La loi Santé impose aux médecins de bafouer le serment d'Hippocrate

 |   |  989  mots
(Crédits : DR)
Le projet de loi de modernisation du système de santé va entraîner la perte totale d'indépendance des médecins et de la liberté de choix du patient. Par le docteur Marie-Hélène Rougié, porte-parole de la Coordination des Médecins Libres et Indépendants de la Haute-Garonne.

La Loi Santé n'est pas ce qu'elle prétend être. Dès l'article 1, la Loi dite de Modernisation de la Santé portée (1) par Marisol Touraine annonce le séisme qu'elle constituera pour le système de santé français, notamment pour la médecine libérale et le secteur d'hospitalisation privée. Elle annonce aussi un changement complet et définitif de paradigme qu'elle induira, en affirmant que l'Etat est responsable de la politique de santé, là où elle disait auparavant que l'Etat est responsable de l'évaluation de la politique de santé.

Ainsi, l'Etat, à travers les Agences Régionales de Santé, va décider de tout en matière de médecine de ville et dans les établissements privés: projets de soins, bonnes pratiques, cadres de prescriptions selon des considérations purement comptables, regroupements de services ou de praticiens, répartition des professionnels de santé. Cette loi correspond à une étatisation de la médecine libérale dans son organisation.

Vers une perte totale d'indépendance du médecin

Le tiers payant généralisé (TPG) n'est pas un dispositif visant à améliorer l'accès aux soins puisque le tiers payant social existe déjà pour les personnes les plus en difficulté et qu'il ne les aidera en rien à accéder aux soins les moins bien remboursés. Mais c'est un dispositif d'assujettissement du médecin au financeur qui se trouve être aussi désormais l'organisateur des soins.

On comprend dès lors la perte totale de liberté et d'indépendance du médecin pourtant indispensables à sa bonne pratique et le conflit d'intérêt que constitue cette dépendance, entravant l'obligation de moyen qu'il doit à son patient dans le code de déontologie. A noter que pour bénéficier du TPG, les patients devront accepter la création du dossier médical partagé, la prescription exclusive de génériques et le prélèvement direct par l'Assurance maladie des franchises sur leur compte bancaire. Des franchises pourtant tant décriées par l'actuelle majorité quand elle était dans l'opposition.

Vers la fin de la liberté de choix du patient

Ce tiers payant généralisé va permettre de désengager peu à peu, de façon discrète, l'assurance maladie, du remboursement des soins au profit des mutuelles. Dès lors que ces dernières participeront pour plus de 50% dans le remboursement des frais, elles pourront créer des réseaux de soins, comme elles le font déjà pour les soins dentaires (loi Le Roux). Certains groupes mutualistes à ce jour ont déjà contacté les directions des cliniques pour proposer des réseaux de soin en chirurgie orthopédique. Ces réseaux imposent par exemple, des matériaux à bas coût aux praticiens qui travaillent avec eux, influencent leurs pratiques et imposent aux patients le médecin et le chirurgien qui les suivra.

C'est donc la perte de la liberté de choix du patient et une médecine tirée vers le bas, vers des soins low-cost basés sur le volume et la rentabilité mais pas sur l'excellence. Le dossier médical partagé (DMP) n'est pas un outil de partage de données médicales entre médecins, mais bel et bien un dossier contenant toutes les informations médicales, sociales et administratives de tous les patients, consultable par toute personne intervenant dans leur prise en charge y compris le personnel non soignant des mutuelles et des assurances.

Vers la disparition du secret médical

L'Etat se donne en outre le droit de créer une base de donnée patients, big data comportant des données sociales, administratives et les données médicales issues du SNIIRAM (Système National d'Information Inter-Régime de l'Assurance Maladie) et du PMSI (Programme Médicalisé des Systèmes d'Information) dont il pourra communiquer et même vendre les informations à tout institut privé dès lors que celui-ci démontrera que l'exploitation de ces données a un quelconque intérêt de santé publique. Ces deux éléments abolissent la notion de secret médical.

Cette loi bafoue donc les valeurs fondamentales de la médecine, déchire le serment d'Hippocrate en s'attaquant à des valeurs qui doivent rester inaliénables: l'indépendance du médecin, le libre choix du patient et le secret médical, raisons pour lesquelles l'ensemble des médecins s'oppose à cette loi avec force et détermination, soutenu par le Conseil National de l'Ordre des Médecins, l'Académie de Médecine et l'Académie de Chirurgie.

Vers la fin du serment d'Hippocrate

En outre, cette loi va asphyxier les établissements privés, exclus des missions de service public, tenus de présenter leur bilan comptable puis taxés si le bénéfice est jugé, selon des critères non précisés, trop important. Elle prend donc le risque de déséquilibrer totalement et gravement l'organisation de la santé en France qui fonctionne harmonieusement sur la collaboration et la complémentarité public / privé et partant, de mettre en danger nos concitoyens.

De la même façon, en voulant la mort de la médecine libérale - propos tenus publiquement sur France Culture en avril 2015 par Brigitte Dormont, économiste proche de l'élaboration de cette loi -, cette loi prend le risque d'aggraver encore les problèmes de démographie médicale et des déserts médicaux.

C'est pourquoi les médecins de la France entière, séparément ou regroupés en collectifs dont plus de soixante ont fleuri depuis quelques mois, ont décidé de dénoncer publiquement les dessous de cette loi. Ils la jugent dangereuse et non éthique et s'opposent farouchement à son passage. Car elle leur impose de bafouer le serment d'Hippocrate, ce qu'aucun médecin ne pourra jamais accepter. Car un serment est sacré.

(1)  Elle est sur le point de passer en deuxième et dernière lecture à l'Assemblée Nationale

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2015 à 12:50 :
Pire, ça va être un autre moyen de trainer dans la boue les personnes vivant avec des pathologies qui dérangent.
a écrit le 09/11/2015 à 14:45 :
A partir d'aujourd'hui ( 9 novembre) la France vit à crédit jusqu'à la fin de l'année. Le poste santé contribue bien sûr à cet état de fait , nous dépensons au delà de nos moyens. Il faut peut-être inventer des solutions pour faire aussi bien moins cher , en santé comme ailleurs la dépense n'est pas toujours synonyme avec qualité. La privation aurait toutes les vertus en économies sauf en matière de gestion des dépenses de santé !!! Confier une part de la gestion aux mutuelles n'est pas forcément la fin du monde , elles feront largement aussi bien que l'état ( la sécu ! ) . En France dès qu'il faut " changer " on oppose mille et un dangers. Une médecine mieux contrôlée dans ses dépenses ( qui peut dire qu'il n'y en a pas besoin ?) peut rester éthique . Cessons de voir le loup partout et acceptons de remettre en cause certains fonctionnements. Mais soyons vigilants et sans corporatisme.
Réponse de le 13/11/2015 à 0:48 :
Alors encadrons le dans la Loi. Mais pourtant, ce n'est pas fait. Et ces reproches, la ministre ne veut pas les entendre et n'y répond pas à ce jour (jeudi 12 novembre)... C'est donc tout naturel que de formuler ces craintes.

Cordialement.
a écrit le 07/11/2015 à 22:29 :
Pourquoi les medecins ne se déconventionnent ils pas ?

S'ils sont mécontents de la secu, rien ne les oblige ...
a écrit le 07/11/2015 à 11:33 :
Qu elle desolation de lire tout ces commentaires ne nous étonnons pas si la France s enfonce aucune solidarité entre nous le peuple et pourtant a nous tous on pourrait avancer et se relevet
Réponse de le 07/11/2015 à 13:24 :
@solidarite 7/11 11:33
La France est championne des prélèvement sociaux (environ 34% du PIB), seul le Danemark est meilleur en Europe. Il est donc faux d'écrire que les Français ne sont pas solidaires entre eux.
Si on veut tenter de garder notre système, il faut faire des efforts. La sécu (assurance maladie, allocations familiales, accidents travail et retraites) est un très très gros paquet.
Pour votre info, le coût des allocation familiales est environ E 50 Mlds/an non imposables.
Cordialement
a écrit le 06/11/2015 à 13:48 :
@Defensedusoin 05/11 13:09
Vous avez raison: je n'ai pas compris l'article et je vais continuer ma sieste.
Je n'ai cité qu'un chiffre: E 500 mlns/jour de dépenses assurance maladie et il est prouvé (en fait, c'est un peu plus).
En revanche, vous avancez des arguments sans aucune preuve.
@viviane 05/11 13:26
25 % de docteurs étrangers à l'hôpital: est-ce un problème ?
Si des docteurs Français quittent le libéral après 1-2 ans: est-ce un problème ?
Cordialement
a écrit le 05/11/2015 à 15:00 :
Le grand scandale de la santé de ces dernières années vient de l'ANI qui impose la complémentaire santé pour tous les salariés du privé ....et les médias se gardent bien de l'évoquer !!!
Comme l'assuré sera remboursé en totalité la sécu va se désengager progressivement du remboursement de certains frais en premier lieu l'optique et le dentaire ou réduire ses taux de prise en charge .On parle déjà d'un taux unique pour les médicaments ( actuellement 15,35 ou 65% ) .
Vous aurez ainsi un transfert de charges vers les mutuelles, instituts de prévoyance et assureurs privés qui augmenteront leurs cotisations sans que celles de la sécu baissent ce qui lui permettra de réduire son déficit.
Les médecins et autres acteurs de la santé ne seront pas fonctionnarisés mais sous contrat avec les mutuelles etc...avec des objectifs !!! comme cela existe déjà avec d'autres professions .
a écrit le 05/11/2015 à 14:33 :
Bel article très clair et concis. Merci Marie-Hélène.
a écrit le 05/11/2015 à 13:56 :
Seul point sur lequel je suis d'accord, c'est sur l'hégémonie des mutuelles sur le système de santé. Leur lobbying a quand même réussi à imposer une mutuelle obligatoire dans chaque entreprise!
Un sacrée rente pour le mutuelles!
Réponse de le 07/11/2015 à 21:57 :
J'avais cru lire que l'Etat prélevait 24% (taxe, taxe) sur tous les versements, ça donne une bonne raison pour que ça devienne obligatoire (et ces versements sont imposables comme revenu, donc pas de perte). Pour fonctionner, faire la pub et rembourser, ne restent que 76%.
Pendant deux ans je n'étais plus assuré, avec la "gratuité" prévue par la Ministre, j'imagine qu'on m'aurait envoyé la facture (en cas de consultation) après coup vu qu'il faut bien que quelqu'un paie (à 100%).
a écrit le 05/11/2015 à 13:25 :
Certains commentaires sont tellement insultants que je ne sais s'ils méritent une réponse. Médecin spécialiste depuis 15 ans, libéral depuis 6 ans, je ne compte ni mes heures ni ma sueur ni mon empathie pour tenter de guérir et soigner les malades qui me sont confiés, accompagner les familles qui les entourent. Et l'immense majorité comme moi ne pense ni à ses raquettes de tennis ni à ses clubs de golf....
La remarque des études payées par l'état est tout aussi consternante. Tous les étudiants passés par la faculté (donc aussi en droit, psycho, éco, biologie...) seraient ils ad vitam redevables à l'état et leur devraient soumission ? Savez vous Monsieur que pendant nos longues études, nous remplissons un travail notamment hospitalier payé une misère (par exemple en tant qu'externe...) ?
Nous serions, libéraux, des pseudos-fonctionnaires payés par l'état ? Vous croyez que c'est parce que la Sécu les rembourse que les gens sont malades ? Arrêtez ce délire, les gens nous règlent des honoraires en échange de notre travail, et ils se retournent vers leurs assureurs pour être remboursés... C'est vous (et des médias complices) qui avez complètement inversé le paradigme.
Oui notre système de santé a peut être besoin d'une réforme. Sans doute plus à l'hôpital qu'en libéral d'ailleurs. Mais en y associant les médecins dès sa conception.
La loi Santé n'amènera que désolation: rupture du secret médical, désengagement de la Sécu au profit des mutuelles dont les cotisations exploseront, dépendance de nos actes auprès du financeur qui nous dictera ce qu'il faut faire sur des critères uniquement comptables.
Sortons des clichés (médecins=nantis), ouvrons les yeux et luttons contre cette Loi inique dont les patients seront les premières victimes !!
Réponse de le 07/11/2015 à 21:03 :
Que les mutuelles ou la sécurité puissent vérifier le bien fondé des actes réalisés grâce à la levée partielle du secret médical me semble au contraire une très bonne chose pour le patient et ses finances.
Réponse de le 08/11/2015 à 19:09 :
Jean ! Bonjour , je soutiens totalement vos propos , je ne suis pas médecin mais infirmière et exerce mes fonctions en milieu hospitalier depuis 31 années dont 7 ans de faisant fonction de cadre , temps plein , donc les problèmes de santé je les connais bien ; j'ai cotoyé au cours de ma carriere : des externes , des internes , des chirurgiens , des médecins (Français ou étrangés ) des titulaires , des vacataires ... je suis souvent restée en lien avec nos anciens internes, ils ont passé leur thèse ou équivalence puis se sont installés en France ou repartie à l'étranger et TOUS , comme vous , soignent leur malade à ce jour , dans le plus respect et la dignité , sans penser à leur partie de tennis , ni à leur partie Golf ! à aucun moment ils ne furent des "pseudo fonctionnaire" , je les vu de mes propres yeux travailler dur , enchaîner les gardes , les urgences , remplacer , en temps que de besoin , enchaîner les heures sans manger, ni dormir, ni boire ! répondre toujours "présent " , être là pour accompagner les malades souffrants et les familles , répondre toujours présent lorsque l'infirmière en poste les appelait. J'ai formé chaque été de jeunes étudiants en médecine "sur le terrain" pour qu'ils puissent obtenir la "validation infirmière " afin de pouvoir travailler pour financer leurs études en effectuant des remplacements infirmiers .
Puis , je les ai vu réussir par la suite, brillamment, leur thèse et poursuivre leur route avec une spécialité , en privé ou hospitalier ; à ce jour ils ne comptent pas les heures et sont toujours disponibles pour leurs patients qu'ils soignent dans le plus grand respect et la dignité , (ils ne pleurent pas la bouche pleine ) et ils sont nombreux ; les propos bien malveillants de certains internautes me peine , quand à cette Loi , elle m'atterre , comment voir l'avenir ? ..... je souhaite de tout coeur que "nos" patients n'en soit pas les premières victimes . bien à vous , courage , et bonne continuation dans un avenir qui se profile bien sombre .
a écrit le 05/11/2015 à 12:43 :
Bonjour à tous,
Je ne me sens pas obligé de tout dévoiler dans le dossier du malade, leurs faiblesses leurs défauts et meme leurs vices de me conformer strictement aux guidelignes de la sécu, qui n'ont qu'un but économique. La sécu n'ose pas prendre des responsabilités trop lourdes de conséquences. C'est mon bouleau de les prendre. A mon désavantage financier. Les personnes qui critiquent systématiquement les médecins feraient bien d'y réfléchir a deux fois. A moins qu'elles ne sachent pas raisonner et qu'elles soient bonnes à passer à la moulinette de la globalisation.Une seule solution, un bon médecin de famille à qui l'on permet de faire son travail correctement;
a écrit le 05/11/2015 à 11:57 :
Malgré ce qu'écrit le docteur Marie-Hélène Rougié, l'Etat est responsable de la santé publique puisque le budget de la sécurité sociale est voté par notre Parlement et l'Etat garantit les obligations émises par l'assurance maladie pour renflouer le déficit.
L'assurance maladie dépense environ E 500 mln/JOUR. Face à un tel enjeu, tous les moyens pour réduire ce coût sont bons à prendre. Il est facile d'évoquer des questions d'éthique quand on veut défendre son corporatisme.
Cordialement
Réponse de le 05/11/2015 à 13:09 :
Vous avez mal compris cet article:
Vous payerez plusieurs fois pour une prestation moins bonne:
-cotisation sociale
-mutuelle collective obligatoire
-surcomplémentaire santé pour être couvert correctement
-impôts locaux directs ou indirects pour construire des maisons municipales de santé que même les étrangers désertent
-compléments d'honoraires pour des prestations de qualités.

Cela fait des décennies que la secu est déficitaire, cette excuse à bon dos!
On vous explique à longueur de journée que ce sont les patients et les soignants qui sont responsable de ce déficit. Or le responsable est le gestionnaire.
Il existe des modèles de sécurité sociale excédentaire car bien géré.
Ce déficit organisé est un pretexte pour vous faire payer plusieurs fois ce que vous avez déjà.
C'est au contraire une aubaine: combien gagne un administratif d'ARS? Quels ont été les bénéfices des complémentaires santés ces dernières années?

Réveillez vous
Réponse de le 05/11/2015 à 13:26 :
un quart des médecins dans les hopitaux sont déjà étrangers , ceux qui s'installent en liberal en général restent un a deux ans .. sans médecin, en effet la sécu fera des économies ??
Réponse de le 07/11/2015 à 22:06 :
S'il y a 1% de déficit, c'est pas énorme mais le maintenir permet aux gouvernants de prendre des mesures qu'ils ne pourrait pas justifier si ça allait mieux (et privatiser petit à petit la Sécu sans que ça paraisse. La santé est gratuite vu que les mutuelles remboursent, oui, parce que les gens paient pour ça !! Prélevé & obligatoire, ça parait moins).
Regardez FranceTelevision, la somme que l'Etat devait verser mais a gardé l'a rendu déficitaire, ça permet d'exiger des réformes dures, sinon à quoi bon s'il y avait des excédents ? On ne demande pas des économies quand ça tourne bien, autant causer dans le vide.
a écrit le 05/11/2015 à 11:04 :
Ahah! Il y a bien longtemps que les médecins se fichent de tout ça!
Les médecins pensent avant tout à leur raquettes de tennis et leurs terrains de golf
Ils ne prennent aucunement en considération leurs patients
je parle de la majorité
j'ai croisé des médecins qui fumaient pendant les consultations
étaient saouls au whisky à 10h du matin
demandaient ou donnaient de la drogue

j'en ai connu des méprisants , des timides à qui il fallait tenir la main

des qui me demandaient des conseils médicaux

etc

je n'ai plus aucun respect envers eux

ils se croient supérieurs mais ils ont tout fait pour provoquer leur problèmes
Réponse de le 05/11/2015 à 13:09 :
c'est bien marco...bientôt, tu pourras boire la vodka avec les médecins roumains ou parler football avec les dentistes portugais
tu verras, çà va être super;-)
Réponse de le 05/11/2015 à 13:15 :
Vous décrivez de manière assez insensible des humains qui soignent des humains.

Aujourd'hui vous avez encore le choix du caractère du Medecin qui vous convient personnellement.

Demain on vous l'imposera, ou ce sera hors de prix.

Avez vous compris l'article?
Réponse de le 05/11/2015 à 13:28 :
j'en cotoie moi de parfaits humanistes . merci à ceuxlà qui sont la grande majorité ! passez vous en , marco, ca fera faire des économies à la sécu !!!merci !!!!
Réponse de le 07/11/2015 à 21:13 :
Que le médecin soit roumain ou portugais ne change rien pour moi. Il pourrait être breton ou bourguignon, ce serait pareil. Un médecin est un médecin.
Quant à la loi santé elle n'impose pas un médecin comme vous essayez de le faire croire (relisez la loi) mais permet enfin aux mutuelles de faire ce que la sécurité n'a pas le droit de faire : ne pas travailler avec les mauvais médecins, c'est à dire ceux que la sécurité à l'obligation de conventionner même s'ils sont très mauvais. Le scandale était plutôt là : bon ou mauvais, un médecin ne pouvait pas être mis de côté par l'assureur.
a écrit le 05/11/2015 à 10:59 :
D'accord pour le constat reste à ces coordinations, syndicats etc.... à faire des propositions pour la modernisation de la pratique médicale , notre société évolue , il est donc indispensable de s'adapter .
a écrit le 05/11/2015 à 10:56 :
Les medecins n'ont qu'a se comporter de facon responsable!!! Il est intolérable de voir des surconcentration de medecin en région parisiennes et en PACA alors qu'il y a des desert médicaux dans les autres campagnes francaises.
De plus des rapports et des enquètes ont aboutit a la conclusion que les hopitaux faisaient beaucoup plus d'actes chirurgicaux inutiles pour pouvoir surfacturer la SECU.
Le DMP en plus d'etre simpkle et efficace, permet de centraliser les informations du patients quelque soit son lieu de soin et donc de faire des économies de temps pour les praticiens et éviter des erreurs medicals en prescrivant des medicaments dont certain sont allergiques.
De plus il est normal de corriger les ecarts lorsque une cliniques fait des bénéfices trop importants.
Réponse de le 05/11/2015 à 13:01 :
A-t-on déjà des multiplex et des hypermarchés dans des communes de 300 habitants? En quoi est-il choquant d'avoir une concentration des moyens dans les agglomérations?
Et pour information, le premier désert médical en médecine générale, c'est entrain de devenir Paris. On est loin de la campagne où je suis installé….
Réponse de le 05/11/2015 à 13:22 :
ah bon ?? les médecins quittent paris . les déserts médicaux ne sont pas là où on le croit . PS vous parlez surtout des hôpitaux Vous savez qu'en clinique le prix de journée est plus d'un tiers inférieur ??
Réponse de le 05/11/2015 à 13:24 :
Vivez vous à la campagne? Avez vous remarqué que la majorité des commerces de proximité ont fermé ou ferment?
Ce sont des libéraux qui meurent.
Il est normal que le Medecin libéral suive la même tendance.

Ce n'est pas un problème de corporatisme, c'est une loi de santé qui s'essaie au taylorisme avec des patients pour favoriser le portefeuille de futurs actionnaires comme Guillaume Sarkozy.

97% des français apprécient leur Medecin, 15% le gouvernement en place.
Qui préférez vous croire?
a écrit le 05/11/2015 à 9:49 :
Juste pour rappeler que les médecins sont déjà des pseudos fonctionnaires qui sont payés par l'état (sécu) qui de plus leur a payé leurs études c'est à dire le contribuable , et leur paye les formations qui suivent, il leur attribue des aides pour leur installations, leurs équipements informatique etc... sans leur imposer d'aller pratiquer dans les déserts médicaux où l'on a le plus besoin d'eux, au contraire de certaines grandes écoles où les sortants doivent travailler pour l'état, un certain nombre d'années, et comme dit un de mes amis médecin "ils pleurent la bouche pleine"alors arrêtons de pleurer dans la soupe et au boulot messieurs dames.
Réponse de le 05/11/2015 à 13:18 :
Les médecins libéraux sont payés par les patients. Ils ne sont donc pas fonctionnaires. L'assurance majoritaire des patients, c'est l'état. Et encore une fois ce sont les patients qui payent l'assurance. Que les patients aient un droit de regard c'est normal. mais , quand vous dites que les médecins sont des pseudo fonctionnaires, c'est comme de dire que les garagistes sont des salariés des assurances. Cela n'a aucun sens.
Pour le payement des études, je crois me rappeler que ce sont mes parents et mes petits bouleaux qui les ont payé. Et, une fois étudiant à 1 euro de l'heure (externe) ou 7 euros de l'heure (interne), je crois que j'ai contribué très grandement à rembourser ma dette auprès de l'hôpital et donc de la société. (trouvez des secrétaires, brancardiers, médecins à ces tarifs là et on en reparle).
Et qu en est-il des étudiants de la faculté française en générale? Doit-on tous les obliger à travailler pour l'état pour qu ils remboursent eux aussi leurs études? D'ailleurs pourquoi, ne devrait-on pas tous travailler pour l'état? Après tout, on a tous été scolarisé????
Pour ce qui est des primes, je suis en parti d'accord avec vous. les médecins ne devraient pas avoir des primes pour tout et n'importe quoi. leur rémunération, consultation devrait suffit. Malheureusement, l'état sait que nous sommes très peu rémunéré en France. (il y'a 30 ans, un médecin avait sa secrétaire et tout son matériel payé grâce à son travail. Maintenant, pour conserver un revenu décent pour 60H/sem et une grande qualification, on se met à 2 pour un mi-temps de secrétaire, à 4 pour un appareil à ECG, etc, etc…)Nous sommes donc bien moins rémunérés qu'il y a 30 ans (ils avaient peut-être trop me direz-vous). L'état reconnaissant son implication dans cette diminution du pouvoir d'achat des médecins, il donne des primes. Mais ce que vous oubliez de dire, c'est que ces primes, il les donne principalement pour ceux qui vont s'installer dans des trous. Comme moi par exemple. Or, dans les trous, on dégueule de travail….. Interet des primes? je ne sais pas… Pour tout dire, je suis prêt à les rendre ces primes, mais, contre rémunération horaire supérieure à celle de mon plombier (90€ pour lui, et moi 4*23=92€)….
Réponse de le 05/11/2015 à 13:20 :
parceque l'état ne vous a pas payé vos études à vous ?? Vous travaillez combien d'heures par semaine ,?
Réponse de le 05/11/2015 à 13:44 :
que des idées fausses véhiculées par des démago: a quel étudiant en faculté l'état ne paie pas ses études!?? qui les remboursent? ceux de l'ENA?? ceux la même qui gagne grassement leur vie sans jamais sortir du fonctionnariat d'état ?? quels étudiants travaillent nuit et jour pour faire tourner leur formateur ( lhopital ) avec des semaines à plus de 50h pour moins d'un SMIC au mieux étant internes , et le tout en faisant économiser des emplois en CDI à l'hopital? quid de votre ami médecin!? apres 10 12 ans d'études et les responsabilités que nous avons tous les jours à chaque patient je n'ai aucune honte à réclamer une rémunération en rapport! généraliste la consultation 23 euros , 4% d'augmentation en 20 ans , moins que la coupe chez le coiffeur , tarif de la consultation en bulgarie ou au maroc .... la moyenne européenne étant à 45 euros!!
Mais l'a n'est pas du tout l'objet de notre grève rassurez vous ! on se bat pour notre liberté , pour la liberté de spatients pour la qualité de soins mais si vous ne le comprenez pas et que vous restez sur vos a priori archaiques , ne venez pas pleurer dans quelques années quand vos cotisations mutuelles , assurance de pret ou autre auront doubler , tripler... et que vous attendrez 15 jours pour une consultation de 10 min chez votre médecins!!
je vous conseille de regarder l'expérience de la NHS en angleterre!
Réponse de le 05/11/2015 à 13:46 :
j oublié : ou avez vous vu que nous avions des primes d'installations , de FMC , d'informatisation??? je n'en ai eu aucune!!!
il faut arrêter avec les fantasmes!
Réponse de le 07/11/2015 à 22:19 :
Oui les médecins sont payés et subventionnées pas la sécu et les mutuelles, le client paye la consultation mais il sait qu'il se fait rembourser derrière. Viendrait il si il n'était pas remboursé???
Arrêtez de vous mettre des œillères, vous êtes payés par l'état et les mutuelles, point ! Sans eux les clients ne viendraient pas.
Quand je vois les honoraires de certains spécialistes c'est scandaleux, ils se gavent sur le dos du contribuables et sur les cotisations des mutuelles qui deviennent de plus en plus chères à cause de cette minorité.
a écrit le 05/11/2015 à 9:35 :
Mais c est très bien de gérer enfin de manière numérique le carnet de santé (cela pourrait a la rigueur être au choix du patient)
Personnellement je suis pour moins de paperasse et un accès facile a mes données
=> certains peuvent avoir peur de la digitalisation de ces données confidentielles mais au vue des bénéfices attendus (confort + économie de paperasse / personnel) nous allons tous y gagner
Et je préfère que ce soit l état plutôt que Google

Sinon il faut mettre fin aux abus de certains médecins (orthodentiste, opticien, audioprothésiste, radiologue...)
Réponse de le 05/11/2015 à 13:28 :
Vous avez mal compris:
on ouvre la porte à la vente de nos données de santé, Google sera le premier acheteur.

Il existe déjà des dossiers numériques que les medecins contrôlent. Pourquoi vouloir nous en imposer d'autres dont nous n'aurions plus le contrôle?
Réponse de le 05/11/2015 à 13:39 :
A part les radiologues (d'ailleurs, merci de préciser où sont leurs abus), les orthodontistes, opticiens, audioprothésiste ne sont pas des médecins.

Et curieusement, vous évoquez là des secteurs où la Sécurité Sociale s'est quasiment totalement désengagée. Ce qu'elle va faire de manière progressive sur l'ensemble de la santé.

Surveillez le montant de vos mutuelles dans les prochaines années. Mais il ne faudra pas s'en plaindre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :