Patrimoine : les Français se sont terriblement enrichis

 |   |  534  mots
Xerfi Canal
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, les Français se sont terriblement enrichis

Fin 1995, le patrimoine net des Français s'élève à 3.400 milliards d'euros, c'est en moyenne 147.000 euros pour chaque ménage. Vingt plus tard, il atteint 10.300 milliards, soit 352.000 euros environ par foyer. Bien sûr, il faut tenir compte de l'inflation. Mais en 20 ans, la valeur réelle de la richesse nette a tout de même progressé de 4,5% par an. C'est 2,5 fois plus rapide que le pouvoir d'achat, qui lui, n'a gagné que 1,8%.

In fine, leur patrimoine correspond aujourd'hui à plus de 6 années de revenu disponible net. Alors bien sûr, cette hausse n'a pas été régulière, mais les accidents ont été très rares.

L'immobilier moteur de l'enrichissement

Le gros de l'enrichissement se concentre entre 1995 et 2007, avec un bond annuel de quasiment 9%. Et, c'est la hausse de l'immobilier qui est au cœur de cette flambée, le logement étant l'enfant chéri de leur patrimoine. Mais si l'immobilier donne la tendance de fond, les actifs financiers impulsent les changements de rythmes. Quand la bourse monte, la courbe de hausse est amplifiée. Mais pas de vrai drame quand le CAC est à la baisse : l'éclatement de la bulle internet en 2000 n'a fait qu'adoucir la pente pendant 2 petites années.

Et dès 2003, c'est reparti, le rythme s'accélère à nouveau. Les ménages consacrent alors une part encore plus importante de leur revenu à leur épargne financière pour préparer leur retraite. Mais avec 2008 survient la pire récession de l'après-guerre. Et que se passe-t-il ? Eh bien rien, ou presque ! Le patrimoine net est à peine écorné : il perd 5% de sa valeur entre 2007 et 2009 alors qu'il en avait gagné 175% pendant les 12 années précédentes ! Eh oui, c'est encore l'exceptionnelle résistance des prix immobiliers qui a joué.

Mêmes causes, mêmes effets

Lorsque les bourses chutent, la baisse des taux oxygène le marché de l'immobilier. À quoi il faut ajouter l'impact de la fameuse Loi TEPA qui a facilité les transmissions de patrimoine avec une fiscalité très light. Dès 2011, la remontée de l'immobilier ainsi que le rebond du marché des actions inaugurent une nouvelle phase de hausse. La légère correction des prix de la pierre depuis n'aura ensuite qu'à peine écorné les patrimoines. D'autant que les prix sont repartis à la hausse fin 2015.

Cette période 1995-2015, c'est donc de 20 ans d'enrichissement exceptionnel pour les Français, et sans que le poids de leur endettement n'ait augmenté : les dettes des ménages français pèsent structurellement moins de 10% de leur actif total. Oui, les Français se sont terriblement enrichis. Mais il faut y regarder de plus près. Cet enrichissement exceptionnel reste concentré entre les mains des « happy few » : 48% de la richesse est détenue par les 10% les plus fortunés ; et la moitié des Français possède 93% du patrimoine, l'autre moitié 7% seulement. Et sur le plan là, rien n'a changé en 20 ans.

Une conclusion s'impose : la France est vraiment très riche, et même encore plus riche. Mais ce sont surtout les Français les plus riches qui sont plus riches.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2016 à 22:59 :
Article sans grand intérêt, nous le savons bien, mais cela n'est rien comparé aux états-unis, chine et autres pays émergents. La richesse est une chose, encore faut-il quelle soit utilisé pour faire avancer l'humanité et le progrès sociale. Après les 30 glorieuse qu'est devenue la France? La France compte aujourd'hui entre 4,9 et 8,5 millions de pauvre selon la définition adoptée, les français ne peuvent plus se loger (immobilier trop cher), ils ne peuvent plus se soigner (les hôpitaux ferment, la sécu rembourse de moins en moins), les entreprises ne sont plus compétitives et délocalisent, les salaires stagnent, le chômage n'a jamais été aussi élevé...mais ou est donc cette richesse!
a écrit le 15/01/2016 à 8:46 :
L'article est partial et ne présente pas la réalitée crue: seuls les actifs en possession de biens immobiliers au milieu des années 90 se sont enrichis.
En réalité, il y a là un vrai problème de fonds: les jeunes actifs sont spoliés par les générations précédentes (immobilier trop cher, cotisations sociales trop élevées, salaires en baisse).
Ce n'est pas tenable.
a écrit le 14/01/2016 à 18:06 :
TERRIBLEMENT ENRICHIS,,,??? avec 4,46% de hausse annuel en moyenne chaque année, vraiment c'est du n'importe quoi cet article.
a écrit le 14/01/2016 à 13:26 :
"Mais ce sont surtout les Français les plus riches qui sont plus riches."

Merci pour cette réalité salement tenace.
a écrit le 14/01/2016 à 12:35 :
Pour répondre également à Michel: quand on est jeune, on débute en général dans la vie en tant que locataire (ou chez ses parents) et on n'est pas tout de suite PDG... On a un petit salaire de débutant dans la boîte, un loyer à payer, on économise pour une voiture, souvent d'occasion, puis un logement... Quand on a payé durant 20 ou 25 ans de crédit, voire plus, on devient propriétaire. Et plus âgé. Avec un peu de chance, du fait de l'ancienneté et des compétences dans sa boîte, on a un salaire un peu plus aisé. C'est vrai, on vit un peu mieux. On peut aider nos enfants qui, devenus adultes, rament à leur tour comme nous 20 ans plus tôt. Voir, à 60 ans, on hérite (ou non) d'un pécule de nos parents. Bien sûr, les jeunes voudraient tout tout de suite (comme nous on aurait pu le souhaiter), mais on a mis du temps à ramer pour avoir un toit, en faisant une croix pendant bien des années sur les sorties ou les vacances. C'est un choix. Chacun son tour, la roue de la fortune tourne toujours dans le même sens. Rien ne sert d'envier le voisin. Et si avoir un toit à soi sur la tête devient un signe distinctif de richesse pour certains, qu'ils pensent aussi que c'est le résultat de 20 ans ou 25 ans de galère... On aurait pu choisir de rester locataire (de bloquer un logement HLM as vitam éternam ), de faire flamber notre salaire en fiestas, ou aux jeux de grattage...
Réponse de le 14/01/2016 à 13:43 :
C'était sur 25 ans que les papi-boomer se sont endettés ?!?
Me voilà rassuré, moi qui croyait qu'ils nous avaient laissé un monde endetté avec un chômage de masse...
a écrit le 14/01/2016 à 11:20 :
Pour répondre à Michel les revenus de l'immobilier sont soumis aux prélèvements sociaux CSG + CRDS soit 15,5% des revenus tirés de l'immobilier.
Cn
Réponse de le 14/01/2016 à 11:55 :
Pour répondre à Michel les revenus de l'immobilier sont soumis aux prélèvements sociaux CSG + CRDS soit 15,5%. La taxe foncière représente environ 10% des revenus encaissés. Suite à cela les revenus sont remontés sur l'impôt sur le revenu soumis au barème progressif et cela que vous fassiez parti des 7% ou non. Pour les plus riches il y a encore l'ISF.

Le principal problème de la France et des Français c'est de toujours chercher à taxer toujours plus. Faire cuire les gens qui ont de l'argent n'a jamais réduit les inégalités.
Il faudrait peut être penser à changer de philosophie car 40 ans de politique et de manière de penser inefficace il serait temps de se réveiller ?

Il faut que l'état bien gras se mette au régime sec!!! Nombre de fonctionnaires et privilèges en ligne de mire.
Il faut revoir la politique bancaire qui ne prêtent qu'aux 10% les plus riches car ils ont les garanties en face. Les banques doivent prêter de l'argent pour relancer les entreprises et l'état en allégeant et simplifiant la fiscalité doit permettre aux entreprises de vivre et d'investir sans les étouffer.
Réponse de le 14/01/2016 à 11:56 :
Pour répondre à Michel les revenus de l'immobilier sont soumis aux prélèvements sociaux CSG + CRDS soit 15,5%. La taxe foncière représente environ 10% des revenus encaissés. Suite à cela les revenus sont remontés sur l'impôt sur le revenu soumis au barème progressif et cela que vous fassiez parti des 7% ou non. Pour les plus riches il y a encore l'ISF.

Le principal problème de la France et des Français c'est de toujours chercher à taxer toujours plus. Faire cuire les gens qui ont de l'argent n'a jamais réduit les inégalités.
Il faudrait peut être penser à changer de philosophie car 40 ans de politique et de manière de penser inefficace il serait temps de se réveiller ?

Il faut que l'état bien gras se mette au régime sec!!! Nombre de fonctionnaires et privilèges en ligne de mire.
Il faut revoir la politique bancaire qui ne prêtent qu'aux 10% les plus riches car ils ont les garanties en face. Les banques doivent prêter de l'argent pour relancer les entreprises et l'état en allégeant et simplifiant la fiscalité doit permettre aux entreprises de vivre et d'investir sans les étouffer.
a écrit le 14/01/2016 à 11:04 :
mais quelle catastrophe !
Il est stupide de se rejouir de la bulle immobilière qui appauvrit les jeunes et les travailleurs au detriment des vieux et des rentiers.

Il faut a tout prix taxer fortement l'immobilier ! 3% de la valeur du bien par an (deductible des impots sur le revenu pour ne toucher que ceux qui possèdent des biens sans declarer de revenu / sans travailler)

En contre parti il faut baisser fortement les charges salarials pour faire baisser les couts du travail (sans avoir a travailler plus dans un premier temps)

Il est completement anormal que la protection social soit payée exclusivement par le travail et les revenus et pas du tout par l'immobilier et les rentes de monopoles. Cela devrait etre exactement l'inverse !
a écrit le 14/01/2016 à 11:04 :
mais quelle catastrophe !
Il est stupide de se rejouir de la bulle immobilière qui appauvrit les jeunes et les travailleurs au detriment des vieux et des rentiers.

Il faut a tout prix taxer fortement l'immobilier ! 3% de la valeur du bien par an (deductible des impots sur le revenu pour ne toucher que ceux qui possèdent des biens sans declarer de revenu / sans travailler)

En contre parti il faut baisser fortement les charges salarials pour faire baisser les couts du travail (sans avoir a travailler plus dans un premier temps)

Il est completement anormal que la protection social soit payée exclusivement par le travail et les revenus et pas du tout par l'immobilier et les rentes de monopoles. Cela devrait etre exactement l'inverse !
a écrit le 14/01/2016 à 10:12 :
"Cet enrichissement exceptionnel reste concentré entre les mains des « happy few » : 48% de la richesse est détenue par les 10% les plus fortunés ; et la moitié des Français possède 93% du patrimoine, l'autre moitié 7% seulement."

Voilà, donc ce ne sont pas les français qui se sont enrichis mais les français les plus riches qui ne représentent donc pas la majorité de la population loin de là.

Les français ont fait comme toutes les autres populations mondiales sinon, ils se sont appauvries car avec les outils de production dorénavant entièrement dans les mains des plus fortunés l'économie mondiale étouffe.

Au secours, mais qui pour nous sortir de là ? Comptez pas sur les politiciens qui ne sont que les valets des plus aisés comme on ne peut que le contater...
Réponse de le 14/01/2016 à 10:34 :
c'est vrai que c'est assez inégal. mais sur le patrimoine nous sommes au même niveau que le UK et bien moins inégalitaires que US et Germanie.
concernant les revenus, la France est le pays de l'OCDE ou les inégalités progressent le moins.
d'après une étude récente de Morgan Stanley sur les inégalités, la France est plutôt dans les meilleurs élèves.
Réponse de le 14/01/2016 à 13:09 :
Comparaison n'est pas raison, il y aura toujours "plus" ailleurs ou "moins" ailleurs. La comparaison quand elle a pour fonction de relativiser n'est que l'interprétation d'une pensée binaire peu enrichissante au final car la vérité comme dit Nietzsche est d'abord "local et temporaire".

Tous les cas sont différents pour de nombreuses raisons différentes la priorité devrait d'abord être que nous soyons tous traités de la même façon avec les mêmes droits et devoirs or dans un système économique qui privilégie sans arrêt les mêmes il n'y a aucune chance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :