Génération Bataclan  : unis dans la douleur, inégaux face à l'emploi

 |   |  1375  mots
(Crédits : reuters.com)
Retour sur une étude-testing d'octobre 2015 montrant que, à compétences égales, les candidatures de Michel, Nathalie, Dov et Mohammed n'ont pas les mêmes chances pour le même poste. Par Youcef Bousalham, maître de conférences à l'Université de Rouen.

Les événements effroyables que nous avons vécus en 2015 rappellent de manière péremptoire à quel point les chercheurs doivent contribuer à éclairer le débat social. Après les larmes, l'émotion et notre aspiration commune bien légitime à la communion, il s'agit de s'interroger, interpréter, saisir les réalités sociales qui se cachent derrière l'horrible : Ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre disait Spinoza.

Mais alors, par où commencer ? Chercheur ou pas, il semble bien difficile de comprendre les trajectoires de ces jeunes Français, de la même génération « Bataclan » que leur victime, et qui ont choisi de se faire les soldats zélés d'une idéologie cruelle et sectaire. Prétendre formuler une théorie valide respectant le principe de simplicité d'Ockham pour analyser et expliquer les racines d'un tel phénomène paraît bien illusoire. D'ailleurs, c'est ici que la multiplication des analyses fouillées, formulées par des chercheurs en sciences sociales (qu'ils soient issus de la sociologie, de la psychologie, de la géopolitique, historiens, politologues, philosophes, etc.) devient précieuse, voire indispensable.

Plus modestement, j'ai souhaité partager ici les résultats surprenants d'une étude portant sur le recrutement. Il me semble effectivement que, eu égard aux informations qu'elle dévoile sur notre société cette étude est passée relativement inaperçue. Publiée en octobre dernier par l'institut Montaigne, cette enquête sur les discriminations à l'embauche est la première dont le protocole expérimental permet d'isoler finement la variable « religion ».

Dans un souci de vulgarisation et sans trop insister sur les données chiffrées, je mets en scène les éléments de résultats qui, subjectivement, me semblent les plus saillants en laissant au lecteur le soin de voir, ou non, dans ce qu'ils révèlent, un lien avec les événements qui bouleversent notre pays.

Génération Bataclan : Michel, Nathalie, Dov, Mohamed...

Conduite en France avant les attentats de janvier 2015, cette enquête repose sur le traitement de plus de 6 000 offres d'emploi et permet de comparer les taux de convocation à un entretien d'embauche de Michel, Nathalie, Dov, Esther, Samira et Mohamed, six citoyens français de 27 ans avec le même diplôme et des expériences professionnelles identiques. Ces citoyens appartiennent tous à la génération Bataclan. Amis ou anciens camarades de classe, ces six Français (s'ils n'étaient pas fictifs) auraient très bien pu se retrouver assis ensemble à la même table ce vendredi 13 novembre...

Discriminations religieuses à l'embauche. Etude de Marie-Anne Valfort/ École d'économie de Paris. Institut Montaigne

Penchons-nous d'abord sur le cas de Michel et Dov. Que se passe-t-il quand ces deux amis posent leur candidature pour le même poste d'assistant-comptable. À compétence identique (pas égale mais bien identique), Dov (supposé de confession juive par les recruteurs sur la base de son prénom et de son passage par un collège confessionnel) doit envoyer six CV pour obtenir un entretien quand Michel (présumé catholique sur les mêmes bases) n'en envoie que quatre. Cette disparité de résultat ne repose sur aucun autre élément objectif que l'appartenance religieuse (juive) supposée de Dov.

Révoltante, cette inégalité objective, qui fait que Michel a 30 % de chance en plus d'être convoqué en entretien que son ami Dov est une première brèche dans l'idéal d'égalité républicaine qui se cache derrière la formule de génération Bataclan. Heureusement, cela n'empêche pas Michel et Dov d'être bons amis. D'ailleurs, c'est pour leur ancien camarade de promotion, Mohammed, que Michel et Dov se font du souci.

...et Mohammed

En effet, les résultats portant spécifiquement sur le cas de Mohammed, candidat masculin supposé (sur les mêmes bases que Michel et Dov) de confession musulmane, sont sans appel. Ce dernier, pour décrocher le même entretien que ses deux amis, doit envoyer... vingt candidatures, soit cinq fois plus de CV que Michel. Pour le formuler autrement, pour avoir la chance de recevoir une simple convocation à un entretien de recrutement, Mohammed doit envoyer deux fois plus de candidatures que Michel et Dov réunis. Là également, cette inégalité ne repose sur aucun autre élément objectif que l'appartenance confessionnelle supposée du candidat Mohammed.

Malheureusement, nous ne disposons pas d'étude précise qui se pencherait sur les taux de réussite aux entretiens de recrutement qu'auraient pu passer Michel, Dov et Mohammed pour ce même poste. Une telle enquête serait pourtant tout à fait instructive, tant les observations menées en psychologie sociale montrent que c'est souvent à cette étape décisive que les biais cognitifs, liés notamment aux stéréotypes, au paraître et au « savoir-être », sont les plus significatifs. Mais ce n'est pas tout. Pire que l'inégalité entre Michel et Dov, pire encore que les difficultés relatives que rencontre Mohammed dans sa recherche d'emploi, il est un autre phénomène, tout à fait déstabilisant que révèle cette étude.

emploi

Pourquoi rien ne sert d'être excellent quand on s'appelle Mohammed

L'introduction de « profil d'exception » parmi les candidatures tests permet effectivement de mesurer si finalement, en moyenne et selon toute logique, un Mohammed méritant est davantage convoqué en entretien qu'un Michel ou un Dov disons, « moyen », dans le cas exceptionnel où son profil met en avant des compétences « excellentes » dans toutes les rubriques du CV. Là encore, les résultats sont très sévères pour notre société d'égalité...

En moyenne, non seulement un excellent Mohammed n'obtiendra jamais autant de convocations que ses amis Michel, Nathalie, Dov, etc., mais, bien loin de favoriser les réponses positives, le profil d'exception de Mohammed à tendance, étrange paradoxe d'Icare, à jouer en sa défaveur. Car Mohammed, qu'il soit doué, expérimenté ou tout simplement laborieux n'est, selon les termes de l'étude : « jamais autant discriminé » que « lorsqu'il apparaît excellent ».

Il s'agit là sans doute d'un phénomène social à analyser en profondeur tant il paraît révélateur des présupposés des recruteurs, et, à travers ces derniers, d'un mal profond qui touche notre société. En tout cas, pour ses amis (Michel, Dov, Nathalie, etc.) ce paradoxe explique peut-être pourquoi Mohammed, d'habitude si enthousiaste tient pour la première fois un discours défaitiste face à l'emploi. Résigné, il envisage même de tenter sa chance ailleurs : au Canada, à Londres, à Singapour ou encore à Dubaï. Dans un pays qui valorise la réussite sociale de ses enfants par le mérite et l'excellence, un tel phénomène a effectivement de quoi décourager...

Pour une prise de conscience citoyenne

En définitive, au moment où le pays s'engage dans une guerre lointaine, coûteuse et incertaine contre la barbarie, ces données froides sur les discriminations à l'embauche, pour certaines bien pires que les résultats obtenus lors de tests similaires sur les discriminations des communautés hispanique et afro-américaine aux États-Unis suggèrent l'existence d'une autre forme de violence sociale contre laquelle il faut lutter tout aussi fermement. Un autre front, intérieur, citoyen, moins spectaculaire. Au-delà des discours de RSE et des lois anti-discrimination, ce type de résultats doit effectivement susciter une prise de conscience citoyenne, nous interpeller sur nos rôles : RH, recruteurs en tout genre, professeurs, chercheurs, journalistes, formateurs, responsables pédagogiques, associatifs et politiques ; et nous amener à défaire la violence banale que produit potentiellement une société au sein de laquelle les mêmes citoyens qui, de fait, sont tenus à l'écart (ici de l'accès à l'emploi), se voient souvent, simultanément, accusés de repli communautaire.

Trouver sa place dans sa propre société, notamment quand on est citoyen méritant est, non seulement une condition incontestable de l'intégration (quelle que soit la définition que l'on accorde au terme) mais c'est peut-être aussi la modalité fondamentale d'une république où Dov, Esther, Mohammed, Michel, Nathalie et Samira continuent à s'épanouir et à vivre ensemble sereinement.

The Conversation_______

 Par Youcef Bousalham, maître de conférences, Université de Rouen

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2016 à 20:34 :
a part tic et tac, boule et bill, titi et grosminet qui se battent sur l'assiette des commentaires, aucune évolution?

pour en revenir au sujet, l'article est dans sa raison :
l'embauche de base en france est une cata.
a cela s'ajoute la dose de racisme potentielle que les gens ont, recruteurs ou pas.
Sauf que les recruteurs n'y échappent pas, et c'est pas pour rien si le FN est le troisième parti de france : elle a des racines très ancrées qui la rendent raciste, c'est vérifiable dans le quotidien ordinaire.
et faut surtout pas s'attendre à ce que ca change, en 2005 yavait exactement les memes articles pour les memes études, comme quoi les habitudes ont la vie dure..
a écrit le 09/05/2016 à 6:14 :
L'etude semble oublier qu'il y ( encore) plus de chrétiens que de juifs et que de musulmans. D'où sans doute les chiffres de recrutement. Mais aussi la determinination et la préparation individuelle de chacun dès l'enfance, et le rôle des parents priment:les écoles privées catholiques accueillent d'aillleurs, de la maternelle à la prépa., des enfants d'autres confessions, en particulier juive et musulmane...Et puis il faut préparer son recrutement de très loin. Je connais un garçon qui a intégré HEC après un parcours soigneusement préparé, puis en faisant ses stages d'école dans la banque qui l'a finalement recruté, et s'y faisant apprécier...
Cette étude me paraît donc tres insuffisante.
a écrit le 01/04/2016 à 0:15 :
la charia n'est pas un CV !
a écrit le 05/03/2016 à 23:49 :
Au stagiaire qui me censure, merci de remettre mon post.
a écrit le 03/03/2016 à 16:45 :
J'ai un copain avec un prénom du genre Mohammed, qui est devenu CRS.

Sur Paris il se faisait contrôler ses papiers 15 fois par jour du coup au final il a fini par poser sa carte de CRS derrière son pare brise et de suite c'est allé beaucoup mieux.

Attention le tableau n'est pas totalement noir l'essentiel de la population française n'est pas raciste je peux vous le garantir mais au sein de son oligarchie, et donc chez ceux qui possèdent les moyens de production, il y en a de nombreux qui le sont franchement, ceci expliquant cela.

Merci quand même de nous rappeler cette réalité que nombreux continuent de payer chèrement.
Réponse de le 03/03/2016 à 20:26 :
Pourquoi donc les musulmans français continuent-ils de prénommer leurs nouveaux nés en choisissant délibérément des prénoms musulmans? S'ils veulent vraiment s'intégrer à la république, qu'ils commencent donc l'assimilation en choisissant pour leurs enfants français des prénoms français!
Il faut à un moment montrer que l'on est fier d'être français, né sur le sol français et que la république française veut dire quelque chose et cesser la victimisation à outrance, d'autant que le handicap du prénom n'est que la faute de parents qui dénigrent la France et qui veulent garder l'attachement au pays d'origine dont ils ont aussi la nationalité, ils sont nés avec la double nationalité sur le sol français mais favorisent leur autre nationalité en choisissant un prénom qui correspond à celle du pays d'origine!
Réponse de le 04/03/2016 à 9:14 :
"Pourquoi donc les musulmans français continuent-ils de prénommer leurs nouveaux nés en choisissant délibérément des prénoms musulmans?"

Parce que ça fait parti de leur culture vous voulez dire que vous avez appelé vous vos enfants Samia et Moustapha donc ?

"S'ils veulent vraiment s'intégrer à la république, qu'ils commencent donc l'assimilation en choisissant pour leurs enfants français des prénoms français!"

Aux états unis chacun nomme en général ses enfants selon sa culture et ses traditions or ce pays est une réussite, saufs quelques cas désespérés, en matière de melting-pot pot. Je ne vois pas en quoi appeler ses enfants avec des prénoms français a de gênants qui plus est, la richesse est dans la diversité vous le saviez ? Non.

"Il faut à un moment montrer que l'on est fier d'être français"

Je ne suis pas fier d'être français alors que pourtant d'une décendence certainement bien plus ancienne que la votre, pourquoi donc est-ce que je demanderais aux immigrès de l'être alors que moi je ne le suis pas ?

Déjà pour être fier de ce que l'on est relève d'abord et avant tout de la vanité.

"cesser la victimisation à outrance"

Dans ce cas que l'on arrête de s'acharner sur les immigrès sinon ce n'est pas de la victimisation comme vous aimez bien dire c'est tout simplement de l'acharnement.

"d'autant que le handicap du prénom n'est que la faute de parents qui dénigrent la France"

Vous croyez qu'ils viennent en France pour la dénigrer ? En fait ce sont des agents de la franc maçonnerie venant préparer le terrain pour la future invasion reptilienne c'est bien ça ?

"mais favorisent leur autre nationalité en choisissant un prénom qui correspond à celle du pays d'origine! "

Décidément vous avez un véritable souci avec les prénoms mais du coup c'est votre souci à vous, votre obsession personnelle donc, n'essayez pas d'en faire une vérité vous n'y arriverez jamais, merci et au revoir.
Réponse de le 26/03/2016 à 18:58 :
les USA ne sont absolument pas ue réussite en terme de melting-pot , les communautés vivent côte à cote mais surtout pas ensemble.
Et en Fance nous en prenons le même chemin
a écrit le 03/03/2016 à 15:32 :
Pas besoin de s’appeller Mohamed pour en arriver là.
Français « de souche », je n’ai pas vu un recruteur depuis 2 ans. Je ne trouve que quelques miettes d’interim et le reste se fait par téléphone pour des petits CDD. J’ai 29 ans, autodidacte en informatique et sécurité (jusqu’a la réforme de Sarkozy), je n’ai pas eu un seul CDI de ma vie, je n’aurais jamais de retraite si je reste dans le salariat. 0 avenir, rien. En province, je n’ai pas le pole emploi et le RER juste a côté de chez moi. Partir ? Impossible sans argent, donc sans emploi. Sauf si on se dirige vers l’illégalité…
J’en suis arrivé a quelque chose de terrifiant, je comprends la colère de ceux qui basculent dans les extrêmes, et nous comme de plus en plus nombreux... J’ai moi même hésité a rejoindre le front ukrainien du côté de la république du Donbass. Ayant eu la malchance d’arriver sur le marché du travail en 2008 (ça ne s’invente pas…), je croyais encore un peu au système jusqu’a ces dernières années.
Mon ancien et actuel conseil régional a voté son augmentation de salaire (les seuls a avoir voté contre sont le FN) et a annulé de nombreuses formations d’agent de sécurité 2015/2016 alors que la demande a totalement explosé après les attentats de 2015, totalement absure… Pendant ce temps là, une autre région finance la formation de militaires saoudiens… Ce pays déraille complètement.
Je voudrais dire aux winners de la mondialisation qu’il va falloir profiter de l’instant présent parce que l’avenir sera très sombre et/ou aux mains du FN. Il n'y a rien de plus dangereux qu'une population qui n'a rien a perdre. Bonne chance.
Réponse de le 03/03/2016 à 16:41 :
Vous n'avez pas lu l'article et du coup êtes complètement hors sujet mais c'est pas étonnant pour un français " de souche" comme vous dites.

Au passe pourriez vous nous dire ce qu'est un français de souche je vous prie ? Vous ne serez pas venu pour rien comme cela. Merci
Réponse de le 03/03/2016 à 17:15 :
@Bernardo Zorro : L'article parle de ceux qui n'ont pas accès au marché du travail, en particulier quand ils s'appellent "Mohamed". Je sous entends dans mon commentaire que ça fait déjà un bon moment que nous vivons dans une france où l'on a plus besoin d'avoir un ou des "handicap" (le sujet de l'article étant entre autre l'origine) pour être quasi totalement mis a l'écart du marché du travail.
J'ai parfaitement lu l'article et j'ai du mal a voir autre chose que de mauvaise foi dans votre réponse.
En ce qui concerne le passage sur "français de souche", l'utilisation des guillemets devrait vous mettre le puce a l'oreille, je ne l'utilise pas du tout au premier degré, je vis en province, dans un monde qui n'a rien a voir avec celui de la plupart des "Mohamed". J'ai passé mon enfance dans des écoles médiocres en ZEP où j'ai eu beaucoup d'amis... Vous avez simplement envie de voir dans mes propos ceux d'un facho de base, libre a vous, dommage que ce soit inutile. Pour vous donner une petite idée, ma compagne est musulmane... Suis-en règle avec la police de la pensée FGUMPS ?
Réponse de le 04/03/2016 à 8:48 :
Bonjour Damien,
Pourquoi avoir envisagé le front du Donbass ? (Avec nos médias ce serait plutôt les gentils ukrainiens qu'il faudrait défendre..)
Ma question est sans host imite, j'ai voyagé en Crimée et c'était beau et très agréable.
Sinon avez vous penser a d'autres pays francophones : Belgique, Luxembourg, suisse ?
J'ai saute le pas, désillusionné comme vous par la France (Bretagne dans mon cas) il y a un an... Je revis !
Réponse de le 04/03/2016 à 9:04 :
"Mon ancien et actuel conseil régional a voté son augmentation de salaire (les seuls a avoir voté contre sont le FN)"

Je n'invente rien, vous nous arrosez de "français de souche" et ensuite vous nous dites que seul le front national refuse de se voter une augmentation.

Vous oubliez sciemment donc de dire que le front national est mis en examen pour fraude fiscale et pour avoir voler l'argent de ses adhérents via le micro-parti jeanne.

Vous oubliez également de dire que des cadres du front national ont délibérément mis le feu à des voitures afin de faire croire que c'était des arabes qui l'avaient fait.

Vous oubliez également de parler de ce cadre du front national qui a vendu des armes aux terroristes islamistes, vous me direz un investissement en quelque sorte.

Bref je viens d'un forum rempli de gens comme vous qui poussent leurs pions et dès qu'ils sentent qu'on leur met leurs contradictions sous le nez font machine arrière or c'est facile à faire quand cela concerne le langage parlé, le problème du langage écrit c'est que les mots restent.

ET votre français de souche qui ne veut absolument rien dire et n'a absolument aucun sens ironique dans vos propos est bien là et votre publicité au passage pour ces élus FN qui ont refusé de se voter une augmentation de salaires est encore là.

Il y a la théorie et il y a la pratique vous ne pouvez pas jouer sur les deux surtout quand les deux vous contredisent puissamment, merci.
Réponse de le 04/03/2016 à 12:23 :
@Toto "Oui, c’est l’Europe, depuis l’Atlantique jusqu’à l’Oural, c’est l’Europe, c’est toute l’Europe, qui décidera du destin du monde." :-)

@Bernardo Zorro : - Pourriez-vous m'écrire noir sur blanc que les conseillers régionaux méritent de voter leur propre augmentation de salaire pendant qu'ils instaurent toujours plus de précarité pour les populations ?
- Les mis en examen c'est bien, les condamnations c'est mieux.
- Claude Hermant a été membre du DPS il y a 25 ans, je doute qu'on puisse le qualifier de cadre du FN... Il est membre du Bloc Identitaire, dont je ne partage pas les idées délirantes, ce même Bloc identitaire qui milite pour la remigration et voudrait donc renvoyer ma compagne dans son pays d'origine... Croyez-vous que j'ai quoi que ce soit en commun avec ces gens ? Il n'a pas encore été condamné et il travaillait aussi avec la Gendarmerie et les Douanes... Ça s'appelle un barbouze informateur opportuniste, pas un cadre du FN.
- L'incendiaire était un jeune nouveau membre numéro 2 du FN de Seine-et-Marne... Imaginez-vous Philippot incendier des voitures dans un groupes de jeunes de 19 ans ? Moi non plus... Ce ne sont pas non plus des cadres du FN. Leur place est en prison, ce genre de situation n'est malheureusement pas une surprise quand un parti doit tout reconstruire localement, a partir de rien ou pas grand chose. Les éléments instables n'ayant plus leur place dans ce parti.
Vous parlez de mots, vous devriez vous intéresser aux faits.
Réponse de le 04/03/2016 à 15:21 :
"Pourriez-vous m'écrire noir sur blanc que les conseillers régionaux méritent de voter leur propre augmentation de salaire pendant qu'ils instaurent toujours plus de précarité pour les populations ?"

Vous détournez complètement le sujet, je vous ai mis vos contradictions sous le nez vous prenez un autre cap, quel est votre crédibilité donc là tout de suite ?

Et par la suite vous défendez le front national, merci beaucoup donc de confirmez tout mon commentaire précédent mais c'était facile faut dire hein la question est:"Pourquoi les militants d'extrême droite se sentent ils obligés de se cacher pour exprimer leurs véritables opinions ?

Les sujets concernant l'égalité et la non discrimination à l'embauche ne sont pas pour vous, vous vous dévoilez de suite, je comprends que vous n'arriviez pas à vaincre vos obsessions mais faites un minimum d'efforts au moins, merci.

Et un de plus...
Réponse de le 04/03/2016 à 15:54 :
Cette discussion ne servait a rien et vous avez lamentablement déformé les seuls faits que vous avez rapportez. N'importe qui pourra le constater en deux minutes de recherche. Vous pouvez retourner sur ce forum dont vous parlez ou sur les réseaux sociaux, ça ne manquera pas a la Tribune, dont les commentaires sont en général plutôt raisonnable et intéressant, avec des faits précis et des arguments. Pas des sophismes et des attaques ad hominem, comme si voter comme 30% des électeurs était quelque chose de surprenant... Bienvenue en 2016.
Réponse de le 04/03/2016 à 16:11 :
"Cette discussion ne servait a rien et vous avez lamentablement déformé les seuls faits que vous avez rapportez."

Je n'ai rien déformé tout est là il est très facile de constater qui dit tout et n'importe quoi de nous deux.

J'attends des réponses, vous attendez qu'on vous laisse dire ce que vous voulez même si cela n'a aucun lien avec le sujet.

Vos obsessions ne sont pas la vérité, évoluez.

Et si vous ne voulez pas qu'on vous contredise ne venez pas sur un forum dans ce cas ou bien acceptez en les règles même si elles ne sont pas les vôtres

L'article nous parle de discrimination à l'embauche, avec chiffres à l'appui et vous, vous nous parlez de votre cas personnel qui n'a aucun lien avec.

Vous parlez pour ne rien dire, assumez le, ayez au moins ce courage là de grâce.

Un forum c'est fait pour venir avec des analyses, des réflexions, des exemples concrets, pas des ressentiments, merci.
Réponse de le 26/03/2016 à 19:05 :
un "français de souche " , ça n'existe pas . Il y a une catégorie de français qui n'existe pas , qui n'a pas de réalité .
Pour exister un France , il faut appartenir à une minorité visible, les autres ne sont que des esclaves qui doivent juste bosser pour cotiser et payer les taxes.
Alors moi je suis solidaire des ces gens ( français ?) mal aimés à qui on refuse toute existence. Donc si je dois embaucher , je pratique la discrimination positive et c'est Michel que je vais embaucher parce que lui personne ne l'aime , alors que tout le monde ne pense qu'à Mohamed.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :