Traité transatlantique : le plus gros risque serait de ne pas conclure

 |   |  2217  mots
Vincent Champain, Observatoire du long terme
Vincent Champain, Observatoire du long terme (Crédits : Reuters)
Le traité transatlantique sera synonyme de croissance des échanges entre l'Europe et les Etats-Unis, et donc de revenu supplémentaire pour les Européens. Un levier considérable pour sortir de la crise. Par Vincent Champain, Tanguy Marziou et l'ensemble des membres du groupe « Mondialisation » de l'Observatoire du Long Terme (http://longterme.org)

 La négociation commerciale actuellement engagée sous le nom de TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership) ou TAFTA (Transatlantic Free Trade Area) est un processus complexe. Il porte en effet sur des droits de douanes et des normes techniques qui concernent un grand nombre de secteurs et il va impliquer jusqu'à sa mise en œuvre de nombreuses parties prenantes (négociateurs, parlements, ongs, représentants sectoriels,...). Comme toute négociation, celle-ci comprend des points sur lesquels Français ou Européens peuvent souhaiter des avancées ou des garanties, par exemple le rejet des viandes aux hormones (déjà assuré), ou la prise en compte des sensibilités propres au secteur de l'élevage français… Insister sur l'importance de ces points et mobiliser ses élus (notamment européens puisque le traité sera soumis à leur vote) est tout à fait souhaitable. Mais cette attention portée aux différentes composantes de cet accord ne doit pas, à l'inverse, priver les citoyens européens d'une vision équilibrée sur l'ensemble de cet accord (portant sur les risques, mais aussi les opportunités), ni masquer ce que perdraient entreprises et consommateurs si le projet n'aboutissait pas.

Des enjeux économiques et stratégiques

L'objet de la négociation est double : d'abord, simplifier les échanges (baisse des droits de douane, rapprochement des normes techniques - par exemple, la longueur du câble requise pour vendre un frigo est différente en Europe et aux Etats-Unis), ensuite, accélérer les investissements (en abaissant le coût des transferts de fonds, ou en simplifiant les investissements européens aux Etats-Unis, et vice-versa). Les premiers bénéficiaires de cet accord seront les PME qui sont actuellement freinées dans leur développement à l'export, faute de moyens pour réaliser les procédures de mise sur le marché simultanément en Europe et aux Etats-Unis.

Tirer vers le haut de gamme le commerce mondial

Les plus grandes entreprises gagneront également (leurs échanges entre filières sont pénalisés par des droits de douane qui font doublon), mais étant par définition déjà fortement implantées sur chaque continent, elles sont déjà fortement impliquées dans le commerce transatlantique. Un tel accord donnera également à l'Europe un avantage dans la « guerre des normes ». En effet, il permettra de définir des standards communs à 800 millions de consommateurs (300 aux Etats-Unis, 500 en Europe), et ainsi de « tirer vers le haut » le commerce mondial en poussant les produits « haut de gamme », les seuls sur lesquels les européens peuvent la plupart du temps être compétitifs. Cette stratégie industrielle « de montée en gamme » est clef pour l'Europe, car elle a tout à gagner à ce que le commerce mondial se développe autour de produits « haut de gamme » qui limitent la concurrence avec des pays à bas coûts.

100 milliards de dollars de bénéfices économiques pour l'Europe

Dans un tel accord, les bénéfices économiques sont estimés à environ 100 milliards de dollars pour l'Europe, soit 300 à 500 euros annuels par famille [1]. Les entreprises qui auront de nouveaux marchés à l'export pourront recruter plus et distribuer des revenus supplémentaires. Les consommateurs achèteront à meilleur prix des produits actuellement moins chers aux Etats-Unis : en effet, une fois les marchés unifiés par des normes communes, il deviendra très difficile de pratiquer des écarts de prix aussi élevés que ceux que chacun peut constater en se rendant aux Etats-Unis et en comparant le prix des jeans ou de l'électronique. Chacun a en tête les bénéfices liés à l'harmonisation des chargeurs de téléphones portables, et l'intérêt de ne plus avoir des dizaines de chargeurs différents : l'harmonisation des normes, c'est aussi cela !

Ajoutons que l'export représente le principal levier de croissance à moyen terme, le secteur public réduisant ses dépenses et les consommateurs français ayant les perspectives d'évolution de leur consommation les plus basses depuis 40 ans. Or la croissance américaine sera durablement supérieure pour des raisons notamment démographiques: mécaniquement, leur demande soutiendra l'activité en Europe plus que l'inverse.

Négocier sans naïveté, mais sans paranoïa

Le traité n'existe pas encore, il fait actuellement l'objet de négociations qui se poursuivront encore deux ou trois ans. La négociation est menée côté européen, par une équipe de négociateurs de la Commission européenne, sur la base d'un mandat [2] validé par les États membres. Son objectif est d'obtenir le meilleur accord possible autant du point de vue économique (croissance, emplois et protection des secteurs sensibles) que du point de vue politique (l'accord fera l'objet d'un vote de la part du Conseil, du Parlement Européen et de Parlements nationaux, le texte qui leur sera fourni devra donc être politiquement suffisamment bon pour être voté).

Quel est le rapport de force?

De par l'existence de cette longue phase de négociation, le contenu de ces négociation pose beaucoup de questions :

Quel est le rapport de force ? L'Union Européenne pèse 16.400 milliards de dollars de PIB et possède 500 millions de consommateurs, contre 15.700 milliards de PIB et 300 millions de consommateurs pour les Etats-Unis. Par ailleurs, la balance commerciale entre ces deux zones est excédentaire de 125 milliards de dollars en faveur de l'Europe. Enfin, s'il est vrai que l'Union comporte 28 États, les Etats-Unis comportent également 50 États dont les attentes sont au moins aussi variées que celles des États européens (high-tech pour certains, agricoles pour d'autres).

Au poker, on n'annonce pas ses coups et l'ensemble de ses cartes

Ces discussions sont-elles secrètes ? Tout texte (même un simple projet de directive) soumis au parlement contient une phase de consultation (où les avis sont recueillis), suivi d'un travail administratif (qui fait l'objet de peu de communication, quel que soit le texte) puis d'un vote (qui est public, et lors duquel chacun peut saisir son représentant). Dans le cadre du TTIP, la négociation avec les Etats-Unis constitue l'essentiel du travail administratif. Par ailleurs, il s'agit d'une négociation, ce qui impose un minimum de secret - même si l'on joue au poker en équipe, annoncer à la cantonade à l'avance des coups et l'ensemble de ses cartes n'aidera pas à faire la meilleure partie possible.

Quelles sont les garanties démocratiques du processus de négociation ? Cette négociation a fait l'objet d'un mandat (amendé puis validé par les Etats membres, disponible sur internet[ 3]) et d'auditions nationales et européennes (celle qui a eu lieu en janvier à Bruxelles a réuni 200 participants dont 40 ONG). L'accord ne sera applicable qu'avec l'accord des 28 gouvernements et un débat, suivi d'un vote en session plénière du parlement européen. Les Parlements nationaux auront également l'opportunité de se saisir du texte dans le cadre de la procédure de ratification. Les associations, notamment celles représentant les consommateurs, ont exprimé certaines inquiétudes ; le processus, à leur demande, a été adapté pour leur donner une plus grande part - ce qui est une excellente chose. Ainsi, la Commission européenne a notamment créé un Groupe Consultatif composé de 14 experts, dont plus d'un tiers sont issus de la société civile et des syndicats.

 Processus de discussion et de mise en place du TTIP

L'accord offre-t-il aux multinationales la possibilité de poursuivre arbitrairement les États ? Ce qui est en cause sur ce point, ce sont les projets de clause de protection des investisseurs. Pour attirer les investissements, donc les emplois, il est préférable de garantir les investisseurs contre les risques d'expropriation ou de traitement discriminatoire. Les modalités de cette protection sont un point qui fait débat, certains y voyant le risque que les Etats perdent leur souveraineté en étant soumis à des cours arbitrales par des entreprises étrangères.

Ce scenario semble peu réaliste : l'Allemagne a déjà exprimé qu'elle exercerait son véto si ces modalités ouvraient « la possibilité que des réglementations destinées à la protection de l'intérêt public (...) soient annulées ou contournées [4]», et la France a tenu une position similaire. Notons par ailleurs que des dispositifs de protection des investisseurs sont déjà en application dans les 1400 accords conclus par les Etats membres, ce qui n'a pas empêché les gouvernements de légiférer librement. Il s'agit donc d'un point qui mérite évidemment l'attention, mais qui ne justifierait pas d'abandonner les négociations, compte tenu des positions fermes tenues par l'Allemagne ou la France. La Commission Européenne a d'ailleurs pris en compte les inquiétudes des européens, en ouvrant le mois dernier une consultation publique à ce sujet.

 

Respecter les préférences des consommateurs

L'accord présente-t-il des risques pour la santé publique ? Relativisons d'abord les enjeux : aucun des nombreux européens qui se rendent aux États-Unis pour leurs vacances ou leur travail ne considérera que c'est une zone dangereuse. Personne ne s'est senti en danger dans un restaurant en Amérique. En revanche, frustré devant le faible choix de fromages ou de vins, sans doute ! Et c'est justement pour cela que le projet de partenariat transatlantique se fixe pour objet de respecter les « préférences » des consommateurs. Ainsi, les négociateurs prennent en compte le fait que les européens ne souhaitent pas de bœuf aux hormones, et que les américains de leur côté ne souhaitent pas forcément de foie gras issu d'une pratique de gavage intensive. La Commission a ainsi clairement expliqué qu'elle ne modifierait pas sa législation relative aux OGM dans le cadre de cette négociation. Là encore, il faut attendre le résultat des négociations pour se prononcer. Si le débat démocratique doit permettre de pointer les zones de risques - en revanche celles-ci ne doivent pas être exagérées non plus.

Ce n'est pas la distance entre production et consommation qui compte, mais l'empreinte Co2

La logique de l'accord ne va-t-elle pas à l'encontre des objectifs de développement durable ? Certains s'inquiètent en effet de voir les circuits courts menacés au bénéfice d'importations de denrées transatlantiques. Cette question est en fait plus complexe qu'il n'y parait : pour le climat, il vaut mieux par exemple consommer des tomates venues par bateau du Maroc mais cultivée au soleil, que des tomates sous serres chauffées acheminées par brouette. Ce n'est donc pas tant l'écart entre le lieu de consommation et de production qui compte, mais l'empreinte CO2. Sous cet angle, le bon combat est celui pour un prix du CO2 plus élevé en Europe et dans le reste du monde, et c'est l'objet du sommet mondial sur le climat de Paris en 2015. Notons par ailleurs que l'Europe et les Etats-Unis pourront avec le TTIP échanger davantage de produits et technologies qui contribueront à améliorer l'efficacité énergétique.

 Le plus gros risque : passer à côté d'un accord

S'agit-il au final d'une solution à tous de nos problèmes économiques ? Évidemment non. A l'inverse, ce serait un mauvais calcul de minimiser les gains de l'accord -ils sont d'une centaine de milliards de revenus supplémentaires par an. On peut relativiser ces gains (0,3 à 0,5 % du revenu européen), mais 300 à 500 euros de pouvoir d'achat annuel supplémentaire par famille ne sont pas non plus à négliger. A l'heure où les européens s'inquiètent de la perte de revenu liée au chômage, des hausses de coûts liés à la transition énergétique, et où les finances publiques n'ont plus de marges pour répondre à ces besoins par l'endettement, l'Europe ne dispose pas d'autre levier apportant un bénéfice comparable. Poussée à son extrême, la logique visant à rejeter le commerce international coûterait d'ailleurs très cher aux français - de 1200 à 3600 euros/an [5] pour chaque ménage.

Certes, le bénéfice exact dépendra de l'issue de la négociation : plus le partenariat aidera l'Europe et les Etats-Unis à « gagner la guerre des normes », plus il permettra de développer les échanges dans les secteurs bénéfiques aux Européens, plus il gérera de façon progressive et mesurée l'augmentation transitoire de la concurrence dans les secteurs sensibles, et plus les bénéfices à long terme seront grands pour les français. Il est à la fois nécessaire et important d'écouter les voix - ONG, experts, représentants sectoriels - qui pointent des améliorations possibles. Mais il est également important de garder une vision d'ensemble, et de veiller à ce que ce débat serve à obtenir un traité aussi favorable que possible à nos entreprises exportatrices et aux consommateurs, et aussi respectueux que possible de nos « préférences », tout en veillant à ne pas bloquer la négociation. En effet, pour la grande majorité des français, le plus gros risque serait de passer à côté de cet accord.

 

 Vincent Champain, Tanguy Marziou et l'ensemble des membres du groupe « Mondialisation » de l'Observatoire du Long Terme (http://longterme.org)

[1][1] http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2013/march/tradoc_150737.pdf

 [2]    [2] Traduction en français disponible ici : http://www.contrelacour.fr/marche-transatlantique-le-mandat-definitif-de-negociation-de-la-commission-europeenne-traduit-en-francais/

[3]    http://www.contrelacour.fr/marche-transatlantique-le-mandat-definitif-de-negociation-de-la-commission-europeenne-traduit-en-francais/

[4] Courrier du 26 Mars de Sigmar Gabriel, ministre allemand de l'Economie à Karel de Gucht.

[5]     Cf « Not made in France », http://www.cepii.fr/PDF_PUB/lettre/2013/let333.pdf

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2016 à 13:53 :
Le TAFTA est déjà mort.

En 2016, il n'y a plus guère que les derniers talibans de l'idéologie néolibérale, comme Vincent CHAMPAIN, pour continuer à essayer de vendre ce zombie.
a écrit le 10/07/2014 à 19:21 :
Foutage de gueule !!
Il y a 20 ans, on tenait le même discours sur l'Union Européenne. Résultat: nivellement par le bas ! Notre avenir naturel, c'est de nous rapprocher de la Russie !!!!!
a écrit le 19/05/2014 à 13:11 :
Il est en effet temps de conclure qu'il faut le rejeter. Voyez, par exemple, les procès faits ou en cours par les US au Canada, qui a signé un "accord" similaire, vous ne serez pas déçus. US GO HOME.
a écrit le 05/05/2014 à 15:24 :
A la lecture des commentaires, je m'étonne des positions aussi tranchées adoptées par certains lecteurs de cet article.

En effet la simplification des échanges, notamment au travers d'une unification des normes techniques et la facilitation des investissements américains, en Europe me semblent utile tant aux entreprises qu'aux consommateurs français.

De plus, pour avoir eu l'occasion de vivre en Amérique du Nord, je considère effectivement utile de diminuer les écarts des prix entre les États-Unis et la France sur les mêmes produits.

L'article rappelle aussi que les négociations sont encore en cours et qu'elle s'inscrit (là encore) dans un processus démocratique puisque « l'accord fera l'objet d'un vote de la part du Conseil, du Parlement Européen et de Parlements nationaux ». On peut donc imaginer que cet accord ne sera pas forcément synonyme du « port d'arme » ou de « bouffe pour obèse ».
Réponse de le 10/07/2014 à 19:23 :
C'est vrai !! baisser le prix des Jeans et de l'électronique est essentiel à notre bonheur !!
a écrit le 28/04/2014 à 19:31 :
100 milliards de "bénéfices à l'échelle européenne" c'est une goutte d'eau. 100 milliards pour se lier avec les américains dans un partenariat aux dés pipés, c'est cher payé le way of life américain cocaïsé, macdonaldisé, précarisé. US GO HOME.
a écrit le 28/04/2014 à 17:57 :
Ce traite sera synonyme de chomage ,de greves , de manifestations de boycottes des produit US .Oui les francais ne veulent pas des ogm du gaz de schiste des poulets a la javel du port des armes de la bouffe pour obese des etudes a 50 000euros de l'absence de soins pour les pauvres et de la torture sur chaise electrique,alors us go home et mr Champain retourner dans un livre de Bret easton ellis vous ressemblez au heros d'American psycho!
a écrit le 28/04/2014 à 17:41 :
A quoi peut servir ce traité transatlantique ? Les taxes douanières sont déjà basses entre ces deux pôles du système-monde. Peut-être à vendre aux Européens des produits conçus aux Etats-Unis mais fabriqués en Asie du sud ou Asie de l'est.
a écrit le 28/04/2014 à 16:40 :
Ce serait drôle si c'était pas aussi grave...

J'espère que l'ami Vincent Champain lira les commentaires de cette page : Et non, vous ne vous êtes pas trompé de journal, vous n'êtes pas sur un site d'extrême gauche et c'est bien latribune.fr. Imaginez donc ce qui se profile si vous et vos amis banquiers vous vous essayiez de passer en force!
Réponse de le 29/04/2014 à 8:10 :
Chacun à le droit à son opinion. C'est un sujet difficile, et souvent mal compris. L'objectif était d'apporter des éléments sur des points mals compris (notamment l'ISDS).
a écrit le 28/04/2014 à 16:40 :
Ce serait drôle si c'était pas aussi grave...

J'espère que l'ami Vincent Champain lira les commentaires de cette page : Et non, vous ne vous êtes pas trompé de journal, vous n'êtes pas sur un site d'extrême gauche et c'est bien latribune.fr. Imaginez donc ce qui se profile si vous et vos amis banquiers vous vous essayiez de passer en force!
a écrit le 28/04/2014 à 15:53 :
C'est drôle depuis 1974 les états occidentaux n'ont eu de cesse de libéraliser les échanges, et en pratique on ne cesse de constater un ralentissement de la croissance chez tous les pays développés. Un ralentissement couplé à une inflation des dettes publiques et privées ainsi qu'à une explosion des déséquilibres commerciaux qui provoque des crises à répétition. Est-ce que les idéologues du libre-échange peuvent enfin regarder les faits en face et admettre une fois pour tout que la libéralisation du commerce n'est pas une bonne chose. Casser le salariat en favorisant systématiquement les couts les plus bas de production a mis l'occident dans une situation dramatique d'incapacité industrielle et productive. La crise actuelle est une crise de la demande, il n'y a plus de consommateurs pour acheter en quantité suffisante puisque l'on a cassé volontairement la rétribution salariale par le libre-échange depuis 40 ans. Comme les limites de l'endettement sont atteintes aux USA et en Europe il n'y a plus personne pour consommer à crédit. Le résultat est une déflation planétaire. Et l'analyste à deux balles qui vient de pondre ce texte nous explique doctement que ce fabuleux traité va comme par magie permettre d'accélérer la croissance qu'elle blague. L'UE et son chômage de masse et les USA et leurs déficits commerciaux sont devenus les trous noirs de l'économie mondiale. Je ne vois pas en quoi la libéralisation des échanges entre deux zones mourantes accélèrera la croissance de quoi que ce soit.
Réponse de le 28/04/2014 à 16:42 :
Malheureusement non les idéologues sont payés par ceux qui engrangent le plus . Que vous ou vos enfants souffrent ils s en tapent. Vive le libéralisme voila leur slogan , la régulation est pour eux une atteinte à la liberté .
Réponse de le 28/04/2014 à 18:04 :
Vous n'avez pas compris ? Quand ces gens-là parlent de croissance, ils pensent au 1% les plus riches ; La croissance, elle est pour eux ! Les 85 personnes les plus riches du monde possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres et comme ça ne leur suffit pas, ils veulent autant que ce que possèdent les 3,5 milliards restants. Avec le GMTA, ils y arriveront certainement et peu importe si ça doit faire crever la moitié de la planète !
a écrit le 28/04/2014 à 15:21 :
Je suis surpris de la lucidité des commentaires ... Aucun n'a du faire l'ENA !
Réponse de le 28/04/2014 à 17:49 :
Comme quoi, en France, beaucoup de personnes commencent à cogiter sérieusement sur ce que l'on essaie de leur faire "avaler" !
a écrit le 28/04/2014 à 14:59 :
on nous avait promis la prospérité et le plein emploi avec l'euro. Nous n'avons pas besoin de ce traité comme nous avons le plein emploi et la prospérité avec l'euro.
a écrit le 28/04/2014 à 14:10 :
Les US tomberont aussi bas que leur destin, mais en élargissant le trou en nous emmenant avec eux ils pourront nous marcher dessus pour remonter.
a écrit le 28/04/2014 à 14:01 :
Sur la photo il a l air content de lui . Cet article y contribue peut être .
a écrit le 28/04/2014 à 13:28 :
L'UE est le cheval de Troie de ce TTIP...une seule solution pour ne pas finir comme un pays du tiers monde: sortir de l'UE !

Aux européennes, L'UPR se présente et propose de sortir juridiquement de l'UE via l'article 50 du TUE.
a écrit le 28/04/2014 à 12:52 :
Je cite" pour le climat, il vaut mieux par exemple consommer des tomates venues par bateau du Maroc mais cultivée au soleil, que des tomates sous serres chauffées "
Faux,Pour le climat il vaut mieux consommer des tomates a la saison ou pousse naturellement les tomates.Pas de serres,pas de transport.
Réponse de le 28/04/2014 à 17:50 :
exact
a écrit le 28/04/2014 à 12:36 :
Si le traité est si bien et si bénéfique, pourquoi ne pas le soumettre au vote et à un referendum???????
Les gens jugeront et voteront pour TAFTA à 90%!
Réponse de le 28/04/2014 à 13:30 :
Souvenez vous, en 2005 il y a eu un référendum en France...tout comme en Hollande d'ailleurs.

Vous connaissez la suite...La démocratie, c'est finit !
Réponse de le 10/07/2014 à 19:28 :
Surtout pas de réferendum ? les gens ne comprennent rien !! laissez nos élites décider pour nous !!
a écrit le 28/04/2014 à 12:32 :
Le système est une escroquerie !!!

Commençons déjà par voter pour des partis qui refusent ce traité et l'ordre établi (sans faire de politique!!). Nous sommes tous les esclaves de nos dirigeants qui ne nous considèrent que comme des pions de monopoly (pour être gentil).
a écrit le 28/04/2014 à 12:30 :
Les 300 à 500 euros en moyenne par foyer se traduiront (s'ils se concrétisent) par des millions pour quelques uns et la perte d'emploi pour des milliers de manants.
a écrit le 28/04/2014 à 12:27 :
Les thuriféraires de l'Empire du Capital mondialisé esaient de camoufler les phases successives de a onquête de la planète entière par la haute hiérarchie financière. La Commission européenne mise en place pour faciliter le regroupement mondial des capitaux encore nationaux, signera des deux mains tout accord d'assujétissement de l'ensemble européen à la domination de la haute finance mondialisée. Cette contradiction au sein du dispositif n'exclut pas une plus grande antinomie avec les pays émergents du BRICS...Un conflit armé pourrait intervenir avant longtemps ...( 5 ans ?)
a écrit le 28/04/2014 à 12:27 :
Escroquerie !!!!! C'est pour la mise au pas des européens pour "le nouvel ordre mondial" au final retour en arrière de trois siècle et esclavage pour tous, pour le bénéfice de vos maîtres.Ce traité, ça fait des années que j'en attends parler, mais bien sûr par par nos merdias. Et celui ci fait une apparition depuis seulement quelque mois. Bien sûr négocié en secret par des gens qui n'ont aucune légitimité (non élus) de façon confidentielle (on n'a pas le droit de savoir quelle sont les négociations) sauf pour le lobbies !!!!!!!
a écrit le 28/04/2014 à 12:24 :
Nous aimerions tous savoir quels sont les produits et services dont il faut liberaliser les echanges .Dans le domaine industriel ,personnellement je n'en vois aucun et on peut trouver en europe des produits americains trés variés sans qu'ils soient taxés.De plus chaque pays peut participer aux appels d'offres des deux cotés de l'Atlantique, l'affaire des avions ravitailleurs l'a montré meme si il faut pas trop se faire d'illusion là dessus surtout quand de gros interets économiques americains sont en jeux .On ne peut pas dire la meme chose de certains pays européens qui achetent deliberement du materiel militaire americain alors qu'il y a l'équivalent en Europe.N'oublions pas que les produits sont importés/exportés hors TVA c'est la TVA du pays importateur qui s'applique .Là ou le bas blesse et on l'a tous compris c'est sur certains produits agricoles.Ca a commence par le bœuf aux hormones que les americains voulaient nous vendre .On comprend bien qu'avec leur troupeaux immenses ils pouvaient venir casser les prix en europe et ruiner nos producteurs .Il en va de meme des poulets javelisés engraissés avec leur mais pas cher ,et des OGM.La France s’arque boute contre ces produits les autres pays européens sont plus divisés.Ce refus français bien comprehensible pour notre agriculture a amené des sanctions americaines sur forme de surtaxes sur des produits comme le vin ,les fromages ou le foie gras.Il est sur que les americains viennent faire le forcing sur leurs produits agricoles connaissant la faiblesse structurelle de certains produits agricoles français.C'est la France et ses interets qui est bel et bien visée par ces futurs accords .Le pro americanisme ambiant en France va etre mis à l'épreuve et meme si il faut pas melanger tous les dossiers, l'insistance louche des americains à prendre des sanctions contre les russes pour pouvoir par la suite prendre notre place est évident .De meme l'amerique peut mettre insidieusement dans la balance l'appuie logistique qu'elle apporte à la France en Afrique de l'ouest aux coeur de nos interets dans cette region .Attendons de voir quels serront les renoncements.....
a écrit le 28/04/2014 à 12:08 :
IL FAUT FAIRE UN REFERENDUM ET RESPECTER CETTE FOIS L4AVIS DU PEUPLE PAS COMME EN 2005
a écrit le 28/04/2014 à 11:58 :
le traité transatlantique est une escroquerie.
a écrit le 28/04/2014 à 11:29 :
Ce traité est bien sûr dangereux pour la France. La France n'est pas suffisamment prête pour la mondialisation. On ne peut pas ouvrir les frontières avec 5,5 millions de fonctionnaires qui ne créent aucune richesse. Nous devons revenir aux projets de l'après-guerre, aller par étapes, reconstruire une petite UE avec l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Portugal mais sans la GB, afin que nous dirigions l'Europe ! Avec Barroso, Barnier, etc .. les anglo-saxons ont pu imposer un marché de façon à diriger l'Europe via le monde financier.
Nous devons remettre des frontières sur cette nouvelle UE, revoir l'immigration : il faut peu d'immigration, fondée sur les compétences, pas une immigration massive due à Chirac.
Nous n'avons plus le choix sinon la France va disparaitre. Nous devons avec l'Allemagne recréer une armée puissante de façon que les troupes US quittent l'Europe. Nous devons commencer à construire une vraie puissance et non un marché ! Nous devons renforcer nos joyaux technologiques : voyez où est est une des plus grandes entreprises technologique du monde qu'était Alcatel ! Et Astolm ? danger !
Il nous faut de vrais dirigeants en France et non des énarques incapables, qui nous ont mis dans le bazar depuis 40 ans. Sans compter les banquiers (ou Monet) comme Pompidou qui fait rentrer la GB dans l'UE et intégre l'Otan ! La trahison parfaite du projet français de la libération.
a écrit le 28/04/2014 à 11:23 :
Article "café du commerce", se contentant de compiler des infos disparates. Pas d'analyse critique, aucune mise en perspective. Un journalisme de qualité médiocre.
Réponse de le 28/04/2014 à 12:59 :
C'est un représentant des lobbies pro- multinationales qui a écrit cet article.C'est un article sur commande qui ment sur toute la ligne.L'effet sur la croissance économique sera proche de 0. L'article dit que des mensonges!.
a écrit le 28/04/2014 à 11:18 :
L'Europe n'a rien à gagner et tout à perdre à signer cet accord de vassalisation. La France, encore plus à perdre. Un jour le peuple prendra conscience de vos félonies ! Vivement le retour à notre souveraineté nationale !
a écrit le 28/04/2014 à 11:16 :
Le plus gros risque : SIGNER cet accord.
Rien que pour le problème des brevets.
Cet accord ne mene a rien , sauf a etre sous occupation définitive des américains.
a écrit le 28/04/2014 à 11:07 :
On voit bien que tout n'est pas gagné mais mercipources informations qui changent des tableaux catastrophistes ou angéliques viviers jusqu a présent. Pourquoi le gouvernement ne nous explique rien ?
a écrit le 28/04/2014 à 10:41 :
Tout ce que vous dites est faux :seuls 0,5 points de croissance pour l'Europe seront gagnés par ce traité, et ceci au profit de l'Allemagne qui pourra exporter ses automobiles aux USA grâce à des normes à minima.
Réponse de le 28/04/2014 à 19:52 :
Je n'aurais pas dit mieux, le seul bénéficiaire du traité sera l'Allemagne avec l'automobile. La France, de son coté, ne gagnera rien et aura tout à y perdre ...
Autant dire que si ce traité devait être conclu, on signerait notre arrêt de mort en ce qui concerne l'industrie (ce qu'il en reste), l'agriculture et la recherche (brevet).
a écrit le 28/04/2014 à 10:40 :
S'il s'agit de "gagner la guerre des normes" pourquoi pas, mais là il s'agit d'un projet beaucoup plus large et qui remet en cause les législations nationales et européennes pour s'ouvrir aux lobbies américains et leur laisser le même liberté qu'aux USA. Les tribunaux compétents seront alors au dessus des législations nationales et européennes. Pourquoi ne as parler de cela ? La France, qui aujourd'hui se protège des OGM par sa législation nationale devra s'agenouiller devant un tribunal international.
a écrit le 28/04/2014 à 10:35 :
le plus gros risque serait de passer à coté d'un accord ? c'est une blague ? d'abord un accord peut être déséquilibré et ensuite on ne fera croire à personne que si il n'y a pas accord aujourd'hui il ne pourra se faire demain !
a écrit le 28/04/2014 à 10:34 :
Cet argumentaire en faveur de l'accord laisse de côté l'essentiel : la politique agricole commune, la protection des données (!!), les droits d'auteur, en particulier dans l'audiovisuel, la protection sanitaire, en particulier sur les produits chimiques, la protection d'origine géographique pour les produits agroalimentaires, les brevets sur le vivant, etc. Par ailleurs elle entérine l'abandon de l'OMC au profit des accords bilatéraux, chers aux USA. Ne serait ce que cette orientation, qui adopte la ligne américaine, n'est même pas expliquée. Pourquoi tant d'empressement à abandonner la souveraineté européenne ? pour 70 Milliards ?
Réponse de le 10/07/2014 à 19:33 :
Vous ne comprenez rien !! l'essentiel est de faire baisser le prix des jeans et des iphones !!!
a écrit le 28/04/2014 à 10:08 :
On voit bien que tout n'est pas gagné mais mercipources informations qui changent des tableaux catastrophistes ou angéliques viviers jusqu a présent. Pourquoi le gouvernement ne nous explique rien ?
a écrit le 28/04/2014 à 9:51 :
Le peu ayant fuité de ce traité montre bien que nous serons perdants. Soit, comme d'habitude face aux US.
a écrit le 28/04/2014 à 9:19 :
100 milliards de USD = 70 milliards d'Euros. Rapporté à l'échelle de l'Europe, ce n'est rien du tout. Autant dire que le deal pourrait être perdant pour nous. Ce que ce traité va faire c'est nous mettre via les USA encore plus directement en concurrence avec les pays du continent américain (mexique smic= 43 USD) et ouvrir le marché européens aux agriculteurs et éleveurs OGM et chimiques.

S'il n'était pas aussi intéréssant, Obama ne serait pas aussi acharné à voir ce traité signé au plus vite.
a écrit le 28/04/2014 à 9:15 :
Vincent Champain est le PDG de General Electric France, après avois bossé pour MC Kinsey...
Autrement dit, un type tout à fait indépendant.
Réponse de le 28/04/2014 à 9:20 :
Au moins il sait de quoi il parle. Après à chacun de se faire son idée...
Réponse de le 28/04/2014 à 13:48 :
je ne suis pas sûr qu'il sache de quoi il parle, mais nous on sait d'où il parle
a écrit le 28/04/2014 à 9:13 :
Ce traité est simplement un pas de plus vers le gouvernement mondial et la fin des nations.
Qui dit gouvernement mondial, dit contrôle absolu des citoyens par une petite élite placée tout en haut de la pyramide.
Quant à la croissance qui doit en découler, on a déja donné avec le traité de Maastricht puis celui de Lisbonne, ainsi qu'avec l'Euro...
a écrit le 28/04/2014 à 8:29 :
Le TTIP nous obligera a harmoniser nos normes sociales et sanitaires sur celle des états unis.

un exemple:
Le chômage au USA est de 6 mois, contre 24 en France. dans quel sens pensez vous qu'ils vont harmoniser cela ? certainement pas a notre avantage
Même chose pour le remboursement des médicaments et de la sécurité sociale.
Flexibilité du travail: t'es pas content tu te tait et tu dégage.
baisse des salaires "pour assurer la compétitivité" avec nos "amis" américains.

sur les normes sanitaires: bœuf aux hormones, OGM et poulet au chlore feront désormais parti de notre quotidien alimentaire.

Une multinational pourra faire un procès a n'importe quel état qui refuserait de mettre ce genre de produits sur son marché...et c'est vous qui paierez avec vos impôts en cas de refus.

Michel Sapin a dit qu'il n'y aurait pas de référendum sur la question. (de toute façon on a vu ce qu'il font des référendum...souvenez vous en 2005 avec la constitution européenne...)

Ils vous promettent un gain de 300 a 500 euros par famille...tout comme ils vous avaient promit la croissance, le plein emploi et lprospérité avec l'UE.

A bon entendeur.
Réponse de le 28/04/2014 à 8:41 :
Non le traité ne va pas harmoniser les durées d'indemnisation... D'ou vient cette idée ?
Réponse de le 28/04/2014 à 13:26 :
A votre avis, quand les barrière douanières seront levées sur les produits américains, qui d'une part seront 40% moins cher a cause du taux de change euro/dollar, mais qu'en plus, le cout de fabrication de ces produits US sera moindre puisqu'ils n'ont pas les même cotisation patronale sur les indemnités chômage...comment croyez vous que cela va se terminer pour nous ?

Il faudra bien couper quelque part !
a écrit le 28/04/2014 à 8:22 :
Sera plutôt synonyme de chomage de masse, de baisse des salaires, de misère social.......
et d'enrcihir les bedonnannts
a écrit le 28/04/2014 à 8:00 :
Jamais !
C'est la porte ouverte à encore plus de domination US.
Ils vont nous refiler encore plus facilement leur gaz de schiste.
Traitre !
a écrit le 28/04/2014 à 7:44 :
C'est pas un traité qui fait gagner plus d'argent, mais fausse plutôt la concurrence entre nation au grand profit intérêt particulier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :