Quels enjeux pour les dispositifs connectés dans l'assurance ?

 |   |  516  mots
Xerfi Canal présente l'analyse de Philippe Gattet, Precepta
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, les dispositifs connectés dans l'assurance

Quelles seront les implications de l'Internet des objets (IoT) pour le monde de l'assurance ? Hé bien cette nouvelle ère va orienter les marchés de l'assurance selon deux directions d'après notre expert :

  • D'un côté, l'internet des objets poussera à une hypersegmentation des offres autour de modèles de tarification ou de rétribution de plus en plus en phase avec les pratiques effectives des assurés.
  • Et, de l'autre, cela renforcera la place du service dans les offres d'assurance, en particulier les services de prévention et plus généralement d'accompagnement des assurés.
  • On aura alors compris que les dispositifs connectés vont s'imposer dans l'assurance comme une réponse à l'hyperconnectivité des individus. Et on le devine : la data va devenir pour les assureurs une ressource critique pour se constituer un avantage concurrentiel...

L'IoT va bouleverser les accès aux clients

Des écosystèmes numériques se forment aujourd'hui autour du véhicule connecté, de l'habitat connecté ou encore de la santé connectée. Au sein de ces ensembles, l'accès au client (et à ses données) constituera de plus en plus l'actif critique permettant à des opérateurs « pivots » de se détacher et d'imposer un rapport de force favorable à l'ensemble de leurs partenaires et fournisseurs. Et c'est sans oublier que certains acteurs comme les géants de l'IT comme Google ou Apple peuvent mobiliser des moyens de ciblage et de personnalisation sans commune mesure avec le passé. En d'autres termes, les assureurs se doivent d'anticiper et de contrer ces menaces d'intermédiation.

Pour les assureurs, le déploiement d'une stratégie axée sur l'internet des objets se heurte à un certain nombre de problématiques selon l'étude de Precepta. Trois nous paraissent critiques pour préserver les équilibres techniques et la viabilité des nouveaux modèles, et au passage, contrer les menaces d'intermédiation :

  • D'abord franchir l'obstacle économique, c'est-à-dire prendre en compte les nouveaux coûts et risques induits par ces nouveaux modèles et résoudre la question éventuelle de leur partage entre les différentes parties prenantes au sein des écosystèmes numériques.
  • Ensuite, il s'agit pour les assureurs de résoudre le paradoxe des effets sélectifs des modèles sur les cibles. En assurance automobile par exemple, les publics acceptant la contrainte d'observation des dispositifs connectés sont ceux qui sont les plus confiants dans l'idée que révéler leurs usages leur sera bénéfique. Dans ce cas, le risque est faible pour l'assureur et la portée de ces dispositifs est finalement limitée.
  • 3e problématique importante : engager un chantier organisationnel exploratoire autour des données pour accélérer la maturité des solutions de traitement des data.

Ainsi, la diffusion des objets connectés dans l'assurance oblige les acteurs à tester de nouveaux business models. Mais c'est plus globalement tout le rapport au client qui doit être redéfini à l'aune de nouveaux leviers d'interactivité et de la ressource clé que constitue la data.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :