Ingénieur (e) s, la nouvelle industrie française a besoin de vous !

 |   |  1377  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour relever le défi du renouveau industriel, l'Hexagone dispose d'un atout maitre : l'ingénieur français, modèle de formation généraliste qui s'exporte aujourd'hui jusqu'en Chine. Las, nombre d'ingénieurs français persistent à se détourner de l'industrie au profit d'une carrière dans les secteurs de la finance, du marketing, de la communication. Comment les retenir ? Une tribune de Daniel Benchimol, Président d'Eurogiciel* et du cluster Digital Place, Administrateur de Syntec Numérique.

Ouvrons les yeux. La troisième révolution industrielle, celle de la numérisation, vient d?avoir lieu, rebattant l?ensemble des cartes. Les façons de concevoir, de produire, de fabriquer et de commercialiser véhicules, avions, machines-outils et autres biens sont profondément impactées. L?impression 3D, permettant de fabriquer chez soi à l?unité toute sorte de petits objets, est l?une des expressions les plus visibles et frappantes de cette révolution. Dans un tel contexte, la distinction traditionnelle entre industrie et services a du plomb dans l?aile. Les nouvelles industries sont celles qui savent associer une offre de produits de haute technologie à des prestations de conseil et de services à forte valeur ajoutée. Au plus vite, l?industrie française doit se reconfigurer à l?aune de ce bouleversement technologique et structurel. Guy Mamou-Mani, Président de Syntec numérique, l?a dit avec justesse : « Le numérique est une industrie du futur et le futur de l?industrie ».

 Dès lors, l?appel au retour sur notre sol d?une industrie lourde qui serait génératrice de milliers d?emplois ouvriers sonne comme une tentative essoufflée de retrouver une hégémonie passée. Ces incantations sont d?autant plus vaines qu?elles se font aux dépens de ces niches plus prometteuses et plus durables sur lesquelles nous devons désormais nous focaliser : édition de logiciels, robotique, domotique, internet des objets, etc. Ces nouvelles activités industrielles, et celles qu?il nous reste encore à inventer, sont créatrices d?emplois. Elles requièrent toutefois une main d??uvre toujours plus qualifiée, capable d?innover et d?apporter une valeur ajoutée immédiatement perceptible par le client. Pour relever le défi du renouveau industriel, nous disposons d?un atout maitre : l?ingénieur français, modèle de formation généraliste qui s?exporte aujourd?hui jusqu?en Chine. Sachant s?adapter à des environnements pluridisciplinaires, l?ingénieur français est un acteur-clé de la puissance économique et du rayonnement français à l?international.

Nombre d?ingénieurs français persistent à se détourner de l?industrie au profit d?une carrière dans les secteurs de la finance, du marketing, de la communication

Mais le cocorico s?arrête là. Car le cri du coq pourrait devenir chant du cygne si nombre d?ingénieurs français persistent à se détourner de l?industrie au profit d?une carrière dans les secteurs de la finance, du marketing, de la communication, etc. Jugés plus « glamour » et certainement mieux rémunérés, offrant plus de visibilité, ils sont aussi, parfois, un recours pour des ingénieurs peu enclins à se soumettre aux exigences des métiers scientifiques et techniques. Bien sûr, le déficit d?attractivité dont souffrent les métiers de l?ingénierie en France est étroitement lié à la désindustrialisation subie ces deux dernières décennies : la concurrence des pays émergents est apparue, le tissu des PMI s'est désagrégé, et la prégnance du tertiaire a fait de la France une usine à produire? des présentations PowerPoint.

Conséquence de cette désaffection : l?industrie dans son ensemble, qu?elle soit nouvelle ou traditionnelle, peine aujourd?hui à recruter des ingénieurs confirmés et, dans une moindre mesure, des ingénieurs débutants. Est concernée au premier chef l?industrie du logiciel, qui s?arrache les jeunes diplômés de cette spécialité et se tourne parfois vers le Maghreb pour recruter. L?industrie aéronautique connaît le même essor et les mêmes difficultés. Les secteurs du nucléaire, des matériaux de construction et des énergies renouvelables ne sont pas en reste. Au « Pays des ingénieurs », et dans un contexte économique tendu, voilà une situation de pénurie pour le moins paradoxale, et qui devrait encore être accentuée par le départ à la retraite des baby-boomers. Mais la France n?est pas seule. L?ensemble des pays post-industriels est concerné. L'Allemagne, notamment, a récemment annoncé son souhait d?attirer 100 000 ingénieurs supplémentaires. Cette désertion est d?autant plus préoccupante que, dans le concert de la mondialisation, notre salut réside dans notre capacité à innover, améliorer nos produits et ainsi éviter l?écueil du « moyenne gamme ». Or, n?est-ce pas surtout du niveau d?implication et de la créativité de nos ingénieurs et techniciens que dépend la qualité finale du produit ?

Redorer l?image sérieusement écornée de l?industrie

D?abord, lancer des campagnes de communication pour redorer l?image sérieusement écornée de l?industrie. Il est vrai que certains de ses pans, tels le génie chimique et le textile, sont sinistrés, ce qui n?aide pas, c?est le moins que l?on puisse dire, à susciter des vocations. Toutefois, il est des secteurs industriels dynamiques - électronique, robotique, aéronautique, nucléaire, énergies traditionnelles - que l?on ne promeut pas assez. Doivent y travailler les groupes industriels eux-mêmes, mais aussi tous les acteurs d?un écosystème regroupant Etat, Collectivités locales, Fédérations professionnelles, Universités et Ecoles d?ingénieurs. Avec un premier argument qui devrait faire mouche : ces secteurs recrutent. L?on peut aussi insister sur la noblesse qui réside dans l?action de créer, de fabriquer, de bâtir. En ce sens, pourquoi également ne pas remettre au goût du jour, au pays de Papin et des frères Montgolfier, de Braille et de Moreno, le terme devenu quelque peu désuet, et pourtant si évocateur, d? « inventeur » ?

Ensuite, qu?elle soit nouvelle ou traditionnelle, l?industrie doit mieux rétribuer les métiers de l?ingénierie sous peine de voir se détourner à son détriment un nombre toujours plus important de jeunes ingénieurs. C?est aussi la condition pour enrayer la fuite de nos cerveaux à l?étranger, notamment aux Etats-Unis, où l?on sait récompenser un haut niveau de savoir dans une discipline donnée. Certes, le coût du travail est déjà très élevé en France? Mais il faut baisser les coûts salariaux sans baisser les salaires eux-mêmes !

Offrons leur plus de reconnaissance sociale et valorisons leurs métiers

Enfin, les Ecoles d?ingénieurs doivent accélérer leur transformation, renforcer encore leur proximité avec le nouveau monde industriel pour répondre plus rapidement aux besoins que celui-ci exprime. D?abord, en adaptant les contenus pédagogiques. Selon l?Agence d?évaluation de la recherche et de l?enseignement supérieur (Aeres), les formations généralistes proposées par les Ecoles ne prépareraient pas assez les étudiants à la pratique réelle du métier. Les élèves ingénieurs français consacreraient ainsi 22% de leur temps à se spécialiser contre 47% dans le système anglo-saxon. Il est notamment urgent de proposer plus d?offres de formations spécialisées dans l?informatique, secteur dans lequel nous manquons cruellement de compétences. Un premier bon pas vient d?être fait en ce sens puisqu?en cette rentrée, l?informatique et les sciences du numérique (ISN) devient un nouvel enseignement proposé en option aux élèves de terminale S dans 700 lycées. De plus, dès à présent, pensons aux métiers du futur, proposons une vision pour ne pas être confrontés de nouveau à la situation de pénurie que nous vivons aujourd?hui.

Pour permettre au pays de relever le défi de la reconquête industrielle, les ingénieurs français doivent pleinement assumer leur rôle. De notre côté, offrons leur plus de reconnaissance sociale et valorisons leurs métiers. Car de leur implication totale dans chaque filière industrielle dépendent les nouvelles ruptures technologiques et le gain des marchés-clé du 21e siècle.

 * Eurogiciel est une ETI française comptant 1 000 collaborateurs. Architecte et développeur de systèmes avioniques complexes, Eurogiciel propose une expertise en ingénierie systèmes et logiciel temps réel embarqué à haute criticité. Eurogiciel assure aussi des missions de conseil en management de projets et management de la qualité.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2015 à 11:47 :
comment est il possible de laisser "au chômage" un jeune Ingénieur (24 ans)(Lyon) sous le prétexte qu'il est inexpérimenté... un bac +5 un stage de 6 mois en Afrique du Sud, Erasmus en Suede pendant 6 mois...6 mois dans une entreprise franco-allemande...et toujours "refoulé"..
Faut il qu'il quitte la France ?? j'en suis écoeurée, et lui déprimé...!! vive la France.
a écrit le 12/04/2013 à 10:08 :
"Or, n?est-ce pas surtout du niveau d?implication et de la créativité de nos ingénieurs et techniciens que dépend la qualité finale du produit ?" => Non, Daniel, mon expérience dans ton entreprise prouve que le Staff torpille projet sur projet, sans que personne au délà des opérationnels, n'y pipe mot.

Pourquoi ne t'intéresses tu pas à la formation des gens qui font VRAIMENT partie de la boite ? Pourquoi ai-je rarement vu aussi incompétent que mes supérieurs hiérarchiques directs dans ton entreprise ?

A quoi sert il de vouloir plus d'ingénieurs, dans une entreprise qui, là encore commercialement, ne sait pas pérenniser une activité, pas plus que trouver du boulot ? C'est pour avoir des gens en inter-contrat ? Par philanthropie ?
Réponse de le 12/04/2013 à 10:25 :
Sans oublier un minimum de respect de la part de ces supérieurs directs envers les collaborateurs.
j'ai été choqué d'entendre de leur part des choses comme "ah lui il est bien, il bosse comme un expérimenté mais il est payé comme un débutant" à propos d'une personne qui bien sur ne sera pas augmentée par la suite.
Ou bien d'entendre en entretien annuel avec deux des-dits supérieurs "tu vois, il faut que tu fasse ça comme si tu draguais une nana, faut brusquer un peu mais pas trop".
Très très pro. surtout que tout le reste de l'entretien était du même acabit.
Réponse de le 12/04/2013 à 10:26 :
Sans oublier un minimum de respect de la part de ces supérieurs directs envers les collaborateurs.
j'ai été choqué d'entendre de leur part des choses comme "ah lui il est bien, il bosse comme un expérimenté mais il est payé comme un débutant" à propos d'une personne qui bien sur ne sera pas augmentée par la suite.
Ou bien d'entendre en entretien annuel avec deux des-dits supérieurs "tu vois, il faut que tu fasse ça comme si tu draguais une nana, faut brusquer un peu mais pas trop".
Très très pro. surtout que tout le reste de l'entretien était du même acabit.
a écrit le 12/04/2013 à 9:59 :
Daniel,

Occupe toi de ta boite, dégage tes commerciaux incompétents. Utilise correctement les ressources que tu as sous la main, ça devrait déjà t'éclairer sur le vrai potentiel des gens.

Trouve leur du boulot aussi, tiens.

Cordialement,
a écrit le 30/03/2013 à 22:34 :
Tout est vrai
a écrit le 12/02/2013 à 12:52 :
J'ai beaucoup de mal avec cette article.
En plus de tout les points (négatifs) relevé par les commentaires ci dessous, je voudrais relevé la bizarrerie de l'argumentation souvent utilisé par des politiques qui vendent le pays et le futur de celui ci. En temps qu'humain, je me fou spécialement de travailler pour la France, la Chine ou n'importe quel pays du monde, par contre le domaine et les engagements de la boite dans lequel je travail, ça ça m'intéresse.
Donc le patriotisme d'accord pour une génération né post 2nd guerre mondial, mais pas pour les jeunes Y.
Ensuite si un job de commercial/finance est intellectuellement plus stimulant qu'un job de R&D de part les responsabilité (humaines, financière & technique) et l'environnement. Et bien je sais ou je vais aller.
a écrit le 09/02/2013 à 11:09 :
Tout ce qu'on peut lire sur les SSII dans ce fil de commentaires est globalement décrit depuis des années par l'association Munci : http://munci.org/Emploi-et-conditions-de-travail-en-SSII-tour-d-horizon-des-problemes-et-desavantages-les-plus-frequents
a écrit le 08/02/2013 à 16:40 :
J'ai croisé Eurogiciel il y a quelques années: la caricature du viandard de SSII qui passe son temps à passer des coups de fil à droite et à gauche, le cigare au bec. Que ce genre de type vienne donner des leçon de bonnes pratiques sur un quotidien comme La Tribune, prouve bien qu'il y a qqe chose de pourri au Royaume de France. Par ailleurs, je suis littéralement abasourdi par les commentaires réalistes qui donnent une idée assez précise de l'état de décomposition de notre pays. Citoyen Benchimol, dégage ! Le bilan de ta génération et de ta caste est désastreux !
a écrit le 02/02/2013 à 15:40 :
pourquoi un article dépassant maintenant les 100 contributions n'apparaît-t-il pas parmi les articles les plus commentés à gauche de l'écran ? La fonctionnalité a peut-être été développée par un stagiaire d'Eurogiciel, qui sait...
Réponse de le 03/02/2013 à 18:30 :
Le "Viandisme" des SII, l'ingé jetable payé au smic, la misère sociale, le chômage, etc... sont des sujets trop brûlants pour qu'on en parle sans arrêt...(il faut donc retirer de la circulation les articles "sensibles")

Alors on abruti le peuple avec ... le mariage gay! En veux tu en voilà! (çà ne mange pas de pain et çà peut rendre populaire malgré la misère ambiante)

Et aussi la victoire du "soldat hollande" au mali!

Mais surtout ne pas dire que la France est en faillite, que la misère va augmenter, que les retraites ne seront plus versées, que bientôt on vivra dans des 1m2, çà ne serait pas "vendeur"...
a écrit le 30/01/2013 à 12:32 :
Même constat pour moi et pas que l'informatique ! Ma ptite pme industrielle, recherche ingé désespérement mais pas d'ingé en vue !!!
Réponse de le 30/01/2013 à 14:28 :
C'est comme d'hab: SSI ou PME recherche BAC+5 - 20 ans d'expérience, payé au SMIC , mais pas plus de 25 ans ...................................................................

C'est le dialogue de sourds.......................................
Réponse de le 01/02/2013 à 16:17 :
Je peux vous dire que j'offre bien plus que le smic et que je trouve pas d'ingés quand meme pour ma boite
Attractivité de l a région en cause ? à mon avis c'est plus ça le pb...
Réponse de le 01/02/2013 à 17:10 :
Je reconnais avoir "chargé" un peu....

Un point contre moi: je suis bloqué géographiquement pour raison familiale....

Mes propos concernent la ville ou je suis, ou je survis, ville où la discrimination est légion et acceptée par tous faute de mieux.

Sans doute l'offre et la demande: les recruteurs n'ont qu'à se baisser pour ramasser un ingénieur, du coup, ils se croient tout permis........

Si j'étais mobile, bien évidemment je serai parti de ce trou à ras (je tairai le nom de la ville pour préserver mon anonymat)

Il y a au moins un employeur honnête et "humain" en france, pas comme ces SII Viandardes et ces fameuses entreprises du CAC 40 ou le patron dit à ses cadres de ne pas s'augmenter alors que lui fait l'inverse (Carlos G.)....
a écrit le 29/01/2013 à 1:55 :
Sous l'apparence d'un discours oriente vers le futur de la Nation et de ses enfants, ce monsieur fait du lobbying, comme tous ses confrères, contre la pénurie de soutiers qui lui permettront de marger grassement sur les TJM (taux journalier moyen) et de continuer à permettre aux grandes entreprises françaises de ranger les couts de cette masse salariale déguisée dans la bonne case comptable. JEUNES DIPLÔMÉS: FUYEZ CES SSII et montez vos boîtes! Il est la le vrai salut du Pays!
Réponse de le 21/03/2013 à 11:15 :
Je ne peux qu'être d'accord avec toi.
L'avenir de la France réside de mon point de vue dans les petites structures. D'ailleur, une grande partie des inovations dans les domaines aéronautique et spacial de ces dernières années vient des PME.
Il ne reste plus qu'à notre gouvernement à mettre en place des meusures facilitant l'entrepreuneuriat...
Dans tout les cas, FUYEZ LES SSII !
Réponse de le 13/09/2014 à 11:07 :
Oui, tant que le mode régie n'aura pas été interdit, fuir les SSII est une question de survie, ne serait-ce que pour éviter les traumatismes et dépressions - le niveau de violence est vraiment élevé. Si les SSII étaient un film, il remporterait allègrement tous les ans le meilleur prix des films d'horreur.
a écrit le 28/01/2013 à 14:04 :
l?industrie doit mieux rétribuer les métiers de l?ingénierie sous peine de voir se détourner à son détriment un nombre toujours plus important de jeunes ingénieurs. Cette phrase est un gag à elle toute seule.
a écrit le 28/01/2013 à 9:37 :
Il faut se poser la question de ce que devient un pays où l'on paye mieux un mec qui revend des contrats d'assurance qu'un mec qui construit des ponts ou des fusées...

Merci M. Benchimol de faire le bilan d'une situation que vous avez contribué à créer, par contre, ayez la décence de ne pas paraitre effarouché et triste, s'il vous plait.
a écrit le 28/01/2013 à 1:34 :
?"Les effectifs engagés (par la France) sur le sol malien atteignent désormais 2.900 hommes, tandis que les contingents africains de la Misma et du Tchad totalisent plus de 2.700 militaires", précise le ministère de la Défense.
Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, porte-parole du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le mouvement touareg dont la rébellion séparatiste dans le nord du pays a été évincée par des groupes islamistes, a proposé aux forces françaises l'aide de ses combattants, particulièrement habitués au désert.
Il a déclaré à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, que le MNLA était prêt à attaquer les forces liées à Al Qaïda, qui se cachent selon lui dans les montagnes de Tidmane et Tigharghar, dans la région de Kidal, à la frontière avec l'Algérie.
"Le MNLA est en alerte maximale", a-t-il dit.

Et le syntec aussi, notre rédaction a eu vent d'une réaction de Daniel Benchimol en scoop ! ;
"Cette situation n'est plus tenable ! Eurogiciel ne peut plus faire face à cette pénurie de missions sur bamako qui est quand même notre moteur de licenciement pour cause ni réelle ni sérieuse !"

Ceci pour annoncer la participation du groupe Eurogiciel à l'appui des forces françaises pour absolument reprendre bamako. Eurogiciel qui est une ETI française comptant 1 000 collaborateurs. Architecte et développeur de systèmes avioniques complexes, Eurogiciel propose une expertise en ingénierie systèmes et logiciel temps réel embarqué à haute criticité. Eurogiciel assure aussi des missions de conseil en management de projets et management de la qualité.

assure un commercial SSII Eurogiciel qui a tenu à garder l'anonymat :
emmanuel neuneu,
"on y arrive plus, il faut reprendre bamako, c'est notre fer de lance"
"les propositions de missions fictives je m'y connais mais sans bamako comment faire du chiffre ?"
d'une chef projet voulant garder l'anonymat :
"heureusement que notre pdg entretiens de relations privilégiées avec Mr Ibrahim Ag Mohamed Assaleh de puis la plus tendre enfance sinon il y aurait fort à parier que notre ssii en carton ne soit plus dans le TopTaine depuis longtemps"
a écrit le 28/01/2013 à 0:40 :
mais rassurez vous, eurogiciel va bientôt pouvoir vous trouver du travail à tombouctou

http://fr.news.yahoo.com/les-forces-franco-maliennes-aux-portes-tombouctou-123903338.html
a écrit le 27/01/2013 à 21:34 :
Dans mon école (master d'informatique), les jeunes diplômés sont embauchés à 28,000? par an en Province, 33,000? à Paris.
J'ai choisi de venir vivre en Californie, ou les mêmes jeunes diplômés commencent à $100,000. C'est ça, valoriser le savoir-faire. Si l'industrie française veut garder ses ingénieurs, il faudrait d'abord commencer par les payer correctement.
En attendant, je n'ai qu'un conseil à donner aux jeunes ingénieurs talentueux : cassez-vous ! Venez, les gens vous veulent ici, et en plus il fait beau :)
Réponse de le 28/01/2013 à 1:52 :
Quelles boites
Réponse de le 28/01/2013 à 6:50 :
@Xzoky : ce que vous avancez ,'est malheureusement pas vrai : la plupart des étudiants ne trouvent pas de job aux USA à l'issu de leurs études! Les américains veulent de l'expérience et refusent les nouveaux diplômes.
Réponse de le 28/01/2013 à 11:04 :
Facebook stage de 4000?/mois : http://www.gizmodo.fr/2012/12/17/stagiaire-facebook.html
a écrit le 27/01/2013 à 20:45 :
des politiques qui s'en foutent de l'industrie, des patrons des grands groupes issus du sérail politique et donc pas très bons managers et pas très concernés par les domaines techniques et scientifiques et voilà le travail ! une descente aux enfers dont les concernés ci dessus se foutent également pourvu que la carrière avance.
a écrit le 27/01/2013 à 19:59 :
Arrêtons de nous voiler la face, les ingénieurs sont aujourd'hui des travailleurs précaires qui ne sont recrutés aujourd'hui que par des SSII et revendus, à la journée en tant que prestataire, à des entreprises utilisatrices . Aucune plus value technique n'est apporté par ces SSII, si ce n'est qu'elle permettent aux entreprises utilisatrices de virer du jour au lendemain ces prestataires et de ne pas leur faire appliquer la meme convention qu'au reste de leur entreprises. Au final, au sein de l'entreprise utilisatrice, où il travaillent tous les jours ils sont vus comme des employés de secondes zones (pas de CE, prix de cantine forte, aucune protection sociale, pas de bonus indexé au résultat de l'entreprise utilisatrice)
En bref, ils sont revendus comme de la viande technique. C'est illégal comme manoeuvre, mais la norme dans notre secteur.

Ce n'est plus mon cas, je suis chef de projet en interne dans une entreprise et je suis désolé de voir que les secrétaires ont un BEP, un job fixe pas trop mal payé et des ingénieurs compétents à peine mieux payé, pouvant être virés si le café du matin n'est pas bon!

Il faut que ces entreprises utilisatrice arrêtent ce montage crapuleux et que les SSII arrêtent d?être leurs complices. Ce système tue l'ingénierie française!
Réponse de le 28/01/2013 à 1:53 :
Normal, les ingénieurs se laissent faire, et acceptent tout et n'importe quoi. Mais ont ils le choix ? Aucun, alors le systeme est bloqué.
Réponse de le 08/02/2013 à 18:05 :
Moi j'ai vu pire. En 2004, une SSII qui voulait embaucher des ingés info pour aller faire l'informatique (admin système) chez une compagnie de chemin de fer. C'etait les astreintes non payées, travail le week-end et le soir sans primes ou majoration, comme les cheminots, mais sans les avantages des cheminots (santé, CE, transport, etc.). La SSII était Syntec, mais elle voulait pas appliquer les conditions du syntec sur les astreintes, travail de nuit et week-end, etc.

Depuis j'ai toujours considéré les SSI en France comme des esclavagistes.

Oh, je suis plus en France.
a écrit le 27/01/2013 à 15:05 :
Après avoir parcouru les commentaires :
(1) "remplacer les ouvriers par des ingénieurs" ne veut ni dire qu'on va former les ouvrier pour qu'ils montent eux-mêmes en compétences, ni dire qu'on va augmenter les salaires de la main d'oeuvre. On veut simplement des ingénieurs, parce que les métiers sont complexes, au tarif des ouvriers, et même moins si possible.
(2) les métiers manuels de la production ont du mal à recruter (chaudronnerie par exemple), c'est un vrai problème, car l'intelligence pratique ne peut être compensée par une suite indéfinie de calculs. Le calcul ne fonctionne jamais mieux que dans le virtuel. L'ingénieur les mains dans le cambouis, c'est quand même un métier de rêve pour les passionnés.
(3) Dans les écoles d'ingénieur, les promos sont divisées entre les étudiants qui ont une vision terre à terre de leur "carrière" et planifient déjà leur passage en société de conseil puis s'orienteront vers la finance pour devenir dirigeant, et ceux qui rêvent de "faire", en passant par les laboratoires, en poursuivant l'innovation. Les premiers ne sont pas frocément curieux de ce qui se passe autour d'eux, mais viseront les secteurs qui recrutent avec les meilleurs salaires, les deuxièmes trouveront des compensations intellectuelles, voire oniriques, à leur faible salaire, en travaillant à créer passionément le futur. Que faut-il dire aux étudiants ingénieurs ? Poursuivez votre rêve ? ou poursuivez votre emploi ?
a écrit le 27/01/2013 à 13:41 :
Si ce Monsieur croit vraiment en l'industrie, qu'il crée une startup industrielle au lieu de vendre des journées d'ingénieur à bas coût.
a écrit le 27/01/2013 à 9:47 :
"Ingénieur(e)s, la nouvelle industrie française a besoin de vous"... MAIS PAS LE SYNTEC : LAISSEZ NOUS ENTRE FINANCIERS, COMMERCIAUX et MARKETEURS ! A lire absolument : http://munci.org/Syntec-Cigref-mais-ou-sont-passes-les-ingenieurs
a écrit le 26/01/2013 à 22:39 :
En ce qui me concerne, je suis parti à l'étranger parce qu'on m'y a fait plus confiance qu'en France (gros projets, meilleurs salaires et management directement). Je suis des Mines pour info, et je ne suis pas un cas isolé : je pense qu'il faut se donner les moyens de l'excellence.
Donc proposez-moi pareil en France et j'accepte !
a écrit le 26/01/2013 à 20:28 :
Je suis d'accord avec le constat de base de cet article: nos professions techniques ne sont pas assez valorisées!
Étant ingénieur diplômé de deux des plus grandes écoles françaises, centrale Paris et supelec pour ne pas les nommer, je ne partage pas entierement la vision du rédacteur de l'article, et je pense parler en connaissances de causes.

Tout d'abord, spécialiser l'enseignement dans nos écoles d'ingénieurs serait une grande erreur, c'est la polyvalence et la capacité d'adaptation qui fait la force de l'ingénieur français et assure sa capacité d'innovation. En revanche le système pourrait mettre l'accent sur la mise en pratique des compétences acquises,..., quand on pense qu'en 5 ans d'études ( je compte mes années de classes préparatoires), je n'ai effectué que 9 mois de stages en entreprise.

Un second point qui me paraît important, réside aussi dans l'incapacité du secteur industriel "francais" à valoriser ses talents et à adopter son modèle d'évolution de carrières à la vitesse du monde actuel. Ayant travaillé plusieurs années dans de grands groupes industriels, je me suis souvent entendu dire, "tu as de très bonnes idées, mais tu veux aller trop vite, les plus seniors doivent passer avant toi", rien de plus désespérant pour un jeune talentueux..., et surtout rien de plus ridicule, valorisons les talents! Pas dans l'ancienneté!

Enfin, ayant quitté le monde industriel pour le monde des sociétés de conseils, je ne partage absolument pas le constat de l'auteur qui consiste à denigrer leur importance! Je réalise effectivement des "powerpoints" comme dit l'auteur assez sarcastiquement mais l'intérêt ne réside pas dans le PowerPoint mais dans le changement organisationnel/stratégique ou autre qui en résulte pour l'entreprise à laquelle je le propose. Cela devant lui assurer une meilleure adaptation à son contexte économique, et lui permettre de dégager de la valeur et de créer de l'emploi. L'industrie du conseil, doit permettre au reste de l'économie de s'adapter, je dirais même qu'en France cette industrie n'est pas assez développée!

Signé: un jeune ingénieur, amoureux de la France et bien triste la voir ne pas réussir à s'adapter.
a écrit le 26/01/2013 à 19:36 :
Au cas où cela aurait été évoqué plus bas, pardon. Là, je lis un article qui passe subitement du numérique à l'ouvrier ... Tout ça parce que le nouveau saint-graal est l'impression 3D...?? Il vend quoi, le gars qui a pondu cela..??
Réponse de le 27/01/2013 à 10:31 :
Eurogiciel est une ETI française comptant 1 000 collaborateurs. Architecte et développeur de systèmes avioniques complexes, Eurogiciel propose une expertise en ingénierie systèmes et logiciel temps réel embarqué à haute criticité. Eurogiciel assure aussi des missions de conseil en management de projets et management de la qualité.
Réponse de le 27/01/2013 à 21:48 :
il vend de la viande à la journée à bas coûts
a écrit le 26/01/2013 à 18:33 :
Voilà ce qui attend 90% des ingénieurs dans l'"industrie", où l'essentiel du travail réel est réalisé par des prestataires:
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/114000092/0000.pdf

Alors forcément, cela motive à se planquer dans une banque ou dans la finance de marché
a écrit le 26/01/2013 à 17:11 :
Beaucoup d'anciens copains de lycée ont fait des écoles de commerce et ont maintenant des postes très bien payés. Or au lycée, ils étaient médiocres dans toutes les disciplines (désolé les potes), mauvais en maths, la première année après le bac a souvent été ratée.
Les parents friqués ont aligné l'argent pour une école privé, les relations ont fait le reste.
Évidemment quand on se casse le ... à faire prépa scientifique puis école d'ingénieur, on finit par être frustré que des gens qui n'ont leur poste que grâce à leur réseau (et donc souvent incompétent) puissent se permettre de mépriser le technique.
Pendant ce temps à l'étranger, on nous déroule le tapis rouge...
a écrit le 26/01/2013 à 16:16 :
C'est en effet "effarant" ces pseudos "conseil en technologie" et dans le bâtiment, les ingénieurs se font piquer leur travail et leur rémunération par des architectes qui ne comprennent absolument rien à la technique (lire l'excellent "Gérard de l'Architecture" sur le Web) et Syntec dans tout çà ??... ne bouge pas, bien au contraire. Le problème est que celà touche les fondamentaux de la société française, tout comme l'éducation et, ne pas maîtriser c'est se mettre sous tutelle ....Agissons Amis Ingénieurs !!!
a écrit le 26/01/2013 à 14:51 :
L?auteur de l?article fait partie des fossoyeurs des métiers d?ingénieur et de scientifique, ces responsables de SSII et autres sociétés de « conseil technologique » qui, tout en demandant que notre système d?enseignement supérieur forme de plus en plus d?ingénieurs et de scientifiques, contribuent en fait à tarir les vocations.

Je me permets de citer une recommandation que j?ai faite dans une note diffusée à un certain nombre de responsables, auprès desquels je trouve malheureusement peu d?écho car les sociétés en question cotisent à des organismes professionnels, financent des chaires dans les écoles, insistent auprès des pouvoirs publics sur le fait qu?elles « créent de l?emploi », etc.

Recommandation :

« Inciter les sociétés industrielles à reconnaître l?importance de leurs ingénieurs et scientifiques :

- en leur proposant des contrats d?emploi directs offrant des conditions (salaire, classification) et des perspectives de carrières au moins égales à celles de leurs autres salariés et compétitives avec celles d?autres secteurs d?activités (banque, assurance, conseil),

- en obligeant ces sociétés à ne recourir à l?utilisation des sociétés dites de « conseil technologique » qu?en cas de besoins ponctuels et de durée limitée,

- en luttant contre les dérives dans l?utilisation de ces sociétés de « conseil technologique », dont le très fort développement récent (qui les amène en particulier à recruter une proportion importante des nouveaux diplômés) est en grande partie basé sur des « missions » qui ne sont en fait que du détachement de personnel de longue durée dont un des buts principaux est le report sur d?autres du risque lié à toute embauche directe. Ce système entraîne une très grave dégradation de l?image de l?ingénieur ou du cadre technique qui se trouve alors réduit à un rôle d? « ouvrier intellectuel » facturé au mois de présence chez l?utilisateur industriel final. »
Réponse de le 02/02/2013 à 15:34 :
exactement ! la situation est parfaitement résumée.
a écrit le 26/01/2013 à 14:47 :
Moi je suis ingenieur, en chine, mais je suis prof au college francais de shanghai..
a écrit le 26/01/2013 à 14:12 :
des responsabilités énormes, un boulot monstre, et......une fiche de paye plus que minable!
quand aux généralistes...ils sont rares car soi disant trop vieux.
a écrit le 26/01/2013 à 10:51 :
viel ingé de 70 ans, aprés avoir lu tous vos commentaires, je confirme vos expériences, en France il n'y a pas de probléme d'ingénieurs, il y a un probléme de dirigeants (patrons) obnubilés par le fric immédiat, du cash, du cash, du cash, j'ai même giflé le dernier, il se reconnaitra s'il me lit, un problème de dirigeants....
Réponse de le 26/01/2013 à 13:50 :
100% ok. Cependant ce sont les actionnaires qui sont les initiateurs de cet état de fait. Les dirigeants les ont suivi dans l'intérêt unique de leur carrière à court terme....
a écrit le 26/01/2013 à 9:42 :
M. Benchimol, on dirait que vous avez un peu de boulot pour convaincre les ingés que vous faites partie de la solution, manifestement, vous ne les avez pas totalement convaincu :-)
a écrit le 26/01/2013 à 9:21 :
Pourquoi persister ?
a écrit le 26/01/2013 à 8:40 :
Je suis ingénieur dans une grande entreprise qui se veut "industrielle". Embauché il y a 3 ans pour faire un peu de technique, aujourd'hui, si j'ose demander à "mettre les mains dans le cambouis", mon chef me dit: "Rédige un appel d'offre pour choisir un sous-traitant pour faire ce boulot là"...autrement dit, le "sale boulot". Si c'est pour faire du powerpoint le reste de ma vie, autant en faire là où ça paie plus: dans une banque!
Réponse de le 20/02/2013 à 13:31 :
+1
a écrit le 26/01/2013 à 4:45 :
Ils y a encore une industrie en france?
Personnellement, j'ai passer 7 ans a former des ingenieurs indiens, via mail, visio conference et autres au metier de cad designer pour l'industrie automobile. C'etait pas un choix, simplement une obligation inscrite dans les contrat de renault et peugeot. Selon eux, 30% minimum d'un projet doit etre delocaliser dans un pays low cost. Je dis bien 30%, car parfois c'est 95%. Les 5% qui reste, c'est de l'ingenierie commerciale pour vous vendre du made in turquie avec une etiquette made in france.
Réponse de le 27/01/2013 à 12:20 :
Bon je sais que les ingénieurs ont la réputation de ne pas être très bons en orthographe mais quand même... un petit effort ! Une faute tous les trois mots...
a écrit le 26/01/2013 à 1:35 :
depuis plus de tente ans les ingénieurs français dirigent les entreprises , vendent les produis de l'entreprise. Pour le développement ont préféré demander aux ingénieurs des pays sous développé. On se demande pourquoi ont les formes...
Réponse de le 26/01/2013 à 11:53 :
non ce ne sont pas les ingénieurs français qui dirigent les entreprises ça serait trop beau !
ce sont les gestionnaires, les marketeux, les financiers issus d'écoles de commerce bref les rois des tableaux excel et du powerpoint qui dirigent. D'ailleurs on voit le résultat aujourdhui : une france à la traine et presque ridiculisée face à l'allemagne.
Réponse de le 27/01/2013 à 19:17 :
Et oui, en France nous avons des grosses entreprises dont les dirigeants n'ont rien à envier à Mitt Romney ou à Mittal.
En France, il n'y a pas "d'ouvriers à l'Assemblée" et il n'y a pas de PDG qui a "été sur le terrain" avant de gravir les étages, comme ça se fait un peu plus, il semble, en Allemagne.
Réponse de le 12/07/2014 à 20:26 :
Alten a été fondé et est toujours dirigé par des ingénieurs... Bon, OK, ce n'est pas une référence... tout ça pour dire que les loueurs de viande ne sont pas nécessairement commerciaux de formation...
a écrit le 26/01/2013 à 0:24 :
"certainement mieux rémunérés, offrant plus de visibilité, ils sont aussi, parfois, un recours "

Ah ben voilà, oui, vous avez la clé, c'est pas si compliqué.

Rappelons que le syntec, dont la convention du même nom est surnommée "convention de ceux qui n'en n'ont pas", militait il y a quelques années pour n'avoir pas à payer les périodes d'intercontrats.

Quel tartuffe.
Réponse de le 27/01/2013 à 19:12 :
Les "contrat de mission" ont précisément été remis sur la table (mais heureusement débouté par les syndicats) par le Medef et consorts lors de la récente négociation sur la réforme du code du travail.
a écrit le 26/01/2013 à 0:23 :
Moi même ingénieur, de l'époque où le on formait des ingénieurs (depuis 1990 ou on a doublé le nombre d'ingénieur, celui ci à fortement été dévalorisé) aujourd'hui j'ai l'intension de monter ma propre boîte, j'en ai plus que marre de travailler pour des petits chefs incompétents qui en plus me prennent pour un con alors que se devrait être le contraire. J'ai lu l'ensemble des commentaires, je suis entièrement d'accord. Mais le problème est général, ce n'est plus la compétence qui prime aujourd'hui, c'est le vent et l'incompétence. Tout les domaines sont touchés, même le milieu scientifique, où tous les gens compétents sont mis au placard. C'est le règne du lèche cul, de la roublardise, du valet et de la petite merde : c'est à dire des gens dont ont peut faire ce que l'on veut : cf la période de Vichy.
a écrit le 25/01/2013 à 23:46 :
Je ne connais pas pour les autres domaines d'ingénierie, mais pour l'informatique, il faut avoir une passion vraiment énorme pour perpétuer avec constance la culture générale obligatoire dans ce milieu là, se remettre à jour, chaque jour, pour tout ce qui se fait au niveau de la "planète"( bah oui), on y perd un temps énorme uniquement pour savoir ce qui se fait et comment c'est fait. J'imagine que pour d'autres domaines où il faut se mettre à jour au niveau des brevets là aussi il y a un gros gros boulot de recherche et de mémorisation, j'ai l'impression que le terme génie dans ingénieur n'est pas galvaudé du tout, et c'est cela que veulent les clients, raisonnant au niveau mondial avec les produits de toute la planète en concurrence et savoir organiser tout ceci pour rester à la pointe.
a écrit le 25/01/2013 à 23:17 :
il y a encore une industrie en France?
Réponse de le 26/01/2013 à 23:07 :
Oui, il y a beaucoup d'usines à gaz !
Réponse de le 27/01/2013 à 12:23 :
Airbus ça vous dit quelque chose? Areva? Alstom? L'Oréal, Michelin? Non??? Toujours pas? Lafarge? Arrêtons de dire des bêtises, la France a d'excellents groupes industriels qui ont un rayonnement mondial (je vis au Brésil et je le ressens particulièrement ici).
Réponse de le 28/01/2013 à 1:55 :
Heu...ce sont des trucs plus ou moins nationaux, nationalisés, privatisés, nationalisés, etc; Des gros paquebots comme le titanic, mais eux aussi peuvent couler ! Ne pas croire qu'ils sont géniaux car gros. Et s'ils coulent, ils sont renationalisés.
a écrit le 25/01/2013 à 21:21 :
Tout a été dit, les viandards et ceux qui ont tout fait pour dénigrer les fonctions techniques ont trop tiré sur la corde, faudrait sortir son mouchoir pour eux maintenant ? Perso j'ai continué ma carrière technique à l'étranger, et hors de question de rentrer.
a écrit le 25/01/2013 à 20:57 :
Dans le lycée de mon fils, les deux plus brillants élèves en matières scientifiques (mention TB au bac S, avec 20 en maths et en 20 physique naturellement, concours général, primé aux olympiades...) ont choisi médecine. Leurs parents étaient ingénieurs.
Réponse de le 27/01/2013 à 16:56 :
Tiens ça c'est un autre problème de notre pays : on ne regarde que les notes. Même 10 après la sortie d'école.
a écrit le 25/01/2013 à 20:19 :
Exactement le genre d'article qui me met hors de moi. Titulaire d'un doctorat, 18 années en tant qu'ingénieur R&D en industrie mécanique. Sans emploi depuis 2 ans, après des centaines de CV envoyés.
Alors quand je lis, qu'il manque d'ingénieurs dans l'industrie .... il faudrait peut-être donner leur chance aux jeunes et aux ingé confirmés à la recherche d'un emploi, plutôt que de se lamenter !
Ces chefs d'entreprise feraient bien de jeter un ?il aux CV qu'ils reçoivent avant de décréter qu'il y a pénurie d'ingé. Vue le taux de réponse, que je reçois à mes candidatures, je suis en droit de penser que les candidatures manquent pas !!!!!!
J'ai oublié de préciser, j'ai 48 ans ! Trop vieux pour beaucoup ! Oh ! Bien sûr, on ne vous l'annonce pas de cette manière (quoique ! Certains ne se gène pas !), mais on vous le fait bien comprendre. Tant que la mentalité de la majorité des responsables d'entreprise ne changera pas ... "on manquera d'ingénieurs" !!!!
.
Réponse de le 25/01/2013 à 22:59 :
Tout à fait d'accord. D'ailleurs, étant jeune ingénieur moi-même, beaucoup de mes amis ont du mal à trouver des postes. Les ingénieurs débutants sont toujours: soit trop chers, soit pas assez expérimentés, soit pas assez spécialisés pour les RHs. A se taper la tête contre les murs! Alors qu'il suffit de traverser la frontière et aller en Allemagne pour qu'on vous donne un vrai job "débutant" et correctement payé.
Sans parler des pseudo-déficits d'ingénieurs en informatique, mensonge éhonté entretenu par les boites de logiciel pour embaucher des ingénieurs pour des salaires ridicules.
Réponse de le 25/01/2013 à 23:05 :
Je me rappelle d'un DRH (dans l'industrie) qui m'avait dit: "des CV comme le votre, on en reçoit des centaines par mois".
Ou d'un recruteur: "comment ça se fait qu'en un an vous n'avez pas trouvé d'emploi alors qu'il y a une pénurie d'ingénieur?"
On vit dans un monde de fous!

Je ne cherche pas à vous démoraliser, bonne chance pour votre recherche d'emploi


Réponse de le 28/01/2013 à 1:57 :
Les DRH disent ce qu'ils veulent, ils s'en foutent, ils ont le choix parmis des milliers d'ingénieurs au chomage. Y a aucune pénurie, c'est un énorme mensonge. Plus c'est gros, plus ça passe; Et là, les drh ont le choix avec des millions de chomeurs, ils peuvent dire tout et son contraire, ils s'en foutent LOL.
a écrit le 25/01/2013 à 20:06 :
Encore une bouteille jetée à la mer...
Des années qu'on entend ce refrain "ingénieurs restez dans le technique, on a besoin de vous !", mais les salaires ?
He bien les salaires restent ce qu'ils sont... et les ingés expérimentés s'en vont.
Un prb pour l'industrie ? NON,
Exemple concret : grand groupe français (aéronautique - défense), sur un département d'une centaine de personnes l'ancienneté moyenne est de moins de trois ans.
Certes il y a des erreurs, du "rework" , mais les jeunes se donnent, ils font des heures, donc au final le boulot est fait et pas forcément en retard !
Mettez vous dans la peau d'un RH - l'industrie va bien...
Réponse de le 25/01/2013 à 23:25 :
et bien sûr avec une ancienneté moyenne de l'ordre de 3 ans, la compétence est similaire à celle d'un même groupe avec 20 ans d'expérience en moyenne ! Ne soyez donc pas étonnée que les pays émergents nous dépassent un jour !
a écrit le 25/01/2013 à 18:23 :
Je souscrit aux commentaires...15 ans de conseil, alors que j'ai adoré ce métier et connu les grandes heures, les "viandards" ont tué ce métier...donc je me suis cassé...
quelle est la pire convention collective...syntec...
Messieurs les dirigeants du syntec qui vous prenez pour des stars, réflechissez sur vous même, et ne vous en prenez qu'à vous...
a écrit le 25/01/2013 à 18:21 :
Pour ceux qui sont un peu jeunes (et ce n'est pas une tare) et qui n'ont pas connu les 14 sublimes années que nous a offert Mitterrand, la bonne nouvelle c'est qu'ils vont avoir la saison 2...la démagogie socialiste au pouvoir...surtout ne pas gagner d'argent en France, augmenter les dépenses, donc les charges sociales et donc réduire les salaires...et après on s'étonne qu'un jeune qui a bossé 70 heures/semaine pour faire sa classe prépa (pendant que les gauchos en fac de socio a Nanterre faisait de la politique), qui s'est fait sélectionner parmi un des systèmes les plus élitistes et les plus reconnus sur la planète, qui devient ingénieur dans une école française avec un niveau de formation très au dessus des autres pays se casse quand on lui propose 1300 ?/mois....
Après plus de 20 ans de pratique pro à l'international , et même si aujourd'hui je suis dans la finance (bouh, c'est pas beau...:-)...), il est clair que la rigueur de la formation d'ingénieur française est très au dessus du lot, et mérite donc d'être rémunéré...
Ah pas beau, pas égalitaire....c'est pas grave...on va supprimer les classes prépa et après on cassera les formations d'ingénieur...
Réponse de le 26/01/2013 à 1:37 :
Stéphane, au-delà du troll, vous soulevez un vrai problème à propos de la prépa. Oui, je pense qu'il faut la supprimer. Tout en vantant la formation généraliste de l'ingénieur français, l'article incrimine les formations qui ne « prépareraient pas assez les étudiants à la pratique réelle du métier ». La prépa en est l'archétype !

Prenez l'exemple de l'informatique, qui est un domaine d'avenir. Aujourd'hui, si vous avez 18 ans et que vous voulez étudier cette spécialité, la prépa n'est pas le meilleur choix. L'informatique ne représente qu'une très faible partie de son programme, elle est perdue au milieu de la physique, des maths et de la chimie. D'ailleurs, elle n'est abordée qu'à travers le prisme de ces sciences, pour faire des simulations en mécanique par exemple.

Maintenant, prenez l'étudiant anglais qui veut faire de l'informatique. Il n'a pas besoin d'attendre deux ans pour intégrer l'X ou les Mines, lui. Dès sa première année, il entre à Imperial College pour étudier l'info dans des spécialités variées (http://www3.imperial.ac.uk/ugprospectus/whatcanyoustudy). Dès sa première année, il découvre la programmation, les bases de données, la logique, la théorie informatique. Contrairement à l'hypokhâgneux écrasé par son emploi du temps, son temps libre lui laisse le loisir de développer des compétences qui lui sont propres. Il s'intéresse aux intelligences artificielles ou à la robotique ? Il pourra rejoindre une « society » d'étudiants pour découvrir le sujet. Il veut fonder une startup et développer une application ? Rien ne l'en empêche, le campus entier vit. Face à cet ingénieur compétent, autonome et talentueux, le Français fera-t-il le poids ?

Vous me ferez sûrement remarquer qu'en France aussi, il existe des universités et écoles d'informatique post-bac. C'est vrai. Mais quand vient en terminale l'heure de formuler ses v?ux de formation, où croyez-vous que se dirigent les meilleurs élèves ? Vers la prépa, souvent sans trop savoir pourquoi. Je n'en veux pas aux étudiants en prépa personnellement, mais c'est l'existence même de cette formation qui empêche nos universités de rayonner. C'est elle qui permet aux écoles privées de fleurir en grand nombre dans l'enseignement supérieur. Il faut mettre fin à cette partition absurde et inefficace.

Réponse de le 26/01/2013 à 23:13 :
Je suis assez d'accord avec vous, je suis passé par la prépa / GE et je le regrette, mais j'ai bien peur qu'on casse une filière assez bonne malgré tout sans rien améliorer du tout à l'Université. Je me souviens du niveau de l'épreuve d'équivalence du DEUG, c'était effrayant. Il y a en fac une masse d'étudiants très médiocres qui tirent tout vers le bas.
Réponse de le 21/02/2013 à 20:33 :
Moi je me souviens d'étudiants ayant validé math spé qui sont venus passer l'équivalence DEUG parce qu'ils n'avaient pas trouvé d'école. Et bien la plupart se sont fait renvoyer en 2ème année de DEUG parce que le niveau de math de la fac était bien supérieur à celui des prépas...
a écrit le 25/01/2013 à 18:13 :
Si comme il dit Mr Daniel Benchimol ''Le numérique est une industrie du futur et le futur de l?industrie '', il oubli que pour faire du numérique il faut un ordinateur et pour faire un ordinateur il faut une boite, une carte mère, un processeur, ? et des logiciels. De tout  ça qu'est ce que la France fabrique ? presque rien. Alors qu'il retrousse ses manches et qu'il nous dit ou il va embaucher des ingénieurs dans le secteur du numérique.
a écrit le 25/01/2013 à 18:02 :
La France ne manque pas d?ingénieur, mais l'industrie et les société de service manque simplement d'ingénieur payé au SMIC et jetable après 50 ans. Un Sénior en France à le même salaire qu'un débutant en Allemagne voir parfois moin....
a écrit le 25/01/2013 à 18:00 :
Il fût un temps où mon travail comportait une grosse part de technique qui était intéressante.
Maintenant, ou vous êtes dans une grosse boîte ne confie plus à ses ingénieurs que de la gestion de projet sous-traité très peu passionnante (tout étant "externalisé"), ou vous êtes exploité par un de ces sous-traitants, et là non plus vous n'êtes pas plus dans la technique car il faut avant tout faire de la doc et des réunions à longueur de journée pour faire plaisir au client.
Avec de telles perspectives, il est normal qu'autant de jeunes ingénieurs se tournent vers la finance...
a écrit le 25/01/2013 à 17:54 :
les commentaires de ss2ien et de the dude résume très bien la situation .

pour un type qui produit dans une SSII y en a 2 qui vivent au crochet de son travail. Certaines personnes quittent même les SSII pour devenir artisan et gagnent mieux leur vie.

Mais patience , "certains grand compte" commence a comprendre qu'il vaut mieux embauché les techniques directement , même à un salaire supérieur (ce qui permet de choisir ), c'est encore plus rentable que le taux horaire des SSII.

a écrit le 25/01/2013 à 14:33 :
Bah oui ! nos ingénieurs sous le diktat de managers tueurs, avec des salaires merdiques, et cantonnés dans des postes dévalorisés avant de les jeter après pressé le citron quelques mois ... Ben ils se reconvertissent ou quittent la France. L'industrie paye ce qu'elle a semé et surtout dans l'automobile.
Quant au crédit recherche dont le bénéfice qui va se limiter aux salaires limités à 2,5 fois le smic, c'est l'assurance d'un recrutement en dessous ce plafond et l'assurance d'y rester ! :)
a écrit le 25/01/2013 à 14:21 :
Bonjour
Dans le domaine des systèmes d'information, n'importe quel ingénieur surtout français a bien compris qu'il valait mieux être maître d'ouvrage fonctionnel ou chef de projet non technique (faites-moi ci, faites-moi ça) qu'assurer un vrai boulot d'ingénieur. C'est bien mieux payé et plus glorieux quand le projet réussit. Il faut souvent afficher qu'on ne s'y connait, peut-être même cacher qu'on a eu un cursus d'ingénieur, si l'on souhaite progresser dans la hiérarchie et ne pas se faire griller par les gens avec un profil plus commercial ou financier, du moins technique. Ceux là ont bien plus d'atomes crochus avec les dirigeants actuels la plupart du temps financiers, commerciaux ou administratifs.
a écrit le 25/01/2013 à 13:58 :
Il y a peut être un problème de rémunération que l'on peut expliquer de la manière suivante :

Dans bons nombres d'entreprises, l'ingénieur voit une partie de son salaire disparaitre au profit de tous les managers inutiles (bien souvent sortis d'école de commerce), des "fonctions supports" (RH, communication...) et des directeurs trop gourmants en rémunération (quid du salaire de M.Benchimol comparé à celui d'un ingénieur...)

Ce mal bien identifié dans cet article touche toutes les "grandes entreprises" françaises qui s'étonnent d'être improductives. Prenons par exemple PSA : si l'on est cartésien, pour construire une voiture on a besoin d'ingénieurs, de techniciens et d'ouvriers. A la rigueur quelques comptables et quelques RH...Or nos fleurons de l'industrie française comptent aujourd'hui 50% de "fonctions supports" (postes occupés d'ailleurs par quelques ingénieurs reconvertis). Pas étonnant de faire des bagnoles hors de prix...

Enfin ces boites n'ont pas non plus besoin de directeurs payés près d'un million par mois (quand bien même ils sortiraient de l'X...), M.Ghosn par exemple pourrait nourrir sa famille avec 10k?/mois.
a écrit le 25/01/2013 à 12:06 :
On ne comprend plus trop... on nous répète que l'avenir c'est de monter en gamme, faire de la recherche, remplacer les ouvriers par des ingénieurs (j'exagère à peine...) etc. etc. et en parallèle les salaires de ces cadres sont toujours plus bas. Ajoutons aussi qu'en Inde ou en Chine les ingénieurs aussi savent bosser... Bref y'a qqchose qui ne va plus dans cette équation mondialiste. Le problème n'est-il pas une saturation pure et simple des filiales qui paient (encore) ? De la même manière que le progrès des machines conduit à moins d'embauches de personnels, n'aurait-on pas atteint le quota maximal d'ingénieurs / chercheurs ?
a écrit le 25/01/2013 à 11:51 :
Ce qui a fait le plus de mal en France c'est justement les sociétés de service, spécificité bien française, comme Eurogiciel : aucune vision stratégique etc pour l'industrie, juste des marchants de viande.

C'est pas avec ça qu'on va (re)batir une industrie.
a écrit le 25/01/2013 à 11:45 :
Je trouve
a écrit le 25/01/2013 à 11:39 :
Personnellement diplômé d'une école d'ingénieur, j'ai changé de corps de métier quand je me suis rendu compte que les diplômés des écoles de commerce (et assimilés) étaient bien mieux valorisés que les ingénieurs en terme de considération et de rémunération. D'où un mépris du technique parfaitement incompatible avec une logique industrielle.
Une entreprise industrielle qui veut vivre doit faire de la qualité, sinon sa réputation ruinera ses efforts en terme de marketing, communication etc...
a écrit le 25/01/2013 à 11:37 :
"Est concernée au premier chef l?industrie du logiciel, qui s?arrache les jeunes diplômés de cette spécialité et se tourne parfois vers le Maghreb pour recruter. "

Vaut mieux lire cela que d'être aveugle, comme dirait l'autre.
M. Benchimol devrait écrire des sketches comiques, il en a le talent.
Réponse de le 25/01/2013 à 13:03 :
Tiens encore un haineux.
a écrit le 25/01/2013 à 11:35 :
S'ils veulent des ingénieurs dans l'industrie française, ils n'ont qu'à les payer
l?esbroufe des école de commerce paye mieux.... jusqu'à ce qu'ils aient fini de scier la branche
a écrit le 25/01/2013 à 11:30 :
"Ingénieur(e)s, la nouvelle industrie française a besoin de vous !"
Elle est bien bonne celle là!
J'ai fait une formation BAC+5 informatique, et à chaque entretien on me demande mon age..........
Je ne demande qu'à travailler !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Mais dans ce pays bizarre, "les entreprises" estiment qu'à plus de 35 ans, on est un vieux croulant plus bon à rien..........
Aux USA, c'est le plus expérimenté qui emporte le poste! Pas en France!
Les jeunes ne sont pas assez expérimentés et les "autres" sont trop expérimentés...
Mais qu'est ce c'est que ce pays de "OUFs"??????????????????
a écrit le 25/01/2013 à 11:28 :
tout est dit dans cette phrase
"nombre d?ingénieurs français persistent à se détourner de l?industrie au profit d?une carrière dans les secteurs de la finance, du marketing, de la communication, etc. Jugés plus « glamour » et certainement mieux rémunérés, offrant plus de visibilité"

Faut vraiment être une buse pour se detourner de secteurs plus attractifs dans tous les sens du terme. L'industrie perd du poids et a une mauvaise image donc les jeunes s'en détournent. Moi-même ingénieur, je me suis très vite détourné du bureau d'étude pour la finance et ne le regrette pas du tout. A ma sortie de promo , les grands industriels gelaient leurs recrutements Airbus, Alstom, Renault, PSA et faisaient la fine bouche ou multipliaient les plans sociaux. Les PME, je ne les ai jamais vu intéressées par recruter un des nôtres ou alors leur donner leur chance pour innover dans leur coin. Sinon alors un autre débouché Altran, Alten etc. proposent des salaires moindres qu'ailleurs et des missions pas fun du tout dans des zones désaffectées. C'est le jeu de l'offre et de la demande et nombre de mes anciens camarades après 5 ans on quitté l'ingéniérie. Faut donc vraiment avoir des oeillères pour ne pas aller voir ailleurs et choisir ce que, comme jeune diplômé, l'on perçoit comme son meilleur avenir.
a écrit le 25/01/2013 à 11:25 :
blah blah blah... Combien vous payez, et comment? Avez vous viré les "profils" et autres "grilles" et autres "groupes" d'écoles de vos dossiers RH? Etes vous honnêtes? (excusez moi, j'ai dit un gros mot).

Nous, les idiots d'ingénieur, depuis qu'on nous a BIEN expliqué que la mesure de la valeur d'un homme, c'était son argent, et l'argent de ses potes, son réseau d'ancien élèves, et sa page linkedIn, on s'intéresse uniquement à un truc : la valeur en bas de la fiche de paye. Comme tout le monde.


A force de les mépriser, ces gros niais de "techniques", vous n'avez que des "managers", des "business" men.. des politiciens, des "je veux être chef moi.. je suis pas un technique ... gna gna gna".. Et vous n'avez plus que des brêles pour faire le boulot? bien fait!

Les classes prépa, c'est génial, ca permet de filtrer les feignants. Faut les virer! C'est inégalitaire! Le fils d'un ouvrier peut très bien battre un fils de noble!
a écrit le 25/01/2013 à 11:17 :
Monsieur Benchimol, "Président d'Eurogiciel* et du cluster Digital Place, Administrateur de Syntec Numérique" est le représentant du lobby du Syntec, les sociétés membres de ce syndicat patronal sont des sociétés de service en ingénierie informatique (SSII) appelées également « marchands de viandes » pour les raisons suivantes :
Ce sont eux qui ont participé à la précarisation du métier d'ingénieur dans le domaine technique et particulièrement dans l'informatique (condition de travail au rabais, salaires très bas, absence de perspectives réelles, dépassé 40 ans et c?est le chômage assuré)
Elles ont contribué à la baisse des compétences étant données les missions de courtes durées et l?instabilité permanente et changeantes du poste d?ingénieur (ultra flexible) dans ce genre de « sociétés » et par delà au déclin de l?industrie
Son « entreprise » ainsi que les très nombreuses sociétés "de conseil", "de consulting", de « haute technologie » etc qui pullule en France en tant que mauvaises herbes, proposent toutes de la location de main d??uvre et elles contournent allégrement le code du travail et sont en permanence en délit de marchandage.
Elles ont toutes les mêmes clients (EDF, BNP, etc), et elles ne créent aucune valeur ajoutée excepté qu?elles vivent en tant que parasites sur le dos de jeunes diplômés exploités et jetés dès que le salaire dépasse les 2200 euros car la marge y est sacrée, et c?est la raison pour laquelle elle affichent en fanfare chaque année des centaines d? « embauches » par an (en fait liée au très fort turnover liées aux conditions de salaires et de travail exécrables), j?en passe sur les annonces bidons passées sur les sites de recrutement pour faire croire à la bonne santé, ou pour simplement remplir la base de données de CV qui seront utiles en cas de nouvelles « missions ».
Le « business » est basé sur la location à la journée (ou à la demi) de jeunes diplômés (facturée en moyenne entre 400 et 600 euros/jour) qui sont sous payés, n?ont pas de référence en terme de salaire coût de vie, ne connaissent pas leurs droits et ne savent pas qu?ils se font se faire virer ou plutôt poussé à la démission au bout de quelques années le jeune diplômé réclame un salaire décent est viré pour faute grave inventée ou clause de mobilité (abusive bien sûr), le risque et les aléas reposent quasi-exclusivement sur les salariées.
Ces sociétés si elles créaient réellement de la forte valeur ajoutée, Il y aura beaucoup de Facebook, Google, Apple francais, mais non ce ne sont que boites qui pratiquent de l?intérim déguisés.
Son affirmation sur un prétendu manque de compétences/pénurie dans le domaine informatique est un mensonge classique de la Syntec et des SSII si c?était réellement le cas les salaires y serait élevés (on raison de l?offre/demande en faveur des ingénieurs) Or c?est tout l?inverse. L?unique raison est d?avoir plus de d'ingénieurs pour baisser d'avantage les salaires (qui d'ailleurs dans l'informatique sont les bas parmi les disciplines d?ingénierie) qu?ils vont faire du rabattage dans les universités et les écoles, et maintenant dans les lycées.
Enfin pour conclure, taux de chômage est d?ordre de 9% dans l?informatique ce qui est bien loin des mensonges du Syntec (voir Google « conditions de travail SSII » voir les nombreux articles sur munci.org et Internet en général).

Que de la propagande mensongère.
Réponse de le 25/01/2013 à 11:33 :
bonjour, tout cela est très vrai. Altran, Alten, Eurogiciel sont toutes des boites d'interim déguisées. Tous les ingénieurs français qu'elles y emploient seraient bien plus innovant à inventer des technologies dans des bureaux d'études plutçot qu'à remplir des feuilles d'expenses et des timesheets à longueur de journées. Ils s'en mordent les doigts, tant pis...
Réponse de le 25/01/2013 à 13:06 :
Alten...
Ca me rappelle un emtretien d'embauche au cours duquel le "manager" (noeud de cravate de ctravers, dernier bouton ouvert) m'a clairement indiqué que ce qu'il l'intéressait, c'était mon réseau pour avoir de nouvelles missions. Ah oui, si je pouvais apporter ma première mission, ca faciliterait la'rrivée de l'encre dans le stylo pour signer mon contrat!

Sérieusement, je suis ingénieur agroalimentaire. Le salaire moyen d'embauche est de 1300 - 1500 euros en France. Du coup, je travaille en Suisse et suis payé 3x plus (tout compris), avec des missions plus intéressantes, des perspectives d'évolution plus claires, moins de conflits sociaux...
Réponse de le 25/01/2013 à 13:33 :
A la lecture de votre excellent post ss2ien je pense que la Tribune devrait inverser : c'est votre commentaire qu'il faudrait publier et le "publireportage" de Benchimol a mettre en commentaire, sous la mention "Troll du Syntec". Amitiés à tous ceux qui ont connu (ou qui connaissent encore) les marchands de viande.
a écrit le 25/01/2013 à 10:31 :
Etre ingénieur ça veut souvent dire passer par des classes préparatoires en FRANCE; ce qui rebute beaucoup de jeunes et freine largement les vocations vers des carrières incertaines. En outre il faut intégrer dans les cursus la notion essentielle et générale de prise de risque dans un environnement mondialisé.Enfin et contrairement à ce que l'on fait croire l'ingénierie industrielle innovante est la clé de voute de la réussite d'un pays plutôt que l'ingénierie financière qui fabrique des bulles. PS : Je voudrais savoir ce qu'est censée représenter cette illustration.
a écrit le 25/01/2013 à 10:27 :
Diantre ! Un PDG de SSII qui propose de revaloriser les salaires et de relocaliser !
Ah non... Il faut tout lire...
"Mais il faut baisser les coûts salariaux sans baisser les salaires eux-mêmes !"
Ouf... J'ai eu un peu peur... Baisser les coups salariaux sans baisser les salaires (on ne parle plus de revaloriser)... Voilà qui est plus conforme au discours habituel qui a cours dans ce genre d'entreprises.

L'heure doit être grave...
a écrit le 25/01/2013 à 10:07 :
Jeunes gens,n?écoutez pas les mauvais conseils distillés par la presse.
Fuyez les études d?ingénieurs.
Je suis moi-même diplômé d?une de ces soi-disant « grandes écoles » situées dans le haut de tous les classements des écoles d?ingénieurs.
Funeste erreur!
Mon quotidien : chômage et précarité.
Mon passé : travail souvent sans grand intérêt soumis au bon vouloir méprisant de managers sortis d?écoles de commerce de province.
Je vous aurai prévenu?

Réponse de le 25/01/2013 à 11:25 :
J'ignore de quand date votre diplôme d'Ingé, mais je fais le même constat que vous.
Etre Ingénieur en france, ça EU payé. Mais ça paie pu' !
Faites de la finance ou du marketing. Ca, ça paie !
Les Ingénieurs sont considérés comme des techniciens, comme qui dirait les OS de l'an 2000.
a écrit le 25/01/2013 à 10:04 :
Travailler dans l'industrie (aéronautique par exemple) implique bien souvent de faire de la prestation avec tous les aléas que cela implique: faible rénumération, précarisation du travail, missions sous-qualifiées...
Après 7 années de nomadisme professionnelle imposées par cet environnement dont la moitié à l'étranger, j'ai décidé de mettre ma vie privée en premier plan et de me poser. Mon job consiste aujourd'hui à "gérer" une équipe et de faire des planches avec une meilleure paye... C'est nul mais quitte à faire un boulot peu gratifiant autant prendre celui qui est le moins contraignant.
a écrit le 25/01/2013 à 9:59 :
Monsieur Benchimol pourrait commencer par nous dire combien il paye les ingénieurs chez Eurogiciel, combien il y a de stagiaires chez Eurogiciel, et quel est le taux de turn-over annuel dans sa société. Mêmes questions dans les SSII, étant président du Syntec il doit être au courant de tout ça, non?

Parce que c'est facile de dire que l'avenir c'est le numérique, mais quand on voit comment sont traités les ingénieurs en informatique en France (ceux qui font le travail, pas les rigolos qui font du fichier Excel toute la journée), on se dit comme Didier qu'un jeune a plutôt intérêt à étudier la médecine ou le droit, mais surtout pas l'informatique.
a écrit le 25/01/2013 à 9:37 :
Diplomé d'école d'ingenieur il y a quelques années, près de la moitié de ma promotion était étrangère (non UE). Beaucoup d'entre nous comme moi n'ont pas choisi de quitter la France, mais ont ete gentillement invités à partir, trop d'ingenieurs francais au chomage disait gueant, vous pouvez le remercier. Je travaille aujourd'hui dans la finance à Londres et suis triste que mes impots ne servent pas à financer l'excellente formation que j'ai reçu en France...
Réponse de le 26/01/2013 à 0:26 :
achetez des obligations françaises...
Réponse de le 28/02/2015 à 20:25 :
youpi!
a écrit le 25/01/2013 à 9:22 :
La physique des matériaux (par exemple) est la même partout dans le monde. C'est assez dangereux pour un jeune de s'orienter dans cette direction, pour se retrouver à 35 ans en concurrence avec un Ukrainien, un Chinois ou un Brésilien... L'avenir de nos usines est très incertain. Si Renault et PSA se cassent la figure, il ne restera pas grand chose à part Airbus (et encore, si les Allemands ne piquent pas tout). Mieux vaut faire des études de médecine ou de droit.
Réponse de le 25/01/2013 à 11:26 :
Je ne suis pas d'accord, la physique des matériaux a beau être la même partout, cela n?empêche pas d'être plus compétent qu'un autre sur le sujet. Un ingénieur indien aussi brillant soit-il aura toujours le désavantage d'avoir été formé dans une école qui à priori disposait de moins de moyens matériels.
a écrit le 25/01/2013 à 8:27 :
Ces grandes idées sont bien belles mais l'écart de rémunération entre l'industrie et le tertiaire est juste trop important (environ 20% d'après mon expérience personnelle).
a écrit le 25/01/2013 à 6:20 :
Mettre les (ingénieures) entre parenthèses, c'est se priver de la moitié de son vivier de recrutement, d'office !
À comparer avec : " Armée américaine : femmes et hommes désormais égaux au combat "
a écrit le 25/01/2013 à 6:15 :
Les ingénieurs ne sont que le produit de la commission des titres d'ingénieurs. Cet organe aurait du disparaître avec l'europe. Mais non. Faire une formation d'ingénieur implique la présence du marketing à la place de la science ou la technique ou la technologie.
a écrit le 24/01/2013 à 17:34 :
Les ingénieurs sont trop mal payés. N'importe quel marketeux ou école de commerce gagne plus...Il faut revaloriser les salaires !
Réponse de le 24/01/2013 à 23:21 :
Cé hein skandal ! Vous voulez encore faire des riches ! On veut que tous les français soient pauvres !
Réponse de le 25/01/2013 à 9:32 :
Depuis qu'il y a de la redistribution, tout le monde a sa chance et les talents émergent. Quand il n'y avait pas de redistribution, seuls les (rares) riches avaient leur chance et ça s'appelait le Moyen-Age. Je caricature à peine.
Réponse de le 25/01/2013 à 13:36 :
Bonjour

Je tiens à approter mon témoignage.

Diplomé de master pro (et non d'école d'ingé) en ingénierie biochimique, nul en marketing (normal pour universitaire en sciences) mais très solide en sciences et en technique (j'ai aussi un BTS), j'ai galéré 3 ans avant de trouver un poste à 1500 nets dans l'agro en tant qu'ingé, que j'occupe depuis 2 ans.
Un de mes potes, plus jeune, issus des mines, émarge à 1300 nets... un autre, docteur de l'ENS en méca, faisait des saisons... là, il est parti en Suisse : 7500 boules nettes par mois.
Les perspectives des ingés sans réseau sont aujourd'hui... douteuses. A tel point que le choix se réduit entre l?exil et la reconversion. Les métiers du professorat sont les préférés pour se reconvertir. Ceux qui se débrouillent en stats partent dans la finance. Un ingé en analyse financière émarge dur, lui.

Des études longues et difficiles, une sélection draconienne par le concours à l'entrée ou l'élimination + sélection en M1 (le cas de la fac : 300 en début de L1, 11 en master2). Tout ça pour ça.

Mes conseils :
Au jeunes : les boulots d'ingés ça eu payé, mais ça ne paie plus ! Des ingés et des masters au chômage, il y en a à la pelle. Faites autre chose : gendarme, marketing, etc...
Aux ingés en sciences de la vie : faites des cours de physiologie animale, et posez un dossier en école véto. Au moins, le doctorat véto offre reconnaissance et boulot bien payé.
Les concours de la fonction publique ? bonne chance... le moindre concours, c'est 20000 candidats pour 50 places, parfois. Et pour les catégorie A+, faites chauffer le piston, ça sert toujours... si vous en avez. Je parle d'expérience. On est très loin du temps des 4 postes offert par candidats de nos grands parents...
Le doctorat de sciences ? mauvais plan, sauf si vous êtes désespéré ou devenir célibataire à vie.

Petite stat qui fait mal : la France forme 10000 docteurs par an toutes disciplines confondues, et un peu plus de 30000 ingés et masters assimilés par an. Leur niveau est généralement bon, même si universitaires et ingés d'écoles ne sont pas formés au même métier. C'est simplement beaucoup trop pour espérer une revalorisation des salaires au regard des besoins des entreprises.

Réponse de le 25/01/2013 à 14:04 :
En France il y a des ingénieurs si les industries vont en chercher au Maghreb ce n'est pas par manque d'ingénieur en France mais plus pour des cout toujours plus réduit qu'un l'ingénieur français.
Et un ingénieur trop expérimenté = un salaire trop important.
Tout est une question d'argent. Sinon pourquoi certaine industrie fonctionnerai avec + de 60% de prestation externe que d'employé interne.


Réponse de le 11/04/2013 à 21:41 :
Sans vouloir en rajouter à la volée de bois vert ambiante, il serait bon de rappeler que l'auteur de l'article est un acteur du monde de la prestation informatique depuis plus de 20 ans et que ces responsabilités au sein du SYNTEC et de la SSII lui ont permis d'influer sur le métier et d'en en faire ce qu'il est maintenant, y compris avec les défauts qu'il pointe du doigt.
A force de niveler par le bas l'image et la compétence des ingénieurs, c'est leur image qu'elles ont détruite, elles sont devenues des loueuses de viande, offrent des prestations au rapport qualité/prix déplorable et s'étonnent de devoir ramer pour trouver des clients ou recruter.
J'ose espérer que l'avalanche de commentaires négatifs n'étonne personne et surtout pas l'auteur de l'article. C'est tout simplement un indicateur de plus de l'image déplorable des SSII que leur dirigeants ont contribué à forger.
Les talents sont bien présents en France, mais bon nombre fuient les SSII, sont recrutés par les clients, ou végètent dans les TMA ou des forfaits en agence sans possibilité de s'exprimer. Au lieu de pleurnicher, les SSII pourraient commencer à cultiver les talents plutôt d'espérer qu'ils tombent tout cuit d'on ne sais ou. Mais pour ça il faudrait un tant soit peu de vision et d'investissement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :