Sept règles que les grosses entreprises peuvent emprunter aux startups

 |   |  935  mots
Loic Mercier, Directeur du Planning Stratégique de BBDO Paris
Loic Mercier, Directeur du Planning Stratégique de BBDO Paris (Crédits : DR)
Chaque entreprise est née startup. Pourtant, devenues mastodontes, les grandes entreprises ont parfois oublié ce qui a fait la richesse, l'enthousiasme et le succès de leurs premières années. Par Loic Mercier, Directeur du Planning Stratégique de BBDO Paris

2016 est l'année où va commencer à fleurir ce que l'on entendait déjà timidement en 2015 : le projet 2020. Cap 2020. Objectif 2020. Sensation 2020. Révolution 2020. Il faudra de l'imagination dans le nom, mais encore plus dans les moyens mis en œuvre pour accélérer ce qui sera forcément le cœur du sujet : la transformation digitale, industrielle, sociale ou économique de l'entreprise.

Les startups restent la meilleure source d'inspiration, tant elles concentrent tout ce que les grandes entreprises recherchent aujourd'hui : l'innovation, l'agilité, l'exécution rapide des projets, l'esprit de corps des salariés, la croissance à 2 chiffres. Sept règles se dégagent de cette source d'inspiration juvénile.

Règle n°1 : soyez angéliques, ça vous mènera loin

Les startups ont cette faculté incroyable de mettre leur énergie au service d'un idéal, et de faire reposer celui-ci sur une observation empreinte d'un bon sens très terrien. L'observation d'une frustration, d'un usage anachronique, d'un statu quo accepté de tous alors qu'il pourrait être remis en cause. Par exemple Echy, startup française, capture la lumière naturelle pour l'injecter dans nos bureaux via la fibre optique. Rien que ça. Imaginez les bienfaits sur votre peau, votre humeur et celle de vos salariés. Cela peut tout simplement changer nos vies. Comment allez-vous changer celle de vos clients ?

Règle n°2 : réduisez votre "time to market" par deux

Ici il ne s'agit pas de compresser vos process classiques, mais de les changer radicalement : quand habituellement une grande entreprise attend que son produit soit parfait avant de le confronter au monde réel, les start-ups font l'inverse. Elles confrontent au monde réel un produit imparfait et l'améliorent au gré des retours d'expérience des consommateurs. Les boucles d'apprentissages sont plus courtes, plus nombreuses, et la co-création avec leur public valide en live les options.  Vous ne pourrez pas le faire sur tous vos projets, mais pourquoi pas sur 3 projets dans l'année ?

Règle n°3 : suivez votre vision, mais sachez pivoter

A la recherche perpétuelle de la bonne formule, avec la pression de réussir vite et l'agilité des équipes courtes, les startups peuvent pivoter radicalement, presque dans l'instant. Leur business model n'est alors plus celui qu'elles avaient imaginé, mais elles ont l'intelligence de ne pas s'obstiner pour finalement aller là où une croissance exponentielle et durable peut les porter. Critéo, Paypal, Twitter ou Instagram ont pivoté. Mais au cours de leur histoire Peugeot ou Nintendo ont su également le faire. Alors, et si demain vous décidiez de pivoter ?

Règle n°4 : libérez la créativité de la tyrannie du ROI

La rentabilité à l'extrême freine les ardeurs, étouffe la créativité, tue dans l'œuf des idées. N'allez pas croire que les start-ups sont irresponsables et que la rentabilité n'est pas un objectif. Mais dans les premières années de leur vie, elles privilégient très souvent la croissance pour prouver que leur business model fonctionne et prendre rapidement une place de leader. Alors, quel est le projet sur lequel vous allez privilégier la croissance sans même évoquer son ROI ?

Règle n°5 : pluggez-vous aux énergies qui bousculent

Quand on cherche à accélérer sa transformation, rien ne vaut l'apport de ceux qui peuvent vous mettre face à la réalité ou vous projeter dans un futur que vous n'imaginiez même pas.

Les étudiants ont le temps, l'énergie, l'irrévérence et l'angélisme pour vous permettre de trouver des solutions radicalement différentes. Les start-ups sont fraîches, projetées dans le futur, libres. Connectez-vous à ces entités, vous avez tout à y gagner.

Règle n°6 : mettez de l'héroïsme dans votre storytelling

L'aventure humaine des start-ups nous fascine, et les startuppers sont les nouveaux héros de notre société, les grands découvreurs de l'époque. Parce qu'elles abusent de la culture du secret ou du « corporate », les grandes entreprises gomment l'individu. Derrière chacune de leurs innovations, il y a pourtant une équipe souvent restreinte, avec les mêmes frustrations devant l'échec, les mêmes émotions lors du lancement, la même ferveur à inventer. Vous connaissez ces héros dans votre entreprise. Arrêtez de les cacher.

Règle n°7 : réinventez-vous. Vite, sinon quelqu'un le fera pour vous

Les startups ont en elles une paranoïa salvatrice qui les pousse à être sur le qui-vive, à étudier les nouvelles technologies, tendances ou concurrences émergentes. Et finalement à être prêtes à se réinventer perpétuellement.

Pour éviter de se faire disrupter, elles font aussi ce qu'elles savent faire le mieux : se concentrer sur la réponse aux attentes de leurs clients pour être certaines qu'ils n'aient même pas besoin d'aller ailleurs. Et vous, qu'attendent réellement vos clients ?

Des 7 règles, la dernière est la plus expressive de l'urgence à laquelle sont confrontés tous les géants. Ce que ferait une startup de ces règles ? Elle les testerait, les adapterait, les réinventerait, en adopterait certaines et en abandonnerait d'autres. Et vous, lesquelles vont vous inspirer ?

_____

>> Voir quelques interviews des startups du panel

Au contact des grandes entreprises comme des startups, BBDO Paris, en partenariat avec Citizen Entrepreneurs, a dévoilé début février sept règles qui doivent permettre aux géants de booster radicalement leur transformation.

(MELTY - Alexandre Malsh / ECHY - Stéphanie LE BEUZE / MICHEL & AUGUSTIN - Michel de Rovira / KEECKER - Pierre Lebeau / LEETCHI - Benjamin Bianchet / MARCEL CAB - Bertrand Altmayer / GREENFLEX - Frederic Rodriguez / BOURSE DES CRÉDITS  - / SPARTOO - Boris Saragaglia)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2016 à 14:03 :
De bons conseils en effet mais "libérez la créativité de la tyrannie du ROI" ça ils ne l’appliqueront jamais car l'économie doit servir aux actionnaires selon la mentalité néolibérale générale, elle est pas là pour savoir s'arrêter un temps et penser pour en gagner trois plus tard.

Penser c'est mal pour ces gens là repus aux doctrines stupides à court terme. Le court terme ça empêche de prendre du recul et faire son introspection afin de savoir ce qui fonctionne ou pas en soi, c'est se remettre en question, or vous vous adressez à des gens qui ne se sont jamais remis en question de leur vie et qui sont donc incapables de comprendre à quoi ça peut servir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :