Google Panda et Pingouin : le référencement est-il devenu surnaturel ?

 |   |  935  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters / source Google, août 2012</small>)
A peine le temps de se remettre du Panda que Google envoie son Pingouin, la nouvelle mise à jour de son algorithme. Sa mission est claire : rappeler à l'ordre les référenceurs coupables d'hérésie dans leurs stratégies de référencement. Ces deux animaux prophètes font la pluie et le beau temps sur le web, condamnant certains sites, en consacrant certains autres. Panda et Pingouin : phénomènes surnaturels ? Explications.

Avec son algorithme Panda, Google avait lancé sa croisade contre les "fermes de contenu" et les comparateurs de prix. L'enjeu était de punir ces deux grands adeptes de stratégies SEO malveillantes visant à industrialiser la production de contenus bas de gamme et créer des pages à la volée pour être mieux référencé. Fini les pages de contenus générées par des logiciels, sus aux pages vides de texte mais remplies de publicités, censées s'adapter à la perfection aux mots-clés tapés par les Internautes. Google Pingouin est aux backlinks en 2012 ce que Google Panda était aux contenus en 2011.

Avec le Pingouin, Google s'attaque aux sites web coupables de manipuler son algorithme du PageRank, véritable blasphème. Le moteur de recherche depuis son origine mesure l'essentiel de la pertinence d'un site web par le nombre de liens reçus par celui-ci. Celui qui dope la popularité de son site par des échanges ou des achats de liens en masse trompe donc l'algorithme de classement de Google.

Si on suivait au pied de la lettre les recommandations de Google, il ne faudrait plus rien toucher sur son site pour rester « clean ». Dès lors, que reste-t-il aux E-commerçants, à part prier que la manne des clics naturels tombe du ciel ?

Panda et Pingouin, défenseurs du premier actif de Google : la pertinence de ses résultats de recherches

Rappelons tout de suite un principe de base : les résultats proposés par Google aux Internautes sont qualifiés de naturels car ils ne sont pas issus d'un accord commercial entre le site Internet et le moteur de recherche, comme c'est le cas sur Adwords. Du coup, toute optimisation de son site pour qu'il soit bien référencé par Google n'est pas « naturelle » en soi.

Donc oui, bien sûr, il faut continuer d'optimiser son site pour le SEO ! De toutes les façons, Google ne peut changer les règles de base de son algorithme de classement.
Mais, comme les référenceurs emploient des techniques de plus en plus difficiles à repérer, Google doit leur faire peur. Petite pensée aux sites sacrifiés qui ont perdu 80% de leur trafic. Ce sont Twenga ou Ciao chez les comparateurs ou eHow, Ezinearticles et Wikio chez les agrégateurs de contenu. D'ailleurs, les avertissements envoyés par Google cet été, souvent par erreur, accusant certains propriétaires de sites web de créer des faux backlinks, ne sont pas innocents : ils alimentent la psychose, et servent Google.

L'optimisation propre d'un site web pour les moteurs de recherche sera donc toujours l'affaire d'un travail méthodique et organisé autour du code source, de son contenu et d'un réseau de backlinks provenant de sites en rapport avec son activité business. Il n'y a rien de surnaturel ici.

Gardons simplement en tête que le Panda et le Pingouin sont les gardiens du temple, le Standard & Poor's des contenus et des liens du web. En notant plus sévèrement les sites de son index, le moteur défend son trésor de guerre : la pertinence de ses résultats de recherche. Et c'est exactement la même mission qui est confiée au Quality Score, outil de notation des campagnes Adwords : améliorer l'experience des Internautes qui cliquent sur les liens sponsorisés.

Social rating : quand les « like » remplacent les « links »

Devant la difficulté à trier le bon grain de l'ivraie parmi les milliards de sites de son index, Google est contraint de faire appel à l'avis de ses propres utilisateurs pour mieux évaluer leur pertinence.
Que les Internautes votent pour des pages qu'ils aiment via le bouton +1 de Google+, ou bloquent les pages d'un site jugées inutiles, le classement de Google devient plus collaboratif. Le netlinking n'a pas encore laissé place au net-liking, mais on s'en rapproche. D'ailleurs, le marché du « like » progresse très bien outre-manche où certaines sociétés vendent déjà par pack des lots de like Facebook ou de +1 de Google grâce à des armées d'utilisateurs à travers le monde. Déjà 30 cts d'euros le like de Facebook, nous verrons bien à combien le marché fixe le prix de ce nouveau type de backlink !
L'appel au vote du public est-il un aveu de faiblesse de la firme de Montain View ? Peut-être, car il y a eu des ratés quand Google Pingouin a sanctionné certains sites. Retenons le site américain WPMU.org, pénalisé alors qu'il n'y avait eu aucune malveillance de sa part. Il aura fallu un nettoyage méthodique de 500 000 de ses backlinks, pour retrouver ses positions sur Google.
Pour éviter à l'avenir d'autres erreurs de ce type et enrayer la prolifération des pratiques de Negative SEO (faire pointer vers son concurrent des liens vénéneux pour le faire pénaliser), le moteur proposera bientôt un outil permettant de désavouer un lien vers son site dans Google Webmaster Tool. L'outil permettra également à Google de repérer facilement les sites jugés de faible qualité par les éditeurs.

Derrière la chasse aux techniques de référencement abusives, se cache donc un enjeu majeur pour Google : conserver sa position dominante sur le marché de la recherche. En intégrant de plus en plus de données sociales dans son système de notation, le géant s'éloigne de son algorithme originel et fragilise sa position face à des acteurs comme Facebook qui travaillent sur des moteurs de recherche 100% sociaux.
 

(*) Créée en 2001, AWE est une agence de performance marketing spécialiste de Google et des moteurs de recherche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2013 à 1:53 :

Si je lis bien, Google favoriserais les +1 de Google ?
J'ai vu ce site www.likes-exchange.com pour obtenir plus de fans facebook et des Google +1 !

Sauf qu'il y a une version gratuite et payante.

Qu'en pensez vous ?
a écrit le 09/11/2012 à 16:48 :
Je compatis pour FCC, car je partage son souci. Je viens perdre 90 % de mon C.A. grâce à Pingouin, un site de déco enfants, propre, sans pub, sans backlink, sans comparateur, sans redirection ni astuces de ce genre. En première page et première ligne pendant 5 ans, le site est remplacé désormais par des hébergeurs de sites, soit des milliers de fois tous les mots du dictionnaire. Les petits sites spécialistes concurrents ont également disparu. C?est la fin des petits, des spécialistes, des micro entreprises. Depuis l?arrivée de Pingouin, les dépôts de bilan se bousculent. S?il y a des abus, Google aurait pu affiner son algorithme pour ne pas toucher les sites dits « normaux ». A moins de vouloir gérer également les marchés aujourd?hui et l?information de demain, ce qu?on cherchera ne se trouvera plus en première page, mais ailleurs, très loin. Cette position dominante réclame un regard éthique de toute urgence. Après tout, les kiosques ne proposent pas un seul journal, les télévisions une seule chaine, alors internet ne peut pas se satisfaire d?un seul moteur dominant, qui plus est, qui ne répond pas sur Tool-webmasters (où Google est censé adresser des explications) ni aux plaintes, ni aux requêtes. Le grand dédain. François
Réponse de le 27/12/2012 à 13:13 :
Je défend complètement ton point de vue
a écrit le 16/10/2012 à 7:28 :
Il est normal que les moteurs de recherches comme Google combattent les tricheurs !!! Le référencement est une affaire de bon sens, il n'y a pas besoin, pour cela, d'utiliser les services d'un soi-disant expert en référencement et qui ne va que vous pompez du fric !!! Ils vous promettent tous d'être sur la première page en quelques semaines, comme si la première page était suffisamment élastique pour contenir tous les sites internet de terre !!! Ah, ah, ah !!! Il y aura toujours des pigeons. SEO = Search Engine Optimisation => faites marcher votre tête, faites un site ergonomique, que l'on ait plaisir à consulter et doté d'un contenu intéressant pour votre cible, consultez les recommandations des moteurs de recherches aux webmasters, soyez honnètes et patients si vous voulez obtenir un bon ranking. C'est le résultat d'un travail patient et intelligent. Une remarque élémentaire : il ne sera jamais possible de se rapprocher de la première page sans un volume de traffic suffisant.
a écrit le 03/10/2012 à 13:53 :
Je ne trouve pas que cela soit un bon article. Quand on voit que SEO veut dire "Optimisation pour les moteurs de recherche", on comprend que la phrase " il faut continuer d'optimiser son site pour le SEO" est un non sens, puisqu'elle signifie qu'il faut continuer d'optimiser son site pour l'optimisation pour les moteurs de recherche". Le reste est à l'avenant. Allant de banalités en analyse sans profondeur, l'auteur semble confondre vulgarisation avec amateurisme.
L'idée que Google cherche à faire peur est fausse. Les lignes directives de Google sont les mêmes depuis dix ans et n'ont pas évolué. Prétendre que le Quality Score cherche à atteindre le même objectif que le Ranking est un non-sens lorsque l'on analyse l'écosystème Google. Je m'arrête là. Bref, de quoi me faire douter de l'expertise de l'agence qui est derrière tout ça. Ce qui est dommage c'est que des lecteurs ne connaissant pas le système vont croire ce ramassis d'inepties. Quel dommage.
a écrit le 03/10/2012 à 11:04 :
Très bonne synthèse. Seul hic: Google privilégie ses axes de développement (adwords, google+, ect) au détriment des sites web et sans aucun état d'âme à blâmer des sites pourtant riches en contenu.
Or, lorsque l'on connait l'investissement nécessaire pour réaliser jour après jour un site pertinent et utile, cela pénalise doublement les sites "sortis" par erreur.
France Camping-Car en est un, 3 ans d'investissement et de travail dilapidés; notre seul erreur : ne pas avoir fait d'adword pour privilégier notre budget en création de contenus... un comble car la stratégie Google aurait tendance à privilégier l'adword ou contenu. Mais c'est vrai que cela leurs profite financièrement, même si cela se fait au détriment des internautes. Et comme la toile est riche de sites pertinents, Google n'en souffre pas.
Conséquence direct de l'algorithme Pingouin avec un trafic divisé à tord par 3, la fermeture en cours de notre SARL. Dommage, rageant et frustrant.
B. Rouchouze
Gérant de la SARL Camper One
www.france-camping-car.fr
a écrit le 03/10/2012 à 9:20 :
Très bon article :)
J'avais une petite question concernant Google Pingouin. Ayant fait partie d'une entreprise faisant des sites web, nous mettions un lien vers notre site en fin de page (en guise de signature). Cela pénalise-t-il le référencement de mon entreprise ? Si oui, à partir de combien de sites web créés ? Merci :)
a écrit le 01/10/2012 à 12:42 :
"les résultats proposés par Google aux Internautes sont qualifiés de naturels car ils ne sont pas issus d'un accord commercial entre le site Internet et le moteur de recherche, comme c'est le cas sur Adwords. Du coup, toute optimisation de son site pour qu'il soit bien référencé par Google n'est pas « naturelle » en soi."

Ou comment se contredire en trois lignes. Dès lors que l'optimisation du site n'est pas la conséquence d'un accord avec Google, elle reste "naturelle", le résultat reste naturel au sens que donne l'article à l'adjectif "naturel" au début de la phrase. Ce qui est prohibé est la fraude aux clics (multiplications de mots-clés invisibles sur une page, faux liens, etc) et chacun sait très bien de quoi il retourne.


a écrit le 01/10/2012 à 12:35 :
Pour Google l'enjeu n'est pas seulement d'intégrer le signal réseaux sociaux à son algo, c'est aussi d'intégrer les contenus à un moment ou certaines plateformes (Facebook, Twitter..) se posent plus en concurrents qu'en fournisseurs de contenus.
Réponse de le 01/10/2012 à 12:55 :
le meilleur moyen d'optimiser son référencement, c'est de faire des croisements avec une plateforme appartenant à Google , comme blogger.com , et c'est fou comme le référencement devient simple :-)) ... ça doit s'appeler une distorsion de concurrence , mais bon, ,c'est de bonne guerre
a écrit le 01/10/2012 à 12:24 :
késako ?
Réponse de le 01/10/2012 à 13:36 :
Search Engine Optimization (référencement)
Réponse de le 16/10/2012 à 18:07 :
Référencement LogicielReferencement.Com pour référencer votre site web sur Google et les autres moteurs de recherche afin de positionner votre site dans les premières positions sur internet !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :