La Tribune

Cécile Duflot "Livré à lui-même, le marché immobilier a autorisé tous les excès"

"Le rebond des mises en chantier au deuxième trimestre 2013 est un signal encourageant", affirme la ministre du Logement. / Reuters
"Le rebond des mises en chantier au deuxième trimestre 2013 est un signal encourageant", affirme la ministre du Logement. / Reuters
Propos recueillis par Philippe Mabille et Mathias Thépot  |   -  1836  mots
Dans son projet de loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur), présenté récemment au Conseil des ministres, la ministre du Logement Cécile Duflot a affiché clairement sa volonté de réguler davantage le secteur de l'immobilier français. Les ménages pourraient y gagner en pouvoir d'achat, et l'Etat en compétitivité.

LA TRIBUNE - Le choix de la régulation porté par le projet de loi Alur fait débat. N'y a-t-il pas un risque de provoquer l'effet inverse à celui escompté ?
CECILE DUFLOT -
Absolument pas. Le logement est un bien de première nécessité, comme l'eau, l'énergie et la nourriture, ce qui justifie que l'Etat joue son rôle. De quoi parle t-on ? Aujourd'hui, un locataire du parc privé sur cinq consacre plus de 40% des ses revenus pour se loger. En 10 ans, les loyers ont augmenté de 40% dans les zones les plus tendues. En parallèle, la rente foncière n'a cessé de croître. Les revenus n'ont pas suivi l'augmentation des prix de l'immobilier, ce qui a eu un impact très lourd sur le budget et aussi sur l'épargne des ménages. Résultat, on perd de la compétitivité et des capacités d'investissement vers de l'investissement plus productif et la situation économique est fortement affectée par un niveau de prix de l'immobilier trop élevé.

Jusqu'où peut-on aller dans la régulation ?
La bonne question est : pourquoi est on allé si loin dans la dérégulation, et avec quelles conséquences? Le marché immobilier, livré à lui-même, a autorisé tous les excès. Il fallait donc agir, et prendre des mesures à la fois efficaces et équilibrées. Nous sommes simplement dans une logique d'encadrement. D'ailleurs, certains disent que nous n'allons pas assez loin. Je pense avoir trouvé un point d'équilibre.

Les associations de locataires par exemple ne sont pas satisfaites...
J'entends leurs revendications, qui sont légitimes. Elles demandent une baisse des loyers, pas un encadrement. Les études effectuées montrent que grâce au dispositif d'encadrement des loyers intégré dans la loi Alur, 26,5% des loyers seront en situation de diminuer dans les zones tendues. Et s'il s'avère nécessaire à l'avenir d'aller plus loin sur certains points de cette loi, nous le ferons. Ce qui est sûr, c'est que nous sommes arrivés au terme d'un système qui n'est absolument pas capable d'introduire lui même la moindre régulation. 

Certaines mesures de la loi Alur (encadrement, garantie des loyers...) ne sont-elles pas des usines à gaz, coûteuses pour l'Etat ?
Bien au contraire. Aujourd'hui, c'est le prix élevé des loyers qui est très coûteux pour l'Etat, puisqu'il s'accompagne des aides personnalisées au logement (APL) et de freins à la mobilité professionnelle. J'ajoute que si l'on compare l'effet du niveau de l'immobilier sur notre compétitivité (par rapport aux autres pays européens), chacun peut voir que les prix élevés constituent l'un des facteurs déterminants de notre perte de compétitivité.

Le Rapport Gallois pointait du doigt ce problème, considérez-vous que votre action au ministère contribue à y répondre ?
Je m'y emploie. Faire baisser les loyers c'est redonner rapidement du pouvoir d'achat, aux ménages, c'est aussi mécaniquement faciliter la mobilité professionnelle, entravée par le prix élevé de l'immobilier. Puisque je le répète : le prix des loyers a crû de 40% en dix ans et le niveau des revenus n'a pas suivi. Agir pour notre compétitivité commande de sortir de cette impasse.

Que pensez-vous de la révolte des agents immobiliers concernant l'encadrement de leurs honoraires ?
L'agitation de ces derniers jours ne doit pas faire oublier que la concertation avec les professionnels de l'immobilier a été intense et fructueuse. Bon nombre de leurs propositions ont d'ailleurs été reprises dans le projet de loi, comme l'obligation de formation continue. Dans un premier temps, il n'est guère étonnant de susciter le mécontentement des professionnels d'un secteur quand on sort d'un système totalement dérégulé pour entrer dans un système mieux encadré. Mais je gage que c'est provisoire. Nous saurons travailler ensemble. 

Craignez vous qu'ils ne participent pas, comme la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) l'a évoqué, aux Observatoires des loyers ?
Ils en auront l'obligation dans la loi. Par ailleurs les informations qui nous remontent ces derniers jours nous indiquent que les professionnels de l'immobilier continuent de nous communiquer leurs données sur les loyers pratiqués. Ils ont bien compris qu'il était dans leur intérêt de permettre aux Observatoires des loyers d'être les plus précis possibles.

Quelle est votre vision des tendances du marché immobilier ? Risque-t-on un krach ?
Je ne le crois pas. Ce qui caractérise la situation actuelle, c'est plutôt d'importants besoins de construction. Il faut donc faire dégonfler la bulle progressivement, réguler mieux le marché, et construire davantage et mieux. Les premiers signaux encourageants arrivent après une période très difficile, avec une reprise au premier trimestre des dépôts de permis de construire, et un rebond des mises en chantier au deuxième trimestre 2013.

La Commission européenne a récemment décidé de saisir la Cour de justice de l'Union européenne d'un recours contre la France pour "discrimination dans le domaine de la fiscalité s'appliquant à des logements neufs". Craignez-vous la disparition de votre dispositif d'investissement locatif qui s'applique depuis 2013 ?
Notre dispositif n'est pour l'heure pas en cause. Il vise à répondre à une pénurie de logements propre à la France, il est accessible sur des zones très spécifiques et affiche des contreparties sociales, puisque les niveaux de loyers y sont modérés pour des populations particulières. Je suis donc confiante sur notre capacité à apporter des arguments à la Commission européenne pour maintenir le dispositif en vigueur.

Beaucoup sont sceptiques vis-à-vis de votre dispositif d'investissement locatif qui a du mal à prendre auprès des investisseurs...
Voilà qui prête à sourire. Nous aurions pu, comme nos prédécesseurs, proposer un dispositif qui fonctionne comme l'ancien dispositif Scellier, sans conditionnalité ni de localisation, ni sociale, et qui a fini par gaspiller l'argent public et mettre bon nombre d'investisseurs particuliers en difficulté. Je préfère que l'on régule pour maîtriser la montée en puissance du dispositif et qu'il puisse ainsi se mettre en ?uvre pour des opérations de bonne qualité et sur des territoires où les besoins en logements sont réels. Il faut bien comprendre que l'efficacité de la politique que nous menons pourra être jugée dans trois à cinq ans.

Le nouveau statut du logement intermédiaire avec une TVA à 10% pour les investisseurs institutionnels pourrait-il se substituer à ce dispositif d'investissement locatif ? Car il vise le même public et semble moins coûteux pour l'Etat...
Nous sommes effectivement dans le même état d'esprit. Ces deux dispositifs ont pour but de créer de la fluidité dans le parcours résidentiel des ménages pour lesquels la marche entre le logement social et le logement privé est trop élevée.
Ils sont cependant complémentaires car ils sont à destination de deux types d'investisseurs bien différents : les particuliers et les institutionnels, qui n'ont pas les mêmes critères de décision, ni les mêmes motivations, ni les mêmes analyses de rentabilité.

Les investisseurs institutionnels seraient donc de retour dans le logement résidentiel...
C'est en très bonne voie. J'avais pris l'engagement l'année passée de faire revenir les investisseurs institutionnels dans le logement résidentiel. Nous discutons depuis plus de 8 mois avec eux et en ce moment, sept investisseurs institutionnels sont en train de finaliser plusieurs projets dans le logement intermédiaire.

Le développement du parc de logements sociaux est-il prioritaire à vos yeux ?
Il faut faire feu de tout bois face à la crise du logement : de l'accession à la propriété, de l'accession sociale, de la location dans le privé et de la location dans le parc social. C'est bien grâce à la complémentarité de ces différentes constructions que l'on arrive à avoir une ville robuste et durable.
Cependant, nous avons en France un manque réel de logements sociaux sur un certain nombre de territoires. D'où la loi qui a augmenté le pourcentage de logements sociaux à 25% et l'objectif de construction de 150.000 logements sociaux par an. Nous venons d'ailleurs de signer un pacte entre l'Etat et l'Union sociale pour l'habitat (USH) qui formalise l'engagement des 150.000 logements sociaux par an. Avec en contrepartie, la mutualisation de 300 millions d'euros de fonds propres d'organismes HLM pour soutenir ceux qui exercent dans les zones où les besoins se font le plus sentir.

Les nouvelles mesures coercitives prises en 2012 contre les maires qui ne respectent pas la part de 25% de logements sociaux dans leur ville sont-elles efficaces ?
Les pénalités ont été quintuplées. Et si j'en crois le retour des opérateurs sociaux, ils ont été, depuis le vote de la loi, approchés par des communes qui ne les sollicitaient pas auparavant.

Ne craignez-vous pas d'effets pervers sur les prix du logement libre à force d'imposer davantage de logements sociaux, vendus parfois à perte par les promoteurs ?
Puisqu'il est possible d'équilibrer financièrement une opération autonome de construction de logements sociaux, je ne vois pas pourquoi il ne serait pas possible de le faire pour des programmes immobiliers mixtes en vente à l'état futur d'achèvement (Vefa).

Une modification des normes d'accessibilité pour les personnes handicapées est-elle à prévoir ?
La loi instaurant ces normes a été adoptée à l'unanimité de tous les sénateurs et de tous les députés en 2005. Je souhaite qu'un consensus se dessine parce que la place des personnes en situation de handicap demeure pour moi une question majeure.

En matière de rénovation thermique, la plupart des professionnels disent que les mesures prises sont insuffisantes...
Nous passons un cap : c'est l'un des premiers pas concrets de ce gouvernement vers la transition écologique. Je souhaite à terme aller plus loin ; mais si l'on additionne l'éco-prêt à taux zéro et le crédit d'impôt développement durable, que nous avons recentrés et renforcés, et la prime exceptionnelle de 1350 euros, il est d'ores et déjà possible de réaliser des travaux de rénovation très significatifs. Pour les ménages les plus modestes, l'aide de l'Etat pourra représenter jusqu'à 80 % du montant total des travaux.

Ne faudrait-il pas être plus ambitieux à l'avenir en matière d'innovation dans la construction de logements ?
On n'est jamais trop innovant. Bien sûr, il faut travailler sur les changements de matériaux et de modes de construction. On est par exemple l'un des pays européens qui a le plus de ressources en bois, mais elles sont encore trop peu utilisées pour le bois d'?uvre.

Vous-interrogez vous sur votre avenir au ministère du Logement, y'a-t-il une ligne rouge que le gouvernement ne doit pas franchir ?
Les conditions à notre maintien dans le gouvernement sont posées depuis le lendemain de mon arrivée au ministère du Logement. Il n'y a pas de réelle ligne rouge à ne pas franchir. Ce sont davantage les orientations politiques données qui détermineront notre volonté de nous maintenir ou non dans ce gouvernement.

Réagir

Commentaires

VERITE  a écrit le 18/07/2013 à 22:43 :

dans ma region notre maire va recevoir des aides de l etat pour du logement social seulement le probleme cest qu il va le faire dans des zones ou il reste un peut de parc a verdure est surtout dans des qu artiers qui sont deja des guetots ultrat sensible oONT NE DOIT PAS CROSIR LES GUETOTS OU IL Y A DEJA 50% DE CHOMEURS L ETAT OU M DUFLOT DEVRAIS SURVEILLE DE PRES CE QUE FONT LES MAIRES AVEC LARGENT DES INPOTS ILS FAUT ARRETE DE PARQUE LES PAUVRES COMME DU BETAILS ILNE SONT RESPONSABLES DE LA CRISSE???

mm  a écrit le 11/07/2013 à 18:43 :

NDLR !:"Puisqu'il est possible d'équilibrer financièrement une opération autonome de construction de logements sociaux, je ne vois pas pourquoi il ne serait pas possible de le faire pour des programmes immobiliers mixtes en vente à l'état futur d'achèvement (Vefa)"


Tout simplement parce que les investisseur socieux bénéficient d'un important budget de subvention issu
subvention de l?Etat
subvention du Conseil Régional
subvention du Conseil Général
subvention de la Communauté d?Agglomération
subvention ANRU
prêts de la Caisse des Dépôts et Consignations
Autres avantages

En tout cas  a écrit le 10/07/2013 à 13:41 :

toutes les lois existantes et qui existeront, comprenez que seul les membres du gouvernement en sera avantagé. Notre démocratie saisit tous les moyens pour prendre pouvoir. Gauche et Droite alterné, ils bénéficient de tout. Nous n'avions aucun besoin de défaire ce qu'à fait Sarkozy pour les logements. Pourquoi changer ? N'était-ce pas mieux avant ? Construire / démolir est devenu un jeu. Lorsque l'on vient au pouvoir, nous sommes obligés de laisser une trace. Si nous voulons vraiment travailler pour le peuple, nous pouvons, au lieu de tout détruire, aménager ! Même les lois, nous n'en avons pas besoin de nouvelles. Je veux dire une chose de vraie, mais certains vont sans doute penser que je vais critiquer. En vrai, lorsque les ministres prennent des overdoses, le matin, ils se réveillent, mais sont encore dans le sommeil jusqu'au cou. Quels décisions peuvent-ils prendre alors ? Voilà ce que nous voyons tous les jours : un jour, les ministres disent une chose, et le jour suivant, il ne veut même pas en entendre parler. On ne sait même pas à quoi sert la fonction de ministre du redressement. Quel est son rôle ? Qu'est ce qu'il fait, qu'est-ce qu'il doit faire, qu'est-ce qu'il va faire..... n'est ce pas la même chose que la fonction de ministre de l'industrie ? Si nous avions crée cette fonction avant, nous aurions eu besoin de quelqu'un d?expérience. Le ministre du redressement se comporte comme un mannequin. On ne peu rien développer de cette manière. Pourquoi n'avons-nous pas crée un ministre de la mode ? C'est la même chose pour la ministre du logement. On ne sait même pas si elle a une famille. Le EELV ressemble à une association. Cela a été justifié par une ancienne ministre. En travaillant dans une assos' comment peut-on comprendre ce qui concerne le logement ? Ce problème ne se résoudra pas en un claquement de doigts. Il faudrait pour être au top, au moins dix ans de formation dans des agences immobilières comme la FNAIM. Sans expérience nul peut exercer cette fonction. N'importe quel loi nous inventons, sans expérience, aucun résultats ne sera donné. Il n'est pas rigolo de jouer avec les syndic de copropriété.

Les prix baissent....  a écrit le 10/07/2013 à 12:25 :

On remarque un léger retrait du prix de l'ancien en France comme en atteste cet article paru sur Les Clés du Midi http://www.lesclesdumidi.com/actualite/actualite-article-71667217.html . Pourtant je ne vois toujours pas repartir le marché de l'immobilier. En effet, avec la crise, les potentiels acheteurs ont perdu la confiance, une confiance d'autant plus en berne que le pouvoir d'achat des ménages diminue...
Pour relancer le marché de l'immobilier, il va falloir que le gouvernement mette en place des dispositifs pour redonner confiance aux acheteurs. C'est la seule solution....

@Les prix baissent  a répondu le 10/07/2013 à 13:09:

Ou que les prix baissent encore.

Confiance en quoi ?  a répondu le 15/07/2013 à 20:02:

Confiance dans le fait que les prix continueront d'augmenter indéfiniment ? Qui peut y croire ?
Sinon merci de ne pas polluer les forums avec des pubs à peine déguisées pour un site internet.

Jean Aymare  a écrit le 10/07/2013 à 10:12 :

Les loyers sont trop chers car la collectivité en capte les 2/3 ! Si le gouvernement, les départements et les villes se contentaient ensemble de "gagner" autant que les propriétaires, les loyers seraient divisés par 2 !

Explications :

Le propriétaire est en moyenne soumis à ces impôts et taxes :
- Prélèvements sociaux 15.5%
- Impôts sur le revenu 30% (selon la Tranche Marginale d'imposition, jusqu'à 75%)
- Taxe foncière 8.5% (un mois de loyer H.C. selon la ville - exemple = 2 mois à Brive la Gaillarde...)

Si nous prenons l'exemple d'un loyer H.C. de 500 ?;

La collectivité perçoit un minimum de 270 ? (54%) et un maximum de 495 ? (99%) pour un foyer imposé à 75% sur ses revenus.

Ainsi, sur 500 ? de loyer, le propriétaire gagne un maximum de 230 ?.

Sur ce montant, l'éventuel ISF vient en déduction pour une moyenne de 1% de la valeur de l'immeuble. Si l'on suppose une rentabilité brute de 5%, l'immeuble loué 500 ? mensuels coûte (500*12)/5% = 120000 ?. Dans ce cas, l'ISF est de 1200 ?, soit 100 ? mensuels de taxes pour la collectivité (20% du loyer Hors charges).

Après l'éventuel ISF, le propriétaire gagne au maximum 130 ? et la collectivité 370 ? (le complément à 500 ?).

En conclusion, lorsqu'un locataire paie son loyer, près des 2/3 sont pour la collectivité. Le propriétaire ne gagne, au maximum, qu'un tiers de ce qu'il reçoit... Si la collectivité se "contentait" de ne gagner (sans rien faire ni apporter rien d'autre que des contraintes au propriétaire) "que" la même somme gagnée par le propriétaire (130 ? dans l'exemple), les loyers H.C. seraient pratiquement divisés par 2 ( 2 x 130 = 260 ? au lieu de 500 ?) !

De surcroît, après impôts et taxes, notez que, sur les 130 ? restants dans l'exemple, le propriétaire devra en outre supporter :
-Les charges dues par le propriétaire
-L'entretien de l'immeuble
-L'assurance de l'immeuble (obligatoire)
-L'assurance pour loyers impayés (bientôt obligatoire)
-Les recherches de locataires
-Les états des lieux via huissier
-Les éventuelles charges de gestion locative
et en cas de défaillance du locataire, les frais juridiques, les frais d'éviction, les pertes en manque à gagner augmentées des charges afférentes normalement au locataire et ce, pendant plusieurs années.

La véritable rentabilité locative d'un immeuble est donc très faible (<1%) et inférieure à l'inflation. Dans l'exemple, sur 500 ? de loyer, il reste environ 100 ? mensuels pour le propriétaire. Pour obtenir ces 100 ? mensuels, il aura déboursé 120 000 ? + environ 7% de "frais de notaire" soit, 128 400 ?.

En "oubliant" les frais financiers d'acquisition et les risques inhérents à la location, il lui faudra donc 1284 mois (plus d'un siècle) pour amortir son investissement !

En plafonnant les loyers et en imposant fortement les plus values immobilières, le gouvernement a tué tous les investissements locatifs des petits propriétaires indépendants qui permettent à une majorité de Français de se loger.

Midas  a répondu le 10/07/2013 à 11:09:

Votre illustration est représentative d'une bonne part du marché et elle est intéressante à ce titre. Par contre, il peut probable que les propriétaires ne répercutent une hypothétique baisse des taxes et charges sur le montant des loyers. C'est la rentabilité qui serait privilégiée dans la plupart des cas. En fait, votre raisonnement suppose que la rentabilité redevienne assez forte pour entrainer des remises en location et des nouveaux investissements dans un marché qui fonctionnerait sans "régulation" excessive. Dans ce scénario, une offre plus importante pourrait dans un second temps tempérer le prix des biens et des loyers. Malheureusement, ce scénario est utopique au vu de la politique du logement en France.

Jean Aymare  a répondu le 10/07/2013 à 14:15:

Il est tout à fait exact que les marges des propriétaires seraient reconstituées plutôt que de baisser les loyers. Il y a encore peu, l'espérance d'une plus-value venant suppléer une rentabilité locative trop faible, permettait de rendre rentable les investissements locatifs. Il faut maintenant attendre 30 ans (bientôt 22 ans ?), pour effacer la plus-value, soit une vie pour rentabiliser un investissement !
Je l'écris à nouveau, la dynamique d'investissements locatifs est cassée. Les investisseurs préfèreront placer leur argent ailleurs qu'en France.

Paradoxalement, du fait du manque toujours plus patent de logements (/ notre démographie et le manque d'investisseurs), leurs prix ne feront que croître ! Mais de moins en moins de personnes pourront les acquérir; et si les loyers sont bloqués (style loi 1948), alors leurs locataires vivront rapidement dans des logements hors normes et non entretenus car non rentables.

Cette politique du logement est suicidaire. Pour faire baisser les prix, puisqu'on ne peut pas maîtriser la demande (démographie et concentration des bassins d'emploi), il faut rendre l'offre très rentable (susciter l?intérêt des investisseurs qui orienteront leurs placement sur le logement locatif Français).

Le monde est un village; l'investisseur choisira de placer en France s'il y trouve son intérêt. Il vaut toujours mieux convaincre que contraindre. C'est ce que nos gouvernants n'ont pas compris.

Vous parliez d'utopie, alors imaginons le contraire d'aujourd'hui.
Imaginons que nous aimions "les riches".
Imaginons que soit immédiatement mise en place des mesures fiscales très favorables à l'investissement locatif, sans aucune contrainte ni limitation.
Imaginons par exemple que tout achat d'un logement neuf dans telle ou telle ville, puisse être loué en franchise totale d'impôt (Revenu, Prélèvement sociaux, Foncier, ISF) pendant 5 ans !
Imaginons que de nombreux "riches et futurs riches" intéressés, achètent et fassent construire 500 000 logements par an pendant 5 ans, dans les zones où le pays en a besoin !

Alors il y aurait des milliers d'emplois créés dans le BTP et corollaire, des milliers de chômeurs en moins, 2.5 millions de logements neufs accueillant des foyers autrefois en quête d'un logement. Un PIB en forte augmentation. Des "bientôt riches" préparant leur retraite. Cette arrivée en masse de logements déclencherait une baisse des prix et des loyers.

Au lieu de cela, nous continuons dans le populisme, la démagogie et le dogmatisme erroné afin de satisfaire une majorité d'électeurs qui n'entendent rien ni aux affaires ni à l'économie.

Midas  a écrit le 10/07/2013 à 8:44 :

Excellentes questions des journalistes de LT. Les réponses de la Ministre démontrent son jusqu'au boutisme idéologique. Les distorsions du marché de l'immobilier risquent de s'amplifier au profit des professionnels de l'immobilier qui sauront tirer parti de cette situation et négocier de nouveaux dispositifs réglementaires en leur faveur sous prétexte de contribuer à la "régulation" du marché.

MDR  a écrit le 09/07/2013 à 23:12 :

Un marché libre ! En France ? Elle est tombée sur la tête : ça fait bien longtemps qu'il n'y a plus de marché libre en France. Même l'herbe est surveillée...

@mdr  a répondu le 10/07/2013 à 10:34:

Tout à fait vrai
Même votre téléphone....

balzac  a écrit le 09/07/2013 à 21:42 :

je ne crois pas un instant que l'immobilier va s'arranger d'ici dix ans , l'état déjà n'a rien a gagner a voir des droits de mutations en chute libre , rien que paris c'est un chiffre impressionnant chaque année , deuxio le fait est que notre démographie augmente et n'est pas prêt de se stabiliser au contraire d'autres partenaires européens qui connaissent pas nos difficultés dans ce secteur et aussi nos changements de moeurs qui inclus de plus en plus des vies chaotiques et le nombre de célibataires explose , tercio nous devenons un musée , avec un patrimoine datant du moyen âge a napoléon , depuis on a construit des clapiers a lapins dans des banlieues obscures en 1960 et depuis 1980 plus rien , que du saupoudrage a défaut dans l'inondable , ou ne veut pas de la verticalité , les tours effraie les verts et les commerçants , ces derniers ne voient pas le potentiel en terme de clients , enfin les tours permettrait a des gens de vivre de manière décente et non dans la rue ou dans leurs voitures , l'écologie demago c'est bien quand on a un toit au dessus de la tete , je rappelle qu'a new york au début du XXeme siècle , ce fut un coupe gorge vu le nombre d'individus qui arrivait , le concept des tours a permis d'absorber le trop injuste et diminuer pauvreté et criminalité , en france on prefere avoir un musée pour touristes passagers a défaut de les loger aussi car de plus en plus de français en attente de logements finissent aussi dans les hôtels payés par les préfectures , nous marchons sur la tete et la démagogie continue , c'est révoltant ..

Fab  a écrit le 09/07/2013 à 18:16 :

L immobilier est une valeur du passé ,les prix vont baisser non stop pendant 20 ans ,les babyboumers vont vieillir puis mourir,en face les jeunes sont précarisés ,le marche ne peut que baisser puis dans 10 ans s écrouler .

malcomprenant  a répondu le 09/07/2013 à 18:40:

J vais dire ça aux constructeurs de maisons individuelles par ex ...

Pourquoi vouloir mentir encore  a répondu le 09/07/2013 à 19:30:

C'est une vérité, le secteur à toujours était pérennisé par du rafistolage !

idée reçue  a écrit le 09/07/2013 à 18:13 :

La part du loyer dans le revenu disponible est moins élevé en 2013 qu en 1970 : vrai ou faux? La part du loyer dans le revenu disponible en 2013 est equivalent à 2000 : vrai ou faux? En 2012 les loyers ont augmenté moins vite que l inflation : vrai ou faux?

Les marchants de sommeilles  a répondu le 09/07/2013 à 19:34:

Euh vont revoir le marge extrêmement à la baisse et les APL aussi !

balzac  a répondu le 09/07/2013 à 21:46:

a idée reçue , le concept de l'offre et de la demande cela vous dit rien ? , si la demande explose ce que l'offre est rare , donc Très Chère , donc lucrative a tous les etages , faut pas être sorcier pour comprendre cela , l'inflation ne fait que suivre la rareté du produit , si les loyers commencent a stagner c'est que le marché vacille et je pense que certaines villes vont ressembler a vancouver au canada , là bas on peut plus louer ni acheter , tous les terrains disponibles sont occupés , reste que les cabanes de jardins qui commencent aussi a valoir de l'or .. on y arrive

@Blazac  a répondu le 10/07/2013 à 9:53:

la France souffre de sa CENTRALISATION: Tout est sur l axe Paris-Lyon-Marseilles.... d'ou une tension extreme sur ces 3 villes et leur agglo, ajoutons pour le cas particulier de Paris que si je ne me trompe pas presque 60% du "territoire" Paris intramuros est classe et depend des monument historique, donc pas de possibilite de construire de grand tour de verre pres du Louvre ou de la Tour Eiffel.... et ca explique grandement la tension. Il faut DECENTRALISER vers d autre agglo moins tendues: Bordeaux, Nantes, Tours, Strasbourg, Rennes, Lilles, Montpellier....... les bassins d emploie.... Tout en cessant de subventionner a tous les etages l immobilier! Re-orienter l investissement durablement dans l industrie, la recherche... bref dans les secteurs productifs

pbess82  a écrit le 09/07/2013 à 17:14 :

Elle ne manque pas d'air Mme Duflot: ses mesures successives ont plombé l'immobilier neuf et occasion, le marché de location en décourageant les propriétaires, et et les programmes de construction. Où sont les 500.000 logements annuels?

Oui  a répondu le 09/07/2013 à 19:28:

Comme la hausse des prix !

Toto  a écrit le 09/07/2013 à 16:12 :

Petit propriétaire immobilier acquis il y a une quinzaine d'année afin de compléter une retraite du privé je pense vendre Je dépenserais chaque année 15000e du capital obtenu pour améliorer mon niveau de vie à la retraite durant 20 ans si tout va bien.. Entre les changements de locataires, les taxes, les frais de gestion, les impôts et l'entretien de ces 2 petits appartements trop de tracasseries et c'est de pire en pire!!!

@Toto  a répondu le 09/07/2013 à 17:26:

Changez d'investissement.

Pour moi  a répondu le 09/07/2013 à 17:46:

Un petit propriétaire n'a que son logement dont le prix n'excède pas 500K et je suis très large compte tenu de la progression hyperbolique des prix depuis 1997.

letroll  a écrit le 09/07/2013 à 16:09 :

bon, ben il va falloir le dos rond pendant quelques temps et laisser passer l'orage.
ensuite , elle aura tellement planté tout le secteur que l'immobilier encore debout va prendre de la valeur et les loyers ré-augmenteront ... j'ai pas besoin de tréso en ce moment, je peux attendre :-)

dreaming is free  a répondu le 09/07/2013 à 16:22:

l espoir fait vivre. A titre indicatif je vous signale que les arbres ne montent pas jusqu au ciel et que le pere noel n existe pas.
Le prix de l immobilier a long terme est correle aux revenus des gens habitant la (cf Friggit). donc effondrement en vu en france: les revenus des francais baissent, plus en plus de jeunes francais ne trouvent en france quie des travaux sous payes et se tirent a l etranger . Restent les retraités et les rmistes. Les premiers vont bien devoir un jour se serrer la ceinture et vendre vu qu on ne peut plus vivre a credit (et la maison de retraire c est pas les jeuens qui vont payewr) et les rmistes ne pourront jamais payer le prix fort pour un logement

Pensée magique ?  a répondu le 09/07/2013 à 16:43:

"donc effondrement en vu en france"

On dit cela depuis 10 ans...
Reste que si vous avez acheté un bien 100.000 vous n'allez pas le revendre 50.000 !
Les gens attendront, voila tout.


Cette persistance de l'idée qu'en ruinant Airbus et Boeing le cout des transport en avions va baisser est assez bizarre.....

@Wishful thinking  a répondu le 09/07/2013 à 17:06:

La pensée magique est certainement plutôt chez ceux qui pensent que les prix peuvent se maintenir à un niveau aussi élevé qu'aujourd'hui dans le contexte économique morose que l'on connaît et sans de nouvelles aides de l'Etat. N'oubliez pas l'effet des centaines de milliers de ventes contraintes chaque année pour cause de décès, divorce, mutation... Ceux-là n'auront pas d'autre choix que de réviser leurs prétentions à la baisse s'ils souhaitent vendre, ou plus trivialement rembourser un prêt-relais.

Et Londres ?  a répondu le 09/07/2013 à 19:27:

"La pensée magique est certainement plutôt chez ceux qui pensent que les prix peuvent se maintenir à un niveau aussi élevé qu'aujourd'hui "

Bof, on sait bien que la cité des 4000 va baisser, mais un bon produit reste un bon produit, et rare. Et encore une fois, élevé par rapport à quoi ? Au fond du trou du krach des années 90 ? Je remarque du reste que ceux qui pleurnichent aujourd'hui refusaient absolument d'acheter lorsque c'était pas cher, vu que "ca va encore baisser"...


"Ceux-là n'auront pas d'autre choix que de réviser leurs prétentions à la baisse s'ils souhaitent vendre"

Cool ! Moins de frais de succession plus d'opportunité pour les investisseurs/plus de possibilité de conserver le bien dans la famille pour le revendre lorsque les prix auront remontés !


Les prix vont baisser ? Oui, comme je peux prédire que vous aurez une carie, mais en attendant, comme ce n'est tout simplement pas l'intérêt de l'Etat, il finira par remettre en cause ses décisions stupides, comme d'hab.

En attendant, en Argentine où le niveau de vie a était divisé par trois, les prix sont aussi élevé qu'à Paris, dixit un journaliste de gauche sur place. Ne vous imaginez pas que les gens vont vous faire des cadeau ! Ils patienteront. .

Drôle  a répondu le 09/07/2013 à 19:46:

Je lis souvent on peut attendre ! Attendre quoi, Le train qui passe ? C'est comme dire en période de grand chômage, je préfère rester chez moi. C'est fini, les 30 glorieuses ! Oui, il va avoir de la perte comme dans les pensions de retraite etc...

Doucement mais sûrement  a répondu le 09/07/2013 à 20:00:

Les anglais revende leur bien et boude le marché immobilier en France donc y a bien une perte de pouvoir d'achat même chez eux. En Argentine, pendant l'annonce de la faillite du pays la pierre chez eux ne valent rien. Aujourd'hui, c'est un des pays émergent qui retrouve de la croissance après effacement de sa dette. Vous mélangez tout !

Bon, et ?  a répondu le 10/07/2013 à 7:42:

"Les anglais revende leur bien et boude le marché immobilier en France donc y a bien une perte de pouvoir d'achat même chez eux."

?? Le rapport ??
De plus l'épargne des anglais n'est pas constitué comme les français que d'immobilier.

"En Argentine, pendant l'annonce de la faillite du pays la pierre chez eux ne valent rien."

De mémoire 1/3 de la population s'est retrouvé à vivre dans des bidonville, tellement c'était devenu pas cher de se loger..



"Aujourd'hui, c'est un des pays émergent qui retrouve de la croissance après effacement de sa dette. "


Ce n'est pas un pays émergent, mais un pays qui fait faillite régulièrement tellement il est mal géré (socialisme). Quant à la dette elle n'est pas effacée, un Etat ne peut de sa propre initiative effacer une dette et doit suivre la Loi.


"Vous mélangez tout !"

Je vous donne des contre exemple à vos lubbie de faillite rédemptrice : ce n'est pas parce qu'un pays se plante que les gens se loge mieux !



"Oui, il va avoir de la perte comme dans les pensions de retraite etc..."

Pas vendu, pas perdu, comme on dit..

@Bon  a répondu le 11/07/2013 à 17:12:

"Pas vendu, pas perdu,comme on dit" ! où dans la savane africaine ? qui veut acheter ? toi ? Quand la monnaie ne vaut rien. Le souci, c'est de pouvoir se nourrir et non à manger du grava ! La loi de l'offre et la demande ne vous dit rien apparemment. ça arrange tellement de nier l'évidence.

Marie  a écrit le 09/07/2013 à 15:52 :

J'adore certains commentaires qui associent les locataires du secteur privé à des pauvres...
Je gagne 4 fois plus que mon proprio, mais les bailleurs et les vendeurs ont tellement pété les plombs, que même à ce niveau de revenus je ne peux me payer un chez moi.
Ce ne sont pas les locataires qui sont pauvres, ce sont les proprio et les bailleurs qui agissent comme des riches alors qu'ils ne le sont souvent pas, et qu'ils seraient pour la plupart incapables de payer les loyers qu'ils demandent ou d'acheter leur propre logement au prix qu'ils souhaitent en tirer.

Le plus drôle c'est quand même qu'aux prix actuels, les bailleurs ont des rentabilités de 3%, alors que si les prix dégonflaient fortement, ils achèteraient beaucoup moins cher et pourraient proposer des loyers moindre en faisant beaucoup plus de rentabilité. Mais comme ils ne voient pas plus loin que leur nez...

Merci à Duflot de mettre un peu d'ordre dans ce gigantesque foutoir immobilier.

malcomprenant  a répondu le 09/07/2013 à 16:23:

Il est d une grande facilité de juger la politique immobilière de mme duflot : elle a promis 500 000 logements nouveaux à partir de 2013 , moi je ne juge que sur des résultats ..les meilleures estimations donnent pour 2013 320 000 logements ; le reste n est que discours de comptoir de bistrot

@malcomprenant  a répondu le 09/07/2013 à 20:11:

C'est une question de chiffre ! Pourtant y a rien de compliquer à comprendre.

Corso  a écrit le 09/07/2013 à 15:30 :

Pour l'immobilier il ne s'agit pas d'un "marché" mais d'un cartel, les agences étant tenues pour l'essentiel par les banques ou des fonds ou de grandes entreprises du bâtiment. le client est ponctionné par tous les bouts, la hausse passée des prix du m2 étant censée rendre ce pillage "légitime" puisque les propriétaires profitaient égalment de cet effet de levier en s'enrichissant. C'est le concept américain : votre maison c'est votre banque. las, les différentes ponctions fiscales, celle des taux, celle des prix rendent le consept très fragile voire le laissent apparaître pour ce qu'il est : une escroquerie en bande organisée.
le pire est que les français continuent de voter pour ceux qui leurs infligent une telle punition, mieux, en ayant bavé ils souhaitent secrètement que d'autres subissent le même sort ou ne puissent jamais accéder à la propriété, vécue alors comme la réussite sociale par excellence. On ne s'empresse pas de revisiter cette mauvaise mentalité si peu emprunte de ces fameuses "valeurs républicaines" dont on se gargarise.

Ex  a écrit le 09/07/2013 à 15:11 :

Elle a raison, on vit beaucoup mieux dans une économie de type communiste.

john galt  a écrit le 09/07/2013 à 15:10 :

'Si ça bouge, tu taxes !! Si ça bouge encore, tu taxes encore !!! Si ça ne bouge plus, tu subventionnes !!! " ronald REAGAN

Le paysan  a répondu le 09/07/2013 à 15:52:

Si ca bouge plus tu enterres , toutes les i dioties tu les récites.

@ le paysan  a répondu le 09/07/2013 à 20:02:

Avec ses collègues fonctionnaires, il les collectionne le Jojo !

ppa3775am  a écrit le 09/07/2013 à 15:09 :

Il n' y a plus aucun intérêt pour un investisseur particulier d' acheter pour louer, c' est le résultat de la politique sectaire et de gauche : qu' ils se démerdent pour loger les pauvres, puisque les socialistes n' aiment pas les "riches" qui gagnent 6000 euros par mois....sauf si ce sont des élus députés ou sénateurs socialistes.

cdg  a répondu le 09/07/2013 à 16:18:

d un autre cote, comment voulez vous avoir un rendement decent si vous achetez aux prix stratospheriques actuels. Quelqu un qui gagne 1000 ?/mois ne peut pas payer 800 ? de loyer pour vous faire du 5 % de rdt !!
Le precedent gouvernement a pousse la bulle immobiliere au max avec le scellier afin de faire plaisir a ses clienteles electorales et en sacrifiant les jeunes (qui votent peu UMP). Probleme c a a completement plombe la France. Les investissement ont ete detourne vers le parpaing au lieu d aller dans l industrie. et le cout de logement c est traduit dans les salaires. donc on n est plus competitifs. Mais les baby boomers sont heureux, ils ont vendu au prix fort leur maison

@ ppa machin  a répondu le 09/07/2013 à 20:36:

On devrait amener les pauvres à acheter très cher à des rentiers UMPistes, quitte à les endetter sur plusieurs générations ! Oups ! C'est déjà fait, ça s'appelle la Sarkozie !

@@ppa  a répondu le 09/07/2013 à 21:16:

Ça a l'avantage de plus de les rendre serviles !

Plouf plouf !  a répondu le 10/07/2013 à 7:49:

Des pauvres qui deviennent propriétaire, on sait ce que c'est : des subprimers, et je crois que cette petite expérience de l'Etat US à fait passé l'envi de ce genre de Loi à la con...


"Ça a l'avantage de plus de les rendre serviles !"

Au passage, la servitude des pauvres tout le monde s'en fou, car s'ils sont pauvres c'est qu'ils sont inutiles..
Mais bon, gros délire marxiste dans vos propos "c'est la faute des autres le monde est injuste"..

@Plouf plouf  a répondu le 10/07/2013 à 8:38:

S'ils sont pauvres c'est qu'ils sont inutiles, elle décroche la palme dela condescendance celle-là. C'est sûrement pas parce qu'ils sont payés une misère pour ramasser vos poubelles ou vous laver à la maison de retraite. Non non :D mais c'est vrai que ce n'est pas utile, vous pourriez le faire vous-même, pas vrai ?

Un peu ignare, là !  a répondu le 10/07/2013 à 10:36:

Un pauvre n'est pas payé puisque par définition il ne travail pas : il est inutile.

(Et les éboueurs gagne fort bien leur vie, merci pour eux !)

Aucune condescendance du reste, simple loi économique : vos revenus dépendent de votre utilité. Plus quelqu'un est utile à la société, plus il palpe.




@C'est celui qui dit qui y est  a répondu le 10/07/2013 à 11:57:

Les travailleurs pauvres n'existent pas. C'est juste dans leur tête.

Jojo le gâteux  a écrit le 09/07/2013 à 14:36 :

La meilleure de la matinée : notre ami Jojo à temps plein sur la tribune, qui prétend que la spéculation et le gonflement insensé de la sphère financière (500.000 milliards de dollars de produits dérivés...) sont des multiplicateurs de croissance. Oh ben oui ! C'est ce qu'on voit depuis 2008 !! Comme il n'a jamais mis les pieds dans une boîte privée, il ne peut pas savoir ce qui crée la richesse ...

Economie monétaire  a répondu le 09/07/2013 à 15:38:

"sphère financière (500.000 milliards de dollars "

Mouais, vous délirez a donf, non ?

@ économie malhonnête  a répondu le 09/07/2013 à 20:09:

Helas, c'est tout à fait exact : les produits dérivés représentent plusieurs fois le PIB mondial et il ne faut pas chercher longtemps pour le vérifier. Le magazine Capital par exemple, a comparé les bilans bancaires des établissements "européens" aux PIB de leurs "pays" respectifs. Édifiant et on ne parle pas du hors bilan. Le délire, ce sont les banques !

Et ?  a répondu le 10/07/2013 à 7:57:

"les produits dérivés représentent plusieurs fois le PIB mondial "

Que veut dire exactement "représente" ?????? Rien !

Je cite "un fabricant de confiture s'engage sur un prix constant sur l'année, il ne peut donc pas répercuter les fluctuations du prix du sucre sur celui des pots de confiture. Quand il détermine le prix de vente de ses pots, il doit donc faire l'hypothèse d'un prix moyen du sucre pour la suite de l'année. S'il achète son sucre au prix du marché pendant le reste de l'année, il peut alors rencontrer deux situations :

* si le prix réel est en dessous de ses prévisions, il augmente ses marges. Il fait une rentrée d'argent inattendue ;
* mais si le prix réel augmente cela entraîne des problèmes qui risquent d'affecter le processus industriel. Dans le pire des cas, on peut imaginer qu'il n'ait plus assez d'argent pour acheter le sucre au prix du marché et qu'il soit obligé de stopper sa production.

Les risques spéculatifs sont donc très asymétriques pour notre fabricant de confiture:

* en positif : une entrée d'argent non prévue qui viendra donc dormir dans la trésorerie de l'entreprise.
* en négatif : un blocage potentiel de la production.

Il serait donc préférable pour le fabricant de laisser ce risque spéculatif à d'autres... C'est ce qu'il fait en achetant par exemple au 1er janvier des options d'achat pour chacun des mois de l'année."

Et donc ? Qu'est-ce que ca peut faire ? S'il fait 4 fois par ans ce genre d'opération, ca "représentera" quoi ???
Que voudrait dire un gars qui braillent contre la valeur que "représente" les assurances automobile, par déf plusieurs fois supérieur à la valeur total des automobile en circulation ? Rien.

"les bilans bancaires des établissements "européens" aux PIB de leurs "pays" respectifs"

En quoi est-ce pertinent ????

sfx  a écrit le 09/07/2013 à 14:25 :

L'Etat fait tout pour augmenter le prix de l'immobilier (aides financières aux acheteurs, fiscalité des autres investissements comme les actions, logements sociaux qui renchérissent le coût du neuf,...), et on veut nous faire croire que le secteur n'est pas régulé? N'oublions jamais que les législateurs sont souvent propriétaires (ils n'ont pas intérêt à voir les prix baisser), maires (les prix élevés font monter les "frais de notaire", et bien sûr élus locaux (les électeurs propriétaires ne veulent pas de nouvelles constructions). C'est aussi simple que ça. La solution est d'une simplicité enfantine: il faut construire (en réduisant les réglementations sur les recours, en accélérant les procédures de permis, en supprimant le minimum de logements sociaux). Et pour faire de la place dans les logements sociaux, virons les gens au-dessus des plafonds, et les retraité qui restent dans leur 5 pièces pour le tiers du prix du marché.

@ sfx  a répondu le 09/07/2013 à 14:42:

Malheureux ! Vous allez vous mettre à dos les 3 forces les plus conservatrices et puissantes du pays : les rentiers, les fonctionnaires et les élus ! N'oubliez pas qu'ils sont nos maîtres de droit ripoublicain depuis 1789 !

Tarzonz  a répondu le 10/07/2013 à 11:17:

Moi je! en France c'est MOI JE!!! ma gueule d'abord et que les autres crevent...la propriete lucrative devrait etre interdite car c'est bien ça qui a plombé notre compétitivite et notre mobilite...les gens qui se laissent appaté par les baissent d'impots en investissant dans l'immobilier locatif participent et accompagne ce systeme ou la propriete lucrative fait valeur de droit....de vivre sur la sueur des autres...

satan  a écrit le 09/07/2013 à 14:22 :

Madame Duflot devrait relire un livre de frederic Bastiat : Les sophismes economiques !

kebab  a répondu le 09/07/2013 à 18:06:

lire plutôt...

Bob 29  a écrit le 09/07/2013 à 14:20 :

Après lecture des 11 pages du projet de loi, il y a du bon... et du moins bon. Nombre des"réformes" proposées, se veulent des principes de bon sens. Mais l'enfer étant pavé de bonnes intentions, les effets pervers peuvent se montrer nombreux (comme celui de l'allongement de la durée de détention de 15 à 30 ans des biens immobiliers pour obtenir une exonération de la plus-value, reforme de droite faut-il le rappeler, et qui a précipité le marché de l'immobilier dans sa chute des volumes).
Plusieurs questions me viennent à l'esprit à la lecture du document:
1.Concernant la protection du consommateur:
a. Mettre fin aux dérives liées aux marchands de listes:
Pourquoi ne pas mettre simplement fin à cette activité controversée en l'interdisant sur le territoire? Le contrôle des listes, tel que proposé, étant bien trop complexe à réaliser et donc trop coûteux
b. Réduire et encadrer les frais d?agence:
le principe est séduisant pour les locataires qui n'auront à supporter que la moitié des charges liées à la réalisation de l?état des lieux et à la rédaction du bail. Toutefois, l'essentiel des charges basculant à la charge du propriétaire, quand bien même déductibles du revenu immobilier, diminueraient la rentabilité des biens immobiliers. En particulier ceux avec une forte rotation et notamment les logements étudiants. Sauf à nationaliser ce marché, on risque de voir une diminution de l'intérêt des investisseurs privés (parmi lesquels les particuliers) pour ces biens.
c. Clarifier la rémunération et l?activité et des syndics
Les coûts des forfaits vont fortement augmenter, en contrepartie de quoi, le budget des copropriété pourrait être mieux maîtrisé

2. CONTRÔLER ET RÉFORMER
LES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES
a. Instaurer une obligation de formation continue
Excellente initiative... mais dont le coût devra donc être logiquement supporté in fine essentiellement par les bailleurs (cf plus haut sur la répartition des charges), d'où une baisse de rentabilité, et donc une baisse d'intérêt. Reste à savoir jusqu'à quel niveau les bailleurs sont prêt à descendre dans leurs investissements
b. Créer des instances de contrôle
Une belle usine à gaz est proposée. Peut être faudrait-il mieux cadrer l'accès des professionnels à ce marché et des minimas de compétences requis pour la délivrance des cartes professionnelles.
c. Responsabiliser les professionnels
Impact à mesurer dans le temps

En résumé:
Sur un marché capitalistique, la diminution des ROI peut pousser les investisseurs à opter pour d'autres types de marchés. Le premier effet pervers pourrait constituer en une désertion du marché alors même qu'il y a globalement pénurie de logements sur le territoire. D'autres types d'effets pervers pourraient émerger. Si l'on fait le parallèle avec la mise en place de la LME qui avait notamment pour vocation à protéger la santé financière des PME en diminuant considérablement les délais de paiement (louable en soi), le résultat à débouché sur de fortes pressions des distributeurs afin d'obtenir des diminutions de tarifs tout en imposant des franco plus faibles et des livraisons plus fréquentes. Bilan, les PME de l'agroalimentaire ont aujourd'hui un taux de rentabilité (brute) le plus faible des 30 dernières années (22% en moyenne).

Yves  a écrit le 09/07/2013 à 14:07 :

C'est le serpent qui se mord la queue, l'état veut baisser le coût des loyers sur lequel il se gave en assommant les propriétaires de taxes surdimensionnées? Y a-t-il un pilote dans l'avion?

villeroy  a répondu le 09/07/2013 à 15:09:

Il en est des ministres du logement comme des pilotes-apprentis sur B777 s'essayant à atterrir à San Francisco. C'est après le crash que l'on se rend compte de l'erreur de les avoir mis aux manettes....

@villeroy  a répondu le 09/07/2013 à 15:31:

C'est du meilleur goût.

cdg  a écrit le 09/07/2013 à 13:38 :

Le marche n etait pas livre a lui meme. Bien au contraire, pour des raisons ideologiques (favoriser les proprietaires qui ont plus tendance a voter UMP), Chirac puis Sarkozy n ont cesse de le subventionner: Scellier, PTZ, PTZ+, deductions des interets de l IR ...
Sinon Duflot a parfaitement raison sur un point: une bulle immobiliere est nefaster pour un pays puisqu elle favorise la rente et incite kes gens a investir dans un secteur peu productif.
Par contre au niveau electoral, favoriser les baby boomers qui en sont les principaux beneficiaire, c est un bon calcul

Hi ! hi ! hi !  a répondu le 09/07/2013 à 15:53:

"pour des raisons ideologiques (favoriser les proprietaires qui ont plus tendance a voter UMP), Chirac puis Sarkozy n ont cesse de le subventionner:"

Rien d'"idéologique", le marché n'est pas viable et ceux depuis au moins les années 60 (escroquerie des loyer de 48). Donc, si vous voulez loger les gens...


"Sinon Duflot a parfaitement raison sur un point: une bulle immobiliere est nefaster pour un pays puisqu elle favorise la rente et incite kes gens a investir dans un secteur peu productif. "

Rassurez vous : le principal investissement des français ce sont dans les emprunt d'Etats !

bartg  a écrit le 09/07/2013 à 13:37 :

Libre ....???? entre les subventions, les defiscalisations et le lobbying à tout va..... le marche serait plus fluide si un locataire qui ne payait pas serait expulse dans les 3 mois et si les aides au logement etaient su[[rimes les loyers baisseraient obligatoirement donc le prix de l immo...

@bartg  a répondu le 09/07/2013 à 13:46:

+1

emmanuel raguenes  a écrit le 09/07/2013 à 13:34 :

Les loyers et l'immobilier sont clairement trop eleves en France. Les allocations logement sont un facteur agravant, il faudrait mieux utiliser ces montants pour construire. Je pars en Allemagne et je viens de louer un appart la bas. 300E / 47 m2 residence avec gardien dans le centre d'une grande ville. On ne trouverait pas ca dans une grande ville francaise. Avec un immobilier moins cher, le pays serait plus competitif car il est alors possible de fournir des salaires plus bas sans impacter le niveau de vie des gens ce qui est indispensable pour maintenir la competition face a la chine ou aux pays de d'europe de l'Est.

@ Emmanuel  a répondu le 09/07/2013 à 14:55:

Ça, voyez-vous, ça n'arrange pas du tout nos apprentis rentiers français, souvent des couples d'anciens fonctionnaires, qui ont été assez pigeons pour acheter de la défiscalisation ! Comme les prix vont continuer à baisser, bientôt panique à bord pour tous ceux qui se sont embourbés avec des apparts dans des bleds loin de tout ...

mark  a écrit le 09/07/2013 à 13:15 :

si l encadrement est trop important, le ROI ne sera que diminué.
les logements privés pour les locations diminueront.
ce qui laissera une une demande plus importante sur les loyers n ont remis a la location.
si les investisseurs ne sont contents des mesures , les logemenst resteront vides et les investissements se feront a l etranger.

cette aile gauche du gouvernement devient ennuyante;si ils pensent pouvoir agir pourquoi ne s c est elle desistee pour la mairie de paris ?

les ecologistes sont une plaie dans un gouvernement de centre gauche.

vivement qu elle parte du gouvernement.

@mark  a répondu le 09/07/2013 à 13:35:

C'est bien pour cela que ces mesures doivent s'accompagner d'une fiscalité dissuasive sur les logements vacants en zone tendue.

Electeur-de-droite-d'en-bas  a répondu le 09/07/2013 à 13:44:

Il y a une solution radiale pour les profiteurs de la bulle immobilière, LA SOLUTION, c'est taxer annuellement très lourdement tout le vacant plus de 6 mois, tout le vacant ... les logements vacants, les bureaux vacants, les entrepôts et sites industriels vacants ... et aussi bien entendu toutes les résidences secondaires vacantes lits froids et volets fermés plus de 3 mois par an .... QUE DU BONHEUR pour l'Etat les recettes fiscales seront énormes et serviront à désendetter la France, dans le même temps l'Etat aura moins besoin d'investir dans les logements... et fait TRèS POSiTiF .. la bulle immobilière implosera sur elle même, les loyers baisseront ... les prix M2 à la vente redeviendront à un niveau normal c'est à dire à MOINS 30% et dans les GRANDES VILLES à moins 50% ... ALLEZ Cécile Duflot, continuez à assainir ce marché de vautours de l'immobilier...les Electeurs de droite d'en-bas vous accordent toute leur confiance, vous avez 85 % des français derrière vous.

Yves  a répondu le 09/07/2013 à 14:01:

Qu'appelez-vous un appartement vacant ? Il y a tellement de façon de masquer cette réalité...

@ Yves  a répondu le 09/07/2013 à 15:08:

Pas compliqué : suffit de croiser Conso EDF et Conso d'eau avec les données postales . Avec les moyens informatiques qu'il détient, un agent du fisc peut très bien faire la preuve de la vacance longue surtout si comme par hasard, le bien est soit disant mis en vente beaucoup plus cher que le marché. Ne vous inquiétez pas, Flamby sait où est le pognon accumulé par les rentiers moyens et il va être inventif pour le récupérer ...

Yaka Fokon  a répondu le 09/07/2013 à 15:56:

"Pas compliqué : suffit de croiser Conso EDF et Conso d'eau avec les données postales "

Et ? Pourquoi mon débarra aurait des facture d'eau ? Désolé, mais la propriété existe encore en France : charbonnier est maître chez lui.


"surtout si comme par hasard, le bien est soit disant mis en vente beaucoup plus cher que le marché. "

Oui, c'est bien connu ca : suffit de mettre en vente 1000 fois le prix du marché pour trouver des pigeons et vendre.
Vous êtes un cador. Un futur Tapie.

@Yaka Fokon  a répondu le 09/07/2013 à 17:34:

Comment peut-on ne pas comprendre à ce point ce qu'a dit @Yves ?! Il dit simplement que les logements laissés vacants seront faciles à identifier (envue de les taxer) pour peu qu'on s'en donne les moyens. Un moyen relativement simplement est d'examiner les consommations d'électricité ou d'eau. Et pour les proprios qui essaieraient d'y échapper en faisant croire à une vente en cours en fixant un prix tellement élevé que le logement ne trouvera pas de pigeon, il "suffira" de comparer le prix de présentation avec le prix de marché.

Anti Démocratique  a répondu le 09/07/2013 à 19:30:

"relativement simplement est d'examiner les consommations d'électricité ou d'eau. "

Oui, bon, faudra donc gaspiller quelques centaines de litre d'eau par mois, et ?

C'est vous qui oubliez que rien ne peut forcer quelqu'un à louer son bien..

Pourquoi ?  a répondu le 09/07/2013 à 20:12:

Vous croyez encore vivre en démocratie ? Vous êtes sous la coupe de l'oligarchie Etatico-financière qu'on appelle l'Empire ...

@Anti  a répondu le 09/07/2013 à 20:38:

Obliger non probablement pas, inciter par la taxe, certainement.

25% de logements sociaux  a écrit le 09/07/2013 à 13:05 :

Que ceux qui font des efforts pour acquérir ou louer un logement cher dans une zone tranquille avec des écoles de bon niveau pour leurs enfants se rassurent. Avec l?augmentation imposée de façon dictatoriale de la part de logements sociaux, eux aussi vont connaitre les joies de la mixité sociale et culturelle, et toutes les joyeusetés qui vont avec (insécurité, agressions, etc.).

Et surtout n'oubliez pas  a répondu le 09/07/2013 à 14:13:

l'augmentation des impôts locaux...

santoline  a écrit le 09/07/2013 à 12:55 :

livre a lui meme le marche ne serait pas monter si haut il est au contraire sous assistance depuis des annees

Héhé  a répondu le 09/07/2013 à 13:06:

Livré à lui même dans le sens où l'assistance dont vous parlez ne s'est jamais accompagnée de contreparties pour le secteur. Pas d'obligation pour le lobby et plein de fric frais...Miam miam !

Nimpkoi  a répondu le 09/07/2013 à 13:26:

L'immobilier étant surtaxé serait totalement en faillite s'il n'était pas "assisté" depuis 1967 (de mémoire).
Bref, l'Etat rend un peu de l'argent qu'il pille.
Rassurez vous : l'Etat se fait des couilles en or, et vous vous êtes mal logé et très cher.

C'est le genre de situation idiote dont la France à le secret..

DUFLANC  a écrit le 09/07/2013 à 12:55 :

On va droit dans le mur !

@Duflanc  a répondu le 09/07/2013 à 13:14:

Et avec la qualité de construction d'aujourd'hui, il y a des chances qu'il tombe.

CPM  a écrit le 09/07/2013 à 12:54 :

Un marché immobilier livré à lui-même... hmmmm... Cécile oublie sûrement les 40 milliards d'aides annuelles déversées par l'état sur le secteur...
Avec le succès qu'on constate aujourd'hui.

Tssss  a répondu le 09/07/2013 à 13:13:

Le même genre d'aides que procuraient à leur prisonnier les gardiens des goulag..

@Tsssss  a répondu le 09/07/2013 à 13:38:

APL, PTZ, PTZ+, Robien, Scellier, Duflot, déductibilité des intérêts d'emprunt, ce sont bien 40 milliards d'aides qui maintiennent le marché sous perfusion.

letroll  a répondu le 09/07/2013 à 14:57:

avec le scellier, je défiscalise en gros ce que l'état me pique en taxes sur les loyers ... on maintient sous perfusion la victime que l'on saigne ... ça s'appelle l'état

Moi je dis ca  a répondu le 09/07/2013 à 15:58:

"ce sont bien 40 milliards d'aides qui maintiennent le marché sous perfusion."

Et vous nous expliquez que vous êtes assez bête pour ne pas en profiter, alors que ca rapport un max et que les taux d'intérêts sont très bas ? Mais vous êtes ?

@Moi je dis ça  a répondu le 09/07/2013 à 17:36:

Pas assez aisé ou pas né assez tôt pour en profiter ou pas assez bête pour acheter les yeux fermés à 500km là où il la demande locative est faible et les gens n'ont pas les moyens de payer les loyers fixés au plafond :-)

Prout  a écrit le 09/07/2013 à 12:54 :

Une belle forme... pas de fond. La démagogie à son apogée. Ses réponses ne sont pas réfléchies et sur le fond, ce ne sont pas des arguments. On appelle ça la langue de bois, c'est la seule chose qu'on apprend à l'ENA. Je suis très déçu, j'ai eu la bêtise de croire qu'un socialiste pouvait sortir quelque chose d'intelligent, j'ai perdu 1/4 d'heure de ma vie, je ne suis pas le seul, elle aurait mieux fait de se taire.

candide  a écrit le 09/07/2013 à 12:46 :

heureusement duflot est arrivééée....la bonne duflot...

Et ?  a répondu le 09/07/2013 à 13:05:

Et ? Argumentation, avis, opinion, idée ? Au moins elle, elle a des choses à dire.

candide  a répondu le 09/07/2013 à 15:35:

@Et ...avec son cheval ...et son grand chapeau
quand 2% imposent par arrivisme leur volonté à 80 %on argumente pas on attend le ménage.

@candide  a répondu le 09/07/2013 à 15:49:

2%, ce n'est pas le pourcentage de bailleurs ? :-) et les 18% restants, qui sont-ce ?

ELUE EELV  a écrit le 09/07/2013 à 12:27 :

Bravo Cécile, tous ceux qui émettent une opinion négative sont des professionnels de l'immobilier ou des propriétaires qui ne pensent qu'à eux. J'ai eu la chance de pouvoir acheter il y a 13 ans et la valeur de mon bien à doublé depuis ! Elue à l'action sociale et membre de la Commission Communale de Désignation pour les logements sociaux, je confirme que ta loi va dans le bon sens. A propos, Cécile est EELV et pas socialiste come d'aucuns ne semblent pas l'avoir compris.

letroll  a répondu le 09/07/2013 à 12:56:

bof ! en général, ce genre de politique dirigiste finit toujours mal.
plus on cherche à réguler, obliger et interdire et plus les choses empirent. Donc on peut s'attendre à une avalanche d'effets pervers.

Et  a répondu le 09/07/2013 à 12:59:

"J'ai eu la chance de pouvoir acheter il y a 13 ans et la valeur de mon bien à doublé depuis ! "

Et vous vendez ? Ou alors votre "enrichissement" est purement virtuel ?

@letroll  a répondu le 09/07/2013 à 13:08:

parce que déverser nos impôts sans régulation / obligation en contrepartie ça a mieux marché ? Ben non.

C'est la faute aux capitalismex !  a répondu le 09/07/2013 à 13:10:

Grâce à ces politiques dirigistes on a 5 millions de chômeurs en permanence depuis 30 ans..

Ca n'a pas l'air de bouleverser grand monde, même si la France = Grèce..

mark  a répondu le 09/07/2013 à 13:17:

les ecologistes sont ennuyant. leur politique economique ne represente qu un desastre supplementaire.
si ils avaient un tel support , cecile Duflot n aurait pas retiree sa candidaturea la mairie de paris.

Plus on mettra de pression sur le prive moins il y aura de logement a louer; et la pression reviendra sur les plus defavorises.

letroll  a répondu le 09/07/2013 à 13:26:

( @@letroll )
tous les gouvernements ont fait d'énormes c... , justement à coup de lois , de taxes et de subventions dans tous les sens, sans parler des carottes fiscales qui ont permis de construire et vendre n'importe quoi et n'importe où sans soucis des besoins réels ( et de la rentabilité du bien construit )
la seule bonne solution aurait été de laisser faire le marché , mais ça n'en prend pas le chemin donc l'avenir est sombre pour le secteur.

Coulé !  a répondu le 09/07/2013 à 15:05:

"tous ceux qui émettent une opinion négative sont des professionnels de l'immobilier"

Ceux qui savent, quoi..

@Coulé !  a répondu le 09/07/2013 à 15:33:

Ou ceux qui ont un intérêt à un marché haut et haussier.

Hum ?  a répondu le 09/07/2013 à 15:59:

"Ou ceux qui ont un intérêt à un marché haut et haussier."

Qui cela ? Qui a intérêt à payer plus d'impôts ??????? Ah, l'ETAT !

@Hum ?  a répondu le 09/07/2013 à 17:38:

Bah oui, on se demande qui, avec tous ces cris d'orfraie dès que l'on veut que le marché du logement reviennent à sa tendance longue, connectée avec les revenus.

Koze Tjrs  a répondu le 09/07/2013 à 19:36:

"connectée avec les revenus."

C'est parfaitement connecté au revenu, au revenu de ceux qui construisent.

Économiquement, votre revenu on s'en fou : on vous prête un truc qui vaut 1.000,000 d'Euros,, ce qui rapporte sur les marché financier 5%, DONC, vous DEVEZ payer 5% de cette somme en équivalent après impôt, taxe, normes, textes de Lois, contrôle, diagnostique, frais d'agence, etc..

Sinon, et bien il y a les HLM à la cité des 4000 pour les gens comme vous.

@@  a répondu le 09/07/2013 à 20:46:

Frottez ma bosse mon maître :D perso je suis locataire du privé à 20% de mes revenus dans un quartier bien plus sympa que les 4000. Et j'ai les moyens d'acheter un logement qui me plairait. Mais claquer autant d'argent dans un logement qui n'en valait pas la moitié y'a 10 ans, non désolé je ne suis pas de la race des pigeons mon maître.

HFR  a répondu le 09/07/2013 à 21:48:

Voilà, sur 10, 15 voire 20 ans, il est souvent plus rentable de louer que d'acheter. Une idée reçue qu'il faut combattre pour dissuader les ménages de s'en mettre ras la g**ule pour 25 ans pour un logement de compromis "parce qu'il ne faut pas rater le train", "parce qu'il faut mettre le pied à l'étrier", "parce que c'est le parcours résidentiel", "parce que vous achèterez mieux avec la plus-value"...

Gros méchants pas gentils  a répondu le 10/07/2013 à 8:07:

Je ne vois pas du tout ce que vien faire vos délires d'aigrie marxiste dans cette discutions. Visiblement, vous êtes comme tous ceux qui n'y comprennent rien persuadé qu'on veut vous refiler des truc pour très cher afin de vous escroquer !
J'en ai évidement rien à cirer de savoir si vous ête proprio ou non.

Je vous rappel juste qu'il y a 10 ans, on sortait à peine d'un krack, et que donc l'immobilier ne pouvait que remonter.

Qu'ensuite oui, pour l'instant cela revient moins cher de louer (donc les histoire de Dufflot sont, on le sait bien, de la pure démagogie), mais lorsque vous serez à la retraite avec 20% de votre salaire, comment avez vous prévu de vous loger ? Qu'allez vous laisser à votre femme, à vos enfants ?

@gros méchant  a répondu le 10/07/2013 à 8:53:

Pitié cessez avec vis marxistes à tout bout de champ... est-ce pertinent dans le debat ? Si nos enfants comptent sur l'héritage de leurs parents pour vivre décemment, c'est qu'il y a un problème. De plus On herite en moyenne à plus de 50 ans aujourd'hui, donc bon... Lorsque je serai à la retraite après 40 et quelques années à payer la votre, j'aurai accumulé assez de cash pour ne pas compter uniquement sur ma pension. Idem pour ma femme. Cash que je n'aurai pas cédé à perte dans un logement trop petit, mal situé et ou en mauvais état en 2010-11-12-13 et probablement 14. Bien entendu j'achèterai lorsque ce sera de nouveau rentable et si je trouve chaussure à mon pied. Mais pas avant.

Ca va pas être demain  a répondu le 10/07/2013 à 10:42:

"Si nos enfants comptent sur l'héritage de leurs parents pour vivre décemment, c'est qu'il y a un problème"

Aucun problème : d'ou croyez que vient le niveau de vie des français par rapport au pays sous développé ?


"De plus On herite en moyenne à plus de 50 ans aujourd'hui, donc bon.."

63 ans. Et ? En quoi est-ce une raison pour ne rien transmettre à sa famille ??


"Lorsque je serai à la retraite après 40 et quelques années à payer la votre, j'aurai accumulé assez de cash pour ne pas compter uniquement sur ma pension. Idem pour ma femme."

Oui, du cash à 4% d'inflation par ans, vous allez le mettre dans quoi ?


"Cash que je n'aurai pas cédé à perte dans un logement trop petit, mal situé et ou en mauvais état en 2010-11-12-13 et probablement 14."

Je ne comprend pas votre genre de mentalité : vous semblez tous persuadé que veut vous refourgué des immeubles ! Mais non, on n'en a rien à faire de vous, tellement qu'on vous signal que pour votre retraite, faut pas compter sur la collectivité..


"Bien entendu j'achèterai lorsque ce sera de nouveau rentable et si je trouve chaussure à mon pied. Mais pas avant."

Rentable, l'immobilier, avec Dufflot et Socialo ?

@Ca va pas être demain  a répondu le 10/07/2013 à 12:05:

"Aucun problème : d'ou croyez que vient le niveau de vie des français par rapport au pays sous développé ? " Il est justement là le problème, on compte désormais sur la rente plutôt que sur le travail. Ça ne peut pas tenir longtemps. La valeur travail et le mérite n'étaient-ils pourtant pas les credos de votre probable maître à penser ? "63 ans. Et ? En quoi est-ce une raison pour ne rien transmettre à sa famille ??" Je n'ai pas dit qu'il ne fallait rien transmettre. Puisqu'on transmet en moyenne à 63 ans, votre point sur ce que l'on laisse à sa femme et ses enfants est non avenu. Mes enfants, je leur transmettrai avant tout une éducation et le goût du travail, valeurs nécessaires et suffisantes dans une société non axée sur la rente. "Rentable, l'immobilier, avec Dufflot et Socialo ? " II est possible que ce ne soit plus jamais rentable d'acheter par rapport à louer pour le reste de ma vie. L'inverse est tout aussi possible, voire est en train de se dessiner avec la baisse en cours. Mais bon, c'est pas grave, c'est pas une fin en soi.

phidias  a écrit le 09/07/2013 à 11:46 :

Mais comme livrés à eux mêmes les écolos ne font que des catastrophes, cela s'équilibre probablement quelque part. Dans quatre ans ils seront partis, un cycle sera passé, le marché se rattrapera.

ELUE EELV  a répondu le 09/07/2013 à 12:30:

Dommage que votre "haine" des écolos vous fasse dire des idioties. Nous sommes là et bien là dans de très nombreuses municipalités, dans les CG, dans les CR, à l'assemblée européenne et nous serons de + en + nombreux, ne vous en déplaise.

letroll  a répondu le 09/07/2013 à 12:58:

les écolos ne représentent à peu près rien ( 2 à 3 % des votes ), leur seule force est d'être indispensables au PS pour obtenir une majorité donc ils sont grassement payés en retour et obtiennent le droit d'emm... la majorité des français qui ne veulent pas d'eux. ça s'appelle la démocratie.

faire le menage dans les abus  a écrit le 09/07/2013 à 11:41 :

Bravo Cecil Duflot,en voilà une qui bosse bien,et a Gauche dans ce gouvernement,y'a du menage a faire dans les abus des sociétés de "Gestion immobiliéres"

zzyzx  a répondu le 09/07/2013 à 11:59:

Il y a urgence a remettre dans le droit chemin ces syndics immobiliers (FONCIA et autres...), requins de la finance, qui pillent les copropriétés grâce à des contrats illicites, des honoraires pharaoniques pour un service souvent très médiocre, et des surfacturations généralisées.

Allez Cécile !  a écrit le 09/07/2013 à 11:27 :

Merci La Tribune, pour une fois qu'on a droit à une vraie interview, avec des bonnes questions et de vraies réponses, ça fait plaisir et surtout on apprend plein de trucs...bravo Mister Thépot :-))
A voir les réactions des petits proprétaires terriens dans les commentaires, le dispositif semble avoir de bonnes chances de faire baisser les prix :) ce qui ne peut qu'être bon pour l'économie française,..pour une fois qu'un transfert financier se produit des rentiers vers les forces vives (= les pauvres, contrairement à certaines idées reçues), on ne peut que s'en réjouir...sauf si on est rentier, bien sur ;-)

Allez les gars, même si les prix et les loyers devaient baisser de 20 ou 30 %, ce ne serait pas grand chose par rapport aux 100 % de hausse depuis 10 ans...un petit retour de balancier, quoi ;-)

Allez Céciiiile !!!

Tssss  a répondu le 09/07/2013 à 11:43:

Un SDF qui paye un loyer est une contradiction dans les terme : les pauvres ne sont pas concernés pas cette mesure. Par ailleurs1) ce sont les rentier qui payent votre salaire 2)Dans quoi allez vous, vous, investir pour vous constituer votre futur retraite ?
Donc.. ca va bouger.


"Allez les gars, même si les prix et les loyers devaient baisser de 20 ou 30 %, ce ne serait pas grand chose "

Comme ca rapport 2% brut, (4 en province), je vous prédis rapidement une distribution de subvention et autres niches fiscales.. sauf à atteindre l'état de l'Espagne..


"un petit retour de balancier, quoi "

Il n'y a pas de balancier parce qu'on ne vous doit rien.

Thargor  a répondu le 09/07/2013 à 11:57:

Bah vos pauvres iront juste dans des appartements plus grands ou resteront avec leur bail au même tarif. Du coup, question pouvoir d'achat, ils ne seront pas trop gagnant. Le seul impact sera sur les petits propriétaires qui doivent rembourser le crédit de leur investissement locatif.

fout le camp  a répondu le 09/07/2013 à 13:46:

le prix des loyers baissent pour les locataires c'est une bonne nouvelle. pour les propriétaires çà l'est moins car ils ont à faire face à une augmentation des impots en tout genre, le foncier notamment , les risques d'impayés en forte hausses, vous voulez qu'on se fasse baiser ! mais ça arrive ! tout arrive ! avez vous garder votre assurance vie c'est qui ! qui va croquer tout ça , l'état !adieu vache cochon , qui va croquer les dépots à la caisse d'épargne, l'etat ! ça arrive ! ca arrive ! la faillite de l'état français ! qui va bouffer votre dépot à la banque l'état !

@ tssss  a répondu le 09/07/2013 à 14:19:

Les rentiers payent les salaires ? Disons que ce sont plutôt les entreprises qui payent des salaires à des gens contraints de lâcher 30 à 40% de leurs revenus pour se loger. Le d'entreprises financent aussi les caisses d'allocations familiales, tout ça pour que les APL finissent dans la poche des rentiers ! Au final les rentiers vivent donc sur le dos des entreprises et des contribuables quand ils ont en plus bénéficié de niches fiscales ! Bref merci encore à ces générations de boomers qui nous ont mis dedans avec leur état providence privatisé... à leur profit !

Sniff  a répondu le 09/07/2013 à 15:11:

"Disons que ce sont plutôt les entreprises qui payent des salaires à des gens contraints de lâcher 30 à 40% de leurs revenus pour se loger."

Et ? Quel autre poste de dépense avez vous ? Ni la santé, ni la retraite, ni l'éducation : on ne voit pas ou serait le problème, et si c'est trop cher, déménagez.


"Le d'entreprises financent aussi les caisses d'allocations familiales, tout ça pour que les APL finissent dans la poche des rentiers ! "

Êtes vous totalement abruti ou comprenez vous qu'un produit ur un marché doit rapporté autant que tout les autres ? Sinon il est abandonné.. L'immobilier coute cher, les impôts sont très élevés, donc son loyer est cher, mais pas plus que n'importe quel autre "prêt" d'une somme équivalente..


"Au final les rentiers vivent donc sur le dos des entreprises et des contribuables"

Restez donc chez maman : problème réglé.


"Bref merci encore à ces générations de boomers qui nous ont mis dedans avec leur état providence privatisé... à leur profit ! "

L'Etat privatisé ??? Avec 57% du PIB ??? N'importe quoi !
Sinon les "boomer" comme dans tout les pays sont les vieux, et 68hart ou pas, c'est normal qu'il soit plus riche qu'un gosse de 15 ou 25 ans.

Manufuture  a répondu le 10/07/2013 à 1:39:

Mais vous n'avez pas compris alors? Oui, on veut que vous abandonniez ce "produit". D'abord parce que ce n'est pas un produit comme vous le dites mais le toit des gens. Ensuite parce que quand vous l'abandonnerez, massivement je l'espère les prix vont chuter vraiment rapidement. Et que c'est notre objectif. Alors, oui, vendez, vite. Avant d'enregistrer des performances dignes du cac 40.

Expert en Loi et Demande  a répondu le 10/07/2013 à 8:11:

"Oui, on veut que vous abandonniez ce "produit". D'abord parce que ce n'est pas un produit comme vous le dites mais le toit des gens. "

On ne doit rien "aux gens". S'ils veulent un toit, ce ne doit pas être au détriment d'autrui !


"Ensuite parce que quand vous l'abandonnerez, massivement je l'espère les prix vont chuter vraiment rapidement."

Voila : si les agriculteurs abandonne la culture du blé, et bien, le cours du blé va chuter rapidement.
Ou pas.


"Avant d'enregistrer des performances dignes du cac 40. "

Vu l'état du cac40..

nicdouilh  a écrit le 09/07/2013 à 11:23 :

Le marché immobilier n'est pas livré à lui-même et ne l'a pas été depuis des siècles: il est soumis à des aides massives, des lois envahissantes, que ça concerne la construction, la gestion ou la démolition, sans parler des transactions. Par contre, on peut parler du déficit de logements que des règles d'urbanisme pléthoriques engendrent, de la spéculation des communes sur les terrains constructibles, et des chantages administratifs en tout genre qui augmentent le coût de construction.

La démagogie est donc déplacée, Mme Duflot, et l'Etat s'engraisse bien sur la bête.

Ou est la solution ?  a écrit le 09/07/2013 à 11:15 :

En dix ans, le loyer au augmenté de 40 %. C'est vrai. Mais pourquoi ? Est-ce que la ministre sait ? Dix ans avant, un proprio payait sa charge de 250 euros par trimestre. Aujourd'hui le coût est de 1 000 euros. Le syndiques n'ont pas demandé l'autorisation pour cette augmentation. Certains conseils de copropriétaires tiraient avantage de ça. Et les 97 autres pour-cents de copropriétaires en étaient victimes. Est-ce que la ministre a une solution pour ce problème ? Si elle peut en donner un le problème du loyer va se régler automatiquement. Elle n'aura besoin ni de lois, ni de projets, ni de gaspiller l'argent de l'Assemblée Nationale. La théorie des écologistes ne marche pas ici. Elle est gratuite comme l'a dit MME. Royal sur BFMTV dimanche dernier. Le problème de logement ne devrait pas exister. Beaucoup d'immeubles sont vides. Beaucoup d'immeubles sont démolis pour problème d'entretien. Casser des immeubles pour en construire de nouveaux ne résoudra rien. Le problème est le même. Lorsque la ministre est venue du camps d'écologiste pour résoudre les soucis comme étant ministre du logement, nous avions de l'espoir, cette fois nous allons gagner, tout va rentrer dans l'ordre. Mais le vrai problème n'est jamais apparu sur la table, pas plus que la vraie solution. Elle n'a pris aucune mesure pour contrer le pouvoir des syndicats. En un seul mot, elle aurait pu balayer tout le soucis sur l'augmentation des loyers. Si elle n'aurait cassé des bâtiments pour s'amuser, le problème aurait pu être résout pendant tout ce temps. Si nous rendions les immeubles insalubres vivables, avec peu d'argent, nous aurions pu aménager des logements. Dans beaucoup de commentaires nous avons écrits que les ministres n'ont aucune expérience et en plus n'écoutent même pas les conseils de la populace. Cela nous fait mal de voir un immeuble en bon état démolis pour être reconstruit alors qu'un terrain vide se trouve juste à côté. Ce sont deux choses publiques pourtant.

Vile populace  a répondu le 09/07/2013 à 11:46:

Lorsque l'Etat impose de nouvel normes pour tous les ascenseurs de France, on sait bien pourquoi, et ca entre fatalement dans le cout du loyer. Ca tombe bien, il parait que de nouvelles nouvelles normes vont tombé l'année prochaine, avec plein de travaux obligatoires( et donc de taxes) qui "vont relancer", et donc une facture pour les propriétaires..

test  a répondu le 09/07/2013 à 12:01:

De toute façon les proprios ne paient pas assez en impôt. Et en plus, au nom de quoi augmentent-ils les prix quand les impôts montent? Ils n'ont qu'a mettre la main a la poche. L?immobilier en France est une énorme niche fiscale pour les proprios. Il faut que ça cesse. Tout simplement augmenter fortement les impôts sur les énormes rentes qu'ils se mettent dans les poches. Excepte la résidence principale même si un effort peut être fait sur ce sujet.

test de QI  a répondu le 09/07/2013 à 12:21:

"De toute façon les proprios ne paient pas assez en impôt. Et en plus, au nom de quoi augmentent-ils les prix quand les impôts montent? "

De la rentabilité : c'est du business, pas les resto du coeur. Et puis vous êtes pour les hausse d'impôts, donc soyez logique, c'est à vous de les payer.


"L?immobilier en France est une énorme niche fiscale pour les proprios."

nan, c'est super imposé.


"Tout simplement augmenter fortement les impôts sur les énormes rentes qu'ils se mettent dans les poches."

D'accord mais alors libéraliser les loyers.



test  a répondu le 09/07/2013 à 14:02:

Rentabilité: si l'affaire est viable. Sinon, soit on vends soit on fait ....faillite. Bon courage!

De pire en Pire  a répondu le 09/07/2013 à 15:13:

"Rentabilité: si l'affaire est viable. Sinon, soit on vends soit on fait ....faillite. Bon courage!"

L'immobilier qui fait faillite, c'est la situation aux USA et en Espagne. Libre à vous de la trouver désirable, mais même si les loyers ont baissé dans ces pays, les gens ne peuvent plus s'y loger, vous devinez pourquoi..

test  a répondu le 09/07/2013 à 15:53:

Ce n'est pas l?immobilier qui fait créer des emplois.... c'est l'argent que le gens ne mettent pas a se loger..... En plus, USA n'est pas a plaindre.Les prix on baisse et le pays est en croissance.... chercher l'erreur. Je parlais des proprios en faillite pas de l'immobilier en faillite.

Bof  a répondu le 09/07/2013 à 16:20:

"Ce n'est pas l?immobilier qui fait créer des emplois..."

Oui, les maisons tombent du ciel, c'est bien connu, et maçon, plombier, carreleur, etc, ca n'existe pas.


"c'est l'argent que le gens ne mettent pas a se loger.."

Se loger est un service comme un autre, c'est normal de payer pour, et comme pour partout, un euros investie doit rapporter.



".Les prix on baisse et le pays est en croissance.."

Et les prix remonte. Donc ? Prix bas = chômage et récession. Et locataire à la porte.


"Je parlais des proprios en faillite pas de l'immobilier en faillite. "

C'est la même chose. Pour vous le patron dont la boite fait faillite va super bien ??? Pareil pour l'immobilier.
Plus d'investisseur =>chômage de masse dans le secteur du bâtiment.



M'enfin, je ne comprend pas : si ca rapporte tellement avec tellement d'avantage, vous devriez vous jeter dessus pour vous goinfrer, non ?

Impots et Taxes  a écrit le 09/07/2013 à 10:59 :

Sources Proxiti :
.. les communes françaises similaires à 'mon village', ont vu leurs impôts locaux par habitant augmenter de 60.1% en moyenne entre 2000 et 2011.

Didier  a écrit le 09/07/2013 à 10:58 :

Le marché est faussé par l'APL et diverses aides qui gonflent les loyers et les prix, mais elle n'a pas entièrement tort. On aurait mieux fait de construire davantage d'HLM. On aurait des prix plus bas, des transactions plus fluides et des gens mieux logés.

Plouf  a répondu le 09/07/2013 à 11:16:

On peut aussi tout collectiviser, comme en ex-URSS... Ceci résoudra-t-il le problème du logement pour autant ???

Bein non  a répondu le 09/07/2013 à 11:24:

"On aurait mieux fait de construire davantage d'HLM. On aurait des prix plus bas, des transactions plus fluides et des gens mieux logés."

Une étude OCDE à montré une corrélation entre le nombre de HLM et le niveau des loyer du privé. Normal : ce sont les locataires du privé qui paye le loyer de ceux du public. Il n'y a pas de magie en économie.

Gustav19  a écrit le 09/07/2013 à 10:58 :

Et les impôts locaux, ils ont augmenté de combien en 10 ans ? 65% à Lyon par exemple ... taxe à l'achat, taxe sur les plus-values à la vente avec un délai rallongé, taxe sur les donations avec un délai rallongé à 15 ans, taxe sur les SCIs dès que par malheur elles génèrent du bénéfice, ISF, impôts sur les revenus locatifs ... Investissez dans l'immobilier malgré l'insécurité fiscale, ne cherchez pas à calculer le VRAI rendement, l'état et les collectivités locales ont besoin de vous pour subvenir à leurs besoins. Et l'immobilier n'est pas délocalisable.

test  a répondu le 09/07/2013 à 12:02:

Les impôts locaux n'ont pas augmente assez pour les proprios.

letroll  a répondu le 09/07/2013 à 13:02:

les proprios ( dont je fais partie ... je suis un s.. de proprio ) paient énormément de taxes ce qui justifie des loyers élevés sans pour autant permettre de s'en mettre plein les poches.
en fait c'est encore et toujours l'état qui gagne mais en rejetant la faute sur les "proprios" , c'est pratique.

proprio  a répondu le 09/07/2013 à 13:15:

Je suis certain que @test ne sait pas ce que paye un proprio . Un effort @test : que paye un proprio en impõts et taxes sur un loyer?

test  a répondu le 09/07/2013 à 14:04:

Les proprios ne payent pas assez d?impôts car cela continue d?être rentable. Il y a encore de la place pour liquider la niche fiscale.

@test  a répondu le 09/07/2013 à 14:20:

C'ast ignoble ce que vous dites... Les risques, l'entretien, c'est bon pour le proprio mais la rentabilité serait honteuse?

test  a répondu le 09/07/2013 à 15:56:

Tout a fait. Mais vous oubliez aussi que ces même proprios vivent comme de parasites sur le dos des locataires..... Évidement que tous les risques sont a prendre par eux. Par définition, plus le risque est élevé plus la rentabilité monte. Je vous entends pas demander la suppression des APL et tout autre aide qui est paye par les impôts! Or j'ai l'impression que sans cela il n'y a plus aucune rentabilité.....

Gni ??  a répondu le 09/07/2013 à 16:22:

"ces même proprios vivent comme de parasites sur le dos des locataires....."

Ce n'est donc rien d'être loger et d'avoir un toit sur sa tête ?!


"Je vous entends pas demander la suppression des APL et tout autre aide qui est paye par les impôts! Or j'ai l'impression que sans cela il n'y a plus aucune rentabilité....."

Mais si, sauf que vous serez en colocation.

Plouf  a écrit le 09/07/2013 à 10:56 :

Duflot rêve de transformer la France en Corée du Nord. A ce rythme là, plus aucun propriétaire n'aura intérêt à mettre un bien en location. Bref, elle ne comprend rien, comme d'habitude.

Plouf... dans l'eau !  a répondu le 09/07/2013 à 11:35:

Ah, les vieilles lunes parano des vieux rentiers pleins de certitudes des années 50... amios réacs, réjouissez-vous : voilà au moins une chose qui ne changera jamais :)

Une phobie ?  a répondu le 09/07/2013 à 11:47:

"Ah, les vieilles lunes parano des vieux rentiers pleins de certitudes des années 50."

Ah vous me rassurez : tous va bien donc. Ce n'était qu'un fantasme.

fma44  a écrit le 09/07/2013 à 10:51 :

Tout ce qui est beau, bien placé et spacieux ne baissera jamais, ni en loyer, ni en prix de vente peu importe ou en Europe.
Après il y a les autres logements ...

@fma44  a répondu le 09/07/2013 à 13:13:

Allez dire ça aux Irlandais tiens, entre autres. Et aux français des années 90. -40% entre 91 et 98, y compris dans les beaux quartiers de Pââris.

Oui  a répondu le 09/07/2013 à 16:49:

"Et aux français des années 90. -40% entre 91 et 98, y compris dans les beaux quartiers de Pââris."

Aucun rapport : c'était les banques et autres compagnies d'assurances nationalisés qui ont largué d'un coup tout leur stock d'immobilier.. Ca ne peut plus se reproduire et, comme vous le voyez, en immobilier, suffit d'attendre pour que les chose reviennent à la normal (même si la France est toujours en retard sur Londres).

@Oui  a répondu le 09/07/2013 à 17:42:

Vous mélangez cause et effet. La baisse a été forte et prolongée sur tout le territoire, y compris là où les zinzins n'ont jamais mis une bille :-) Si les investisseurs se sont retirés du marché, c'est parce que celui-ci était baissier, ce qui n'a fait qu'entretenir la baisse. Et regardez qui se retire du marché depuis quelques temps ? Eh oui, les mêmes. Auraient-ils senti le vent tourner ?

H  a répondu le 09/07/2013 à 19:42:

"La baisse a été forte et prolongée sur tout le territoire, y compris là où les zinzins n'ont jamais mis une bille :-) "

Oui, la chute à Paris a sans doute eut des effets en Province..


"Si les investisseurs se sont retirés du marché, c'est parce que celui-ci était baissier, ce qui n'a fait qu'entretenir la baisse. " Mouias, ou parce qu'ils avaient un urgent besoin d'argent (Crédit Lyonnais..)


"Et regardez qui se retire du marché depuis quelques temps ? Eh oui, les mêmes. Auraient-ils senti le vent tourner ?"

Mmmm, d'après ce que je sais, justement, ces gens là n'ont pas racheté leur immeuble, c'est pour cela que la situation est totalement différente.. En attendant, les panneau "A vendre" reste discrets, pas comme dans les années 90.
De toute façon, rien que du fait des impôt (7%) on ne déménage pas tout les 10 ans, donc..




@H  a répondu le 09/07/2013 à 21:06:

Les vendeurs ne sont pas tous pressés. Deux panneaux à vendre desesperement accroches depuis 6 mois environ dans la résidence "de standing" bien située. Inimaginable il y a 1 ou 2 ans. Le stock de biens à vendre sur s*loger augmente et il n'est pas rare de voir des prix de présentation revus à la baisse, modérément certes.

Un bon début  a écrit le 09/07/2013 à 10:40 :

le probleme est posé même si certains vont dire que le marché s'est ajusté depuis un an...je pense que la baisse doit être plus importante avec un risque de perte pour certains ménages. ne faut-il pas faire un avoir fiscal en cas de perte avec un effet limité pour ne pas accenturer la baisse? mettre sous microscope les pro de ce marché qui ne cessent d'utiliser des techniques dignes des voleurs.

Livré à lui même ???  a écrit le 09/07/2013 à 10:36 :

Mais c'est le marché le plus faussé du monde. Des réglementations qui surprotègent les locataires et dissuadent l'investissement, et des APL qui gonflent le prix des location, l'état en payant la moitié.
Encore un raisonnement absurde.

satan  a répondu le 09/07/2013 à 12:49:

+1000

@ Livré  a répondu le 09/07/2013 à 14:31:

Déjà faut arrêter de raconter n'importe quoi : les APL sont financés par les entreprises (cotisations aux allocations familiales) donc non seulement les rentiers cupides (beaucoup d'anciens fonctionnaires parmi eux d'ailleurs...) pompent les salariés qui lâchent une part croissante de leurs revenus pour se loger et pompent aussi les entreprises ! Bref une double forme de parasitisme avec la bénédiction des élus et de l'état qui y trouvent leurs comptes (droit de mutation, impôts fonciers, ISF, clientélisme électoral vis à vis des boomers ...)

han  a écrit le 09/07/2013 à 10:34 :

eh bien elle aura tout gagné, je vais arreter de louer si c'est pour que l'ETAT vienne encore me fourrer son nez dans les affaires.
Le marché de l'immobilier s'auto régule, nul besoin d'intervention de l'etat.

@ban  a répondu le 09/07/2013 à 10:42:

"je vais arreter de louer". Bien sur! Vous allez encore perdre plus d'argent. Faut pas oublier la taxe fonciere et la taxe sur les biens inoccupé. Les propriétaires sont bloqués: obligé de louer ou vendre. Dans les 2 cas, le locataire est gagnant: baisse des loyers et baisse des prix de l'immo.

bien vu!  a répondu le 09/07/2013 à 11:16:

Exactement, au passage ça réduira (un peu) les inégalités entre les prorios qui se sont enrichis en regardant les prix s'envoler, et les locataires qui ne peuvent plus se payer des vacances à force d'être étranglés par leur loyer...

L'histoire se repette.  a répondu le 09/07/2013 à 11:22:

""je vais arreter de louer". Bien sur! Vous allez encore perdre plus d'argent. "

Pas forcément. Certain locataire ne paye pas, détruise le logement, etc..
Finalement, il est peut être aussi cool de ne pas louer et d'utiliser comme vide grenier ou pour un de ses gosses.. Moins de frais, moins de tracas, baisse de l'impôt sur le revenu.. faut pas oublier que l'immobilier c'est un investissement sur le long terme, 30, 40 ans, 1 siècle.. Hollande passera..




"Les propriétaires sont bloqués: obligé de louer ou vendre."

Non. Du reste si c'était le cas..


"Dans les 2 cas, le locataire est gagnant: baisse des loyers et baisse des prix de l'immo."

Non : HLM gagnant, pour les autre moins de choix, loyers plus élevé.

Gilles  a écrit le 09/07/2013 à 10:16 :

Derrière chaque Appartement, il y a un propriétaire... si celui-ci a fini de payer ses credits, une baisse de loyers ne sera qu'une contrariété, rien de plus, il sera un peu moins riche voilà tout... si celui-ci n'a pas fini de payer ses traites, c'est qu'il a acheté cher (cette dernière décénie) un bien qu'il ne pourra plus rembourser avec ses loyers ni revendre sans faire de pertes... un gain de pouvoir d'achat pour les uns... Il y a les "gros riches" avec pleins d'apparts, et il y a ceux qui en ont 1 ou 2, et encore une fois, tout le monde dans le meme sac! décidément, les gouvernements de ce monde n'aiment pas les tranches intermédiaires.

Rentabilité  a répondu le 09/07/2013 à 10:52:

"si celui-ci a fini de payer ses credits, une baisse de loyers ne sera qu'une contrariété, rien de plus, il sera un peu moins riche voilà tout."

Nan, c'est une perte. En clair, le propriétaire paye son locataire !


"si celui-ci n'a pas fini de payer ses traites, c'est qu'il a acheté cher (cette dernière décénie) un bien qu'il ne pourra plus rembourser avec ses loyers ni revendre sans faire de pertes."

Dans le monde réel, ca provoque une diminution de l'offre et le développement d'un superbe marché noir, avec pot de vin, dessous de table, etc..


Lily  a écrit le 09/07/2013 à 10:01 :

Installer des yourtes sur les terrains préemptés de la ville de Paris donnerait un abri aux sans abri !

CQFD  a écrit le 09/07/2013 à 9:59 :

http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/prix-immobilier-evolution-1200-a1048.html#a1..... entre 2000 et 2013 l?indice des prix immobiliers a progressé de 114% à Paris et 75% en France. Sur la même période, le salaire moyen (35 100 ?/an) a progressé de seulement 10% et l?inflation de 18%. Mme Duflot est donc très en dessous de la vérité en parlant de 40%. On est plus près de 100% pour Paris (corrigé de l'inflation et de la hausse des salaires). La durée d'endettement des ménages a également doublé, passant de 15 ans à 30 ans. Les propriétaires bailleurs ont tort de couiner. Les loyers n'ont pas suivi les courbes des prix mais sont restés constants par rapport aux revenus médians. Bref, leur investissement a un rapport moyen, par contre la valeur de leur logement a pratiquement doublé en 10 ans à Paris (60% en province). Si vous connaissez un autre bien d'usage qui voit sa valeur doublée, faite moi signe !

Automobile  a répondu le 09/07/2013 à 10:22:

Quid de la part du carburant dans le budget des ménages?

Et donc ?  a répondu le 09/07/2013 à 10:48:

"Les propriétaires bailleurs ont tort de couiner. "

Vous prouvez pourtant vous même qu'ils ont payé plus cher leur investissement.. que la durée d'endettement des ménages a également doublé.. que les loyers n'ont pas suivi les courbes des prix..

Bref, que l'immobilier, ca eut rapporté.


"par contre la valeur de leur logement a pratiquement doublé en 10 ans"

Donc, tant qu'on a pas vendu, c'est virtuel, pipo, comme "enrichissement" (mais les impôts eux, sont bien réels ! Et répercutés dans le prix, of course.. Je rigole en pensant à la gueule du type favorable par exemple à l'ISF -pour les autres- qui se retrouve à le payer dans on loyer ! AH AH AH !).


Donc, en fait, que pensez vous vouloir démontrer ? Qu'il est plus rentable d'être locataire ? Oui, tout les gens de gauche que je connais me le dise. Et ils ont raisons.. tant qu'ils travaillent et pense toucher un gros paquet de fric de l'Etat pour leur retraite (Arf !).

tony  a écrit le 09/07/2013 à 9:45 :

cette dame a un arrière-train à en faire pâlir plus d'un!!!! quelle femme!!!

Bernard  a répondu le 09/07/2013 à 11:22:

Je confirme! Quels jambons! c'est impressionnant! Serena Williams n'a qu'a bien se tenir!

Cécile  a répondu le 09/07/2013 à 14:24:

Je n'apprécie pas duflot mais ces remarques sont sexistes et ne vous honorent pas...
Les exemples ne manquent pourtant pas chez les hommes politiques, n'a-t-on jamais entendu de pareilles remarques à l'endroit d'un homme ? C'est affligeant.

tony  a répondu le 09/07/2013 à 14:47:

Mais c'était un compliment! ! Ne soyez pas jalouse!

Retraité SNCF  a répondu le 09/07/2013 à 14:48:

@ tony: +1, et puis les écolos aiment le train...

Tony  a répondu le 09/07/2013 à 14:50:

Et puis d'ailleurs mois je l'aime bien madame Duflot! Qu'elle continue sa politique contre les bailleurs et les pros de l'immo , qui se sont bien trop goinfré ces 15 dernières années!

JM57  a écrit le 09/07/2013 à 9:26 :

40% en 10 ans? .... Elle est très loin du compte. Entre 2000 et 2013 l?indice des prix immobiliers a progressé de 114% à Paris et 75% en France. Sur la même période, le salaire moyen a progressé de seulement 10% et l?inflation de 18%. Donc le prix a pratiquement doublé. Bien évidemment les prix à la location ont suivi et la valeur des biens aussi. c'est ainsi que quelques propriétaires se sont retrouvés assujettis à l'ISF à l'insu de leur plein gré. Cette envolée a opéré un transfert assez massifs de revenus des locataires et des nouveaux propriétaires vers les propriétaires anciens et les banques. Mme Duflot a raison en ce qui concerne les marchés. Laissés à eux même ils tendent à faire n'importe quoi et ca finit mal. A ce moment là, les libéraux les plus farouches se souviennent brusquement qu'il y a un état qui leur doit bien évidemment aide et assistance !!! MDR. La droite n'aurait pas du laisser grimper les prix de cette façon après 2003, c'est malsain et contre-productif.

http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/prix-immobilier-evolution-1200-a1048.html#a1

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 10:08:

parce que cette hausse infernale est dû à un marché trop libre ? manifestement, vous avez une assez mauvaise connaissance de la réalité ... Un marché est par nature équilibré, sinon, il n'y a pas d'échange, donc pas de prix. L'existence d'un prix montre un équilibre. C'est le B-A-BA de l'économie de base.

Chiffres?  a répondu le 09/07/2013 à 10:18:

Nous ne vivons pas dans la meme France?! d'ou sortent ces chiffres qui ne sont pas le reflet de ma region Rhône Alpes?

@ John Galt  a répondu le 09/07/2013 à 10:30:

L'endettement facile et les niniches fiscales payées par les autres contribuables, c'est fini FI-NI ! On va l'avoir la réalité des prix ! Même un fonctionnaire à temps plein sur la tribune peut comprendre ça ...

@john galt  a répondu le 09/07/2013 à 21:16:

encore des poncifs : le marché efficient, la main invisible, la transparence<=> symétrie de l'information qui rend le règlement inutile.
Vous vous amusez bien John ? Toujours vouloir avoir le dernier mot quitte à trahir son intelligence ? La pensée d'une machine d'état qui simule le pragmatisme d'un intervenant économique "éclairé" ? Vous voulez être le dernier des mohicans ? Cela fait trente ans qu'on entend cela. La seule raison pour laquelle l'état existe encore c'est que, dans un éclair de lucidité, les rentiers se sont aperçus qu'il était finalement bien utile pour les mettre à distance "légale" des fourches, nationaliser les pertes, favoriser les bulles sur les actifs et endormir le bon peuple.

1864 ?  a répondu le 10/07/2013 à 8:21:

"symétrie de l'information qui rend le règlement inutile"

Faut pas hésiter à apprendre un peu de science économique..


"Cela fait trente ans qu'on entend cela."

Oui, en URSS et dans l'allemagne NAZI aussi on entendait beaucoup de discours sur le capitalisme? Et ?


"La seule raison pour laquelle l'état existe encore c'est que, dans un éclair de lucidité, les rentiers se sont aperçus qu'il était finalement bien utile pour les mettre à distance "légale" des fourches, nationaliser les pertes, favoriser les bulles sur les actifs et endormir le bon peuple."

Ok, alors soyez logique : fin des impôts et cotisation, plus de service public, redistribution, solidarité, allocation, subvention, etc, et chacun se démerde avec ce qu'il a !

Ah mais oui, j'oublie que vous, vous vivez aux crochets des riches, donc je sens poindre comme une petite opposition à votre émancipation..


toto  a écrit le 09/07/2013 à 9:25 :

Sur 95 % du territoire, l'immobilier est à la baisse. Les 5 % du territoire ou il y a crise concernent la bande cotière et les centres urbains. Duflot n'évoque même pas la possibilité d'un aménagement du territoire. Son électorat baba-écolo-gaucho-bobo, il vit dans les villes. Duflot ne va rien régler, elle est bien trop intolérante et sectaire.

à toto  a répondu le 09/07/2013 à 9:45:

Combien de personnes vivent dans les centres urbains et la bande cotière...? cela ne sert à rien de parler de 95% du territoire si cela regroupe 20% de la population...pour info région parisienne = 12 millions de personnes sur 65 millions de Français..et il n'y a pas que des bobos bidules dans les villes et les banlieus..

Sauf que  a répondu le 09/07/2013 à 11:16:

"Combien de personnes vivent dans les centres urbains et la bande cotière...? "

Vous oubliez que grâce aux faibles loyers les français, unique au monde, se paye des résidences secondaires...

Pffff  a écrit le 09/07/2013 à 9:20 :

Je comprend pas trop ce raisonnement ministériel qui nous parle de l'évolution des loyers sans tenir compte de l'augmentation des prix d'acquisition !!!
Rentabilité locative de 2à3% avec tous les risques.
Acquisition de l'argent à 3% et plus...
Avec ce qu'il reste il faut payer 15% rds Csg + l'impôt sur le revenu ???
C pas fini !!! Comme il n'y a pas assez de logement il faut des taxes pour les financer ???? Pour tant c tellement rentable l'immobilier a écouter Mme le ministre

+1  a répondu le 09/07/2013 à 10:24:

+1

@Pffff  a répondu le 09/07/2013 à 13:20:

Suffit de les acheter moins cher, ces logements. Personne ne vous a mis un pistolet sur la tempe le jour où vous avez signé. Vos simulations de rentabilité sur 5, 10, 20 ans ont-elles pris en compte un loyer qui croitrait indéfiniment de 2, 5, 10% par an, ou vous êtes-vous basé sur des hypothèses plus réalistes ?

Une idée  a répondu le 09/07/2013 à 15:18:

"un loyer qui croitrait indéfiniment de 2, 5, 10% par an, ou vous êtes-vous basé sur des hypothèses plus réalistes ?"

Ce n'est pas le loyer qui compte, c'est ce que cela rapporte.. Or ca ne rapporte déjà pas grand chose.
Faut arrêter de s'imaginer que le loyer va dans les poche du bailleur, c'est faux, il ne prend que, quoi, 20% en réalité..


"Suffit de les acheter moins cher, ces logements. "

Voila : suffit de supprimer le smic, comme ca les ouvriers pourront construire pour moins cher...

@Une idée  a répondu le 09/07/2013 à 15:39:

Vous dites que vous n'avez pris en compte que les produits (loyer, aides fiscales, capital amorti) et pas les postes de charge (intérêts d'emprunt, impôts, entretien du logement) dans vos projections de rentabilité, c'est ce que l'on doit comprendre ? Ne vous plaignez pas ensuite de ne pas gagner autant que prévu. Je dis simplement que les personnes qui s'imaginaient compenser un prix d'achat souvent surévalué et des charges croissantes par un loyer croissant indéfiniment (+ la PV automatique) ont fait fausse route.

Les franaçis se sont construit un bel avenir  a répondu le 09/07/2013 à 16:09:

"Je dis simplement que les personnes qui s'imaginaient compenser un prix d'achat souvent surévalué et des charges croissantes par un loyer croissant indéfiniment (+ la PV automatique) ont fait fausse route."

Sauf que c'est exactement le contraire : les loyers sont bas, les impôts hauts : on compense par la hausse du prix de revente.
Sinon, c'est comme pour tous : on se retire du marché, ce qui baisse l'offre, donc provoque une hausse des prix, et le marché se rééquilibre pour être aussi rentable que d'autre. Après tout, on n'est jamais obligé d'investir..

Après la vraie question est : est-ce surévalué ? Je ne crois pas. C'est juste que le niveau de vie des français baisse, mais que l'immobilier lui reste stable, donc la baisse du niveau de vie est particulièrement visible là, mais sinon à lieu dans tous les secteurs. Après tout, cela fait 20 ans que la France est en récession structurelle, et compenser le effet du socialisme par la dette trouve ses limites..



Et puis les aides fiscal, c'est particulier, minoritaire. Faut pas non plus généraliser.
Question : En quoi le capital amorti est-il un produit chez vous ????

@@  a répondu le 09/07/2013 à 17:46:

La mensualité se compose des intérêts et de l'amortissement du capital.

@@  a répondu le 09/07/2013 à 17:58:

Par rapport à quoi juge-t-on de la surévaluation d'un prix ? Par rapport au niveau de vie justement. Donc si le niveau de vie des français baisse, les prix doivent s'ajuster, ce qu'ils ont commencé à faire, doucement du fait des taux d'intérêt faibles.

Et non !  a répondu le 09/07/2013 à 19:46:

"La mensualité se compose des intérêts et de l'amortissement du capital."

Fort bien mais en quoi est-ce un produit ???


"Par rapport au niveau de vie justement. Donc si le niveau de vie des français baisse, les prix doivent s'ajuster,"

Si le niveau de vie des français baisse, les prix restent aussi élevé et leur revenu, lui baisse. Sinon évidement même dans les pays socialiste ca serait le paradis et tout le monde pourrait faire n'importe quoi sans conséquence ! Argentine, division par 3 du niveau de vie, petit noir et loyer aussi cher qu'en France : Enfin la Décroissance des socialo-communiste en vue !

Après, rien ne vous interdit de trouver plus petit et moins cher, loin des villes..

Najbar  a écrit le 09/07/2013 à 9:19 :

Patience les taux commencent à remonter.....lentement mais sûrement......on va commencer à se marrer très bientôt.......

Taux  a répondu le 09/07/2013 à 10:39:

En effet :-) déjà que le secteur est bloqué, alors acheter avec le risque de voir son bien perdre de la valeur à un taux plus élevé, ouais, on va se marrer! Mme Duflot va subitement se souvenir de la règle de l'offre et de la demande... moins d'achats donc plus de locations donc plus de demande par logement, donc...

la chute  a écrit le 09/07/2013 à 9:02 :

Apres la chute du marche des nounous ( info de ce jour - 4 % ) merci à Hiollande
l'arret total des achats d'appartements locatifs et l'objectif fumeux de 500.000 logements par an est aux oubliettes pour longtemps : merci Hollande
des qu'il touche a quelque chose avec ses theories de technocrates fonctionnaire PS c'est l'effondrement sous3 mois
le MURRRRRR

L'effondrement !  a répondu le 09/07/2013 à 9:53:

le capitaine de pédalo s'appelle flanby... Ne l'oubliez pas !

@  a répondu le 09/07/2013 à 13:21:

C'est constructif.

TITOU  a écrit le 09/07/2013 à 9:00 :

Droite dans ses bottes rouges la dufflot, oser affimer que le marché immobilier n est pas régulé ? quelle rigolade , mais de toute façon , elle ne doute de rien et puis si on n est pas d accord avec elle, c est que l on mérite le mur des cons.

à Titou  a répondu le 09/07/2013 à 9:55:

Elle est sourde et aveugle : elle ne sait même pas qu'il y a toute une réglementation sur l'immobilier dont l'empilement n'est sans doute pas pour rien dans le fonctionnement étrange de ce marché très réglementé...

HFR  a écrit le 09/07/2013 à 8:53 :

J'adore ... Un marché régulé ? Impossible... quand on sait que beaucoup de zone ont fait un magnifique 300 % en moins de 10 ans.
Certainement à cause des cerisiers d'ailleurs :)
Le marché va se péter la gueule, c'est inéluctable, on va bien rigoler quand le chommage aura atteint 20 % :o

@HFR  a répondu le 09/07/2013 à 10:37:

Vous allez bien rigoler? Moi j'en ai encore pour 20 ans (au moins) et le chomage à 20% ça ne me fait pas rigoler.
Au fait, si les nombre de constructions baisse, ça doit faire des boulot en moins non?

Réforme en vue  a répondu le 09/07/2013 à 10:55:

"Le marché va se péter la gueule, c'est inéluctable, on va bien rigoler quand le chommage aura atteint 20 % :o"

C'est surtout les fonctionnaires qui vont rigoler, parce que 20% de chômage, c'est direct licenciement sec dans la fonction public et 30% de baisse de rente pour ceux qui reste.

chouette  a écrit le 09/07/2013 à 8:52 :

tous dans des cages à poules

Le paysan  a écrit le 09/07/2013 à 8:44 :

Plus la peine de voter vert ils sont devenus libéraux. Au regard de la derniere réponse de l interview

malo  a répondu le 09/07/2013 à 8:55:

@ le paysan .de vrais écolos n'auraient pas d'étiquette

L'avenir du genre humain  a répondu le 09/07/2013 à 8:55:

"Il n'y a pas de réelle ligne rouge à ne pas franchir. "

Les Verts n'étant que des Communistes avec un nouveau papier peint, il ne serait y avoir de ligne rouge, effectivement, à franchir..

L'avenir de la bête humaine  a répondu le 09/07/2013 à 9:56:

Un logiciel communiste et un fonctionnement anarchiste : ils sont revenus avant l'invention du PCF... La gauche préhistorique, quoi...

john galt  a écrit le 09/07/2013 à 8:39 :

le marché immobilier français est aussi livré à lui -même que le marché dans l'ex URSS .... Avc les mêmes pénuries, curieux non ?

@ john galt 35h/semaine sur La Tribune  a répondu le 09/07/2013 à 16:05:

2,5 millions de logements vacants en France, source INSEE. Changez de disque.

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 17:24:

2.5 millions de logements vacants dans le massif central ou en lorraine ne peuvent pas grand chose pour des pénuries sur l'ile de France ou les grands centre urbains français. Ouvrez une carte de France, vous allez comprendre.

KIKI  a écrit le 09/07/2013 à 8:39 :

Payer moins de loyer pour payer plus d'impôts
Diviser pour régner.

Point Barre

L'Etat au dessus de Tout  a répondu le 09/07/2013 à 8:51:

L'immobilier est surtaxé.. C'est du reste parce que les bureaucrates coulent ce secteurs qu'ils font également de "la relance" à coup de subventions.. Très logique, donc.

john galt  a écrit le 09/07/2013 à 8:38 :

baisser les loyers, c'est redonner du pouvoir d'achat ? mais en comptabilité nationale, c'est un jeu à sommes nulles : le pouvori d'achat redonné aux locataires est enlevé aux propriétaires ????? Tenir de tels raisonnements 150 ans après Bastiat, et dans le même pays que lui, c'est désolant ....

Pas tout à fait  a répondu le 09/07/2013 à 9:21:

A moins que vous soyez un inconditionnel de la théorie du ruissellement (bien bidon comme il faut). Vous savez très bien qu'à partir d'un certain niveau de revenu, l?excédent est dirigé vers l'épargne; Le plus souvent celle-ci est improductive.

Manufurure  a répondu le 09/07/2013 à 9:34:

Ben oui, baisser les loyers enlèvent des ressources aux rentiers et en redonnent aux actifs. Ça c'est du capitalisme entrepreneurial et non financier.

Fumette Marxiste  a répondu le 09/07/2013 à 9:35:

"niveau de revenu, l?excédent est dirigé vers l'épargne; Le plus souvent celle-ci est improductive."

Mais bien sur ! Marx l'a écrit : le libéralisme est condamné à cause de l'investissement et du progrès scientifique, et l'histoire lui à entièrement donné raison, arf !

L'épargne improductive, elle est bien bonne celle là !

@ pas tout à fait  a répondu le 09/07/2013 à 9:45:

En tant que théoricien du ruissèlement, Jojo fonctionnaire à demeure sur le forum est bien placé pour observer le torrent d'oisiveté dans son administration de rattachement...

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 9:45:

En quoi la théorie du ruissellement est-elle fausse ? En quoi l'épargne peut-elle être improductive ? Seule la thésaurisation (cad la rétention par devers soi de l'encaisse monétaire) est improductive. Il faut arrêter de lire alternatives à la pensée économique svp ...

Ok alors  a répondu le 09/07/2013 à 10:46:

Volume des transactions sur le marché primaire ? Montant des transaction sur la marché primaire ? Volume des transactions sur le secondaire et produits dérivés ? Montant des transactions sur le marché secondaire et dérivés ? Dérivés sans livraison ? En quoi cet argent contribue à l'économie ? En quoi est-il dirigé vers l'outil productif ? S'agit-il d?épargne ?

Ok donc  a répondu le 09/07/2013 à 11:14:

"En quoi cet argent contribue à l'économie ? En quoi est-il dirigé vers l'outil productif ? S'agit-il d?épargne ?"

Oui. Et compter le nombre de transaction est-il pertinent ? Est-ce que vous compter le nombre de voiture au passages cloutés ou au paietage pour discuter de l'industrie automobile ? Par ailleurs il faut bien un marché de l'occasion, sinon il n'y aurait pas de marché primaire. Enfin oui, il s'agit bien d'épargne, en majorité.

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 11:19:

@Ok alors : le marché secondaire permet de "liquéfier" le marché primaire afin de redonner du pouvoir de crédit aux banques et donc permettre la croissance par le financement de l'économie réelle. Les produits dérivés livrés ou non permettent la couverture à terme des transactions afin d'affiner le calcul économique des intervenants permettant une meilleure gestion de la trésorerie des différents acteurs de l'économie. Le montant et la quantité des transactions permettent la liquidité du marché et donc le calcul économique. Il s'agit d'uitlisation de l'épargne. Les marchés financiers se complexifient au fur et à mesure de l'accroissement de la richesse produite afin de l'alouer de la manière la plus efficiente possible. Les marchés financiers sont des démultiplicateurs de croissance, pas les états ....

Et vous avez-vu  a répondu le 09/07/2013 à 11:58:

Le crédit se fluidifier ? C'est du pipo.

La bonne blague  a répondu le 09/07/2013 à 12:36:

Si ces outils sont ce que vous dites, ils sont au mieux inefficaces à produire ce que vous dites (et je fais là un effort pour rester courtois) . Autrement comment expliquer les montants astronomiques placés par rapport au pib mondial. Tout cela c'est du pipeau : "fluidifier les crédits" c'est vrai que sur le terrain (ou même dans les stats) cela se voit !! Affiner le calcul des intervenants. Il vous faut arrêter de vous prendre au sérieux sous prétexte que vous parlez la novlangue. Cet argent est retiré du système productif. Capté. Un libéral n'accepterait pas cela. Et oui, la théorie du ruissellement est une pure connerie. Vous pouvez peut-être pas le dire mais, à moins d'être parfaitement malhonnête intellectuellement, vous le savez très bien.

Mais alors ?  a répondu le 09/07/2013 à 13:05:

"comment expliquer les montants astronomiques placés par rapport au pib mondial. "

Donnez donc vos chiffres PIB, Kapital mondial..


"Cet argent est retiré du système productif. "

Même si c'était vrai, en quoi cela vous concernerait il ? On fait ce qu'on veut de son argent..
Par ailleurs quel serait l'intérêt pour tous ces gens de mettre leur argent la dedans, une espèce de vase clos sans rapport avec le reste du monde ??


"Un libéral n'accepterait pas cela."

Un libéral est pour la liberté en économie, pourquoi ne devrait il pas accepter le libre choix des acteurs économique ?




"Et oui, la théorie du ruissellement est une pure connerie. "

Jamais vu cette "théorie"...

C'est pas grave  a répondu le 09/07/2013 à 14:02:

C'est pas comme si google pouvait vous renseigner. Pour le tout d'ailleurs. Le libéralisme (pas le financiarisme), les montants et le trickle-down. Bref. N'ayez pas peur.

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 15:08:

@ la blague : la théorie du ruissellement est une connerie. Surement, mais affirmer n'est pas démontrer. En quoi est-ce une connerie ? Dans tous les pays où il y a des gens qui s'enrichissent, la pauvreté diminue. Pouvez vous expliquer cela ?

Non, non  a répondu le 09/07/2013 à 15:20:

Je préfères vos chiffres à vous.. des fois qu'ils soient hautement comiques ;-)

Les USA par exemple  a répondu le 09/07/2013 à 17:22:

C'est un exemple pour vous ? Il y a des gens qui s'enrichissent aux USA et tous va bien pour les autres ? Je vous laisse vérifier les statistiques du SNAP. La Russie alors non ? La Chine ? Ce que vous dites est peut-être vrai dans les pays émergents mais vous le savez c'est un effet transitoire. Vous faites preuve d'une grande mauvaise foie ou alors vous êtes aveugle.

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 17:28:

@ Mais alors : la théorie du ruissellement n'est pas une théorie, mais une réalité évidente : elle affirme que l'épargne détenue par les riches sert à l'économie en étant réinvestie, sauf en cas de destruction ou thésaurisation. Le mot ruisselement vient de la métaphore selon laquelle l'eau ne reste pas en haut des montagnes. Cette "théorie" n'a rien d'une théorie, c'est une évidence, comme après la le printemps vient l'été, mais les socialistes ayant un problème avec la réalité vont vous parler d'une théorie des saison qui reste une théorie et qui n'a jamais été prouvée ... "la réalité, c'est ce qui ne disparait pas quand on cesse d'y croire" Philip K Dick

Le tricke-down fait rire tout le monde  a répondu le 09/07/2013 à 17:50:

Faut être boucher ou trader pour croire que l'excédent qui reste dans sa fouille sert à quelque chose et justifie du coup qu'on le lui verse. C'est drôle ou pathétique. Combien de logements (par forcement en France allez vous acheter ? Combien de voitures ? Allez-vous manger plus ?

C'est cele, ouiiiiiii  a répondu le 09/07/2013 à 19:51:

"Ce que vous dites est peut-être vrai dans les pays émergents mais vous le savez c'est un effet transitoire. "

Si c'est si faux, les délocalisations ne vous concerne en rien, pas plus que l'exile fiscal des méchants riches puisque de toute façon ils ne ruissellent pas !

En plus ils font de la place à des gens comme vous, qui savent, intelligent, créatifs, producteur de vrai richesses, tout ca : le PARADIS et en vue !


je sais pas si le paradis EST en vue  a répondu le 09/07/2013 à 20:53:

Ni les jugement de valeur blitz très utiles. Bref relisez, comprenez puis revenez

Eden Socialiste Sans ruisselement  a répondu le 10/07/2013 à 8:26:

J'ai parfaitement compris : pour vous les gens les plus diplômés sont inutiles. Un médecin par exemple ne soigne pas les autres, et ses revenu ne servent ni à payer sa femme de ménage, ni à épargner/investir.

Donc s'ils partent, vous ne devez rien trouver à y redire.


Ca tombe bien : ca fait un paquet de temps qu'ils partent, ces gros méchant diplômés !

matheo  a écrit le 09/07/2013 à 8:38 :

elle a tout faux s'il avait laissé plus de liberté et moins d'impots aux propriétaires le marchè serait fluide.on peut constater que partout ou les politiques mettent le nez le résultat est mauvais ils calculent en voix pas en euros LES ASSOCIATIONS aussi sont fautives elleS demandeNT l'impossible sans contrepartie . j'ai pendant 20 ans geré du logement social .les associations etaient toujours à quémandé une remise par ci un loyer par là . pour éviter les charges j"avais instauré et noté sur le bail que les parties communes ,suivant un calEndrier établi,devaient etre entretenues par les locataires . ce n'était jamais fait la bizard AUCUNE ASSOCIATION ne voulait s'impliquer

jack3rror  a répondu le 09/07/2013 à 9:12:

Vous vous prouvez à vous mêmes que si le marché n'est pas régulé, il ne se régule pas tout seul. Le seul intérêt du propriétaire étant d'augmenter le loyer a son maxima sans gêner la solvabilité de ses locataires, cad un loyer de 33% à 40% de ses revenus pour un couple. Vous dézinguez votre propre argument.

Erreur  a répondu le 09/07/2013 à 9:27:

Le monsieur parle de logement SOCIAL..

js  a écrit le 09/07/2013 à 8:34 :

40% en 10 ans . C'est peu!
L'eau l'énergie (essence ,gaz,EDF...) et la nourriture ( café, pain ...) ont augmenté de plus de 40% en 10 ans. Revisez vos cours de 1° année à l'ESSEC Mde Duflot.

Jack3rror  a répondu le 09/07/2013 à 9:09:

le pain n'a pas augmenté de 40% en 10 ans. Révisez vos cours d'histoire et reprenez vos factures de l'époque. de 0.80 ? à 0.95 ? pour une baguette. Changez de boulanger, il vous arnaque. le gaz n'a pas augmenté de 40% non plus, il a même baissé. l'essence a pris 28% "juste". Révisez vos cours de 1ere année à l'ESSEC Mr JS. Cependant, les salaires ont augmenté plus lentement que les prix du marché, grâce aux gouvernements Villepin et Fillon

Voila  a répondu le 09/07/2013 à 9:26:

L'augmentation du smic à bien du dépasser les 40%

Normal donc que les prix des loyer augmentent : faut bien payer la hausse du smic.

Sinon je ne conteste pas vos chiffres, qui vous autorise donc sans problème à payer pour un produit rare et de valeur, votre location.

js  a répondu le 09/07/2013 à 10:20:

baguette 0.61? en 2000 0.85 en 2012 + 39%
eau potable moyenne France 2.55?/m3 à 3.6?/m3 +42%
gazole 0.85?/l à 1.40?/l + 65 %
location + 40% Où est le scandale ??? ( vive Georges Marchais)

@Jack3rror  a répondu le 09/07/2013 à 10:34:

C'était quand la baguette à 1 Franc chez Leclerc?

Impots locaux? Taxes Fonctières?  a répondu le 09/07/2013 à 10:42:

Vous avez des chiffres pour ces impots locaux et taxes foncières?

N'importe quoi..  a écrit le 09/07/2013 à 8:32 :

Le marché immobilier "livré à lui même" ?! Non mais on rêve là !
C'est l'un des marchés les plus régulé de France (et dons le monde ?) avec le succès que l'on sait..
Bon, lorsqu'on ne sait pas dans quel hémisphérique se situe leJapon, on peut avoir du mal avec le droit immobilier..


Par ailleurs l'argument selon lequel il faut couler l'immobilier pour que le bon peuple investisse dans les PME est risible ! Les PME ne rapportent pas plus que l'immobilier (c'est à dire quasi rien) mais en plus on peut tout perdre.. Au moins avec un immeuble on peut se loger pour ses vieux jours, ou ses enfants. Ne jamais investir un centime en France, c'est le conseil de tous les créateurs d'entreprises. Et avec quoi investirait quelqu'un de ruiné par ses investissements immobiliers ? Même du point de vue de nos dirigeants marxistes, c'est du délire !

Si le bon peuple voulait gaspiller son argent dans la fiscalité des PME (conspués à longueur d'années, au passage), ca serait déjà fait : même au gouvernement ils préfèrent l'immobilier aux actions.

Enfin, l'immobilier ne monte pas, c'est l'Euro qui baisse, conséquence de la perte de niveau de vie des français, parfaitement normal et prévu il y a des décennies dans un système socialiste comme le notre. Mais évidement, dur de faire avec la magie des mots apparaitre des logements (un journaliste de gauche explique que l'immobilier en Argentine y est aussi cher qu'à Paris, malgré l'effondrement de l'économie : les faits économiques sont têtus).. En attendant le gouvernement se gave d'impôts sur le dos des investisseurs.. d'impôts sur l'inflation, donc..


Si le Socialisme ne marche pas, c'est la faute au méchants, et il faut donc les punir, na !

Le paysan  a répondu le 09/07/2013 à 8:56:

N importe quoi ,ton pseudo n est une caricature , tu confonds socialisme et liberalisme .

Mergitur  a répondu le 09/07/2013 à 9:21:

"tu confonds socialisme et liberalisme"

Je suis un expert, désolé pour vous. La France est un Etat socialiste, et prétendre qu'elle aurait un rapport avec, disons, la Grande Bretagne des années 1860 est une fumisterie..

Pour votre information, un économiste à calculé au début des années 90 que l'Etat français contrôlait 87,5% de l'économie française. Et encore, il n'avait pas inclus les 400.000 pages de régulation, les 1000 entreprises privé propriété d'Etat, les sociétés du cac40..

Ca n'a pas du s'améliorer depuis..

Le paysan  a répondu le 09/07/2013 à 9:38:

Je suis pas expert mais je ne connais aucun etat socialiste qui emprunte à des banques privées et rembourse 80 mds d intérêts à celles ci., Si le spécialiste que vous etes en connais je suis prêt à revoir ma facon de panser, et vous ??

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 10:11:

@Le paysan : c'est très simple : la France ... la réponse était vraiment facile !!!

@ John Galt  a répondu le 09/07/2013 à 10:33:

Faut bien nourrir les fonctionnaires adeptes de Bastiat ...

Oui, révisons, cela s'impose  a répondu le 09/07/2013 à 10:58:

"Je suis pas expert mais je ne connais aucun etat socialiste qui emprunte à des banques privées"

Jamais entendu parler de Hitler et de son Etat socialiste ? (Avant 1943, certes, après c'est tout communiste).

DRRW  a écrit le 09/07/2013 à 8:12 :

En un mot lamentable. Desole mais elle n'est pas a la hauteur. 40% d'augmentation de loyers ok mais le prix des logements y a t elle pense. Le loyer est il autre chose que la traduction du cout du lgt. Par ailleurs parler de marche en France deregule c'est juste n'importe quoi, pour ce qui est du mythe de la bulle...

Mytho  a répondu le 09/07/2013 à 8:23:

Mythe de la bulle ? Ah ouais ? Le très communiste magazine "The Economist" a calculé que les prix immos sont 35% sur-évalués par rapport aux loyers, eux même sur-évalués de 10 à 15 % par rapport aux revenus ! L'immo français est le 3ème plus bullesque du monde !

Pseudo  a répondu le 09/07/2013 à 8:36:

"sur-évalués de 10 à 15 % par rapport aux revenus"

Que vient faire ces histoire de revenus dans le prix d'un service ? Rien. Riche ou pauvre, le prix de l'or est le même.

Du reste, si c'est important de vous loger je ne vois pas le problème a payer. Surtout que l'essentiel de vos revenu sont socialisés et que votre salaire n'est, en fait, que de l'argent de poche. Et si c'est si rentable, c'est le moment d'investir.


Reste que l'immobilier rapporte 2% BRUT par ans en Ile de France.

DRRW  a répondu le 09/07/2013 à 8:46:

The economist devrait commencer par s'interesser a Londres. Par ailleurs au regard de vos chiffres merci de m'expliquer l'interet de blocquer des loyers sous evalues de 35% par rapport au prix de vente. La bull est un mythe qui plait a tout le monde au frais du contribuables. C'est le grand mechant loup qui permet plus d'aides pour les HLM, plus d'aides pour l'investissement prive, moins de tVA ici ou la , plus de machines a gaz couteuses et ineffficaces, etc

Ben voyons  a répondu le 09/07/2013 à 9:51:

La France et ses 150% de hausse des prix immos en 15 ans serait le seul pays du monde qui ne connaîtrait pas la bulle immo... De toutes façons, on s'en fout de l'opinion des rentiers qui croient aux arbres qui montent jusqu'au ciel (grâce à la défiscalisation et à l'endettement bon marché) les prix baissent et dans pas longtemps on va s'occuper de leur retraite Ponzi ! Adieu grosse berline teutonne, adieu Ryad au Maroc ...

@Ben Voyon  a répondu le 09/07/2013 à 10:49:

C'est marrant de voir un "Ben Voyon" s'offusquer de la hausse des prix depuis... un IPhone! Le symbole ultime de truc cher, au dela de 150% plus cher que d'autres appareils actuels!!! Qu'est-ce qu'on peut se marrer sur ces blogs!!!

Envieux, jaloux,Aigris ?  a répondu le 09/07/2013 à 11:07:

"La France et ses 150% de hausse des prix immos en 15 ans"

Il y a 15 ans l'immobilier était au fond du trou d'un krach.. Ce n'est pas vraiment un bon point de départ.


"De toutes façons, on s'en fout de l'opinion des rentiers qui croient aux arbres qui montent jusqu'au ciel "

Il n'y a rien de mal à être rentier, vous savez ? Mais vous avez bien sur le droit de travailler jusqu'à ce que mort s'en suive, ca semble être votre truc !


"grâce à la défiscalisation"

C'est parce que je ne vous ai pas braqué que vous pouvez manger aujourd'hui. Donc vous avez une dette envers moi.


"Adieu grosse berline teutonne, adieu Ryad au Maroc ..."

Heu non, tout au contraire, la situation désespérée de la France va provoquer une encore plus grande vague de départ pour les pays pas chers.. Le Maroc en fait clairement parti.

@DRRW  a répondu le 09/07/2013 à 13:46:

Bah lisez-la cette étude, elle couvre pas mal de pays, dont le Royaume-Uni. Cocorico, concernant le prix rapporté aux revenus, nous sommes devant !! Champions d'Europe, yes !
http://www.economist.com/blogs/dailychart/2011/11/global-house-prices

@@ ben voyons  a répondu le 09/07/2013 à 14:51:

Un iPhone ne vaut pas un mois d'APL versé à un rentier ponzi ...

Qu'est-ce qu'on y peu  a répondu le 09/07/2013 à 15:33:

"Cocorico, concernant le prix rapporté aux revenus, nous sommes devant !!"

Oui, le cout du travail est trop élevé en France, on le sait bien..

@Qu'est-ce qu'on y peu  a répondu le 09/07/2013 à 15:46:

Par coût du travail trop élevé en France, vous voulez dire par là que les revenus sont trop élevés en France ? Donc, comme le rapport prix/revenus est très élevé en France (rappel : 1er en Europe, 5ème au Monde), qu'en est-il des prix ? (tips : règle de 3). Si vous parlez des charges sociales et patronales, alors je ne saisis pas le propos.

De quoi ?  a répondu le 09/07/2013 à 16:39:

"Par coût du travail trop élevé en France, vous voulez dire par là que les revenus sont trop élevés en France ?"

Le salarié français coute trop cher, ainsi que le capital pour qu'il puisse fonctionner...


"comme le rapport prix/revenus est très élevé en France (rappel : 1er en Europe"

??? L'économie française est en faillite, donc, putain, qu'est-ce que vous racontez ?????!!


"Si vous parlez des charges sociales et patronales, alors je ne saisis pas le propos."

Très simple : si on paye les ouvrier 200 euros tout compris, on peut faire des logements moins cher.
Mais comme l'indice de la construction vous le dit, ca monte, ca monte... donc le cout du logement monte, monte..

Mais, a mon avis, c'est aussi surtout l'Euros qui baisse.

@De quoi ?  a répondu le 09/07/2013 à 17:22:

Si vous pouviez éviter la vulgarité, votre propos en serait sans doute plus intelligible. Le rapport entre les prix du logement et les revenus du logement est élevé en France, c'est un fait, je ne raconte rien, je le source : voir les rapports du CGEDD ou The Economist Global House Pricing). Ce rapport est le plus élevé en Europe, et le 5ème au monde. C'est donc que soit les prix sont trop élevés, soit que les revenus sont trop faibles. A votre avis, où penche la balance ? Vous faites référence au coût de construction, dont l'indice fluctue peu ou prou selon l'inflation. On construit pour grosso modo 1500 EUR du m² voire bien moins pour le bas de gamme, ce qui est d'après des études plus cher que chez certains de nos voisins (comme par exemple les Belges ou les Allemands, mais a priori cela vient plus du coût des matériaux que du coût du travail). Ce n'est d'ordre à justifier que les prix aient doublé voire triplé en une dizaine d'années.

Exactement  a répondu le 09/07/2013 à 19:56:

"Vous faites référence au coût de construction, dont l'indice fluctue peu ou prou selon l'inflation. On construit pour grosso modo 1500 EUR du m² voire bien moins pour le bas de gamme, ce qui est d'après des études plus cher que chez certains de nos voisins "

Voila. Ca plus toutes la régulation, HLM, impôt, taxe, etc... Ca donne le prix du marché en France. CQFD.

Il n'y a pas de mystère : un marché régulé produit des bien pas cher de qualité douteuse, et des bien très cher de qualité moyenne, le tout en quantité insufisante. Tout dépend si vous avez la carte du parti ou non.
De toute façon c'est vous qui payez par votre qualité de vie pourrie.


@subvention  a répondu le 09/07/2013 à 20:58:

Vous oubliez l'effet inflationniste des aides fiscales et autres subventions de l'Etat et des collectivités, qui est à mon avis bien plus impactant que la hausse du coût de construction. Sinon comment expliquer que l'ancien soit presque aussi cher que le neuf ?

Plop  a répondu le 10/07/2013 à 8:30:

"comment expliquer que l'ancien soit presque aussi cher que le neuf ?"


Indice prix de la construction.


Pitié arrêtez avec vos "aide fiscal", ce n'est pas sérieux du tout !

HFR  a répondu le 10/07/2013 à 9:33:

Rapport entre le prix de l'ancien et l'évolution du coût de la construction ? Quand celui-ci augmentait de 30% l'ancien prenait 100% et plus. Et le Ptz Ptz+ étendus à l'ancien, ce ne sont pas des subventions ? Et la déductibilité des interets de l'emprunt, pas une aide fiscale ? Heureusement l'Etat a arrêté les frais.

Der Richter  a écrit le 09/07/2013 à 8:03 :

Je me marre des réactions des petits rentiers spéculateurs...

TOUCHE PAS A MA RENTE !!!

cybergeek  a répondu le 09/07/2013 à 8:20:

plutot que de jouer les aigris de la vie, met toi au boulot

Lulu75  a répondu le 09/07/2013 à 8:27:

Ne t'inquiètes pas pour les "rentiers", d'une manière ou d'une autre ils préserveront la rentabilité de leur investissement (voir définition) et les locataires paieront...

Pffff..  a répondu le 09/07/2013 à 8:39:

L'immobilier est un investissement. Vous payer pour une nuit d'Hôtel une location de voiture, un voyage, et bien pour vous loger c'est la même chose : c'est du business.

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 8:40:

Si tu veux être un rentier spéculateur, surtout ne fait pas d'immobilier !!!!

je vends pas je loue pas  a répondu le 09/07/2013 à 9:38:

@der richter : moi aussi je me marre , mme duflot dont on sait qu elle n est pas très forte en géographie a oublié le mot europe .Les taxes sur l immobilier sont les plus élevées du monde et pas qu un peu ! Cela est incontestable .Elle compare souvent les prix des loyers de paris et munich ( la aussi je me marre , comment comparer 2 villes avec des densités aussi differentes) ; je lui propose et mosco qui prone une fiscalité europeenne sera d accord d aligner notre fiscalité immobiliere sur celle de l allemagne ( ex pv 10 ans , pas d isf , niche fiscale 2% sur tout investissement immo ...etc ) .

@Der Richter  a répondu le 09/07/2013 à 10:00:

Tient vous m'avez donné une idée il es temps que j'augmente le loyer à mon locataire. Vous venez de le donner une bonne idée. Merci

@Der Richter  a répondu le 09/07/2013 à 10:01:

Tient vous m'avez donné une idée il es temps que j'augmente le loyer à mon locataire. Vous venez de le donner une bonne idée. Merci

proprio  a répondu le 09/07/2013 à 10:30:

@@der richter : si 26 % sont au dessus du prix median cela veut dire que 25 % au moins sont en dessous du loyer median . Un loyer n est pas seulement un prix m2/quartier mais un prix m2/quartier/qualité du locataire Comme vous la loi sur l encadrement des loyers va m obliger a revoir mes loyers pour mes bons locataires pour me preserver en cas de changement .

@ proprio  a répondu le 09/07/2013 à 16:16:

Woké le boubourse qui n'a pas compris qu'une médiane séparait strictement à 50/50...

Erreur de concept  a répondu le 09/07/2013 à 19:58:

"Je me marre des réactions des petits rentiers spéculateurs... TOUCHE PAS A MA RENTE !!!"

Moi ce son les salarié qui me font marrer TOUCHE PAS A MON SALAIRE !!
Alors qu'un salaire, c'est par essence fait pour être donné à son propriétaire et se loger..

Lulu75  a écrit le 09/07/2013 à 8:01 :

Effets secondaires: moins d'investisseurs donc tension sur le marché. Moins d'investissements dans la rénovation donc moins de travail pour les artisans et vieillissement du parc. Encadrement des loyers et sur protection des locataires donc plus de logements vides et des propriétaires moins enclins à louer leurs biens. On en reparle dans 2 ou 3 ans, ça tombe bien, ce sera le moment de l'alternance...

@ Lulu  a répondu le 09/07/2013 à 8:16:

Quelle alternance espérez-vous ? Celle du nain qui a fait ses "preuves" en gonflant la bulle et en plombant les ménages accédants ou locataires au bénéfice des rentiers Ponzi ?

arthur  a répondu le 09/07/2013 à 8:17:

+ 10, bien que je ne sois pas bailleur

Cause toujours  a répondu le 09/07/2013 à 8:43:

Statistiquement, l'immobilier est moins cher qu'il y a dix ans, parce que les taux sont très faibles.
Ca se voit dans l'age d'accession, très bas maintenant.

Par ailleurs vous aussi vous devez échanger quelque chose sur un marché pour vivre : seriez vous un salauds de spéculateur rentier modèle ponzi ? (Le "nain", c'est Hollande, c'est ca ?)

malo  a répondu le 09/07/2013 à 8:50:

le probleme c'est bien les impots pas les propriétaires mais pour se donner bonne conscience les politiques accusent les propriétaires l'autre probleme du meme genre ils accusent les banques mais le probleme est bien l'endettement des pays est la faute des propriétaire si par ex on paie 38 ministres quand il en faut 20

Optimiste  a répondu le 09/07/2013 à 9:01:

"pour se donner bonne conscience"

Heu non, c'est par démagogie.. Faut plaire à la populace inculte, même si en fait cela va contre ses intérêts..

@Cause toujours  a répondu le 09/07/2013 à 13:34:

Indice des prix rapportés au revenu disponible des ménages : 1,78 en France au T1 2013, moins de 1,2 au T1 2003. Près de 50% d'augmentation. Île de France : 2,08 versus 1,25, 65% d'augmentation. Paris : 2,5 versus 1,25, 100% d'augmentation. Source CGEDD. Et n'oubliez pas qu'un taux se renégocie, pas un prix.

Et ???  a répondu le 09/07/2013 à 16:29:

"Indice des prix rapportés au revenu disponible des ménages"

Ca n'a toujours aucun rapport : est-ce qu'on fait ce calcul pour un Ipad ??

Le fait est que les salaires vont baisser, mais par définition, ca ne change rien au prix des choses, sinon, il n'y aurait comme par magie aucune baisse de niveau de vie !

@ Et ???  a répondu le 09/07/2013 à 17:12:

Vous pensez que le prix est une caractéristique intrinsèque d'un logement, qu'il se forme comme cela, ex-nihilo ? Le prix n'est que la résultante du rapport de force entre l'offre et la demande solvable, or la demande solvable se caractérise par le revenu disponible et son corolaire la capacité d'emprunt. Il est donc complètement pertinent de corréler le prix des logements avec le revenu disponible, et cette corrélation montre clairement une déconnexion croissante entre les deux depuis fin des années 90/début des années 2000.
.

Et ?  a répondu le 09/07/2013 à 20:03:

"Le prix n'est que la résultante du rapport de force entre l'offre et la demande solvable"

Rapport de force ??? Non mais le Nazisme c'est terminé depuis 45 mon coco !

Il n'y a pas de rapport de force, il y a des lois économiques, et s'assoir dessus, bein ca conduit à la situation française.


"or la demande solvable se caractérise par le revenu disponible et son corolaire la capacité d'emprunt."

Formidable, mais si j'ai acheté une voiture 100.000 euros et que la louer ne me rapporte rien, alors, je ne la loue pas et je l'utilise pour moi.
Et comme beaucoup de gens font pareil, devinez ce qui arrive..


"Il est donc complètement pertinent de corréler le prix des logements avec le revenu disponible, et cette corrélation montre clairement une déconnexion croissante entre les deux depuis fin des années 90/début des années 2000. ."

Oui, sans doute, si on prend des agréga qui n'ont aucun sens, la Champs de Mars à super augmenté par rapport au RMI du réunioné, et ? Ce n'est pas pour cela qu'on va le lui faire pas cher. Pas plus qu'on ne lui fait de cadeau sur le kilo d'or. Un logement est un produit comme un autre. Chacun pour soi.

@Et ?  a répondu le 09/07/2013 à 21:38:

1) Rapport entre cette loi économique et le nazisme ? 2) J'ai décrété que le prix de ma seconde voiture, une Clio, valait 100000?. Personne ne veut l'acheter. La louer ne rapporte rien. Je la garde pour mois. Mais c'est cher d'entretien, à la longue. Si certains peuvent se permettre cette fantaisie, ce n'est sûrement pas la majorité. 3) On vous parle d'une tendance applicable à la France en général, à l'Île de France et à Paris et vous contre-argumentez en citant une niche représentant un demi-pouillème du marché... Et quant à votre kilo d'or, son cours varie, non, à moins que vous ne pensiez trouver un acheteur à 1800 dollars ? Pourquoi en serait-il autrement pour le logement, d'autant plus la détention d'un tel bien coûte ?

@Moi  a répondu le 09/07/2013 à 22:21:

1800 dollars l'once, évidemment vous avez compris ;)

Bof  a répondu le 10/07/2013 à 8:42:

"Rapport entre cette loi économique et le nazisme ?"

=>"Le prix n'est que la résultante du rapport de force "; Sieg Heil !


"J'ai décrété que le prix de ma seconde voiture, une Clio, valait 100000?. Personne ne veut l'acheter. "

Oui. Mais dans l'immobilier, le cout d'un clio neuve EST de 100.000, grâce à l'action merveilleuse de l'Etat.
Donc, vous êtes OBLIGE de vendre votre clio a ce prix, parce que sinon, tout simplement, vous ne pourrait pas acheter le modél plus grand dont vous avez besoin qui coute déjà 20 ou 30% de plus...


"La louer ne rapporte rien. Je la garde pour mois. Mais c'est cher d'entretien, à la longue. Si certains peuvent se permettre cette fantaisie, ce n'est sûrement pas la majorité. "


Vous avez parfaitement le droit de spéculer sur une baisse. Et donc ?
Pour ma part je ne crois pas du tout que la majorité est prête à perdre plein d'argent en revendant vite fait son bien immobilier.. Mais bon, faites, faites !


"On vous parle d'une tendance applicable à la France en général, à l'Île de France et à Paris et vous contre-argumentez en citant une niche représentant un demi-pouillème du marché.."

Non, je veux dire que cité des grand agréga "LE revenue DES français" "LE marché immobilier", n'a aucun sens. Oui, Paris est trop cher pour des gars des cité, et ? Qu'est-ce que ca peut faire ? C'est parfaitement normal !


"Et quant à votre kilo d'or, son cours varie, non, à moins que vous ne pensiez trouver un acheteur à 1800 dollars ? "

Toujours votre même argument : les gens seraient prêt à perdre leur économie de toute une vie. Mais ca doit être que pour vous c'est facile d'économiser, mais pour 99,99% des gens, c'est le fruits de sacrifices et ils n'accepteront pas de perdre des 10.000 d'Euros comme cela : combien de temps vous fait il pour économiser 10.000 Euros ?
Donc ils patienteront.
Sans compter qu'un logement c'est toujours utile.







@Bof  a répondu le 10/07/2013 à 11:49:

Ne faites pas l'idiot, vous savez pertinemment que l'immobilier est inaccessible à la majorité des locaux, quelle que soit la localisation du bien, et ça vaut aussi bien pour Paris (les riches étrangers ne font pas le marché y compris à Paris, sauf peut-être sur l'île de la Cité). Sinon, comment expliquer la forte baisse des transactions depuis plusieurs mois ? Le marché tient principalement en ce moment grâce aux échanges de biens entre propriétaires, mais ça ne pourra pas tenir éternellement du fait des frottements (frais de notaire, éventuellement d'agence, frais de déménagement etc). Sans apport d'énergie externe (primo-accédants et aides de l'Etat), le moteur va ralentir : les prix vont être corrigés progressivement, et la rapidité de la correction sera liée à l'évolution des taux d'intérêt.
PS : et on n'achète pas plus grand avec la plus-value, à moins d'acheter dans une région qui a subi une augmentation des prix moins importante. Une idée reçue à battre en brèche.

Cybergeek  a écrit le 09/07/2013 à 7:33 :

Encore une qui se croit investit d un pouvoir divin a regenter ce qu elle souhaite en depit du marché.

Laurent  a écrit le 09/07/2013 à 7:23 :

Globalement il n'y aura pas d'augmentation du pouvoir d'achat ou des recettes. L'Etat gagnera moins car les loyers seront plus faibles officiellement, et les propriétaires perdront de l'argent, donc leur pouvoir d'achat diminuera...

jack3rror  a répondu le 09/07/2013 à 9:13:

Que ces propriétaires investissent dans des PME plutôt qu'à pomper la moelle des consommateurs français. En allemagne, on a des loyers moindres, même en suisse mon loyer est plus bas en proportion de mon salaire. Les propriétaires français vous la mettent

Pfffffffffff...  a répondu le 09/07/2013 à 9:37:

Voila : les propriétaires (plus de 60% des français) roulent tous en Rolls.. Ou alors l'immobilier est super imposé.

Au choix.

Idem pour le secteur bancaire  a écrit le 09/07/2013 à 7:22 :

... mais bon c'est un peu enfoncer une porte ouverte.

Amarante  a écrit le 09/07/2013 à 7:19 :

Mme Duflot fait preuve d'un angélisme qui frôle l'incompétence. Pour un investisseur, le but sera toujours, et au minimum, de rentrer dans ses frais, que celui-ci soit un institutionnel ou un particulier. Le propriétaire, pour continuer à préserver son seuil de rentabilité, rognera sur les travaux d'entretien et d'amélioration de l'habitat. Les charges n'étant pas à son compte et avec l'annonce d'une augmentation de 10% des prix de l'électricité sur 12 mois (août 2013 et août 2014, le CE d'EDF a de beaux jours devant lui), en l'absence de travaux adaptés le locataire va largement perdre le gain sur le loyer. Malgré une hausse conséquente des prix des loyers, il est de plus en plus difficile de rentabiliser un investissement en raisons des TAXES! Cette brave dame, plus attachée à son fauteuil ministériel qu'une huitre à son rocher est capable d'avaler toutes les couleuvres de la part de ses "amis" du gouvernement, mais pas nous...

@ amarante  a répondu le 09/07/2013 à 7:58:

Quand on voit l'état du parc locatif : dans l'ancien des taudis mal isolés et pas aux normes, dans le neuf des apparts dans des bleds improbables, force est de constater que vos "investisseurs" (= les rentiers) font n'importe quoi à partir du moment où il y a des niches et de la spéculation. La cupidité c'est bon, n'est-ce pas ? (Et c'est un proprio qui vous parle...)

john galt  a répondu le 09/07/2013 à 8:42:

@@amarante : vous êtes un propriétaire ?? et vous ne donnez pas votre logement aux plus pauvres que vous ? mais que vous êtes cupides vous aussi ... Décidèment, tout organisme vivant qui agit pour survivre et améliorer son sort matériel est CUPIDE !!!

Voila  a répondu le 09/07/2013 à 8:47:

Oui : expulsons ce genre de locataire !

Leur cupidité devrait être limité par la Loi, et un loyer minimum imposé.

@ John Galt  a répondu le 09/07/2013 à 9:54:

Un logement c'est fait pour se loger et un fonctionnaire pour fonctionner : d'ailleurs j'en connais un qui devrait au moins faire semblant de bosser : son sous-chef de bureau va penser qu'il a trouvé plus feignasse que lui ...

Laurent  a écrit le 09/07/2013 à 7:17 :

Elle verra vite que sa loi aura l'effet inverse. Moins de logements seront mis à la location, donc les prix ne bougeront pas dans la réalité...
Le marché a eu des excès à cause de la trop lourde taxation des propriétaires, de la trop grande rigidité et du nombre trop faibles de constructions.
Ce n'est pas un programme socialo communiste qui va résoudre quoique ce soit. On le verra vite. On nous annoncé des prix qui s'effondreraient sur Paris, ils augmentent toujours ! Pourquoi ? Parce qu'il ne s'agit pas d'une bulle mais bien d'un problème d'offre et de demande !!!
Si on veut faire diminuer les excès du secteur, il faut construire plus !

Qu'est-ce que vous voulez..  a répondu le 09/07/2013 à 8:50:

"Elle verra vite que sa loi aura l'effet inverse. "

Premier chapitre de tous les manuels d'économies.. Le désastre des loyers régulé à New-York..

Mais bon, le Socialisme est une Religion, il écarte tous les faits, et l'échec permanent n'est que la preuve que la réussite est devant !

marie  a répondu le 09/07/2013 à 16:02:

@laurent

-> les prix sur paris chutent. http://www.paris.notaires.fr/outil/immobilier/prix-et-nombre-de-ventes-paris-idf

-> êtes vous assez crédule pour croire que les bailleurs vont retirer et laisser vide leurs locations ?
Non. Si cela n'est plus rentable alors ils feront comme les bailleurs des villes moyennes de province actuellement : ils mettront en vente. Au final cet afflue de biens fera baisser les prix, qui raviront les autres investisseurs qui auront du coup de bonne rentabilité (car la rentabilité est avant tout une histoire de prix d'achat), ou d'anciens locataires qui préféreront acheter à prix bas plutôt que de continuer à engraisser un bailleur.

Les bailleurs qui laissent vide leurs locations, et donc qui ont une rentabilité négative, vous pouvez faire une croix de dessus. Les logements ne disparaîtront pas, et ils ne resteront pas vide.

?  a répondu le 09/07/2013 à 16:26:

"Les logements ne disparaîtront pas, et ils ne resteront pas vide."

Baisse des prix et donc baisse de la construction, hausse de la population => Rehausse des prix..


Mais bon, les français trouve scandaleux de devoir payer pour se loger, être soigner, être éduquer, et même pour partir en vacance... Le retour au monde réel risque d'être un peu douloureux pour certains !


"Au final cet afflue de biens fera baisser les prix, qui raviront les autres investisseurs"

Mouias, mieux vaut investir en Allemagne, non ?

@?  a répondu le 09/07/2013 à 17:07:

Qui parle de gratuité pour le logement ? Est-il utopique de vouloir payer le juste prix ?

marie  a répondu le 09/07/2013 à 17:14:

Vous devriez réviser votre démographie, regarder une pyramide des âges, et arrêter de répéter bêtement le discours des promoteurs.
Où la voyez vous la hausse de la population ? Qui va vraiment revenir au monde réel ?
Les Baby Boomers arrivent en masse à l'âge de la retraite, c'est la population qui possède de loin le plus d'immobilier et c'est aussi celle qui commence à liquider son patrimoine qui a été figé dans la pierre. C'est d"ailleurs pour cela que le marché est bloqué : les anciens veulent récupérer leur patrimoine, alors que les jeunes n'ont ni l'envie ni les moyens de l'acheter.
Non seulement toutes les études un peu sérieuses démontrent qu'il n'y a aucune pression démographique globale sur l'immobilier en france, mais en plus elles arrivent toutes à la même conclusion : on entre dans la phase de liquidation de patrimoine de la partie la plus importante de la population. Même des réseaux d'agences immobilière l'ont confirmé récemment, comme meilleursagents par exemple.
C'est mort pour l'immo pour les 20 prochaine années, le temps que la majeure partie des baby boomers vendent leur immo. Vous allez voir ce qu'il va se passer quand l'exonération des plus values pour les biens de plus de 22 ans va être appliquée : ca va liquider à fond. Sur un marché complètement bloqué, ou l'offre excède partout la demande solvable, nul doute que ceux qui vont revenir sur terre seront en priorité ceux qui pensaient qu'on devient forcément riche sur le dos des générations suivantes en achetant des cailloux à crédit.

@marie  a répondu le 09/07/2013 à 17:53:

+1 sur toute la ligne.

retraité  a répondu le 09/07/2013 à 19:04:

moi j'ai fait le choix du Portugal,pas d impots en France ni au Portugal etant residant + de 6 mois annuels au Portugal....ets. puis la vie y est plus agreable.
la maison en France a été vendue 4 fois son prix d achat....en 15 jours.
racheter en France,NON.

Gni ?  a répondu le 09/07/2013 à 20:06:

"ceux qui vont revenir sur terre seront en priorité ceux qui pensaient qu'on devient forcément riche sur le dos des générations suivantes en achetant des cailloux à crédit. "

Vous voulez dire que les "jeunes" vont acheter en sachant qu'il vont perdre ?????


Sinon, je ne vois pas trop les 68hart liquider leur bien, parce que, sans doute, ils comptent tout de même le transmettre...

Marie  a répondu le 09/07/2013 à 22:04:

Pour le transmettre il faut le vendre (avant ou après sa mort).
Tapez "retraite immobilière" sur google, et vous trouverez de nombreuses études qui montrent qu'en france à partir de 56 ans on vend plus de m² qu'on en achète. Rien de mystérieux : on souhaite garder son niveau de vie à la retraite, on a plus besoin de 6 pièces quand on est plus que 2, on se retrouve avec ses parents de 80 ans à mettre à la maison de retraite, etc... Il y a toujours eu énormément de raison pour vendre à la retraite. Cette génération n'est pas différente des autres.
La seule différence avec avant : une très grosse partie de la population arrive en même temps à la retraite et va vendre, alors qu'avant, ce "bourrelet" de population était acheteuse et tirait mécaniquement les prix à la hausse. La chute va être aussi forte que la monté. Et pour info, je bosse pour les retraités, je discute avec eux toute la journée depuis des années, et ceux qui imaginent qu'ils ne vont pas récupérer leur cash en vendant la pierre se mettent le doigt dans l'oeil : ils vont suivre le schéma classique comme l'ont suivi leur parents. Regardez déjà le marché des résidences secondaires sur le littoral et vous aurez un aperçu de ce qui se passe actuellement du coté des baby boomers => ils liquident déjà tout ce qu'ils n'ont plus besoin pendant que les prix sont encore hauts.

Spéculons, spéculons  a répondu le 10/07/2013 à 8:56:

"Pour le transmettre il faut le vendre (avant ou après sa mort)."

Heu, non, pas du tout (??). Par définition, si on l'a vendu on ne peut plus le transmettre, hein !





"La chute va être aussi forte que la monté."

Il y aura donc des affaires à faire. On verra bien, mais j'ai des doutes.

Marie  a répondu le 10/07/2013 à 10:14:

C'est un patrimoine qu'on transmet, pas un bien immobilier, car quand on transmet un bien physique, 3 fois sur 4 il est vendu et on transmet les liquidités générées (quand il y a plusieurs enfants, ce qui est quasi la majorité des cas pour les baby boomers, le bien est vendu quasi systématiquement). Et concernant la hausse et la baisse : rien ne peut aller contre la démographie. L'excès de population causé par la vague des baby boomers du coté des acheteurs, a fait exploser les ventes et donc les prix durant 40 ans, on aura mécaniquement l'inverse durant toute la période où ces mêmes baby boomers vont devenir vendeurs puisqu'ils sont très majoritairement propriétaires (voir multi propriétaires) . Un simple coup d'oeil à une pyramide des âges permet de comprendre qu'ils sont bien plus nombreux que leurs enfants en âge d'acheter de l'immobilier. Certaines études montre même que l'effet sera bien plus fort à la baisse qu'à la hausse (voir par exemple l'étude de Primeview : http://www.sicavonline.fr/index.cfm?action=m_actu&ida=502960-prix-immobiliers-la-bulle-de-la-pierre-est-elle-sur-le-point-de-se-degonfler ). De toutes les pseudo prévisions, pondues à 90% par les professionnels de l'immobilier dans leur intérêt, seule une est certaine pour le long terme, alors qu'elle est systématiquement mise de coté : la démographie. Pourtant les chiffres sont nombreux est sans aucune ambiguité : par exemple l'évolution des prix de l'immobilier mis en face de l'évolution du taux de dépendance => http://www.zerohedge.com/news/2012-11-14/charting-secular-decline-come-advanced-economy-house-prices => dans tous les pays où le taux de dépendance monte (arrivées massives de retraités), les prix immobiliers chutent (et ce, même avant la crise). Pensez ce que vous voulez, moi je me suis documenté et je me suis fait mon idée : l'immo c'est mort pour les 20 prochaines années. On spéculer sur plein de choses, mais on ne peut réfuter une pyramide des âges : sur le long terme elle a toujours raison, et ce peu importe le pays. A moins que vous imaginiez que les enfants des baby boomers, moins nombreux, moins riches, avec des conditions d'emplois moins bonne, et à qui on vend de l'immobilier au double du prix des générations précédentes, se mettent à acheter plus d'immobilier que leurs parents pour compenser le déséquilibre. Permettez moi d'en douter ^^