Comment le biopôle de Rennes veut capter les jeunes pousses de l’agro-santé

 |   |  598  mots
La capacité du Biopôle est fixée à huit ou dix entreprises.
La capacité du Biopôle est fixée à huit ou dix entreprises. (Crédits : Périphériques architectes)
Avec la pépinière Biopôle, Rennes Métropole veut attirer les entreprises du secteur de la santé, de l’agroalimentaire et des sciences du vivant en phase de démarrage. Situé sur la technopole Rennes Atalante, l’immeuble accueille déjà cinq start-up, pour un effectif prévu de 8 à 10 entreprises.

Spécialisée dans la mise au point de tests en pharmacologie in vitro, HCS Pharma utilise une technologie innovante d'imagerie cellulaire. C'est la seule entreprise du grand Ouest à proposer ce type de prestations de recherche et développement auprès des entreprises de l'industrie pharmaceutique. Comme quatre autres start-up dans les domaines de la santé, de l'agroalimentaire et des sciences du vivant,  HCS Pharma, fondée par Nathalie Maubon, a lancé son activité grâce à la nouvelle pépinière Biopôle de Rennes.

Ouvert depuis septembre sur la technopole Atalante Champeaux, cet « espace entreprises » dont l'architecture surprenante s'inspire d'une séquence ADN, a été inauguré le 29 janvier par Rennes Métropole, principal financeur de cette opération de 8,8 millions d'euros.

Il s'adresse en priorité aux entreprises de moins de cinq ans en phase de démarrage. Son principe : pallier l'absence de moyens de ces jeunes pousses, qui outre leurs besoins en locaux tertiaires, ne peuvent pas financer de locaux techniques spécifiques, aménagés en surfaces de laboratoires.

Travail en réseau

Le programme de 1600 m2 intègre ainsi des surfaces de bureaux, des laboratoires, des surfaces techniques et des surfaces mutualisées dont des salles de réunion et une cafétéria. Pour ces entreprises technologiques, le biopôle est idéalement situé :  au cœur d'un écosystème scientifique et technique reconnu et dans l'Agrocampus Ouest qui compte aussi le pôle de compétitivité agro-alimentaire Valorial. L'accompagnement dont elles bénéficient prend en parallèle la forme de conseils financiers et d'une intégration au réseau Rennes Atalante.

« Nous reproduisons pour les biotechnologies, ce qui fait le succès des « espaces entreprises » de Rennes Métropole  a expliqué Emmanuel Couet, président de l'agglomération lors de l'inauguration. Nous proposons déjà près de 10 000m2, en incubateur, aux start-up du territoire. Avec des résultats extrêmement positifs, puisque le taux de survie à 5 ans atteint les 75 %. »

Alors que sur ces cinq dernières années, plus de 780 emplois ont été créés sur les six pépinières de Rennes liées à des filières économiques jugées innovantes et porteuses d'emplois (télécommunications, nutrition-santé, environnement, numérique), le Biopôle a lui aussi vocation à pérenniser l'activité de ces entreprises sur le territoire tout en attirant de nouvelles implantations.

3 nouvelles entreprises en 2015

Aux côtés de HCS Pharma, TrisKem International, fabricant de réactifs d'extraction de radioéléments, a aussi fait le choix de s'installer au Biopôle.  En attendant la livraison de son nouveau siège social, l'entreprise a rapatrié son activité de R&D d'Allemagne à Rennes, tout en augmentant sa capacité de recherche. Sur le site, elle voisine avec Lesaffre Ingrédients Services, spécialiste du séchage d'ingrédients alimentaires, United Pharmaceuticals, dédiée au développement de produits pharmaceutiques et de nutrition, et Oméga Cat System. Cette entreprise se développe dans la chimie verte via la mise au point d'une technologie de catalyseurs chimiques destinés aux secteurs de l'automobile, de l'aéronautique ou du nautisme. Elle compte six salariés dont  quatre docteurs en chimie mais espère doubler ses effectifs d'ici à deux ans et quintupler son chiffre d'affaires (200 000 euros en 2014).

La capacité du Biopôle est fixée à huit ou dix entreprises. Mettant en avant la dynamique des échanges possibles entre ces jeunes sociétés innovantes qui oeuvrent dans des domaines aussi divers que les biotechnologies, la chimie et l'agro-alimentaire, Rennes Métropole annonce l'arrivée de trois autres start-up cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2015 à 12:27 :
Rennes, du béton du béton du béton, c'est gris, c'est triste... question culture, c'est pas une ville pour les jeunes mais pour les fonctionnaires, à part les beuveries agressives d'étudiants, mais si on aime pas l'alcool ou les boites de nuit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :