La Tribune

Sarkozy et l'erreur de marketing de la nostalgie

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Jean-Christophe Gallien*  |   -  564  mots
Revenir et tester les possibles est très naturel et même légitime dans notre système politique. VGE en son temps pratiquait ce sport.

La marque Sarko est toujours vivante mais son corps est absent. Quelques images, comme volées à une longue transition, entre conférences, rencontres, vie privée. Une stratégie que l'on devine pensée mais qui communique comme une forme d'incertitude de la volonté. Et ceci dans un temps déjà si instable pour chacun d'entre nous que nous ne pouvons nous consacrer, encore moins nous passionner pour la narration du mystère du retour ou pas de Nicolas Sarkozy.
Sa parole, plus encore ses écrits, sont rares, en tout cas dans l'espace public. Ce qui pourrait être son texte est délivré par ses fidèles. Mais il devient comme collectif, choral, et se perd dans le bruit médiatique ambiant. Et sa tentative avortée de médiation autoritaire communément rejetée par les deux protagonistes du triste vaudeville de cet automne à l'UMP n'a pas clarifié son positionnement ni sa place.

Que le "past President " parle!
En ces temps de low cost triomphant, la célébration du bilan de l'ex Président de la République française ne peut se résumer à une théâtralisation fantomatique de son bilan. L'utilité pour l'UMP est douteuse, plus encore pour la vie politique française.
Surtout la narration que nous pourrions attendre est celle d'un Nicolas Sarkozy du réel ! Que le past president, comme on dit aux USA, parle, écrive, dise sa vérité de la situation nationale, européenne, globale. Son analyse d'aujourd'hui, sa vision de demain. Certes il y a le Conseil Constitutionnel et la réserve, mais il y a aussi le besoin collectif d'engagement et d'éclairage de l'ancien Président.
La narration du bilan, le marketing de la nostalgie est une mauvaise base de conversation. Certes quand les repères s'effacent, quand l'accélération du temps nous tétanise, quand la météo économique et sociale n'annonce que des dépressions, il y a une tentation à se réfugier dans un nostalgie patrimoniale, pour tenter de vivre un présent dans lequel on ne peut trouver sa place.

Phénomène mémoriel de repli

Le marketing politique de la commémoration pourrait embrasser et valoriser ce phénomène mémoriel de repli face à la tyrannie du présent et les brumes de l'avenir. Il n'en est rien. Il y a erreur de conversation. Encore une fois ce dont nous avons collectivement besoin, ce à quoi devrait s'employer l'ancien Président de la République, c'est nous aider à comprendre notre époque et à préparer notre futur. Certes peut-être en interrogeant le présent et le passé, en vue d'éclairer l'avenir, mais pas dans la seule célébration du passé et du sien en plus. La marque Sarko devrait s'installer dans un rôle d'éclaireur.
Le passé pour le passé, l'abus de mémoire, on ne peut parler à si courte distance d'histoire sont de mauvais champ narratifs. Le «c'était mieux avant » ne peut plus fonctionner quand il devient l'alternative généralisée à l'impuissance du présent.
La marque Sarko devrait se poser en avocate du futur, des enfants, de l'intérêt général, pas de sa propre mémoire. Là peut-être, un nouveau rendez-vous pourrait trouver légitimité. Qui sait.

 *Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne
Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

 

Réagir

Commentaires

cifra42  a écrit le 09/03/2013 à 5:38 :

qu'il aille raconter des conneries autour du monde et qu'il nous laisse tranquille.Il a fait
assez des dégats.

pemmore  a écrit le 08/03/2013 à 16:03 :

Chirac et Sarkozy ont joué à paul doumer et albert lebrun, et notre pauvre Hollande déboule alors que la guerre économique est perdue. L'état n'a plus d'argent, il y a une pléthore de fonctionnaires et leurs retraités qui bouffent toute sa principale ressource la tva.
Les impôts directs ne financent que les intérêts de la dette.
La seule recette possible mais violente c'est de retirer 10% de ressources à tous les improductifs, fonctionnaires, retraités(j'en suis un) chômeurs, rsa.
Et tout pourra redémarrer.
Puis régionaliser, que les régions se débrouillent, décident des lois économiques, de l'immigration, de la sécurité, des investissements, de la dette etc ,et ne pas laisser l'économie aux mains d'un gouvernement.

Joodan  a écrit le 05/03/2013 à 12:27 :

Finalement il y a deux moyens disponibles pour se projeter vers l'avenir : le premier consiste à faire le procès du passé et alors toute forme de proposition est assurément vouée à l'échec car on ne fait pas du neuf avec de l'ancien et, il y à le second qui consiste à prendre la situation dans son état et de partir de là. C'est simple mais cela ne peut fonctionner que si "ON" a défini l'objectif ou autrement dit, quel état futur "ON" voudrait atteindre. En positionnant le débat sur cette perspective "NOUS" (c'est tout de même mieux qu'un "on" dépersonnalisé tel un voisin que nous ferions mine d'ignorer) parlerons de notre avenir au lieu de débattre d'un passé sur lequel, de toutes les façons, nous ne pouvons plus agir. Notre responsabilité individuelle est engagée et correspond à peut de chose près à une autre de nos responsabilités individuelles (et inaliénable) : nous consommons tous des produits et de l'énergie. Le prix de ces produits n'intègre pas le coûts des dommages sociaux et écologiques réels qu'ils induisent, tout comme la déconstruction des centrales nucléaires n'est pas intégrée au prix de l'énergie. Si demain nous intégrons ces coûts, combien d'entre vous l'accepterait ? Certainement très peu ! Cette métaphore à l'avantage de nous contraindre à regarder en face la réalité. Si nous voulons un avenir il faut d'abord accepter nos erreurs collectives. Nous sommes tous responsables de nos élus... Et nous sommes tous autant responsables de leur alternance que nous soyons d'un bord ou de l'autre. La somme de "NOUS" est notre société, arrêtons de nous battre contre nous-mêmes et regardons enfin l'avenir.

Bacsidb  a écrit le 24/02/2013 à 9:37 :

Un quinquennat c'est court. Or la France est engluée, immobile, depuis l?après-guerre 1945, De Gaulle a concédé aux communistes pour des raisons évidemment historiques, une organisation sociale invariable à ce jour, le paritarisme. Pour cette raison la France est profondément marxiste, au sens où la lutte des classes et le refus du capitalisme restent les seules lignes directrices des syndicats de "travailleurs". Ensuite il y a eu en 1958 la cinquième république, dont l'organisation politique est un autre facteur d'immobilisme, et que les réformes territoriales n'ont pas résolu et même aggravé. Malgré la décolonisation, la construction européenne, mai 1968, la mondialisation, la montée en puissance des émergents et des pays pétroliers, la désindustrialisation, la révolution numérique, la maison France reste invariable, tout juste un petite alternance pour que rien ne change. Comment s'attaquer à de profondes réformes structurelles quand chaque partenaire décideur perdrait sa raison d'être et les avantages concédés à sa corporation, quand chaque homme ou femme politique, aussi petit fût-il, perdrait son poste et ses pouvoirs. Enfin dans chaque français sommeille un rentier. A certaines périodes les français parviennent à constituer une certaine épargne, une certaine richesse (ce qui fait que la France n'est pas en faillite à ce jour est que ce patrimoine est de 13.620 milliards d'euros, près de huit fois le PIB), à d'autres périodes l'Etat tentaculaire reprend. Ainsi va la France, riche (mais de moins en moins), ambivalente et indécise (le partage 50/50 peut-il durer?), et nostalgique (mais la stratégie de défense du hérisson a ses limites quand il nous faudrait un renard pour nous montrer l'avenir) ...

Udine 44  a écrit le 23/02/2013 à 19:03 :

C'est quoi cet article? Verbiage et creux!

Démocratie évanouie  a écrit le 23/02/2013 à 16:05 :

"La marque Sarko devrait se poser en avocate du futur, des enfants, de l'intérêt général" : c'est folie de croire qu'un socialiste tel que Sarko, même sur le retour, puisse réparer les dégâts provoqués par un autre socialiste, Hollande. Dans l'affaire récente sur le mariage pour tous, quelle personnalité politique véritablement d'opposition a promis d'abroger les lois socialistes séance tenante si elle devait être élue ? Dans le passé récent, alors qu'ils étaient au pouvoir, quand ont-ils supprimé le PACS, la CMU, le RMI, les 35h, le SMIC, supprimé les retraites par répartition forcée ou privatisé la sécu ? Il n'y a rien à espérer de l'alternance UMP-PS tant que l'UMP persistera à être plus socialiste que le PS, prônant un socialisme acharné et obtus dont NKM à Paris ou Keller à Strasbourg sont les caricatures. Et ne parlons pas du FN : plus (national) socialiste, tu meurs ! Mais où est passée la démocratie dans ce pays ? A quand une véritable opposition ?

yokikon  a écrit le 22/02/2013 à 15:23 :

Qui a la nostalgie du discours d'ouverture le 27/01/2010 de la 40 ième session du forum de Davos, tellement Don-Quichottiste, suivi en fin d'année du Carnavalesque Festival du G 20 à Cannes où le Héros fut encensé et laissé avec sa sébile vide ? ? ? ! ! !

gerardc27  a écrit le 22/02/2013 à 11:59 :

HOLLANDE n'est pas celui que l'on attendait quoique il donne l'impression( fausse) de cajoler tout un chacun en ces temps délicats; mais au moins avec lui on n'a pas cette impression diffuse d'être dirigés par des brigands sans vergogne dignes des coupeurs de route.

pmxr  a écrit le 22/02/2013 à 10:23 :

ce que je retiens de sarkozy c'est le "casse toi pov'con" !

hades  a répondu le 22/02/2013 à 11:01:

la meme.

cabernet83  a écrit le 22/02/2013 à 9:41 :

L'énarque qui est en place aujourd'hui est archi-nul comme gouvernant, mais le précédent qui était à sa place était un incapable, un irresponsable, un corrompu et un menteur.

alcide senechal  a écrit le 22/02/2013 à 9:36 :

Pas besoin de faire un examen de ressenti ou de se poser la question de savoir ce qui n'a pas marché dans le quinquennat; cet ancien président n'a jamais respecté ses promesses, n'a fait que de créer des taxes, favoriser financièrement ses petits copains et ruiner la France par des actions aussi inutiles que coûteuses.
Personnellement un petit rappel:
Le programme présidentiel de Nicolas Sarkozy en 2007 listé en 15 points :
1/Mettre fin à l'impuissance publique
2/Une démocratie irréprochable
3/Vaincre le chômage
4/Réhabiliter le travail
5/Augmenter le pouvoir d'achat
6/L'Europe doit se protéger dans la mondialisation
7/Répondre à l'urgence du développement durable
8/Permettre à tous les Français d'être propriétaires de leur logement
9/Transmettre les repères de l'autorité, du respect et du mérite
10/Une école qui garantit la réussite de tous les élèves
11/Mettre l'enseignement supérieur et la recherche au niveau des meilleurs mondiaux
12/Sortir les quartiers difficiles de l'engrenage de la violence et de la relégation
13/Maîtriser l'immigration
14/De grandes politiques de solidarité, fraternelles et responsables
15/Fiers d'être français
Vous prenez les électeurs Français pour des demeurés?.
L'honnêteté c'est pas ce qui étouffe certaines personnes à ce que je vois!.
Ils ont droit à des vacances? Qui paient?
En plus, ils sont loin d'avoir fini le job et 2012 approche!
RAPPEL : Le programme présidentiel de Nicolas Sarkozy en 2007 listé en 15 points :
1/Mettre fin à l'impuissance publique
2/Une démocratie irréprochable
3/Vaincre le chômage 4/Réhabiliter le travail
5/Augmenter le pouvoir d'achat
6/L'Europe doit se protéger dans la mondialisation
7/Répondre à l'urgence du développement durable
8/Permettre à tous les Français d'être propriétaires de leur logement

@ alcide s  a répondu le 22/02/2013 à 9:47:

Merci pour ce récapitulatif édifiant !! Rien n'a été fait de tout cela ! ou alors, comme tous ces hommes politiques, tout le contraire! aucune confiance dans tous ces barjaqueurs " !

@alcide  a répondu le 22/02/2013 à 10:20:

Ne soyons pas trop dur quand même avec l'ancien président, au point numéro 4, il a fait un effort en défiscalisant les heures supplémentaires des travailleurs.
Défiscalisation que les socialos se sont empressés de supprimer à peine arrivés au pouvoir, en représailles du manque de résultat des votes socialistes dans la classe ouvrière.

chirs  a répondu le 22/02/2013 à 12:31:

A part du déficit et du chômage supplémentaire, cette mesure n'a rien apporté à l'économie. Tant mieux pour ceux qui en ont profité à nos frais. Cela est attesté par un rapport parlementaire dirigé par un parlementaire UMP et un parlementaire PS.
Plus que de représailles, il s'agit de renoncer à une mesure inefficace qui a coûté 4,5 milliards par an et encouragé la triche.

toto42  a répondu le 22/02/2013 à 15:46:

+ 1000

emi  a écrit le 22/02/2013 à 9:11 :

A mon avis si Hollande est passé c'est à cause de la haine qu'a fini d'inspirer Sarkosy et son système.
S'il se représente, il est certain que la gauche repassera en 2017 car la majorité des français ne veut plus de Sarkosy.
Par contre, dans les nouvelles, ou récentes, personnalités de droite, certaines sont capables d'inspirer une réelle sympathie qui permettrait à la droite de gagner en 2017.
Mais je ne parle pas des personnalités trop connues et "grillées" à cause de leur égo: Copé, Fillon, par exemple, ne représentent plus l'avenir de la France et ne sont pas plus aimés que Sarkosy...
Enfin, ce n'est que mon avis.

alban  a répondu le 22/02/2013 à 9:34:

oui UNE droite redevenue réellement républicaine, avec de nouvelles têtes ,assise
sur des valeurs telles que les souhaitent ceux qui ne veulent pas d'un passé peu flateur.
tirer les leçons, faire un bilan, et s'investir pour demain, mais qui osera ?

hades  a répondu le 22/02/2013 à 10:00:

c'est pas avec un copé, dont la nomination a fait du bruit, que l'ump peut se targuer d'etre le reflet de boonnes valeurs ;

Bubu  a répondu le 22/02/2013 à 10:20:

"Sur un malentendu on peut conclure", c'est ce qui s'est passé le 6 mai 2012...

benoit-joseph  a écrit le 22/02/2013 à 8:03 :

contrairerement au chroniqueur, il n'ya pas célébration du passé, mais sublimation, et en oubliant de faire un bilan qui lui est extrêment réel et négatif au niveau économique ,social,etpolitique. l'ex-président ? une courbe exponentielle involutive.!

ABCD  a répondu le 22/02/2013 à 10:11:

hé!hé!hé! pas mal, la courbe exponentielle involutive !!

Vivement le retour  a écrit le 22/02/2013 à 7:40 :

Vivement le retour de la Dream team : Lefèvre, Morano, Balkany, Laporte, Dati...les rétro commissions et les cadeaux des sponsors dans les paradis fiscaux !

Pilouface  a écrit le 22/02/2013 à 0:04 :

La victoire de FH fut tellement ténue qu'il serait malvenu que l'ancien président mine l'action? politique en cours par quelque extravagance que les medias auraient vite fait de mettre sur le compte de l'agitation et du dépit.
La seule chose à faire est de planifier les secours dans le plus grand silence avant la catastrophe annoncée.

Democratix  a écrit le 21/02/2013 à 22:14 :

Que SARKOZY parte au Maroc comme il avait prévu de le faire. On ne veut plus de lui.
L'UMP est devenu sous son impulsion le parti d'une caste qui méprise 90% des français.
Le pouvoir d'achat promis en 2007, il fallait être membre du premier Cercle de l'UMP pour le voir augmenter grâce au bouclier fiscal.

à Démocratix  a répondu le 22/02/2013 à 9:48:

+ 100000000 !!!!!!!

DOLCE VITA  a répondu le 22/02/2013 à 9:52:

il devait rejoindre la "DOLCE VITA" ensuite, non ? que ne le fait il pas, et nous débarasse par la même occasion de ce polichinelle monté sur piles !!

toto42  a répondu le 22/02/2013 à 15:50:

+ 1000000000000 !!!!!!!!!!

JDH  a écrit le 21/02/2013 à 22:07 :

C'est trop tôt : il faut d'abord attendre que F Hollande abroge l'accès automatique des anciens présidents au conseil constitutionnel pour que Sarko démissionne en signe de soutien. Sinon, il lui sera reproché de ne chercher que les postes et le pouvoir.

Alain  a écrit le 21/02/2013 à 20:34 :

Cette mise en garde contre le "avant c'était mieux" est révélateur du flottement qui existe en ce moment au sommet de l'état. Sarkozy ne parle pas aux journalistes, mais les journalistes parlent de lui. Après tout en politique l'essentiel c'est de faire parler de soi en bien ou en mal.

lemans  a écrit le 21/02/2013 à 20:21 :

De grace assez parle de l'agite !!!

@ lemans  a répondu le 22/02/2013 à 9:49:

hou la la! ô ! que oui !!!!!!

toto42  a répondu le 22/02/2013 à 15:52:

+ 1000000000000 !!!!!!

vado via ! carlita ......  a écrit le 21/02/2013 à 19:42 :

il l'a dit qu'il le fasse et se taise à jamais ! boire un verre avec lui , certainement ! le voir revenir , non ! surtout pas , c'est déjà beaucoup ce qu'il a fait ! la coupe est encore pleine ......j'ai cru lire qu'il était e train de créer sa société au luxembourg ( hé ! pas le jardin ! )

Au secours !  a répondu le 21/02/2013 à 20:52:

S'il pouvait nous libérer du flanby et de son équipe de bras cassés...

fou  a répondu le 22/02/2013 à 9:24:

Tu as raison, au secours, sarko revient, 500 milliards d' euros de plus de déficit plus 52 taxes supplémentaires, copé qui trempe dans la piscine de takiéddine, attendons de voir si flambi va en faire autant; s'il vous plait attendons...