L'agilité est devenue un actif immatériel des entreprises

 |   |  498  mots
Marc Sabatier et Alain Thibault
Marc Sabatier et Alain Thibault (Crédits : DR)
La clé de la compétitivité repose donc sur l'agilité, établie sur ses trois piliers : agilité business, agilité de la structure et de l'organisation, agilité des collaborateurs. Par Alain Thibault, CEO Julhiet, et Marc Sabatier, Partner SterWen

Monde global, changements permanents et bouleversement des business models induits par le tsunami digital,  transforment de façon irréversible les usages et les comportements des clients et des collaborateurs des entreprises.

La transformation en profondeur n'est plus une option, les stratégies de rupture se banalisent et la remise en cause permanente est devenue une condition nécessaire à la survie des entreprises. Et ce constat s'applique aussi bien à la relation qu'elles entretiennent avec leurs clients, leur positionnement stratégique et leur modèle économique, qu'à leur mode de management, leur propension à faciliter l'engagement et la capacité d'adaptation de leurs collaborateurs, et leurs choix d'organisation.

 Le changement permanent est le nouveau tempo de l'entreprise

Le changement permanent est le nouveau tempo de l'entreprise. Elle évolue au cœur d'un tourbillon où tout s'enchaîne, tout s'accélère, tout est incertain. La bataille se joue alors en grande partie sur la vitesse d'exécution. C'est la force des jeunes entreprises digitales, qui s'attaquent à toutes les industries les unes après les autres avec le succès qu'on connaît, et deviennent en moins de trois ans des acteurs de taille mondiale, laissant les acteurs historiques sur le bord de la route.

La vitesse d'exécution ne se décrète pas. Si l'efficacité de l'organisation et l'adéquation de la gouvernance restent incontournable, rien n'est possible sans des collaborateurs motivés, engagés, compétents, et des équipes solidaires, tournées vers le même objectif. Observons une embarcation tentant péniblement de gagner la haute mer par mauvais temps : tous les rameurs, mus par une ambition commune, s'adaptent en temps réel aux mouvements de la mer et du vent, adoptant un cadencement orchestré, pour propulser leur barque par-dessus les vagues et rejoindre les eaux poissonneuses. Il en est de même de l'entreprise de demain, qui n'atteindra son but que si elle est agile.

 Les 3 piliers de l'agilité : business, organisation et talents

 Cette agilité prend ainsi une valeur inestimable et amorce une spirale vertueuse d'innovation, de satisfaction client, d'engagement collaborateurs et de performance financière. Il est désormais temps de la reconnaître comme un actif immatériel de l'entreprise à part entière. L'importance de ce « facteur People » a encore été récemment soulignée par le Boston Consulting Group, dans son étude « Creating people advantage ». Les entreprises ayant mis en œuvre de bonnes pratiques RH et managériales affichent des performances supérieures à leurs pairs.

La clé de la compétitivité repose donc sur l'agilité, établie sur ses trois piliers : agilité business, agilité de la structure et de l'organisation, agilité des collaborateurs. Enlevez un pilier et l'édifice s'écroule, à l'instar de Nokia ou Virgin Megastore, et bien d'autres.

Quel que soit le secteur d'activité, il est temps de s'engager résolument dans cette voie en actionnant conjointement les leviers business et people, pour accélérer les transformations et améliorer durablement les performances.

 Alain Thibault, CEO Julhiet, et Marc Sabatier, Partner SterWen

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2015 à 10:00 :
Il aura fallu attendre le XXI ème sciècle, en 2014 pour se rendre compte que l'entreprise repose uniquement sur le capital humain. Bravo, ça c'est une puissante réflexion ! Quelle merveille qu l'intelligence. Maintenant, comment utilisons nous ce capital humain ?
a écrit le 20/01/2015 à 23:41 :
Michel Foucault l'a déjà dit en substance dans ses recherches archéologiques et autres histoire sur la folie : on prend de plus en plus de distance avec le concret... De la sorte, Ainsi, l'immatériel des entreprises viendrait progressivement constituer l'essentiel de l'actif des entreprises : capital humain, agilité, etc. Tout vent, quoi ! Depus une petite vingtaine d'année l'entreprise 'à la mode' est devenue 'agile' (ce n'est pas nouveau, en effet), l'architecture 'dans le vent' est 'funambule', il ne manque plus que les clowns, quoique que...
a écrit le 20/01/2015 à 23:28 :
innover avec des équipes impliquées nécessite de les payer correctement....la motivation pécuniaire est également un bon stimulant, quoiqu'on en dise
a écrit le 20/01/2015 à 22:04 :
On rame en cadence, on n'a jamais fini de ramer d'ailleurs
a écrit le 20/01/2015 à 21:51 :
et surtout une agilité en baisse sur les salaires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :