2014 : la Grèce quitte l'euro

 |   |  1031  mots
(Crédits : DR)
La Grèce équilibre ses comptes extérieurs, elle est en mesure de quitter l'euro. Cela lui apporterait une oxygène indispensable

Après six années de dépression économique, la Grèce ne semble guère en meilleure forme à présent qu'elle aborde 2014. Les perspectives de croissance pour la nouvelle année sont effectivement toutes pessimistes et négatives alors que le P.I.B. pour 2013 est de 4% inférieur à 2012. De fait, l'économie grecque se retrouve aujourd'hui amputée de pas moins de 25% de ses richesses et de ses ressources et, ce, par rapport au démarrage de cette crise. A titre de comparaison, l'économie US avait fondu de l'ordre de 30% lors de la Grande Dépression. Cette nation subit donc une authentique dépression dont l'amplitude est proprement terrifiante puisqu'elle se traduit par un taux de chômage officiel de 27%, dont 55% chez les jeunes !

 Deux grecs au chômage pour un en emploi

La réalité est encore plus dramatique, puisque c'est deux grecs qui sont au chômage pour un grec qui bénéficie d'un emploi: ce ratio étant le plus élevé au monde. L'effort à fournir par les grecs devrait donc être surhumain - et inhumain - si leur ambition est d'égaler ce ratio en vigueur auprès des pays à croissance molle, comme la France.

Le rythme de créations d'emploi devrait en effet atteindre une cadence formidable pour atteindre un ratio de 1.5, alors que les salaires en Grèce sont toujours plus élevés que dans des pays comme la Pologne et la Hongrie. Autrement dit, la Grèce ne pourra toujours pas miser sur son secteur à l'exportation pour redresser sa croissance, en dépit d'efforts de productivité intenses qui ont été consentis et malgré des salaires réels en chute libre. L'année 2014 ressemblera donc aux années précédentes, malgré les prédictions du gouvernement grec, de l'Union européenne et du F.M.I. qui - il est vrai - se trompent systématiquement depuis plusieurs années en prévoyant l'imminence d'une reprise grecque.

 Un budget en excédent, hors intérêts

Pourtant, l'économie de ce pays a changé ces deux dernières années. En effet, la Grèce affiche désormais un excédent commercial, principalement grâce à son secteur du tourisme en progression de 12% en 2013, et du fait d'un chômage massif et d'une déprime économique qui se sont logiquement traduits par un recul sensible de ses importations. Toujours est-il que la Grèce n'a plus besoin aujourd'hui d'emprunter sur les marchés comme elle n'a plus besoin de l'assistance de l'Europe pour financer ses nouvelles dépenses. En outre, après avoir réalisé quelque 110 milliards d'euros d'économies en 2012 et en 2013, le budget grec sera excédentaire dès 2014! Ce pays ne disposera évidemment pas de revenus suffisants pour lui permettre de s'acquitter des intérêts de sa dette phénoménale, mais il peut désormais se targuer d'être en capacité de payer ses dépenses courantes.

 La donne a changé

En d'autres termes, ce n'est pas seulement les statistiques et les chiffres qui ont évolué. C'est l'ensemble de la donne grecque qui, aujourd'hui elle aussi, a changé. S'il est vrai que les innombrables prédictions selon lesquelles la Grèce serait chassée de l'euro en 2011 ou en 2012 ont toutes fait fausse route. S'il était littéralement impossible à ce pays de quitter la monnaie unique en 2012 ou en 2013 car il n'avait aucunement les moyens d'assurer sa subsistance. L'excédent commercial de 2013 et l'excédent budgétaire prévu cette année lui permettraient et lui donneraient tous les moyens de claquer la porte de l'euro, s'il le souhaitait. De fait, la Grèce serait aujourd'hui capable de quitter unilatéralement la monnaie unique sans être réduite à quémander pas plus l'assistance de l'Union européen que celle du F.M.I.

 Un remboursement graduel des dettes

Son excédent commercial l'autoriserait en effet à retrouver une drachme solide, qu'elle pourrait en outre dévaluer afin de doper ses exportations. Son gouvernement comme son ordre public ne seraient pas menacés car le pays aurait à sa disposition des fonds en quantités suffisantes pour payer ses factures. La Grèce ne ferait pas forcément défaut, puisque ses dettes pourraient être graduellement remboursées dans une drachme qu'elle serait en mesure d'imprimer en cas d'extrême urgence. Bref, une sortie grecque de l'euro serait loin de représenter une catastrophe, en tout cas pour la Grèce. Le fait est que, en ce début d'année 2014, nul ne saurait balayer d'un revers de main l'éventualité d'un « Grexit ».

 Va-t-on mettre fin à la stratégie du pire?

Les grecs se rebelleront-ils contre la stratégie du pire systématiquement employée par les autorités européennes, elles-mêmes sous la botte allemande ? Qui consiste à analyser la crise sous le seul prisme des déficits et à n'y remédier - en toute logique - que par l'austérité budgétaire. Qui punit par la même occasion celles et ceux qui sont le moins responsables du déclenchement de la crise, c'est-à-dire les peuples ? La technocratie européenne s'est en réalité donnée à cœur joie dans l'imposition de cette rigueur au sein des pays européens périphériques comme en France, tant et si bien que les grecs - les espagnols, les italiens, les portugais - en sont aujourd'hui au stade du questionnement existentiel. Tous ces sacrifices en valent-ils la peine ? L'Europe - cette Europe là !- en vaut-elle la peine ? Quand les seules réponses et que les seuls signaux émanant d'Allemagne et de Bruxelles se déclinent en chômage et en économies supplémentaires, lesquels ne manqueront pas de se traduire à leur tour en une radicalisation supplémentaire ?

* Michel Santi, économiste franco-suisse, conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre de l'O.N.G. "Finance Watch". Vient de paraître : une édition étoffée et mise à jour des "Splendeurs et misères du libéralisme" avec une préface de Patrick Artus et, en anglais, "Capitalism without conscience". Vient de paraître :"L'Europe, chronique d'un fiasco politique et économique"

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2015 à 9:00 :
L'Europe ayant déclaré un embargo contre la Russie qui endure une guerre civile avec ses voisins le l'ex URSS, on ne va pas demander à Carla Del Ponte d'aller s'occuper de la Grèce qui équilibre justement sa balance commerciale dans la zone Rouble comme de l'ex-Yougoslavie. Les gens qui sont allé investir en Grèce devaient passablement ignorer que ce pays qui abrite par ailleurs une base de l'Otan n'a pas tellement besoin d'investisseurs d'Europe occidentale pour trouver du pétrole pas loin de chez eux. Des gens aussi incompétents de Kerviel qui se serait trompé lourdement dans ses prévisions pour en venir à couler la Société Générale ont également du faire preuve d'incompétence à aller investir en Grèce où le foncier appartient aux Popes qui dépendent de Moscou. L'actuel gouvernement grec peut aussi être totalement incompétent pour demander à une banque centrale grecque d'imprimer du papier monnaie national grec dès lors qu'il voudrait préalablement nationaliser les banques qui ne font pas tellement d'affaire avec l'Europe occidentale si ce n'est par le biais de leur marine marchande . Dans ces condition , ou bien la grèce reste dans l'Europe et 2 ou 3 millions de grecs devront émigrer ou bien la Grèce veut se mettre au diapason de ses voisins en imprimant sa propre monnaie et la lire turque deviendrait pour elle une devise aussi valable que l'Euro.
a écrit le 27/01/2014 à 16:47 :
Article pathétique. Cet économiste plâne complètement.

Comment, de plus, oser une image décrivant les autorités européennes "sous la botte allemande" ?
a écrit le 20/01/2014 à 11:30 :
« Il faut créer une union économique de la Mitteleuropa par des accords douaniers communs avec la France, la Belgique, la Hollande, le Danemark, l’Autriche-Hongrie, la Pologne et, éventuellement, l’Italie, la Suède et la Norvège. Ce groupement, probablement sans couronnement institutionnel commun, avec égalité extérieure de droits pour ses membres mais effectivement sous direction allemande, doit stabiliser la prépondérance économique allemande » Buts de guerre de l'Allemagne du chancelier Bethmann Hollweg en 1914. L'Allemagne a gagné la guerre en 2014
a écrit le 18/01/2014 à 20:12 :
la sante ca coute. IL faut payer point. iL Y VA DE LA SANTE DE NOS CONCYTOYENS
Lors de la crise financiere de 2007. tous a l unissons payons.

Vous devriez exercez dans un desert medicale une semaine pour rendre votre analyse plus pertinente docteur.
a écrit le 18/01/2014 à 17:45 :
Comment ça la Grèce « ne disposera évidemment pas de revenus suffisants pour lui permettre de s'acquitter des intérêts de sa dette phénoménale » ??? Vous avez vu le taux d'intérêt et le poids de la charge de la dette grecque ? C'est moins de 2,5% du PIB la charge de la dette grecque (5 Milliards) en 2013, comme la France quoi, pour un endettement double. Le taux d'intérêt moyen ? 1,5%...
La maturité de la dette ? Record du monde : plus de 16 ans (deux fois et demi plus que la dette de marché française) ...
Merci qui ? Pas un parti grec ne demandera une sortie de l'euro(peu) dans ces conditions, ils savent compter.
a écrit le 18/01/2014 à 9:10 :
La Grèce étant sous perfusion,si on débranche c'est plié,car elle n'a plus d'économie au sens étymologique de la commission européenne,son Pib à dégringoler de 21% de 2009 à 2012.Les responsables grecs sont conscient de tout cela,mais à Bruxelles on leur a interdit de sortir de la zone Verboten.On attend que l'Allemagne se retire,car pour elle pas question de payer l'addition (les compensations),après en avoir payé une sévère pour le rattachement de l'ex RDA,celle-ci lui serait fatale.La France est dans le même état d'esprit of course .
a écrit le 17/01/2014 à 11:36 :
dévaluer de 20%, c'est voir sa dette augmenter de 25%. Oui, les grecs se sont endettés en euros, et devront rembourser des euros. Qu'ils acheteront 25% plus cher s'ils dévaluent leur monnaie.

donc ce n'est pas en sortant de l'euro qu'on facilite la gestion de sa dette.
Réponse de le 18/01/2014 à 21:48 :
Et ben non mon gars, la dette est en euro et l'euro est la monnaie des grecs. Il peuvent et ils vont convertir leur bonds d’état dans la monnaie de leur pays, à savoir l'euro pour l'instant et le drachme ensuite, c'est leur prérogative en tant qu’état indépendant. En cas de sortie de l'euro, la totalité de la dette est convertie en monnaie du pays. La dette, c'est la dette grecque, pas la dette européenne. Dévaluer la monnaie de 20%, c'est dévaluer la dette de 20% par rapport à l'euro, pas par rapport au Drachme. Et puisqu'ils peuvent faire tourner la planche à billet, leur dette vas s’épurer assez vite et les détenteurs de la dite dette, c'est à dire la BCE et les pays qui ont prête à la Grèce, vont y perdre des plumes. Ce ne serait que justice. L'Italie, le Portugal et l'Espagne aussi devraient en faire autant, à mon humble avis.
Réponse de le 09/10/2014 à 21:18 :
AHHH , enfin quelqu'un qui comprend la situation, au lieu des pseudo spécialistes qui ressortent les bobards de la télé.. merci fcimini
a écrit le 15/01/2014 à 19:47 :
D' apres l'article c'est donc le regime draconien horriblement impose par la Troika...et donc particulierement par l'Allemagne...qui a permis a la Grece de mettre de l'ordre dans ses comptes...lui permettant peut-etre aujourd' hui d'envisager sa sortie de l'Euro !

Magnifique !

Quand le monde entier sait qu'elle y-est entree en quasi-agonie et qu' elle a utilise des moyens disons discutables pour y obtenir des avantages importants.

En conclusion : on ne voit pour la Grece que des bienfaits a son egard de la part de ses creanciers ! On ne voit donc pas ce que leur reproche l'auteur de l'article.
a écrit le 15/01/2014 à 19:46 :
D' apres l'article c'est donc le regime draconien horriblement impose par la Troika...et donc particulierement par l'Allemagne...qui a permis a la Grece de mettre de l'ordre dans ses comptes...lui permettant peut-etre aujourd' hui d'envisager sa sortie de l'Euro !

Magnifique !

Quand le monde entier sait qu'elle y-est entree en quasi-agonie et qu' elle a utilise des moyens disons discutables pour y obtenir des avantages importants.

En conclusion : on ne voit pour la Grece que des bienfaits a son egard de la part de ses creanciers ! On ne voit donc pas ce que leur reproche l'auteur de l'article.
a écrit le 15/01/2014 à 3:02 :
L'euro devait nous sauver. Aujourd'hui, c'est à nous de sauver l'euro. On nous aurait menti ?
a écrit le 15/01/2014 à 2:27 :
il y a ché lauteur je pense 1 volonté daffaiblir l'union politico-monétaire de leurope via la contestation de leuro. en effet, si la grèce revenait a sa monnaie nationale et dévaluait, sela se traduirait par de linflation autrement dit une montée d prix. par conséquent, ce serait tjrs le peuple grec ki payerait les po cassé.

sans compter que la grèce a prouvé, a plusieurs reprises o cour de listoire son inefficience a géré c finances publiques a regardé le nb de faillite du pays. dc je ne suis pas sur ke la crise géré exclusivement par le gvt grec soi la panacée, loin sans fo.

mon avi est que la grèce a vécu o dessus de c moyens o cour de la décennie 2000 et ke c excès devait ète payé. mm sil est a mon sens regrettable ke se soit les + vulnérable o sein de la société ki é payé. quid d armateurs ou de léglise par ex?

domaje osi ke la kestion de lannulation de la dette ne soi pa nn + encor posé ms cette kestion demandrait sans doute 1 longue concertation européenne pr ètre mené ds de bonne conditions & avc d résultat tangible.

en somme il fo abandonné leuro pr résoudre la crise et maintenant ke la crise a été résolu, il fo tjrs abandonné leuro pr accompagné la reprise. leuro et leurope responsable de ts les mo, on entend sa depui maastricht o moin, il serait bn modernisé c classik.

sil fo abandonné leuro, kon ns donne enf1 de vraie bne rézon o lieu dargument partio ki ne conv1 ke seu ki st dja convincu! pr ma part je doute ke leurope ait été capable daffronter osi b1 la crise financière de 2008 sans être uni...
Réponse de le 15/01/2014 à 18:35 :
la même en Français ,ça donne quoi ?
Réponse de le 17/01/2014 à 19:15 :
Quand on prend le temps d'écrire un commentaire aussi long, il serait intelligent de l'écrire en français et pas en langage SMS...
Réponse de le 19/01/2014 à 1:48 :
a vs lonneur de la traduction ! ;)

pr moi lintelligence nn sectair, c examiner le fon sans considération de la forme. hélas, il fo b1 le reconètre, louverture despri est rarement le fait de l'esprit français...

& justemen, kan le com' est lon a écrir, le langage sms est aproprié. a mes yeux, la méconnaisance du langage sms est 1 mark d'inculture en particulier contemporaine, lacune okel je ne me sens okunemen, excusé moi du pe, tenu a remédié...
Réponse de le 24/03/2014 à 17:37 :
Ainsi je suis et souhaite rester dans ce cas là.
Quelle horreur de vous lire.
a écrit le 15/01/2014 à 2:26 :
il y a ché lauteur je pense 1 volonté daffaiblir l'union politico-monétaire de leurope via la contestation de leuro. en effet, si la grèce revenait a sa monnaie nationale et dévaluait, sela se traduirait par de linflation autrement dit une montée d prix. par conséquent, ce serait tjrs le peuple grec ki payerait les po cassé.

sans compter que la grèce a prouvé, a plusieurs reprises o cour de listoire son inefficience a géré c finances publiques a regardé le nb de faillite du pays. dc je ne suis pas sur ke la crise géré exclusivement par le gvt grec soi la panacée, loin sans fo.

mon avi est que la grèce a vécu o dessus de c moyens o cour de la décennie 2000 et ke c excès devait ète payé. mm sil est a mon sens regrettable ke se soit les + vulnérable o sein de la société ki é payé. quid d armateurs ou de léglise par ex?

domaje osi ke la kestion de lannulation de la dette ne soi pa nn + encor posé ms cette kestion demandrait sans doute 1 longue concertation européenne pr ètre mené ds de bonne conditions & avc d résultat tangible.

en somme il fo abandonné leuro pr résoudre la crise et maintenant ke la crise a été résolu, il fo tjrs abandonné leuro pr accompagné la reprise. leuro et leurope responsable de ts les mo, on entend sa depui maastricht o moin, il serait bn modernisé c classik.

sil fo abandonné leuro, kon ns donne enf1 de vraie bne rézon o lieu dargument partio ki ne conv1 ke seu ki st dja convincu! pr ma part je doute ke leurope ait été capable daffronter osi b1 la crise financière de 2008 sans être uni...
Réponse de le 15/01/2014 à 18:00 :
Et l' Europe de l'orthographe ?
Réponse de le 19/01/2014 à 1:27 :
cette europe la est bel & b1 morte par contre ! ;)

pr tte dir, je doutais ke ma réaction pass a travers les mailles d censeur alrs... la liberté dexpression c osi sexprimé ds le langage ki ns siè le mieu, ne vs en déplaise ! ;)

& lavantage d'écrire en naplikant pa les règles ortografik, c ksa permet de repérer les sites pr ki la liberté dexpression est importante et dc probablement osi la diversité d opinion de seu pr ki la liberté dexpression nè r1 dotre k'1 cache misère.

essayé, vs verrez!
a écrit le 14/01/2014 à 17:12 :
Je rejoins @maunoynier sur l'aspect racoleur du titre. Pour intéressante et technique que soit cette analyse, il est difficile de ne pas y voir un plaidoyer pour tous les "Cassandre" de droite et d'extrême droite qui font de l'effondrement de l'Europe politique leur tasse de thé démagogique. Ce n'est pas par des solutions de ce tonneau que l'on réglera les problèmes, même s'il y a fort à dire sur l'organisation des pouvoirs dans l'Europe Unie.
a écrit le 14/01/2014 à 17:04 :
N'importe quoi, la Grèce ne peut quitter l'euro, puisque sa dette est en euro!

Quitter l'euro pour enchaîner sur une dévaluation entraînerait automatiquement une surévaluation de sa dette...
a écrit le 14/01/2014 à 15:40 :
Depuis 2010 on se trompe sur le fait que la Grece va sortir de l'Euro... Mais cette année, c'est sur ( comme les 3 autres années passées ), la Grèce quittera l'Euro....
Et y'en a qui sont payé pour ecrire ca ? Moi faudrait me payer pour que j'y crois....
a écrit le 13/01/2014 à 16:43 :
Article avec un titre raccoleur (c'est qu'une spéculation) et article complètement partial.

"Dirigé par la botte allemande" : faux. Si l'Allemagne était seule sur ce terrain elle serait trop isolée pour ça. La vérité c'est que les pays du nord ont su faire leurs réformes (impopulaires) à temps et qu'ils ont évité la spéculation dans certains domaines comme l'immobilier (qui a tendance à enrichir dans le patrimoine les habitants mais les appauvrir en terme de pouvoir d'achat).

Le fait que "le peuple grec n'est pas responsable". Faux, il l'est tout autant que leurs dirigeants. Tout d'abord par la fraude massive et générale dans ce pays où il n'y a pas beaucoup (et il n'y a toujours pas beaucoup) de contrôles. Le second tord du peuple (et le peuple français en est tout aussi "victime" aujourd'hui) c'est de voter vers le plus démagogue possible sans se poser aucune question ni même se demander quels seraient les impacts pour le pays et l'économie à long terme de la politique proposée.
Certes certaines réformes ne font pas plaisir, certes certaines sont douloureuses, mais beaucoup d'entre elles sont pour le long terme. Or, les peuples veulent tout tout de suite et l'argent qui va avec. Naïveté d'une part de croire aux prophètes politiciens, responsable de faire un emprunt sans fond parce qu'on veut pas changer notre style de vie alors que tout va mal jusqu'à voir l'huissier à notre porte.
Réponse de le 15/01/2014 à 9:41 :
Parfaitement d'accord. Enfin du bon sens !
Réponse de le 15/01/2014 à 20:33 :
et je dirais même plus , enfin une bonne analyse !
a écrit le 13/01/2014 à 16:15 :
Je n'aime pas le titre inexact et racoleur qui indique qu'en 2014 la Grèce quitte l'euro. Ce n'est pas digne du journaliste qui a signé cet excellent article. Pourquoi s'abaisser ainsi ? Il aurait suffi d'écrire " En 2014, la Grèce pourrait quitter l'euro " ou " Et si la Grèce trouvait son intérêt à quitter l'Euro en 2014 ? ".
a écrit le 13/01/2014 à 16:02 :
Encore des élucubrations... Si la Grèce et dans cet état, ce n'est pas à cause d'euro, c'est parce qu'elle a dépensé deux fois ce qu'elle gagnait pendant des années et que ses gouvernants ont été irresponsables. Et ce n'est pas au moment où la tendance s'inverse qu'elle va quitter l'euro.
Réponse de le 14/01/2014 à 21:00 :
La Grèce avant et après l'euro ça fait deux...
a écrit le 13/01/2014 à 12:09 :
et nou
Réponse de le 14/01/2014 à 22:16 :
Malheureusement, c'est pas encore ni pour aujourd'hui, ni pour demain :((
a écrit le 13/01/2014 à 9:45 :
Oui peut-être que les Grecs sortiront-ils de l'Euro,- et de l'Europe??- mais pour l'instant en majorité ils ne le veulent pas encore ... les Grecs ont très peu confiance dans leurs dirigeants, et ne plus avoir de soutien extérieur du tout en cas de sortie a de quoi les effrayer; ils ont bien sûr raison d'être prudents; ce n'est pas non plus une dévaluation du nouveau drachme qui leur permettrait de mieux acheter leur approvisionnement énergétique...
Enfin je crois qu'il faut se rappeler deux choses concernant l'Euro, et l'Europe en général; en Chine j'ai pu négocier avec mes fournisseurs mes 1ers contrats en Euro il y a 5 ans au lieu de les faire en USD; parce que l'Europe et l'Euro sont considérés solides, même s'ils sont malades; mais comme on dit là-bas - et ici! - 'une maladie ça se soigne, et pas en cassant le thermomètre'...
Pour l'Europe, il faut aussi rappeler la finalité ultime: un continent sans guerre, enfin!
Réponse de le 15/01/2014 à 21:59 :
Vous avez dit sans guerre ? La guerre économique c'est quoi pour vous...!
a écrit le 12/01/2014 à 10:47 :
L'analyse de Santi est théorique. Dans la pratique, une écrasante majorité de Grecs refuse de sortir de l'euro : faire partie d'un club de riches est mieux que de se retrouver seul et pauvre. Santi n'aborde pas le sujet des impôts impayés par les Grecs et notamment les richissimes armateurs. Que les Grecs se dotent d'un État et les choses iront mieux. "Sortir de l'euro" n'est qu'une accroche journalistique.
a écrit le 12/01/2014 à 10:21 :
L'analyse de Santi est théorique. Dans la pratique, une écrasante majorité de Grecs refuse de sortir de l'euro : faire partie d'un club de riches est mieux que de se retrouver seul et pauvre. Santi n'aborde pas le sujet des impôts impayés par les Grecs et notamment les richissimes armateurs. Que les Grecs se dotent d'un État et les choses iront mieux. "Sortir de l'euro" n'est qu'une accroche journalistique.
a écrit le 12/01/2014 à 10:19 :
1 euro c'est 360 drachmes et non pas 210 drachmes.
L'article est plus que stupide
a écrit le 12/01/2014 à 0:40 :
La crise l’euro est provoquée par tous les pays du monde qui dévaluent leurs monnaies pour financer leurs déficits au dépend des exportations de la zone euro
Surévaluation de l’Euro depuis 2002 à sa mise en place partout dans le monde
USA = 1€ de 1 à 1,38USD = ((1,38 – 1) /1) = 38 % de dévaluation
Japon = 1€ de 116 à 145JPY = ((145 – 116) /116) = 25 % de dévaluation
Russie = 1€ de 31 à 45RUB = ((45 – 31) /31) = 45 % de dévaluation
Inde = 1€ de 46 à 90INR = ((90 – 46) /46) = 95 % de dévaluation
Chine = 1€ de 8 à 8,3CNY = ((8.4 – 8) /8) = 5 % de dévaluation
Corée = 1€ de 1400 à 1460KRW = ((1460–1400) /1400) = 4,3% de dévaluation
Bresil = 1€ de 2,7 à 3,3BRL = ((3.3 – 2,7) /2,7) = 22 % de dévaluation
Turquie = 1€ de 1,6 à 2,9TRY = ((2.9 – 1,6) /1 ,6 ) = 81 % de dévaluation
Israel = 1€ de 4,5 à 4,8 ILS = ((4,8 – 4.5) /4.5) = 7 % de dévaluation
Norvege = 1€ de 7,2 à 8,4NOK = ((8,4–7,2) /7,2) = 17 % de dévaluation
Angleterre = 1€ de 0,62 à 0,84GPB = ((0,84 – 0,62) /0,62) = 35 % de dévaluation
Réponse de le 13/01/2014 à 13:23 :
Très intéressant commentaire.
Mais il faut aussi tenir compte:
1/ que la date de lancement de l'Euro n'est pas la bonne date pour faire des comparaisons; il faut attendre +/- 2 ans que le marchés s'équilibrent
2/ qu'il y a eu d'énormes fluctuations pendant ces 12 ans; pe fin 2003 l'€ contre le CNY (Chine) était à ....10,43!!
Réponse de le 13/01/2014 à 14:12 :
Concernant la "parité" euro / dollar, l'euro valait 1,20 US$ et non 1 quand il a été créé... Donc la surévaluation n'est que d'environ 15% !
Réponse de le 14/01/2014 à 20:50 :
Information fausse: 1 Euro valait 0,82 dollar environ. Ne commentez que si vous maitrisez votre sujet. Sinon votre commentaire n'enrichira pas le débat, voire le troublera. Or si nous lisons ces commentaires, c'est bien pour voir les critiques et essayer d'approcher une vérité. ( ou plutot se forger une opinion qui nous semble défendable)
Réponse de le 15/01/2014 à 10:49 :
Vladnimal a raison, le chiffre de blee sur le dollar est faux. De plus, dans la liste, il y a la chine et la corée, qui sont les deux principaux concurrents hors US, or ils ont respectivement 5% et 4.3 % de "dévaluation", la belle affaire ! Et curieux, il n'y a ni la suisse, ni la suède, ni le danemark, ni le canada, ni l'australie...
Réponse de le 17/01/2014 à 12:09 :
Eh oui ! On peut faire la simulation pour voir ce que serait la devaluation du dollar vis a vis de la deutsche mark. On en serait a 60%.
a écrit le 11/01/2014 à 10:17 :
Quitter l euro c est tuer encore plus la Grèce ! 1€ c est 210 drachmes si on fait le calcul la dette sera plus élevée et ce pays ne pourra plus acheter quoi que ce soit parce que trop cher puis d autres suivront et l Europe s appauvrira davantage le peuple sera réduit à un seuil de pauvreté considérable faudrait peut être réfléchir avant d écrire n importe quoi
Réponse de le 11/01/2014 à 22:10 :
Greco , ce que tu écris , qui est la même chose que les pro-euro écrivent pour que la France reste dans la zone euro , c'est n'importe quoi !!
Quand la France est entrée dans la zone euro , la dette n'a pas été divisé par 6.56 , moi quand je vais en Suisse en Russie Ukraine , mon euro est converti en franc rouble grivna , et quand je refais le change , il est vrai que je perds quelques centimes ,mais ça reste équilibré , idem , si je transferts mon compte bancaire dans une autre devise à l'étranger , mon capital sera converti mais sa valeurs restera plus ou moins identique , donc votre argument , qui relève plus du mythe qu'autre chose ne tient pas la route , sinon faudra m'expliquer !
Réponse de le 12/01/2014 à 12:10 :
Quand la France est entrée dans la zone euro la conversion de la dette a été de
,6,55957 francs égale 1 euros.Il est stupide de dire que la dette aurait pu être divisée par 6,55957 !!! si c'était le cas tous les pays de la planète voudraient rejoindre l'Europe.Mais ce n'est pas le cas.
Réponse de le 14/01/2014 à 22:15 :
@mickael L'Europe et la zone d'Euro, c'est 2 choses différentes
a écrit le 10/01/2014 à 18:38 :
Monsieur l économiste pensez vous vraiment ce que vous écrivez ? Ceux qui veulent que la Grèce quitte l euro ne veulent pas de l Europe !!! Si tel était le cas il y aura automatiquement un effet contagion d aiutres suivront c est incontestable et la Grèce s appauvrira encore plus 1€ c est 210 drachmes le calcul est vite fait ce pays ne pourra plus acheter quoi que ce soit à l'étranger ce sera trop cher les coûts élevés entraîneront forcément plus de pauvreté ! Vive la Grèce que cela vous plaise ou non dans l Europe !
Réponse de le 12/01/2014 à 5:15 :
SI...les gens veulent de l"Europe? pas celle LA.? souvenez vous du NON au référendum; et l"UMP..PS se sont royalement assis sur la volonté du peuple de FRANCE
Réponse de le 12/01/2014 à 20:14 :
Votre commentaire est absolument absurde.
La france et l'allemagne on crée à eux deux l'Europe.
Personne parmis les français où les étrangers ne veulent quitter l'europe car l'europe donne bcp d'argent.
Et la france ne quittera l'europe que l'orsque celle-ci n'existera plus à savoir jamais, l'europe étant la 1ére puissance du monde..
Réponse de le 14/02/2014 à 12:14 :
Personne ? Qu'il est bon de rêver semble t-il pour vous !
Qui considérez-vous comme Français et étrangers, seuls ceux faisant fortune ?
Que vous le vouliez ou non les Français et les étrangers veulent un travail honnête avec un salaire décent, ils veulent pouvoir se loger dignement, manger à leur faim, nourrir leur famille et avoir un système de santé digne de ce nom et des écoles qui fonctionnent. Ce qui n'est pas le cas en Grèce où elles ferment, par exemple.
L'Europe donnent beaucoup d'argent aux banques pas aux peuples !!!
Les peuples sont exsangues et en colère !
Ils ne veulent pas de l'Europe, ils veulent leur vie d'avant l'Europe où ils pouvaient encore prétendre à un avenir.
a écrit le 10/01/2014 à 5:48 :
"la Grèce serait aujourd'hui capable de quitter unilatéralement la monnaie " Oui mais en as-t-elle le droit?
Ne faut-il pas quitter aussi l'UE pour pouvoir quitter la monnaie unique?
Réponse de le 18/01/2014 à 21:55 :
non, l'euro est un traité, l’Europe des autres traités. Regardez Le royaume uni, il sont dans l’Europe, pas dans l'euro, ils n'y sont jamais renté.
a écrit le 10/01/2014 à 5:47 :
"la Grèce serait aujourd'hui capable de quitter unilatéralement la monnaie " Oui mais en as-t-elle le droit?
Ne faut-il pas quitter aussi l'UE pour pouvoir quitter la monnaie unique?
a écrit le 09/01/2014 à 20:37 :
c'est dommage.
Par contre je vous invite a cette toute novelle decouverte.

youtube.com/watch?v=9YxiuiuETpE
a écrit le 09/01/2014 à 17:37 :
Pourquoi ce titre mensongé??La Grèce n'a pas quitté l'Euro !!!!!!!
a écrit le 09/01/2014 à 17:36 :
Pourquoi ce titre mensongé??La Grèce n'a pas quitté l'Euro !!!!!!!
a écrit le 09/01/2014 à 17:30 :
L'Euro c'est en 2016, pas en 2014...
a écrit le 09/01/2014 à 16:09 :
on arrive ..... on fait pareil !
a écrit le 09/01/2014 à 15:53 :
bravo la grèce , enfin un pays qui va quitter c'est monnaie de m... qui coute fort cher à ceux qui l'on choisit.
a écrit le 09/01/2014 à 15:53 :
le titre est faux
a écrit le 09/01/2014 à 15:38 :
et si la France et la Grèce font comme la grande Bretagne????????
a écrit le 09/01/2014 à 8:51 :
Ils ont raison de quitter l'euro! On devrait faire pareille.
Réponse de le 09/01/2014 à 13:32 :
Bien entendu. En attendant, réviser votre orthographe me semble plus important que de s'occuper de notre politique monétaire.
Réponse de le 10/01/2014 à 9:10 :
oui, il faudra
Réponse de le 10/01/2014 à 17:45 :
Vous aussi ; révisez
a écrit le 09/01/2014 à 1:02 :
Si la Grèce s'est plantée à cause de l'euro, c'est une erreur inquiétante parce qu'ils ont 50% de jeunes au chômage...
a écrit le 08/01/2014 à 18:31 :
C'est une possibilité pour la Grèce de s'en sortir et d'éviter la rechute si la crise qui menace toujours revienne. Quitter l'Euro ce n'est pas quitté l'union Européenne. L'expérience serait intéressante à suivre pour les pays du Sud avant de prendre des décisions.
a écrit le 08/01/2014 à 18:08 :
Aux difficultés économiques de tous nos pays est-il nécessaire d'ajouter les erreurs d'orthographe ? écrire correctement le français pourrait nous apporter UN oxygène indispensable...
a écrit le 08/01/2014 à 17:02 :
Le titre de l'article est vraiment racoleur!! il y a tromperie sur la marchandise...
a écrit le 08/01/2014 à 16:11 :
Mauvaise analyse habituelle....
La Grèce ne fait que revenir au niveau qu'elle mérite, avant les magouilles lui ayant permis de passer à l'euros, puis de la fausse croissance du PIB, basée sur des activités non perennes ( jeux olympiques, immobilier, etc...)
poudre au yeux et compagnie...mais on ne triche jamais impunément avec l'économie réelle très longtemps !!!
a écrit le 08/01/2014 à 15:58 :
je continue à souhaiter que tous les Etats membres restent dans l'Euro. Je vois les politiques actuelles, comme un moyen de faire la convergence nécessaire de nos économies. C'est le travail qui aurait du être fait avant la mise en place de l'Euro ou en tout cas poursuivi assidûment dans les premières années. Par contre, clairement mener des politiques d'austérité en période de crise, est anti-économique car pro cyclique.
C'est le prix à payer malgré tout pour que les Allemands et les autres acceptent de payer et c'est quand même logique. Je pense qu'on arrive quand même à un moment où même les Grecs ont montré leur "bonne "volonté et je souhaite que nos amis du Nord relâche un peu la pression.
Si la Grèce sort, sa monnaie sera très sévèrement dévaluée rendant totalement insoutenable la dette en Euro et on aura droit à une nouvelle déstabilisation de la zone.
Non si un Etat doit sortir c'est l'Allemagne (et ses plus proches) qui verra son Mark fortement réévalué et donc sa balance commerciale rééquilibrée (on comprend en partie pourquoi elle ne soit pas déjà sortie....).
Nous Français faut arrêter de pleurnicher après nos cousins d'Outre Rhin car la plupart de nos problèmes sont antérieurs à l'Euro et tiennent à tous nos conservatismes désuets.
Réponse de le 08/01/2014 à 19:12 :
"Je vois les politiques actuelles, comme un moyen de faire la convergence nécessaire de nos économies." Les économies ne convergeront jamais !!!!! au contraire elles divergent de plus en plus
Réponse de le 11/01/2014 à 10:19 :
Tout a fait d accord avec Nico
Réponse de le 11/01/2014 à 23:31 :
"Si la Grèce sort, sa monnaie sera très sévèrement dévaluée rendant totalement insoutenable la dette en Euro et on aura droit à une nouvelle déstabilisation de la zone." parce que vous pensez que cela va finir comment avec 137% de dette? comme avec 120% il y a deux ans cad une annulation de la dette, alors qu'elle soit en Drachme, euro ou sushi, ça changera pas grand chose...
Réponse de le 18/01/2014 à 22:03 :
je vous réponds à vous seul et pour la dernière fois : la dette publique grecque appartient à l’état grec et est libellée en EURO, mais s’ils sortent de l'EURO, cette dette qui leur appartient (en fait ce qui leur appartient c'est la monnaie de la dette) sera convertie en drachme, à valeur égale. Donc, si le drachme se dévalue par la suite, la dette aura toujours le même montant en drachme, mais perdra sa valeur en EURO. Donc, tout bénéfice pour l’état grec, qui ne devra même rien faire pour que son drachme se dévalue car la simple possibilité qu'il se dévalue entraînera automatiquement sur les marchés que le drachme vas se dévaluer. Evidemment, le drachme ne sera mis sur le marché qu'après que la dette n'aie été convertie, vous comprenez. L'article est très pertinent.
Cordialement.
a écrit le 08/01/2014 à 15:36 :
Arrêtons de jouer à se faire peur....La situation de la grèce est bien meilleure et compte tenu des lignes de crédit en Allemagne envers ce pays..il n y a AUCUNE raison que la grèce quitte l EuroLand...C est avec de tels articles que des citoyens risquent de paniquer pour rien....Qu a t on à gagner à écrire de tels articles qui nuisent à toute l europe SANS RIEN proposer en contrepartie....Stop au EURO BASHING ..qui fait le jeu de nos concurents....
Réponse de le 09/01/2014 à 15:32 :
c'est lequel qui croit tout ce qu'on lui raconte
Réponse de le 12/01/2014 à 20:28 :
moi je suis pour que la grece quitte UE et je souhaite qu un referendum soit fait pour savoir si les francais veulent rester ou sortir de l euro le non a l UE serait majoritairement gagnant
a écrit le 08/01/2014 à 15:34 :
Arrêtons de jouer à se faire peur....La situation de la grèce est bien meilleure et compte tenu des lignes de crédit en Allemagne envers ce pays..il n y a AUCUNE raison que la grèce quitte l EuroLand...C est avec de tels articles que des citoyens risquent de paniquer pour rien....Qu a t on à gagner à écrire de tels articles qui nuisent à toute l europe SANS RIEN proposer en contrepartie....Stop au EURO BASHING ..qui fait le jeu de nos concurents....
a écrit le 08/01/2014 à 15:23 :
l'Europe! une malédiction pour les peuples prédit il y a 500ans av JESUS CHRIST mettez vous un peu au courant!
Réponse de le 08/01/2014 à 16:08 :
Déjà l'Europe n'est finalement que la partie occidentale de l'Asie, il suffit de voir un planisphère. L'histoire d'ailleurs n'a cessé de nous le rappeler (invasions barbares, Huns, Mongols, Ottomans) et notre singularité apparaît plus comme un accident.
Après libre à vous de penser ce que vous voulez. Mais si nous sommes maudits que dire des peuples d'Asie centrale ou orientale, d' Afrique, d' Amérique du sud?
C'est plutôt cette maladie de se plaindre de tout et d'oublier à quel point nous sommes riches, en bonne santé et en sécurité par rapport au reste de la planète qui est une plaie.Sans nul doute les effets du vieillissement de notre population et de la sinistrose si Française.
Réponse de le 12/01/2014 à 13:13 :
Enfin, les peuples d Amérique du Sud sont en train d en sortir de leur malédiction... Elle s appelait néo libéralisme!
a écrit le 08/01/2014 à 14:41 :
il est fortement souhaitable que la Grèce quitte l'euro et la France devrait faire de même pour retrouver des marges de compétitivité impossibles sous la pression de Bruxelles et de Berlin. Cette europe que l'on nous impose ne remplit pas ses obligations de progrès et de prospérité
Réponse de le 08/01/2014 à 16:22 :
ca fait au moins 20 ans qu'on connait nos problèmes en France et ils n'ont pour la plupart rien à voir avec l'Euro ou l'Europe. Vous pensez que les marchés nous mettront pas la pression quand on sera seul et tout nu?
Par ailleurs, j'ai 35 ans et du progrès j'en vois dès que je sors dans ma ville, que je me connecte à mon ordi, que je voyage ou que j'ouvre un livre d'histoire à peu prêt sur tous les siècles d'histoire européenne...
Comme beaucoup de nos compatriotes vous avez le moral dans les chaussettes, je peux le comprendre, mais encore une fois les solutions sont plus à trouver dans notre douce France et dans son bon peuple grognon et je parle pas des anti depresseurs ou du THC!
a écrit le 08/01/2014 à 11:28 :
Cet article est très pertinent. J'avais lu un article qui abondait dans le même sens dans le Financial Times en novembre dernier.
a écrit le 08/01/2014 à 9:36 :
L'Europe ne laissera jamais la Grèce sortir de l'Euro et continuera de payer pour la simple et bonne raison que ce pourrait être l'exemple à suivre pour d'autres pays et une catastrophe bancaire généralisée.
a écrit le 07/01/2014 à 22:57 :
J aimerais bien savoir quel genre de boulot 50 % des chômeurs actuels avaient avant la crise.
Réponse de le 13/01/2014 à 21:45 :
Dans mon village il y avait 3 cantonniers.Deux ont été viré. Le troisième, le plus chanceux(?) a vu sa paye passer de 1200€ à 650€. Comme il ne peut pas tout faire tout seul, le nettoyage du village est fait de façon très aléatoire, aussi , cet été il y a eu une invasion de rats et serpents. A part ça les grecs que je connais n'ont jamais roulé sur l'or. Ce sont des gens simples, généreux, travailleurs et fières , c'est pour ça que je les aime!
a écrit le 07/01/2014 à 21:58 :
Je croyais le journal "la Tribune" sérieux. C'est à pleurer, autant l'article que la plus part des commentaires. Nous pouvons craindre le pire pour nos enfants.........
Réponse de le 08/01/2014 à 9:59 :
Et bien, éclairez-nous, au lieu de porter des jugements qui n'amènent rien au débat. Donnez des arguments.
Réponse de le 08/01/2014 à 19:13 :
qu'est ce que vous proposez ? garder la zone euro la nouvelle urss pour vos enfants?
au moins les lettons sont passés d'une urss a une autre
a écrit le 07/01/2014 à 21:41 :
"FRANCO SUISSE" BIEN AU CHAUD et plus Suisse que ex français (sauvons nos meubles) , charité bien ordonnée commence par soi même , elle permet aussi de dire quelques vérités sans être "importuné"....
a écrit le 07/01/2014 à 21:33 :
vive la Grèce avec son drachme,vive la France avec son FRANC.....
Réponse de le 08/01/2014 à 16:24 :
vive le Béarn avec ses Ecus!
Réponse de le 12/01/2014 à 9:36 :
Vive le SEL (système d'echange local)
a écrit le 07/01/2014 à 18:59 :
Vive les grecs ! Ils sont les plus forts !
a écrit le 07/01/2014 à 18:59 :
Vive les grecs ! Ils sont les plus forts !
Réponse de le 09/01/2014 à 16:53 :
c'est marrant j'ai l'impression que les grecs nous l'ont mit dans le c....
a écrit le 07/01/2014 à 16:57 :
Titre accrocheur à la deuxième partie " 2 grecs au chômage pour 1 en emploi " , vulgarisation pour le plus grand nombre ou manipulation de l'information ? En fait 1 grec travaille pour 2 chômeurs(qui sont eux des actifs)....OU inactifs c'est à dire plus de 50% par exemple en France , or notre taux de chômage n'est pas de 50% non ? le taux réel en Grèce est d'environ 25% (50% pour les jeunes) donc on compte 3 travailleurs pour 1 "chômeur" en Grèce
a écrit le 07/01/2014 à 16:35 :
et la dette alors ? hé bien il faut la brûler en place publique pour nous la France en tous cas !
il n'y aura pas au gouvernement un jour quelqu'un qui aura ce courage ! d'autant que notre pays est riche.
a écrit le 07/01/2014 à 16:13 :
La Grèce quitte l'Europe alors la bravo kel chance oui mais garde toujours la monnaie euros et nous quand on va se débarrasse de l'Europe
a écrit le 07/01/2014 à 15:31 :
Que de contre-sens économiques et sociaux dans cette analyse et hypothèses totalement absurde selon laquelle la Grèce pourrait quitter l'Euro et revenir à la Drachme.
Certes le gouvernement grec semble avoir endigué relativement et au moins provisoirement la dégradation de ses comptes financiers. Mais c'est au prix de coupes radicales dans toutes ses dépenses, y compris dans ses investissements productifs, générant un dramatique chômage de masse en particulier chez les jeunes qui sont pourtant ceux qui devraient être en charge de bâtir une nouvelle économie enfin performante et compétitive, plutôt qu'en leur interdisant de consommer. Ce sont d'abord les ressources fiscales qu'il faut restaurer en mettant en place un vrai cadastre et une taxation des revenus fonciers et immobiliers. Si la Grèce quittait l'€, cela générerait sans doute une dévaluation immédiate et peut-être une très hypothétique reprise d'exportations mais ni dans le textile, l'agriculture, la pêche, la construction navale ou les activités de services de la marine marchande, ni dans les revenus des grecs de la diaspora. Par contre, cela réduirait encore le pouvoir d'achat des classes moyennes; sans contribuer pour autant ni à une reprise de la consommation, ni avec certitude à un afflux de touristes européens qui, eux, se sont habitués à la facilité de lecture des prix en €. Ce sont les taux d'intérêt absurdes imposés par Goldman Sachs et leurs disciples financiers qu'il faut réduire drastiquement pour redonner de l'air à l'économie grecque... et à son peuple.. Donc effacer 75% des intérêts de la dette !
Réponse de le 18/01/2014 à 17:55 :
Ce ne sont pas les taux d'intérêt sur la dette publique qui sont problématiques, ils sont très faibles et en partie reversés par les gvts européens) mais surtout les taux "offerts" aux entreprises et aux ménages grecs (de l'ordre de 8% nominal soit 10% en réel...). Et Goldman Sachs n'a rien à voir avec ça.
a écrit le 07/01/2014 à 13:29 :
ET QUI VA REMBOURSER L EMPRUNT FAIT PAR CE PAYS?
Réponse de le 08/01/2014 à 9:30 :
@ Jeannot
De toute façon, la Grèce est à jamais incapable de rembourser en capital ses emprunts. Quant aux intérêts actuels, ce sont les européens qui les paient.
Réponse de le 09/01/2014 à 10:18 :
Regardez l'Histoire. La Grèce n'a jamais remboursé sa dette.
Réponse de le 14/01/2014 à 13:07 :
En parlant de dette citez moi un pays occidental qui n'est pas noyé dedans? Le système capitaliste d'aujourd'hui impose cela au profit des banques et du secteur de la finance..
Je pense donc que ce n'est pas pertinent d'estimer la capacité d'un pays à payer sa dette mais plutôt à en ralentir la croissance.
a écrit le 07/01/2014 à 13:23 :
L'europe et tout ce qu'elle représente, est le cancer de notre société
Réponse de le 08/01/2014 à 16:29 :
Ah bon je croyais que c'était les Nords africains, les Noirs, L'Islam, les Juifs, les Roms, les Jaunes, les Francs Maçons, les Allemands ou les Pédés??? On m'aurait menti?
a écrit le 07/01/2014 à 11:33 :
oxygène est un nom masculin - un oxygène
Réponse de le 07/01/2014 à 17:45 :
bien au moins un qui a vu…ça devient grave l'orthographe en France !!!!
a écrit le 07/01/2014 à 11:12 :
Un jour la France aussi sera obligée de quitter l’euro. Il faut attendre!
a écrit le 07/01/2014 à 10:47 :
L'euro est la peste de ce siecle
Réponse de le 07/01/2014 à 11:15 :
Tout à fait d'accord
Réponse de le 07/01/2014 à 22:20 :
Un jour tous ou quelques pays de la Zone Euro serons obligés de quitter l’euro. Il faut attendre! À qui le tour?
Réponse de le 08/01/2014 à 16:30 :
je pensai que c'était les homo, merci de votre information
a écrit le 07/01/2014 à 10:45 :
Vous avez aimé 2011, l'Odyssée de la Grèce; vous avez frémi devant 2012, l'Europe sans la Grèce; vous avez tremblé avec 2013, fin de l'Europe; vous adorerez 2014, la Grèce quitte l'euro.
a écrit le 07/01/2014 à 10:33 :
"Un" oxygène .. il faut apprendre à écrire.
Réponse de le 07/01/2014 à 11:29 :
on s'en tape de l'ortografe
Réponse de le 07/01/2014 à 21:45 :
il ne semble pas diplômé ès lettres de la faculté de Lettres de Neuchâtel !
a écrit le 07/01/2014 à 10:05 :
Ah vivement que la France sorte de ce bourbier qu'est l'Euro, l'Euro n'était pas destiné à rendre les pauvres un peu moins pauvres, mais les pauvre encore plus pauvres et les riches encore plus riches. Nous payons depuis 2008 les escroqueries de l'Europe, et nous allons payer jusqu'en 2020 voir plus, en effet, il y aura toujours une crise, qui en cachera une autre. L'Euro m'a ruiné le peu que j'avais, et a fait progresser le chômage de plus de 10% !
Réponse de le 07/01/2014 à 13:35 :
il fallait s y attendre une chose est sure depuis cette mer qu est l euro tout les prix ont augmentés je me souviens qu en vendée la marchande de poulets vendait une douzaine d oeufs 10francscela en septembre en octobre elle a passée a 11francs et en janvier la douzaine était a deux euros c est beau l escrocquerie soit 13 FRANCS
Réponse de le 08/01/2014 à 16:55 :
Bon le chômage à 10% ca fait 30 ans en France on a réussi ça sans l'Euro.
La crise de 2008 a démarré Outre Atlantique et les pays les plus gravement touchés en Europe avaient tous des données macroéconomiques particulières (immo en Espagne irréaliste avec des comptes publiques très bons, Irelande, système bancaire trop gros etc..). Par ailleurs des crises bancaires il y en a des tas et des tas dans l'histoire et c'est toujours le même cochon payeur qui règle la note.
Enfin, vous pouvez trouver les chiffres de répartition de revenu aux US ou GB par exemple et vous verrez que les écarts se sont encore plus creusés et ils n'ont pas l'Euro. C'est plus les résultats des politiques de dérégulation des années Thatcher/Reagan que vous devriez maudire.
Pour le reste la montée en puissance des BRICS et autres n'est qu'un juste retour des choses dans l'histoire (surtout pour Chine et Inde) et l'augmentation du prix de l'énergie un élément logique compte tenu de la rareté.On peut se demander légitimement ce que l'on va devenir (voir les taux de croissance moyen par décennie depuis les années 50 ça fait peur), mais sans l'Europe je donne encore moins cher de notre peau.
Pour Jeannot, vous pouvez consulter l'évolution du SMIC depuis sa mise en place ou même depuis l'Euro(vous serez surpris par rapport au prix des oeufs)et la part de l'alimentaire dans le panier moyen d'un ménage en 2014. Parlez moi plus d'immobilier, problème Franco Francais pour les primo accédants et locataires.
a écrit le 07/01/2014 à 7:13 :
La Grece doit quitter la zone Euro et faire faillite pour repartir du bon pied. Chypre aussi.
La faillite de la Grece (retraites et salaires diminués de 30% par raport a l' avant crise) est la conséquence des mensonges, de la corruption et de la mauvaise gestion des politiques grecques : notamment des socialistes. Un bon exemple a ne pas suivre en France avec l' UMPS.
Réponse de le 08/01/2014 à 11:28 :
A l’extrême droite, on peine à trouver des candidats pour les élections. Par contre des rédacteurs de commentaires sur la tribune, il y en a pléthore
a écrit le 07/01/2014 à 6:44 :
Oxygène est un mot masculin. Un oxygène
Réponse de le 07/01/2014 à 11:28 :
on s'en fout de l'ortografe
a écrit le 07/01/2014 à 6:06 :
Si la Grèce quitte l'Euro d'autres pays suivront et le désastre économique précipitera un paquet de millions de personnes dans la misère. Le sauve qui peut deviendra vite la règle comme dans un naufrage.
Réponse de le 07/01/2014 à 10:11 :
Vous trouvez qu'il n'y a pas de misère en ce moment ? Les promesses de l'euro qui devait faire avancer les pays, où avez vous vu les avancées ? La France est ruinée à dit Fillon, il n'est jamais revenu sur ses propos, Hollande parlait de la situation des plus pauvres (et oui un socialiste) encore plus pauvres avec des impôts en augmentation ! C'était çà les promesses le l'Europe et de l'Euro. Une crise en cachera un autre, et après celle de 2008 (7 ans déjà) nous aurons celle de 2017 et ainsi de suite...
Réponse de le 07/01/2014 à 10:53 :
Des arguments pour appuyer vos prévisions alarmistes. La catastrophe elle est déjà là avec cette monnaie de m..... et l'UE qui va avec. Jettez un oeil sur les conférences de François Asselineau (upr.fr) pour comprendre à quel point nos gouvernants nous trahissent depuis 30 ans avec cette UERRSS.
a écrit le 07/01/2014 à 6:00 :
C'est bien de laisser les gens s'exprimer, mais la Tribune donne systematiquement la parole a des pseudo economistes et Michel Santi est sans doute le pire.

90% de ses articles commencent par un titre alarmiste, suivi d'un amalgame de pseudo arguments pour finir avec une conclusion fracassante du niveau de celles d'un militant FN au cafe du coin.

J'aurai aime commencer l'annee 2014 sans ce type d'interventions... a quand un sondage pour que Santi aille diffuser sa sagesse ailleurs?
Réponse de le 08/01/2014 à 11:29 :
Des militants FN du café du coin, ça grouille ici
Réponse de le 08/01/2014 à 15:18 :
tant mieux ça ne grouille pas assez! encore plus!
Réponse de le 09/01/2014 à 14:46 :
Drazuhl a raison ce Santi raconte n'importe quoi. En effet comment la Tribune peut elle laisser des gens comme lui distiller des analyses économiques aussi dramatiques pour les peuples... Ainsi Santi ose dire que la Grèce n'aura qu'à fabriquer des drachmes pour rembourser la dette... Comment rembourser avec de la monnaie de singe... ALors que Santi dit franchement que la Grèce se déclarera en faillite, n'empruntera plus sur les marchés pendant vingt ans et plongera dans une misère infiniment pire que la situation actuelle... Bien pire...
a écrit le 07/01/2014 à 4:16 :
Eh bien moi je suis sorti de l'euro moi-meme il y a quelques annees et je m'en tire plutot bien; je le conseille a quiconque ne croit pas au collectivisme et a la fameuse "solidarite"!!! Quelle manipulation, comme le rechauffement climatique des bombes aerosols...
a écrit le 07/01/2014 à 3:29 :
De toute façon la Grèce ne quittera pas l"euro car c'est elle qui nous tient par la barbichette !De plus la dette ne sera jamais remboursée.
a écrit le 06/01/2014 à 22:50 :
Comment cette personne peut elle se présenter comme économiste avec tant de titres et proferer autant d âneries ? N importe qui avec un minimum d esprit critique est en mesure de s en rendre compte...
Réponse de le 06/01/2014 à 22:55 :
Et santi quitte la tribune...
Cela fera un bien fou à ses lecteurs !
Réponse de le 07/01/2014 à 10:46 :
Oh oui, y en a marre des caricatures et du manichéisme de Santi
Réponse de le 07/01/2014 à 11:47 :
Oui!
a écrit le 06/01/2014 à 21:13 :
1) La dette grecque a été contractée en euros, si la Grèce quitte la zone euro et revient à la drachme, sa dette restera en euros.Pire, la drachme sera moins forte que l'Euro, renforçant à chaque dépréciation le poids de la dette restée en euros.

2) Faire des prédictions en se basant sur la confiance qu'il y a actuellement sur les marchés est très dangereux, celle-ci étant surtout due à l'intervention de la BCE elle-même crédible grâce à l'économie allemande. Les marchés peuvent être très volatiles, surtout face à ce genre d'événement majeur. Croire que la Grèce sera crédible et que les investisseurs auront confiance en la drachme et en la banque centrale grecque est surréaliste.
Réponse de le 06/01/2014 à 21:28 :
Si les pays d'Europe ont l'intelligence de quitter l'euro pour toutes les raisons néfastes que l'on sait, la dette ne sera plus en euros.
Réponse de le 07/01/2014 à 9:11 :
Que la dette soit en drachme ou en euro; seuls les naifs pensent qu'elle sera remboursée et donc cela ne change rien !
Réponse de le 07/01/2014 à 11:20 :
bien vu @marc! Tous les grands économiste pensent et calculent en remboursant
la dette; mais quelle dette!!! .les grecs n'ont cas la faire payer aux l'agences de cotation
qui les on fait fait rentrer dans la zone euro en maquillant leurs comptes
Réponse de le 07/01/2014 à 13:43 :
ce qu il faut se rappeler qui en france qui était au gouvernement et qui nous bassinait comme les médicaments matin midi et soir l euro l euro leuro c est ce vieux gateux de chichi
Réponse de le 08/01/2014 à 0:21 :
l'argument ne tient pas car si la Grèce quitte l'euro celui ci va fortement chuter. et de toute façon la Grèce que ce soit en euro, en drachme ou en dollars. elle ne remboursera jamais. tout comme imaginer que la france, par exemple, remboursera les 2 000 milliards d'euros qu'elle doit. ou alors il faut avoir une sacré imagination. toit ça finira dans une confusion extrême. demain ou dans 10 ans. Mais tant que l'abcès n'a pas éclaté on ne peux pas prévoir ce qui va se passer. une chose est sur par contre c'est que quand il a éclaté la guérison démarre.
a écrit le 06/01/2014 à 18:49 :
il ny a que les journalistes du monde ou du nouvelle obs qui sont encore pour l'euro!
a écrit le 06/01/2014 à 18:21 :
Après avoir été aidé par l’Europe on s'en va et qui suivra après.Sil la GRÈCE quitte la monnaie "euro" c'est le début de l'éclatement de la vieille EUROPE ce conte de fée aura duré 50 ans .
Réponse de le 06/01/2014 à 18:48 :
Conte de fee? cauchemard plutot!vivement la fin!
Réponse de le 14/01/2014 à 22:55 :
Leon, je vous rappelle les guerres incessantes et meurtrières. C'est à cause d'elles que l'Euro existe. Elles recommenceront dès que l'UE sera morte. Il n'y a qu'à voir les déclarations belliqueuses de Montebourg à l'encontre de l'Allemagne; ranimer le sentiment anti-allemand en France est très facile.
a écrit le 06/01/2014 à 16:54 :
Si la grèce sort de l'euro pour dévaluer, personne n'aura confiance dans le drachme et les echanges se feront en dollar ou en Euro éventuellement en liquide, comme cela se pratique dans tous les pays ruinés qui dévaluent. Quel derait l'interet? sinon eventuellement de ruiner les fonctionnaires?
a écrit le 06/01/2014 à 16:22 :
Oui
Mais en sortant de l’euro, la Grèce va devoir se mettre en défaut sur sa dette extérieure. Puisque ses créanciers sont maintenant des créanciers publics (Etats de la zone euro, FMI, BCE), la sortie de la Grèce de l’euro implique donc une nouvelle crise de l’euro-zone. Probablement on évitera la sortie de la Grèce en 2014, en lui accordant une restructuration de la dette. Ses créanciers devront se résoudre à des pertes partielles pour éviter de tout perdre si la Grèce sort de l’euro.
Réponse de le 06/01/2014 à 16:49 :
Bien vu, BC. Mais comme tout pays en défaut, ils seront obligés de faire appel au ... FMI. On ne fait pas défaut, face aux créanciers. On fait rouler la dette pour les alimenter.
Réponse de le 06/01/2014 à 16:59 :
Sauf que parmi les premiers créanciers de l'Etat Grec se trouvent les caisses de retraites ....grecques ! Du coup défaut de l'Etat = plus de retraites .
Réponse de le 06/01/2014 à 19:26 :
Je suis surpris par vos propos : le système de retraite grec est très majoritairement par répartition et non par capitalisation. Un défaut de l'Etat sur ses créances aurait peu de conséquences sur les retraités. Quelles sont vos sources ?
Réponse de le 06/01/2014 à 20:19 :
Cristaline, vichy et évian.
Réponse de le 06/01/2014 à 21:16 :
lol
a écrit le 06/01/2014 à 16:05 :
Nous sommes un certain nombre, en phase avec cette analyse, mais ce qui me déplait avec la Grèce c'est que ces gens-là, les politicards grecs, ont triché et nous ont b...pour l'instant d'une somme que nous pouvons situer autour de 130 à 140 milliards d'euros avec les pertes essuyées par les banques européennes, et cela n'est pas acceptable. Les grecs jouent à ceux qui ne veulent pas sortir alors que tout indique qu'ils ont déjà prévu le deuxième ou le troisième coup de Jarnac pour ne pas dire autrement...et puis où est le fric issu de l'augmentation phénoménale de la dette grecque depuis l'entrée dans l'euro où est-il la fameuse Troïka à la noix peut-elle le dire.
Réponse de le 06/01/2014 à 16:47 :
A priori, vous n'avez pas étudié le cas de la Lettonie... C'est Chypre, mais en "mieux"...
Réponse de le 07/01/2014 à 22:46 :
Les premiers fautifs sont Goldman Sacks et cie qui ont fait en sorte que tous les pays s'endettent . Et plus les pays s'endettent, plus ils doivent rembourser, faisant croître les profits de ces superfétatoires banquiers...
a écrit le 06/01/2014 à 15:38 :
Encore un visionnaire qui prend ses rêves pour des réalités,j'appelle visionnaire tous ces pseudo spécialistes qui n'ont pas vu venir les crises.
L'article est tout aussi biaisé que le titre
a écrit le 06/01/2014 à 15:25 :
Et Santi quitte la tribune? Non, bien sur , pas plus que la Grèce ne quitte l'Euro, on peste mais on ne quitte pas celui qui vous nourrit.
a écrit le 06/01/2014 à 15:20 :
Très juste et la France serait bien inspirée de lui emboîter le pas.
Réponse de le 06/01/2014 à 19:30 :
Sauf que la France a encore un déficit budgétaire et commercial et que contrairement a la Grèce elle a toujours besoin de trouver des fonds.
Réponse de le 07/01/2014 à 10:44 :
Si on sort de l'euro, le déficit commercial va beaucoup baisser
a écrit le 06/01/2014 à 15:05 :
L'arrivée des courses concernant cet euro de malheur pour les peuples !!! Il faudrait un peu plus de co... les de la part de nos politiques pour sortir de ce carcan !!! Mais je suis tranquille ...les peuples commencent à comprendre l'entourloupe forcée de ces européistes incompétents !!! Et bientot ...oui bientot , la fin ce cette europe en parfait déclin !!!
a écrit le 06/01/2014 à 14:53 :
LT publie toujours son article en ligne et écrit que : "Le vice-président du gouvernement grec et ministre des Affaires étrangères, Evangelos Venizelos ...a mis en garde l'Allemagne contre une sortie de la Grèce de la monnaie unique: "si la Grèce sort de la zone euro, cela peut devenir une menace pour le contribuable allemand", a-t-il dit,..." et oui DES MENACES: Mr Santi est aux antipodes de la manière que les grècques s'accrochent à l'euro...sublime..
a écrit le 06/01/2014 à 14:51 :
27% de chômage donc 2 Grecs au chômage pour 1 qui a un boulot ?
C'est bien ça qu'on appelle la logique économique ?
Réponse de le 06/01/2014 à 16:50 :
C'est, en effet, la logique actuelle. Mais ce n'est pas fini...
Réponse de le 06/01/2014 à 21:15 :
en tout ca niveau maths ca ne passe pas.... si 2/3 de la population en age de travailler est au chonage on est a 66% pas 27%...
j imagine que c est un chomeur pour 2 actifs!
Réponse de le 07/01/2014 à 1:06 :
qui sont "à la grecque"... Leurs statistiques aussi, sans parler de leur moralité !!! Ca vaut amplement la SNCM et la "corsitude"... Pour mémoire : dans les médias et les reportages où l'on peut voir les foules... il y a très très peu de maigrichons en Grèce. Ca doit être la qualité de leur alimentation... MDR
a écrit le 06/01/2014 à 13:44 :
La sortie est impossible, car la monnaie Euro existera encore. Tous les grecs continueront à faire des échanges en Euros, seule monnaie de confiance, comme le font les pays d'amérique latine en dollars. Si on annonce le changement, tous les grecs iront retirer leurs économies en Euros, ou bien les banques leur vendront des placements en Euros garantie. La sortie c'est possible macroéconomiquement sur la papier, impossible en pratique.
a écrit le 06/01/2014 à 13:30 :
Moi je me demande pourquoi on accuse l'euro? Ne devrait on pas accusé les politicare incompétent ou véreux qui ont accumulé des dettes afin d'assurer leurs réélection, ou pour obtenir des compensations de la part des gentilles banques préteuses?
a écrit le 06/01/2014 à 13:29 :
Moi je me demande pourquoi on accuse l'euro? Ne devrait on pas accusé les politicare incompétent ou véreux qui ont accumulé des dettes afin d'assurer leurs réélection, ou pour obtenir des compensations de la part des gentilles banques préteuses?
a écrit le 06/01/2014 à 12:06 :
En arrière plan, on lit que l'auteur prône un "défaut grec" ! Car "une drachme solide", avec une dette monumentale comparée au PIB, qui plus est AUGMENTEE par une possible (probable) dévaluation..., c'est un drôle de concept ! Le seul moyen serait donc, pour ce redémarrage de remettre les compteurs à zéro. Ce qui se traduirait, immanquablement, par une capacité nulle d'emprunt sur les marchés ! dont la nécessité se ferait rapidement sentir. Car la "gouvernance" grecque a toujours été "particulière"; consacrer une part délirante de son budget pour des forces armées, de façon à pouvoir contrer une annexion turque (11M d'habitants contre 75 !!!), c'est bien être "à côté de la plaque" ! Si l'Europe apporte quelque chose à a Grèce (outre quelques centaines de MMEUR) v'est surtout l'opportunité de tourner le dos à des pratiques... douteuses. Si la question (à supposer qu'on la pose au peuple (voir exemple français...)) était "Souhaitez vous vous vendre à la Chine (au Qatar, à...) ou bien continuer à être partie intégrEE de l'U.E ?"., je ne suis pas sûr qu'il préférerait la première solution...
PS oxygène: nom MASCULIN singulier
a écrit le 06/01/2014 à 11:56 :
trop de monde dans l'euro
On avait le miracl grec, le miracle irlandais, on a vu où ca a conduit. Maintenant on a le miracle polonais, et bientôt on aura le miracle letton.
Tout comme l'Europe, l'euro aurait du se limiter à quelques pays forts et homogüne, le temps de faire un gouvernement européen.
Réponse de le 06/01/2014 à 12:04 :
TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC VOUS !
Réponse de le 06/01/2014 à 12:26 :
La Pologne n'est pas dans l'euro
a écrit le 06/01/2014 à 11:41 :
La Grèce et Chypre sortiront un jour de l euro car ce sont les Balkans et ils n ont jamais fait partie de notre Europe ,ils sont un tampon avec les turcs depuis 1000 ans ,l euro est en train de réformer la grande Europe de Napoléon ,c est le cauchemar des anglais ,cela doit nous suffire à comprendre que l euro est notre avenir.
Réponse de le 06/01/2014 à 12:36 :
L'euro est l'avenir du rentier surtout... Ni du travailleur, ni du petit entrepreneur !
Réponse de le 06/01/2014 à 14:49 :
@fab les petits patrons comprennent ils qu' ils sont liés à l emploi , et non au medef ?malheureusement non , ou du moins ils ne le prouvent guére.
a écrit le 06/01/2014 à 11:39 :
Demandez donc au Grecs !!!! Ils ne sont pas idiots, loin de là. Ils savent très bien ce que cela signifierait pour leur porte-monnaie, après tous les efforts qu'ils ont fait pour conserver une monnaie solide... Il n'y a que les français, et surtout certains politico-économistes (surtout politiques), pour ne pas (vouloir) comprendre cela, mais peut-être ont-ils placés en dollars, non ?
Réponse de le 06/01/2014 à 15:48 :
après tous ces efforts pour détruire leur propre économie, il a de quoi être déçu. mais le grece sortire de l'euro ce n'est qu'une question de temps
Réponse de le 06/01/2014 à 23:58 :
En quinze ans les Grecs ont detournés vers la suisse 200Mds de dollars de faude fiscale ce petit pays au milieu de l'Europe est le cancer
du monde.......faut-il que cela continue ? à quand le boycott de la suisse?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :