"Les médias, symptôme de leur époque" (Dominique Wolton)

 |   |  792  mots
(Crédits : DR)
Tout changer ! Oui, mais quoi ? Par qui ? Comment ? Et surtout : pour quoi ? C'est à y répondre que s'emploieront, le 9 novembre, les prestigieux débatteurs du Forum Cnam-La Tribune. A cette occasion, La Tribune questionne quatorze personnalités qui changent le monde tous les jours. Aujourd'hui, entretien avec Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS.

LA TRIBUNE - Les journalistes sont-ils une espèce en voie de disparition ?

DOMINIQUE WOLTON - Les médias ne sont plus les seuls vecteurs d'accès à l'information. Le public dispose d'un grand nombre de comparatifs et prend lui-même ses sources. C'est pour cette raison qu'il est fondamental de résister à l'idéologie technologique et de cesser le mélange des genres : oui à la présence des médias sur le Web, non à la réduction du métier au « webjournalisme ». Internet ne doit pas devenir la référence journalistique, à laquelle presse écrite, radio et télévision devraient se soumettre. Le journalisme est d'abord une valeur, Internet, un système technique. Ce devrait être la technique qui s'adapte aux métiers et non l'inverse.

La multiplication des blogs personnels qui ambitionnent de se substituer à la production journalistique est une manifestation, parmi d'autres, d'un phénomène de société : le do-it-yourself, qui s'applique à nombre de domaines et constitue l'illusion d'un idéal de démocratie. Supposer que chacun puisse devenir journaliste-citoyen est dangereux. Critiquer la presse, oui ; remplacer le journaliste, non. La prolifération des sources d'information n'a, en effet, jamais rendu le travail des journalistes aussi essentiel pour justement trier, hiérarchiser, (in) valider, expliquer, critiquer, guider dans la compréhension... Ils doivent être « l'intermédiaire humain », ils doivent représenter le contre-pouvoir, ils doivent accomplir cette tâche subjective et pédagogique grâce à laquelle le citoyen peut se retrouver dans ce qui est devenu une jungle, puis construire sa conscience. Ils ont la responsabilité de produire un travail de nuance, de précision, de variété, qui ne soit pas celui de la suspicion généralisée. L'esprit critique des journalistes et la culture au-delà de l'événement sont indispensables à la presse. Sinon, c'est la pseudo-rationalité de l'événement qui s'impose. Plus il y a cette course à l'événement, plus on doit maintenir la mise à distance par les interprétations et la culture. La culture est un des amortisseurs face à l'hétérogénéité d'un monde transparent, chaotique et peu compréhensible.

À quelles conditions est-il possible de revitaliser le lien de confiance entre producteurs et consommateurs d'information ?

Depuis vingt-cinq ans, la confiance à l'égard des journalistes s'érode inexorablement. Cela alors même que l'offre médiatique n'a jamais été aussi copieuse et que la formation des journalistes n'a jamais été aussi pointue. L'augmentation du nombre de médias ne profite donc pas aux journalistes. Cette profession, paradoxalement, ne semble toujours pas entendre le discrédit dont elle est l'objet.

Autisme et arrogance la caractérisent souvent, surtout pour la hiérarchie. Et c'est éclatant en période électorale, à l'aune du terrible triangle qu'elle forme avec les politiques et les sondeurs, tous enfermés dans leur cénacle, tous éloignés de la réalité. Tous certains de tout savoir... Pas assez d'ouverture à l'égard des acteurs de la société civile ou du monde de l'université et de la recherche, qui pourrait élargir le débat. La mercantilisation affecte l'ensemble des fonctions intellectuelles critiques ; celle des journalistes n'y échappe pas. Elle touche déjà le monde académique qui ne veut pas voir... Plus il y a de l'information, plus il y a de rumeurs et plus il y a de fautes. Or, qui filtre ? Personne. Nous vivons trop dans la tyrannie de l'instant et dans l'illusion que le citoyen « pourrait » tout savoir. Plus les sociétés sont « transparentes », « immédiates », plus il faut valoriser les métiers intermédiaires, dont celui des journalistes, pour essayer de donner du sens à un monde saturé d'informations. Dans ce contexte, la profession n'a pas d'autre choix que d'accepter une autorité de régulation déontologique.

Propos recueillis par Denis Lafay

_______

Liste des entretiens TOUT CHANGER !

  • DARWIN, PÈRE DE L'INNOVATION par Pascal Picq
  • RÉENCHANTER LA DÉMOCRATIE par Alain Touraine
  • RÉAPPRENDRE A OSER LE RISQUE par Nicolas Baverez
  • REPENSER L'ÉTAT par Michel Wieviorka
  • L'HEURE DE CHANGER DE CIVILISATION par Edgar Morin
  • L'ENTREPRISE LE PRISME PHILOSOPHIQUE par  Roger-Pol Droit
  • DU BONHEUR À L'ÉCOLE ! par Olivier Faron
  • LA LAÏCITÉ SANS CONDITIONS MÊME DANS L'ENTREPRISE par Abdénour Aïn-Saba
  • LA SOCIÉTÉ AU RÉVÉLATEUR DE LA JUSTICE par Eric Dupond-Moretti
  • PLAIDOYER POUR UNE NOUVELLE EUROPE par Jean+Maris Cavada
  • LES MÉDIAS, SYMPTÔMES DE LEUR ÉPOQUE par Dominique Wolton
  • LE PROGRÈS SCIENTIFIQUE, JUSQU'OÙ ? par Serge Guérin
  • LES VOIES VERS L'ACCOMPLISSEMENT DE SOI par Cynthia Fleury
  • AUX RACINES DE L'ACTE CRÉATEUR par Cédric Villani

FORUM TOUT CHANGER, LE 9 NOVEMBRE AU CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET MÉTIERS DE PARIS, programme et inscriptions sur latribune.fr

Forum TOUT CHANGER !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2016 à 11:48 :
La solution elle est simple, que les médias arrêtent de se faire les portes paroles de leurs actionnaires et des politiciens et qu'ils nous informent réellement.

"Notre pari, l’émancipation" https://www.monde-diplomatique.fr/2014/10/HALIMI/50841 (gratuit)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :