La Tribune

Qui veut louer un directeur informatique ?

Référence DSI propose à ses entreprises clientes des directeurs des systèmes d'information âgés de 45 ans à 60 ans, dotés d'une forte expérience, en temps partagé. Mais ces informaticiens de haut niveau peuvent aussi mener des opérations complexes : aider l'entreprise à se lancer sur les réseaux sociaux,  changer de site web, de système de messagerie, etc. © Référence DSI
Référence DSI propose à ses entreprises clientes des directeurs des systèmes d'information âgés de 45 ans à 60 ans, dotés d'une forte expérience, en temps partagé. Mais ces informaticiens de haut niveau peuvent aussi mener des opérations complexes : aider l'entreprise à se lancer sur les réseaux sociaux, changer de site web, de système de messagerie, etc. © Référence DSI (Crédits : Référence DSI)
Nicolas César, à Bordeaux, Objectif Aquitaine  |   -  648  mots
Les PME ont rarement les moyens de se payer un directeur des systèmes d'information (DSI). Pourtant, difficile de s'en passer. Référence DSI propose donc une solution: louer des directeurs informatiques de haut niveau, en fonction de ses besoins. Un concept qui rencontre un franc succès.

«En travaillant pendant 10 ans pour des groupes tels Prodware proposant des solutions informatiques aux PME, j'ai constaté que ces entreprises n'avaient pas de personnel suffisamment qualifié dans ce domaine. Et, les patrons en étaient conscients...», explique Thibault Cornudet. Au contact des DSI (directeurs de systèmes d'information), il a aussi découvert que l'employabilité de ces cadres de haut niveau diminuait curieusement à partir de 45 ans. Avec Jean-Marc Montels, un DSI (ex consultant chez Cap Gemini), Thibault Cornudet, un trentenaire issu d'une école de commerce, a donc eu l'idée de créer Référence DSI, en 2009. Un concept précurseur : proposer des DSI âgés de 45 ans à 60 ans, dotés d'une forte expérience, en temps partagé à plusieurs entreprises. Dans 70% des cas, cet informaticien de haut niveau occupe à temps partiel le poste de directeur informatique dans les PME. Mais, il peut aussi mener des opérations complexes : aider l'entreprise à se lancer sur les réseaux sociaux, à changer de site web, de système de messagerie, etc.

Pas besoin d'un poste à plein temps

Le succès a été immédiat. Dès la première année, la société, installée à Mérignac, dans l'agglomération bordelaise, a réalisé 780 000 euros de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, Référence DSI affiche 1,8 million d'euros de facturations avec une croissance de 100% sur le dernier exercice ! «En 2013, nous visons 2,3 millions d'euros», précise Thibault Cornudet. Présente dans le Sud-Ouest, en Ile-de-France et en Rhône-Alpes, la PME vient de s'implanter ce mois-ci dans une quatrième région, en Loire-Atlantique.
Paul Tremsal, PDG de KS Services, société de services spécialisée dans la logistique industrielle ou tertiaire (350 salariés, 20 millions de CA en 2012), l'un des 100 clients de Référence DSI, ne voit que des avantages à ce système. «Mon DSI me coûtait entre 60.000 et 100.000 euros par an. Là, j'ai le même service et ça me revient à 25.000 euros », observe-t-il. Car en fait, il n'a pas de besoins qui justifient un poste à plein temps. En général, les PME ou les filiales de grands groupes ne sollicitent leur DSI guère plus de trois jours par mois. Surtout, «je n'ai pas les connaissances pour manager un DSI, qui pourrait me raconter ce qu'il veut. Là, il est évalué par des professionnels du secteur, en l'occurrence Référence DSI. Il est donc forcément plus performant que si je l'avais embauché moi-même», souligne Paul Tremsal. «Chaque jour, le DSI doit se remettre en question et être dans la peau d'un prestataire de services et non plus dans une relation d'employé-employeur», complète Thibault Cornudet.

Une douzaine de recrutements prévus en 2013

Au-delà du simple service, Référence DSI amène les chefs d'entreprises à voir l'informatique, un univers souvent abscons à leurs yeux, d'une autre manière. «Nous montrons aux patrons de PME que l'informatique peut être un centre de profit, un moyen de gagner en productivité et n'est plus un coût», avance l'entrepreneur. Au final, tout le monde y trouve son compte. Même les DSI expérimentés, qui apprécient d'avoir des «challenges» à relever au quotidien.
«J'ai fait le choix de quitter un poste de DSI à temps plein, pour la même fonction à temps partagé. En travaillant pour plusieurs entreprises, j'ai rapidement élargi mon champ des compétences. Et, je suis en permanence dans la stratégie, l'action», explique Jean-Christophe, un des directeurs informatique que loue Référence DSI.
A l'heure actuelle, l'entreprise compte 16 DSI, mais elle devrait encore en recruter une dizaine cette année. «Notre ambition est aussi citoyenne. Nos services ont vocation à aider les PME françaises, principales pourvoyeuses d'emploi, à se développer», conclut Thibault Cornudet. De fait, l'activité de Référence DSI est au c?ur des leviers préconisés pour mieux faire travailler les PME et accroître la compétitivité en France.

 

Réagir

Commentaires

John  a écrit le 03/04/2014 à 10:36 :

Le manque de professionalisme et de connaissances en informatique chez Reference DSI est simplement aberrant. Je ne comprends pas comment ces gens peuvent se faire passer pour des pro alors qu'ils n'ont qu'une seule obsession: le profit.

Philippe  a écrit le 24/03/2013 à 10:17 :

Bonjour,
C'est un article intéressant sur le rôle de DSI à temps partagé.
Le concept n'est toutefois pas nouveau car étant de la région Rhône Alpes la société DEUZZI (SSII) propose ce type de fonctionnement depuis plusieurs années et va même plus loin car elle propose en faite de créer ou compléter le service informatique de ces clients.
Ils proposent différents profils (centre de service composé de technicien "hotliners", technicien terrai, Responsable Système d'Information, consultants, DSI, expert technique).

Etant un de leur client, il s'agit vraiment d'une société sérieuse, de proximité et réactive.

Ca rejoint complètement l'offre de référence DSI mais avec plusieurs profils qui leur permet de gérer chez nous l'opérationnel(Hotline, Technicien et RSI) ainsi que la stratégie et avancée des différents projets techniques et fonctionnels (rôle de DSI)

christophe  a écrit le 29/01/2013 à 17:03 :

C'est ce que l'on appelle un DaaS ? (directeur as a service) ? :)

Personnellement, je ne suis pas sûr que l'on puisse rendre le service d'un DSI en étant si peu présent dans l'entreprise , ni salarié de celle-ci et donc lié directement à ses intérêts ; si une PME a besoin de profils techniques ou d'experts, elle peut les trouver dans des SSSII ou sociétés de conseil. Si elle a besoin d'un stratège à moyen / long terme (on parle bien de cela ? pas d'un gars qui sait paramétrer un routeur ?) , cela me parait plus illusoire sauf si la relation est pérennisée sur plusieurs années. Le rôle de DSI nécessite une très bonne connaissance des métiers et de l'organisation de l'entreprise.... mais certaines PME doivent sans doute tomber sur les DSI motivés et performants , 3 jours par mois...

Frédéric Texier  a écrit le 29/01/2013 à 15:18 :

Comme le dit justement Florence, le "DAF externalisé" peut tout à fait remplir ce rôle à temps partiel et ... à distance. Des sujets comme le budget, le reporting, l'amélioration du BFR, les relations bancaires ou l'organisation administrative interne peuvent parfaitement être traité sur un "budget temps" limité et adapté aux moyens financiers et aux besoins des entreprises.
Un réseau comme "DAF ONLINE" propose divers profils et diverses localisations.
Cette voie permet aux entreprises en croissance de s'appuyer sur des compétences techniques sans pour autant mettre en péril l'équilibre (précaire) des comptes.

Serge  a écrit le 23/01/2013 à 19:08 :

Le concept est interessant, pouvoir partage ses experiences dans ce type de fonction ou l'on est souvent seul. A 51 ans en tant que DSI qui se retrouve sur le marche de l'emploi c'est une alternative à laquelle je réflechis.

Florence  a écrit le 23/01/2013 à 18:50 :

Ce que je comprends, c'est que je peux avoir un expert juste pour quelques jours par mois selon mes besoins de PME ? Hum, ça doit quand même pas être facile de gérer la cohérence et le moyen terme des projets. Il faut qu'ils aient des méthodes et des solutions structurées de suivi et d'optimisation pour garder l'efficience indispensable. Dans ma PME, on a fait ça avec la DAF, c'est plus facile je pense, parce que la compta c'est un domaine structuré. Pour la DSI, si ça marche pour eux, c'est une bonne nouvelle pour optimiser l'organisation et les coûts des projets !

Maurice  a répondu le 24/01/2013 à 10:34:

Bonjour Flo,
Le plus courant en temps partagé c'est le DRH... Le patron de PME doit trouver quelqu'un lorsque sa boite franchit le seuil des 50... DP, CE, plein de sujets à adresser, et qu'il confie à un "spécialiste". Il est urgent de prendre conscience qu'on ne "bricole" pas l'informatique, même si on peut l'acheter à l'hyper du coin... Il faut un DSI, avec une vraie expérience "utilisateur"... Et pas un conseil, ni un mercenaire comme bien trop souvent dans les SSII, et qui de surcroit n'a jamais mis les mains dans le cambouis...

Jérôme  a écrit le 23/01/2013 à 16:03 :

J'ai 45 ans et j'en ai marre de subir les décisions de mes patrons qui décident de fusionner et qui me laissent sur le carreau au profit d'un autre DSI... Là avec cette forme d'emploi dans une société comme Référence DSI j'ai le sentiment que j'aurai plus de sécurité car mon risque serait réparti chez plusieurs clients et puis cela serait plus intéressant... A méditer...

MS  a répondu le 23/01/2013 à 16:18:

Eh oui, ça fait partie du modèle

tacata  a répondu le 23/01/2013 à 16:30:

a jérome, bonjour a quelle adresse peut t'on vous adresser un cv, votre commentaire sur votre société référence me fait penser que travailler pour vous pourrait être intéressant à mon age

Jean-Marc  a écrit le 23/01/2013 à 15:35 :

J'ai 50 ans, et le vieux se porte bien ! l'informatique en PME a quoi ? 40 ans ? c'est un métier qui n'a aucune maturité : le commerce et la production sont vieux comme le monde. Un DSI est quelqu'un qui doit avoir une bonne expérience. mais pas besoin d'être expert SOA ou php cher xavier-marc.
Par contre, la "location", c'est un coup de pied au contrat de travail. Les PME ont ce qu'elles attendent en termes de flexibilité du temps de travail. Les partenaires sociaux vont ils pouvoir se reposer ? Peut être ... sauf à ce que le mark up prix par les "Référence DSI" soit trop important ... A suivre dans tous les cas

Didier  a écrit le 23/01/2013 à 15:31 :

En allant sur le site internet de Référence DSI et leur Blog www.directeurinformatique.com j'ai trouvé que leur positionnement est vraiement intéressant et innovant... C'est pas juste un Directeur Informatique que l'on coupe en trois chez trois clients, c'est un Directeur Informatique qui fait partie d'une équipe et qui peut faire appel aux autres quand il a des problèmes... Personnellement je me sens bien seul à 50 ans en tant de responsable informatique pour tout connaître et tout maîtrisé de l'informatique... Si je pouvais échanger avec d'autres cela serait super...

TACATA  a répondu le 23/01/2013 à 16:32:

ok ok je comprends bien le concept didier, je suis justement a la recherche d'un dsi a temps partagé, puisque vous etes visiblement commercial chez référence dsi pourriez vous venir me présenter votre offre sur arcachon?

Baboune  a écrit le 23/01/2013 à 15:21 :

Dans les temps délicats que nous traversons, il est tentant de "couper" dans un centre de coûts. Or l'IT, dans un contexte "numérisé" doit conforter son rôle d'avantage compétitif. Les PMEs jouent une partie grandissante de leur avenir dans leur présence numérique. Un DSI expérimenté est incontournable, et se l'offrir un challenge. La solution Référence DSI est la seule actuellement qui soit centrée exclusivement sur cette problématique. Il faut visiter leur site web pour s'en convaincre... Et tant pis pour les grincheux qui pensent qu'il n'y a rien de nouveau. La poignée d'inventeurs du téléphone portable n'envisageait à l'époque que quelques utilisateurs.... On peut toujours se tromper de guerre, il est permis d'avoir tort!!!

xavier-marc  a écrit le 23/01/2013 à 14:53 :

A 45 ans, en informatique, on est un vieux et l'entreprise essaye de te virer ou te mettre au placard, il est clair que ce concept c'est juste en fait profiter de la hausse du chômage à cet âge pour ainsi avoir des gens expérimentés moins chers que s'ils avaient 30 ans, pour le reste c'est simplement de la sous-traitance. Ces dernières années on a vu fleurir de multiples entreprises spécialisées dans le recyclage des séniors, au Japon cela est même allé jusqu'à un jeunisme inversé où des entreprises n'embauchaient que des gens âgés( jusqu'à 70-75ans), ils sont moins chers car moins de besoins familiaux, et même s'ils subissent moins bien le stress ils restent productifs par leur niveau élevé d'expérience.

René  a répondu le 23/01/2013 à 15:20:

Pourquoi toujours voire les choses dans l'objectif que les entreprises voudraient profiter des gens ? Vaut-il mieux s'éclater, travailler où rester au chômage et seul chez soi (dépendant de la société - des autres)? moi je trouve l'idée super intéressante... surout dans un pays l'âge de départ en retraite est de plus en plus tard...

Philippe  a répondu le 23/01/2013 à 15:30:

En effet, il s'agit de sous-traitance. Mais, pour le constater souvent et pour le vivre, les PME (et les TPE) sont souvent mal loties en matière de conseil informatique et recherche une relation de confiance qu'une personne expérimentée peut leur apporter. C'est donc de la sous-traitance pas forcément low cost d'ailleurs (je n'en sais rien), mais d'un sujet assez mal couvert. Il y a un vrai besoin et, je parle en patron de PME, avoir un cabinet qui en fait son fonds est intéressant. A suivre.

Smokingecko  a répondu le 23/01/2013 à 16:15:

Dans ce cas-là, je ne pense pas que senior soit synonyme de low cost : il ne s'agit pas de recycler du développeur Cobol en le repeignant en manager et en stratège, ni de prendre en charge le changement des cartouches d'imprimantes. Je soupçonne que l'un ou l'autre des commentaires critiques procèdent précisément de cette confusion entre techno informatique et stratégie business du SI. En attendant, ce concept Référence DSI a l'air de produire ses fruits ...

céline  a répondu le 23/01/2013 à 17:58:

@smokingecko
Oui, en ce qui me concerne, je ne vois pas bien la différence entre ce concept Reference DSI et une SSII (toutes ne se limitent pas au simple marchandage de viande). Reference DSI a sans doute mieux réussi le coup marketing, la com et le site web mais je peux me tromper.

toccata  a répondu le 23/01/2013 à 18:42:

Le fond de commerce des SSII, c'est le marchandage de viande (ou délit de marchandage). Et rien n'empêche une SSII de facturer un service (i.e un salarié) à temps partiel dans plusieurs entreprises. La différence de référence DSI est de se spécialiser sur un métier précis, étranger aux autres SSII. Quant à l'efficacité... Les DSI gèrent des ensembles complexes. Une PME qui n'a pas de DSI a souvent un important besoin d'être structurée. Bref, un architecte serait peut-être plus efficace.

TRADARE  a écrit le 23/01/2013 à 14:52 :

Effectivement les SSII et free-lance essaient d'aller sur ce créneau depuis longtemps car le besoin existe ...mais là ce qui semble intéressant c'est que Référence DSI a trouvé le moyen de caller la bonne formule pour y arriver... Je vais les suivre près... Sur leur site ils ont de belles références (LADUREE, Laboratoires THEA, ...) et des plus petites (EXCICO, Achats Directs, ...)

Mecatroid  a écrit le 23/01/2013 à 14:20 :

C'est effectivement un bon concept, mais il n'a rien de nouveau. Cela se fait depuis plus de 15 ans ! Pire encore, les freelances et les SSII se battent sur ce créneau. Le problème est plutôt de l'autre coté, trouver des petites entreprises qui acceptent de consacrer un budget au rôle de DSI ...

MS  a répondu le 23/01/2013 à 16:23:

Cela se fait en réalité peu et sur un mode purement opportuniste (peu d'offres structurées).

On ne parle pas ici d'expertise technique ou d'informaticien à tout faire (exit les SSII), mais de délégation managériale. Si les frelances se battent avec les SSII, cela explique certainement que Référence DSI puisse occuper seule ce terrain !!!

Philippe  a écrit le 23/01/2013 à 13:56 :

Article intéressant. Le besoin est réel pour les PME qui rament bien souvent avec leur informatique au gré des vendeurs de solutions, des conseils plus ou moins neutres des uns et des autres, de l'obsolescence des matériels et logiciels, de la complexité inhérente aux projets informatiques. Un DSI expérimenté à temps partiel, à qui on peut assigner des objectifs de résultat tangibles, c'est une solution certainement adaptée à ce contexte.

Céline  a écrit le 23/01/2013 à 12:46 :

Tu parles d'un concept précurseur: la prestation de service a de beaux jours devant elle.

Smokingecko  a répondu le 23/01/2013 à 16:03:

Ca c'est sûr, la prestation reste une tendance lourde ... So what ? Encore faut-il avoir le produit en phase avec le marché, ce qui a l'air d'être le cas de Référence DSI

Badjo  a répondu le 25/03/2013 à 18:39:

Ce concept à destination des PME et TPI/TPE peut s'appliquer à l'ensemble des fonctions supports DRH, DSI certes mais aussi aux directions marketing, achats, .... avec une expérience dans le (s) secteur(s) d'activité afin de cerner au mieux les problématiques des futurs clients.