Pourquoi il faudra investir en Europe en 2016

 |   |  905  mots
(Crédits : Reuters)
Le plan Juncker est en marche. 40 projets d'infrastructure sont d'ores et déjà lancés. Par Jyrki Katainen, vice-président de la commission européenne*

Depuis sa prise de fonction, relancer l'emploi, la croissance et l'investissement est la priorité de la Commission européenne. L'Europe compte 22,5 millions de chômeurs, dont 4,5 millions de jeunes - nous devons de toute urgence leur offrir de nouvelles perspectives. Cela passe par retrouver les niveaux d'investissement d'avant la crise.
C'est l'objectif du plan d'investissement pour l'Europe présenté par la Commission européenne il y a un peu plus d'un an. Au cours de l'année 2015, nous avons mis en place son architecture juridique et financière en créant de nouveaux outils pour les entrepreneurs et les investisseurs européens. En 2016, il nous faudra transformer l'essai et utiliser au mieux ces outils pour relancer l'investissement.

 Mobiliser 315 milliards d'euros

Le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) est un des piliers du plan d'investissement pour l'Europe. Il permet à la Banque européenne d'investissement et à sa filiale pour les PME, le Fonds européen d'investissement, de financer des projets plus nombreux et plus risqués. Nous voulons mobiliser 315 milliards d'euros d'investissements supplémentaires grâce à ce nouveau Fonds entre 2015 et 2018 sur une période de trois ans !

40 projets d'infrastructure stratégique déjà approuvés

Je me réjouis de pouvoir dire que le FEIS a pris un départ très prometteur. À ce jour, plus de 40 projets d'infrastructure stratégique ont été approuvés pour un investissement total de 25 milliards d'euros dans l'économie réelle. Dans le même temps, le fonds européen d'investissement a déjà conclu 66 accords avec des intermédiaires financiers (banques commerciales, banques nationales de développement et fonds de capital-risque) pour faciliter le financement des PME.

Ces accords mobiliseront près de 21 milliards d'euros d'investissements dont bénéficieront 75 000 entreprises.  Ainsi, nous avons déjà mobilisé 46 milliards d'euros d'investissements supplémentaires en Europe et nous n'en sommes qu'au début ! Au-delà des chiffres, ces investissements financent l'économie de demain et créent des emplois aujourd'hui et dans le futur.. En France, le FEIS soutient par exemple la transition énergétique. Dans le cadre d'un programme de 400 millions d'euros, le FEIS a commencé à financer les premières sociétés de tiers financement qui accompagnent les particuliers dans la rénovation de leur logement pour le rendre plus économe en énergie. Le FEIS a aussi investi 50 millions d'euros dans un fonds dédié au développement des énergies renouvelables en France et en Europe.

Des services d'aide aux jeunes entreprises

La nouvelle plateforme européenne de conseil en investissement (www.eib.org/eiah) est un autre rouage essentiel du plan d'investissement et est opérationnelle depuis septembre. Les jeunes pousses, les petites entreprises et les porteurs de projets (publics ou privé) peuvent utiliser les services d'aide, de conseil et d'assistance technique disponibles sur cette plateforme pour améliorer et accélérer leurs projets.
Nous lancerons aussi en février 2016 un portail en ligne ouvert aux opérateurs publics et privés afin de promouvoir des projets européens de qualité auprès d'éventuels investisseurs. Parmi les centaines de projets présentés en ligne, les investisseurs pourront choisir celui qu'ils souhaitent soutenir.

En 2016, je souhaite que de nombreux autres projets puissent voir le jour et contribuer à la relance de l'investissement en Europe. Pour cela, nous devons informer les PME, les autorités publiques, les opérateurs et les investisseurs privés sur les possibilités concrètes qu'offre le plan d'investissement européen. Je voudrais notamment inciter les États membres et le secteur privé à mettre en place des plateformes d'investissement, des véhicules de financement spécialisés regroupant des petits projets autour d'une thématique commune. En regroupant des projets, les plateformes créent des effets d'échelle et augmentent leur attractivité, attirant les investisseurs et facilitant la participation du FEIS.

La région la plus attractive

Je souhaite aussi que les investisseurs extérieurs à l'Union européenne contribuent à amplifier cette initiative pour l'investissement. L'Europe demeure la région la plus attractive du monde pour les investissements directs étrangers, avec de nombreux atouts mondialement reconnus : son marché unique, l'État de droit, une main-d'œuvre hautement qualifiée. Je me suis déjà rendu en Chine et à Singapour pour présenter le plan d'investissement. En février, je me rendrai aux États-Unis.

Troisième pilier: moins d'obstacles règlementaires

Finalement, la Commission travaille aussi sur un troisième pilier visant à éliminer les obstacles réglementaires à l'investissement. Dans le cadre de l'Union des marchés de capitaux, de l'Union énergétique, du Marché unique numérique, de la stratégie pour le marché unique et d'autres initiatives, la Commission a déjà fait des propositions pour éliminer des barrières concrètes à l'investissement, en facilitant l'investissement dans des infrastructures par les fonds de pension ou en rendant plus transparents les marchés pour les travaux publics par exemple. Des réformes au niveau national peuvent aussi stimuler davantage l'activité économique et l'investissement.
Aux côtés de la Banque européenne d'investissement, la Commission est mobilisée pour aider les porteurs de projets et les investisseurs à relancer la croissance, l'emploi et bâtir l'économie de demain. N'hésitez pas à contacter les bureaux de la Commission ou de la Banque européenne d'investissement à Paris pour participer au plan d'investissement pour l'Europe !

*Jyrki Katainen, vice-président de la commission européenne chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :