Grâce aux Chinois, Carhaix boit du petit lait

 |   |  789  mots
(Crédits : Maryon LeDuc)
Pour assurer son avenir économique, Carhaix parie sur ce qui fait le socle de son activité : l’agriculture et la qualité de sa production laitière. La première usine Synutra, sur les trois annoncées d’ici à 2020, a été inaugurée sur le pôle laitier, et Eurosérum, qui fournira du petit lait au géant chinois, investit dans une unité de déminéralisation pour 2018. La capitale du Poher drague les industries agroalimentaires tout en regardant vers le marché chinois.

La cité n'a pas toujours été à la fête mais mise sur son renouveau. En termes d'image et de tourisme, Carhaix profite déjà des retombées de son emblématique festival des Vieilles charrues, organisé en juillet, et qui réussit le coup de force d'attirer en centre Bretagne des vedettes de la scène internationale et jusqu'à 278.000 festivaliers. S'y greffent depuis trois ans, les rocks stars du numérique européen conviées à faire rimer « web, business et music » aux conférences du West Web Festival.

Sur le plan économique, la petite ville finistérienne fait de la résistance pour mieux rebondir et assurer l'avenir économique de son territoire. Ces dernières années, les fermetures des usines Doux, Gad, Marine Harvest ou le redressement judiciaire de Tilly Sabco, ont laissé des traces, mais Carhaix entend rester fidèle à sa tradition d'élevage (290 exploitations agricoles) et à son bassin laitier. Le chef-lieu du Poher, qui produit plus de 300 millions de litres de lait par an, travaille d'ailleurs à la constitution d'un pôle de production et de transformation du lait pour attirer les entreprises de l'agroalimentaire, françaises et étrangères. Mettant en avant la qualité et la traçabilité de sa production, Carhaix a déjà séduit le géant chinois Synutra, et c'est au tour d'Eurosérum de s'implanter sur le site de Kergovo.

70 tonnes d'extraits secs livrés à Synutra

La filiale de Sodiaal, première coopérative laitière française et propriétaire de marques comme Candia, Entremont ou Perle de lait, va investir 16 millions d'euros dans une unité de déminéralisation de « petit lait ». Une fois débarrassé de ses minéraux -calcium, sodium, potassium et magnésium- ce liquide issu de la transformation du lait en fromage entre dans la composition du lait infantile en poudre. Actuellement en construction, l'usine, annoncée comme « l'une des plus modernes d'Europe » traitera chaque jour entre 300.000 et 400.000 tonnes de lactosérum à partir de janvier 2018. Jouxtant l'immense firme Synutra (38.000m2, 50 mètres de haut), Eurosérum fournira 70 tonnes d'extraits secs par jour à son voisin, numéro 3 de la nutrition infantile en Chine.

« Inaugurée le 28 septembre, cette première usine Synutra France International représente un investissement de 170 M€ et emploiera jusqu'à 280 salariés. Eurosérum ouvrira avec une quinzaine de personnes, issues de l'usine Entremont de Carhaix, fermée en 2011 et dont le site est en reconversion. 43 anciens salariés d'Entremont travaillent déjà à Synutra » explique Christian Troadec.

synutra

Option sur la filière chinoise

Le maire régionaliste, ancien porte-parole du mouvement des Bonnets rouges et candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle, ne s'en cache pas : Carhaix vend la qualité de sa matière première et, depuis 2009, a pris opportunément l'option chinoise. Il y a six ans, la Chine sortait d'une crise sanitaire et cherchait à s'approvisionner à l'étranger pour plus de sécurité alimentaire.

Les 100.000 tonnes de poudre de lait produites par an par Synutra vont donc alimenter exclusivement le marché chinois, et le pôle de Kergovo est en passe de se transformer en énorme complexe laitier. Le groupe chinois a déjà annoncé la construction à partir de 2017 d'une deuxième usine, dédiée à la fabrication de lait UHT et capable de produire 300.000 tonnes annuelles pour un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros. Alors qu'une troisième unité est à l'ordre du jour, cet ensemble représentera un investissement global de 400 millions d'euros et 700 emplois à la clé à horizon 2020.

« C'est 10% de la population de la ville se félicite Christian Troadec, qui, via Poher communauté qu'il préside, avait anticipé en réservant pour Synutra 20 hectares supplémentaires. L'agriculture, c'est le socle de l'économie locale. Au-delà de ce groupe, nous souhaitons favoriser les investissements pérennes dans différents segments de l'agroalimentaire, à Carhaix et en Poher, et notamment les investissements chinois liés à l'export vers l'Asie. »

Poher Communauté, qui compte 19 parcs d'activité, a investi 2,5 millions d'euros en 2015 dans trois programmes d'aménagement. En 2018, elle commercialisera une nouvelle zone économique pour laquelle elle a acquis 50 autres hectares de terrains.

En attendant, Carhaix chouchoute Synutra. En décembre, la communauté de communes inaugurera un réseau de chaleur dont le coût s'élève à 5 millions d'euros. Elle revendra au géant chinois des énergies renouvelables pour alimenter 20 % de ses besoins énergétiques.

Pour Michel Troadec, qui regrette que la Région concentre ses moyens sur la métropolisation de la Bretagne, ces projets doivent « créer les conditions d'attractivité, contribuer à assurer l'avenir économique du territoire et du centre Bretagne, densifier la région. »

Bonne nouvelle pour les entreprises : le désenclavement de Carhaix passe aussi par le très haut débit internet. La fibre sera déployée ce mois-ci.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2016 à 11:35 :
LES BRETONS S EN SORTIRONS EN TRANFORMENT LEURS PRODUIT EN LES METTANT EN CONSERVE OU EN BOITE/CELA JE L AI DEJA DIT LORS DE LA CRISE DU COCHONS / L AVENIR DE BEAUCOUP DE PAYSANS PASSE PARS DES USINES DE CONDITIONNEMENT? QUI PEUVENT S EXPORTE? DEMAIN LA NOURITURE ET L EAU VONT DEVENIR DES ENJEUX ECONOMIQUE IMPORTANT DEVANT L EXPLOTION DEMOGRAPHIQUE QUE AUCUN PAYS NE MAITRISE ?DANS CINQUANTE ANS ONT AURAS TROIS MILLIARDS D HABITANTS EN PLUS SOIT DIX MILLIARDS??? QUELLE EPOQUE TERRIBLE OU DES IDIOTS DIRIGENT DES AVEUGLES ///WILLIAN SHAKESPEARE///
a écrit le 17/10/2016 à 9:43 :
C'est plutôt grâce à Carhaix et aux éleveurs bretons que les chinois boivent du petit lait non ?
a écrit le 16/10/2016 à 10:54 :
Etre conscient de ses forces et avancer plutôt que de défendre un passé révolu... Carrais/Belfort...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :