Bandeau Présidentielle Régions

French Tech Rennes  : 950 emplois créés dans le numérique en 2016

 |   |  613  mots
Lors du salon de l'emploi numérique, qui s'est tenu le 4 avril à Rennes au Mabilay (le bâtiment totem de la French Tech Rennes Saint-Malo, en photo ci-dessus), plus de 700 offres d'emploi ont été proposées par les quelque 30 entreprises présentes.
Lors du salon de l'emploi numérique, qui s'est tenu le 4 avril à Rennes au Mabilay (le bâtiment totem de la French Tech Rennes Saint-Malo, en photo ci-dessus), plus de 700 offres d'emploi ont été proposées par les quelque 30 entreprises présentes. (Crédits : French Tech Rennes Saint-Malo (FTRSM))
950 emplois ont été créés dans le numérique sur le territoire de la French Tech Rennes Saint-Malo en 2016. Des chiffres qui se rapprochent de l'objectif de 1 000 emplois créés par an sur dix ans. L'année dernière a aussi été favorable en termes de levées de fonds et de création de startups.

A la création de la French Tech Rennes Saint-Malo (FTRSM), le territoire rennais revendiquait près de 500 emplois créés par an dans la filière numérique, soit un total de 21.000 emplois (7% du marché) dans plus de 1.000 entreprises. L'an passé, sous l'effet de la transformation des usages, les recrutements se sont significativement accélérés : 950 emplois ont, en effet, été créés dans le secteur privé sur le bassin de la French Tech Rennes Saint-Malo. C'est deux fois mieux que les deux dernières années (460 emplois créés en 2014, 440 en 2015).

Comptabilisés par l'Audiar, l'agence d'urbanisme de Rennes, et annoncés lors d'un salon du recrutement qui s'est tenu début avril à Rennes au Mabilay, le bâtiment totem de la FTRSM, ces chiffres se rapprochent des objectifs que s'était fixé Rennes Métropole en 2014 lors de l'obtention du label French Tech. Gaëlle Andro vice-présidente de Rennes Métropole, déléguée au développement économique, à l'emploi et aux finances, le rappelait :

« L'objectif affiché était de créer au minimum 1.000 emplois chaque année dans le numérique, pendant les dix années à venir . L'année 2016 a été une année charnière, avec l'accélération de la numérisation, dans un écosystème déjà très dense. »

Un bassin de plus de 27.000 emplois

Au total, les 1.060 entreprises identifiées pour 2016 emploient 27.300 salariés, et font de Rennes la 8e métropole pour le nombre d'emplois salariés dans l'écosystème numérique. Le renforcement des effectifs a concerné toutes les catégories d'entreprises précise l'Audiar. Les entreprises de services numériques (ESN) telles que Proservia, Capgemini ou SopraSteria ont connu dans leur grande majorité une croissance accélérée en 2016, et contribuent pour près de la moitié au solde net d'emplois créés.

Les PME technologiques comme Mediaveille (webmarketing), BA Systèmes (systèmes intralogistiques), Klaxoon (logiciels), Dolmen (marketing digital), o2o Studio (production de dessins animés), Ariase (télécoms), ou Télécom Santé (santé connectée) poursuivent aussi leur développement en recrutant tandis que les groupes industriels comme Thales Microelectronics, Delta Dore ou Sogitec renforcent leurs équipes.

Pour autant, précise l'Audiar, ces chiffres ne tiennent pas compte des « recrutements dans le public comme c'est le cas chez Irisa et DGA-MI qui connaissent, eux aussi, une forte croissance ». Ils ne recensent pas non plus l'emploi créé par les fondateurs des nouvelles startups. En 2016, 27 jeunes pousses, dont Blacknut, le "Netflix du jeu vidéo" ou Content Armor (protection des contenus audiovisuels), ont éclos sur le territoire de la French Tech Rennes Saint-Malo. C'est autant que la moyenne observée sur les cinq dernières années et la majorité d'entre elles prévoit de recruter courant 2017.

Record de levées de fonds

En 2016, les entreprises d'Ille-et-Vilaine ont aussi séduit plus d'investisseurs, et 19 d'entre elles ont pu lever plus de 35 millions d'euros, soit trois fois plus qu'en 2015. De jeunes PME comme Kerlink (IoT), Klaxoon, Dolmen ou Cailabs (fibre optique) font partie des six ayant levé plus de 1 million d'euros, afin de recruter et d'assurer leur développement national et international.

Appelé à irriguer tous les secteurs, le numérique est envisagé comme un relais de croissance pour d'autres activités. Quatre domaines majeurs sont notamment identifiés par le territoire de Rennes Saint-Malo : la e-santé, la cybersécurité, les contenus audiovisuels et la médiation urbaine. Mais les activités liées aux technologies du multimédia, au big data, au cloud et aux greentech sont aussi en fort développement.

Selon Rennes Métropole, la dynamique observée en 2016 se confirme au premier trimestre 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2017 à 18:58 :
A quelle hauteur sont les financements publics (CICE, subventions, fonds européens). L'article est muet sur le sujet....les 950 emplois n'ont pas été créés ex nihilo, ni par la bonne volonté des banques.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :