Comment « Performances PME Bretagne » accompagne la stratégie de Multiplast  ?

 |   |  1106  mots
Multiplast a construit les dômes de la nouvelle église orthodoxe russe de Paris.
Multiplast a construit les dômes de la nouvelle église orthodoxe russe de Paris. (Crédits : DR)
Multiplast fait partie des pépites qui feront l'économie de demain sur le territoire breton. Afin de favoriser la croissance de la PME vannetaise spécialisée dans les matériaux composites, et celle de neuf autres entreprises, la Région a mis en place  « Performances PME Bretagne », un programme dédié aux entreprises à fort potentiel, conçu en association avec Deloitte. Pour Multiplast, l'objectif est de franchir le cap des 180 salariés en 2020, 500 au niveau du groupe.

Cybersécurité, numérique, éco-activités, santé, construction navale... selon la stratégie économique de la Bretagne, dite Glaz Economie, ces filières feront l'économie de demain et la Région souhaite en accélérer l'essor. C'est pour  accompagner la croissance des entreprises qu'elle juge pleines d'avenir sur son territoire, que la Bretagne expérimente depuis la fin de l'été un nouveau dispositif baptisé « Performances PME Bretagne ».

Pendant deux ans, 10 entreprises, complémentaires mais non-concurrentes, vont bénéficier de ce programme personnalisé piloté par le cabinet Deloitte et qui doit « leur permettre de franchir de nouveaux paliers, dans un contexte de concurrence accrue ». Les PME profiteront aussi du partenariat mis en place avec Bpifrance, et de son « Accélérateur PME ».

Multiplast fait partie de ces pépites sélectionnées par la Région et par Deloitte, aux côtés d'autres comme  Bretagne Telecom (numérique), Diateam (conseil IT-cyber sécurité), Sigmaphi (équipements industriels-santé), ST Industries (industrie-usinage de précision) ou encore Winco Technologies (éco-activités-isolation thermique).

ETI en devenir ?

Le chantier de construction navale a en effet le potentiel technique pour devenir une ETI. D'ici à 2020, cette PME de 110 personnes spécialisée dans les matériaux composites prévoit de passer le cap des 150 à 180 salariés. Arrimé depuis décembre 2013 à la société suisse Multiplast fait partie des pépites qui feront l'économie de demain sur le territoire breton. Afin de favoriser la croissance de la PME vannetaise spécialisée dans les matériaux composites, et celle de neuf autres entreprises, la Région a mis en place  « Performances PME Bretagne », un programme dédié aux entreprises à fort potentiel, conçu en association avec Deloitte. Pour Multiplast, l'objectif est de franchir le cap des 180 salariés en 2020, 500 au niveau du groupe., à l'origine de la structure en composite de l' avion Solar Impulse, au sein du groupe Carboman SA, le chantier naval vannetais appuie sa croissance sur le « hors-maritime ». Sa diversification l'a fait passer d'une entreprise très high-tech spécialiste du carbone et dédiée à 75 % aux prototypes de pièces limitées, à une PME intégrant des savoir-faire liés à des techniques de série à bas coût.

Si la construction de bateaux de compétition, tels les multicoques Groupama et Sodebo ou le monocoque « St Michel Virbac » de Jean-Pierre Dick engagé dans le prochain Vendée Globe, et celle de yachts de luxe demeure un segment essentiel de son activité, c'est dans la production de pièces industrielles en composite que l'entreprise prend des parts de marché.

La PME qui conçoit aussi des radars en carbone s'est tournée depuis 2009 vers les secteurs de l'aéronautique, de la défense, des transports, du luxe. Ce travail pour des donneurs d'ordres comme Airbus, Zodiac Aerospace, Baccarat, représente aujourd'hui plus de 50 % de son activité. Pour asseoir ce positionnement, Multiplast vient d'investir 3M€ dans une nouvelle halle industrielle dédiée à la fabrication de pièces aéronautiques de séries. Inauguré le 14 octobre, ce bâtiment de 1 600 m² produira aussi des pièces pour la défense et le spatial.

Construction des dômes de l'église orthodoxe

 « Nous travaillons désormais sur cinq grands secteurs. Outre le maritime, l'aéronautique et la défense, nous adressons aussi depuis deux ans les secteurs des énergies renouvelables (éolien, hydrolien) et du bâtiment, car le composite répond à la demande des nouvelles architectures, explique Dominique Dubois très fier de la construction par Multiplast des dômes de la nouvelle église russe à Paris. L'évolution de Multiplast passe évidemment par la stratégie globale du groupe Carboman et le transfert de technologies au sein du groupe dans le cadre d'acquisitions d'entreprises qui nous apportent des briques technologiques et des zones de chalandise. L'an passé, nous avons repris les sociétés Plastinov, qui conçoit et produit et des pièces de série pour l'industrie, l'aéronautique et le nautisme et Plastéol, spécialiste de la fabrication de pales et de nacelles d'éoliennes. »

C'est pour cette stratégie de développement, et les ambitions du groupe Carboman SA qui anticipe un chiffre d'affaires de 60 M€ en 2020 et 500 salariés dans cinq pays contre 180 à ce jour (49 personnes en 2009), que Multiplast est entrée dans le programme « Performances PME Bretagne ».

Boîte à outils pour transformer l'entreprise

Sur deux ans, pendant une vingtaine de jours, elle va bénéficier des résultats d'un audit, de conseils et de l'expertise  dispensée par le cabinet Deloitte. Le dispositif se compose de deux temps : une phase de diagnostic, et dans le cas de Multiplast, l'audit 360° et l'audition de l'ensemble du personnel a été effectué début septembre, puis une phase de suivi intensif portant sur les priorités de développement identifiées. Cette aide individualisée sera complétée par des ateliers et séminaires collectifs autour de thématiques communes. « Intégrer ce programme sur-mesure va finalement nous obliger à faire des choses qu'on prend rarement le temps d'effectuer, comme étudier nos systèmes d'exploitation, affiner la gestion des stocks, de la production, de la démarche commerciale commune du groupe, nous informer sur la compatibilité avec le système IFRS dans le cadre du plan de croissance externe et d'acquisitions d'entreprises étrangères que nous visons sous deux ans reconnaît Dominique Dubois. Pour nous, c'est une superbe initiative de la Région qui ne peut être qu'un accélérateur, une boîte à outils pour nous aider à transformer l'entreprise, à l'heure où un passage au stade d'ETI pose question en raison de l' effet de seuil difficile. »

500.000 euros de budget, gratuit pour les PME

Doté d'un budget de 500.000 euros, « Performances PME Bretagne » se présente comme un dispositif « pragmatique et durable » gratuit pour les entreprises. En échange, celles-ci acceptent d'investir en temps et en interne. « Pour aller plus vite, on a parfois besoin d'être pris par la main et d'ouvrir les yeux admet Dominique Dubois. L'audit n'est pas dans la culture d'une PME mais cela a le mérite de mettre noir sur blanc les failles et les forces d'une entreprise. Multiplast va d'abord en bénéficier mais tout le groupe aussi. »

Transformer les entreprises innovantes en fleurons de l'industrie, créer des emplois sur le territoire: pour Loïg Chesnais-Girard, premier vice-président de la région Bretagne, cela relève de la responsabilité du politique. « Notre région sera d'autant plus forte qu'elle aura des leaders basés sur son territoire. Ces leaders de demain sont les PME d'aujourd'hui » souligne-t-il.

Par Pascale Paoli-Lebailly,
journaliste correspondante pour la région Bretagne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :