que nos parents ont payé par leur travail et leurs impôts le droit à l'instruction de leurs enfants... Et pour terminer, les élections législatives prévues en 2013 en Italie se tiendront normalement.. Ce pays est encore une démocratie !

Brodnik  a écrit le 14/03/2012 à 6:00 :

Votre démonstration est incompléte Monsieur FIORENTINO :
D'abord un petit désordre(que tous les politiciens de droite ou de gauche savent organiser avec leurs amis syndicalistes ) - Puis , un ordre policier - ensuite , les techniciens auront le champ libre - Vous démontrez ainsi l'amour des financiers pour les régimes totalitaires ...

zoro  a écrit le 14/03/2012 à 5:30 :

Quel bonheur de lire cet article.
Je ne suis jamais allé voter, non par incivisme... mais bien par civisme.
Je n'attends qu'une chose ; que le fonctionnement de l'état change radicalement, afin que les dirigeants nommés le soient pour leurs compétences.
Français, arrêtez de cautionner le système actuel en allant voter.
Et pour vous persuader du bienfondé de la démarche, songez effectivement à l'Italie, dont nous nous sommes gaussés pendant des années, et qui vient d'opérer un changement dont nous ne sommes toujours pas capables à ce jour !

Monique  a écrit le 14/03/2012 à 5:22 :

"Aucun responsable politique ne prendra jamais une décision qu'il sait pourtant indispensable au bien de tous, si cette décision va à l'encontre de ses intérêts personnels, de sa carrière" . Livre super-idéaliste "les corps indécents". C'est la raison pour laquelle les dés sont pipés dès le départ. Rien à espérer avec des carriéristes qui qui feront toujours leurs intérêts personnels avant ceux du peuple.

Boris  a écrit le 14/03/2012 à 4:53 :

Totalement d'accord avec cet article!!! Enfin quelqu'un qui dit ce que tant de monde pense en silence!!! Maintenant, porte la bonne parole sur les ondes!!! I have a dream....

gg  a répondu le 14/03/2012 à 7:42:

What this country would rise up...... (Martin luter King)

PaulDe  a écrit le 14/03/2012 à 4:10 :

la récupération des rèves à des fins personnelles est justement la spécialité des politiciens... mais on n'arrète pas une idée, et sur internet la démocratie directe est en marche.

Videomagfilm  a écrit le 14/03/2012 à 0:42 :

Le seul article sensé sur la politique actuelle. Bravo. On devrait interdire aux énarques de participer à une élection politique et les cantonner à la gestion administrative. Et la politique ne devrait pas pouvoir être un métier à vie. Pas plus de trois mandats consecutifs . Et on devrait appliquer aux élus l'âge de la retraite de tous les français .

lolocorporatebanker  a écrit le 13/03/2012 à 20:06 :

Parfaitement d'accord avec ce genre de discours mais je crains qu'aucun politicien ne laisse de place à un quelconque technicien par peur d'y perdre beaucoup trop au détriment de la nation...Quelle tristesse !!! Une bonne révolution ? Pas facile non plus car il y aurait beaucoup de dégâts collatéraux

toccata  a écrit le 13/03/2012 à 18:34 :

Pour être d'accord, un seul exemple suffit. En absence totale de gouvernement, la Belgique ne s'est pas moins bien comportée face à la crise que la France...

kookie claude fourzali  a écrit le 13/03/2012 à 18:28 :

marc fiorentino a tout a fait raison !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Paul62580  a écrit le 13/03/2012 à 18:23 :

Bravo et merci pour ce billet, que je rejoins à 200 % ...

churchill  a écrit le 13/03/2012 à 18:22 :

"Il y a trois mois, l'Italie était au fond du gouffre et était la risée du monde entier." <-- la france ca fait 30 ans qu'elle est la risee de la planete !!!

Antoine  a écrit le 13/03/2012 à 18:00 :

Chez les Allemands, on a juste démissionné le président pour corruption. Mauvais exemple!

Philippe1968  a écrit le 13/03/2012 à 17:50 :

Cher marc Fiorentino
J ai fait un rêve aussi
Un rêve de gouvernement qui n écoute pas les technocrates et experts de tout poil qui nous parle tous les jours de LEUR façon de voir l économie et la finance, et qui nous conduit au fond du trou
Un gouvernement qui écoute son bon sens et s affranchisse de son idéologie

pmxr  a écrit le 13/03/2012 à 17:46 :

Moi aussi j'en rêve !!!!!!!!!!!!!!!!

Nerik92  a écrit le 13/03/2012 à 17:41 :

On ne pourrait rever mieux pour notre pays !
Malheureusement, les politiciens ont une facheuse tendance a s'accrocher a leurs privileges.

Mariloup  a écrit le 13/03/2012 à 17:40 :

La France n'est pas une entreprise mais un pays d'hommes et de femmes. Le profit pour certains ne doit pas prendre le pas sur "l?intérêt commun" qui est loin d'être la première préoccupation de M Monti.
Un technicien, Non merci !!!

surois  a écrit le 13/03/2012 à 17:25 :

Ce qui est terrifiant avec la conception que se fait le citoyen Fiorentino de la vie publique c'est son incapacité absolue à voir le monde au delà du veau d'or financier. Pire au delà d'une fantasmagorie proche de la religiosité de l'argent , de la finances. Et donc de la croyance en une soviets fondée sur la bonne technicité des choses. C'est exactement la conception qu'avaient les hauts officiers de l'état major de l'armée française avant le désastre de 1940. Le nouveau patron de la BCE vient de décréter la fin du modèle social européen et personne ou presque ne moufte. Normal, et tous les amis de M. Fiorentino en sont positivement ravis. Enfin un tyope sérieux. Un type qui vient de Lehman Brother,- vous savez ce groupe US qui a mis quasi le monde et le secteur bancaire dans la mouise pour avoir joué aux dés avec l'argent des autres et des états dont la Grèce- est forcement un type sérieux. Tout comme Mario Monti d'ailleurs marqué par le mémé parcours? Vous vous rendez compte ce type qui en 100 jours " a plus reformé l'Italie qu'en 30 ans" ! Et en "profondeur" en plus ! ajoute le camarade ancien trader Fiorantino. Un gourou quasi ce Mario. Mais je fais du mauvais esprit.. Fiorentino a raison. Dehors les politiciens! D'ailleurs le Parlement devrait être confié à des techniciens, tout comme les ministères, les postes clés de la République iota, ça marcherait foutre mieux nom de Dieu! Et pourquoi voter d'ailleurs ? Hein ? Ca sert a quoi de voter ? Il suffit de confier Matignon à des braves garçons comme Fio et hop! vous allez voir ce que vous allez voir ! Fini la fête pour tous ces privilégies qui font de la politique et qui carabistouillent la France depuis 30 ans ! Moi, j'ai une idée aussi. Pourquoi pas des militaires tant q'on y est ? Hein, des braves gars, des super techniciens comme on en a eu en Argentine, au Chili , en Grèce tient ! C'était pas bien la Grèce dan s les années soixante ? Bon j'arrête mon theatre. Mais franchement, c'est avec des raisonnements de ce genre, des religions de ce style, des leurres en fait, car la technicité est souvent un leurre dont le système capitaliste s'est sérvi pour parvenir à ses fins. Avant que tout explose dans la gueule des peuples. Qui feront à leur tout tout exploser à force de crier famine dans le silence des techniciens, des banquiers ou technocrates européens. Il est sympa Fiorentino, mais il est comme Giscard. Il croit à la magie du marché. Au retour via le Saint Esprit de la croissance après une rigueur d'acier. Il oublie juste que l'Histoire est tragique. Et que les peuples, après avoir par trop été pris pour des demeurés, ont souvent des révoltes qui ne le sont pas moins. Le vent souffle du désert, citoyen?

xavier-marc  a répondu le 19/03/2012 à 1:11:

C'est le cycle de l'histoire, les républiques sont remplacées par des dictatures puis par des monarchies, qui redeviennent des républiques.
Et à chaque fois les mêmes problèmes, les mêmes revendications, les mêmes excuses, les mêmes solutions, les mêmes résultats.

C'est une histoire de complexité à la base, chaque système lorsqu'il est nouveau simplifie l'ancien, d'où des gains de productivité, puis se complexifie et devient conservateur, grippant, bloquant son fonctionnement, jusqu'à tomber sous les coups de ceux qui n'arrivaient plus à y grimper( les libéraux du moment partant d'en bas qui deviendront les conservateurs quand ils seront en haut).

C'est d'ailleurs la définition du libéral et du conservateur, le libéral cherchera toujours à simplifier augmenter les degrés de libertés, et le conservateur à réduire les libertés, mettre des bâtons dans les roues pour avoir moins de concurrence et assoir sa dynastie, caste, etc..

On peut dire sans se tromper que la France est devenu bien trop complexe pour être encore un pays efficace, un pays qui n'est plus adapté au monde et n'a même pas profité un brin de la fantastique croissance mondiale en 10 ans, et il se doit donc de devenir libéral.
D'ailleurs, Fiorentino l'ancien trader doit bien le savoir, si l'indice monte mais que votre action ne monte pas, alors quand l'indice baissera, votre action plongera, et c'est ce qui se passe en europe actuellement, la chute au contraire du reste du monde qui avance comme jamais.

Jojo  a écrit le 13/03/2012 à 17:05 :

je rêve pareil. Merci !

cat57  a écrit le 13/03/2012 à 17:00 :

excellent .. j'adore ... tellement vrai ...