Crédit Mutuel Arkea : un fonds de 10 millions d'euros pour la pêche

 |   |  785  mots
Avec 27 ans d'âge en moyenne, les deux tiers des 4.000 bateaux de pêche en France sont à renouveler.
Avec 27 ans d'âge en moyenne, les deux tiers des 4.000 bateaux de pêche en France sont à renouveler. (Crédits : Reuters)
Le Crédit Mutuel Arkéa et le Crédit maritime Bretagne-Normandie rendront opérationnel en fin d'année un fonds de 10 à 12 M€ dédié aux activités de la mer en Bretagne, et en particulier à la pêche. Objectif, permettre aux armements de renouveler une flotte vieillissante sans ponctionner leur trésorerie. Le fonds interviendra en quasi fonds propres.

L'avenir de la pêche en France peut-il dépendre en partie des banques ? Un vieux bateau, c'est une rentabilité dégradée, mais moderniser une flotte coûte cher si l'on ne dispose pas d'un capital. Pourtant, avec 27 ans d'âge en moyenne, les deux tiers des 4.000 bateaux de pêche en France sont à renouveler.

C'est pour répondre à cette question qu'Arkéa Capital, filiale du Crédit Mutuel Arkéa et le Crédit maritime Bretagne-Normandie, ont annoncé la création d'un fonds de 10 à 12 millions d'euros dédié aux activités de la mer en Bretagne, et principalement de la pêche.

Présentes aux Assises de la pêche et des produits de la mer qui se sont tenues à Quimper les 21 et 22 septembre, et où le ton était presque alarmiste, les deux établissements bancaires ont souhaité apporter une solution nouvelle aux entreprises de pêche ne disposant pas du capital nécessaire : ils proposeront à compter de novembre-décembre un outil dont le but est de faciliter les mises de fonds propres.

L'objectif est d'éviter que l'ossature de la filière pêche ne se mette en péril. La Bretagne compte actuellement 1.300 bateaux (il y en avait 3.000 dans les années 1990-1995), et si sa flotte n'est pas modernisée, elle risque d'en perdre encore. Or, c'est une région cruciale pour ce secteur puisqu'elle représente 50% de la pêche française, 1/3 de la conchyliculture et 90% de l'algoculture.

Obligations convertibles

Pour les investisseurs ne pouvant financer leur projet en intégralité, le nouveau fonds est conçu comme un levier complémentaire par rapport au prêt classique qui requiert des patrons de pêche un apport d'au moins 30% minimum de la valeur du bateau. Certains achats oscillant entre 2,5 et 3,5 millions d'euros.

Marc Brière, président du directoire d'Arkea Capital, créateur du fonds auquel souscrivent le Crédit Mutuel Arkéa et le Crédit maritime, explique la problématique en ces termes :

« Le déficit de fonds propres ne permet pas aux patrons de pêche de renouveler leurs bateaux. Or, du matériel âgé grève les performances de pêche et les capacités des entreprises à financer leur modernisation. C'est un cercle vicieux. Ce fonds complètera le recours à l'emprunt classique et interviendra en quasi fonds propres, notamment sous la forme d'obligations convertibles. »

Il ajoute :

« Le porteur de projet accompagné devra rembourser cette participation au bout de huit ans, par exemple en renégociant la somme sous la forme d'un emprunt classique sur dix à quinze ans. Durant ces huit ans, les patrons pêcheurs paieront des intérêts annuels classiques, puis ensuite, une prime de remboursement avec l'argent gagné grâce à leur nouvelle flotte. »

Pour les banques, le rendement sera de l'ordre de 7% à 8%.

15 à 20 projets allant de 300.000 à 800.000 euros

Ouvert à l'ensemble du secteur breton de la mer, le futur fonds sera alimenté en fonction du nombre de dossiers et permettra aux entreprises de pêche de ne pas ponctionner leur trésorerie. Les deux banques, qui ensemble financent 95% des entreprises de pêche bretonnes, envisagent de soutenir entre 15 et 30 projets d'une valeur allant de 300.000 euros à 700.000 voire 800.000 euros.

« Les premiers arbitrages seront pris dès la fin de l'année, ajoute Marc Brière. Le Crédit Mutuel Arkéa accompagne naturellement cette activité très présente sur le territoire. Il est de la responsabilité des groupes bancaires de pallier les manques. Si la pêche bretonne et française disparaît, c'est toute l'activité aval (mareyage, transformation agro-alimentaire, transports, etc.) qui souffrira aussi. L'objectif de ce fonds est de caler l'horizon des ressources financières des projets sur la durée de vie des investissements. »

La Région inquiète des conséquences du Brexit sur la filière pêche

L'initiative reçoit un accueil plutôt positif mais encore prudent de la part des dirigeants d'armement, tant que les modalités pratiques ne sont pas notifiées. De même, la Région Bretagne, qui s'inquiète des conséquences du Brexit sur la filière pêche et du risque d'affaiblissement de la filière française à l'échelle européenne, envisage d'accompagner cet effort financier, comme l'a souligné Pierre Karleskind, vice-président de la Région Bretagne en charge de la mer.

« Ce fonds relève d'une initiative privée des banques mais est ouvert à toutes les options y compris celle d'accueillir des souscripteurs publics aux mêmes conditions (clause "pari passu") que les souscripteurs privés », relève Mars Brière, qui estime par ailleurs que rien n'empêche de reproduire ce schéma dans d'autres régions.

Par Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante de La Tribune pour la Région Bretagne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2017 à 0:49 :
ARKEA aime la peche comme le renard aime le poulailler : du blé en vue ( agios à 18% et Saisies fructueuses navires et maisons)
a écrit le 08/10/2017 à 16:38 :
Persévérance dans vos procès, à l"encontre du VRAI DE VRAI " CREDIT MUTUEL ", qu'Arkéa mette son enseigne, et démonte crédit mutuel de..., ils vous causent préjudice de réputation, d'image, confusion
Réponse de le 09/10/2017 à 0:23 :
ASSEZ JOUE !!!! Arkéa abuse et fausse le Vrai Crédit Mutuel. Qu'ils apposent en enseigne : ARKEA ou ou Banque de Brest.
a écrit le 08/10/2017 à 16:38 :
Persévérance dans vos procès, à l"encontre du VRAI DE VRAI " CREDIT MUTUEL ", qu'Arkéa mette son enseigne, et démonte crédit mutuel de..., ils vous causent préjudice de réputation, d'image, confusion
a écrit le 08/10/2017 à 16:33 :
ARKEA, une stratégie Fintech astucieuse, un top management hyper qualitatif, un CA en hausse, dans une région sur le podium du taux de chômage le plus bas : le secteur peut se consolider autour de cette locomotive.
Réponse de le 08/10/2017 à 20:15 :
Locomotive qui DEFONCE ET ECRASE, TPE PME Classes moyennes. ARKEA, Banque des Riches, qui n'y paient rien. Mais !!!! les Sans Dents COMPENSENT
Réponse de le 08/10/2017 à 20:30 :
ARKEA qui noie TPE PME sous des Tonnes d'Agios à respectivement 11% et 18%, et " comm d'intervention "
Réponse de le 08/10/2017 à 20:32 :
ARKEA et ses cadres locaux POTICHES
Réponse de le 08/10/2017 à 23:14 :
Agios Pro, au meme taux qu'au temps de l'inflation à 6.5%.
ARKEA et autres se financent à 0%
Profits Décuplés. ARKEA PASSEZ VOUS DE VOTRE PUB DEPLACEE
a écrit le 07/10/2017 à 21:50 :
crédit mutuel !!! de bretagne : confefaçon. Remplacez cette fausse et trompeuse enseigne par ARKEA
Réponse de le 08/10/2017 à 15:48 :
le faux et contrefacteur EN ENSEIGNE : Crédit Mutuel .......de bretagne, devrait etre condamné à abandonner cette appellation, qui cause confusion et gros préjudice de réputation AU VRAI CREDIT MUTUEL.
Réponse de le 08/10/2017 à 20:03 :
42 ans de cmb pour lire des inepties pareilles.
Le cmb c'est arkea et réciproquement.. T'es pas en train de créer un fake contre le cmb pour.....le cio par hasard 😋
Réponse de le 08/10/2017 à 23:20 :
HO LES FILLES !!!! ARKEA " répond" avec son" cynisme " et son dédain en vigueur.
a écrit le 07/10/2017 à 15:11 :
Bon si je comprends bien Arkea acheté de l argent à 0.35% et le repréte à 7%.
Merci Arkea ; pour une fois qu ils font autre chose que grassement remunerer son top management.
Réponse de le 07/10/2017 à 18:29 :
Ajouté à cela une bonne pub et c'est tout bénéf pour eux.

Mais tout va bien grâce à Micron et la suppression des valeurs mobilières dans le calcul de l'ISF, l'oligarchie va enfin pouvoir investir dans l'économie réelle...

Pauvre France et Français
Réponse de le 07/10/2017 à 21:46 :
ARKEA n'a plus rien de comparable avec LE VRAI CREDIT MUTUEL. Atkéa C'est est une sorte de société générale ou bnp. TOUT ET TOUT RELEVE DU SIEGE A BREST. Fini les délib en C.A LOCAL, cadres potiches
Réponse de le 08/10/2017 à 1:29 :
Acheté 0.35% Revendu en " boutique " à 20%
Agios autorisés à 11%non autorisés 18% plus " comm d'intervention "
Et rémunér du patron ARKEA, limite frauduleuse : la tribune 2016

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :