Pas d'industrie du Futur sans coopération entre industriels et enseignement supérieur

 |   |  909  mots
(Crédits : DR)
La filière de formation et de recherche technologique française est fondamentale pour le développement de l'industrie. Elle doit attirer vers elle les meilleurs éléments et former les acteurs utiles au développement des entreprises du secteur en leur permettant d'innover. Par Laurent Champaney, Directeur Général d'Arts et Métiers

 La Semaine de l'Industrie est le rendez-vous attendu, chaque année, pour faire le bilan des tendances et surtout découvrir toutes les initiatives et perspectives à venir en matière d'innovation industrielle et technologique.

 La France doit jouer un grand rôle dans le développement de l'Industrie du Futur aussi bien au niveau européen que mondial. Notre pays regroupe, en effet, un certain nombre d'entreprises et de startups portées par l'innovation. Processus continu, le développement de l'Industrie du Futur ne pourra se faire qu'avec l'émergence de nouveaux talents. Pour cela, les industriels et l'enseignement supérieur doivent travailler main dans la main.

 L'économie mondiale se transforme et met les industriels face à de grands enjeux

 Aujourd'hui, les business models des entreprises sont fortement influencés et impactés par le numérique. Tous les secteurs économiques sont bouleversés par la transformation digitale : objets connectés, robotique, intelligence artificielle, impression 3D ou encore réalité augmentée révolutionnent les métiers de la construction, du transport, de la production, de la médecine, des services, de l'énergie, etc.

 Ces différents enjeux sont pris à bras le corps par les industriels eux-mêmes. Avec la création de l'Alliance de l'Industrie du Futur, les initiatives, projets et travaux pour moderniser et transformer l'industrie française sont organisés et coordonnés au niveau national. La vocation de celle-ci est de « faire de la France un leader du renouveau industriel mondial et propulser l'ensemble du tissu économique national au cours des nouveaux systèmes industriels ». Cette Alliance régit des organisations professionnelles de l'industrie et du numérique ainsi que des partenaires académiques et technologiques

 L'enseignement supérieur, acteur majeur de l'Industrie du Futur pour répondre aux défis qui s'imposent aux industriels

 La scène internationale a vu le développement de grandes universités technologiques telles que le Massachussets Institute of Technology pour lesquelles la formation des ingénieurs occupe une place centrale ainsi que l'excellence de la recherche mais qui ont, au fil de leur évolution, progressivement investi l'ensemble du champ de formation pour délivrer tous les grades universitaires et pris le nom d'universités. Néanmoins, leur objet reste explicitement technologique et, si les universités « traditionnelles » forment à « comprendre et expliquer », les universités technologiques revendiquent de former les étudiants à comprendre pour « faire et produire ».

 Ce mouvement s'est également accompagné du développement d'une recherche technologique reconnue par les pouvoirs publics et le monde industriel. Par son ressourcement scientifique fondamental, cette activité met délibérément l'accent sur son caractère partenarial. Ces établissements de formation deviennent donc les pourvoyeurs des cadres dont l'industrie de leur pays a besoin et accompagnent les entreprises dans leur innovation par une recherche de qualité. Les universités technologiques doivent renforcer l'excellence des formations d'ingénieurs et de docteurs, notamment en s'appuyant sur de nouvelles disciplines - plus généralement développer l'offre de formation - pour répondre aux besoins des industriels, améliorer la qualité de la recherche et du transfert de celle-ci, et pour contribuer à l'innovation industrielle française et européenne.

 La filière de formation et de recherche technologique française est fondamentale pour le développement de l'industrie. Elle doit attirer vers elle les meilleurs éléments et former les acteurs utiles au développement des entreprises du secteur en leur permettant d'innover. Au-delà des sciences de l'ingénieur, la formation à la technologie assure une complémentarité entre différentes disciplines (design, architecture, management, sciences sociales, ...) qui ont pour objectif commun l'acquisition de compétences opérationnelles et la formation de cadres à haut potentiel et de dirigeants.

 Pourtant la France souffre d'une filière d'enseignement et de recherche technologique fortement morcelée alors que la plupart des pays industrialisés ont fait le choix de donner une lisibilité forte à leur formation technologique. Pour faciliter la mise en cohérence de cette filière, il faut créer des attracteurs capables de la remobiliser par les débouchés qu'elle peut offrir tout en s'ouvrant largement à des publics variés. L'objectif est de faire que la voie technologique soit reconnue comme une voie à part entière et un facteur d'orientation par choix positif et raisonné dès le secondaire. Les établissements de formation doivent constituer l'un de ces attracteurs.

 Une perception positive de l'industrie

Nous notons toutefois que les jeunes ont de plus en plus une perception positive du secteur de l'industrie. Un baromètre réalisé par le cabinet Opinion Way montre, en effet, qu'un jeune sur deux souhaite travailler dans l'industrie. Son rôle majeur dans l'économie ainsi que l'innovation qu'elle crée sont les principales raisons de cette opinion positive. Il faut donc œuvrer dans ce sens et contribuer à véhiculer l'image d'une industrie créatrice d'emplois, novatrice et respectueuse de l'environnement.

 Le second attracteur trouve sa source dans les partenariats Industriels-Universités avec le déploiement de plateformes technologiques de pointe sur lesquelles pourront se former les futurs ingénieurs tout en travaillant sur des projets réels d'entreprises. Il est pour cela nécessaire que les industriels investissent dans les programmes et projets d'enseignement supérieur.

L'Industrie du Futur repose sur l'innovation et l'investissement dans des technologies. Miser sur les générations qui se forment aujourd'hui et demain doit également être un enjeu que les industriels doivent prendre en compte s'ils veulent pérenniser leur développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :