La Tribune

Et pourtant la France ne coule pas !

Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi / DR
Olivier Passet, Xerfi  |   -  615  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, pourtant la France ne coule pas !

2003, c'était le célèbre essai de Nicolas Baverez sur « la France qui tombe », qui constatait la faillite économique de notre « modèle social-étatiste ».

En 2004, c'était l'époque du rapport Camdessus, qui appelait à un sursaut, stigmatisant notre préférence pour le loisir et devait servir de livre de chevet au Président Sarkozy. Puis ce fut le rapport alarmant de Michel Pébereau en 2005 qui pointait notre dynamique explosive d'endettement public.

A en croire ces avis très autorisés, c'est donc un modèle moribond et proche de la désintégration qui abordait la plus grave crise de l'après-guerre. Et pourtant, l'économie française ne s'est pas effondrée.

Tous ces ouvrages furent en leur temps surmédiatisés et abondamment critiqués aussi. Ils ont forgé ce qui constitue encore aujourd'hui l'ossature du discours « décliniste » et du bashing national et international qui envahie les médias chaque jour.

Des analyses prophétiques ?

Chacun de ces auteurs pourrait s'enorgueillir d'avoir été prophétique face aux difficultés qui ont explosées par la suite. Mais la relecture a distance de ces ouvrages est intéressante, que constate-t-on ?

  • Premièrement qu'ils appartiennent à une posture, plus morale qu'économique, récurrente au cours de l'histoire, à une longue tradition judéo-chrétienne de culpabilité face aux crises, dont l'issue ne peut être trouvée que dans le rachat par nos concitoyens de leurs fautes passées ;
  • Deuxièmement, que l'on ne trouve dans ces ouvrages aucune grille d'analyse pertinente de la crise qui allait suivre. Jamais les dérèglements de la finance et des comportements bancaires ne sont pointés du doigt. Jamais le surendettement privé n'est perçu comme un problème alors qu'il allait être le vrai ferment de la crise de solvabilité des États par la suite. Pour Camdessus, la non-tarification des chéquiers est pointée comme le problème numéro 1 de la finance. Michel Pébereau, lui, page 52 de son rapport, loue la vertu Espagnole dans la gestion de ses finances publiques. A aucun moment, l'idée d'une dette collective cachée, liée aux dérives des comportements privés n'est touchée du doigt. Jamais n'est effleurée l'idée que derrière le désendettement public apparent de certains pays, se profilent une dégradation de l'assurance des personnes, des bulles d'actif et d'activité non soutenables. En gros, l'essentiel n'est pas là.
  • Troisièmement et surtout, la focalisation exclusive sur nos faiblesses, rend a posteriori incompréhensible la relative résistance de l'économie française face à la crise.

Encore une fois, il ne s'agit pas de dénier nos problèmes

Mais les chiffres sont éloquents. Non l'économie française n'a pas eu le comportement d'un modèle au bout du rouleau. Il suffit pour s'en convaincre de regarder les évolutions cumulées de la France depuis 2008. Que voit-on ?

  • Premièrement, que le décrochage de l'activité est bien moindre que dans grands nombre d'économies. Non la France, n'est pas complètement assimilable à une économie du Sud.
  • Deuxièmement, que l'emploi a relativement bien résisté à la crise. La casse en termes de capacités humaines est moindre que dans la majorité des économies partenaires. 
  • Troisièmement, le chômage français est revenu sous la moyenne européenne. Il n'y a pas là de titre de gloire. Mais, la France faisait figure au milieu des années 2000 de cancre européen. On voit aujourd'hui que les bulles chez les autres embellissaient le tableau. Tout cela s'est normalisé aujourd'hui.


>> Plus de vidéo sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Commentaires

Blake  a écrit le 07/02/2014 à 11:34 :

"Non guilty" disaient ils au procés de Nuremberg. Nos dirigeants aussi ne se sentent responsables de rien et pourtant ceux sont les mêmes ou presque depuis 40 ans qui ont conduit le pays vers son déclin culturel, scientifique et économique, pour leurs intérêts plutôt que pour l'intérêt général. Qui va payer la note ?

NRJ2014  a écrit le 07/02/2014 à 8:33 :

Gerer un pays en augmentant les impôts c'est une preuve d'incompétence mais en plus une erreur fondamentale car cela fait fuir les talents les plus dynamiques et dissuade les autres d'entreprendre. Ce ne sont pas les inactifs et emplois fictifs qui créent la richesse mais les emplois productifs. L'histoire nous attend au tournant

gastonror  a écrit le 07/02/2014 à 8:23 :

Fluctuat nec mergitur ? L'histoire retiendra que la France en 2014, au lieu de se mettre en ordre de bataille economique s'occupait de problèmes.."sociétaux"...
Risible direz-vous ? Sauf que le temps perdu ne se ratrappe jamais

NRJ2014  a répondu le 07/02/2014 à 8:38:

ratrapper n'existe pas c'est rattraper qu'il faut écrire ; il est vrai qu'à notre époque le français est devenu une langue presque morte

Oce  a répondu le 08/02/2014 à 19:40:

Reprendre quelqu'un pour une simple faute d'orthographe me semble un peu démesuré.
Vous ne trouvez pas ?

josé  a écrit le 07/02/2014 à 7:09 :

Le French-bashing anglo saxon vise plutôt notre protection sociale qui reste le dernier très mauvais exemple pour les classes moyennes et défavorisées des autres pays. L’échec de ce modèle serait la preuve de son aberration économique. En quoi ce modèle si décrié porte t-il préjudice à leurs économies ?

mdr  a répondu le 07/02/2014 à 7:28:

Effectivement, un modèle sogial hyper-coûteux qui vit uniquement à crédit en plus...

Shangai Kid  a répondu le 09/02/2014 à 13:32:

NON , pas d'accord...le French-Bashing s'attaque à toutes les composantes de votre Culture. De la Littérature à l'économie en passant par 39-40 et Airbus.
Ne prenez pas cela à la légère...cela vous coûte 30 000 emplois par an.

cafeine  a écrit le 07/02/2014 à 2:35 :

Encore le mythe de l'exception francaise ou du malade qui se croit moins malade que son voisin. Notre modele a vecu et est en mort cerebrale depuis longtemps. Il faut le liberalizer de toute urgence.

aaa  a écrit le 06/02/2014 à 19:08 :

Ça c'est sur qu'elle ne coule pas on est dans un pays qui favorise les riches a le devenir plus en écrasant les travailleurs...

lemans  a répondu le 06/02/2014 à 20:10:

Ils devraient au contraire faire comme les travailleurs anglais qui ne jalousent pas et s'efforcent de devenit riches egalement.

Ryder1024  a répondu le 07/02/2014 à 5:01:

> Lemans.

Beau miroir aux Alouettes que vous nous décrivez ici, la quasi totalité d'entre eux resteront pauvres en essayant de devenir riche et enrichiront leurs actionnaires. Ce type de contrôle des masses a fait son temps, les gens ne sont plus dupes de ces sottises

Sixsous  a écrit le 06/02/2014 à 14:00 :

On se console de peu en disant que le décrochage est moindre que chez nos voisins, etc...
En effet, avec plus de 50% de l'économie contrôlée par l'Etat, c'est les dettes qui augmentent au lieu du chômage. Ainsi les emplois d'aujourd'hui sont protégés au détriment des emplois de demain. Faut-il s'en glorifier ?
Cet article illustre que tout le monde s'évertue à rester dans les schémas du conservatisme qui interdit de voir cette maladie fatale qu'est l'essoufflement final de la priorité industrielle et de la domination de la finance. L'un et l'autre refusent d'abandonner leur siège de conducteur... et refusent de laisser une nouvelle économie du savoir et des communications bouleverser les vieilles règles ... et refusent de voir que nous sommes déjà passés de l'économie du "plus" auquel s'accrochent tous les pouvoirs, à une économie du "meilleur" qui est déjà présent parmi les citoyens.
Décidément la pensée unique a la vie dure, la vue courte et le cuir épais que ce soit dans la louange ou la critique.

Ben  a répondu le 06/02/2014 à 22:06:

En appliquant la méthode de Xerfi qui consiste a regarder le classement de la France entre 2008 et 2013 à travers plusieurs indicateurs, on constate que l'accroissement de la dette n'est ni plus fort ni moins fort que les autres pays : la France conserve quasiment sa place (-1place)
Il n'y a donc pas une substitution entre le chômage et la dette comme vous semblez le dire, avec un chômage sui aurait augmenté comme dans les autres pays parce sur la France se serait endetté beaucoup plus que les autres.

lemans  a écrit le 06/02/2014 à 13:43 :

Elle ne peut pas couler elle est deja sous l'eau.

Paul  a écrit le 06/02/2014 à 13:15 :

On nous annonce hier une réforme fiscale d'ampleur puisque la CSG deviendrait imposable. 10 milliards de facture aux foyers français, ce n'est pas des riches dont-il s'agit. Que deviendra notre croissance? ... Fluctuat et mergitur? On est bien en perspectives négatives et on entend aussi gel des salaires pour le public. On réforme les taxis, mais pas les fonctionnaires?

Polo  a écrit le 06/02/2014 à 12:50 :

Faut être fou pour investir en France dernière terre socialiste du monde développé. Sauf si c'est pour acquérir des actifs à bon compte et éventuellement les délocaliser ensuite. La France sera punie et elle le mérite.

Les bras m en tombent !!!!!'n  a répondu le 06/02/2014 à 13:07:

Non mais franchement vous vous rendez compte de se que vous écrivez !!!!!!!!!! Acquérir des actifs a bon comptes et délocaliser ensuite !!!!! De quoi parlez vous d acheter des entreprises aidés par l argent public et partir délocaliser au Maroc ensuite !!!!!! En mettant au chômages des personnes !!!! Bravo belle mentalité enfin à mon avis a part acheter du vent vous ne faites rien d autres que blablater et vomir votre haine de la France et de son modèle sociale qui permet aux français même dans la crise de ne pas totalement tomber dans la misère comme d autres pays europeens ....Vous êtes la honte de la France !!!! Tiens ben si vous n aimez pas la France vous n avez qu a vous délocaliser ailleurs aux stages vous serez bien l'as bas pas de protection c est la liberté hein !!!!!Franchement faut partir ailleurs et arrêter de non polluer l air pauvre et pathétique être !!!!!!

Les bras m en tombent !!!!!'n  a répondu le 06/02/2014 à 18:58:

"Non mais franchement vous vous rendez compte de se que vous écrivez !!!!!!!!!! " : Les polos jouent les connaisseurs en matière d'investissement dans les entreprise. En réalité, ils luttent souvent pour que la pierre restent moins taxées que ces dernières. Au mieux, ils parlent de racket fiscal quand ils sont à nouveau aussi taxé que les jeunes célibataires (non veuf) ou que l'on ne prend plus en compte le fait qu'ils ont élevés des gamins il y a 20 ans.
Leurs enfants conspuent aussi la gauche : Ils voulaient leurs 150 000 euros par tête sans frais, tous les dix ans! Ils ont d'ailleurs ressorti les bonnets frigiens utilisés en 2007 pour fêter l'expulsion des jeunes partant les poches vides de la capitale.
"Vous êtes la honte de la France !!!!" : Ils sont pitoyables et ne se rendent pas compte qu'ils suivront le pays dans le trou. Si, si : Leurs rentes immobilières ne seront pas éternellement tenue par les APL en présence d'un alignement des revenus sur les pays les plus pauvre, de même que leurs pensions de retraite dépassant les revenus des actifs.
Patience, nous allons rire!

déni de réalité  a écrit le 06/02/2014 à 12:12 :

En réalité, ce genre d'article me font peur. Le catastrophisme et déclinisme est inutile, certes. L'éternelle relativisation de toutes évolutions inquiétantes de l'économie française ressemble à un pilotage tragique style AF; tout allait bien, jusqu'au décrochage et tout aurait pu rentrer dans l'ordre (avec des frayeurs) si les mesures pour regagner de la portance avaient été prise. Nous savons que les mesures prises étaient diamétralement opposées à cet objectif. L'économie française ne décroche pas, elle perd de sa portance, le seuil critique n'est pas atteint, donc tout est stable. Chômage en forte hausse stabilisée (ne dépassant guère le niveau espagno-grec) taux d'emploi bas, mais supérieur aux candidats du sud de l'Europe; croissance inexistante depuis 2008 (mais presque au même niveau que 2008, tandis que la GB en croissance forte, se trouve tjours à -1.5 % environ du niveau 2008); endettement non-maîtrisé, mais inférieur à certain pays. D'ailleurs le seul pays qui connait une croissance de l'endettement privé est la France ET elle est pointé du doigt! Ces accusations ont déjà eu lieu pour d'autres pays, notamment les pays de l'immobilier en "or" (Eire, Espagne, USA etc) Cela ne sert à rien, une analyse plus fine et des analyses alarmantes, datant justement du du début des années 2000 démontrent qu'il existe un problème en France qui ne dépend pas de l'activité économique mondiale et des crises en générale. Je souhaite la bienvenue à un article qui prendrait au sérieux ces rapports anciens et alarmistes et qui mesurait à quel point ils étaient justes. Maintenant la dynamique est engagé; la portance dimunie d'une manière stable. Vous pensez que cette stabilité n'est pas inquiétante? Bonne chance à tous...En sachant que le monde est injuste et peu porteur de chance pour la France...

Hugh  a écrit le 06/02/2014 à 11:32 :

Merci Monsieur de rétablir certaines vérités, n'en déplaise aux râleurs qui se roulent avec delectation dans leur petit caca!
PMI est une rigolade, investissement étranger peut varier du simple au double en fonction d'un gros investissement voir la Suisse ,moins 300% en 2013!
L'economie se regarde à long terme....pas sur qq petits indices distillé chaque jour

@Hugh  a répondu le 06/02/2014 à 12:40:

Mais oui, ça fait du bien de mener la politique de l'autruche... Après moi, le déluge !

yokikon  a écrit le 06/02/2014 à 10:57 :

Il y a une confirmation de cette appréciation : c'est l'identité de position entre les accusateurs du discours du Bourget en 2012 et les amnésiques de celui de Davos en 2010. Il doit bien y avoir une raison, non ? A moins que ce ne soit la médecine fractionnée Française au lieu de la Chinoise globale.

Sault  a écrit le 06/02/2014 à 10:04 :

Méthode Coué !

churchill  a écrit le 06/02/2014 à 9:30 :

la france ne s'est pas effondree, mais entre 2000 et 2012, l'industrie a perdu 1/3 ! c'est deja pas mal comme score ( surtout quand on sait qu'une bonne part des services se fait ... pour l'industrie!)

Paul  a écrit le 06/02/2014 à 9:28 :

Ce Monsieur devrait lire à l'endroit les courbes PMI de chez Markit ... Il y verrait que dans tous les pays de la zone euro l'indice de PMI (production industrielle) repart à la hausse (voir au-dela de 50, soit en croissance) sauf en France où l'on a atteint un plus bas depuis 2009 en novembre 2013 ... J'ai un doute sur l'objectivité de cet article ...

ULRICH  a répondu le 06/02/2014 à 9:58:

et pourquoi selon vous l'indice PMI repart dans l'Europe du sud ?

clemher  a répondu le 06/02/2014 à 10:21:

sauf qu'en 2008, l'activité s'est bien moins effondrée en France que dans pas mal d'autres pays européens, ça vous ne pouvez pas le nier, après c'est sur que quand on part de plus bas, la reprise est plus vigoureuse,
j'ai un doute sur l'objectivité de votre commentaire

Geoffroy  a répondu le 06/02/2014 à 11:53:

Sauf que l'indice PMI francais sous estime toujours l'output réalisé, les analystes lui appliquent un premium pour se faire une idee reel du nouveau d expansion de l'activité industrielle.

@ Paul  a répondu le 06/02/2014 à 12:15:

L'indice PMI repart forcément plus vite dans des pays qui ont touché le fond (Italie, Portugal, Grèce, UK) que dans des pays comme la France ou les Pays-Bas.

micheldecourtenay  a répondu le 06/02/2014 à 12:28:

Pourquoi citer l'indice de prévisions Markit de Novembre (à 47,7) et pas celui de décembre qui passe à 49,2 ? Certes le retournement vers la croissance se dessine moins vite en France , par rapport aux pays ou la baisse avait été plus sévère , mais la tendance est réelle ; à confirmer bien sur
Les prévisions des industriels d'augmenter leurs investissements de 3% en 2014 , y contribueront...

Faux !  a écrit le 06/02/2014 à 9:04 :

À part pointer les oublis d'analyse, comme l'endettement excessif, ce texte est une collection d'erreurs et de mauvaise foi. La France ne coule pas ? Demandez à tous ces français chômeurs ou en passe de l'être, à tous ceux qui voient leur pouvoir d'achat se réduire comme peau de chagrin, leur épargne fondre, l'avenir de leurs enfants s'obscurcir (c'est 50 % ou 75 % des jeunes qui souhaitent quitter le pays ?). Si on ne coule pas, c'est que nous sommes achetés petit à petit par la Chine ou le Quatar ! Et la vérité, c'est que la France a des atouts exceptionnels (position géographique, patrimoine, tourisme, quelques grandes écoles) et que l'on est en train de tout gâcher par paresse, écrasement du privé par le PS, destruction de l'école, immigration incontrôlée et que demain, ou après-demain, ce pays rejoindra les pays "émmergents" !

lachcor  a répondu le 06/02/2014 à 9:30:

Une bien jolie analyse, dommage que cela soit passé au crible de votre conservatisme de droite...avec une pointe de racisme (immigration incontrolée...), une pointe d'anti gauchisme primaire (écrasement du privé par le PS)...une pointe de conservatisme de droite réactionnaire ( destruction de l'école) et surement d'anti fonctionnaire primaire (tout gâcher par paresse...) . Au final quel est votre projet de société?

Satisafit  a répondu le 06/02/2014 à 9:31:

Bien vu, excellent.

@Faux !  a répondu le 06/02/2014 à 19:08:

"Demandez à tous ces français chômeurs ou en passe de l'être, à tous ceux qui voient leur pouvoir d'achat se réduire comme peau de chagrin, leur épargne fondre, l'avenir de leurs enfants s'obscurcir (c'est 50 % ou 75 % des jeunes qui souhaitent quitter le pays ?)." : Ceux qui se battent pour une fiscalité bien moindre sur les PV immobilière que les bénéfices des entreprises? Ceux qui se battent pour qu'on aient le droit de leur louer une cave à 700 euros? Ceux qui se battent pour creuser un peu plus la dette au profit des retraités dont les pensions sont indexées sur l'inflation quand les revenus ne suivent plus? Ceux qui se battent pour donner 150 000 euros tous les 10 ans à chacun de leurs enfants sans frais?
"que l'on est en train de tout gâcher par paresse, écrasement du privé par le PS, destruction de l'école, immigration incontrôlée" : Vous tentez de faire diversion, mais ça ne prend que chez les naïfs... L'immigration incontrôlée est là pour que les salariés du bâtiment ne puissent pas négocier 1500 euros! La destruction de l'école est dans votre tête : Vos gamins se croient bien souvent à l'abris du "travail" et attendent les cours particuliers. "écrasement du privé par le PS" : Quand vous payerez ce que vous pouvez payer, vous nous en reparlerez!

MDR  a écrit le 06/02/2014 à 8:53 :

Chute de 77 % des investissements étrangers en France en 2013. Mais oui, tout va bien ! Quant à ceux qui critiquent, ce ne sont que d'affreux"judéo-chrétiens". Ah la la ! Une analyse à deux balles véritablement inintéressante, d'un monsieur qui, lui, doit se prendre pour quelqu'un de très intelligent !

lachcor  a répondu le 06/02/2014 à 9:46:

On ne sait quoi répondre tant ce commentaire est à "un balle"

clemher  a répondu le 06/02/2014 à 10:25:

Sauf que ces chiffres ne reflètent pas la réalité (si vous les connaissez un peu); pour preuve les -93% de l’Allemagne il y a quelques années. Ces chiffres seront révisés dans quelques mois, il est très dur d'avoir de bons chiffres sur les IDE, vous devriez le savoir.

Gilles1  a écrit le 06/02/2014 à 8:39 :

Tout va bien. il faut encore recruter des fonctionnaires !

MATT  a répondu le 06/02/2014 à 10:00:

Qu 'est ce que vous feriez vous? vous supprimerez des fonctionnaires pour faire exploser le chomage comme dans l'Europe du sud?

clemher  a répondu le 06/02/2014 à 10:22:

est ce qui est dit dans l'article ?
Il nous invite juste à une analyse plus fine et moins idéologique de l'actualité macro, saurez vous le faire ?

Hydargos  a répondu le 06/02/2014 à 11:19:

Les fonctionnaires, toujours les fonctionnaires....
Avez vous pensé un instant ou passe le salaire des fonctionnaires. Ils le mettent pas dans des paradis fiscaux; les fonctionnaires consomment, payent des impôts et font travailler nombre d'entreprises et d'artisans qui sont bien heureux de les avoir comme clients.

@ Hydragos  a répondu le 06/02/2014 à 12:42:

Oui, les fonctionnaires consomment surtout des produits de basses qualités d'importation chinoise. Voilà qui devrait rebooster notre économie. Sans compter que les fonctionnaires doivent bien être payés par les créateurs de richesse, qui, eux, deviennent de plus en plus rares. Votre raisonnement est donc parfaitement stupide.

@Gilles1  a répondu le 06/02/2014 à 19:18:

"il faut encore recruter des fonctionnaires ! "... Non, il faut continuer comme au bon vieux temps : On laisse les "vieux" fonctionnaires en paix en haut des échellons, mais quand ils partent, on laisse deux fois moins d'opportunité aux jeunes d'avoir un emploi stable. Avec un peu de chance, les jeunes qui ont ratté le concours ont droit à un CDD pendant que papi pleurniche l'indexation de sa pension sur l'inflation et le droit de lui piquer 700 euros pour un studio!
Seuls les jeunes trinquent, la majorité électorale formée par les moins jeunes est l'abris : La gérontocratie survit et c'est l'essentiel car c'est la Silver Economy qui va nous sauver! Il est préférable taxer les actifs pour maintenir le niveau de vie des innactifs à l'idée de payer des fonctionnaires!