La hausse inexorable de l'immobilier en 2016 et 2017

 |   |  760  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la hausse inexorable de l'immobilier en 2016 et 2017

Les prix de l'immobilier augmentent à nouveau malgré un contexte conjoncturel très médiocre. Miracle, anomalie temporaire du marché ou amorce d'un nouveau cycle haussier voire d'une nouvelle flambée à contre-courant du reste de l'économie ? Pour le déterminer, il faut démonter la mécanique à l'œuvre et en éprouver la solidité. Si les prix montent, c'est bien entendu que la demande est là : les transactions campent solidement au-dessus des 800.000 en cumul annuel depuis fin 2015 et ont restauré leurs points hauts du cycle précédent. Plus fort encore, la barre des 840.000 devrait être approchée ce qui serait un record !

Si les Français sont aussi actifs, c'est que les taux d'intérêt sont historiquement bas !

 Pour une fois, le qualificatif d'« historique » n'est pas usurpé, puisque jamais depuis la 2e guerre mondiale, le coût de l'argent n'a été aussi faible en France. Et c'est bien là, le principal soutien de la demande. D'après les calculs de l'Observatoire Crédit logement / CSA, la baisse des taux observée depuis décembre 2011 équivaut à une chute des prix de 22% ! ce qui conduit mécaniquement à une nette amélioration de la solvabilité des ménages. Une amélioration générale, car tous les prêts sont concernés par la baisse des taux, même ceux qui ont les maturités les plus longues. Autrement dit, les jeunes, les ménages modestes (qui bénéficient en plus de l'élargissement du prêt à taux zéro à l'ancien) sont aussi concernés.

Pour les candidats à l'achat, l'affaire est donc trop belle pour la laisser filer et cet effet « d'aubaine » devrait jouer les prolongations. En cause, la faiblesse des taux sur les marchés obligataires avec des OAT scotchées à leur plancher. C'est la conséquence de la politique très accommodante de la BCE dont l'orientation ne changera pas de sitôt. Mais c'est aussi la conséquence du Brexit qui a poussé les investisseurs à choisir la dette des pays les plus sûrs tels que l'Allemagne ou la France. Avec le Brexit, c'est également, et de façon durable, une plus grande volatilité des marchés financiers. C'est bon pour la pierre (considérée comme une valeur refuge) qui devrait bénéficier d'un afflux supplémentaire d'épargnants désireux de mettre à l'abri leur patrimoine en vue de préparer leur retraite. Et cet actif, les particuliers comme les promoteurs sont prêts à l'acquérir à un prix majoré, car même à prix élevé son rendement, autrement dit pour faire bref les loyers diminués des coûts liés à la propriété, rapportés à la valeur actuelle du bien, superforme le rendement des autres actifs aussi bien en niveau qu'en stabilité.

Autre facteur de soutien, l'attitude des banques

Ce n'est pas tout d'avoir des taux bas, encore faut-il que les banquiers prêtent. Et ils prêtent et même beaucoup, près de 16 milliards d'euros en moyenne par mois depuis le début de l'année. Si bien que sur 1 an, la production de crédits nouveaux à l'habitat est solidement installée au-dessus de 200 milliards d'euros et rien n'indique un quelconque essoufflement. Bien entendu, il n'y a pas de correspondance exacte entre le dynamisme de la production de crédit et l'état de santé du marché immobilier. D'abord parce que les très bonnes conditions de financement sont une incitation forte à emprunter plus et à réduire son apport personnel. Ensuite, parce qu'elle renforce l'opportunité de renégocier son emprunt quand il a été contracté quand les taux étaient plus hauts. Or ce crédit nouveau est sans impact direct sur le marché de l'immobilier et il a représenté 1 euro sur 2 prêtés en 2015 selon les données de la Banque de France. Mais c'est un chiffre en baisse depuis, signe d'une accélération bien réelle des flux en direction de l'acquisition d'un bien.

Bien plus que le contexte économique stricto-sensu, ce sont les conditions exceptionnelles de financement qui sont au cœur de la mécanique actuelle de la hausse des prix. Cela devrait rendre très prudent sur la suite des évènements, mais à l'horizon 2017 difficile de croire que la roue va tourner, c'est bien pour cela qu'après 1,5% de hausse cette année, les prix dans l'ancien progresseront selon notre scénario de près de 3% en 2017. Ce n'est pas une flambée, mais une belle remontée.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2016 à 11:52 :
"Les prix de l'immobilier augmentent à nouveau malgré un contexte conjoncturel très médiocre. Miracle, anomalie temporaire du marché ou amorce d'un nouveau cycle haussier voire d'une nouvelle flambée à contre-courant du reste de l'économie ?" très bonne question et la réponse est "anomalie temporaire". Lorsque la Cour des Comptes se penchera sur " les aides de l' Etats" . Ses aides représentent un coût pour les contribuables, maintiennent et favorisent la hausse du prix de et faut le dire dans le bâtiment tout va mais le reste de l’Économie ça ne va pas . Pour observation les promoteurs vendent à prix très élevés des petits logements T1, T3, alors que la location de T4 est très résiduelle et que les familles avec enfants recherchent minimum 3 chambres. Les banques doivent verrouiller dans leur intérêts et l'intérêt de leurs épargnants. Réorienter leur politique de prêt en faveur des PME et non les particuliers.
a écrit le 31/08/2016 à 21:13 :
bonjour,
Çà manque un peu de clarté tout çà au delà des chiffres et tout ça.
Une hausse en 2016/2017 , ok, mais où ? pour quel types de produits ?
Parce oui , tout à un prix . Mais il y a des trucs que vraiment personne ne veut et ça , ça m’étonnerait que ça augmente.
a écrit le 30/08/2016 à 19:49 :
et bien voyons avec quoi il vont remboursé dans 1 an ou 2 ans il sont virer et il ferons quoi ? travailliez en chine peut être bien sur les banques prête toujours sur l'imo
une petite saisie et il récupère leur bille comme aux étas unis.
a écrit le 30/08/2016 à 19:28 :
Et oui, tout a fait , je l avait dit deja dans vos colonnes il y a un an , un couple de jeune qui ont chacun un emploi mais qu ils emprunte ! Meme si ce n est pas la maison ou l appart de ses reves ! Dans 5 ans leurs mensualités seront au niveau des loyers ! Et peut etre mieux car l economie va repartir a plein ! L inflation va revenir a 2 ou 3 % les taux vont suivre , les salaires devront suivre aussi, C est obligé ! toutes les banques centrales s y préparent et attendent le top des USA. Un simple avis .
mais a vous de foncer ou non ?
Réponse de le 31/08/2016 à 9:30 :
tiens un supporter de Hollande : "l economie va repartir a plein "
Ben voyons. Au cas ou vous ne vous en etes toujours pas rendu compte, la recession de 2008 est finie dans la plupart des pays mais certains ont englue dans le marasme et n ont toujours pas recupere. La france est parmi ceux la. Pourquoi ? regardez autour de vous: combien de produit francais ou fabrique en france y a t il ? la france ne fabrique plus grand chose, pire le savoir faire est perdu et les jeunes commencent a comprendre que leur avenir est plus en france (d ou la hausse massive des expatriations).
Autrement dit l economie francaise est pas prete de repartir. Et donc il est stupide d acheter quelque chose en s endettant si dans 15 ans la meme chose vaudra 30 % de moins.

PS: je suppose que vous etes un baby boomer pour ecrire que l inflation va repartir et que ce st une bonne chose. a votre epoque les salaires suivait l inflation (voire mieux). maintenant c est plus le cas. donc un inflation de 3 % et une hausse des salaires de 1 % rend les gens encore plus pauvres. mais c est sur que vous avez interet en tant que baby boomer a ce que les gens s endettent au max pour acheter au prix fort votre pavillon
Réponse de le 31/08/2016 à 10:25 :
Votre sarcasme est tellement avancé que de nombreuses personnes vont pas s'en rendre compte.

La moindre remontée des taux fera chuter dans les abysses les prix immobiliers français.

La croissance n'est pas au rdv et ne le sera plus pendant longtemps. L'heure est à la déflation et au chômage, et la BCE ne fait qu'empirer les choses avec ses actions non-conventionnelles d'un autre âge.

Le seul conseil au jeunes est de ne pas acheter au plus haut et d'attendre que les prix reviennent en phase avec les revenus des français (en chute Libre).

Les courbes de Friggit (disponibles sur le site gouvernemental de la CGEDD) illustrent très bien le potential de baisse à venir.
a écrit le 30/08/2016 à 19:25 :
En résumé, les prix sont soutenus par les prix bas et les quelques impatients (des 4 dernières années) qui ont craqué récemment, mais lorsque les taux arrêteront de baisser, les prix vont s'effondrer car rien d'autre ne soutient les prix face au vieillissement de la population, au chômage qui est bien au-dessus des 5%, (plutôt 10% en France), et à la précarisation croissante de l'emploi en France.
Friggit prévoit d'ailleurs une baisse conséquente, et les économistes parlent désormais de 2 scénarios à long terme qui adviendront lorsque les taux arrêteront de baisser: le scénario japonais (baisse longue et continue pendant 20ans) et le scénario floridien (baisse subite et forte, comme observé après les subprimes aux usa).

Dans tous ces cas, acheter en ce moment est bel et bien la pire décision possible (sauf pour les promoteurs et les agents immobiliers et tous ceux qui touchent une commission lors des ventes/achats).
Réponse de le 31/08/2016 à 21:44 :
Excellent commentaire
a écrit le 30/08/2016 à 16:48 :
tres fort. Tout un article sur la hausse des prix (evidement presente comme une chose benefique) en oubliant que cette hausse est basee sur des choses totalement artificielles : les taux negatifs de la BCE (qui vont bien disparaitre un jour. pour les USA ca semble tre en decembre) et les subventions de l etat (PTZ, pinel...)

Le jour ou ce soutient articifiel va disparaitre, le sprix ont toute les chances de revenir a ce que peuvent payer les acheteurs. Et voir que les jeunes generations sont plus pauvres que celles qui les precedent montre bien ou vont aller les prix
Réponse de le 10/11/2016 à 20:24 :
il est intéressant de voir un article et les reactions qu'il suscite; elles semblent a nouveau, comme depuis une vingtaine d'années sur ts les forums de sites majeurs, empreintes d"envie ou de regrets , d'attente de revanche ; entre temps , beaucoup ont évolué et accédé à leurs projets
ce que vous mettez de coté ds les commentaires c'est que l'immobilier - pour les investisseurs voire marchands - et on parle de notre metier, est essentiellement une question de temps, tempo, timing . pour nous il s'agit d'amortissement. on est donc beaucoup dans la perception craintive plutot que dans la faculté d'opérer et prendre des risques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :