Stiglitz : "Les inégalités aux Etats-Unis auront des conséquences dévastatrices"

 |   |  437  mots
Reuters
Reuters (Crédits : Reuters)
Prix Nobel d'économie, Joseph Stiglitz prévoit, dans une interview à La Tribune, un affaiblissement de la croissance aux Etats-Unis, conséquence de la montée des inégalités qui bride la consommation de la plupart des ménages
Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, était l'invité ce mardi de la Toulouse School of Economics, qui organisait son deuxième Tiger Forum. En marge de cette réunion, l'économiste a accordé une interview à La Tribune
 
Les revenus de 99% des américains ont stagné au cours des trois dernières années connues, alors que 1% d'entre eux ont eu droit à une hausse cumulée dépassant les 30%. Quelles sont les conséquences économiques de telles inégalités?
 
L'économie américaine a tout pour aller bien. Des universités d'un haut niveau, de l'énergie bon marché grâce au gaz de schiste, un secteur high tech très performant.. Et pourtant, sa croissance n'est pas si forte, avec, pour conséquence, un taux d'emploi qui reste en dessous de la moyenne des années 2000, et 20 millions de personnes cherchant en outre, sans succès, à passer du temps partiel au temps plein.
Cette croissance faible s'explique uniquement par la montée des inégalités, qui bride la consommation. Et cela va empirer.  Le taux d'épargne est retombé à ses niveaux les plus bas. Car, si 20% des ménages parviennent à épargner un peu bon an mal an, 80% d'entre eux ne le peuvent absolument pas: ils dépensent déjà plus que ce qu'ils gagnent! D'où une consommation bridée, et cela va s'aggraver.
 
Va-t-on, du coup, vers une consommation à crédit, avec, à la clé, une nouvelle crise bancaire de type subprime?
 
Non, on n'est pas dans la même situation qu'au début des années 2000. A l'époque, le prix des logements ne cessait de grimper, les gens avaient donc le sentiment de s'enrichir. Et les banques leur prêtaient en conséquence. Ce n'est pas cette configuration qui prévaut aujourd'hui. Les banquiers sont prudents. Il n'est plus question de financer une consommation importante à crédit.
 
Que va-t-il se passer, alors?
La croissance va rester durablement faible, voire s'affaiblir encore.
 
Avec quelles conséquences sociales?
Les conséquences seront dévastatrices. C'en en est fini du rêve américain, de l'idée que les enfants vivront mieux que leurs parents, que c'est un pays de justice, aux nombreuses opportunités. 
 Les étudiants sont étouffés par les dettes qu'ils ont contractées pour payer leur scolarité. Et tous les jeunes ont de plus en plus de mal à s'installer. J'en veux pour preuve la faiblesse du secteur du bâtiment: les mises en chantiers sont beaucoup plus faibles que prévu, faute d'achats de la part des jeunes ménages.  Plus généralement, la classe moyenne va souffrir de plus en plus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2014 à 19:17 :
IL A RAISONS LES INEGALITES SOCIALES FONT DIMINUE LA DEMANDE ? DONC LA CROISSANCE ?CELA EST DU A L AUSTERITE ORGANISSE PARLES MAUVAISSES POLITIQUES ? NOTRE SEULE FACON DE SORTIR DE LA CRISE MONDIALE ? C EST LA RELANCE SOCIALE DANS TOUS LES PAYS EN MEME TEMP??? EX LA CHINE VA BIEN PARCQU ELLE NA PAS PEUR DINVESTIR ATOUS LES NIVEAUX ECONOMIQUES ???
a écrit le 05/06/2014 à 8:35 :
Et cette situation est un grand danger pour le Monde, et surtout pour l'Europe. Les américains sont dans une phase offensive, avec un agressivité qu'on ne leur a pas connu depuis bien longtemps à notre égard. Il faut donc que ça n'aille pas bien du tout chez eux pour qu'ils en soit là.
a écrit le 05/06/2014 à 2:07 :
Ce que dit le prix Nobel est une évidence. A partir d'un certain niveau d'inégalité vous cassez la croissance car la majorite des citoyens rentre dans un processus de survie car elle a plus les moyens de consommer
a écrit le 04/06/2014 à 20:23 :
Ce monsieur parle de croissance mais il oublie aussi l injustice insoutenable generee qui peut finir par decourager une masse de personnes et briser la dynamique d un pays.
Réponse de le 31/10/2014 à 9:40 :
Vous rigolez ! Il ne parle que de cela !!
a écrit le 04/06/2014 à 18:02 :
Ce qui fait le plus peur dans cette histoire, c'est que tout çà date de l'administration Bush, et que Obama n'y change rien. Il y a vraiment quelque chose de pourri au royaume du Danemark.
a écrit le 04/06/2014 à 17:50 :
On voit que les 10 personnes les + riches du monde il y a 30 ans (Forbes) ne sont plus dans le classement, et qu'elles sont toutes très nettement moins riches (une est même revenue à zéro), ce qui remet en cause les délires jaloux de Piketou et de sa bande sur la supposée rentabilité du Capital...
Bon, le seul truc sympa, c'est que Piketou risque de se retrouver dans la tranche à 75% avec les droits d'auteur de son bouquin...
Réponse de le 04/06/2014 à 18:41 :
Il faut lancer au plus vite un "richothon", sur le modèle du Sarkhoton. Sauvons les riches, vite !!!
a écrit le 04/06/2014 à 17:21 :
L'artiste auto proclamé du système américain voudrait enfoncer une porte ouverte mais il ne s'est pas aperçu qu'il n'y avait plus de mur, plus de maison. C'est assez pathétique.
a écrit le 04/06/2014 à 16:02 :
Quand un type gagne 10000 fois plus que son voisin et qu'ils habitent le même pays, appartenir à ce pays ne veut plus dire grand chose. Ce n'est pas du marxisme, c'est du bon sens. Les USA actuellement ne sont rien d'autre qu'un régime féodal. Que ceux qui n'y connaissent rien et réagissent de manière pavlovienne se taisent un peu. Il ne s'agit pas de jalousie, mais de bon sens. Et là, il semble qu'il en manque beaucoup, à la fois aux dirigeants américains et aux commentateurs qui soutiennent ce type de régime.
Réponse de le 09/06/2014 à 9:05 :
Exactement, mais combien de gens sont littéralement lobotomisés par nos merdias ?!

Éteignez la TV, cela relève aussi du bon sens ! Question de salubrité publique ET intellectuelle !
a écrit le 04/06/2014 à 15:14 :
Si les riches sont toujours plus riches, c'est parce qu'ils dépensent moins qu'ils ne gagnent. Entre autres parce que, dans nos grands pays libéraux qui donnent des leçons de démocratie au monde entier, ils paient proportionnellement moins d'impôt que les pauvres. Mais l'injustice et l'hypocrisie ont toujours été les meilleurs ciments de la société : tout va très bien, finalement.
a écrit le 04/06/2014 à 14:45 :
Comme le chantait Didier Super en 2010 "marre des pauvres ils sont trop nombreux". Aujourd'hui c'est "marre des prix Nobel, des experts, des économistes ils sont trop nombreux".
Réponse de le 04/06/2014 à 15:04 :
Hé oui c'est dur d'entendre certaines vérités.
Réponse de le 04/06/2014 à 15:04 :
70 prix nobel d'economie depuis 1969 dont une bonne partie qui a disparue, donc sur 45 ans on ne peut pas dire qu'ils sont legions
a écrit le 04/06/2014 à 14:35 :
L'ultralibéralisme est mauvais pour l'économie
Réponse de le 04/06/2014 à 17:51 :
Avec un état à 60% du PIB en France, on en est très loin.
Il y a pas mal d'autres sujets avant...
a écrit le 04/06/2014 à 14:03 :
J'adore comment les media affichent bien "prix nobel d'economie" pour assoir sa credibilitee.
C'est vachement plus classe , quand meme.

Stiglitz est un keynesien hardcore , un pays de lourde tradition etatique comme la France est donc terrain conquis pour lui. L'obession de la croissance et de la redistribution.

Peux etre qu;un jour , "l'expert" comprendra que l'innovation constante et la force d'adaptation sur un marche global est la source de creation de nouvelle richesse , chercher a mieux repartir le gateau deja mange par les vieilles fortunes est la chose la plus stupide et contre productive possible , (donc extremement populaire , surtout en france)..Das kapital , l'homicide de la bourgeoisie et une machine fiscale totalitaire n'a jamais aide la classe moyenne a mieux s'en sortir..Innovation et adaptation.
Réponse de le 04/06/2014 à 14:36 :
Vous avez raison. La période de plus forte expansion, en Europe et aux US a été au 19ième siècle. Comme on le sait également, une période de fortes inégalités. Donc en avant pour l'expansion des richesses et les inégalités. Nos petits enfant se répartiront peut être des miettes. Au fait c'est après le 19 ième, au 20 ième qu'ont eu lieu deux guerres mondiales ...donc peut être que nos petits enfants ...
Réponse de le 04/06/2014 à 14:38 :
Prix Nobel d'économie, c'est quand même plus intéressant qu'économiste de bistro, ou de forum ...
Réponse de le 04/06/2014 à 15:18 :
@bcy D'accord avec vous, mais j'aurais toujours un doute sur le discours ultra-libéral, surtout celui qui a amené le gouvernement américain d'il y a 10 ans à défiscaliser les riches tout en lançant deux guerres à la fois.
Réponse de le 04/06/2014 à 15:32 :
Le tout n'est pas la creation de nouvelle richesse si celle si est concentree dans de moins en moins de main (ou toujours les memes). Le grand succes de nos economies modernes a ete la creation d'une classe moyenne qui a ete un puissant moteur pendant des decennies, ce qui est irrefutable c'est que depuis quelques annees la croissance ne cesse d'etre de plus en plus faible dans les pays developpes (et meme aux USA), ce qui montre que l'innovation constante et la force d'adaptation du marche global n'arrive plus a enrichir et developper la classe moyenne de nos democraties. Au vu des taux de chomage/sous emplois eleves et baissant de moins en moins, l'innovation ne permet pas d'equilibrer creation et destruction d'emplois (le depart en retraite des babyboomers aurait du voir notre taux de chomage atteindre un plus bas, hors il n'en n'est rien, il atteint des sommets). C'est seulement en creant des emplois precaires avec lesquels on ne peut pas consommer qu'on maintient un taux de chomage artificiellement bas dans de nombreux pays (Midi/mini jobs en Allemagne, Zero hour contract en GB...). Stiglitz pose au contraire les vrais questions. Nos democraties peuvent elles realistiquement tenir quand les taux de chomages et de precarite ne cessent d'augmenter ou de se maintenir a des niveau si eleves.
Réponse de le 04/06/2014 à 17:53 :
Stiglitz, c'est le prix Nobel qui n'avait pas vu venir la crise...
Des comme ça, on en trouve à la pelle.
Réponse de le 03/07/2014 à 10:02 :
c'est quand meme aux USA qu'en 1907 qu'est née une crise sur l'épargne , puis en 1929 , le pire du pire , enfin en 2008 les supprimes .. ce pays est donc un fabricant potentiel de crises en germe , la prochaine sera pire encore .. qu'on se rassure en europe on a l'orthodoxie allemande monétaire et on a pas fini de payer ces gâchis
a écrit le 04/06/2014 à 11:36 :
est de retour !
Réponse de le 04/06/2014 à 12:10 :
Il serait quand même temps de commencer à examiner les vrais problèmes, et les inégalités en sont un et pas des moindres, vous ne croyez pas ?
Réponse de le 04/06/2014 à 12:32 :
Tant que la bande à Bader se tient à carreau, tout va bien
a écrit le 04/06/2014 à 11:34 :
Interessant. Homme très respectable.
Les quatres premières lignes des propos qui lui sont rapportées sont pourtant fatales au reste de l' article.
L' industrie du gaz de schiste est toxique pour l' eau. Si un petit pays comme la France l' utilise, il passera tout son temps à dépolluer ce qui fera monter le PIB et la rente de dépollution (ce qui était gratuit devient payant), mais détruira l' agriculture et la santé de tous ses habitants.
Ce qui est bon pour les grands n' est pas forcément bon pour les petits...
a écrit le 04/06/2014 à 11:34 :
Bravo ,tout est dit.
a écrit le 04/06/2014 à 10:57 :
les néo-marxistes sont de sortie
Réponse de le 04/06/2014 à 11:38 :
les cons aussi...
Réponse de le 04/06/2014 à 12:07 :
@nikopol62. Tout à fait d'accord
Réponse de le 04/06/2014 à 12:32 :
pourquoi néo-marksistes ? marksiste suffit.. à preuve du contraire, l' analyse du capital de karl Marx s' avère de plus en plus pertinente. Sa conclusion semble assez proche non ?
Réponse de le 04/06/2014 à 13:57 :
Tout à fait
Réponse de le 04/06/2014 à 13:59 :
Un fois de plus, Stiglizt et Pikketi ne sont pas marxistes, ils sont juste réaliste et se basent sur des FAITS pas sur une ideologie.

Un peu d'inégalité est bon dans une société, mais une extrême inégalité s'avère destructrice. C'est toute la nuance, qu'il est nécessaire d'assimiler au plus vite mon cher "Eco".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :