Brexit or not Brexit : l’Europe au bord de la déchirure ?

 |   |  115  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, Brexit or not Brexit ?

Bruxelles accueille un sommet européen particulièrement important, jeudi et vendredi. Au menu : les concessions réclamées par David Cameron, notamment en terme de souveraineté, sur fond de menace de rupture du Royaume-Uni avec l'Union. Cette tragicomédie se joue alors que la crise migratoire a déjà cristallisé des fortes oppositions entre les pays membres, notamment entre les pays de l'est et les autres.

Pour en débattre, Guillaume Klossa, fondateur du think-tank EuropaNova, la correspondante de La Tribune à Bruxelles Florence Autret et Laurent Jacobelli, secrétaire général adjoint de Debout La France.

_____

>>> Suivez 28 minutes sur le site de l'émission
sur Twitter @28minutes et sur Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2016 à 14:34 :
Essayons de comprendre les anglais qui en ont marre de ce téhâtre ridicule de Bruxelles avec ses très mauvais acteurs. Et pas seulement les anglais......
Pa sérieux ce poulailler de Bruxelles où le souci majeur est de pavaner et vivre aux frais des contribuables sans payer un centime d'impôt!
Un grand nettoyage est à souhaiter.
a écrit le 21/02/2016 à 22:49 :
"L'Anglais ? Ce n'est jamais que du français mal prononcé." G.C.
a écrit le 20/02/2016 à 14:34 :
France and Europe are not a British Colony.
a écrit le 20/02/2016 à 0:47 :
Finalement accord ce soir. On verra le résultat final au British référendum. Cameron pourra se faire de la pub.
a écrit le 19/02/2016 à 21:02 :
Brexit or not Brexit: Rien ne changera pour les britanniques puisque l'UE restera une passoire!
a écrit le 19/02/2016 à 18:55 :
avec ou sans ...malgré cela l la FRANCE va mal..chomage greves. manif... ext...
a écrit le 19/02/2016 à 18:27 :
De toute façon, l'oncle Sam n'acceptera jamais la sortie de sa tête de pont en Europe, même si Angela est dans le même camp. Sam va donc remonter les bretelles anglaises et leur rappeler dans quel sens vont leurs intérêts communs. On n'a pas à céder à ces anglais qui déjà bénéficient de nombreux passe droits. S'ils sortent de l'Europe, la frontière ne sera plus Calais, mais Dover, ce qu'elle aurait toujours dû rester. Le problème de Calais sera réglé. Exit Europe, welcome so many réfugies. Quand on joue dans une équipe, on se doit de porter tous le même maillot.
a écrit le 19/02/2016 à 16:49 :
Combien de fois nous ont-ils déjà fait le coup avec la Grèce ? Ils nous expliquent que la sortie serait une catastrophe, un tsunami, que dis-je : l'apocalypse ! Ils vont donc entretenir la tension pendant quelques jours, tout ceci relayé par les médias avides de sensations fortes et de buzz. Puis viendra enfin l'incroyable et hallucinante nouvelle : un accord a été trouvé ! ! ! Ils viendront alors s'auto-congratuler sur tous les plateaux de télé en nous expliquant qu'on est passé à un cheveu de la catastrophe planétaire mais que grâce à la bonne volonté de tous les dirigeants européens, à la grande sagesse et à la compréhension de nos amis anglais, la planète vient d'être sauvée.
Du bonheur à l'état pur. L'Eden, le nirvana, la béatitude.
Peuple aimé, vous avez les meilleurs dirigeants du monde. Ils viennent encore de vous sauver. Renouvelez leur votre confiance, réélisez-les et faites leur plaisir en payant bien vos impôts et vos charges. Hymne européen. Fermez le ban..
a écrit le 19/02/2016 à 15:07 :
C'est amusant comme le ton sur différents médias se veut alarmiste!Pourtant, hier sur France24 qui n'est pas spécialement un média de gauchistes excités, un homme politique de l'UDI, un économiste et un représentant de Debout La France, nous laissaient entendre que in fine, la sortie de l'Angleterre pour l'Europe serait regrettable mais pas insupportable et que ceux qui ont le plus a perdre, sont les anglais eux-même...Christophe Barbier ce matin sur Itélé ne disait pas le contraire et même, la souhaitait-il!
Et finalement si cette sortie permet à l'Europe de se réformer en profondeur, cette sortie tant redoutée par certains deviendrait en fait une véritable bénédiction pour tous!
Réponse de le 19/02/2016 à 15:33 :
Vous en êtes encore à croire cette bouillie européïste pour chat servie par les représentants des médias dominants ..?? Chapeau, c' est un grand jour, celui où j' ai rencontré un artiste en broderie mais guère un analyste..
a écrit le 19/02/2016 à 12:28 :
Sortir, comme on les comprend, sortir de l' UE doit devenir l' enjeu politique bien compris de tous et suscitant le seul intérêt politique des .. français..

. "Le vrai pouvoir a déserté la France et ses palais nationaux. Les grandes décisions stratégiques, dans tous les domaines, sont désormais prises à la Commission européenne à Bruxelles, à la Banque Centrale Européenne à Francfort, à l’OTAN à Washington et Bruxelles. Mes lecteurs connaissent trop mes analyses pour que j’insiste sur ces points essentiels.

d’autre part, un nouveau ministre, lorsqu’il prend ses fonctions, a tôt fait de constater qu’il n’a pas d’autre pouvoir que de se plier à un agenda frénétique de rendez-vous : réunions de tel ou tel Conseil européen, entretiens bilatéraux avec tel ou tel ministre homologue de passage en France, déplacement en France, en Europe ou dans le monde, correspondant à des engagements périodiques ou obéissant à des pressions politiques de tel ou tel élu local, telle ou telle collectivité, tel ou tel syndicat professionnel, etc." François Asselineau président de l' UPR.

De renoncements en abandons, ils ont laissé filé le pouvoir à Bruxelles. A présent impuissants, ils agitent leurs hochets, désireux qu' ils sont de nous faire croire qu'ils jouent encore un rôle dans cette Europe en marche vers son destin tragique. Pathétiques..
Réponse de le 19/02/2016 à 18:00 :
Très bonne analyse, comme d' habitude....
a écrit le 19/02/2016 à 11:01 :
Tout les européistes sont a la manœuvre pour défendre le dogme de cet UE! Ils ont voulu commencer par la fin pour ensuite en adapter les moyens! Et tout le monde en souffre! Le pragmatisme aurai voulu que l’Europe politique se construise par la convergence librement accepté parce améliorant une situation! Mais visiblement certain étaient intéressé par du plus court termes pour leur plus grand profit!
Réponse de le 19/02/2016 à 15:29 :
Une Union européenne dogmatique, qui appartient et défend des intérêts atlantistes.. Où l' on voit des grecs mourir de faim est un titanic à quitter d'urgence mais les anglais ne le feront pas, désinformés qu' ils sont par la propagande financée par Soros...

Encore lui, après les grecs, à nouveau sur ce coup tordu...
Réponse de le 19/02/2016 à 15:52 :
@Loudun: des Grecs qui meurent de faim ? ah bon, où ? un peu comme l'histoire des prostituées à 2 euros qui n'étaient qu'un coup monté par les médias, non ? Pour info: http://information.tv5monde.com/terriennes/grece-des-femmes-pour-le-prix-d-une-tarte-vraiment-72674
Réponse de le 19/02/2016 à 16:10 :
l europe des ultra riches et des loobys a tout corrompu, tout contaminé...
L' UE n'est plus viable : QUITTONS LA ....
Réponse de le 19/02/2016 à 16:55 :
@ patrickb Taisez-vous, tant vos propos sont indécents..

http://david-kyriakidis.com/2012/02/un-desastre-humanitaire-en-grece-des-enfants-meurent-sur-les-bands-de-lecole-david-kyriakidis/

http://www.liberation.fr/planete/2015/12/02/en-grece-une-passe-pour-le-prix-d-un-sandwich_1417728
Réponse de le 19/02/2016 à 18:29 :
@loudun: lis plutôt l'article que j'ai joint et tu verras que tes histoires sont de l'intox grecque, en particulier ton lien Libération qui est exactement ce que dénonce TV5 Monde. Quant à ton Kyriadikis, rien que le nom dit d'où vient l'info et quel est son objectif. Je plains les vrais pauvres, pas les faisans grecs !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :