Quelle réponse française au Brexit ?

 |   |  1135  mots
Le premier ministre britannique, David Cameron, avait promis pendant la campagne de 2015 un référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE
Le premier ministre britannique, David Cameron, avait promis pendant la campagne de 2015 un référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE (Crédits : SUZANNE PLUNKETT)
Quelles seraient les vraies conséquences d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne? Comment l'anticiper? Par Laurent Warlouzet, Maître de conférences en histoire à l'Université d'Artois

Alors que les négociations battent leur plein à Bruxelles pour dégager un compromis avec David Cameron, la perspective du Brexit, c'est-à-dire d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne suite au prochain référendum, est dorénavant considérée comme une hypothèse crédible. Depuis la fin de l'anne 2015, les sondages président dorénavant un scrutin très indécis, avec une opinion publique partagée en deux camps à peu près égaux. L'après Brexit doit donc être envisagé sérieusement, et avec lui les formes de la future Union Européenne, et la place de la France en son sein.

Le rêve français d'une petite Europe homogène et intégrée

En France, les plus optimistes frétillent à la perspective d'une Union Européenne enfin débarrassée de ceux qui ont toujours été les plus ardents opposants à des projets français anciens comme l'Europe sociale ou la formation d'une politique étrangère commune. Certains rêvent tout haut d'une sortie de nos encombrants cousins britanniques, ainsi de Michel Rocard dans un article du Monde titré : « Amis Anglais, sortez de l'Union européenne mais ne la faites pas mourir ! » (5 juin 2014).

Le rêve français est en fait celui d'une petite Europe homogène et intégrée, dominée par une France ambitieuse. Pourtant, l'histoire montre que cette perspective reste un rêve pieux. Entre 1951 et 1973, les communautés européennes, CECA puis CEE, n'ont compté que six pays mais elles couvraient des domaines assez limités, essentiellement le commerce des marchandises et l'agriculture à partir de 1962. Encore ces deux domaines ont-ils suscité de très nombreux conflits. Certes la RFA et l'Italie, encore sonnées par la défaite une vingtaine d'année plus tôt, ne manifestaient pas leurs réticences de manière trop visibles, ce qui pouvait donner l'impression aux Français qu'ils menaient la barque.

La France peine de plus en plus à "remodeler l'Europe"

En 1973, le Royaume-Uni est entré dans la Communauté européenne et s'est immédiatement singularisé, d'abord par un référendum sur une éventuelle sortie de l'Europe en 1975 (déjà !), et ensuite par une volonté acharnée de renégocier le budget, achevée en 1984, au sommet de Fontainebleau. Juste avant ce sommet, le Président Mitterrand avait envisagé de refonder une nouvelle Communauté européenne à six ou à huit, en associant l'Espagne et le Portugal, mais la RFA ne l'a jamais accepté. Il n'y avait pas d'alternative à la CEE. Au-delà de l'anglophilie traditionnelle des Néerlandais et des Scandinaves, se pose un problème structurel : la domination du couple franco-allemand fait peur, d'où l'intérêt d'un contre-poids britannique. Par la suite, la marge de manœuvre française pour remodeler l'Europe s'est encore amoindrie. Christian Lequesne a montré que la France n'avait jamais trouvé sa place dans la « Nouvelle Europe » née de l'élargissement à l'Est, qui diluait encore son influence.

La fin de l'Europe en cas de Brexit?

Au contraire, les plus pessimistes annoncent déjà une désagrégation de l'Union Européenne en cas de Brexit. A Davos, le 21 janvier 2016 Manuel Valls a évoqué la possibilité d'une « dislocation » de l'Europe si une puissance majeure comme le Royaume-Uni la quittait. Le risque serait en fait que d'autres défections suivent. L'Union en serait réduite à une simple zone de libre-échange, ou, pire à un ensemble de sous-régions concurrentes. Les tensions entre la frugale Europe du Nord et la dispendieuse Europe méditerranéenne se concrétiseraient par des organisations concurrentes, avec une renaissance du projet Nordek en Scandinavie, voire une Mitteleuropa centrée sur l'Allemagne.

Résilience

En fait, cette perspective cataclysmique sous-estime la résilience institutionnelle de l'Union Européenne. Avant l'UE, la CEE a déjà survécu à de nombreuses crises qui remettaient en cause son existence, de la crise de la Chaise vide en 1965 à la crise budgétaire britannique, la fameuse « BBQ » pour « Bloody Budgetary Question », sans parler des évènements plus récents, du « non » français de 2005 à la crise de l'euro,.
Le risque de désagrégation du camp occidental n'est pas plus présent. L'OTAN a toujours eu un périmètre différent de l'ensemble CEE/UE. La Turquie est un membre cardinal de l'Alliance Atlantique mais pas de l'Union Européenne, tandis que cette dernière accueille de nombreux pays neutres, depuis l'Irlande en 1973. Les divisions majeures au moment de la guerre en Irak en 2003 ont montré que les divergences stratégiques n'ont jamais empêché la poursuite de la coopération en matière de gouvernance économique et sociale, qui reste encore aujourd'hui le domaine de compétence majeure de l'Union Européenne.

La force centripète d'un Royaume Uni hors UE

En fait, le vrai risque consiste plutôt en un maintien d'une Europe à 27 assortie d'un statut spécial pour le Royaume-Uni, qui exercerait une force centripète considérable. Il est en effet impossible de prétendre imposer à la puissante Albion un statut similaire à la Suisse ou à la Norvège. Londres négociera un accord ad hoc plus avantageux, grâce aux nombreux relais dont elle dispose au sein de l'Union. Cela poussera certains de ses alliés parmi les plus eurosceptiques à réclamer pour eux aussi un statut particulier, et donc à multiplier les opts-outs, sur l'euro, la coopération policière, la politique migratoire ou d'autres éléments. L'Union s'en trouverait paralysée par des négociations continuelles sur son détricotage, et pas sur son approfondissement. Les exceptions deviendraient la règle.

Un contre projet concret et cohérent pour la zone euro


La France doit donc se préparer à un Brexit sans idéalisme ni catastrophisme. Elle doit anticiper la perspective de multiples opt-out et la contrer en déposant un contre-projet concret et cohérent pour les pays les plus ambitieux de la zone euro. Comme le disait Robert Schuman le 9 mai 1950, il faut faire « porter l'action sur un point limité mais décisif », en l'occurrence ceux qui font sens à l'échelle européenne. On peut penser à des progrès sur la taxe sur les transactions financières ou sur les travailleurs détachés qui pourraient intéresser des pays du cœur de l'Europe. Un renforcement ciblé des institutions de la zone euro pourrait également faire sens. Au contraire, un énième discours creux sur le renforcement de la « gouvernance économique européenne », souvent perçue à l'étranger comme une tentative de soumettre l'Allemagne aux priorités macro-économiques françaises, ne suffira pas. En matière européenne, audace rime avec technicité.

Laurent Warlouzet
Maître de conférences en histoire à l'Université d'Artois, a enseigné à Sciences-po Paris et à la London School of Economics et a publié « Le choix de la CEE par la France ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2016 à 15:13 :
La "pauvrette", elle est tellement blottie dans les jupes d'Angela que Sarkoziste ou Hollandienne, elle ne peut pas s'érailler à crier le mot de Cambronne, Waterloo comme Trafalgar étant de monuments admirés de l'empire britannique.
a écrit le 05/02/2016 à 23:44 :
Moi aussi j'anticipe le brexit !! j'ai mis le Champagne au frais !!
a écrit le 04/02/2016 à 9:43 :
UK ne souhaite pas sortir de l'Europe comme marché commun et espace de définition de nombreuses normes (environnement, telecom...). UK refuse simplement que l'UE se transforme en empire carolingien, empire napoléonien ou 4ème Reich...ce en quoi elle a parfaitement raison. Donc restons raisonnables, abandonnons cette cible chimérique et funeste d'intégration politique et fiscale, et poursuivons la coopération telle qu'elle existait à l'époque où UK est rentré dans la communauté. L'euro est un sujet technique à part et on peut tout à fait conserver la zone euro sans faire de convergence politique et fiscale.
Réponse de le 04/02/2016 à 15:30 :
"on peut tout à fait conserver la zone euro sans faire de convergence politique et fiscale. "...?Ah bon! L'Europe n'est pas un sujet technique à part, l'Europe c'est un sujet plein et entier qui ne peut pas souffrir éternellement d'exception pour convenance personnelle, dont le RU est familier.
a écrit le 04/02/2016 à 9:21 :
La France agit comme un pays vassal vis a vis d'un autre qui ne veut pas l'être! Ce n'est que marchandage et chantage!
a écrit le 04/02/2016 à 7:01 :
Les Britanniques ont toujours le même objectif : une zone de libre échange.
Nous Français nous rêvons sans véritable stratégie et faisons porter la responsabilité de nos problèmes par l'Europe. Je rêve d'une France pragmatique et un peu plus mercantile.
Ras le bol de 5 millions de chômeurs Madame Aubry
a écrit le 04/02/2016 à 0:41 :
"en l'occurrence ceux qui ***font sens*** à l'échelle européenne"

En français on dit "avoir du sens".
En anglais on dit "to make sense".

Faudrait pas mélanger les torchons et les serviettes :-)
a écrit le 03/02/2016 à 23:22 :
Si il y a des aménagements spéciaux et spécieux qui ouvrent la porte pour des doubles standards alors ils rendront encore et encore la situation plus incompréhensibles pour les européens. Les Européens veulent comprendre leur Europe, les doubles standards vont encore affaiblir l'Europe. N'oublions pas que une de perdue, c'est 10 de retrouvées.
a écrit le 03/02/2016 à 22:14 :
"le vrai risque consiste plutôt en un maintien d'une Europe à 27 assortie d'un statut spécial pour le Royaume-Uni"
Sortie ou pas de l'Europe, le Royaume de devrait pas avoir la parole sur les règles intra ZE, il profite largement de la puissance du marché de cette Zone, avec un tas de dérogations à son avantage.
Et comme la chasse au truandage fiscal avance, doucement mais surement, La City et ses boites à lettres seront bientôt hors jeu! Les 10 premières fortunes UK sont russes, indiennes, etc. Ce modèle est tout sauf le rêve européen!
C'est bien en s'orientant vers un nivèlement (vers le haut) des règles (travail, social, sécurité) que l'Europe pourra jouer plus solidaire et gagnera en puissance. Pas l'inverse ! En favorisant les emplois à forte valeur ajoutée avec éducation et formations à cet effet, et non pas avec des emplois non cadres à deux sous !
a écrit le 03/02/2016 à 21:39 :
TEST
Réponse de le 05/02/2016 à 23:52 :
C'est bon..tu peux écrire..!!!!
a écrit le 03/02/2016 à 18:31 :
Cela serait une bonne nouvelle, s'ils veulent partir rien ne les oblige à rester. Tout comme les milliardaires qui fraudent le fisc des pays membres, s'ils ne veulent pas payer d'impôts là où ils vivent ils peuvent se barrer mais ils sont pas près d'être touché par la déchéance de nationalité ceux là on est tranquille, tant qu'ils peuvent faire de bons gros chèques...

Nous sommes encore en démocratie que ceux qui ne veulent pas n'insistent pas et laissent les gens qui veulent vraiment entre eux, déjà qu'il est compliqué homogénéiser toutes ces cultures et traditions différentes si en plus les gens viennent avec plus de demandes que d'offres faut laisser tomber.
Réponse de le 04/02/2016 à 9:51 :
referendum de 1992 (non = 49% après propagande éhontée de toute la classe politique et des médias y compris d'un président malade), referendum de 2005 (non = 55%)

Appliquons donc votre devise :
"Nous sommes encore en démocratie que ceux qui ne veulent pas n'insistent pas et laissent les gens qui veulent vraiment entre eux"
Réponse de le 04/02/2016 à 11:02 :
Théophile je ne comprends pas bien votre objection là...

Oui l'europe aurait du écouter le peuple français qui refusaient à 55% ce traité constitutionnel européen qui fait plier les citoyens à la volonté néolibérale des actionnaires, bien entendu mais bon l'europe n'étant pas une démocratie a préféré passer par dessus l'opinion du peuple français afin de lui imposer malgré tout, avec la complicité des députés français, ce traité constitutionnel synonyme de dégradation économique permanente.

Forcer les gens à faire quoi que ce soit c'est les rebuter à vie à ce quoi que ce soi, c'est facile à comprendre, essayez de vous mettre dans la peau d'un démocrate au lieu d'un autocrate et vous verrez vous y arriverez sans problème également.

Interdisez à quelqu'un de faire quelque chose et vous lui donnez envie immédiatement envie de ce quelque chose. Imposer sa volonté à l'autre c'est forcément signe d'échec à moyen terme et si vous n'êtes pas d'accord merci d'argumenter un peu mieux que cela parce que c'est l'économie mondiale qui me donne raison actuellement, merci.
a écrit le 03/02/2016 à 18:06 :
La GB a surtout été le cheval de Troie de Wall Street dans la zone Euro via La City. Il est clair que seul le volet financier de la construction européenne les intéresse depuis Margaret Thatcher, d'où son insistance à avoir "my money back!"

Leur départ permettrait une réorganisation financière bienvenue et un contrôle des capitaux, gage d'une sécurité monétaire et économique bien plus solide.

Je vote en faveur d'une bourse européenne unique, sous contrôle de la BCE, avec une autorité forte de contrôle des marchés, un droit de punition et de sanction au moins aussi étendu que celui de la SEC américaine.

Et j'en attend un contrôle accru envers les capitaux étrangers à la zone Euro, avec un régime de taxation spécifique et moins avantageux que pour les investissements intra-européens.

Pour ce qui est de l'Otan, il faudra que les Européens se décident à prendre leur défense en main eux-mêmes. Il n'est pas normal que 80% de notre potentiel soit représenté par les seules armées françaises et anglaises. Ceci-dit, même hors Europe, rien n'empêcherait les anglais de collaborer pour des opérations extérieures.
a écrit le 03/02/2016 à 17:50 :
Si le projet d'accord entre l'UE et M.Cameron est accepté par les 27 autres États membres,ce qui est peu probable ,la France pourra_t_elle cesser de payer des prestations sociales a des citoyens roumains qui campent dans notre beau pays ?
a écrit le 03/02/2016 à 17:50 :
Assurément Laurent Warlouzet ne donne pas tout ce qu'il a ou alors c'est très peu. Parler de la puissante Albion, pourquoi pas perfide, mot à la mode des historiens, est se tromper d'époque. UK n'a jamais été puissante que de la force qu'on lui prête. L'analyse sérieuse montre qu'elle n'est en rien actuellement puissante. La maîtrises des paradis fiscaux : ils ne savent plus où investir. Les mines : elles s'écoulent. Le pétrole de la mer du Nord : Il s'épuise en 5 ans dans un contexte de prix baissiers. La City, les banques : elles partent en brioche. La population : elle s'étiole fortement. Le tabac : il disparaît en volutes. Bref, reste quelques entreprise technologiques de qualité, un secteur assurance qui se remobilise enfin, quelques pharma qui s'emploient à ne pas glisser plus et un immobilier qui bat des records inquiétants. UK vit actuellement et presque uniquement de la vente de ses anciennes pépites, des actifs cachés à travers le monde. Autant dire que le pays ne peut pas sortir du pacte européen. Les choses rouleront donc encore longtemps dans une sorte de "no mans'band", une équipée dans laquelle on gomme toute aspérité possible et qui perdure de la seule vision inerte d'elle même, laissant passer le temps. La prochaine convergence dollar-euro viendra probablement réveiller le dossier. Pour l'instant nous dormons et nous endormons.
a écrit le 03/02/2016 à 16:52 :
"un contre-projet concret et cohérent "
Il y a bien longtemps que plus personne ne se soucie de ce genre de chose !
a écrit le 03/02/2016 à 16:29 :
Dés la signature du TAFTA, l'Europe sera morte. Déjà,que militairement elle n'existe pas sauf au travers de l'OTAN qui est au service des USA. l'Euro est une monnaie dépendante du dollar. Le reste sert à amuser la galerie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :