Bandeau Présidentielle Régions

Biotech, santé, chimie : en Bretagne, PME et recherche publique jouent l'union

 |   |  678  mots
Intervention de chirurgie cardiovasculaire au bloc opératoire hybride ThérA-Image (CHU de Rennes/Université de Rennes 1/Inserm).
Intervention de chirurgie cardiovasculaire au bloc opératoire hybride ThérA-Image (CHU de Rennes/Université de Rennes 1/Inserm). (Crédits : CHU de Rennes)
Un appel à projets lancé par la Région Bretagne et doté de 300.000 euros vise à favoriser le transfert de technologies dans les filières biotech, santé et chimie. Les centres techniques CBB Capbiotek et ID2Santé assisteront les PME et les laboratoires dans l'élaboration de leurs projets collaboratifs, ainsi que dans la mise au point des dossiers de candidature. La date butoir est fixée au 31 janvier.

Rapprocher les savoir-faire de la recherche avec les besoins des entreprises pour créer de la valeur ajoutée, de nouveaux produits et ainsi renforcer la compétitivité de l'économie régionale : la Bretagne préconise depuis longtemps cette dynamique collaborative associant, autour de projets communs, PME innovantes et laboratoires de recherche.

Cette pratique privé/public, favorisée par un dense tissu d'entreprises et la présence sur le territoire d'acteurs de la recherche tels que les universités, l'Inra ou l'Institut de physique de Rennes, trouve d'ailleurs d'actifs relais au sein des pôles de compétitivité Images & Réseaux et Pôle Mer. Au-delà du numérique, des TIC (technologies de l'information et de la communication) ou des énergies marines renouvelables (EMR), d'autres thématiques appellent à l'innovation collaborative. C'est le cas des filières biotech, chimie et santé.

Initiative des PME et financements partagés

Pour accélérer les transferts de technologie ou de connaissance dans ces domaines, entre PME et centres de recherche bretons, la Région vient de lancer un nouvel appel à projets doté de 300.000 euros. Il doit permettre aux futurs partenaires de développer des projets collaboratifs sur une durée de 12 à 18 mois tout en bénéficiant d'une aide maximale de 50.000 euros, soit 25.000 euros pour le laboratoire et 25.000 euros pour la PME.

"Ces deux filières sont au cœur de la stratégie régionale de l'innovation, adoptée en 2013 et misant sur la création de synergies entre industriels et laboratoires", soulignent Nathalie Letaconnoux et Hélène Le Pocher, respectivement directrice de CBB Capbiotek et conseillère technologique Nutrition-Santé chez ID2Santé.

Relais intermédiaires de cet appel à projets, les deux centres techniques (CRITT) se tiendront aux côtés des candidats pour le montage des projets et la mise au point de leur dossier de candidature.

« L'appel à projets réunit en une seule procédure de précédentes initiatives prises dans chacune des filières. Il fait aussi évoluer sa formule, en termes de conditions d'éligibilité et de volume financé. Le portage de projet est à l'initiative des PME et non plus des laboratoires. L'enveloppe ayant été revalorisée, chacun des partenaires percevra une aide. Dans le cas d'une ETI, le taux de subvention ne dépassera pas les 25 % .»

Chaîne alimentaire, croissance bleue

Plusieurs grandes thématiques, jugées prioritaires, sont visées par cette démarche. Le champ d'investigation est vaste et les laboratoires pourront aider les PME dans la mise au point d'un complément alimentaire, l'optimisation d'une technologie médicale en e-santé ou encore la validation des effets probiotiques d'une bactérie marine. Les partenaires vont donc pouvoir plancher sur la chaîne alimentaire durable et les aliments de qualité, les activités maritimes pour la croissance bleue, la santé et le bien-être pour une meilleure qualité de vie ou encore l'ingénierie écologique et énergétique au service de l'environnement.

La collaboration public/privé débouchera finalement sur l'appropriation par les PME des technologies et du savoir-faire issus des laboratoires de recherche. Lors de précédents appels d'offres, la valorisation de la R&D de l'entreprise et des résultats de la recherche académique ont ainsi permis à Yslab, en partenariat avec l'Université de Rennes 1, de concrétiser son projet Odontomer, labellisé par le Pôle Mer. L'entreprise a par la suite mis sur le marché une gamme de produits d'hygiène bucco-dentaire à base d'ingrédients marins dont le dentifrice et spray buccal Parophyllum.

"Les actions collaboratives antérieures menées par des PME et des laboratoires ont dans l'ensemble toutes débouché sur des projets R&D de plus grande ampleur", confirment Nathalie Letaconnoux et Hélène Le Pocher.

La date limite de dépôt des dossiers a été fixée au 31 janvier 2017. La décision du comité de sélection issu de la Région sera connue vers le mois de mars, afin que les projets retenus puissent démarrer au printemps.

Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante pour La Tribune en Bretagne

@pplmedia35

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :