Alstom : la cession de l'énergie à GE, une bonne nouvelle pour l'économie française

 |   |  1142  mots
(Crédits : DR)
Aucun argument sérieux contre l'accord entre Alstom et General Electric ne résiste à l'examen. Par Marc Guyot et Radu Vranceanu, professeurs d’économie à l’ESSEC

 

 

Il y a deux semaines, Lafarge, numéro 1 français du ciment décidait de fusionner avec le numéro 1 Suisse Holcim, les deux firmes estimant que leur rapprochement permettrait de capitaliser sur leurs points forts respectifs pour faire face à un marché mondial très concurrentiel. Ces derniers jours, Alstom l'un des leader français de l'énergie et des transports, a annoncé sa volonté de céder son activité énergie (qui représente au total les ¾ de son activité) à l'Américain General Electric (GE) pour une douzaine de milliards d'euros et de se concentrer uniquement sur le transport. L'énergie est une activité lourdement capitalistique dans laquelle les activités des deux firmes présentent de fortes complémentarités, Alstom étant notamment fort dans l'hydraulique et l'éolien et GE dans les autres formes d'énergie.

Pas de position dominante créée

Les directions de ces deux firmes, compte tenu de la situation de marchés de leurs produits, estiment que cette solution, cession par Alstom, reprise par GE, est la meilleure pour développer cette activité, ces produits et ce savoir faire. La cession d'une activité fortement capitalistique permettra à Alstom de concentrer ses capacités de financement et de développement sur son activité transport dont le TGV est l'emblème. Si les dirigeants d'Alstom ont fait le bon choix stratégique, ils assurent ainsi à la fois la pérennité de l'activité transport en interne et de l'activité énergie au sein de GE. Ainsi, l'activité et l'emploi semblent assurés. Comme cette cession ne crée pas de position dominante, les clients et ultimement les consommateurs bénéficieront également de l'opération.

 Le gouvernement privilégie l'apparence de la puissance

Comme souvent, les décisions de Lafarge et Alstom, au lieu d'être commentées sur leurs opportunités stratégiques et leurs chances de succès, ont essentiellement donné lieu à de fortes critiques et à des lamentations.

Le gouvernement et certains commentateurs ont vertement critiqué ces opérations en évoquant le patriotisme économique et en déplorant le passage sous pavillon suisse ou américain de « joyaux de l'industrie nationale ». Le gouvernement a cherché à s'opposer à la cession d'activités par Alstom, puis à sauver la face en soutenant une solution « européenne » en partenariat avec Siemens, qui serait vendue non plus comme la disparition d'une firme française mais une avancée décisive vers « l'Europe » avec une énième évocation d'Airbus. Ce qui semble important aux yeux du gouvernement est la puissance, ou plutôt l'apparence de puissance qui viendrait de la nationalité des principaux actionnaires et de la localisation du siège social.

 Pour d'autres commentateurs, la généralisation de ce genre d'opérations pointe divers problèmes de déclassement de l'industrie nationale que le gouvernement préfère cacher plutôt qu'affronter avec une action structurelle de long terme. Plus encore, l'activisme du gouvernement démontrerait s'il en était encore besoin, qu'en France une multinationale peut toujours faire l'objet d'obstruction de la part du gouvernement si ses choix ne servent pas assez la fierté économique nationale.

Quelle est la meilleure solution pour les clients et les employés d'Alstom?

Peu de commentateurs se demandent ce qui est le mieux pour les filières énergie et transport, les clients du secteur et les employés d'Alstom.

Concernant les employés, il ne s'agit pas d'une fusion de survie ou de rationalisation, il n'y a donc pas lieu de craindre des coupes sombres. Concernant la nationalité étrangère des acheteurs, que craint donc le Gouvernement ? Les 10 000 employés français de GE sont-ils des travailleurs maltraités ? Sortiront-ils du cadre légal du droit du travail ? Quel bien fait au travailleur la nationalité des principaux actionnaires et de la direction? Le copinage entre le capital, souvent concentré dans les mains d'une minorité, les dirigeants des grandes firmes, certains travers du « syndicalisme monarchique » et le pouvoir étatique dans le capitalisme à l'ancienne n'est absolument pas à confondre avec une cause nationale ni avec le bien commun.

 Une efficacité des filières renforcée

Pour ce qui est des clients et de l'efficacité globale des filières, il est fort probable que cette restructuration permettra d'augmenter leur dynamisme, tant de l'activité énergie que ferroviaire.   Dans son opposition à la cession, le gouvernement a évoqué la sûreté nationale car Alstom fabrique des turbines pour les réacteurs nucléaires d'Areva. Cet élément n'est un problème que si elle devait remettre en cause l'accès d'Areva à ce type de produit ou son bon développement.

En réalité, l'intérêt d'Areva est que ce composant de ses centrales soit produit et développé au mieux, pas que se soit une firme française qui le produise. Le nucléaire étant au cœur de la stratégie de GE, l'activité turbine nucléaire continuera de faire l'objet de développement dont Areva bénéficiera. Par exemple, Areva a choisi Siemens plutôt qu'Alstom pour les systèmes de turbines mises en place dans sa centrale de dernière génération EPR en Finlande. De la même façon en 2010, la SNCF avait choisi Siemens pour une commande de train destinée à l'Eurostar.

 L'attractivité de la France décroît

Indépendamment de la logique industrielle interne de ces deux mouvements stratégiques de Lafarge et Alstom, il n'en demeure pas moins que l'attractivité de la France décroit et que des centres de décisions partent à l'étranger. Le nombre d'installation de sièges sociaux Europe et Monde de firmes étrangères en France suit d'ailleurs la même tendance puisqu'il est passé de 20 en 2011 à 5 en 2013. Selon Bain et Cie, la perception positive de la France par des maisons mères US ayant des filiales en France est passée de 56% en 2011 à 13% en 2013.

Le gouvernement refuse de faire le lien entre, d'une part, son hostilité initiale à l'entreprise affichée lors des élections, les nombreuses « contreparties » demandées pour tout geste en faveur de l'entreprise, la taxe à 75% pour les hauts revenus et d'autre,part cette faible attractivité de la France et le départ des centres de décision. Les rodomontades sur l'aversion envers les riches et la nécessité de limiter les salaires élevés des dirigeants finissent par avoir des conséquences , avec potentiellement deux sièges sociaux en moins.

 Si le gouvernement souhaite vraiment que la France soit en pointe dans le développement de technologies nouvelles il est grand temps de faire les réformes nécessaires et d'abandonner les vieilles lunes anti riches, anti fonds de pension et anti marchés. Ce dont a besoin le pays ce sont des conditions qui assurent l'efficacité des activités économiques, la facilité de financement, une formation professionnelle adaptée aux besoins des firmes, et plus généralement un environnement économique et juridique porteur.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2014 à 10:11 :
Sarko et Hollande sont tous deux responsables de la désindustrialisation de la France, faute d'avoir eu le courage politique d'engager des réformes de fond. Il ne s'agit donc pas de prendre une position politique partisane. Ce que dit simplement l'article, c'est qu'il vaut mieux pour l'emploi que l'activité "énergie" soit pérennisée au sein d'une entreprise US, qu'abandonnée par notre "champion national", faute d'avoir une taille critique.
C'est un pis-aller ; si on veut disposer en France de groupes ayant une taille suffisante pour maintenir l'emploi et se développer au niveau mondial, il faut revoir l'ensemble des contraintes qui pèsent sur l'industrie dans notre pays. Par ex, EDF qui reste l'un des derniers grands groupes internationaux, risque d'être aussi en difficulté en raison de l'idéologie anti-nucléaire d'EELV, parti qui ne représente pas plus de 2% de l'opinion publique, et qui a réussi à imposer certaines de ses vues à un PS qui vit encore 50 ans en arrière.
a écrit le 05/05/2014 à 23:36 :
Pourquoi faut-il absolument qu'Alstom soit absorbé par GE ? Il y a toujours possibilité de faire des holdings communes dans tel ou tel secteur, y compris par ailleurs avec Siemens et d'autres. Quant au pôle transport, vue la concurrence des TGV asiatiques etc c'est peu diversifié comme choix sur le moyen long terme. Enfin l'énergie est un secteur essentiel.
a écrit le 05/05/2014 à 22:29 :
Cet article ne démontre pas en quoi la vente d'Alstom à GE est meilleure pour les clients et les employés. Il s'agit plutôt d'une opinion personnelle des auteurs.

Les dirigeants de pays comme les US, la Chine, le Japon etc. continuent d'appliquer cette idéologie galvaudée qu'est le patriotisme économique sont-ils donc tous idiots ? Pour ces professeurs de l'ESSEC ; oui.

«La cession d'une activité qui permettra à Alstom de concentrer ses capacités de financement et de développement sur son activité transport »
C'est la stratégie du pure player, celle choisie par Alcatel/Alstom dans le temps mais pas par GE et Siemens. On voit aujourd'hui le résultat.

«il n'y a donc pas lieu de craindre des coupes sombres»
Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Difficile de penser qu'il n'y aura pas de conséquences sur les employés et les fournisseurs. Les savoirs faire que nous allons perdre ne reviendrons pas. Mais à l'ESSEC on enseigne encore le père noël.

« les vieilles lunes anti riches, anti fonds de pension et anti marchés. »
La crise de 2007 a mis en lumière les dysfonctionnements du système. Soit la connexion internet de l'ESSEC n'a toujours pas été rétablie depuis 2007 soit nos extravagants professeurs font semblant de ne pas comprendre.
Réponse de le 05/05/2014 à 22:43 :
GE veut s'appuyer sur notre savoir faire pour faire du profit. Chacun fera ainsi le travail pour lequel il a une compétence : en France l'ingénierie et aux US le business. C'est très bien ainsi car on a vu pendant 30 ans ce que cela avait donné d'essayer de faire l'inverse...
Réponse de le 07/05/2014 à 3:02 :
Avant de vous moquer, analysez les coeurs de métier ! Alstom et GE ont des activités relativement complémentaires alors qu'Alstom et Siemens ont des activités jumelles...
Evidemment qu'il y aura des ajustements (je suis salarié Alstom)... mais ceux de GE seront très certainement moins douloureux ! Et la standardisation des process Alstom lui fera le plus grand bien
a écrit le 05/05/2014 à 21:48 :
Article creux, tres tres creux. Vous ne connaissez donc rien à GE. GE, c’est la culture de la marge. Tjs et encore. 9 plans sociaux en 12 ans apres le rachat de la CGR à THOMSON en 1987. Encore 600 postes supprimés en 2013 sur l’ensemble des filiales du groupe en FRANCE. Il faut que ca crache. Tous les 3 mois. Quelque en soit le cout.

Avec votre façon de voir, nous aurions donc du vendre VIVENDI, RENAULT, la SG ou encore SCHNEIDER lorsque ces stés avaient des difficultés ? Que resterait donc t’il en FRANCE à ce rythme là ?

Le seul prb d’ALTSOM, c’est BOUYGUES. Aucun apport, aucun soutien, aucune synergie. La vente à GE est une operation purement financière. Rien d’autre. Montée en commun accord entre KRON et BOUYGUES. ALTSOM a d’ailleurs prévenu qu’il verserait un super dividende en cas de réussite de l’opération. Histoire de renflouer son actionnaire.

M.HOLLANDE, reveillez vous !
Réponse de le 05/05/2014 à 22:32 :
Ce qui compte quand on parle de la France ce sont les ouvriers et ingénieurs qui y travaillent. Peu importe si les directeurs financiers ou capitalistes sont ailleurs. Jusqu'à présent on a fait l'inverse et ça a ruiné la France.
a écrit le 05/05/2014 à 21:02 :
Bon pour la France, oui, on a vu avec Péchiney. Merci Bruxelles & Co.Espérons que cette histoire Alstom va déboucher sur un CFM de l'énergie. Mais Montebourg ne sait peut-être pas ce que c'est, CFM Int., il vole en Falcon.
a écrit le 05/05/2014 à 20:57 :
Eh les profs :et l'emploi qu'en faites -vous ???
a écrit le 05/05/2014 à 16:31 :
Suisse:
Siege Mondial division Alstom Power (dont turbines a gaz) , 2 usines
France : 1 usine (belfort)
Effectif Suiise : 10 000 Personnes
Allemagne : 8700 persones, 23 sites dont toute la division wind power
Rappel Effectif hors de france: 80%
a écrit le 05/05/2014 à 16:17 :
Cette analyse a tout du sophisme, car il faut avant tout être maitre de ses technologies et de son destin pour un pays. On ne peut comme vous le dites accepter le capitalisme sauvage qui au gré des vents s'implante ou se retire. Ce qui manque souvent à l'industrie française, c'est les "sous", et ce qu'on a toujours c'est l'inventivité et le dynamisme. Le cas AIRBUS a réuni les "sous" allemands et l'inventivité française au bon moment. Le cas CFM International à contrario a réuni les "sous" français (mais du contribuable) et la technologie américaine (au départ )et a permis maintenant à SAFRAN de briller dans les moteurs aéronautiques. Ces réussites ont néanmoins été adoubées par l'état à chaque fois au bénéfice de notre souveraineté; la complémentarité bien comprise de chacun y présidant également. La meilleure solution dans le cas présent pour ALSTOM est GE et je pense qu'il faut chèrement vendre sa technologie et garder un oeil sur sa finalité et ses accès pour l'ETAT.
Réponse de le 05/05/2014 à 22:39 :
Ce ne sont ni l'état ni les capitalistes français qui permettent à la France de maîtriser sa technologie. Ce sont le plus souvent les capitalistes étrangers qui investissent en France en reconnaissant bien mieux que nos DG et directeurs financiers l'intérêt de payer chez nous des ingénieurs et techniciens.
a écrit le 05/05/2014 à 16:10 :
Ces gens n ont aucun savoir faire et ne connaissent rien à l industrie. Comment pourraient ils comprendre ce qu' est Alstom? Je travaille dans l hydraulique et sachez que le plus puissant barrage du monde, celui des 3 gorges en Chine, est équipée de turbines alstom. Aucune entreprise américaine n aurait pu les réaliser. Pourtant l activité hydraulique est déjà largement délocalisé en Chine. Seul la roue, la partie la plus noble serait encore réalisée en France (de toute façon, on ne trouve presque plus de bon soudeur en France. ..). Je vous parie ce que vous voulez que si cette acquisition se fait, sous 10 ans ces roues ne seront plus réalisée en France (message envoyé du TGV chinois entre Pékin et Shanghai qui roule très bien et ne laissera pas une miette au soit disant air bus du transport qu' on essaye de nous faire avaler)
a écrit le 05/05/2014 à 16:09 :
Ces gens n ont aucun savoir faire et ne connaissent rien à l industrie. Comment pourraient ils comprendre ce qu' est Alstom? Je travaille dans l hydraulique et sachez que le plus puissant barrage du monde, celui des 3 gorges en Chine, est équipée de turbines alstom. Aucune entreprise américaine n aurait pu les réaliser. Pourtant l activité hydraulique est déjà largement délocalisé en Chine. Seul la roue, la partie la plus noble serait encore réalisée en France (de toute façon, on ne trouve presque plus de bon soudeur en France. ..). Je vous parie ce que vous voulez que si cette acquisition se fait, sous 10 ans ces roues ne seront plus réalisée en France (message envoyé du TGV chinois entre Pékin et Shanghai qui roule très bien et ne laissera pas une miette au soit disant air bus du transport qu' on essaye de nous faire avaler)
a écrit le 05/05/2014 à 15:37 :
Je retrouve, dans ce discours, les courants de pensée purement ESSEC que j'ai fréquenté : vision court-termiste extrême, aucune pertinence concernant la VRAIE valeur ajoutée, et, en PLEINE crise économique mondiale, une confiance renouvelée absolue dans la finance.
Déménagez à la City, les gars, vous avez été formatés pour cela.
Réponse de le 05/05/2014 à 15:59 :
vous ne pouvez pas dire cela, ces deux personnes portent des col-roulés, ils sont donc de facto crédibles et reconnus dans le monde économique. fin de la discussion
Réponse de le 05/05/2014 à 16:55 :
Rappel GE en France c'est des moteurs d'avion avec snecma (CFM International) et des appareils type IRM/Scanner ex Thomson depuis plus de 30 ans (division healthcare au Buc) . Des financiers court termiste assoiffés de fric effectivement.
Réponse de le 07/05/2014 à 3:00 :
j'ai eu ces deux profs en cours lors de ma formation et vraiment, ils n'ont pas une vision court termiste de l'économie.
Alstom n'a d'autre choix que de s'allier avec un autre groupe étranger. Il n'y a pas vraiment faute de la direction dans les difficultés économiques d'Alstom dans la mesure où le marché est ultra mature et les clients assez mauvais payeurs. Français, Alstom a fait le choix d'un produit ultra personnalisé quand GE fait le choix de la standardisation... On voit les résultats...

Quant aux coupes sombres, évidemment qu'il y aura quelques licenciements... Pour autant, celles de GE seront vraisemblablement moins dures que celles de Siemens, notamment dans les turbines à gaz et le secteur EPC:..
a écrit le 05/05/2014 à 15:15 :
Ces profs sont des naïfs ou des vendus!
Quand on voit dans quel état se retrouve PSA, suite à sa simple collaboration avec GM.
Alors que l'automobile n'a rien de stratégique!
Regardez les injonctions américaines sur les lancements de satellite impliquant la Russie!
Regardez les problèmes des satellites englobant de la technologie américaine!
Imaginez une seule seconde le nucléaire français dépendant d'une firme américaine, et donc, de l'état US ????
Les bienfaits pour Alstom, pour la France et pour GE, peuvent très bien s'obtenir par le biais d'une collaboration,où il est indispensable que la cause "France" soit représentée avec pouvoir de décision.
Vendre à GE ou Siemens, c'est suicidaire!
Un partenariat avec Siemens, ça n'a pas de sens et ça doublonne!
Un partenariat avec GE, ça a du sens, c'est complémentaire et la France garde sa souveraineté dans des domaines hautement stratégiques!
a écrit le 05/05/2014 à 14:49 :
Coquilles : "Aucun argument ne sérieux contre la l'accord entre Alstom et General" 'de sérieux' & le 'la' en trop
a écrit le 05/05/2014 à 14:10 :
d'habitude les analyses des professeurs de l'ESSEC sont plus profondes et plus complètes, celle-ci me semble avoir été écrite dans la précipitation et donc l'effet recherché est inverse, c'est dommage
a écrit le 05/05/2014 à 14:04 :
Compte-tenu du nombre d'économistes que l'on peut lire, entendre, voir dans les médias, je me demande comment la France peut ne pas s'en sortir. Il suffirait d'en choisir 30 et d'en faire le gouvernement. Ils pourront appliquer toutes leurs théories et on sera sauvé. Amen !
Quand au rachat d'Alstom par GE, on en reparlera dans 2 ou 3 ans, quand tout aura été vendu et fermé.
Heureusement que les politiques s'en mêlent de temps en temps. Ils sont élus pour çà.
Et la voie européenne est certainement la meilleure à long terme. Si on avait écouté les économistes, Airbus n'aurait jamais existé.
a écrit le 05/05/2014 à 13:29 :
La formation d'une JV 50/50 avec apports d'actifs de GE et d'Alstom serait me semble t'il préférable. D'ailleurs initialement il avait été présenté par le management d'Alstom une vente d'actif mais l'entrée au capital d'actionnaire minoritaire.

En tant qu'actionnaire d'Alstom, j'ai le sentiment d'avoir été trompé par M. KRON. Tout ca pour plaire à M. BOUYGUES dont on oublie de dire qu'il tire une partie non négligeable de fonds publics.

Alors non, M. BOUYGUES n'est pas libre de faire ce qu'il veut de sa participation.
a écrit le 05/05/2014 à 13:23 :
Ce que vous ouliez de dire c'est qu'en cas de "conflit" ne serait-ce qu'économique avec les américain ils pourront mettre des entraves à l'accès des dites turbines, ne serait-ce que par le prix.
Il peut y avoir un raisonnement économique valable, mais il peut aussi y avoir un raisonnement politique qui ne soit pas moins valable, même s'il donne des conclusions contraires !
De plus SIEMENS n'aurait pas été une catastrophe pour l'activité énergie d'ALSTOM...
a écrit le 05/05/2014 à 13:11 :
" Si le gouvernement souhaite vraiment que la France soit en pointe dans le développement de technologies nouvelles il est grand temps de faire les réformes nécessaires et d'abandonner les vieilles lunes anti riches, anti fonds de pension et anti marchés."

Non. Si la France veut cela, il est grand temps qu'elle mette un bon coup de pied au derrière des sophistes (ou économistes, comme ils se désignent) et leur demande de gagner leur vie de façon honnête ; à tout le moins sans subventions publiques...
a écrit le 05/05/2014 à 13:05 :
Une analyse pertinente, n'en déplaise aux défenseurs de la pensée unique
a écrit le 05/05/2014 à 12:36 :
Une bonne tribune comme les libéraux les aiment.
Mais aucun argument sérieux pour justifier ce rachat. Juste de l'idéologie contraire aux intérêts des Etats et des citoyens.
Réponse de le 05/05/2014 à 13:20 :
le fait que que l'une veuille acheter, et l'autre vendre,s’agissant de 2 entreposes privées, ça devrait suffire comme justification, non ???
a écrit le 05/05/2014 à 12:25 :
"Aucun argument ne sérieux contre la l'accord entre Alstom et General Electric " La tribune est Africaine??
Réponse de le 05/05/2014 à 13:22 :
Non, du franchouillard pure souche !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :