Réfugiés, l'impossible solidarité européenne ?

 |   |  157  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui: réfugiés, l'impossible solidarité européenne ?

160.000. C'est le nombre de réfugiés qui devaient être répartis dans les pays européens à partir de fin 2015 sur décision de la Commission européenne. Aujourd'hui, ils ne sont que 20.000 à avoir été accueillis. La question de l'accueil des réfugiés divise encore et toujours l'Europe. Deux visions s'opposent, la solidarité contre le refus total. Pour contrer ce dernier, la Commission européenne vient de lancer une procédure à l'encontre de trois pays d'Europe centrale, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, qui refusent de participer au programme de répartition. Cette sanction est-elle légitime ? Face à cette introuvable solidarité européenne, quelle politique commune peut être mise en place ?

Pour en débattre, nous recevons Jean-Sébastien Ferjou, fondateur du site d'Atlantico, Shoshana Fine, docteure en sciences politiques et spécialiste des migrations européennes et Jacques Rupnik, directeur de recherche à Sciences Po et spécialiste de l'Europe de l'Est.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2017 à 9:28 :
Les coupables de cette migration, par leurs politiques interventionnistes, sont ceux qui les reçoivent!
a écrit le 19/06/2017 à 18:34 :
C'est absurde et vous donnez un appel d'air à des populations qui ont trois siècles de retard sur nous !
a écrit le 19/06/2017 à 15:56 :
Il faudrait laisser gérer les peuples européens au lieu de continuer de laisser la gestion de vies humaines à des politiciens corrompus et incompétents surtout. Parce que ne pas oublier qu'en ce qui concerne l’Allemagne on est très loin du principe de solidarité dont vous parlez étant donné que l’Allemagne a un besoin vital et je pèse mes mots, de l'immigration si elle veut toujours être là dans un siècle.

Le problème majeur de cette union européenne c'est qu'avant toute décision elle regarde l'intérêt de ses propriétaires les actionnaires milliardaires, ensuite ceux des partis politiques compromis et enfin ceux des citoyens les plus aisés car en ayant des préoccupations plus proches. Pour la gestion de vies humaines c'est vraiment pas terrible...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :