La Tribune

Cette germanisation de l'Europe qui fait peur

Bloomberg
Bloomberg
Florence Autret, à Bruxelles  |   -  1188  mots
Après deux années d'une crise européenne qui n'en finit pas de prendre de l'ampleur, la chancelière allemande Angel Merkel a décidé de poser les conditions d'une "union politique", qui fait craindre aux autres responsables de l'UE un leadership de l'Allemagne.

Depuis que le major Angela Merkel a lâché le mot d' "union politique", la panique s'est emparée du reste du bataillon européen. Où veut en venir exactement la chancelière ?, se demandent les Hollande, Monti et autres Rajoy. Continue-t-elle l'?uvre des Adenauer, Hallstein, Schmidt et autre Kohl qui ont réussi à concilier intérêt allemand et alliance équilibrée entre les Etats d'Europe ? Ou bien est-elle en train de fomenter un coup d'Etat pour asseoir une domination allemande sur l'Europe ?

Un malaise qui déborde l'Hexagone

En France, l' "offre" de Merkel suscite plus d'embarras que d'enthousiasme, parce que l'idée d'union politique y est au mieux impensée au pire franchement rejetée. Mais le malaise déborde l'Hexagone. Je l'ai vraiment réalisé la semaine dernière lors d'une conversation avec Hannes Swoboda. Inconnu en France, cet Autrichien policé est depuis janvier le chef des députés européens socialistes. Autant dire qu'il compte parmi les 5 ou 6 personnes les plus influentes d'une institution dépourvue de majorité et qui fonctionne donc à partir de compromis entre partis.

Au début de l'année, quand il a remplacé à ce poste l'Allemand Martin Schulz, parti lui-même prendre la présidence du Parlement, une Française de ses cons?urs me l'avait désigné comme l'une des nouvelles tentacules de l'hydre germanique qui était en train de s'emparer de tous les postes de pouvoir européens. Autrichien, Swoboda était supposé appartenir à l'aire d'influence de son puissant voisin et venir allonger la liste des dirigeants germanophones : président de la Banque européenne d'investissement (BEI), du Fonds européen de stabilisation de l'euro (FESF), de la Task Force opérant en Grèce et, si le gouvernement Hollande n'y avait mis son veto, bientôt président du collège des dix-sept ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe.

"Un discours de division entre le Nord et le Sud"

Qu'elle ne fut donc pas ma surprise, quand je lui demandais ce qu'il pensait de l'union politique selon Angela Merkel, de l'entendre faire cette réponse ahurissante : "C'est une germanisation de l'Europe" qui n'a d'autre vocation que de sauver l'alliance de la chancelière avec les libéraux du FDP. "Son Europe, c'est la réunion des Premiers ministres avec, à leur tête, le chancelier allemand", dit-il. Et d'ajouter : "Il faut changer le discours politique en Europe qui est un discours de division entre le Nord et le Sud, entre les payeurs et les bénéficiaires. Les Allemands manquent terriblement de sensibilité politique vis-à-vis des autres pays."

Et de rapporter son échange avec un dirigeant portugais qui lui aurait affirmé que l'image de l'Allemagne était si dégradée dans son pays au point que le gouvernement avait préféré céder ses entreprises d'énergie à des investisseurs chinois plutôt qu'à des entreprises allemandes. Si son intention avait été de conforter l'influence de Berlin en Europe, mon interlocuteur s'y prenait d'une étrange manière.

Mais fallait-il le croire ? De même que ma source française s'était trompée en faisant de lui un cheval de Troie de l'influence allemande, Hannes Swoboda ne se méprenait-il pas sur la vocation hégémonique de Berlin ? Seule la chancelière a la réponse.

"L'Arrêt Lisbonne" du Tribunal constitutionnel allemand

Qu'elle soit sincère ou pas en proposant son offre d' "union politique", qu'elle veuille abattre les institutions communautaires, comme d'aucuns en prêtait l'intention à"Merkozy", ou bien qu'elle compte investir la Commission européenne et le Conseil d'une légitimité renforcée, via le suffrage universel, comme son parti, la CDU, l'a proposé lors de son Congrès de Leipzig, ne change pas fondamentalement la donne.

Une Europe plus fédérale sera dans tous les cas de figures plus allemande. C'est évident, compte tenu du poids démographique (certes déclinant) et économique de l'Allemagne en Europe, et cela suffirait à expliquer les craintes françaises. Le Tribunal constitutionnel allemand a adressé un message très clair à cet égard avec son fameux "Arrêt Lisbonne" de juin 2009.

Le Parlement européen n'étant pas formé selon le principe d' « un homme, une voix » (les petits pays y étant relativement à leur taille "surreprésentés"), il ne pouvait prétendre à un rôle totalement représentatif, ont expliqué les juges. Autrement dit : pour le rendre conforme aux canons du droit constitutionnel, il faudrait qu'il compte relativement plus d'élus allemands. L'Allemagne où vit environ 18% de la population européenne ne "pèse" que 13% des sièges au Parlement européen. Proposée par la CDU, l'élection d'un dirigeant européen au suffrage universel, effectuée selon le principe "un homme, une voix", modifierait profondément l'équilibre entre pays.

La construction européenne, une affaire de géopolitique

A force de débattre de quotas laitiers et d'émissions de CO2, on a fini par oublier que la construction européenne est une affaire de géopolitique. A force de célébrer les Pères Fondateurs, on s'abstient de noter que la "déclaration Schuman" du 9 mai 1950 était non pas motivée, côté français, par la volonté de permettre le réarmement industriel de l'Allemagne mais par l'incapacité de l'empêcher.

Dans le contexte de la guerre de Corée, les Américains, véritables maîtres du jeu, avaient déjà tranché cette question et fait cesser les démontages. La Communauté européenne du charbon et de l'acier est une concession arrachée par la France dans le nouveau contexte stratégique de la guerre froide afin de placer l'inévitable renaissance industrielle rhénane sous le contrôle européen.

Une crise qui prolonge le choc de 1989

Ce deal a été déséquilibré par la Chute du Mur, la réunification de la RDA et de la RFA et l'élargissement de l'Union qui remettait l'Allemagne au centre de l'Europe, alors qu'elle avait été durant plus de quarante ans plutôt une frontière stratégique. En ce sens, la crise politique que traverse actuellement l'Europe prolonge davantage le choc de 1989 plutôt qu'elle n'est la conséquence de la crise financière de 2008. C'est de ce constat qu'il faut repartir pour comprendre ce qui se passe.

Puisque l'Europe reste une union d'Etats, il serait bon que chacun se demande ce qu'il y gagne et ce qu'il y perd. On s'apercevrait que les "bénéficiaires" et les "contributeurs" nets ne sont pas forcément ceux que l'on croit, l'Allemagne étant le pays qui profite le plus et de la monnaie unique et de la profondeur du marché intérieur. Ce faisant, puisqu'une union fiscale et politique s'impose, le moment est peut-être venu de s'interroger sur la façon de l'organiser, sur la base de quel équilibre entre les Etats.

Les réponses qu'Angela Merkel se propose d'apporter à ces questions ne seront peut-être pas acceptables par les autres pays membres. Mais elle a raison de les poser. Cela, Hannes Swoboda le lui concède. On aimerait que d'autres aussi.

Réagir

Commentaires

PATRICE 74  a écrit le 09/03/2013 à 15:17 :

moi je préfére le modéle français et pas allemand le modéle de la confisquation ça c'est pour l'allemagne

europe  a écrit le 09/03/2013 à 15:13 :

l'europe çe n'ai pas l'allemagne qui la construit mais la france donc on a pas de leçons a reçevoir de la part de mme merkel

mike60100  a écrit le 22/07/2012 à 5:50 :

Cette germanisation de l?Europe qui fait peur
Angela Merkel

L?Allemagne veut dominer l?Europe
En mémoire de son passer nazie
( les moments d?excitation quand ils ont battues la Grèce comme au niveau politique ou l?Allemagne fait tombé la Grèce comme elle la fait avec la dette )
Et la défaites ou
( l'Italie fait chuter l'Allemagne) et pourtant l?Allemagne veut être le maitre de l?Europe et n?hésiteras pas a faire trébucher l?Italie ,l?Espagne, le Portugal et la France


Rose  a écrit le 13/06/2012 à 15:01 :

Beaucoup de posts sur les allemands dominateurs qui mépriseraient tout le monde ou d'autre au contraire faisant preuve d'un manque de recul consternant par rapport au modèle allemand. Même cet article n'évite pas le biais facile de faire peur avec la "große Allemagne". Un peu de sérénité dans les propos serait la bienvenue. Parce qu'on ne peut pas tout dire sur n'importe quel ton, sans finir par endommager notre relation avec l'autre en général, nos voisins en particulier.
Je pense avant tout qu'avant d'être méprisants les allemands sont surtout complexés dans leur rapport avec les autres européens. Ils savent très bien qu'ils sont attendus au tournant et que très vite l'image du SS débarquant à Salonique va leur être opposé. Ce qui ne veut pas dire qu'ils ne se montrent pas terriblement égocentrés dans cette gestion de la crise. Beaucoup d'allemands ont l'impression d'avoir versé de leurs propres comptes en banque l'aide à la Grèce. Ce qui n'est pas non plus la réalité. Nous, Européens, devons maintenant faire un choix. Ou nous réussissons à dépasser nos divers préjugés et sachons nous unir dans notre diversité (ce qui n'est bien sûr pas une mince à faire), ou nous nous séparons et advienne que pourra...

ventreachoux  a répondu le 13/06/2012 à 15:28:

Bien dit , Rose !
De plus les allemands sont tous des grands amoureux de la France.
Je n´ai encore jamais entendu un Allemand ternir des propos sur la Francet ou les Francais comparables a certains commentaires postés ci dessous.
Traiter les Allemands d´anti-européens est vraiment la pire des insultes !
Ich schäme mich !

hans  a répondu le 13/06/2012 à 16:09:

je parle parfaitement l'allemand et j'y bosse et j'aimerais bien confirmer vos dires,
malheureusement j'ai pas l'impression que les allemands nous aiment autant que vous le dîtes. Sans doute, qu'il y en a qui aiment la France mais une partie d'entre eux ne l'aiment pas.

Onze  a répondu le 16/06/2012 à 10:56:

Et avec Hollande comme président, qui se livre à des maneuvres florentines avec l'opposition allemande, en essayant de contourner leur gouvernement, ils l'aimeront de moins en moins.

ventreachoux  a écrit le 13/06/2012 à 14:54 :


Cet article et la plupart des commentaires germanophiles sont ecoeurants !
Je vis depuis 40 ans en Allemagne et il est flagrant et terrifiant de constater que la majorité des gens - y compris l´auteur ne connaissent pas ce pays et ne veulent pas le connaitre.
Fait est que le succes futur de l´Allemagne sera étroitement lié au succés de l´Europe.
Merkel und Co y compris l´opposition ne veulent pas dominer l´Europe. IUls veulent une Europe forte , ni plus ni moins.
Il n´est en aucun cas question de remettre la botte sur les autres.
45 ans de reconstruction de leur pays anenati en 1945 + 25 ans de " reunification" pour lasquelle tous les allemand conitnent a payer chaque mois ,le fameux SOLI, je vous assure ques les allemds en ont ras le bol d´etre traités comme des envahisseurs et colonisateurs.
La population actuelle n´as pas connu la guerre mais ont soufffert des consequences.
Personne ne peut s´imagniner un deferlement de 15 millions ( 1,5 la Belgique!!) de refugiés en 1945 arrivant dans un pays complement détruit ou il n y a avait rien a manger.
Je connais trop bien ,le terrible destin de la famille de ma femme, elle aussi expulsée de leur ferme dans les Sudetes.
Les allemands ont appris a femer leur gueule et a travailler très dur. C´est ca la clé deledur succes. Ici on ne fait pas greve. Ca ne se fait pas. On menace et apres on discute. On se met d´accord et on repart au boulot.
L´Allemagne se retrouve aujourd hui au centre de l´Europe. C´est vrai.
La population allemande est fortement mélangée non seulement par les emmigrés de pays musulmans mais aussi de nombreux Europeens venant de toutes les directions. C´est le melting pot europeen.
Ici il est tout a fait normal et pas choquant de parler allemand avec un accent slave, scandinave, hollandais, anglais, francais espagnol, grec , turc etc ...
La promiscuité avec d´autres Europeens vivant en porte a porte est chose tout a fait normal. ici.
Alors arreter votre char de Germanophobie. C´est faux, c´est ridicule et c´est contre-productif.
C´est de l´agitation qu íl faut interdire tout de suite.
Par contre ce qui est VRAI : les gens qui vivent et travaillent en Allemagne, y compris les nombreux Grecs ou Espagnols pour ne pas oulbier nos chers compatriotes Cocorico en ont ras le bol voir le gaspillage chez les voisins.
Et La la France est en tete avec des depenses record pour le social.
Rien contre le social mais on ne peut redistribuer que ce qu ón a economisé ou deja dans la caisse.
Bizarre les caisses de secu et de retrairtes en Allemagne ne sont pas en deficit. Etrange non ?
Parce que faire des cadeaux a l´arrosoir avec de coups de milliards empruntés a BCE et personne ne pourra rembourser. Athene et Madrid aujourd hui , demain Rome.
La France va devoir reemprunter (refinancer) 450 milliards en 2012. Prost Mahlzeit !!!
Et qui va prêter ? qui va payer ? qui et comment la F. va rembourser ?
On voit le resultat.
Ni Merkel ni aucun dirigeant allemand ne pourra vendre l´idée des Eurobonds sans une réglementation + contrôle financier des autres pays du club.
C´est complement exclus.
Alors c est soit le colmatage des breches avec des mesures de controle draconiennes qui ne plairont pas beaucoup ou bien ca sera le sort du Titanic.
Mais les bons eleves seront deja dans les barques de sauvetages et ce ne sont pas uniquement les allemands. Ce sont tous les pays de langue germanique en Europe.

bateau va couler


plus personne n´est n´accord pour renflouer les caisses des pays du " Club Med"
























Rose  a répondu le 13/06/2012 à 15:57:

Vous reprochez aux germanophobes leurs raccourcis, mais vous versez également dans le caricatural. Les pays du club med...Stammtischniveau, ou digne des discours du café du commerce (dans la langue de Molière). N'est-il pas plus que temps de cessez de nous entre-insulter? Nous sommes tous interdépendants les uns des autres. L'UE est une communauté de valeurs et de destins. Aujourdh'hui on demande à l'Allemagne d'être plus solidaire, tout comme l'Europe l'a été pour financer par ses fonds structurels sa réunification (pas seulement payée par le Soli). Demain elle aura besoin des autres européens pour payer ses retraites et pour lui permettre de vivre sur le même train de vie. Parce qu'elle a un problème, il lui manquent des enfants et ce n'est pas l'introduction de la Herdpremie qui va les lui donner. Vous savez quel est l'argument infaillible pour qu'1 enfant puisse être scolarisé avec le reste de sa promotion né avant le 31 juillet, nonostant la règle (sinon n'ayant pas encore 6 ans révolus il doit rester en jardin d'enfant un an de plus): il paiera un an plus tôt à la caisse de retraite. Ca dit tout du malaise et surtout de la bombe à retardement qu'est leur population veillissante, qui ne pourra pas s'en sortir sans les dites cigales.

PS: Et laissez moi vous dire que j'ai peu pitié des sudètes, schlesiers & Co. tout comme la destruction de Dresde me laisse de marbre. Quand on a mis le feu à l'Europe on peut en payer les conséquences. C'est pour ca qu'on a l'Europe, pour éviter ce genre de flambées nationalistes qui ravagent tout sur leur passage et ne laissent que des perdants dans leur sillage.

aristote91@hormail.fr  a écrit le 13/06/2012 à 11:39 :

angela a raison , la France a besoin d'être remise au pas , la pseudo élite inculte journalistico politique , dois suivre le pas ou disparaitre , la France deviendra une simple région européenne , la France est peanuts QUAND NOS POLITIQUES OSERONT ENFIN NOUS LE DIRE ? mais aucun d'eux n'en a le courage , angela les mettra au pas et tant , de toute façon pour ma part je déménage a Berlin en septembre

Blizzard  a répondu le 13/06/2012 à 14:46:

Au revoir ou plutôt adieu...

YJC  a écrit le 13/06/2012 à 8:01 :

"Cette germanisation de l'Europe qui fait peur', 10/06/2012 la Tribune.

Voilà typiquement le genre d'article verbeux qui renseigne parfaitement sur le degré de crise morale que vit la société française !

Une fois de plus, notre auto-déclarée exception culturelle et notre prétendue excellence française consistent à échafauder de fort alambiquées démonstrations pour parvenir à des conclusions dont l'objectif - inconscient, néanmoins honteux - consiste en l'inversion des valeurs essentielles à une vie harmonieuse en société, soit : "rigueur", "travail", "pugnacité" et "sens du collectif". Tout ce qui fait partiellement défaut à la France.

FRANCE qui, par ses brillants "intellectuels", cultive une AVERSION pour la RÉUSSITE, et cultive, à la place, une INVERSION des VALEURS prônées lors de la naissance de la République. Le résultat est très amusant... : au quotidien, chez les "ENRAGES", on remplace "LIBERTÉ" par "ENCHAINEMENT (aux autres)", "ÉGALITÉ" par "INTERDICTION" et "FRATERNITÉ" par "HAINE".

Plus j'écoute les politiques français, plus je lis les articles de leurs "passeurs de plats" dits "journalistes"... et plus me prend l'envie de... foutre le camp !

YC, la Varenne Saint-Hilaire, le 13 juin 2012.

JipibiLe  a répondu le 13/06/2012 à 11:36:

Merci

ainerak  a répondu le 13/06/2012 à 15:42:

Presque d'accord sur le constat
Mais faut-il rappeler que nos dirigeants ne sont pas des "Bons à rien" mais plutôt des "Mauvais partout", sauf qu'ils ont été élus !...grâce au système électroral qu'ils se sont forgés sur-mesure.

devin345  a écrit le 13/06/2012 à 7:53 :

pourquoi vouloir a tout prix nous imposer ce premice de gouvernement europeen? qui veut tuer les etats et pourquoi ? visiblement le benefice est grand pour tous les parasites de bruxelles et leur cour. eux qui nous coutent bcp et ne servent a rien : incompetence, lobbys, clientelisme sont les regles.
les pays se debrouillaient bien mieux sans cette europe des 27 ou il ne nous manque plus que l algerie et la chine.
ras le bol de l europe et de bruxelles. il est temps d y mettre un terme

Coût  a répondu le 13/06/2012 à 10:22:

Bruxelles nous coûte 1% du PIB. L'Etat providentiel français nous coûte 50% du PIB. Vous avez raison : il est grand temps d'y mettre un terme.

pathinder  a écrit le 13/06/2012 à 0:59 :

A tout les internautes qui ont peur de l'Allemagne, il faut vous dire que l'Allemagne nazis n'est plus sans quelque frémissement pour les nostalgiques de la seconde guerre mondiale ont et auront toujours personnellement j'ai fait mon service militaire en Allemagne et cela j'ai accepté un engagement, libre à moi, mais quand je suis rentré en France à la fin de mon engagement, je me suis demandé dans quel pétrin s'est mis la France et ça dure depuis + de 30 ans, pourquoi acheter allemand car c'est moins chère et pourquoi il y à eue autant de délocalisation demandez au gouvernement peut-être qu'il vous répondrons, je sais mais qu'est-ce que je fais encore en France, tout simplement car je suis une personne handicapé et qu'il faut tourner la page et savoir tirer un coup de crayon sur le passée car de vivre dans le passée on n'avance pas et ceux qui critique l'Allemagne sont soit jaloux par leur façon de vivre mais comme en France il y à des interdits et par rapport à la France ils sont appliqués avec rigueur pas comme en France.

ya  a répondu le 13/06/2012 à 11:40:

député Allemand, Volker Kauder (CDU): « Jetzt auf einmal wird in Europa Deutsch gesprochen! ». traduction: "Tout à coup, l'Europe se met à parler allemand." http://www.challenges.fr/economie/20111124.CHA7248/l-europe-a-l-heure-allemande.html

sceptico  a écrit le 13/06/2012 à 0:46 :

En réponse à la plupart des commentaires, peut-on sérieusement prendre pour modèle un pays qui compte 12 milions de travailleurs pauvres? A force de baisser le coût du travail, les pays industrialisés s'entraînent mutuellement dans une spirale infernale de régressions sociales. Oui à la compétitivité par la technologie et l'innovation, non à la compétition par le moins-disant social, fiscal et environnemental, personnellement, je ne travaille pas pour être pauvre. On ne peut pas réhabiliter la valeur travail en le payant toujours moins.

travail  a répondu le 13/06/2012 à 10:09:

Si vous ne travaillez pas, c'est votre droit le plus absolu, à condition d'en assumer les conséquences. N'espérez surtout pas profiter des revenus d'autrui pour satisfaire votre mode de vie ! L'abandon du modèle social français, de sa fiscalité punitive et de ses délires environnementaux, loin d'être une régression, est au contraire la condition nécessaire et suffisante de l'enrichissement des Français productifs, courageux, acceptant l'effort et de la prospérité de la France.

14-18 ; 39-44  a écrit le 13/06/2012 à 0:32 :

Il y en a qui ne peuvent s'empêcher tous les jours de parler des guerres toujours des guerres de 14-18 et 39-44. S'il y en a qui ont visité l'Allemagne, verront que les centres de toutes les villes allemandes ont été détruits, ils verront qu'il n'y a pas de centres historiques avec des constructions d'époque. M^meles églises ont été bombardées .Que faut-il faire: en parler toujours matin et soir,

teva  a écrit le 12/06/2012 à 23:59 :

je suis a fond pour le modèle allemand il fonctionne n'en déplaise a beaucoup
il protège il est fort bref il est le meilleur

Mais non!  a répondu le 13/06/2012 à 13:52:

Mais évidemment que non, il ne fonctionne pas, c'est de la poudre aux yeux!

cf par exemple: http://www.marianne2.fr/Euro-et-si-le-probleme-c-etait-l-Allemagne_a185084.html

Et là, je ne cite qu'un article de journal: quantité de chercheurs tirent la sonnette d'alarme (à commencer par le prix Nobel J. Stiglitz) sur le pseudo-modèle allemand qui n'est qu'une marche forcée vers l'ultra-libéralisme. L'Allemagne sortira affaiblie de cette lutte mais bon, il est plus facile de ne voir que la partie émergée de l'iceberg.

prospero15  a écrit le 12/06/2012 à 23:25 :

La France, en tout cas, gagnerait à ne plus être gouvernée par des Français. 5 millions de fonctionnaires, un chômage réel estimé à 20%, 1900 milliards de dette auxquels il faut ajouter les comptes sociaux (systématiquement en déficit) et les collectivités locales (communes, communautés de communes, départements, régions), une Education Nationale devenue un bateau ivre (je le sais : j'y travaille), une justice classée au dernier rang européen, une insécurité record au point que certains endroits sont interdits à la police, 200000 immigrés par an, une aggravation du déficit commercial qui ne le cède qu'à celle de la Grèce, des entreprises peu compétitives et qui commencent à avoir de sérieuses difficultés (y compris les fleurons comme PSA)... Y a pas à dire : on est en position de donner des leçons à ceux qui réussissent !

tirobut  a écrit le 12/06/2012 à 22:31 :

Enfin le vrai débat... Il est grand temps de refaire un noyau dur européen avec les 6 du départ. Ça fait près de 40 ans que l'Europe piétine, depuis que Pompidou a fait rentrer le loup dans la bergerie (je veux dire le Royaume uni) dans la CEE. Et que dire de l'élargissement à tout va, avec n'importe qui (on en paye les pots cassés avec la Grèce, le Portugal et l'Espagne,non?) sur la base d'un seul marché libéral.
IL FAUT FAIRE L'EUROPE POLITIQUE!!! en commençant par l'harmonisation budgétaire puis sociale. C'est notre seule façon de nous en sortir.
Vous verrez que si on commence, les autres viendront frapper à la porte tôt ou tard.

Onze  a écrit le 12/06/2012 à 21:02 :

Les réactions antiallemandes, les comparaisons avec Hilrler et le nazisme, donnent la nausée. Leurs auteurs ne veulent de l'Europe que si elle est Française. Ils ont la hargne du complexé et du raté jaloux du succès des autres.
Demandez donc aux Suisses Romands si ça les gêne d'être dans un pays à majorité germanique. Ils ne voudraient être Français à aucun prix.

arf  a répondu le 12/06/2012 à 21:17:

non c'est pas vrai, on adore les allemands et eux aussi nous adore, tout va bien, circulez il y a rien à voir.

Marc12  a répondu le 12/06/2012 à 23:04:

C'était quand même bien eux les nazis il me semble... Il nous a fallut trois guerres pour nous débarrasser du danger allemand, le réveil de la grande Allemagne ne peut pas être dissocié du passé de ce pays. Et les Suisses ont fait leur beurre comme jamais avec les nazis, s'ils y en a qui peuvent se taire pour toujours c'est bien eux !

réalité  a écrit le 12/06/2012 à 15:58 :

La méthode Allemande l europe que Hitler voulait se réalise par la voie du papier tue mouche et les pays tomberont a leurs pieds avec l accord de nos dirigeants d ou le titre la germination de l europe qui fait peur; n oublions pas que nos anciens se sont battus pour etre libre.

tout à fait  a répondu le 12/06/2012 à 17:30:

et pensez-y en consommant, achetez français plutôt qu'allemand

Licence to live  a écrit le 12/06/2012 à 15:52 :

Les allemands nous méprisent alors ostracisons les en Europe

lefranco  a écrit le 12/06/2012 à 15:49 :

l'état fédéral n'est pas possible,tous les états n'ont pas la même organisation des impôts et des lois du travail, c'est une utopie de vouloir fédérer des états qui fonctionnent de façons disparates ou cela sera toujours les mêmes qui paieront pour les cigales de l'Europe du sud, cela ne peut durer bien longtemps, ce qui est normal, c'est comme la France vouloir accueillir tous les ans plus de 200 000 mille émigrés, quand on a 5 millions de chômeurs et que la France a aussi un manque de 3 millions de logements, qu'une majorité de personnes ne peut plus se soigner, il faudrait que l'on soigne 200 000 émigrés gratis, quand la securité sociale est en déficit de plusieurs milliards, il faut réfléchir avant de faire n'importe quoi et comment, simplement pour se faire un électorat a bon compte sur le dos de la société

Excellent article  a écrit le 12/06/2012 à 15:34 :

Rien à dire: excellente analyse!
On attend les réponses et les réactions des autres membres de l'Union. La réponse fédérale est possible mais pas la seule, surtout si elle se fait sous l'égide et selon le modèle allemand. Il est temps qu'il y ait une réflexion de fond sur l'avenir de l'Europe, quitte à ce que cela prenne 20 ou 30 ans à se mettre en place. Mais il faut commencer, car l'évolution géopolitique et la mondialisation ne laisseront pas une nouvelle chance à l'Europe: le sursaut ou le déclin.

Pierre  a écrit le 12/06/2012 à 15:20 :

...pas peur du tout de la "germanisation"! il serait même grand temps d'arrêter les tergiversations et d'y aller franchement!

Laval  a répondu le 12/06/2012 à 16:42:

@Pierre... nom: Laval?

@ Pierre  a répondu le 12/06/2012 à 18:13:

en tout cas pas Pierre... Sudreau

Marc12  a répondu le 12/06/2012 à 23:05:

en tout cas Pierre pas français.

abo  a écrit le 12/06/2012 à 13:41 :

L'Allemagne a raison. La seule solution pour sauver l'euro est un état féderal européen. Si la France laisse ses émotions (on a peur de l'Allemagne!) emporter sa décision, la France va perdre.

PATRICE  a répondu le 09/03/2013 à 15:37:

non pas question d'une europe fédérale on en veux quelle le fassent chez dans son pays mais pas chez nous

Brodnik  a écrit le 12/06/2012 à 13:40 :

Le commentaire que j'ai posté hier vers 12 h a été censuré - sauf erreur de ma part -

Onze  a écrit le 12/06/2012 à 13:06 :

Mais elle ne fait pas peir du tout ! Elle est même souhaitée pour sortir notre pays de la médiocrité ! Un peu de logique: depuis des années tout le monde se plaint, y compris les socialistes, du manque de gouvernance européenne, alors mettons en place un pouvoir européen ! Et comme l'Allemagne est la première puissance d'Europe, il est normal qu'elle occuppe la première place. Ou alors reconnaissons que ces jérémiades sur l'absence de politique européenne ne sont que de la comédie.
Et sur le fond, la politique allemande a fait ses preuves, car elle a une santé économique éclatante. La France-cigale faisait jeu quasi égal avec l'Allemagne-fourmi après la réunification allemande qui lui a donné en héritage un pays en ruines. Trente ans après de politique plus ou moins socialiste, elle nous distance largement. Nous devrions en tirer des leçons plutôt que d'essayer d'en donner.

jelupa  a écrit le 12/06/2012 à 12:03 :

typique d'un article, où les propositions sont décriées mais absolument pas expliquées.

je comprend qu'il s'agirait de créer une nouvelle administration européenne d'une partie de la zone euro et qui aurait quoi pour compétences ?

Arabe  a écrit le 12/06/2012 à 11:56 :

Mais qu'es que les arabes vient foutre dans l'article ??? a part si l'effet sarko a bien laisser des traces ....

JULIEN  a écrit le 12/06/2012 à 0:09 :

La "germanisation" vous fait peur,en revanche,un autre phénomène,l'arabisation,pas du tout hein.Et perso,allez savoir pourquoi,je préfère le 1er.

Julienne  a répondu le 12/06/2012 à 7:59:

+ 1000

paul  a répondu le 12/06/2012 à 10:12:

Eh ben, ça réfléchis dur par ici.

Marc12  a répondu le 12/06/2012 à 23:06:

Ce qui me fait peur ce n'est ni l'un ni l'autre, c'est la stupidité.

Leyt  a répondu le 13/06/2012 à 11:33:

@Marc12
Votre commentaire est nul car vous n'apporter aucun argument contre ce que disait Julien. L'islamisation de l'Europe est une réalité, la germanisation est une vue de l'esprit!




Observateur européen  a écrit le 11/06/2012 à 21:03 :

Dès que quelque chose est proposée par Merkel (CDU) vous pouvez être sûrs qu'il y aura opposition par le SPD allemand, et les partis socialistes euorpéens. Si le SPD allemand était au pouvoir il aurait très probablement proposé la même chose que la CDU. Il faut rappeler que les grandes réformes économiques et sociales en Allemagne ont été le fait de Schroeder (SPD), avec son AGENDA 2010, ce qui devait lui coûter les élections nationales. C'est ce que les partis socialistes et socio-démocrates européens veulent oublier. Un exemple parmi d'autres d'une certaine hypocrisie :les Verts allemands qui sont dans l'opposition ont longtemps soutenu l'opposition populaire violente au projet Stuttgart 21, de la construction de la nouvelle gare à Stuttgart. Or les Verts ont délogé la CDU, lors d'élections régionales à Stuttgart. Une fois arrivés au pouvoir, l'opposition a cessé, et la gare est en train d'être construite!!
Quant à l'Union politique européenne, pendant longtemps ce sont les Français qui en ont parlé, depuis Delors, jusqu'à Sarkozy. Maintenant que ce sont les Allemands qui en parlent, les socialistes européens disent qu'il s'agit de la germanisation de l'EUrope. Il faudrait savoir.
Enfin on nous a longtemps dit en France, que l'acceptation de l'Euro par les Allemands, au moment de la chute du mur de Berlin, était une concession de leur part en contrepartie de l'acceptation française, sous Mitterrand de la réunification allemande. Maintenant on nous dit que ce sont les Allemands qui en profient le plus.
IL faudrait savoir! Ce genre de discours, ce n'est vraiment pas de la science exacte!!

no comment  a écrit le 11/06/2012 à 19:59 :

député Allemand, Volker Kauder (CDU): « Jetzt auf einmal wird in Europa Deutsch gesprochen! ».
traduction: "Tout à coup, l'Europe se met à parler allemand."
http://www.challenges.fr/economie/20111124.CHA7248/l-europe-a-l-heure-allemande.html

eurofederal  a écrit le 11/06/2012 à 17:54 :

Je trouve tout ce tintamare totalement contre productif. Nos dirigeants savent depuis les origines de la construction européenne que la "fédération" ou "confédération" est le seul modèle viable pour l'EU, du moins pour la zone euro. Quand nous avons décidé de créer l'euro, nous savions tous et toutes qu'il faudra tôt ou tard accepter le saut fédéral. Nous y sommes! Alors que faire? soit on ne fait rien et nous décidons que décidément nos différences sont trop grandes et nous laissons l'euro mourir, soit nous décidons que l'Europe bâtie depuis plus de 50 ans arrive à maturité et que le saut fédéral est le seul moyen d'exister à l'avenir...L'Allemagne ne fait que rappeler une vérité toute simple.....et si les autres, français en tête, acceptent mal cet état de fait, ils ne peuvent que s'en prendre à eux mêmes. Cela fait des années que nous refusons le débat et la pseudo constitution refusée en 2005 est après coup une bonne chose car c'était tout sauf une constitution. Nous devons nous ateler dare dare, avec tous les états de la zone euro à l'élaboration rapide d'un plan clair pour arriver dans , non pas 10 ou 20 ans à une Europe politique mais dans les 5 ans qui viennent. Tous devront faire des efforts en accetpant de perdre des pans entiers de souverainté car on ne peut pas avoir la prétention de partager une monnaie sans en calculer toutes les conséquences. demander aux uns de payer pour les autres n'esta cceptable que si nous sommes liés par un ciment fort ( constitution?). Que l'Allelmagne refuse dans l'état les eurobonds est cohérent; Qui dit dettes communes, dit ETAT FEDERAL.....lsi les français pensent qu'ils pourront encore une fois echapper à la discussion, ils se trompent. Ils feraient mieux de prendre les devants et créer les conditions de cette union.Politique avec nos 16 autres partenaires. Les anglais sont out, mais les membres restant voudront peut-être y adhérer un jour, donc il faudra laisser cette possibilité. les USA se sont faits d'Est et Ouest, d'abord 13 puis les 5O. chaque état ratifiant à son rythme la constitution. cela a mis du temps mais que les 17 commencent, me semble une bonne voie et initiative. Mais, ce nouveau traité ne doit pas être un couperet et il doit s'appliquer aux seuls états l'ayant ratifié, ôtant de ce fait tout droit de véto. si les anglais disent NO, eh, bien ils restent dehors, idem pour les autres! Voilà un projet qu'il faudra très rapidement mettre en oeuvre, sinon, je ne donne pas 1 année à l'euro et à peine plus à l'UE pour exploser!

phidias  a répondu le 11/06/2012 à 18:59:

D'accord avec vous. Mais il ne fallait pas mettre ce président "normal" en place. Tous ses projets sont soutendus par le financement allemand de la dépense française par les eurobonds. Il n'y a aucune chance que cela puisse fonctionner. L'Allemagne demande , avec raison, des économies structurelles, que les socialiste français refusent absolument. Explosion de l'Europe probable à court terme.

rb  a écrit le 11/06/2012 à 16:46 :

Ce n'est ps tant le leadership allemand qui fait peur,mais plutot leur rigiditee,le manque de communication,la stigmatisation des pays dits du sud(alors que l'aallemagne exporte a hauteur de 60% dans la zone euro et donc vers les mauvais eleves),et surtout le manque de democratie dans les institutions.Faire une europe politique implique que les citoyens puissent elire les technocrates de bruxelles et des diverses organisations europeenes,ce qui n'est pas le cas et ne le sera pas visiblement.A paritr de la on ne peut pas parler d'union politique,cette union n'en aurait que le nom et ressemblerait a une u(e)rss version neo liberal,qui finirait de la meme facon

reb  a répondu le 11/06/2012 à 18:25:

pour une Europe fédérale, l'Allemagne devrait accepter à se résoudre qu'il puisse y avoir au sein de l'UE des pays faibles qui n'exporte pas comme eux, des pays qui présentent un déficit. Mais comme cette Europe n'est pas une Europe des nations et que chaque pays défend ses propres intérêts, Allemagne en tête, l'UE est vouée à l'échec.

Européen  a écrit le 11/06/2012 à 14:44 :

Je propose que l'Allemagne émette l'idée que l'Allemagne elle-même sorte de l'Eurozone, cela mettra tout le monde d'accord: La France en tête des autres pays soi-disant européens promettront alors sans remords à leurs peuples des temps meilleurs grâce à encore plus de dette. Sous peu le poids de toutes ces dettes deviendra tellement insupportable que non seulement l'Euro succombera mais aussi les économies de ces pays sombreront dans le chaos. Vouloir depuis presque 60 ans une Europe des marchés libres ... va finir comme le système politique que l'Europe voulait banir: Le communisme. Alors je dis bonne chance Europe!

européen+  a répondu le 11/06/2012 à 14:59:

l'Allemagne ne sortira pas de l'Euro car elle a beaucoup à y perdre sinon cela fera longtemps qu'elle l'aurait déjà fait.

Européen  a répondu le 11/06/2012 à 16:42:

Sauf si tout le reste de l'Europe leur tombe dessus et leur reproche en permanence d'être le meilleur élève économique de l'Europe. Aux élections de 2013 le peuple allemand aura l'occasion de se faire entendre. Et de répondre aux peuples européens qui leur demandent de payer ... sans respecter la main qui tente de les aider. Pour un allemand, aider veut dire: "aider à t'en sortir toi même, pas aider à fonds perdus". Et il y du vrai dans cette vision de la vie ...

rb  a répondu le 11/06/2012 à 16:52:

La fin de l'europe commencera avec l'obligation allemande de son projet d'union politique,qui n'est en rien democratique,vu que l'on ne pourra toujours pas elire les technocrates.Les citoyens ne l'accepteront pas,tout comme la vision allemande(job a 1 euros,stagnation des salaires etcetc,sans parler du fait que l'allemgne n'agit que dans son inteet,et les pays tiers seront purges pour que l'allemagne continue a avoir une balance commerciale excedentaire)

C la fin d'un reve qui a echoue lorsque les hommes qui ont construit l'ue,n'ont mit qu'une monnaie,laissant le reste en jachere

a rb  a répondu le 11/06/2012 à 19:42:

bonne analyse, la fin de l'UE est proche. De toute façon être sous tutelle de Bruxelles (enfin de l'Allemagne, c'est du pareil au même) ce serait ce qui pourrait nous arriver de pire.

bibi  a écrit le 11/06/2012 à 14:30 :

Nous avons un train de retard sur l'Allemagne. Et cette journaliste découvre qu'il y a des cigales et une grosse fourmie.

Citoyen  a écrit le 11/06/2012 à 14:10 :

Madame Autret découvre (ou feint de découvrir) que l?Allemagne est désormais la puissance dominante de l?Union Européenne et de l?Eurozone. Cela fait déjà quelques années que cette situation s?exerce. Et que les chiffres parlent. Et que les réformes voulues et réalisées par la social-démocratie allemande marchent bien, si bien que l?Allemagne affiche une prospérité que les reste des Européens, sinon le reste des politiciens européens (y compris Swoboda), leur envie. Voilà les faits et la recette pour les reproduire. Alors, faire l?étonnée c?est un, peu exagéré. L?intérêt, involontraire, de cet article c?est qu?il montre à quel point les politiciens autres qu?allemands, mais pas les citoyens, ont du mal à accepter l?inéluctable c?est à dire le retour aux équilibres et, pour commencer, la réduction drastique de la dépense publique. Le choix n?existe plus, il s?agit de la seule feuille de route. Son refus entraînerait la ruine du pays qui s?y risquerait.

Bernier  a écrit le 11/06/2012 à 13:51 :

Peut etre que la methode "douce" va passer ..?..

stranger  a écrit le 11/06/2012 à 13:45 :

L'Allemagne va faire face à bien des difficultés et elle espère pouvoir cacher tout ça sous une union politique, diluer ses problèmes chez les autres, oh bien entendus, les problèmes allemands ne sont pas encore visibles pour certains et c'est pour cette raison que l'allemagne profite des propositions de François hollande pour glisser ses idées, François hollande a donné l'opportunité à l'allemagne de mettre en avant son "abandon de compétence" en gros la souveraineté mis dans les mains du leader de l'UE, donc oui, il y a de très bonne raison de ne pas vouloir être germaniser.

exact  a répondu le 11/06/2012 à 14:48:

tout à fait d'accord avec vous, l'Allemagne souhaite effectivement contrôler l'ensemble de l'union européenne grâce à l'union politique qui équivaut à une perte de la souveraineté des Etats européens.
Aujourd'hui, l'UE est en danger et ceci en bonne partie grâce à l'Allemagne qui a toujours été contre une mise en place de taxes douanières pour des produits venant de pays hors de l'EU. Tout cela, dans le but de préserver ses exportations vers ces pays la.

Snowkitesurf  a écrit le 11/06/2012 à 13:36 :

Il faut les comprendre les allemands !!!
Cela fait 3 semaines qu ils fêtent au champagne la victoire de la gauche en France !!!!
On a voté l anti compétitivité , le non travail par l assistanat ... L augmentation des heures supp , la création de postes de fonctionnaires ....
Ils sont tellement pliés de rire que forcément ils manquent un peu de recul sur les problèmes de l euro !
Mais ils ont le choix eux !!! Ils peuvent rester ou quitter l euro , le change de leur monnaie restera forte !! ( voir taux négatifs des taux d emprunts allemands pour preuve ).
On va rigoler nous aussi au matraquage d impôts qui va toucher les profs, employés des services publics... Et classe moyenne d ici 2 ans .
Mdr de les voir bientot en grève dans la rue contre le choix de leurs bulletins !!!

Bernier  a répondu le 11/06/2012 à 13:52:

+100. Les bisounours ne vont pas croire ce qu'il va leur arriver. La gauche, l'alliee "naturelle" des allemands.

aria  a répondu le 11/06/2012 à 13:53:

vous avez rien copmpris vous , plus de 50% des français ont demandé celà. Vox populi ..... tout le monde est content.

Licence to live  a répondu le 12/06/2012 à 15:32:

En fait il s'agissait de moins de 50% si vous enlevez les votes blancs (plus de 6% !)

draup  a écrit le 11/06/2012 à 13:27 :

En fait l'article ne tient que sur deux choses. La première est la "confidence" de M. Swodoba à Mme Autret. La deuxième est la "confidence" qu'aurait faite un élu portugais à M. Swodoba qui l'a rapporté à Mme Autret. C'est donc un article d'opinion (au mieux) et non pas d'information. D'autre part, si "l'info portugaise" était exacte, cela voudrait dire que le Portugal préfère la RPC à l'Europe mais s'il a besoin de pognon, c'est à l'UE qu'il va le demander.
La morale ? Il vaut mieux faire envie que pitié... mais méfions-nous des envieux !

splash  a écrit le 11/06/2012 à 12:58 :

Et La francisation ca fait peur a qui ? MDR. Critiquer c est facile mais jaloux des autres ça cest français !

Licence to live  a répondu le 12/06/2012 à 15:34:

On est jaloux de ceux qui trichent quand on respecte les règles, c'est humain !

PATRICE  a répondu le 09/03/2013 à 15:28:

qui respecte les régles personne et encore moins la merkel c'est une honte pour l'europe elle qui se prétend la prétresse du monde hitler avait le méme réve et merkel la aussi elle doit dégager de ça fonction elle rester trop longtemps au soleil

démocratie  a écrit le 11/06/2012 à 12:12 :

la germanisation de l'Europe fait peur ? à qui ? à ceux qui roulent en Mercedes, Audi, Porsche, VW, BMW ? à ceux qui en rêvent ? La germanisation de l'Europe est déjà en marche et largement acceptée. Pour ce qui est de la politique, l'Allemagne est bien plus démocratique qu'une France qui va donner 16 sièges à 5% des français et crache sur 14% de concitoyens.

peter888  a écrit le 11/06/2012 à 12:05 :

"En France, les gens préfèrent rouler allemand et dénigrent sans cesse ce qui est français..." si on avait des produits de qualité hormis le luxe ca serait bien sinon le rapport qualité/prix allemand est souvent bon - je pense qu il faudrait qu on se remette en cause - tout n est pas extra en France

Kosak  a répondu le 11/06/2012 à 12:15:

Bravo!

Hubert  a répondu le 11/06/2012 à 12:30:

Effectivement, les industriels français sont les premiers qui devraient se remettre en cause. Depuis la mise en place de l'euro en 2000, au lieu de chercher à améliorer la qualité de leurs produits afin de pouvoir produire en France, ils passent leur temps à courir après le low-cost en délocalisant à grande échelle. De leur côté, les industriels allemands ont compris que sur le low-cost ils n'avaient pas d'avenir car les coûts de production des pays à bas salaires sont imbattables, ils se concentrent donc sur les produits haut de gamme.

Gilburt  a répondu le 11/06/2012 à 12:30:

Votre bon sens est à saluer. Nous, français, devons nous regarder, faire notre examen de conscience, puis agir en conséquence. Critiquer les autres, les allemands en l?occurrence, vouloir les rendre responsables de nos maux, fait montre au minimum d'irréalisme. Il faut que notre pouvoir rose en est conscience.

Aria  a répondu le 11/06/2012 à 13:57:

au sujet de voitures , si vous avez un tres haut niveau de qualité , vous n'avez pas besoin d'un fort reseau support apres vente ; c'est ce que tous les constructeurs etrangers ont compris. D'où leur developpement à moindre coût sur les marchés US , ...etc

lolypop  a écrit le 11/06/2012 à 12:04 :

l?Allemagne affirme des prétentions hégémoniques certes, mais ne sont-elles pas justifiées ? La France n' a plus et n'aura jamais plus les moyens de rivaliser en puissance et elle doit accepter son sort en tâchant au mieux de ne pas s'attirer les foudres de son grand voisin.

Marc12  a répondu le 12/06/2012 à 23:07:

Votre commentaire donne une idée effrayante de vos pratiques sexuelles....

arianeg  a écrit le 11/06/2012 à 11:37 :

L´Allemagne est grande en Europe mais petite dans le monde et la tentation de devenir plus grande me semble réelle...la tentation de dominer est, me semble t´il, culturelle...la grandeur de l´Allemagne encore présente dans nos esprits et les mauvais souvenirs ressurgissent inévitablement...

Affirmer  a répondu le 11/06/2012 à 12:21:

Que de telles tentations sont culturelles est une porte amenant vers tous les dangers Monsieur.

Compétitivité  a écrit le 11/06/2012 à 11:10 :

Les Allemands sont plus compétitifs que les Français ? Au lieu de pleurnicher et de refuser l'obstacle des réformes indispensables, à nous de relever le défi et de rendre à la France sa compétitivité ! Au boulot, que diable !

compétitivité bis  a répondu le 11/06/2012 à 11:29:

sauf que les allemands privilégient le made in Germany dès qu'ils le peuvent.
Les allemands achètent en priorité allemand, les grandes entreprises (Bosch...)
sous-traitent à des PME allemandes. En France, les gens préfèrent rouler allemand et dénigrent sans cesse ce qui est français...

Kosak  a répondu le 11/06/2012 à 11:59:

Francais expatrié depuis pas mal d'année es Allemagne, je propose à competitivité bis d'arreter de dire n'importe quoi. Les Allemands sont beaucoup moins chauvins que le francais. Quand aux voitures Allemandes elles sont aujourd'hui à prix egal malheureusement souvent mieux que les francaises. Les Allemandspreferent les coreenes aux francaise. A votre avis pourquoi?

a kosak  a répondu le 11/06/2012 à 12:23:

parts de marchés voitures allemandes en Allemagne = 75 %
part de marchés voitures françaises en France = 50 %
sacré différence...
et je persiste à dire que les allemands sont plus nationalistes que nous français.

Kosak  a répondu le 11/06/2012 à 12:46:

non, ils font en ce moment des voitures avec un meilleur rapport qualité prix. Je suis bien placé pour en parler, je travaille dans cette industrie en expatrié en Allemagne.

a kosak  a répondu le 11/06/2012 à 13:38:

votre avis n'est pas neutre alors...
et arrêtez de dire que la qualité des voitures allemandes est meilleure,
c'est faux et même les chiffres de l'ADAC le confirme.

Kosak  a répondu le 11/06/2012 à 17:14:

non je ne suis pas neutre. Je regrette de voir les constructeurs Francais se faire doubler sur tous les marchés... pas qu'en Europe et pas que par les constructeur Allemands...

Respect  a répondu le 13/06/2012 à 9:59:

Que les constructeurs français respectent leurs clients ! C'est ainsi qu'ils gagneront des parts de marché partout dans le monde.

Jacques  a écrit le 11/06/2012 à 10:45 :

Merkel bluffe, et il est temps de la remettre à sa place.
Il suffirait de lui rappeler que si l'Allemagne continue d'être aussi agressive (notamment au plan commercial) et de faire cavalier seul, la seule solution pour les autres pays sera la fin de l'euro, et une dévaluation importante, qui réduiront à néant l'excédent commercial allemand. Elle s'est habituée à notre monarque déchu, véritable Pétain du 21ème siècle. Il est temps que nos dirigeants politiques lui rentrent dedans.

abo  a répondu le 12/06/2012 à 13:27:

C'est vous qui bluffez. La France a plus de perdre que l'Allemagne.

PATRICE  a répondu le 09/03/2013 à 16:20:

je suis d'accord avec jacques dans c'est propos bien au contraire la france n'a rien perdre mais tout a gagné part contre contre c'est l'inverse pour l'allemagne elle a tout perdre qu'a gagné elle perdra au niveau de la production instrielle elle perdra aussi sur l'emploi et la compétivité la facture va être salé pour les allemands vous verrez qui va rigolez

Gilburt  a écrit le 11/06/2012 à 10:38 :

A peine la vague rose installée en France, un certain journalisme n'a de cesse de réssusciter les vieux démons morts il y a près de 70 ans. Mittérand avait commencé à le faire dès 1989 en alléguant que la réunification allemande conduirait l'Europe sous le joug de Berlin. On vit que rien en était. Pourquoi recommencer aujourd'hui? Quel est l'intérêt du Ps sauf à offrir les justifications faciles à l'issue d'un combat qu'il sait avoir perdu d'avance : celui du redressement économique de notre pays? Non, ne nous laissons pas influencer par ces tendances ambivalentes qui ont pour conséquence d'opposer les peuples d'Europe au prétexte que l'Allemagne aurait pour but de dominer politiquement le continent. Alors que la position forte de cette dernière est essentiellement de nature économique, acquise par son travail et la rigueur de sa conduite. L'unification de l'Europe, seul moyen de ne pas revivre les tragédies de notre histoire récente, est impérative. Et impérativement politique. Car autrement, comment diriger de façon cohérente un continent de plus de 400 millions d'habitants au travers d'un monde en total changement? La condition sine qua none de cette unification est la mise en place d'un pouvoir politique démocatiquement élu au suffrage universel direct. C'est le moyen indispensable d'une unité politique obtenue, sinon par consensus, mais par consentement des peuples. Et non contre eux, ainsi qu'ils le ressentent avec les actuelles institutions européennes.

catrastooooofe  a écrit le 11/06/2012 à 10:20 :

je prefere l'imperialisme allemand à l'impérialisme islamique

dede  a répondu le 11/06/2012 à 12:12:

et moi la democratie europeenne

dede  a répondu le 11/06/2012 à 12:26:

dans le cas islamiste dans votre cas vous pensez, religieux ou financier?
j'ai l'impression que ce n'est pas clair dans votre tete

Jo  a écrit le 11/06/2012 à 10:10 :

l'allemagne est notre amie. l'amitié cela s'entretient ! S'il y a un ennemi il est plus difficile à cerner c'est la capitalisme, qui détruit la qualité de vie moyenne partout sur la planète. Et oh combien en Allemagne... Unissons nous avec nos amis pour trouver une autre voix !

ad  a répondu le 11/06/2012 à 11:15:

"l'allemagne est notre amie" = il y a qu'en France que nous entendons ce genre de discours; Outre-Rhin, la France est perçue comme un adversaire économique, qu'il faut battre, vous êtes vraiment naïfs de penser que ce sont nos amis.

nicolas11  a répondu le 11/06/2012 à 11:53:

Il y a encore beaucoup de chemin à faire avec des réactions comme la votre.

Kosak  a répondu le 11/06/2012 à 12:03:

N'importe quoi, ad

dede  a répondu le 11/06/2012 à 12:23:

notre amie tant que le pangermanisme ne se manifeste pas, aujourd'hui on peut se poser la question en regardant les comportements des gouvernants Allemand...

abo  a répondu le 12/06/2012 à 13:30:

@ad. Si l'Allemagne n'est pas un ami de la France, la France n'a aucun ami.

Kosak  a écrit le 11/06/2012 à 10:00 :

Cet article est dangereux. Si certaines idées présentées s'etablissent, nous mettrons en danger notre position de locomotive de l'Europe avec l'Allemagne! Le fait que la France ait perdu en competitivité n'est pas la faute de l'allemagne mais uniquement de la France. C'est toujours facile de rendre les autres responsables...

N'oublions pas qu'avec l'Europe et specialement avec l'Allemagne nous avons encore une chance de rester sur le devant de la scène. Le danger ne vient pas de l'Allemagne mais de l'Asie! Alors serons le coudes avec nos voisins et vive l'union politique!

Daffyduck  a répondu le 11/06/2012 à 10:22:

Le danger ne vient pas de l'Asie ou de l'Allemagne. Le danger c'est de ne pas reconnaître notre déni de la réalité.

france88  a répondu le 11/06/2012 à 10:23:

a bas l europe


jean  a répondu le 11/06/2012 à 12:31:

L'Allemagne est notre amie , mon dieu on court a la catastrophe avec hollande , que veut il ? une nouvelle guerre mondiale ? ... C'est facile de montrer les autres du doigts en disant que tout est de leur faute .

arf  a répondu le 11/06/2012 à 14:11:

toujours est-il que l'Allemagne refuse que l'Europe de mette en place des taxes douanières pour les produits venants hors de l'EU dans le seul but qu'ils puissent encore exporter leurs produits.

Kosak  a répondu le 11/06/2012 à 17:18:

Le protectionisme n'a jamais rien apporté. Souvenez vous des camescopes dans le années 80. Ce qu'il faut, c'est une industrie competitive. Ce qui manque, c'est une culture business chez nos elites. Les Allemands, Coreen, Américains ...etc n'ont pas cet handicap. Le probleme n'est pas chez nos voisins mais chez nous. Le protectionisme ne nous aidera pas.

mais  a répondu le 11/06/2012 à 18:13:

Les chinois, brésiliens, indiens,, américains, pratiquent le protectionnisme sauf l'Europe qui est une vraie passoire.
La balance commercial de l'Allemagne envers la Chine est largement déficitaire...
Allez m'expliquer comment concurrencer des pays dont les ouvriers travaillent pour 200 à 300 euros du mois?

balance  a répondu le 13/06/2012 à 9:56:

La balance commerciale de l'Allemagne avec la Chine est au contraire largement excédentaire. Répéter des mensonges ne crée pas la vérité.

@ balance  a répondu le 13/06/2012 à 16:44:

Berlin demande un ré-équilibrage des échanges, car ces dernières années c'est en faveur de la Chine que la balance commerciale a penché : ses exportations ont totalisé 55 milliards de dollars, alors que les exportations allemandes vers la Chine oscillaient autour 36 milliards.
http://www.arte.tv/fr/3312644,CmC=3328922.html

Der Ritter  a écrit le 11/06/2012 à 9:53 :

En Allemagne, il n'y a pas autant de familles monoparentales vivant sous perfusion des allocs, on investi plutôt dans une activité industrielle que dans un appartement de rapport, les Français sont plutôt adeptes de la rente immobilière.

Rose  a répondu le 13/06/2012 à 13:50:

Tiens donc!? alors que le profil type du bénéficiaire ALGII est justement une famille monoparentale?

iliad  a écrit le 11/06/2012 à 9:48 :

En lisant ces commentaires, il est marrant de constater que le nationalisme est aujourd'hui une valeur encore plus partagé par les gens de gauche que ceux de droite... La comparaison avec l'Allemagne de 1939 est tout de même un raccourci extrêmement choquant et démagogique.

Licence to live  a répondu le 11/06/2012 à 10:11:

Il faut se préparer à la guerre totale, ne vous en déplaise

Marc12  a répondu le 12/06/2012 à 23:08:

Choquant ? Vous n'avez pas les mêmes livre d'Histoire que nous...

halley  a écrit le 11/06/2012 à 9:35 :

Si la germanisation consiste à gérer ses comptes et ne pas dépenser plus que ce que l'on gagne, je ne vois pas ce qu'il y a de mal à cela. Pour l'instant les pays comme la France n'ont aucun modèle à opposer à celui des allemands, à part faire de la relance publique avec de l'argent que l'on a pas. Il n'y a pas photo !

claoude  a répondu le 11/06/2012 à 9:57:

très, très bien vu!!!
tous les pays d'europe devraient en être conscient, mais les problèmes actuels sont qu'aucun pays ne veut lâcher ses sacro-saints privilèges:...

bibi  a répondu le 11/06/2012 à 14:37:

Bonne analyse, mais nos politiques n'ont pas ce raisonnement, toujours plus d'état, les lobbys fonctionnaires .... résultat nous sommes largués économiquement, et bientôt nous n'auront plus droit au chapitre.

tarian  a écrit le 11/06/2012 à 9:20 :

Ces braves franchouillards qui hurlent au "retour du 4eme reich" et à "l'arrivée des Panzers et des casques à pointe" sont désolants de stupidité.

Les Allemands sont un peuple d'Europe, nos cousins germains voire nos frères pour une baonne partie des Francais. S'ils travaillent plus, et mieux, et sur des produits dont le monde à besoin, tant mieux pour eux, ils méritent d'être plus riches.

En plus, personne n'a forcé les Francais à voter Maastricht, Lisbonne et tutti quanti qui objectivement, livraient la France comme uine jolie et jeune mariée, grassouillette et féconde avec les pieds et poings liés aux affres de l'Union Européenne puis du mondialisme américano-chinois. Il fallait bien lire les petites lignes, bande d'incompétents.

En revanche, les 15% de "nouveaux francais issus des vagues récentes", que je ne nommerai pas par crainte de procès, eux sont chez vous, vivent de votre argent, brûlent vos villes, agressent vos filles et vos compagnes, mais eux, vous n'osez rien dire contre !
Ils sont bient plus nombreux en France que les Allemands n'ont jamais été au plus fort de WW1 et de WW2 ! Et vous persistez à baisser le regard quand vous les croisez dans la rue ou a à changer de troittoir ou de siège dans le métro. Bande de collabos.

Les vrais résistants d'aujourdhui sont ceux qui, tels De Gaulle, s'expatrient pour se préparer à la reconquête, ou ceux qui tels l'ORA puis les réseaux patriotes, cachent des mécaniques sous leur matelas pour le Grand Matin.

france88  a répondu le 11/06/2012 à 10:25:

jamais les allemands ne seront nos freres!! ils n ont en tete depuis tjrs que de mattre la main sur la France!!!

a france88  a répondu le 11/06/2012 à 14:13:

+1000, pas que la France, de dominer l'Europe

Marc12  a répondu le 12/06/2012 à 23:09:

C'est une évidence. Ce ne sont même pas des amis.

liberal  a écrit le 11/06/2012 à 9:12 :

Il appartient aux français et aux politiques d'engager les réformes indispensables pour redresser la compétitivité de la France. On ne peut reprocher aux allemands d'être responsables, vertueux, compétitifs, d'avoir 44% de fonctionnaires de moins que nous et 160 milliards de dépenses publiques en moins, d'avoir moins de 7% de demandeurs d'emplois et de fabriquer de bons produits. Nous n'avons qu'à en faire autant et aux politiques à proposer le bon chemin pour y parvenir!

sceptico  a répondu le 13/06/2012 à 1:13:

Demandez à votre patron de baisser votre salaire et d'augmenter votre temps de travail, je suis sûr qu'il sera d'accord et vous serez compétitif.
C'est facile d'être libéral quand on n'a rien à craindre pour son avenir, qu'on occupe un job intéressant et bien payé.
L'Allemagne doit en grande partie son succès au sacrifice des plus faibles avec 12 milions de travailleurs pauvres. La compétition par la régression sociale n'est pas la solutions et ce n'est pas comme cela que nous allons réussir la conversion écologique de l'économie . Vous avez aimé la crise financière, vous allez adorer la crise environnementale avec la raréfaction des ressources naturelles et le réchauffement climatique.

@sceptico  a répondu le 13/06/2012 à 9:54:

Mais qu'attendez-vous pour occuper un poste intéressant et bien payé ? Mettez-vous donc au travail plutôt que de jalouser vos voisins !

romain8  a écrit le 11/06/2012 à 9:10 :

Selon l'INSEE, la population de la France dépassera celle de l'Allemagne en 2035. Le temps que prennent place les futures institutions de cette "Europe féderale" il faudra au moins 20 ans. Donc cet article est nul et non avenu. La France n'a rien à craindre du poids démographique de l'Allemagne aujourd'hui. Je dirai meme que ce "plan allemand" est une chance incroyable pour la France de 2035.

Madria  a répondu le 11/06/2012 à 9:33:

Les prévisions sur 20 ans sont impossible à faire. La seule prévision juste que je connaisse est celle de l'effondrement de l'URSS par Emannuel Todd (bien que je ne partage pas toutes ses opinions).

bibi  a répondu le 11/06/2012 à 14:40:

Rapport de l'insee fait pour rassurer les politiques français.

JB38  a écrit le 11/06/2012 à 8:52 :

Sarkozy out, Merkel a besoin de rester sur le devant de la scène. Il lui faut gagner les élections pour son parti la CDU et rester au pouvoir. C'est la seule raison de sa proposition. Elle n'a aucun intérêt à une germanisation rampante de l'Europe, a trop s'y essayer, elle casserait le jouet qui a permit à l'Allemagne d'être ce qu'elle est devenue.

JB38  a écrit le 11/06/2012 à 8:52 :

Sarkozy out, Merkel a besoin de rester sur le devant de la scène. Il lui faut gagner les élections pour son parti la CDU et rester au pouvoir. C'est la seule raison de sa proposition. Elle n'a aucun intérêt à une germanisation rampante de l'Europe, a trop s'y essayer, elle casserait le jouet qui a permit à l'Allemagne d'être ce qu'elle est devenue.

PATRICE  a répondu le 09/03/2013 à 16:31:

elle va se faire balayé en septembre 2013

DEUFRA2011  a écrit le 11/06/2012 à 8:50 :

Mes chers amis de France. Beaucoup de ces commentaires me font vraiment peur. Le marché allemand est un des plus ouvert à la concurrence, mais dans des domaines comme l'énergie, la poste, les trains etc. Quand on ouvre les frontiéres, qui gagne plus de possibilités commerciales, l'ndustrie du petit pays ou du grand pays. Le Néerlandais se défendent très bien en Europe.
Si les Grecques mangent des tomates Hollandaises maintenant est-ce la faute des Grecques ou des Hollandais? Il n'ya pas seulement les Francais qui preférent les voitures Allemandes. Il y a aussi les Chinois, les Americains. L'Allemagne est un petit pays et en aucun cas ils ont la force ni l'intention de dominer le monde. La seule chose est qu'ils produisent des bons produits que le monde veut bien leurs acheter. Ou est le crime? Tout le monde est bien libre de rentrer dans l'arène de la concurrence, s'il a le courage et les moyens de se battre dans une libre concurrence.

@DEUFRA2011  a répondu le 11/06/2012 à 9:39:

... inutile de vous fatiguer. La France n'est toujours pas entrée dans le XXIe siècle. Il n'y a qu'à voir les commentaires et les insultes qui fusent à base de "salauds de communistes" contre "pourris de fascistes". La France est restée bloquée en 1950...

dede  a répondu le 11/06/2012 à 12:19:

Eh oui, tendance marxiste ou tendance liberal, là est la question?

bibi  a répondu le 11/06/2012 à 14:42:

La France est très loin du vrai libéralisme, en fait c'est un pays très conservateur, bloqué par de nombreux corporatismes et surtout dans l'impossibilité de se réformer.NS en a fait les frais.

NS  a répondu le 12/06/2012 à 9:07:

NS a montré qu'il était un socialiste de conviction. Tant pis pour lui (et pour nous) !

Gazeleau  a écrit le 11/06/2012 à 8:49 :

On parle de germanisation ou de Merkelisation ? Parce que je ne pense pas que ce soit la même chose.

pss  a répondu le 11/06/2012 à 10:54:

les 2 sont pareils, Merkel suit l'opinion publique et les allemands souhaitent ça.

Der Ritter Cavaliere  a écrit le 11/06/2012 à 8:43 :

J'espère que les régions Alsace, Franche Comté et Savoie seront les premières à se germaniser et à considérer l'Allemagne comme leur Vaterland

fre  a répondu le 11/06/2012 à 10:40:

et pourquoi devrions-nous nous germaniser? d'où vous vient ce genre d'idées?

Henri  a répondu le 11/06/2012 à 13:39:

De Siegmaringen en 45...

Alsacien  a répondu le 12/06/2012 à 0:02:

@Fre

Pour votre information, l'Alsace est germanique depuis au moins 1500 ans...

alsacien+  a répondu le 12/06/2012 à 10:40:

je suis français et pas un boche.

Alsacien  a répondu le 12/06/2012 à 12:59:

C'est quand même incroyable ces Alsaciens qui ont un tel complexe d'infériorité vis-à-vis des Français de l'intérieur qu'ils en viennent à devenir les pires racistes anti-allemands alors qu'eux-mêmes ont un nom germanique et parlent l'Elsässerdeutsch. C'est à cause de la stupidité de gens de votre espèce que l'Alsace est la vache à lait de la France depuis 1919. On les traite comme les derniers des colonisés, et ils en redemandent...

Licence to live  a répondu le 12/06/2012 à 15:40:

Les vaches alsaciennes ne sont pas réputées pour leur lait...

alsacien +  a répondu le 12/06/2012 à 17:38:

mes grand-parents ont été obligés de quitter l'Alsace à cause de la germanisation de par les nazis. Si vous aimez tellement les allemands vous n'avez qu'à y habiter.
Et j'ai aucun complexe d'infériorité par rapport à un autre français puisque je suis français. Nous sommes en 2012, mon cher Elsässer!

Alsacien  a répondu le 12/06/2012 à 18:24:

Mes grands-parents ont aussi souffert des nazis, figurez-vous, mais pas de la germanisation de l'Alsace, puisque elle était DEJA germanique.

alsacien +  a répondu le 12/06/2012 à 18:40:

achetez-vous d'urgence un livre sur l'histoire de l'Alsace...
je vous conseille celui de Jean-Laurent Vonau : "le Gauleiter Wagner,
Le bourreau de l'Alsace" qui retrace les heures sombres de l'Alsace pendant la seconde guerre mondiale ainsi que la germanisation de celle-ci en 1940.

Alsacien  a répondu le 12/06/2012 à 19:54:

De votre côté, achetez-vous un dictionnaire, pour connaître la différence entre "nazification" et "germanisation". L'Alsace, germanisée en 1940? Strasbourg s'appelait "La Ville de Routes", auparavant? Le vrai nom d'Albert Schweitzer était Albert LeSuisse?

LOL  a répondu le 12/06/2012 à 20:47:

Le Gauleiter Robert Wagner s?était engagé auprès de Hitler à « germaniser l?Alsace en moins de cinq ans ». Ci-joint un lien = http://www.nithart.com/alsa1940.htm



Alsacien  a répondu le 13/06/2012 à 10:30:

Vous avez donc la même conception de la "germanisation" que les nazis? Oui, ils ont germanisé quelques rares noms français. La belle affaire! Les Français ont changé Schlettstadt en Sélestat, Mülhausen en Mulhouse, Strassburg en Strasbourg, ils ont interdit la presse en allemand et aux enfants de parler leurs langue maternelle à l'école...Mais tout cela, vous le savez, votre racisme vous empêche simplement d'admettre la réalité, à savoir que l'Alsace est de culture germanique (de moins en moins, je vous l?accorde, à cause de révisionnistes tels que vous).

Alsacien +  a répondu le 13/06/2012 à 10:59:

Bref, si vous êtes nostalgique de cette époque, je vous invite à traverser le Rhin et d'y retrouver vos copains germains. Vous vous y sentirez sans doute plus à l'aise qu'en France.

Alsacien  a répondu le 14/06/2012 à 8:15:

C'est vous qui êtes nostalgique, nostalgique de l'époque de la Terreur où parler alsacien était tenu pour "haine de la République". Je vous invite à traverser les Vosges et à retrouver vos copains nationalistes. Laissez l'Alsace qui est une terre de tolérance et ouverte à ses voisins européens.

Alsacien +  a répondu le 14/06/2012 à 11:50:

la France est mon pays et l'Alsace ma région.
Et normalement entre alsaciens on est solidaire-)
Moch's gut.

Der Ritter Cavaliere  a écrit le 11/06/2012 à 8:41 :

Pour moi, c'est la seule solution, l'Allemagne incarne le succès, son influence culturelle doit se calquer sur sa puissance économique. Il serait temps d'imposer l'allemand comme langue européenne et couplé à l'anglais. Les pays du sud, la France méditerranéenne ne seront que l'arrière cour touristique et de distraction, rien de sérieux.

c'est tout  a répondu le 11/06/2012 à 8:55:

heil !!!!!!!!

DEUFRA2011  a écrit le 11/06/2012 à 8:30 :

La France doit bientot demanteler plus que 50 centrales atomiques. Bonjours les dégats! Faudrait commencer à mettre de l'argent de cotée pour cette entreprise. Cela prend jusqu'à 40 ans chacune! Et: ce ne sont quand même pas les Allemands qui les ont construit.

toccata  a écrit le 11/06/2012 à 8:26 :

Merkel ne fait rien d'autre que d'orienter l'Europe vers une Swizterlandisation, bref, un contrôle rigoureux de la dépense publique. La "germanisation de l'Europe" n'est qu'un procès d'intention, et il n'est pas surprennant que cela sorte de la bouche d'un socialiste.

lemans  a écrit le 11/06/2012 à 8:20 :

Esperons que cette germanisation mettra un peu de plomb dans les dirigents Francais qui mettent la France en faillite.

pasquedubien  a écrit le 11/06/2012 à 8:12 :

Même si Angela était battue aux prochaines élections...la suprématie allemande est inélucdable... de droite ou de gauche, un allemand est d' abord un allemand, et toutes les ruses et astuces, et magouilees socialo - communistes - syndicalo françaises n' y changeront rien

Philippe 1968  a écrit le 11/06/2012 à 7:01 :

Madame Autret il faudrait aussi poser la question la plus importante : si une union fiscale et politique était élaboré Par les gouverments elle devrait être ratifié par un référendum
À moins que vous ne pensiez qu on peut enlever de la souveraineté aux peuples sans leur demander leur avis

Référendum  a répondu le 12/06/2012 à 9:05:

Oui pour un référendum, mais unique, à l'échelle de toute la population européenne, et non plus dans chaque pays. Voilà qui donnera sa légitimité politique à l'union.

eurofederal  a écrit le 11/06/2012 à 6:44 :

Tiens, tiens, mon post a été censuré..... trop pro-européen et allemand? Aurais-je dit des choses qui ne plaisent pas à certains???? Hélas, la France est le vrai frein à l'EU politique..... les presque 20% de MLP et Mélenchon le prouve....Nous n'avons que ce que nous méritons. Après le Non de Mitterrand à lamers-Schaüble voilà 20 ans, voici le NON de Hollande à Mme Merkel? Toujours cette peur visérale de notre alllié, ami et vosin? peur d'être "inférieur" économiquement? Na, Ja!

Philippe1968  a répondu le 11/06/2012 à 6:56:

Posez vous la question
L union politique qui signifie perte de souveraineté ne peut se faire qu avec un référendum

@Philippe1968  a répondu le 11/06/2012 à 9:44:

... Vous me faites rire ! Avec 80% des textes votés à l'AN issus de l'Europe, de quelle souveraineté parlez-vous ? Il faudrait un jour que les français acceptent de regarder les choses en face. En tant que pays, la France est devenu un nain politique avec ces malheureux 65 millions d'habitants et son économie à tout petit potentiel de croissance. L'important n'est pas d'assurer l'avenir de la France en tant que tel, mais le bien-être de ses habitants. Si cela la France se fondre dans un ensemble plus grand, je ne vois pas où est le problème...

a eurofédéral  a répondu le 11/06/2012 à 11:10:

ce n'est pas pour autant que l'Allemagne doit décider de tout en Europe et y faire comme bon il leur semble. Si les allemands exportent autant c'est grâce aux pays européens et la France est leur premier partenaire commercial.

eurofederal  a répondu le 11/06/2012 à 17:59:

cela n'a aucun rapport avec l'Union Politique....soit on accepte le saut fédéral, soit l'EU cesse d'exister... c'est aussi simple que cela. les plus gros perdants ne sera pas l'Alemagne mais les autres....l'Allemagne a un poids économique sans pareil, les autres ....Quant à savoir comment faire cette EU fédérale, il ne tient qu'aux français de proposer une architecture viable.... mais je vois difficilement ce que la France puorrait proposer d'ailleurs... nous avons plusieurs sytèmes dont nous pouvons nous inspirer.... Autriche, Allemagne, Suisse, canada, USA, Australie, Inde.....faut-il encore le vouloir....

Licence to live  a répondu le 12/06/2012 à 15:44:

Surtout pas l'Espagne... (la Suisse est une confédération)

dd  a écrit le 11/06/2012 à 6:13 :

Tres bon article de fond.
Ah!!La Grande Allemagne est de retour et commencent à poindre du nez ses ambitions.....
Restent en dehors et au dessus du lot l Angleterre, comme d habitude, nation souveraine et pas si seule que ça...Remember the Commonwealth....

Madrai  a répondu le 11/06/2012 à 9:39:

Très sincèrement, j'envisage de rejoindre nos cousins de la Perfide Albion...

xavier-marc  a écrit le 11/06/2012 à 3:46 :

Les gens commencent à se rendre compte des dégâts occasionnés par l'ère Mitterand Chirac puis Sarkozy dans nos relations internationales, ils ont lâché toute l'europe de l'est , toute cette europe francophone, dont les poids lourds pologne et roumanie.
Mitterand avait dit au début des années 80 que la françafrique n'existait plus, la francophonie aussi disparaissait.
Cette europe francophone aurait pesé autant que l'europe germanique, d'autant que nous aurions eu aussi le maghreb et une partie de l'afrique en alliés, mais maintenant, il ne reste rien, strictement rien, la France a été détruite, l'idée france a été détruite méticuleusement par une sorte de repli identitaire orchestré par les américains qui ne voulaient pas de rival, la France des rois et d'après 1789 n'avait pas de frontières, elle était comme Rome, construisant patiemment son influence pour absorber petit à petit d'autres états( même s'ils restaient théoriquement indépendants, ils suivaient la france), la CEE à ses origines n'était que la réminiscence de l'empire carolingien, et Paris le centre, ce projet d'une europe fédérale autour de la France n'a jamais persévéré, nos dirigeants y mettant des bâtons dans les roues.
Avons nous vu nos chef d'états aller dans tous ces pays francophones d'europe ? aller développer la francophonie et nos liens avec eux ? non, ils préféraient aller toucher des chèques et se pavaner dans des pays pétroliers.
Historiquement, depuis de Gaulle, il n'y a eu aucun chef d'état en france, juste des fonctionnaires, banquiers, avocats, enfin donc rien.
L'allemagne n'est même pas une menace, leur population est paupérisée autant sinon plus que celle de la France, leur économie dépend entièrement des pays de l'est et de l'économie mondiale( ils perdent 8%PIB/an en cas de nouvelle crise), ils ont une balance commerciale excédentaire par manque d'importations car ils ne construisent plus rien chez eux c'est le désert démographique qui avance avec ses conséquences sur le manque d'investissements en infrastructures, leur chômage est du même niveau que le notre, il est juste calculé différemment; si l'allemagne est tant montrée aujourd'hui c'est par l'absence totale d'autre leader, une sorte de victoire par défaut de concurrent.
Réveillez-vous français ! l'europe est là, elle n'attend que vous.
Impossible n'est pas français !

X  a répondu le 11/06/2012 à 9:46:

"ils ont une balance commerciale excédentaire par manque d'importations car ils ne construisent plus rien chez eux " ... En théorie si ils ne construisent plus rien chez eux, ils devraient bien l'importer ...

Licence to live  a répondu le 11/06/2012 à 10:14:

En théorie seulement car le made in Germany est bien souvent du made in Europe de l'est maquillé...

lucidité  a écrit le 11/06/2012 à 1:08 :

Les allemands récoltent les fruits des réformes audacieuses qu'ils ont lancées il y a plus de dix ans (chez eux, on ne croit pas qu'un simple élan d'optimisme suffise à régler des problèmes structurels), et après avoir absorbé un pays socialiste qui leur a coûté les yeux de la tête, tout en poursuivant la construction Européenne. Ils ont réussi ces deux prouesses en ayant en 2011 des comptes presque à l'équilibre, un déficit en baisse et des exportations en hausse. Notre beau pays était exportateur net encore au début de la décennie 2000, et avait toutes les cartes pour réussir... Cherchez l'erreur. On remerciera les allemands dans quinze ans quand ils auront restructuré l'Europe. Si on s'en inspire et que chacun se met au boulot, et surtout qu'on fait comprendre aux gens qu'il faut travailler pour vivre, le pays sortira du marasme....

lofo  a répondu le 11/06/2012 à 4:06:

Vous oubliez que au début des année 2000 la monnaie de la France était le franc, et qu'elle avait donc le contrôle de sa monnaie et de ses taux d?intérêt. Ensuite l'euro a été adopter en étant calquer sur le mark, la monnaie allemande. C'est l'euro qui a plomber les exportations française. Et c'est l'euro qui a permit a Allemagne de prospéré et donc a eu moin besoin de s'endetter. L'euro a été adopté trop tôt alors que tout les pays de la zone euro n'avais pas le même niveau.

Réformes  a répondu le 12/06/2012 à 9:03:

Ce n'est pas l'euro mais les réformes courageuses qui ont fait la prospérité de l'Allemagne. Arrêtons de pleurnicher, abandonnons notre modèle social suicidaire et faisons les mêmes réformes !

Spaghetti splash  a écrit le 11/06/2012 à 0:29 :

Les allemands craignent les francais, meprisent les grecs, utilisent les italiens, vont en vacances en espagne.

Henri Pierre Mathieu  a répondu le 11/06/2012 à 0:57:

Personne ne craint les français.
L'Allemagne domine l'Europe depuis 1870, l'affaiblissement anglo-saxon actuel, lui ouvre un boulevard pour faire de l'UE un IVème Reich.
Personne ne se dressera contre elle cette fois-ci.

à spaghetti  a répondu le 11/06/2012 à 11:50:

pour avoir travaillé en Allemagne, je peux vous affirmer que les allemands ne méprisent pas que les grecs mais ils nous méprisent aussi...
pour un allemand, seul l'Allemagne compte, l'Europe sert pour eux à exporter leur marchandise.

Kosak  a répondu le 11/06/2012 à 12:11:

à spaghetti: je ne sais pas ou vous avez travaillé et qu'es ce qui vous à rendu si agressif vis à vis de nos voisins.

Je suis expatrié en Allemagne depuis des années et je n'ai jamais été confronté soit sur le plan privé, soit sur le plan professionnel, à de la crainte ou du mépris. Bien au contraire: les Allemand aprécient les francais. Se sont souvent les francais qui ne le leur rendent pas...

a kosak  a répondu le 11/06/2012 à 13:59:

tant mieux si cela se passe bien pour vous, après tout va dépendre aussi de l'endroit ou vous habitez... un berlinois n'a pas la même mentalité qu'un habitant du Bade-Wurtemberg par ex.

kosak  a répondu le 11/06/2012 à 17:33:

donc on ne devrait pas généraliser.

Il Y'a aussi des racistes en France. Cela ne veut pas dire que tous les Francais sont raciste...

eurofederal  a répondu le 11/06/2012 à 18:01:

Que cela fleure "bon" l'anti germanisme primaire..... Mon Dieu, et nous voudrions faire une Union fédérale? Avec des français pareils, pas étonnant des scores de certains partis extrèmes.........

a eurofédéral  a répondu le 11/06/2012 à 19:11:

savez-vous au moins qu'en Allemagne, il y a la préférence nationale à l'embauche,
ah tiens, c'est dans le programme du FN, un parti d'extrème-droite...

Arte ce soir  a écrit le 11/06/2012 à 0:16 :

Emission sur l'entre 2 guerres sur Arte ce soir, que je n'avais jamais vu en Histoire et qui m'a effrayé...
Et à lire les commentaires, la peur de l'Allemagne est de retour. et ce pays fait apparemment tout pour. On dirait qu'ils n'apprennent rien, et nous non plus. Que Merkel baisse son excédent commercial, et ait un peu de diplomatie et de compréhension avant de vouloir mettre un peuple à la rue pour sauver sa peau.
Et que les jeunes Allemands voyagent en Europe (pour 10 Anglais Erasmus croisés, même pas 1 Allemands), s'ouvrent à l'Europe, aux autres, qu'un vrai échange ait lieu.

georges  a répondu le 11/06/2012 à 12:03:

je bosse en Allemagne et ce que vous dîtes est malheureusement véridique; ce sont des gens très repliés sur eux-mêmes avec très peu d'ouvertures d'esprits.
Il sont très nationalistes, dénigrent ce qui n'est pas allemand, méprisent les autres nationalités européennes. Même les générations plus jeunes n'ont guère évolués par rapport à leur aîné; le "Deutschland über alles" est encore très présent dans leurs esprits. Le français pense que nous sommes tous européens, un allemand pense d'abord à l'Allemagne et pense ensuite à l'Europe pour pouvoir y exporter des produits allemands.

phidias  a écrit le 11/06/2012 à 0:04 :

Si l'Allemagne fait peur aux bisounours, alors il faut qu'ils essayent de s'en passer, en faisant l'Europe des minables. Ce serait sans contraintes, juste entre ratés pauvres,, mais ils seraient entre eux. Il parait que cela réchauffe de se serrer les uns contre les autres. C'est peut-être ça le changement maintenant du président "normal". Fernand Reynaud avait un sketch qui disait à peu près ceci, :" un type pas de chez nous, il pensait pas comme nous, on l'a fait partir, maintenant on n'a plus de pain, il était boulanger". Des pauvres cloches déjà.

zoub  a écrit le 10/06/2012 à 23:41 :

je suis allemand et je suis entierement d'accord avec l'article.

l'allemagne a profite et profite de l'europe bien plus que les autres pays.

70% de l'excedent commerciale est fait avec les pays membres.

les produits agricoles allemand sont moins cher que les memes produits français, pourquoi? Parce que l'allemagne utilise de la main d'oeuvre pas cher, car il paye les travailleurs (saisonniers) des pays CEE a leur tarif nationaux respective..

Ceci au point que la grece a besoin de l'allemagne pour se nourrir. Toutes les produits agricoles sont importé en greçe par l'allemagne ou par le biais de l'allemagne.

Et c'est pareil pour enormement des produits.


a zoub  a répondu le 11/06/2012 à 12:26:

merci pour votre franchise...

Germanophobie  a écrit le 10/06/2012 à 23:17 :

La germanophobie est le nouvel eldorado démagogique des socialistes, pour expliquer pourquoi le monde réel refuse obstinément de se plier à leur idéologie. Les socialistes collectivistes sont toujours à la recherche d'un bouc émissaire (riche, banquier, étranger ou immigré selon leur tendance nationaliste brune ou internationaliste rouge) et persistent à ne pas assumer les conséquences inéluctables de leurs politiques néfastes.

Truk  a répondu le 10/06/2012 à 23:29:

La couardise se cache toujours derrière le combat devant l'intolérance. La Germanophobie n'est pas en cause : ce qui est en cause, c'est l'agressivité allemande devant laquelle se couchent tous les peureux. L'Allemagne a choisi une politique mercantiliste agressive pour tuer, grâce à la fixation des parités monétaire (aka "l'Euro") ses concurrents français et italien. Bien joué de sa part. Mais il faudrait maintenant réagir et arrêter de lui faire des courbettes. L'Allemagne sans l'Euro, c'est un pays qui ne fera pas d'excédents commerciaux sur le reste de l'UEM. Et sans excédents commerciaux sur le reste de l'UEM, elle redeviendrait déficitaire, comme durant les années 1990. Et une Allemagne déficitaire serait en récession dans les deux ans, ce qui ajouté à sa démographie, en ferait un nouveau Japon... autre pays agressif commercialement et qui n'a pas fini d'en payer le prix.

@ Truk  a répondu le 11/06/2012 à 9:51:

Et pourtant, je suis persuadé que vous avez voté pour cette Europe en 1992 avec l'approbation du Traité de Maastricht, qui est l'acte fondateur de l'Europe d'aujourd'hui, et non le traité de Lisbonne, comme certains essaient de nous le faire croire maintenant.

Kévin  a écrit le 10/06/2012 à 23:03 :

Dites donc, vous foulez aux pieds l'opinion publique française qui applaudit la performance allemande et jette aux oubliettes les faibles politiciens français qui ne savent faire que mensonges, effets de manche et faux engagements.

anfr  a écrit le 10/06/2012 à 22:50 :

je comprends mieux maintenant pourquoi ma grand-mère les détestait tant!

cdg  a écrit le 10/06/2012 à 22:39 :

C est un peu de la germanophobie. Les allemands pointent l annomalie qui fait que les petits pays ont un poids superieux aux gros. Ou est le probleme ?
Serait on d accord si le gouvernement la france etait bloque par l alliance de la corse et de la creuse ?
Quant au fait que l UE profite aux allemands car ca leur cree un marche, c est un peu specieux comme argument. apres tout les entreprises francaises ou greques auraient aussi pu profiter de l UE. Si elles ne sont pas capable de le faire, c est pas la faute de l allemagne (dans le cas de la france, c est quand meme surtout a cause de notre incapacite a depasser un modele social basé sur la confrontation et la soumission du plus faible (que ca soit entre clients/fournisseurs ou entre employes/patrons)

Truk  a répondu le 10/06/2012 à 22:50:

Non cdg, les entreprises françaises, italiennes ou grecques ne pouvaient pas profiter de l'Euro. Il faut comprendre qu'à partir du moment où vous figez les parités monétaires avec un concurrent plus productif que vous, vous êtes mort. Car vous perdez tout moyen d'investir assez pour regagner la compétitivité perdue. C'est mathématique. C'était la critique des économistes sérieux sur l'Euro il y a quinze à vingt ans. Hélas, ils avaient raison : les forts ont été renforcés, les faibles affaiblis.

ds  a répondu le 10/06/2012 à 22:55:

non non, c'est pas de la germanophobie, je pense que vous ne connaissez pas la mentalité allemande

CQFD  a répondu le 10/06/2012 à 23:07:

Votre analyse est tout aussi légère que naïve. Les allemands ont activement déclarer la guerre économique au reste de l'Europe depuis exactement 23 ans et nous n'en sommes qu'au début. Ils n'ont aucun respect pour aucun autre des peuples d'Europe. C'est un danger fort pour la stabilité de la future UE. Qu'une grande partie les français continue benoitement de surconsommer allemand. Les allemands eux ont la ferme intention de continuer d'imposer leur propagande au travers de la presse, la politique et l'économie. Puisse les plus naïfs des français se souvenir de penser à la bétise de leurs comportements et de leur vision le jour prochain où il sera trop tard.

arf  a répondu le 10/06/2012 à 23:59:

bonne analyse CQFD, il faut effectivement que les français cessent de surconsommer les produits made in Deutschland!!
les voitures françaises sont aussi fiables que les leurs, moins cher à l'achat et à l'entretien.

cdg  a écrit le 10/06/2012 à 22:35 :

je pense que Mme Autret ne connais pas l autriche, pas plus que son interlocutrice francaise au parlement europeen. Les autrichiens n aiment pas qu on les confondent avec des allemands.

hectopascal  a écrit le 10/06/2012 à 22:29 :

La France connait mal l'Allemagne et la mentalite structuree de ce peuple . Depuis 1870 a nos jours trois guerres ont ete perdues par la France, malgre ca beaucoup de specialistes ne voient pas le danger economique devant nous.Les allemands n'ont que du respect devant les nations fortes: Chine ,USA Russie Japon et autres il faut le comprendre ils n'ont aucune sympathie pour les francais mais respctent les anglais.Nous perdront la guerre (economique) dans tres peu de temps.Mitterrand,Giscard, chirac, Sarko, Hollande ..des presidents sans carisme qui mettent leurs compatriotes en danger face au pragmatisme germanique.

sd  a répondu le 10/06/2012 à 22:38:

les allemands que je connais bien nous méprisent et comme vous le dîtes si bien, s'ils peuvent nous battre une 4ème fois, ils vont le faire sans aucun scrupules.

Truk  a répondu le 10/06/2012 à 22:38:

Euh, nous avons perdu 1870 et 1939, mais pas 1918 : victoire à la pirhus, certes, mais victoire tout de même. Pour le reste, vous mettez dans le mille : pendant que Mitterrand, grabataire, parlait d'Europe, Kohl mettait le feu en Yougoslavie, faisait la réunification et parlait la voix pleine d'émotion du traité de Rapallo...

Squer  a écrit le 10/06/2012 à 21:45 :

C'est plutot une bonne nouvelle, l'allemagne pourra peut etre nous sauver du cancer neo socialiste. De toutes facons sinon on est cuit

Truk  a répondu le 10/06/2012 à 22:24:

Ce genre de commentaires, on les entendait en 1939, quand certains se réjouissaient que l'Allemagne mette fin au laisser-aller du Front Populaire (déjà parti cela étant). Horrible d'avoir à entendre cela de nos jours. Si vous n'aimez pas votre pays, quittez-le sagement : nous n'avons pas besoin d'ennemis de l'intérieur, qui ne pensent qu'à imiter leurs voisins. Si vous aimez tant l'Allemagne, allez-y. Nous ne vous retiendrons pas et vous souhaiterons de bien vous y plaire.

v  a répondu le 10/06/2012 à 22:24:

collabo

stopaunaze  a répondu le 11/06/2012 à 0:18:

La musulmanisation de l?Europe elle...ne vous ennuie donc pas?
Par contre je traverserai plutôt le Rhin que la méditerranée pour y vivre pas vous?

Pff BOBO

Marc12  a répondu le 12/06/2012 à 23:14:

Pas moi. Certainement pas. Vous n'avez jamais vécu en Allemagne, vous ne vous rendez pas compte...

bellini  a écrit le 10/06/2012 à 21:21 :

Hitler aussi parlait d'Europe. L'Allemagne n'a jamais été un état nation. Elle s'est toujours vu en état empire...pour le pire.

ns  a répondu le 10/06/2012 à 22:28:

heureusement que nous avons la bombe atomique!

churchill  a écrit le 10/06/2012 à 21:20 :

tt le monde s'est assis sur lisbonne qui prevoyait rigueur et croissance!!! a commencer par les francais, et en rigolant svp, quand bayrou et peyrelvade disaient que la france allait a la faillite!!!!!!!!!! les allemands ont pris hartz4, ca faisait rigoler tt le monde? les chaises ont tourne...... l'allemagne ne veut pas payer pour la glandouille des autres, a chacun de faire le menage chez soi.........

ds  a répondu le 10/06/2012 à 22:28:

mais sommes nous prêt à faire les mêmes sacrifices qu'eux?

Truk  a écrit le 10/06/2012 à 19:35 :

"La construction européenne est le moyen qu'a trouvé l'Allemagne d'avoir par la ruse ce qu'elle n'a su obtenir en deux guerres". La citation est on ne peut plus vraie. Quand on voit comment les Allemands poussent à la ratification de la charte des langues régionales, scud envoyé à la France, à l'Italie, à l'Espagne, à la Belgique, mais bien sûr pas à elle-même qui y voit le moyen de regrouper tous les peuples de langue allemande, on se pince ! Les vieux dangers sont de retour.

ja  a répondu le 10/06/2012 à 19:51:

Deutschland über alles!!

eurofederal  a répondu le 10/06/2012 à 20:56:

@Truck

Encore ce vieux délire anti-allemand, hein?

churchill  a répondu le 10/06/2012 à 21:23:

les ramassis de fafs francais ont colonise le nord est de la france ( mais sans le donner le pognon qu'ils donnent a leurs autres colonnies, hein); les naseaux rouges ont tue toutes les langues regionales en france, au nom de leur drapeau ( de m...); seuls les corses ont su, avec les methodes adequates, se faire respecter......... on n'attend qu'un seul truc, regler nos comptes ' a la francaise', et la , on va vous derouiller, bande de french cowards

Truk  a répondu le 10/06/2012 à 22:26:

Eurofederal et Churchill tombent enfin le maque : ils détestent la France. Ils la haïssent. Et veulent sa fin. Désolé Messieurs, il y en a encore qui aiment leurs pays, et qui n'ont pas envie qu'ils deviennent la succursale d'un voisin agressif.

Truk  a répondu le 10/06/2012 à 22:34:

@eurofederal. Vous me faites penser aux dirigeants anglais des années 1930, qui expliquaient à Churchill (le vrai), qu'il était obsédé par Hitler mais que ce dernier ne voulait que la paix, et qu'il était inutile de se préparer à un conflit avec l'Allemagne. Churchill se démenait pour expliquer que l'Allemagne était en train de s'armer, que ses intentions étaient mauvaises, mais les autres se moquaient de lui et le traitaient d'"antigermain primaire", puis ils votaient la réduction des crédit de la Défense britannique pendant que le Fuhrer équipait son armée... Aujourd'hui, des gens comme vous se moquent de ceux qui osent dire que l'Allemagne est agressive commercialement et diplomatiquement (rappelons nous la Yougoslavie, voyez aujourd'hui comment ils défendent leurs intérêts aux dépens des nôtres) et se moquent de ceux qui essaient d'alerter avant que les dégâts ne soient trop importants. Et ils baissent la garde. L'Allemagne nous fait la guerre économique, avec une animosité indéniable. Et les imbéciles sourient et s'imaginent que tout est beau en ce bas monde. La lâcheté se pare toujours du masque du pacifisme.

Marc12  a répondu le 12/06/2012 à 23:13:

@Truk votre intervention était parfaite jusqu'à la dernière phrase. Dommage.

Sauf que...  a répondu le 13/06/2012 à 14:30:

@ Truk, sauf qu'on est plus en 1939, mais en 2012. Il faut savoir évoluer vous ne croyez pas? Bien sûr, il est important de connaître et surtout comprendre l'Histoire pour ne pas retomber dans ses errements, mais il faut aussi savoir en tirer les bonnes analyses et prendre du recul. Et l'Allemagne du NSDAP n'est en rien l'Allemagne de la coalition CDU/CSU/FDP.

mike60180  a répondu le 22/07/2012 à 6:02:

(sauf que) réfléchit bien à ce que tu dit car il n'y a pas grande différence et si des personnes comme toi ne fais pas le rapport on es sur la mauvaise pente?