Travailleurs indépendants : combattre la solitude

 |   |  1182  mots
(Crédits : Bureauxàpartager.com)
Mieux comprendre comment de nouvelles formes organisationnelles permettent aux travailleurs indépendants de (re)créer du collectif. Par Jean-Yves Ottmann, Université Paris Dauphine – PSL ; Cindy Felio, Université Bordeaux Montaigne ; Mélissa Boudes, Neoma Business School et Sarah Mokaddem, Université de Bretagne occidentale.

On présente souvent la solitude comme une difficulté inhérente au travail indépendant. Face à cette situation difficile, des travailleurs indépendants arrivent pourtant à trouver des ressources. En tissant des relations avec des structures telles que les entreprises de portage salarial, les coopératives d'activité et d'emploi ou des espaces de coworking, ils saisissent une forme de réponse face à l'absence de collectif de travail traditionnel que leur impose la mutation du marché de l'emploi.

Nos différents travaux partageaient l'ambition de mieux comprendre comment de nouvelles formes organisationnelles permettent aux travailleurs indépendants de (re)créer du collectif.

Des nouvelles formes organisationnelles pour les nouvelles formes d'emploi

L'éloge de l'entreprise de soi résonne en filigrane des discours managériaux et sociétaux à l'œuvre depuis près d'une vingtaine d'années. Elle se mue désormais en véritable injonction dans une société caractérisée par la hausse du chômage, les plans sociaux et autres restructurations brutales. Dans ce contexte, les individus sont « invités à » ou « contraints de » créer leur propre activité professionnelle, au gré des opportunités saisies ou construites à partir de leur réseau.

Les travailleurs indépendants sont une figure de proue encensée par les médias de masse valorisant la montée du freelancing, des « slashers », de la « gig economy » et de l'économie des plateformes. Ils représentent un groupe professionnel fortement hétérogène, en souffrance d'appellation consensuelle et rarement considérée par les approches en qualité de vie au travail. Bien qu'il s'agisse d'une population encore minoritaire (en Europe, selon les pays, 10 à 15 % des travailleurs sont indépendants), des structures ont émergé, visant à faciliter et optimiser le quotidien de ces travailleurs présumés autonomes et, bien souvent, isolés. Nous avons étudié trois d'entre elles :

  • Une recherche en psychologie du travail menée auprès de salariés permanents d'une entreprise de portage salarial (EPS par la suite). La structure assure les tâches administratives de travailleurs indépendants et les salariés à la hauteur de leur chiffre d'affaire.

  • Un recueil de données approfondi a été réalisé dans le cadre d'une thèse en sciences de gestion au sein d'une coopérative d'activité et d'emploi (CAE). La CAE assure les mêmes services qu'une entreprise de portage, mais au sein d'une structure coopérative où les travailleurs autonomes deviennent sociétaires et participent au fonctionnement de l'entreprise collective.

  • Enfin, une recherche biographique a été conduite auprès de travailleurs indépendants usagers d'espaces de coworking. Ces structures louent des environnements de travail à des travailleurs indépendants comme à des salariés ou à des start-up.

Différentes méthodes qualitatives ont été mises en place selon les terrains : observations participantes, entretiens biographiques ou semi-directifs, focus-groups.

Groupe de coworking. Deb Nystrom/FlickrCC BY

L'émergence de formes de collectifs ?

Ce triptyque a permis de mettre en lumière la dynamique relationnelle et identitaire à l'œuvre dans ces différentes structures d'hébergement de nouvelles formes d'emploi : nous y avons perçu différentes modalités émergentes de collectifs de travailleurs indépendants.

D'une part, nous avons constaté la présence de postures de solidarité. Elles étaient directes et informelles entre les membres de la CAE et des usagers d'espaces de coworking et plus structurée pour l'entreprise de portage salarial. Dans ce dernier cas, elles étaient portées par les salariés permanents de l'entreprise, qui font preuve d'un travail de care envers les indépendants portés.

D'autre part, nous faisons le constat que se jouait toujours au sein de ces structures une « mise en débat » du travail. Nous désignons par cela des échanges portant sur la nature, la pratique ou les conditions de l'activité d'indépendante.

Nous avons aussi identifié dans les trois terrains de recherche des dynamiques similaires conduisant à l'émergence de collectifs. Tout d'abord, la présence de vocabulaire et de rites communs, spécifiques à chaque organisation étudiée, constitue un ensemble d'éléments structurant un collectif vivace.

Ensuite, nos travaux ont révélé la présence systématique d'une tendance à aller au-delà de ce qui était prescrit, acheté ou convenu. Dans le cas du portage salarial, il s'agit d'aller, pour les salariés permanents, au-delà d'une prestation de services administratifs et de construire un micro-collectif avec chaque indépendant porté. Dans le cas de la CAE, c'est l'investissement des membres en tant que sociétaires qui dépasse la relation contractuelle initiale. Enfin, dans les espaces de coworking, c'est lorsque les indépendants commencent à « donner » de leur temps pour faire fonctionner les activités, les services ou la vie quotidienne de l'espace. Ces dépassements sont tous à la base des collectifs émergents.

Entre investissement dans le collectif et collectifs à la demande

Les conclusions de ces trois recherches s'accordent à montrer les dynamiques à l'œuvre au sein de ces structures sont différentes selon les cas mais semblent toujours constituer un facteur salutogène dans le quotidien des travailleurs indépendants.

Ainsi observe-t-on, particulièrement dans le cadre de la CAE, l'expression d'une cohésion autour de valeurs et d'une culture de travail alternative.

Dans les espaces de coworking, ce qui se joue semble s'inscrire davantage dans l'élaboration d'un design de quotidien de travail se nourrissant à la fois de figures classiques du travail et d'un modèle inédit placé sous l'égide de rites de convivialité et de l'idée du collectif bienveillant et non-hiérarchique.

Enfin, le supplément de care initié par le personnel permanent de l'EPS à l'égard des indépendants « portés », va au-delà d'une relation strictement commerciale pour assurer une relation de soutien et d'accompagnement.

La flexibilité et la liberté dont disposent les travailleurs indépendants semblent toutefois ambivalentes. Elles leur permettent de s'extraire de la pression normative des collectifs dont ils font partie, tout en générant une tendance à la « consommation » de collectif. Les indépendants, en effet, s'investissent parfois de manière variable dans les collectifs dont ils bénéficient, au fil de leurs intérêts. Ces formes émergentes tiendraient alors davantage du « collectif à la demande », s'éloignant en cela des collectifs de travail traditionnels.

Ces recherches convergent pour montrer que la solitude des indépendants constitue une réalité qui ne saurait être écartée des réflexions et des politiques visant à développer ces nouvelles formes d'emploi. D'un autre côté, les indépendants disposent heureusement de ressources pour dépasser cette situation et, dans la mesure du possible, construire par eux-mêmes ce collectif qui, parfois non conscientisé comme tel a priori, semble leur avoir manqué.

The Conversation _________

Par Jean-Yves OttmannChercheur, Université Paris Dauphine - PSL ; Cindy FelioChercheure en Sciences de l'Information et de la Communication, Laboratoire MICA (EA 4426), Université Bordeaux Montaigne ; Mélissa BoudesDoctorante, en sciences de gestion à l'Université Paris Dauphine et assistante de recherche, Neoma Business School et Sarah MokaddemMaître de Conférences Institut d'Administration des Entreprises (IAE) Brest, Université de Bretagne occidentale.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2017 à 16:34 :
C'est en effet particulièrement déstabilisant, sans parler de ceux qui non seulement sont seuls mais en plus travaillent à leur domicile, c'est très difficile à vivre psychologiquement un facteur profond de mal être.

Nous autres humains ne sommes pas fait pour être isolés, nous avons besoin de solitude mais la norme est le rapport social.
a écrit le 05/09/2017 à 11:18 :
Solitude du travailleur indépendant !!!! mais il n'est pas seul l'indépendant , il est en relation avec ses clients qui le font vivre mais aussi ses fournisseurs et autres partenaires: banque, assureur etc... avec qui il échange et partage en permanence .
Cette étude me parait bien théorique et éloignée du monde professionnel !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :