La Tribune

Comment la 4G va réinventer le modèle économique des opérateurs mobiles

Pierre Péladeau, Mohssen Toumi, Steven Pattheeuws, du cabinet Booz & Company.
Pierre Péladeau, Mohssen Toumi, Steven Pattheeuws, du cabinet Booz & Company.
Pierre Péladeau, Mohssen Toumi et Steven Pattheeuws  |   -  1161  mots
Pierre Péladeau, vice-président de Booz & Company, Mohssen Toumi, directeur, et Steven Pattheeuws, expert, expliquent que l'avènement de la quatrième génération de téléphonie mobile va profondément révolutionner le secteur de télécoms au travers de trois vecteurs : les usages, les modèles économiques induits par ces usages et les nouvelles formes de collaboration entre opérateurs.

La 4G, qui succède à la 3G, est la première technologie à avoir été spécifiquement développée pour la « data », l'Internet mobile. Selon les prévisions, l'utilisation des données mobiles devrait croître au rythme d'environ 80% au cours des 5 prochaines années. Jusque-là, les réseaux étaient construits pour transporter de la voix. Avec la 4G, la data est véritablement placée au c?ur du dispositif. Elle permet une vitesse de chargement sept fois plus rapide que la 3G, et un délai de latence divisé par cinq. Jusque-là, le saut était quantitatif (avec l'augmentation du nombre de mégaoctets); désormais, le bouleversement sera qualitatif et ouvrira le champ à de nouvelles d'applications comme la vidéo ou la visio-conférence. Sans pouvoir encore le quantifier, il semble également que le cloud (synchronisation des données avec le PC, la tablette, le smartphone etc...) tiendra une place importante dans les nouveaux usages permis par la 4G. Les applications pour le consommateur comme pour les entreprises seront nombreuses et simplifieront les usages : par exemple un commercial pourra accéder à distance à toutes les applications de CRM (customer relationship management, gestion de la relation client) ; de la même façon l'utilisation de la tablette sera plus fluide que l'on soit itinérant ou sédentaire. D'après nos analyses, 258 millions de personnes dans le monde utiliseront cette technologie en 2013 ce qui représente une croissance de 180%. Mais au-delà des grands constats, les futurs usages de la 4G restent à inventer, l'expérience nous fait dire que toute révolution dans l'univers des hautes technologies engendre des innovations par définition méconnues.

Rebattre les cartes tarifaires
Lorsque l'on s'intéresse aux modèles économiques, on s'aperçoit que la 4G va conduire à un véritable changement de paradigme. Les usages de la data sont en effet en forte croissance. Jusque-là, les tarifications mises en place par les opérateurs étaient articulées autour de la voix et du sms; or celle-ci devient secondaire, et en France, l'illimité est en passe de devenir le standard. Notre conviction est que les opérateurs doivent profiter de cette opportunité qu'offre la 4G pour rebattre les cartes tarifaires, valoriser le réseau et en extraire davantage de valeur. Verizon aux Etats-Unis offre aujourd'hui l'exemple le plus abouti d'entreprise ayant mené à bien ce type de migration. Verizon a en effet profité de la technologie LTE pour repenser complètement sa stratégie tarifaire et mettre en place différents niveaux de prix pour différents usages en articulant ses offres autour de la quantité de data téléchargée et le nombre de terminaux utilisés. Ce processus est long - il a pris un an chez Verizon - mais il s'est avéré payant. On estime qu'aux Etats-Unis, où Verizon mais aussi AT&T se sont lancés depuis deux ans, 10% du parc est en LTE, en majorité chez Verizon dont les revenus et la profitabilité se sont simultanément améliorés avec une croissance du chiffre d'affaires de 4%, et une rentabilité de + 12%.
Les opérateurs se trouvent donc à la croisée des chemins : ils sont dans l'obligation de repenser leurs offres pour refléter les nouveaux usages dictés par l'explosion de la data, notamment en termes de volume et de vitesse.
En France, la même approche peut fonctionner malgré l'environnement low-cost dans lequel évoluent les opérateurs. S'il y a un espace pour un marché « premium » (haut de gamme) en France, tout dépendra du comportement des opérateurs principaux, qui devront faire preuve d'ingéniosité pour défendre cette « prime ». Dans nos benchmarks, on constate que l'écart entre les offres low-cost et « premium » peut aller jusqu'à 40-50% selon les marchés. L'un des leviers les plus importants pour justifier et maintenir ce premium résidera très probablement dans la qualité du réseau.

Investir dans les réseaux .... et explorer de nouveaux modes de collaboration
La 4G n'est pas une évolution supplémentaire mais constitue bien l'un des changements les plus profonds du secteur. Elle complète la révolution des smartphones : jusque-là les consommateurs disposaient des terminaux mais leur utilisation était bridée par le réseau. Désormais la 4G libère l'usage de la data. Une question se pose alors : comment les opérateurs vont-ils s'y prendre pour capter le potentiel de création de valeur qu'offre la 4G ?
A nos yeux, l'un des leviers majeurs réside dans la qualité du réseau. En France, le réseau d'accès mobile représentera un investissement de l'ordre de sept à dix milliards d'euros au cours des cinq à dix prochaines années. Cet investissement, lourd pour les opérateurs - si l'on ajoute l'acquisition des nouvelles bandes de fréquence pour un montant total de 3,5 milliards d'euros - va les conduire à considérer les leviers stratégiques et opérationnels pour réduire les coûts de déploiement du réseau. Dans ce contexte, la mise en place de stratégies d'économies d'échelle et de mutualisation des coûts est une option clé. En particulier avec ce que l'on appelle le partage de réseau (« network sharing ») qui permet non seulement de mutualiser les sites, antennes et « backhaul » (réseau de collecte), jusqu'à 45% de sites en moins, mais également de générer des synergies dans les opérations de maintenance, d'ingénierie. On observe d'ailleurs un partage actif de réseau croissant parmi les opérateurs européens et, selon nos analyses, une telle pratique pourrait améliorer les coûts annuels de 30 à 40%. Le partage de réseau mobile pourrait donc permettre au secteur d'économiser de 20 à 40 milliards d'euros par an en Europe au cours de cinq prochaines années (lire à ce propos l'étude Booz & Company « Sharing Mobile Networks: why the pros outweigh the cons », octobre 2012).

Toutefois, malgré ce potentiel, peu d'opérateurs ont franchi le pas, on recense tout au plus une dizaine d'accords conclus à grande échelle. De nombreux obstacles subsistent en effet : la difficulté de négocier un accord avec des homologues, les inquiétudes liées au risque de perte de focalisation opérationnelle après un déploiement rapide du réseau 4G, la crainte d'une éventuelle perte de contrôle sur le réseau d'accès ou d'une dégradation de la qualité, l'incapacité à s'entendre sur le modèle opérationnel. A nos yeux, la recherche de solutions véritablement créatives fera la différence. Des accords fondés sur des principes clairs et négociés dès le départ, la revue des options et mécanismes envisageables sur le plan contractuel, une planification rigoureuse et des procédures communes de résolution de problèmes sont des facteurs clés pour garantir la réussite d'un tel accord.
Il faudra bien juger sur pièces, et les pratiques collaboratives devraient se multiplier dans les années à venir...
 

Réagir

Commentaires

Anonyme  a écrit le 09/04/2013 à 15:24 :

Du blabla de consultants... Je connais, j'ai aussi eu l'occasion de pondre de tels rapports... Ce que je ne comprends pas, c'est que certaines entreprises commandent encore de tels rapports, comme si elles n'étaient pas conscientes qu'ils ne sont que du vent et de l?esbroufe !

MATLFRC  a écrit le 06/04/2013 à 22:32 :

La 4G qu'on nous présente, à savoir la technologie LTE, n'est pas une vraie 4G. C'est l'ultime évolution de la 3G.
Mais les mensonges des opérateurs ne s'arrêtent pas là. Quand on regarde leurs cartes de couverture 3G, on constate que 80 % du territoire est couvert. Dans la réalité de nombreux endroits ne sont même pas couvert par les réseaux mobiles. Et on nous parle de la 4G !!! On se fout de nous.

Théophile  a écrit le 06/04/2013 à 17:32 :

Sans vouloir être provocateur, les Telecoms vont normalement davantage sédentariser la population notamment grâce au télétravail et il est tout de même plus confortable de regarder de la video chez soi plutôt que dans les transports. Donc méfions-nous des prévisions sur le mobile : il y a certes un besoin de low cost pour la communication mobile basique qui vient d'être couvert mais qui renvoie maintenant la question du financement de la desserte du territoire...mais pour le haut débit, pas sûr que le marché soit si énorme que cela...Par contre, le jour où il faudra renouveler la boucle locale (désintégration des poteaux bois par exemple), là la question des flybox 4G se posera comme on le voit en Chine ou en Afrique aujourd'hui. Donc la 4G pour remplacer la boucle locale OK, pour un besoin premium en mobilité, c'est plus discutable...

SchroumpfETTe  a écrit le 06/04/2013 à 12:26 :

Pas besoin de lire ses conneries de 4G!
Déjà qu'en temps normal dans certaines régions on ne reçoit pas de réseau, qu'ils s'occupent de ça en premier lieu!
Vraiment ils font tout ses opérateurs pour se mettre du fric dans les poches pour faire avancer le temps mais avant ça qu'ils exploitent un peu les capacités du réseau français!!!!

0fred  a écrit le 06/04/2013 à 10:38 :

ils font dans le bobo nourrit aux bisounours maintenant dans la téléphonie. Moi je dis plutôt un odieux
montage d'une escroquerie marketing de plus pour vendre des pseudos services qui ne servent qu'a véhiculer de la pub et vendre des forfaits plus chers...Déjà qu'avec des taux de couvertures réel en 3G minables après +de10 ans d'implantations il faudra 20 ans pour la 4G à notre oligopole d'opérateurs Franchouillards dont la seule ambition est de s'unir pour vous vider les poches comme avant la freevolution afin d'engraisser leurs actionnaires...Si la 3G fonctionnait à son vrai débit théorique cela suffirait pour 98% des gens et des utilisations smartphones (sauf la TV full HD mais vu sur un écran de 10cm quel gâchis !...) Une fois l'effet de mode passé, connecté avec ses potes en visio via skype ou les vidéos Youtube ça n'a pas besoin de 1080p de résolution avec la bande passante qui va avec pour 10 ou 12.5 cm de diagonale...et la tablette reste à la maison connectée en wifi...Vous vous voyez vous trimbaler votre tablette 8" ou 10" dans le bus ou le métro..déjà qu'on arrache les smartphones facilement alors les tabs...

snmp  a écrit le 05/04/2013 à 16:30 :

Cela fait promesse de mine d'or prodigué par les vendeurs de cartes et de pioches

All  a écrit le 05/04/2013 à 15:09 :

Déjà, qu'ils fassent fonctionner la 3G correctement et dans plus d'endroits, ça sera largement suffisant !!

Eric  a écrit le 05/04/2013 à 13:12 :

En H+, soit le maxi de la 3G, on est à environ 42 MBps. On va passer à 100 Mbps.
Pour télécharger 5 M0 de musique, je vais donc gagner 1 seconde ou 6 secondes par rapport à la 3G+.
Sachant que les gros téléchargement se font en général en wifi, à la maison ou en hotspot, je doute que la 4G intéresse vraiment l'utilisateur moyen.
Télécharger un film sur un smartphone ? Quel intérêt ? Les tablettes ? Même pas 1 sur 10 utilise le 3G pour télécharger. 80% des tablettes sont vendues en wifi et l'usage est également à 80% à la maison. Ceux qui ont des 3G ne l'utilisent qu'occasionnellement en 3G.

djeil  a écrit le 05/04/2013 à 11:28 :

Pour aller plus loin JP, bientot ils vont afficher leur propre pub en comptant celà comme de la data exprès pour pouvoir le faire payer. Et c'est ça qu'ils appellent création de valeur. C'est l'affichage agressif de publi parasites qui en plus de saturer leur réseau nous sont facturés. Et après ils vont venir jouer les pleurnicheuses (déjà quand un concurrent les remet à leur place et...) ...en nous sortant le refrein du réseau saturé alors que c'est eux qui font font exprès pour ensuite nous dire qu'ils doivent investir dans les réseaux et que c'est pour ça que les prix DOIVENT augmenter et surtout pas baisser. Et bien sur Montebourg et Pellerin censés représenter nos intérêts mais qui ne nous représentent plus depuis bien longtemps marchent dans toutes leur combines et leurs impostures d'une malhonnêteté sans nom.

cmoi  a écrit le 05/04/2013 à 8:28 :

Je suis informaticien, angliciste convaincu et pourtant je trouve cet emploi du mot data (en lieu et place de données) inutile; snob, pédant, prétentieux, inapproprié, choquant, quant au contenu son côté factuel tient de l'esbroufe.

jp  a écrit le 05/04/2013 à 4:31 :

Eh oui, le reve de l'ex monopole, toujours oligopole, revenir au minitel ou on faisait payer les data au volume, au temps passé avec des taux de marge de 85%. ils ont essayé de faire cela sur internet : rappeler vous wanado avec son compteur au volume!!!! Leur reve : sur votre smartphone: vous regardez de la pub et vous payer le volume de data qui s'affiche!!! c'est ça de la creation de valeur, pour l'actionnaire, pas pour le client! apres les rentes assurées par le modele actuel/ancien du mobile, la desintoxication est dure et le reve de revenir au temps beni est toujours la!!!!

syfre  a écrit le 04/04/2013 à 23:11 :

La 4G tous le monde s'en fou
Déjà la 3G c'est une escroquerie alors la 4G ...

Rémi  a écrit le 04/04/2013 à 20:40 :

Ben voyons, que les opérateurs se contentent de couvrir 100% du territoire en EDGE, on pourra au moins recevoir nos mails.
Lorsque l'on voit un certain opérateur au carré rouge, dont le réseau est constitué de petits noyaux en 3G et tout le reste en GPRS, je me marre.

Capricio  a répondu le 05/04/2013 à 12:06:

L'opérateur en question propose la meilleure couverture de France, avec 98,6% de la population. C'est ça, vos petits noyaux ?

Par ailleurs, le réseau 2G (qui couvre de son côté, 99,5%) est constitué de GPRS, mais aussi de EDGE, comme les autres.

Sur des sites moins technos, des propos comme les vôtres sont qualifiés de "troll".

kassim  a répondu le 05/04/2013 à 15:21:

Sur des sites moins technos, des propos comme les vôtres sont qualifiés de propos de "petit soldat", nier le retard technologique du carré rouge c'est de la rhétorique à la coréenne. J'espère qu'en postant à 12:06 cela ne vous a pas fait arriver trop en retard a la cantine de la place Carpeaux :-)

micheldurand666  a écrit le 04/04/2013 à 19:00 :

Aura t_on la 4G à 2 euros par mois ?

Vieuxsinge  a écrit le 04/04/2013 à 16:11 :

Messieurs,
bien que Booz soit une multinationale anglo-saxonne, en France et en français il convient d'utiliser <données> ou <transmission de données> plutôt que <data>.
Ceci dit, on retrouve bien le gloubi-boulga habituel des consultants dans votre fort long premier paragraphe dithyrambique qui se termine néanmoins par un humble "les futurs usages de la 4G restent à inventer, l'expérience nous fait dire que toute révolution dans l'univers des hautes technologies engendre des innovations par définition méconnues." Je vous en sais gré, mais suffisait de le résumer ainsi ....
Pour le reste, je vous laisse l'opinion selon laquelle la 4G/LTE est la mère de toutes les révolutions technologiques (comme l'était déjà la 3G/UMTS il y a 10 ans) ; faut du sensationnel pour vendre du conseil, normal.
Dur, dur, le métier de visionnaire !

Valentin  a répondu le 04/04/2013 à 22:09:

+1 les auteurs ne savent pas quoi écrire pour vanter cette technologie:
"Jusque-là, le saut était quantitatif (avec l'augmentation du nombre de mégaoctets); désormais, le bouleversement sera qualitatif et ouvrira le champ à de nouvelles d'applications"
Le qualitatif depend uniquement du quantitatif ... Les deux augmentent toujours ensembles...
La 3G et la 3G+ ont leurs temps ouvert le champ a de nouvelles applications.
Pour la 4g ca reste a inventer, pour l'instant on nous parle surtout de vidéo HD 4k sur nos smartphones ce qui ne servirait a mon sens a rien.

Valentin  a écrit le 04/04/2013 à 15:50 :

La 4G c'est surtout du marketing pour augmenter les prix après le passage de l'ouragan Free. La 3G c'est déjà des paquets numériques, la révolution a déjà eu lieu.

Capricio  a répondu le 05/04/2013 à 12:08:

Le GSM 2G aussi est du numérique (et était déjà une révolution). Cela n'a pas empêché la 3G d'être également une révolution, et la 4G d'en être une nouvelle.

Grillés  a écrit le 04/04/2013 à 14:09 :

Et pendant ce temps, le cancer du cerveau chez les enfants augmente de 50% par an

Rolula  a répondu le 04/04/2013 à 21:58:

Soit au bout de dix ans une augmentation vertigineuse de 3844%
Il y en a un qui a un cancer "du" cerveau et on sait c'est qui ....

collaboration  a écrit le 04/04/2013 à 12:23 :

Si l'intérêt de la 4G tourne autour des pratiques collaboratives, c'est d'abord pour les clients : pouvoir continuer à travailler avec ses propres données, ses données de projet, ses données d'entreprise, ses données sectorielles, etc. n'importe où dans le monde. La vie de bureau avec ses contacts physiques permanents entre collègues va diminuer au profit des contacts clients là où ils sont. Alors, messieurs les opérateurs 4G, commencez par montrer l'exemple de collaboration, vous serez plus proches des besoins de vos clients.

opif  a répondu le 06/04/2013 à 10:48:

vous voulez dire kaka?