Bandeau Présidentielle Régions

Good Spot développe l’esprit collaboratif dans le tourisme

 |   |  377  mots
La start-up veut faire le lien entre des gens qui veulent voyager autrement, échanger avec les populations, et des locaux amoureux de leur région © Good Spot
La start-up veut faire le lien entre des gens qui veulent voyager autrement, échanger avec les populations, et des locaux amoureux de leur région © Good Spot (Crédits : Good Spot)
Trait d’union entre guides locaux et voyageurs, le site web good-spot.com fait le pari du tourisme collaboratif. Créé par la société Good Spot, il offre aux voyageurs 400 offres originales et à ses guides locaux un complément de salaire. La start-up est en recherche de fonds pour tisser sa toile à l’international.

Découvrir Saint-Malo de nuit, vivre cinq jours de trek au Machu Pichu, pratiquer la marche nordique sur l'Equateur : voici trois des 400 activités proposées par good-spot.com dans une trentaine de pays. Cette plateforme touristique créée en début d'année par la start-up éponyme basée à Dinan (Côtes-d'Armor) propose aux touristes de sortir des sentiers battus. Et de découvrir la France et le monde grâce à des guides locaux, que ce soient des professionnels indépendants du tourisme ou des particuliers recherchant un revenu complémentaire.

Hospitalité

Good Spot en référence déjà 1 500, en Europe mais aussi en Amérique latine et en Asie, deux zones où la société de quatre personnes veut se développer. Visant 150 M€ de chiffre d'affaires sous cinq ans, elle recherche 350 à 500 000 € auprès d'investisseurs. Objectif : devenir le premier site de tourisme alternatif d'ici à 2015.

« Notre plateforme collaborative fait le lien entre des gens qui veulent voyager autrement, échanger avec les populations, et des locaux amoureux de leur région et de son patrimoine. C'est la même valeur d'hospitalité que le couchsurfing » (hébergement chez l'habitant), détaille David Rouxel, co-fondateur associé de Good Spot.

Stratégie numérique

Gratuite d'utilisation, la plateforme se rémunère en prenant une commission de 15 % sur chaque activité réservée, reversant 85 % de la prestation au guide. Le prix moyen d'une offre s'établit à 30 €, avec des pointes à 1 500 € pour certaines expériences de plusieurs jours à l'étranger.

Pour gagner en visibilité, Good Spot compte sur sa stratégie numérique : référencement sur Google, investissement maîtrisé dans les liens commerciaux Google AdWords et forte présence sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+).

Ambassadeurs et partenariats

Déclinée en quatre langues (français, anglais, espagnol, allemand), la plateforme n'exclut pas le côté humain. Elle a ainsi mis en place un concept d'ambassadeurs, également rémunérés, qui permettent aux touristes d'identifier les bons guides, les bons coins, les bons plans.

La société finalise aussi ses premiers partenariats avec un important opérateur de voyage et une première collectivité territoriale.

Le marché évalue à 400 000 le nombre de guides locaux dans le monde. Seulement 5 % sont visibles sur Internet. Un vivier pour Good Spot.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :