Fillon, les juges, les médias et le bouclier du peuple

 |   |  757  mots
(Crédits : DR)
Ce n'est pas seulement François Fillon qui risque de chuter. Par Jean Christophe Gallien, Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne, Directeur général de ZENON7 Public Affairs et Président de j c g a*

La France était déjà multi-fracturée, elle pourrait bien se lever si lui échappe son propre processus de choix. Le Peuple de France, oui il y a un, n'en déplaise à Emmanuel Macron, comme il y a une Histoire et une Culture française, le Peuple de France a déjà beaucoup nettoyé le paysage politique en quelques semaines : exit Sarkozy, Juppé, Valls, Montebourg, Hollande ... il a aussi qualifié, dans des primaires ouvertes, Fillon, Hamon, Jadot  ... et d'autres se sont imposés dans le casting tels Mélenchon, Macron, Le Pen. Cet ensemble aux légitimités variables semblait proposer une compétition claire, renouvelée, différenciée et positive.

C'était faire preuve d'une naïve crédulité démocratique et républicaine que de considérer que le choix appartient toujours au Peuple. C'était oublier l'incroyable climat de revanche et de vengeance qui habite les élites de ce pays.

Deux corporations attaquées

D'abord au cœur des 2 corporations les plus attaquées, trop souvent et injustement, depuis des mois, par les politiques et les citoyens : médias et justice. Même le Président de la République s'était lâché sur la « lâcheté » de juges et de procureurs qui « se planquent » et « jouent les vertueux ».

Nous découvrîmes l'affaire Fillon bientôt médiatiquement rebaptisée FillonGate. Bien sûr, la vitesse de la procédure interpelle, son caractère de parfaite série médiatique aussi, mais François Fillon, bien avant les juges et les médias, fut aussi le premier à oublier le droit et en particulier celui qui constitutionnel fixe la présomption d'innocence en cas de mise en examen. Et surtout il s'est lui même empêtré dans des filets grossièrement tendus entre impréparation amateur, gesticulations homériques inconsidérées et médiocrité professionnelle pour ne pas dire pire des équipes et en particulier celle pilotée par une « star » de la communication de crise hexagonale. Bien sur les hommes politiques, même en campagne électorale, ne sont pas au dessus de la loi, mais les juges et les médias non plus. Et ce trio devenu infernal n'est pas au dessus de la démocratie et de la volonté du Peuple.

Piège électoral

Car si l'on devine une alliance de circonstance entre juges et médias dans cette affaire qui apporte audience et contenu, la propre famille politique de Fillon plonge avec un entrain non dissimulé dans ce piège électoral.

Les Républicains n'ont jamais surmonté leurs profondes divisions. L'enchainement terrible de la défaite de Nicolas Sarkozy, de la bataille pathétique entre Copé et Fillon, du retour non souhaité de l'ex Président, puis de Bygmalion, la défaite municipale de Paris ... si vous ajoutez les ambitions démultipliées des nouveaux barons, la volonté de revanche d'Alain Juppé, la vengeance de Jean-François Copé ... tout cela fut synthétisé dans la chimie explosive de la Primaire d'où sortit un précipité inattendu : François Fillon. Inattendu et pas vraiment désiré ni jamais reconnu par les barons, encore moins par les battus et leurs écuries. Seul le peuple de droite l'avait choisi envers et contre tout un système politico-médiatique qui n'en croyait pas ses yeux le soir même du premier tour.

Fillon ne sera pas seul à chuter

François Fillon n'a jamais eu l'adhésion des ex juppéistes qu'il a pourtant naïvement bichonnés. Que dire de l'UDI ! Il avait presque obtenu, ça se confirme au cœur de la crise, la neutralité bienveillante de quelques sarkozystes. Une écurie qu'il avait, à tort encore une fois, choisis de battre plutôt froid.

Que toutes ces ambitions et autres vengeances ne se trompent pas : il ne s'agit déjà plus du seul sort de François Fillon. Dans sa chute, si elle intervient,  il emportera avec lui la totalité de l'espace politique qui il y a encore quelques semaines se partageait déjà Matignon et les ministères. Ce que François Bayrou et Emmanuel Macron et bien d'autres ont bien compris.

François Fillon le sait aussi. Délesté de ses « amis », il vient enfin devant le peuple de droite, celui qui en a fait son champion en novembre, pour y puiser l'énergie politique de survie et faire de ce socle électoral son bouclier politique, médiatique et peut-être même judiciaire. Dimanche au Trocadéro, il saura.

 *Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2017 à 18:54 :
On ne devient pas N°1 du jour au lendemain! Les difficultés judiciaires montrent que le chef est encore hésitant et que son autorité sur son camp n'est pas encore assise.
a écrit le 05/03/2017 à 18:18 :
SANS intérêt...
a écrit le 05/03/2017 à 17:35 :
Mr Fillon veut appeler au people (surtout au courant "sens commun") contre les élites du pays... Et ses soutiens crient déjà victoire parce qu'il a rassemblé 40 000 personnes au Trocadéro... Je voudrais rappeler à ces messieurs dames que le people français avoisine les 67 000 000 personnes dont 47 000 000 d’électeurs... Les 40 000 personnes de Mr Fillon présentent donc moins d'0.1% du corps électoral. Ce n'est pas avec 0.1% d'électeurs que Mr Fillon pourra gagner la prochaine élection présidentielle. Qu'il se réveille enfin et voir la réalité en face pour sauver sa famille politique de la défaite annoncé et épargner à la Franc entière l'image déplorable qu'il donne à l'étranger.
a écrit le 04/03/2017 à 22:12 :
Il se prend pour un chevalier en croisade ... il a 800 ans de retard. Ceux qui le suivent souffrent sans doute du syndrome de Stockholm : plus le châtelain promet du sang et des larmes, plus ses gens en redemandent.
a écrit le 04/03/2017 à 20:26 :
Généralement parlant, il est évident que la justice est aléatoire en France. C'est quand même le gouvernement en place qui nomme le ministre, les hauts magistarts et qui mute sur le plateau du Larzac les petits juges récalcitrants !!! Les politiques se rebellent quand ça va à leur encontre, habituellement et c'est le cas une fois de plus quand le parti adverse les fait mettre en examen. Ce qu'il y a de plus drôle, c'est que la droite va remplacer un type susceptible d'être condamné (Fillon) par un type déjà condamné (Juppé) pour abus de biens sociaux. Après cela, on va nous dire que la politiques, c'est pas magouille et compagnie. On se moque de qui ?
Réponse de le 05/03/2017 à 7:39 :
Votez pour la micron.
a écrit le 04/03/2017 à 15:56 :
Si cette affaire était sortie avant la primaire, FF aurait-il gagné? J'en doute.
N'oublions pas que FF est accusé d'emplois fictifs à répétition, que son épouse n'a jamais démentis (sa défense est en plus particulièrement mauvaise) et surtout contrairement à Juppé et pas mal d'autres qui œuvraient pour le parti, d'enrichissement personnel, ce qui est disqualifiant pour quelqu'un qui en plus fait la morale comme Cahuzac.
Il aurait été sorti dans 80% des pays d'Europe et si sur un malentendu il est élu, son image dans le monde et la notre par la même occasion va être super. Je me suis déjà tapé en étant à l'étranger toutes les impolitesses de Sarko au Canada ou chez le pape plus l'Epad, et dans ces cas la il ne reste plus qu'à se faire très petit devant les sarcasmes
Pour conclure, les juges font leur boulot et la presse aussi bien qu'elle soit loin d'être irréprochable
a écrit le 04/03/2017 à 15:23 :
Bon article mais à mon avis, le Peuple de France n'existe pas. La France n'est qu'une juxtaposition d'intérêts antagonistes et de frustrations diverses mais elle est tout de même riche de femmes et d'hommes de bonne volonté.
Réponse de le 05/03/2017 à 0:11 :
Etre divers, avoir des idées et intérêts divergents est le propre de l'Homme. Mais un Peuple est comme une famille, même lorsqu'en apparence ses membres semblent indépendants voire divisés en période de paix heureuse, ils se révèlent solidaires et prêts à faire face devant l'adversité.
a écrit le 04/03/2017 à 14:41 :
Le programme politique étant prémâché à Bruxelles, on l'occulte avec des problèmes personnels pour mieux nous manipuler!
a écrit le 04/03/2017 à 14:17 :
Embastillons M.Fillon et Mme Le Pen et il n'y aura plus qu'à élire, démocratiquement, M.Macron
Réponse de le 04/03/2017 à 18:03 :
Aaaahhh ! I have a dream...
Réponse de le 04/03/2017 à 21:02 :
@virtute
Comme à la grande époque des Khmers rouge, bah on en est pas loin
Réponse de le 04/03/2017 à 21:02 :
@virtute
Comme à la grande époque des Khmers rouge, bah on en est pas loin
Réponse de le 05/03/2017 à 16:56 :
Pourquoi personne ne parle des super revenus de Macron
18 mois de travail chez rothschild et un super salaire de 2,4 millions d'euros, tout simplement écœurant .
a écrit le 04/03/2017 à 11:52 :
La droite depuis 20 ans , ce n'est que querelles d'égos surdimensionnés. Des politiciens qui ont conduit le pays dans un état pitoyable.
D'abord un oui à une UE technocratique mal pensée, dominée par les allemands , une zone mark.Malgré un non au référendum en 2005, les politiques ont trahi le peuple, laissant des séquelles encore vivaces aujourd'hui. Ensuite, une politique d'immigration surréaliste , plusieurs millions de personnes venant d’Afrique, du Maghreb, et autres lieux.
Une population que notre école n'assimile plus et qui vient grossir un chômage endémique. Des banlieues ou la police n'ose plus aller etc....
Un bilan catastrophique dans un pays qui c'est complètement désindustrialisé en 30 ans.
Bilan largement partagé par cette gauche bourgeoise, bobotisée et moraliste.
Voici la situation, et cette présidentielle reflète parfaitement la déliquescence de notre pays.
Réponse de le 05/03/2017 à 16:05 :
Je suis bien d'accord ! Le problème de fond en France est qu'il y a plein de gens compétents dans la société civile qui ont des solutions. MAIS ils ne peuvent pas les proposer au public car ils ne peuvent pas candidater ! Ils font face à un ensemble d'appareil politiques et des médias qui font barrage.
Pour l'économie, il faut régionaliser par une vraie décentralisation afin de rapprocher les moyens financiers publics des gens, simplifier les aides, ouvrir les initiatives (et supprimer les conseils départementaux, le sénat, remplacer les communautés de communes par une commune globale, etc ...).
Afin de renouveler les élus, ce qui est une URGENCE, il faut imposer le non cumul de tout mandat et 2 mandats maximum de suite, créer un statut d'élu afin que les gens de la société civile (ingénieurs, artisans,...) puissent enfin candidater (en créant un système permettant à l'élu de retrouver un emploi après la fin de son mandat).
Nous avons un besoin urgent de supprimer le carriérisme politique car il détruit ce pays !
a écrit le 04/03/2017 à 10:40 :
Je pense que l'article résume bien la situation, mais qu'un encore meilleur résumé serait : beaucoup de bruit pour rien, mais du bruit quand même. C'est comme pour l'e-réputation, quand on veut faire disparaitre une information, il faut créer un flot ininterrompu d'informations sur quasiment le même sujet.

Peut-être que les moins politisés de cette presse à sens unique qu'on voit partout depuis un mois commencent-ils à se rendre compte qu'ils se sabordent eux-mêmes en continuant à se comporter comme les shadoks (qui pensent que pour qu'il y ait le moins de mécontents possible il faut toujours taper sur les mêmes). Je ne crois plus à une pourtant louable recherche de la pertinence chez les journalistes, mais je crois encore à l'auto-défense la plus basique, et de plus en plus d'ailleurs.
Réponse de le 04/03/2017 à 14:54 :
Beaucoup de bruit pour rien ???
Comme dirais les jeunes mdr 😂
Moi je vous dirais que vous me faites penser:🙈🙉🙊
a écrit le 04/03/2017 à 10:20 :
Cette élection est une tragédie: la lumière sur les comportements de nos élus, l'absence de respect des frondeurs de leur parti de gouvernement, l'absence de souci de Vérité des prétendants, prêts à toutes les promesses les plus stupides pour l'emporter, l'absence de contrôle de la dépense publique rappelée par les à-cotés de l'affaire Théo (680 000 euros d'argent public distribué sans aucun contrôle),...et ce sont les mêmes qui prétendent lutter contre les extrêmes, et qui gémiront quand l'impensable sera devenu réalité! Il importe que les médias se secouent et dénoncent vertement les vraies raisons du boulevard ouvert au FN. Car in fine, les défenseurs de plus faibles doivent ouvrir les yeux sur ce qui se passe en France: plus de 600 milliards de redistribution, les plus forts taux d'imposition du Monde, des systèmes sociaux les plus larges du Monde, et tant de problèmes sociaux non réglés! Des prestations sociales adressées selon Macron à 80% des foyers fiscaux (projet taxe d'habitation), des APL destinées à 50% des foyers fiscaux, et 70% des foyers fiscaux éligibles aux HLM... Sommes-nous FOUS?
a écrit le 04/03/2017 à 9:59 :
Deux prétendants à la fonction suprême qui se permettent de faire un gros bras d'honneur à nos institutions et se comportent comme des factieux, ils font honte à notre pays et sont un danger pour celui-ci.
a écrit le 04/03/2017 à 9:44 :
Il est temps de purger la France des liens quasi incestueux entre la presse, la gauche, la "justice" voire certains fauteurs de troubles, en banlieue ou dans les ZAD (bien utiles pour faire passer le laxisme de l'exécutif pour de la fermeté) . Pour ce faire la première étape est de virer de l'Elysée son actuel locataire et ne pas permettre à son fils spirituel qui a inspiré sa politique et sans doute ses magouilles de s'y installer. Il n'est pas innocent que Jean Pierre Mignard, proche de Hollande et avocat douteux qui n'a cessé, à l'époque Sarkozy, d'attiser les braises en banlieue, que ce soit à Clichy sous Bois ou à Villiers le Bel (étonnamment il ne s'est pas précipité à Beaumont sur Oise pour y défendre la famille d'A. Traoré ou à Aulnay pour y défendre Théo... faut dire que ces émeutes-là ont eu lieu sous Hollande...), soit passé chez Macron avec armes et bagages... Il faut en finir avec les cabinets noirs de manipulation de la presse (Lhomme et Davet qui avaient leurs entrées directes à l'Elysée et chez Taubira) et de la "justice". Or pour virer la pieuvre Hollande, Fillon ne peut plus faire le job. La survie de la démocratie impose de le remplacer d'urgence. Et si finalement il bénéficie d'un non-lieu ou d'une relaxe (probable parce qu'il faudrait parvenir à prouver que les emplois de Pénélope Fillon ont été totalement fictifs, autrement dit qu'elle n'a JAMAIS rien fait ni pour Fillon ni pour la revue des 2 mondes) , il faudra que le Canard Enchainé soit durement sanctionné pour dénonciation calomnieuse, par exemple à dédommager Fillon pour perte d'opportunité professionnelle (une centaine de millions d'€ paraît plaidable).
Réponse de le 04/03/2017 à 12:13 :
Bruno est dans la douleur, son mentor est pris dans la tourmente d'avoir utilisé de l'argent public à des fins personnelles, alors il invente des calomnies et perd à son tour sa sérénité, réclame une centaine de millions au Canard enchainé, mon pauvre Monsieur vous êtes un vrai homme de droite, aveuglé par la détestation des médias qui dérangent vos certitudes et surtout qui montrent une vérité dont vous faites fi, moi homme de gauche j'ai réclamé la sanction pour Cahuzac sans hésitation, à la différence de moi la vérité ne vous intéresse pas vous êtes un communautariste de la politique en excusant toujours les faillites de votre propre camp, Fenec avant d'être député LR était juge d'instruction et bien avant que Fillon ne soit dans la tourmente avait réclamé sa démission, car en tant que juge et à la lecture de l'instruction, il craignait une comparution directe.Fillon a eu le culot dire que l'immoralité de sa démarche était légale, curiosité du droit Français, nous sommes la honte de l'Europe et la France confirme sa trés mauvaise place en matière de corruption, il ne vous reste plus qu'à vous rendre dimanche au Trocadéro
et moi de soutenir la presse telle que le Canard en
Réponse de le 04/03/2017 à 12:37 :
Extrême comme propos voir irresponsable Fillon a été 1 er ministre et au jours hui il vient pour redresser le pays franchement
Quand aux autres qui se réclament de gauche ou d extrême gauche ou droite mes commentaires seront aussi lapidaires
Au secours Robespierre revient avec ta guillotine
Réponse de le 04/03/2017 à 18:10 :
Encore un théoricien du complot, réaction très droitière d'un Caliméro.
Réponse de le 05/03/2017 à 17:06 :
@assovac : on n'a pas vu les Mediapart, ou autres Canard Enchainé se confondre en excuses quand la "justice", au terme d' enquêtes qu'elle a quand même pris un malin plaisir à faire traîner en longueur, a fini par reconnaître qu'il n'y avait pas lieu de renvoyer Sarkozy en correctionnelle dans l'affaire Bettencourt, ou encore qu'il n'y avait pas lieu de condamner Woerth dans aucune des deux affaires où il était cité. Une presse incapable de reconnaître ses erreurs ne mérite aucune considération.
a écrit le 04/03/2017 à 9:29 :
Le 17 février j'écrivais ces lignes au sujet d'un article intitulé : affaire Fillon, le PNF va poursuivre son enquête.

Il y a deux lectures possibles à ce fatras d'événements et d'informations réels ou fictifs, à la conclusion que l'affaire ne peut pas être classée sans suite, et que des investigations complémentaires sont nécessaires.

Il y a la lecture qui arrange le sieur Fillon et son clan qui persistent à faire croire que sa conduite a été normale et exemplaire et qu'il peut et doit donc continuer à briguer le poste le plus haut de la république.

Mais il y a aussi la lecture dérangeante de l'inverse où les investigations doivent se poursuivre et qui signifie que les justifications et explications sont restées incomplètes et non convaincantes de sorte que des zones d'ombres et des suspicions subsistent.

Pour ma part je ne puis me convaincre que d'une chose.

Si l'homme était propre et sans reproche, il aurait été lavé sans réserve et sans délai, même si l'attaque venait sournoisement d'un parti qui cherche à l'écarter du pouvoir.
Et je ne peux pas imaginer voir mon pays représenté par un personnage qui ne représenterait pas l'honneur, la probité et la droiture personnifiés, cela de quelque bord qu'il soit... par un personnage qui voudrait se mettre hors d'atteinte de toute justice en lui niant le droit de s'exercer sur lui au motif qu'il représente le pouvoir législatif.

Tout le mal et les vices en reviennent à cette clique de combinards qui pratiquent la course à l'échalote à chaque échéance et qui sont restés effroyablement incapables de mettre de l'ordre et d'instituer une déontologie étincelante de propreté dans leurs rangs.

Ce qui se passe démontre aussi quelque chose d'autre qui peut également donner lieu à deux lectures.

Nous pouvons constater que le personnage en question est d'une âpreté à la course au fauteuil phénoménale, au point de risquer une défaite magistrale de tout son camp.

Sans nul doute la lecture de ses acolytes est celle de prétendre que c'est une vertu qui prouve qu'il ira au bout de ses propositions sans reculer ni faillir.
Mais il y a aussi une lecture très différente qui fait le portrait d'un forcené aveuglé par son ambition et son ego, incapable de plier, qui irait jusqu'à mettre le pays à feu et à sang alors même qu'il se retrouverait seul face contre tous.
Je ne crois pas que ce serait le credo d'un rassembleur mais plutôt celui d'un PGCD (plus grand commun diviseur).

Dans cette simili démocratie où une faction qui représente 51 % de 51% de la population est déclarée majoritaire, ce qui ne représente somme toute qu'environ 25 % de la population, je ne comprendrais pas qu'un tel individu puisse endosser le costume du représentant de 66 millions de français.

Et je conclurai en disant que cette caricature de démocratie ne pourrait retrouver une figure honorable qu'en pratiquant ce que De Gaulle avait envisagé pour créer la 5° république, l'exacte égalité des souverainetés populaire et représentative.
…..........

Aujourd'hui, je pourrais compléter par des arguments développés dans d'autres pamphlets que j'ai adressés relativement à cette pratique délétère du pouvoir qui enlève toute parole à la nation pour ne lui demander qu'un chèque en blanc tous les cinq ans.
Trompés en permanence par les équipes lauréates des concours de la Présidence, le français moyen essaie de plus en plus d'ouvrir son esprit et de rechercher ailleurs un autre chemin d'existence. Même s'il n'y réussit pas toujours avec lucidité, dans sa grande majorité il a bien compris qu'il n'a rien à attendre des ces mêmes et perpétuels gesticulateurs qui ne parviennent au pouvoir que pour l'exercer à leur seule idée sans jamais questionner la nation.

Dans l'affaire Fillon la réaction forcenée de ce candidat va jusqu'à l'outrance d'opposer la justice à la rue. Cela constitue une similitude à son accusation lancée contre le gouvernement de laisser s'installer une guerre civile. C'est un très fâcheux précédent.
Le bouclier du peuple peut se heurter à un autre bouclier du peuple. On appelle cela une guerre civile larvée.
Réponse de le 04/03/2017 à 11:41 :
Je rejoins parfaitement vos commentaires. Que les medias ne soient pas d'une impartialité à toute épreuve, soit, mais je pense qu'il existe des médias "de droite" et qui le défendent âprement.
Et à force de clamer haut et fort à tous les vents qu'il était un "Monsieur Propre", il ne pouvait qu'attiser les feux qui couvaient contre lui. Pourquoi baser sa campagne sur une probité qu'il s'acharne à démonter contre l'évidence, alors qu'il avait un programme à proposer, à défendre à développer.
Peut-être alors que ce programme n'était pas aussi peaufiné qu'il semblait le dire et que s'attaquer à N.Sarkozy honni par les Français était - pour lui - un moyen de détourner l'attention des électeurs.
Tout a été raté, et maintenant, il poursuit éperdument une fuite en avant où il entraîne toutes les forces qui croyaient en lui, aussi bien celles qui le laissent aujourd'hui et qui, tôt ou tard, lui demanderont des comptes, que celles qui le suivent dans cette folle épopée, dont l'issue me semble plus proche de Waterloo que du 18 Brumaire !
Réponse de le 04/03/2017 à 13:26 :
Voici au :moins un français qui est lucide, et qui, prenant du recul, dresse une analyse critique de la classe politique dans son ensemble. Il n'affiche pas de position en faveur d'un camp contre l'autre, mais dénonce le funambulisme d'un candidat qui a floué tout le peuple, à commencer par celui de Droite, qu'il est sérieux, intègre et probe. Même un président de la République est un humain, il lui faut quand même un supplément de rigorisme, parfois.
Et il doit incarner la vertu dans toute sa plénitude. A ce stade, Fillon ne peut pas se rapprocher de De Gaulle!
Réponse de le 04/03/2017 à 13:35 :
Voici au moins un français qui est lucide, et qui, prenant du recul, dresse une analyse critique de la classe politique dans son ensemble. Il n'affiche pas de position en faveur d'un camp contre l'autre, mais dénonce le funambulisme d'un candidat qui a floué tout le peuple, à commencer par celui de Droite. Il prétend être sérieux, intègre et probe, alors que les faits charrient autre chose sur l'homme. Même si l'on doit convenir qu'un président de la République est un humain, l'on doit cependant admettre qu'il lui faut quand même un supplément de rigorisme, parfois.
Et il doit incarner la vertu dans toute sa plénitude. A ce stade, Fillon ne peut pas se rapprocher de De Gaulle! C'est une fuite en avant que d'imputer la situation aux médias et à la justice.
Et ce n'est pas parce que l'on se retrouve en période de campagne présentielle que les médias et la justice doivent arrêter de faire leur travail. Alors, dont acte!
Réponse de le 04/03/2017 à 13:36 :
Voici au moins un français qui est lucide, et qui, prenant du recul, dresse une analyse critique de la classe politique dans son ensemble. Il n'affiche pas de position en faveur d'un camp contre l'autre, mais dénonce le funambulisme d'un candidat qui a floué tout le peuple, à commencer par celui de Droite. Il prétend être sérieux, intègre et probe, alors que les faits charrient autre chose sur l'homme. Même si l'on doit convenir qu'un président de la République est un humain, l'on doit cependant admettre qu'il lui faut quand même un supplément de rigorisme, parfois.
Et il doit incarner la vertu dans toute sa plénitude. A ce stade, Fillon ne peut pas se rapprocher de De Gaulle! C'est une fuite en avant que d'imputer la situation aux médias et à la justice.
Et ce n'est pas parce que l'on se retrouve en période de campagne présentielle que les médias et la justice doivent arrêter de faire leur travail. Alors, dont acte!
a écrit le 04/03/2017 à 9:23 :
Pour le moment il est condamné par les médias. la justice travail en silence à charge et à décharge. À supposer qu'il y ai un non lieux dans 6 mois celui-ci ne seras plus audible. F F restera toujours suspect " il n'y a pas de fumée sans feu " le droit à l'information est il prioritaire sur la présomption d'innocence ? les lois peuvent t elles être voté avant l'évolution des mentalités ? ce qui était acceptable et accepte il y a 5 ans n'est plus supportable aujourd'hui. Le monde change les habitudes pas.
a écrit le 04/03/2017 à 9:22 :
Pour le moment il est condamné par les médias. la justice travail en silence à charge et à décharge. À supposer qu'il y ai un non lieux dans 6 mois celui-ci ne seras plus audible. F F restera toujours suspect " il n'y a pas de fumée sans feu " le droit à l'information est il prioritaire sur la présomption d'innocence ? les lois peuvent t elles être voté avant l'évolution des mentalités ? ce qui était acceptable et accepte il y a 5 ans n'est plus supportable aujourd'hui. Le monde change les habitudes pas.
a écrit le 04/03/2017 à 8:57 :
A l'équipe de modération et à la direction de « La Tribune » :

Un membre de votre quotidien n'a vraisemblablement pas apprécié un ou plusieurs pamphlets que j'ai adressé. Cela me vaut des messages quotidiens à mon adresses courriel qui a aussi été communiquée à d'autres publicistes. Impossible de se désabonner de la lettre «La Tribune d'Afrique » au motif que mon adresse ne figure pas dans la liste des abonnés.

Je ne remercie pas celui qui est à la base de ce procédé vindicatif. Par contre, je vous remercierais volontiers de faire cesser cet abus manifeste d'utilisation détournée des moyens de votre quotidien.
Je suis lecteur assidu et même si je ne partage pas toujours les opinions exposées, je tiens à respecter, par savoir vivre autant que par courtoisie, les équipes de « La Tribune » et les personnalités faisant l'objet de vos articles.
Si les envois devaient continuer, j'abandonnerais tout bonnement votre site et introduirais une demande officielle.
Avec mes civilités et très cordialement.
a écrit le 04/03/2017 à 8:25 :
Cet articulet est confondant de bêtise. A l'erreur d'analyse il ajoute les mensonges. Il passe en effet sur tous les mensonges que Fillon a accumulé au fil des semaines. N'est ce pas ce clown triste qui avait annoncé qu'il se retirerait s'il était mise en examen ? N'est ce pas cet homme cupide au delà de ce qu'on imagine qui avait cité le général De Gaulle comme exemple ? "Imagine t on le général De Gaulle convoqué devant les juges ? Mais ce qui était bon pour Sarkozy ne devrait pas s'appliquer à lui ? Il est curieux qu'un bonhomme ayant aussi peu de rigueur d'analyse et d'éthique enseigne à de jeunes francisa. Mais qu'enseigne t il ? La cupidité ? La tricherie ? L'usage des emplois fictifs ?
a écrit le 04/03/2017 à 8:01 :
Entièrement d'accord avec l'article. Moi qui pourtant suis plutôt de gauche et qui n'aime pas particulièrement fillon, c'est terrible ce complot d'une partie des juges et des médias contre lui. J'ai un peu honte de cette justice. Ce pays va vraiment trés mal. J'aurais jamais cru cela des institutions.
a écrit le 04/03/2017 à 7:28 :
ouhlala , le manque de rigueur de cette analyse est impressionnant .
Commençons par dire que FF est dans la primaire comme le cycliste qui est dans le peloton , bien à l'abri , qui ne prend jamais un relais et qui bat tout le monde au sprint parce qu'il ne s'est jamais exposé aux vents contraires ( aucune attaque de AJ et NS pendant cette primaire ; NS se concentre sur AJ ).
Les débats de cette primaire se jouent dans la posture ( un débat à 7 , quel bazar ): et là FF l'emporte haut la main , la volatilité du vote des électeurs fait la différence .( Ont-ils lu les programmes ? )
FF gagne la primaire et... premier pb , le programme de FF ne passe pas dans l'opinion : Sécu , ... La cote de FF commence à descendre . Pas de dynamique dans la campagne , FF n'est pas le leader capable d'organiser , motiver et souder les équipes , il est trop solitaire , il n'a pas le charisme .( Les débats ne l'avaient pas laissé prévoir)
Arrive l'affaire : parmi ceux qui ont voté FF à la primaire , deux attitudes : soit on est jusqu'au-boutiste et on soutient FF envers et contre tout soit on est dégouté parce que cette posture irréprochable de la primaire n'était qu'un masque qui vient de tomber et on regrette son vote . Les retours de terrains sont catastrophiques pour les élus .Il faudrait recommencer le vote puisqu'il y a tromperie ?.
Conclusion : les biais sont tellement nombreux dans cette affaire que votre analyse , mr l' Editorialiste, ne représente que votre point de vue et un mince intérêt .
a écrit le 04/03/2017 à 7:12 :
La TRIBUNE est un journal de gauche ! rien de nouveau dans ces articles à charge un peu minables
a écrit le 03/03/2017 à 23:22 :
Un tissu d'inexactitudes, pour rester courtois.

Tout d'abord les juges n'avaient pas la moindre raison de se "venger" de François Fillon. Jusqu'en janvier dernier, Fillon était un ardent défenseur de la morale et du droit. Il n'hésitait pas à se montrer plus dur que la justice en affirmant notamment lors d'un débat qu'un candidat entaché de soupçons devait se retirer même sans être mis en examen. Bref, le politicien rêvé pour tout magistrat, même si, hélas, ce n'était qu'un mirage.

Par ailleurs, le fait même de considérer "les juges" comme un corps homogène et machiavélique, capable d'organiser un complot (puisque c'est bien un conspirationnisme honteux qui sous-tend l'article), relève du fantasme. On a d'ailleurs pu voir depuis janvier à quel point la magistrature pouvait être en désaccord sur cette affaire.

"La vitesse de la procédure interpelle" seulement ceux qui ne font aucun effort d'objectivité et se borne à répéter les éléments de langage de l'équipe de com' de M. Fillon. Le Parquet Financier n'a pas fait preuve de plus de célérité que dans les affaires des Football Leaks et des Panama Papers, tout le monde peut facilement le vérifier. La rapidité de la justice est donc tout à fait louable et devrait satisfaire Fillon qui en avait fait un des objectifs de son programme.

Sur le fond personne ne doute de la culpabilité de Fillon. En effet, chacun sait bien qu'à sa place, étant innocent, il se serait empressé de convoquer les journalistes et de produire des preuves de son innocence. Cela fait, il serait sorti non seulement innocent mais renforcé comme un homme injustement accusé par le "système", pour singer sa sémantique. Une seule chose pouvait logiquement empêcher Fillon d'avancer des éléments l'innocentant : le fait qu'il n'existe pas de tel élément.

Du reste, il a menti à plusieurs reprises. Se prenant les pieds dans le tapis il a ainsi indiqué que sa femme recevait les administrés en son château de Sablé. Or, outre le fait que personne n'ait pu témoigner avoir rencontré Pénélope Fillon dans le cadre de ce travail, il se trouve qu'elle habitait Paris de 2002 à 2007. À l'inverse elle vivait à Sablé lorsque son mari était député de Paris de 2012 à 2013. Elle a de toute manière clairement indiqué n'avoir jamais été l'assistante de son mari.

Bref, nul complot mais une banale histoire de délinquance en col blanc. Ni la première ni la dernière, hélas. La suite ? Un électorat radicalisé et sectaire qui est prêt à s'asseoir sur ce qu'il promouvait il y a 2 mois encore : respectabilité, honnêteté, droiture, valeurs chrétiennes, "impunité zéro"... La République ne peut raisonnablement pas céder à la tentative de putsch d'un candidat qui, rappelons-le, a aussi détourné les dons de campagne de son micro-parti prenant ainsi en otage Les Républicains.
Réponse de le 04/03/2017 à 7:40 :
Entièrement d'accord.Fillon:"je ne possède qu'un compte en banque",une semaine plus tard il en énumère 14.Fillon:"si je suis mis en examen je démissione",15 jours plus tard:"Je ne me retirerai pas".
Alors pourquoi Fillon se maintient-il avec autant d'énergie?Il faut probablement chercher du coté des 8 millions d'euros des primaires ,une somme qu'il ne peut restituer pour des raisons probablement inavouables...
a écrit le 03/03/2017 à 22:48 :
Les français se font manipuler, c'est bien visible! Mais par qui, si ce n'est ceux qui veulent leur perte!
a écrit le 03/03/2017 à 22:43 :
Francois Fillon doit impérativement résister à ce complot, les ficelles sont trop grosses et les français le savent, ils sauront pour qui voter.
Réponse de le 05/03/2017 à 11:32 :
Au début on bombe le torse en se revendiquant de la droite catholique donc sans tâche.
Oui mais on c'est enrichie avec l'argent du contribuable ( et même si c'est autorisé ce n'est pas catholique ).
Devant le petit peuple on cri au complot comme seul défense et on va a confesse pour retrouver sa virginité .

Devant le catholique moyen il ne reste qu'un complot CQFD
Heureusement que le président français n'est pas élu avec les voix de ces individus .
a écrit le 03/03/2017 à 21:31 :
Ce Fillon est lâche par les stars de son clan politique, car son succès était imprévisible, mais il a reçu la confiance de la base. Cela explique pourquoi il patauge un peu jusqu'à ce qu'il trouve de vrais appuis pour gagner. C'est en cours. Il est bon débatteur même s'il n'est pas grand orateur au sens du livre de Louis de Cormenin, conseiller d'Etat et auteur de la constitution de la deuxième république.
a écrit le 03/03/2017 à 20:37 :
oui effectivement, va y avoir des degats collateraux...... au passage certains devront aller relire leur petit palo alto illustre, quand ca saignera copieux
ceux qui applaudiront la chute seront aussi ceux qui viendront gemir derriere, aucun doute la dessus

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :