LGV : Rennes en campagne pour attirer les cadres parisiens

 |   |  656  mots
A Rennes aussi, le mètre carré coûte cher : c'est l'un des messages de la campagne de publicité lancée, sur un ton humoristique, par la région Bretagne pour vanter son attractivité à l'occasion de la mise en place de la LGV. Cette ligne à grande vitesse mettra Rennes à 1 h 25 min de Paris, au lieu de 2 h 10 min actuellement.
"A Rennes aussi, le mètre carré coûte cher" : c'est l'un des messages de la campagne de publicité lancée, sur un ton humoristique, par la région Bretagne pour vanter son attractivité à l'occasion de la mise en place de la LGV. Cette ligne à grande vitesse mettra Rennes à 1 h 25 min de Paris, au lieu de 2 h 10 min actuellement. (Crédits : Rennes Métropole)
J-50 avant l'arrivée de la LGV qui, le 2 juillet prochain, mettra Rennes à 1 h 25 min de Paris. Profitant de cette opportunité, la métropole lancera mercredi 17 mai une campagne d'attractivité visant les chefs d'entreprise, les investisseurs et les jeunes actifs franciliens. La capitale bretonne a des atouts et le fait savoir avec l'appui des entreprises locales, de la startup Klaxoon jusqu'au groupe Orange.

Rennes, une ville où il fait bon vivre et travailler : la capitale bretonne espère bien le démontrer aux cadres parisiens prêts à s'y installer. A la veille de l'arrivée de la LGV qui mettra la ville à 1 h 25 min de Paris en train (2 h 10 min actuellement), Rennes Métropole lance donc une campagne d'attractivité nationale pour vanter sa qualité de vie auprès des chefs d'entreprise, des investisseurs et des jeunes actifs franciliens.

Prolongeant la campagne humoristique « Passez à l'Ouest », menée en mars par la région Bretagne, cette opération séduction de 300.000 euros de budget se déroulera du 17 mai au 2 juillet. S'appuyant sur le slogan « Rennes à 1 h 25 min de Paris », elle mettra en avant quatre visuels au ton décalé et illustrant les thèmes de la culture et de l'art de vivre, du travail, du marché de l'immobilier, et de la proximité avec Montparnasse. Ceux-ci s'afficheront sur 750 faces, dans les gares, les stations de métro de Paris, dans les rues de la capitale ainsi que dans plusieurs médias nationaux, dont Le Monde, Télérama, Le Parisien économique.

Rennes, LGV, 1h 25 min de Paris, transports, SNCF, métropole, campagne de publicité, attractivité, territoire, développement économique,

"En 2017, les grands chantiers qui émaillent le territoire de Rennes Métropole (nouveau centre de congrès, premiers programmes immobiliers du centre d'affaires EuroRennes, avancement des travaux de la ligne B du métro...) se concrétisent", fait valoir la métropole. "Rennes se métamorphose aussi à grande vitesse."

À l'horizon 2027, le quartier de la gare EuroRennes comptera à lui seul 130.000 m² de bureaux, 115.000 m² de logements et 30.000 m² de commerces, services et loisirs.

« Paris est désormais dans la banlieue de Rennes »

Le territoire joue donc la carte du dynamisme économique. Et pour mieux séduire les milieux d'affaires et favoriser les implantations d'entreprises extérieures, il s'appuie sur le soutien et le réseau des entrepreneurs et groupes locaux. Hier, lors de la présentation de la campagne à la presse, Emmanuel Couet, le président de Rennes Métropole, s'était entouré d'Hervé Kermarrec, président de l'Union des Entreprises 35 ("UE35", soit 800 entreprises d'Ille-et-Vilaine, dont 90% de PME), Pierre Jacobs, directeur régional d'Orange, le premier employeur privé sur le bassin rennais, Matthieu Beucher, Pdg de la startup Klaxoon et Emmanuel Thaunier, président de la CCI d'Ille-et-Vilaine.

Rennes, LGV, 1h 25 min de Paris, transports, SNCF, métropole, campagne de publicité, attractivité, territoire, développement économique,

Si les « politiques ont fait leur travail », estime d'ailleurs ce dernier, la mobilisation pour faire venir des Parisiens doit être aujourd'hui collective. « Les milieux économiques ont leur rôle à jouer en tant qu'ambassadeurs de cette nouvelle destination à 1 h 25 min de Paris. » Dans cette démarche collaborative, la CCI 35 imprime sa marque et a très tôt mis en place un club TGV, pour coordonner et unifier la communication des acteurs territoriaux. Car, derrière Rennes, « il y a un vrai tissu de villes moyennes », explique Emmanuel Thaunier.

3% à 5% de productivité en plus pour les équipes

Au-delà des retombées attendues en termes d'emploi et de tourisme d'affaires et de loisirs, l'arrivée de la LGV est aussi attendue par tout l'écosystème de la French Tech Rennes Saint-Malo. Celle-ci espère faire comprendre que « Paris est désormais dans la banlieue de Rennes », selon les mots de Pierre Jacob et qu'elle permettra le développement de l'économie numérique. « Il y a de plus en plus d'entreprises attractives à Rennes et qui permettent un parcours professionnel intense aux talents qui viennent », vante le patron de Klaxoon, justement spécialisée dans l'édition d'une solution qui dynamise le travail en équipe.

L'effet LGV jouera également à plein pour les Bretons eux-mêmes. « On dit souvent que Rennes va être à 1 h 25 min de Paris, c'est vrai aussi dans l'autre sens », fait remarquer Emmanuel Couet. Pour Matthieu Beucher, ce gain de temps, "c'est 3% à 5% d'efficacité en plus pour nos équipes. C'est aussi un changement d'état d'esprit. Un Américain vient de décider de rejoindre notre équipe à Rennes". L'ouverture de la Bretagne se poursuit.

Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante de La Tribune pour la région Bretagne

Rennes, LGV, 1h 25 min de Paris, transports, SNCF, métropole, campagne de publicité, attractivité, territoire, développement économique,

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 9:11 :
Un LGV juste pour une classe sociale aisée pendant que le grouillot se tapera deux heures dans un tortillard surpeuplé entre Evry et Marne la vallée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :