Europe-Etats-Unis : créer un marché commun pour la moitié du PIB mondial

 |   |  734  mots
Les membres de la chambre de commerce américaine en France, peu après sa création en 1894
Les membres de la chambre de commerce américaine en France, peu après sa création en 1894 (Crédits : DR)
La création d'un véritable marché commun entre les deux zones aurait un impact fortement positif sur le PIB européen. Par la Chambre de Commerce Américaine en France.

Les négociations entre les Etats-Unis et l'Union européenne sur le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI), lancées cet été à Washington, se sont poursuivies cette semaine avec un deuxième cycle de réunions à Bruxelles. L'enjeu est de taille car il concerne la création d'un espace d'échange à la mesure du 21ème siècle. 

 A l'heure où les pays émergents occupent de manière croissante le devant de la scène, ce qui caractérise le plus l'économie mondiale aujourd'hui, c'est bien le degré d'intégration effectif de l'économie transatlantique. Les échanges formés par ces deux zones représentent 40% des flux commerciaux mondiaux. Chaque année, les investissements entre les deux zones se chiffrent à plus de 1.000 milliards de dollars.

Un véritable turbo

En concentrant plus de la moitié du PIB mondial, la création d'un marché commun entre les Etats-Unis et l'Union européenne serait un véritable « turbo » pour notre moteur de croissance : selon le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII) un accord permettrait d'accroître de 50% le commerce transatlantique de biens et services et de 94 milliards de dollars le PIB annuel de l'Union européenne. 

 Des droits de douane encore prohibitifs pour certains produits

La Commission européenne et les représentants du gouvernement américain ont commencé à passer en revue les droits de douanes. Certes, ces derniers sont faibles en moyenne, mais ils restent prohibitifs pour certains produits. De plus, ces taxes frappent largement les biens intermédiaires, dont dépendent les chaînes d'approvisionnement de beaucoup d'entreprises européennes et américaines. Cet accord dynamisera donc les débouchés de nos entreprises en profitant d'abord aux PME.

 Viser les barrières non tarifaires

La vraie originalité du partenariat proposé est qu'il vise les « barrières non-tarifaires » - une multitude de micro-obstacles règlementaires et administratifs, dépourvus de justification politique, entrainant des coûts de transaction inutiles pour les entreprises comme pour les consommateurs des deux côtés de l'Atlantique.

Par exemple, le fait que les voitures des constructeurs automobiles doivent réussir deux fois le « crash test » pour répondre à des règles de sécurité quasi-identiques ! Le défi est de parvenir à des approches réglementaires compatibles ou communes, en aucun cas d'aligner la réglementation américaine sur la réglementation européenne ou vice versa -  par exemple en reconnaissant mutuellement certaines normes.

C'est un principe déjà largement appliqué entre les 28 États membres européens. Notons au passage que les autorités européennes ont pris soin d'encadrer les pourparlers, en excluant d'ores et déjà des négociations le secteur audiovisuel.

Des implications mondiales

 Les conséquences d'une telle convergence ne seront pas seulement transatlantiques, mais bien mondiales. Si les deux partenaires parviennent à s'accorder, ils seront davantage en mesure de promouvoir l'établissement de standards reconnus à l'échelle mondiale, pour plus de protection. C'est un véritable partenariat qui se construit entre l'Union européenne et les Etats-Unis, deux géants économiques au niveau de développement comparable et qui partagent une même vision de l'état de droit.

 Les Etats-Unis, premier investisseur étranger en France

Le chemin pourrait être long et les écueils nombreux. Mais l'enjeu est de taille. Aujourd'hui, les Etats-Unis demeurent le premier investisseur étranger en France, devant l'Allemagne. La France est forte d'une communauté d'investisseurs américains d'environ 1.240 groupes, représentant plus de 440.000 emplois sur plus de 14.000 établissements.

Ce n'est pas un hasard si la première Chambre de Commerce américaine a vu le jour à Paris en 1894, avant même celle de Washington, à une époque où le commerce avec l'Amérique était vu par chacun en France comme une opportunité évidente, à saisir avant que d'autres ne le fasse à notre place.

 Perpétuer l'esprit de 1894

Nous sommes aujourd'hui les héritiers de cet "esprit de 1894", avec le devoir de perpétuer la recette qui a toujours fait le succès des échanges transatlantiques : dialoguer ensemble, reconnaître les points de vue de chacun, et avancer en supprimant les obstacles inutiles au commerce pour accélérer la croissance, tout en préservant les différences auxquelles l'un ou l'autre des continents est fortement attaché.

 

  *La Chambre de Commerce américaine en France, qui réunit aujourd'hui plus de 500 membres américains et français, vise à favoriser les échanges et les investissements bilatéraux depuis sa création.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2013 à 13:12 :
rappelons nous d'Alcatel - Lucent : un fleuron français plombé par un boulet américain, c'est l'avenir...
a écrit le 14/11/2013 à 16:39 :
On reconnait bien là, la dévotion quasi religieuse, devant le dieu argent , sous couvert d'échange humaniste.
a écrit le 14/11/2013 à 15:04 :
On suppose que la seule ambition Fr de toute l'histoire est la sauvegarde à tout prix de l’irremplaçable "exception culturelle", dont le but principal est d'arroser les copains des milieux culturels de taxes et autres rentes de situation. C'est dire la vision d'avenir ...
a écrit le 14/11/2013 à 14:40 :
Vous croyez qu'il y a bon espoir de leur vendre des logans ! si non rien !
a écrit le 14/11/2013 à 13:59 :
Encore une fois, que du négatif dans les commentaires, à l'exception de lusofranc, qui a bien perçu qu'un accord de libre échange Europe USA contrera la montée en puissance de la Chine, et de l'Asie en général.

Et contrairement à tous les autres, je pense que nous avons tous à y gagner. L'Histoire l'a prouvé.

Et cet accord sera au final un puissant stimulant pour la vieille Europe, qui a parfois du mal à se secouer pour avancer.
Réponse de le 14/11/2013 à 15:48 :
Si je comprends bien cet article, les États-Unis nous incitent au libre échange pour favoriser notre essor économique. Comme dirait Brassens, "c'est grand, c'est beau, c'est généreux". Je ne les savais pas si philanthropes et altruistes. Et vous si naïf....
a écrit le 14/11/2013 à 12:31 :
Après la création de l'Union Européenne par les US, l'hégémonise; la main mise sur l'Europe par l'Oncle Sam continue et la destruction des Etats Nations est en route.; La Trilatérale et Bilderberg sont à l'oeuvre !!
Réponse de le 14/11/2013 à 14:31 :
C'est en effet tout à fait cela. Et le pire est qu'en faisant partie de l'hégémonie US, nous nous attirons plus d'ennemis que ce seul "ami". Depuis l'Avènement de Lehman en 2008, TOUTES les zones économiques notables se regroupent pour être indépendantes du dollar. "Notre monnaie, VOTRE problème."
a écrit le 14/11/2013 à 12:21 :
Les accords eventuels transatlantiques USA /UE, voulus plus par les americains,que les europeens,n'ont qu'un but a terme ..
"Contrer la montée en puissance de la Chine",car le jour ouce pays alignera son Yuan sur l'or,celui ci sera plus stable et plus atractif dans les echanges commerciaux, que le dollar ou l'euro,et cela bien sûr les USA et l'UE ne le veulent pas...
a écrit le 14/11/2013 à 12:12 :
Important de faire face au racisme et au protectionnisme !
a écrit le 14/11/2013 à 11:56 :
On en veut pas de votre M...... C'est clair ?
a écrit le 14/11/2013 à 11:54 :
On a déjà loupé le pendant social au niveau européen (grâce notamment à la perfide Albion), alors un marché commun entre l'Europe et les USA, on continue a se tirer une balle dans le pied avec des coûts salariaux sans commune mesure (et je ne parle pas des coûts énergétiques très bas aux US du au gaz de schiste).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :